Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Deuxième partie. Représentations et écritures littéraires du génocide des Arméniens

Franz Werfel et le génocide arménien. Pertinence d’un regard, prophétie d’un discours ?

Jean-Marc Lafon

Texte intégral

  • 1 Y. Ternon, « La qualité de la preuve. À propos des documents Andonian et de la petite phrase d’Hit (...)

« Qui, après tout, parle aujourd’hui de l’extermination des Arméniens ? »
(Hitler à ses généraux, le 22 août 1939, dans un discours annonçant la destruction de l’État et de la nation polonais1).

  • 2 W. Gruner, « “Peregrinations into the Void?” German Jews and their Knowledge about the Armenian Ge (...)

1Le génocide arménien souffrit du poids du contexte immédiat. Il fut perçu comme un élément secondaire de la Grande Guerre, produit exporté du pangermanisme – « méthode allemande, travail turc » selon le sous-titre retenu par René Pinon pour son étude pionnière de 1916 – ou fruit de la collusion arméno-russe, du côté adverse. Son ampleur était éclipsée par les boucheries de Verdun pour les Français et les Allemands (plus de 300 000 tués et 500 000 blessés) ou de la Somme, s’agissant des Anglais. La crise d’après-guerre joua aussi, notamment en Allemagne : malgré le procès Tehlirian en juin 1921, le problème de son éventuelle responsabilité suscita l’instrumentalisation politique de l’événement, voire les prémices du négationnisme, autour de la légende des « 100 000 victimes turques » propagée par la presse nationaliste2. S’y ajouta la conjoncture géostratégique du Moyen-Orient ; la rapide disparition de l’Arménie indépendante comme celle du Foyer national de Cilicie se firent au profit de la nouvelle République kémaliste, dont le leader n’était plus ce « chef de brigands » un temps stigmatisé par Lord Balfour. Le traité de Lausanne (24 juillet 1923), en sanctionnant la reconfiguration de la zone selon des critères ethniques, omit toute mention de la question arménienne. Enfin, la difficulté d’appréhension juridique du crime et l’échec de la création d’une Cour de justice internationale expliquèrent l’absence de suites judiciaires, en dépit de la dénonciation d’un « crime de lèse-humanité » par les Alliés, le 24 mai 1915.

  • 3 B. Adjemian, M. Nichanian, « Du centenaire de 14-18 à celui de 1915. Quelle place pour la Grande G (...)
  • 4 G. Schultz-Behrend, « Sources and Background of Werfel’s novel Die vierzig Tage des Musa Dagh », T (...)
  • 5 Cité par M. Reffet, « Franz Werfel entre expressionnisme et “Neue Sachlichkeit” », Germanica, 9, 1 (...)

2Pourtant, dans l’entre-deux-guerres, trois figures majeures soulignèrent son caractère singulier et inédit3. Elles agirent de façon indépendante4, selon des objectifs différents et eurent un impact très inégal. Helléniste de formation et simple rédacteur de presse du Foreign Office, chargé d’un travail de contre-propagande pour dissiper l’effet des déportations de Juifs par la Russie tsariste, Arnold Toynbee ne devint un intellectuel et historien reconnu qu’après la Seconde Guerre mondiale. De même, le juriste juif polonais Raphael Lemkin, dont l’intérêt avait été éveillé par le procès Tehlirian, et qui consacra au « crime de barbarie » un rapport adressé à la commission juridique de la SDN en décembre 1933, ne connaîtra la notoriété qu’après 1945. En revanche, Franz Werfel était déjà considéré comme un écrivain surdoué. Poète admiré de Kafka, puis dramaturge à succès dans les années Vingt, ses pièces à sujet historique l’amenèrent au roman à partir de 1927. En 1930, le critique autrichien Herbert Ihering, disciple de Brecht et mal disposé à son égard, le qualifia pourtant de « plus célèbre écrivain de langue allemande5 ». Et il créa un chef-d’œuvre du roman historique avec Les Quarante jours du Musa Dagh (1933), dont la popularité est attestée par sa diffusion, en dépit du caractère lacunaire de la reconstitution que j’ai effectuée (cf. annexe 1).

