Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Troisième partie. Représentations et créations artistiques du génocide des Arméniens

Représentations et créations artistiques du génocide des Arméniens

Texte intégral

1« Je ne suis pas esclave de l’esclavage qui déshumanisa mes pères », écrivait Frantz Fanon dans Peaux noires, masques blancs. Pour les descendants de victimes de génocide, pour toute personne entrant en empathie avec elles, la libération à laquelle aspire Frantz Fanon au terme d’une réflexion philosophique ne peut être qu’une conquête. La confrontation à l’événement permise par le théâtre ou le cinéma, en dépit des écueils inhérents à sa représentation, est une clé possible ouvrant sur le dépassement. Au théâtre, les œuvres traitant directement du génocide des Arméniens demeurent peu nombreuses mais cathartiques. Les communications rassemblées dans cette partie s’intéressent au travail testimonial et documentaire du dramaturge arménien Pertj Zeytountsyan et à l’une des pièces de la dramaturge franco-turque Sedef Ecer qui prend la forme d’une main tendue. Ainsi la mise en regard de ces deux auteurs permet de comparer la perception du génocide des Arméniens d’un côté et de l’autre de la frontière symbolique que constitue le Mont Ararat. Le septième art quant à lui peut avoir valeur d’archive, comme le montre le destin du film The Despoiler, contemporain du génocide des Arméniens. Si la représentation exacte est nécessairement une faillite, le cinéma permet de contourner cette difficulté en proposant un regard poétique et non réaliste, dans l’œuvre d’Artavazd Péléchian notamment. Enfin si les arts plastiques peuvent provoquer un choc esthétique obligeant le spectateur à se déplacer et donc à dépasser l’immédiateté, l’art contemporain permet à l’émotion de succéder à la pensée et au concept de déployer ses ailes jusqu’au symbole libérateur.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540