  • 6 L. B. Foltin, « The Franz Werfel Archives in Los Angeles », The German Quarterly, 39-1, 1966, p. 5 (...)
  • 7 Notamment S. Bodo Würffel, « “Ungeheure Verantwortung hängt daran”. Nationalismus, Moral und Utopi (...)

3C’est ce roman que j’analyserai ici, malgré deux handicaps importants. Je n’ai pu consulter les archives privées de l’écrivain, remises par sa veuve, Alma Mahler, à l’université de Los Angeles ; elles contiennent un carnet de notes préparatoires, utilisé par Rachel Kirby dans sa monographie pionnière6. Ma méconnaissance de l’allemand m’a aussi privé du premier jet manuscrit du roman, conservé à la Bibliothèque nationale de Vienne et davantage axé sur l’antagonisme religieux entre Turcs et Arméniens selon R. Kirby, ainsi que de tout un secteur de l’historiographie, puisque les communications des différents colloques consacrés jusqu’à présent à l’auteur sont essentiellement rédigées dans cette langue7.

  • 8 R. Cohen, « Les Quarante jours du Musa Dagh par Franz Werfel, une “littérature d’enquête” », Les T (...)

4Je commencerai par commenter un extrait crucial de l’œuvre, afin d’en éclairer les différents niveaux de lecture. Puis je mettrai en évidence son élaboration d’un modèle du génocide, qui expliquerait sa dimension prémonitoire, selon une hypothèse avancée par Raya Cohen en 19928. Les références au roman – édition utilisée : Livre de Poche, 1989 – seront intégrées au texte, entre crochets, afin de ne pas multiplier les notes infrapaginales.

La polysémie de l’œuvre : la perquisition du domaine Bagradian

5L’extrait suivant s’intercale entre la décision collective des villageois de résister à la déportation et leur installation au sommet du Musa Dagh. Premier contact physique entre les bourreaux et leurs futurs opposants ou victimes, il est révélateur des intentions de Werfel, au moins sur trois plans : comme phase importante de la métamorphose du principal « héros », par l’analyse proposée des « atrocités arméniennes » et le message politique en filigrane.

« Le mudir [fonctionnaire local] était d’avis de cesser maintenant les perquisitions pour ne pas exaspérer prématurément des victimes d’une telle qualité. Il était nécessaire d’entretenir chez lesdites victimes une certaine confiance vis-à-vis des buts insondables du gouvernement et il fallait en même temps graduer d’une façon méthodique les épreuves qu’on leur destinait. Pour ce jour-là, c’était la douceur qui avait été prévue. […] Mais malheureusement, il avait compté sans le prévôt de police. Cette cervelle bornée ne pouvait digérer que ce giaour hautain [Bagradian] eût l’aplomb de se pavaner dans l’uniforme du padichah [sultan], et encore avec les décorations et le sabre du padichah. […] il marcha sur Bagradian et lui fourra son poing juste sous le nez :
– De quoi y en a-t-il assez, cochon d’Arménien ? Répète-le un peu ! De quoi donc, sale porc ?
– Arrière, policier ! Je suis officier et ancien combattant !
Cette phrase mit le comble aux vœux du muafin [commissaire de police] :
– Tu es officier ? Tu voudrais me le faire croire ? Pour moi, tu n’es pas même une charogne de chien pourrie !
D’un geste brusque, il saisit la médaille d’argent et l’arracha de la tunique de l’Arménien. Bagradian affirma plus tard qu’il n’avait pas touché son arme. Quoiqu’il en soit, d’un moment à l’autre, il se vit étendu par terre. Son sabre alla heurter le mur. Un saptieh [gendarme] se mit à genoux sur la poitrine de Gabriel et les autres lui arrachèrent son uniforme du corps. […] En moins d’une minute, Gabriel fut complètement nu à l’exception de ses bottes. Du sang coulait de ses égratignures » (Werfel, p. 319 et 320-321).

La métamorphose de Gabriel Bagradian

  • 9 Il s’en explique confusément à Iskouhi : « Mais, je le sens, je ne cesse pas de fondre. Tout ce qu (...)

6Ce personnage est la principale création de Werfel, même s’il a pu être inspiré par l’ancien officier Moïse Der-Kaloustian, un des chefs des insurgés. Le roman retrace la prise de conscience d’un « homme abstrait », citoyen ottoman et esthète parisien, devenu chef de guerre arménien. Contrairement aux héros positifs de ses pièces antérieures (Juarez ou Paul de Tarse), il s’agit d’un être tragique : la redécouverte de ses racines le rend de plus en plus désincarné et éthéré9. De plus, alors qu’il est d’abord abusé par la novlangue du mudir (Werfel, p. 38-41), sa citoyenneté est abolie par la dégradation supra. Il sacrifie à la Cause sa maison de famille, qu’il n’hésite pas à bombarder (Werfel, p. 520) ; sa femme, délaissée, le trompe et l’humilie auprès de sa nouvelle communauté avant de devenir folle ; son fils unique est lynché par les Turcs. Un temps renié par les « siens » comme traître et bouc émissaire, il finit par se résoudre à une mort solitaire, sur la montagne dont il a organisé la défense.

  • 10 P. S. Jungk, Franz Werfel. Une vie de Prague à Hollywood, Paris, Albin Michel, 1990, p. 176 ; Y. A (...)

7Deux filiations s’avèrent dès lors possibles, sans être contradictoires eu égard à la grande richesse symbolique du roman. Pour certains, Bagradian serait un décalque de Moïse, voire de Theodor Herzl10, le fondateur du sionisme. Or, plusieurs passages rapprochent le repli des villageois arméniens sur le Musa Dagh (la montagne de Moïse !) et l’Exode. « Un tourbillon de poussière courait en tête de la procession comme un danseur fantomatique, misérable descendant dégénéré de la noble colonne de fumée qui précéda les enfants d’Israël dans leur marche à travers le désert » (Werfel, p. 327) et surtout : « Il [Bagradian] ne les avait pas seulement emmenés hors de la terre d’exil, il les avait aussi défendus contre la mort dans le désert » (Werfel, p. 387).

8Pour ma part, j’en défendrai une autre, fondée sur l’intérêt croissant de Werfel, juif non pratiquant, pour le catholicisme à partir de 1930. Bagradian serait un avatar du Christ, subissant Passion et Transfiguration. La scène supra constituerait alors un écho des mauvais traitements infligés par les soldats romains, et l’épisode du Musa Dagh son martyre. « Et pourtant, il s’était résolu à charger sur ses épaules blessées un monde en feu, le Damlajik entier » (Werfel, p. 719). De façon significative, Werfel emploie une métaphore similaire pour son second héros, le pasteur allemand Johannès Lepsius : « Je mets tout seul sur mes épaules, pour toute l’Allemagne, le poids de la cause arménienne » (Werfel, p. 612).

La mutation des « atrocités arméniennes »

  • 11 R. Kévorkian, « Un bref tour d’horizon des recherches historiques sur le génocide des Arméniens : (...)

9La nouveauté des événements de 1915 par rapport aux grands massacres hamidiens de 1894-1896 est un des leitmotivs de l’œuvre (Werfel, p. 99, 141, 165, 242-243, 303 et 605-606). Elle apparaît ici à travers le duo des bourreaux, au-delà du partage avéré des rôles entre l’administration et les paramilitaires dans la perpétration du génocide11. Le commissaire de police, vestige du passé, est animé par une haine surtout religieuse des Arméniens, manifeste par le champ lexical de ses insultes (giaour, cochon, porc). Le mudir, lui, est l’incarnation des Jeunes Turcs, nationalistes et athées, au service du « plus froid de tous les monstres froids ».

  • 12 T. Dedering, « “A Certain Rigorous Treatment of all parts of the Nation”. The Annihilation of the (...)

10Pourtant, même le policier a intériorisé une certaine dose de modernité, traduite dans sa diatribe finale. L’animalisation/déshumanisation de l’Autre devient à la fois le prélude et l’alibi à son extermination. C’est un ressort commun à l’ensemble des génocides au cours du XXe siècle depuis la quasi-extermination des Hereros de l’actuelle Namibie par ses colonisateurs allemands entre janvier 1904 et l’été 1906 jusqu’au génocide rwandais12. On peut ici penser à l’assimilation récurrente des Tutsis à des cafards par la propagande des extrémistes Hutus, quelques semaines avant le début des massacres.

Le message politique sous-jacent

  • 13 Avec l’embrigadement des Kurdes, Tcherkesses… dans des formations paramilitaires, cf. O. Moreau, L (...)

11À l’instar des pièces de théâtre antérieures de Werfel, il s’agit d’un roman militant : un autre thème constitutif de l’œuvre est l’exaltation de l’endurance, de la bravoure et des qualités militaires des Arméniens. Particulièrement flagrante dans la scène commentée, elle introduit donc une claire rupture avec la doctrine des « races martiales » formulée par les Occidentaux dans l’univers colonial, instrument de gouvernement du Sultan rouge13 mais aussi ciment de la nouvelle identité nationale turque selon le comité Union et Progrès.

12D’autre part, le statut du Héros (ici Bagradian) s’avère ambivalent ; il est tour à tour humilié, sublimé comme Sauveur et renié. Je crois que cela traduit la défiance certaine de Werfel envers l’usage politique des mythes par des régimes dictatoriaux et l’élaboration d’un pouvoir charismatique. Ainsi, lorsque Lepsius perçoit un « reflet messianique » dans l’opinion que les Turcs de la capitale se sont forgée d’Enver (Werfel, p. 176), il n’est pas interdit d’y voir une allusion à l’Allemagne du temps…

13Enfin, l’extrait choisi repose sur une analogie implicite avec le sort des Juifs, autre minorité persécutée. Le traitement subi par Bagradian est une réminiscence de la dégradation d’Alfred Dreyfus, lui aussi officier d’artillerie, le 5 janvier 1895, mais traitée sur un mode grotesque, parodique. Elle est d’ailleurs peut-être inspirée par les scènes en accéléré du cinéma burlesque.

Le dévoilement des ressorts du génocide

14La narration d’un des deux épisodes heureux du drame de 1915, la résistance et le sauvetage des villageois du canton de Suedja réfugiés sur le Musa Dagh entre juillet et septembre (l’autre étant la délivrance des insurgés de Van par les troupes russes du général Nikolaïev en mai 1915), n’est qu’un « prétexte ». Comme le montre le graphique infra, fondé sur le décompte des pages, elle n’occupe que moins de la moitié du roman (voir graphique). L’essentiel, en effet, implique l’analyse du « crime le plus énorme de toute l’histoire mondiale jusqu’à présent » (Werfel, p. 606).

La mosaïque sociologique d’un génocide.

  • 14 W. Gust, Der Völkermord an der Armeniern : Dokumente aus dem Politischer Archiv des deutschen Ausw (...)

15Cette reconstitution de la vision de Werfel dénote une peinture nuancée et assez fine des rouages de l’extermination, même si elle marquée par certaines approximations – ainsi l’analyse psychologisante des relations de Djemal et d’Enver (Werfel, p. 470-472) – voire de préjugés récurrents à travers son œuvre, notamment l’hostilité aux notables, qu’ils soient turcs ou arméniens. Elle aborde aussi de front une question toujours controversée, l’implication de l’Allemagne wilhelmienne dans le génocide. Non sans ironie, le Lepsius romanesque souligne la censure et les pressions officielles affectant la diffusion des événements de 1915 (Werfel, p. 607-608), alors que l’on sait désormais, grâce aux travaux de l’historien Wolfgang Gust, que le Lepsius réel caviarda l’anthologie des documents de la Wilhelmstrasse sur le sujet, publiée par ses soins en 192214

Les conditions de survenue de l’horreur

  • 15 R. Cohen, art. cit., p. 123-124.

16Comme l’a souligné Raya Cohen, le roman retrace une double enquête15 : les constats et l’approche intuitive de Bagradian, menés au quotidien, recoupent les démarches entreprises par le pasteur Lepsius auprès des chefs du comité Union et Progrès et des autorités allemandes, et débouchent sur un modèle du génocide.

  • 16 G. Prévélakis, « Le processus de purification ethnique à travers le temps », Guerres mondiales et (...)
  • 17 « Au nom de la science », entretien avec Hamit Bozarslan, L’Histoire, no 408, février 2015, p. 58- (...)

17En premier lieu intervient la contagion du nationalisme intégral européen parmi les élites turques, succédant à une vague d’épuration ethnique dans les Balkans, à partir de 1878 (traités de San Stefano et de Berlin), voire dès 1821, et les premiers combats pour l’indépendance de la Grèce16. S’appuyant sur la diffusion du darwinisme social à l’orée du XXe siècle, elle inspire aux théoriciens du comité Union et Progrès un projet d’ingénierie sociale de refondation de l’Anatolie sur une base ethnique, mais aussi l’idéal de la création d’un Turkestan pantouranien, qui nécessite l’élimination de « l’obstacle arménien17 ». Lepsius, ici plus que jamais porte-parole de l’écrivain autrichien, fait preuve d’une ironie féroce sur ce point, en dénonçant des « rêves engendrés par le narcotique du nationalisme ». « [I]l y a en Anatolie tout au plus six millions de vrais Turcs. Que l’on aille dans la Perse du Nord, en Caucasie, à Kachgar et en Turkestan, on n’arrivera pas à rassembler sur des steppes grandes comme la moitié de l’Europe seulement vingt millions de Turcs, même en comptant tous les nomades habitant sous des tentes et les vagabonds voleurs de chevaux » (Werfel, p. 170).

18Mais pour atteindre de tels objectifs, il faut disposer d’une bureaucratie noyautée par le régime et lui obéissant aveuglément : la destitution du gouverneur d’Alep, jugé trop bienveillant envers les Arméniens, le 4 juin 1915 (Werfel, p. 150), s’inscrit pleinement dans cette « fonctionnarisation » du massacre. La volonté de turquisation des biens arméniens perpétue le boycott des maisons de commerce chrétiennes entrepris sous l’impulsion du Sultan Rouge, et prétend fonder une économie nationale ; parallèlement, les Arméniens sont dénoncés comme des parasites et des « sangsues ». Enfin, le passage aux actes suppose l’instrumentalisation de phénomènes préexistants, comme le fanatisme religieux (favorisé par le djihad contre les Alliés), de la part d’un régime ouvertement laïque, sinon athée, ou l’économie de razzia propre aux tribus kurdes et tcherkesses, armées et stipendiées par l’Ittihad.

  • 18 B. Adjemian, M. Nichanian, art. cit., p. 76.

19Dès lors, le génocide de 1915 n’est pas le fait de la « barbarie ottomane », héritage lointain des pratiques de Gengis Khan, mais bien un élément structurel de la modernité et se revendiquant comme tel, chez ses promoteurs, les élites dirigeantes et intellectuelles du comité Union et Progrès. L’analyse de Werfel rejoint ici celle formulée par Toynbee dans The Western Question in Greece and Turkey (1922)18, même s’il ne semble pas qu’il ait lu les travaux de l’historien britannique. Or, s’il s’agit effectivement d’un précédent, il est susceptible de se reproduire… Lepsius l’affirme d’ailleurs sans ambages à son interlocuteur officiel allemand (Werfel, p. 610-611).

Un avertissement ?

  • 19 R. Cohen, « Le génocide arménien dans la mémoire collective juive », Cahiers du judaïsme, 3, 1998, (...)
  • 20 R. Crevel, « La situation culturelle dans l’Allemagne nazie » (rapport destiné au comité Thaelmann (...)

20De fait, le roman est construit tel un palimpseste, autour d’un rapprochement implicite du sort des Arméniens et de celui des Juifs. Les Juifs de Palestine et d’Europe centrale le comprirent sans mal. D’où le succès attesté de l’œuvre de Werfel, source d’inspiration et modèle à suivre dans les rangs de la Haganah comme parmi les insurgés de ghettos baltes, ukrainiens ou polonais19, grâce aux traductions en hébreu (dans le premier cas), en polonais et en yiddish (cf. annexe 1) et probablement aussi à la version originale en allemand. L’effet fut similaire auprès des milieux de gauche conscientisés d’Europe occidentale, comme en témoigne cette réaction de René Crevel, fervent antifasciste : « Tout dernièrement un livre de Werfel, Les Quarante jours du Musa Dagh, a été interdit [en février 1934] parce qu’il relatait la vie tragique des Arméniens, vie tragique qu’un lecteur eût pu assimiler à celle que les hitlériens réservent aux Juifs20. »

21Ce « sous-texte » est particulièrement évident dans le chapitre v (le 1er Intermède des Dieux), qui donna lieu à des lectures publiques par Werfel en novembre 1932, à Berlin, Breslau et d’autres grandes villes allemandes. Certes, il reprend fidèlement l’entrevue de Lepsius et d’Enver Pacha du 10 août 1915, mais il y introduit aussi des extraits de propagande antisémite nazie, en particulier cette formule aussi péremptoire que révélatrice du dictateur turc, « La paix ne peut exister entre l’homme et le microbe de la peste » (Werfel, p. 170).

  • 21 J.-M. Lafon, art. cit., p. 151.

22Enfin, la décomposition de la communauté utopique créée sur le Musa Dagh constitue un décalque de l’agonie de la République de Weimar : on assiste successivement à la faillite du parlementarisme (à travers le naufrage de l’assemblée des notables arméniens), puis à l’échec du pouvoir personnel de Ter Haigasoun (référence aux tendances autoritaires de Heinrich Brüning ?), enfin à la surenchère populiste d’une opposition menée par les instituteurs Oskanian et Asajan, personnages aigris, imposteurs et manipulateurs… Jusqu’à l’incendie – imaginaire – du campement lors de l’émeute des déserteurs, qui est probablement inspiré par celui du Reichstag, le 27 février 1933. L’hypothèse, que j’ai défendue21, semble séduisante, même s’il faudrait l’appuyer sur le recoupement des notes préparatoires, du manuscrit initial et du texte définitif, qui intégra davantage de références à l’actualité immédiate d’après Rachel Kirby.

Conclusion

  • 22 B. Bach, « Franz Werfel : Jeremias. Höret die Stimme, roman de la protestation ou le courage de la (...)

23 Les Quarante jours du Musa Dagh délivre donc un message humaniste, qui lui confère son actualité brûlante lors de la Seconde Guerre mondiale. L’anaphore suivante en rend bien compte : « Du moment que nous combattons, nous ne sommes plus des débris humains en train de pourrir quelque part sur les bords de l’Euphrate. Du moment que nous combattons, nous conservons notre honneur et notre dignité » (Werfel, p. 800). Il fut relayé dans son œuvre ultérieure, notamment une évocation romanesque du prophète Jérémie en 1937, qualifiée d’« appel indirect, mais clair, à entrer en résistance contre le nazisme22 ».

24La pertinence du modèle « génocidaire » élaboré par Werfel dans ce roman s’inspire de son expérience personnelle d’un Empire plurinational, l’Autriche-Hongrie, confronté aux impératifs de courants nationalistes exclusivistes, en l’occurrence surtout allemand et magyar. Elle explique de nombreuses analogies entre le crime affectant les Arméniens et la Shoah, dont Raya Cohen a noté quelques exemples : le pillage en quelque sorte « inaugural » des boutiques, la récurrence des euphémismes officiels (« changement de résidence »), l’alibi du repeuplement à l’Est, l’élection de conseils de notables, instruments dociles aux mains des bourreaux… De fait, le manuscrit des Quarante jours du Musa Dagh fut achevé en mars 1933, bien avant le déclenchement des persécutions nazies contre les Juifs.

  • 23 J.-Y. Tadié, B. Cerquiglini, Le roman d’hier à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2012, p. 234.
  • 24 Le dossier consacré au centenaire du génocide par L’Histoire, no 408, février 2015, ne mentionne l (...)

25Reste que le message de Werfel est demeuré inaudible, au-delà des futures victimes juives et de quelques intellectuels européens engagés, qu’il fut parasité et surtout rapidement tombé dans l’oubli. Le contraste est net, en effet, entre la popularité de ce roman dans les années Trente et sa méconnaissance actuelle. Celle-ci est attestée par ce constat de Jean-Yves Tadié, le qualifiant de « roman trop peu lu23 », ou par l’absence de toute mention dans le récent dossier de L’Histoire qui consacre pourtant deux encadrés au photographe allemand Armin Wegner et au juriste Raphael Lemkin24. Comment l’expliquer ?

  • 25 M. Reffet, « Contestation politique et recherche des lecteurs dans le cas des Quarante jours du Mu (...)
  • 26 E. Brender, « Sur la terre ou Sous la terre ? Karl Kraus, Franz Janowitz et Franz Werfel », in V. (...)
  • 27 G. Lukács, Le roman historique, Paris, Payot, 1965 (1937), p. 387.
  • 28 D. Welky, « Global Hollywood versus National Pride: the Battle to Film The Forty Days of Musa Dagh(...)
  • 29 Citée par V. Robert, Partir ou rester ? Les intellectuels allemands devant l’exil, Paris, Presses (...)

26En fait, plusieurs facteurs se sont conjugués pour limiter l’impact du chef-d’œuvre de Werfel et circonscrire son lectorat potentiel. Pour Michel Reffet, il faut d’abord y voir l’effet de l’hostilité précoce d’une partie de l’intelligentsia germanophone antinazie en exil (Joseph Roth, Robert Musil…) envers un auteur jugé trop soucieux de plaire à un large public et cupide25, parfois enracinée dans des querelles personnelles antérieures à la Grande Guerre, comme dans le cas du critique Karl Kraus26. Mais Werfel subissait également les foudres du mouvement communiste depuis 1931. En outre, sa narration ne respectait guère les critères fixés en 1937 par Lukács pour le roman historique, analogie et parabole s’avérant par trop manifestes : « La relation directe et conceptuelle avec le présent qui prévaut aujourd’hui révèle une tendance immanente à changer la représentation du passé en une parabole du présent, à arracher directement à l’histoire une “fabula docet”, ce qui s’oppose à la véritable concrétude historique du contenu et à la complétude réelle (non pas formelle) de la figuration27. » Par ailleurs, la diplomatie turque fit tout son possible pour nuire à l’audience de l’œuvre, réussissant à empêcher son adaptation par Hollywood, prévue dès 1934, jusqu’au début des années 198028. Enfin, plus récemment, la biographie de Werfel a révélé le décalage entre le message explicite du roman, les inconséquences politiques de la conduite de son auteur en 1933-1934 vis-à-vis du pouvoir nazi, dont il sous-estima à l’évidence l’emprise sur le pays, et sa stratégie de publication. Déjà à l’époque, elles étaient mal vues de certains antinazis émigrés, comme le révéla la lettre ouverte de Stefan Pollatschek l’enjoignant de démissionner de l’Académie prussienne des Arts29.

  • 30 R. Kirby, The Culturally Complex Individual…, op. cit., p. 9.
  • 31 M. Reffet, « Le centenaire de Franz Werfel », Austriaca, 33, 1991, p. 163-165.

27Ces différents motifs expliqueraient donc le long discrédit affectant l’œuvre de Werfel, persistant jusqu’à la dernière décennie du XXe siècle. Ainsi, Rachel Kirby cite comme une réaction significative la réflexion d’un universitaire allemand apprenant le sujet de sa thèse, qu’elle venait d’entamer : « Tous les cochons se valent30. » Cependant, le centenaire de sa naissance, célébré en 1990 en Autriche, Tchécoslovaquie et Arménie (où l’auteur est honoré depuis 1998 dans le Mur de la Mémoire rajouté au monument commémoratif de Dzidzernagapert) a indéniablement contribué à l’amorce d’un changement31.

Annexes

Annexe 1. Traductions et diffusion du roman (1933-1939)

* Édition abrégée de plus de 10 % et sélectionnée par le Book of the Month Club, d’où son grand succès.
** Sans doute aussi en vue d’une diffusion clandestine en Arménie soviétique.
*** Œuvre d’un éditeur antinazi émigré.
Sources : M. Reffet (1983, p. 187) ; Y. Auron (1999, p. 149 et 160) ; D. Welky (2006, p. 36) et [www.worldcat.org./…musa-dagh…/editions].

Notes

1 Y. Ternon, « La qualité de la preuve. À propos des documents Andonian et de la petite phrase d’Hitler », L’actualité du génocide arménien, Créteil, Edipol, 1999, p. 135-141, p. 138-140.

2 W. Gruner, « “Peregrinations into the Void?” German Jews and their Knowledge about the Armenian Genocide during the Third Reich », Central European History, 45-1, 2012, p. 1-26, p. 9-10.

3 B. Adjemian, M. Nichanian, « Du centenaire de 14-18 à celui de 1915. Quelle place pour la Grande Guerre dans la commémoration du génocide arménien ? », Études Arméniennes contemporaines, 2, 2013, p. 65-88, p. 76-78.

4 G. Schultz-Behrend, « Sources and Background of Werfel’s novel Die vierzig Tage des Musa Dagh », The Germanic Review, 26-2, 1951, p. 111-123, a relevé que les sources de Werfel étaient avant tout allemandes (les divers écrits de Lepsius) et arméniennes (la chronique du pasteur Andréassian).

5 Cité par M. Reffet, « Franz Werfel entre expressionnisme et “Neue Sachlichkeit” », Germanica, 9, 1991, p. 191-215.

6 L. B. Foltin, « The Franz Werfel Archives in Los Angeles », The German Quarterly, 39-1, 1966, p. 55-61; R. Kirby, The Culturally Complex Individual. Franz Werfel’s Reflections on Minority Identity and Historical Depiction in The Forty Days of Musa Dagh, Lewisburg (Pennsylvania)/London, Bucknell University Press/Associated University Press, 1999.

7 Notamment S. Bodo Würffel, « “Ungeheure Verantwortung hängt daran”. Nationalismus, Moral und Utopie in Franz Werfels Roman Die vierzig Tage des Musa Dagh », M. Reffet (dir.), Le monde de Franz Werfel et la morale des nations/Die Welt Franz Werfels und die Morale der Völker, PU de Dijon, 1986, p. 253-282 ; V. Hartmann, Religiosität als Intertextualität: Studien zum Problem der literarischen Typologie im Werk Franz Werfels, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1998, p. 197-271 ; S. Karsten, Der Völkermord an den Armenien in Romanen von Werfel, Hilsenrath, Mangelsen und Balakian, GRIN Verlag, 2007, p. 44-68 ; P. S. Jungk, « Vortrag zum Franz Werfels Die vierzig Tage des Musa Dagh » (conférence présentée à la Johannès-Lepsius-Haus de Potsdam, 9 septembre 2011) ; Genozid und Literatur. Franz Werfel aus armenisch-jüdisch-türkisch-deutscher Perspektive, Potsdam, 10-12 mars 2013.

8 R. Cohen, « Les Quarante jours du Musa Dagh par Franz Werfel, une “littérature d’enquête” », Les Temps modernes, 547, 1992, p. 117-138 ; également J.-M. Lafon, « Roman, Histoire et mémoire. Un épisode méconnu du génocide arménien : la résistance de Musa Dagh », Guerres mondiales et conflits contemporains, 202-203, 2001, p. 137-153.

9 Il s’en explique confusément à Iskouhi : « Mais, je le sens, je ne cesse pas de fondre. Tout ce qui en moi est superflu, tout ce que le monde extérieur avait déposé sur moi, me quitte peu à peu » (Werfel, p. 699).

10 P. S. Jungk, Franz Werfel. Une vie de Prague à Hollywood, Paris, Albin Michel, 1990, p. 176 ; Y. Auron, « The Forty Days of Musa Dagh. Its impact on Jewish Youth in Palestine and Europe », R. G Hovannisian (dir.), Remembrance and Denial, Detroit, Wayne State University Press, 1998, p. 147-164, p. 148 et p. 153.

11 R. Kévorkian, « Un bref tour d’horizon des recherches historiques sur le génocide des Arméniens : sources, méthodes, acquis et perspectives », Études arméniennes contemporaines, 1, 2013, p. 61-74, p. 66.

12 T. Dedering, « “A Certain Rigorous Treatment of all parts of the Nation”. The Annihilation of the Herrero in German South West Africa, 1904 », in M. Levene et P. Roberts (dir.), The massacre in History, New York, Berghahn Books, 1999, p. 205-222 ; I. V. Hull, Absolute destruction: Military Culture and the Practices of War in Imperial Germany, Ithaca, Cornell University Press, 2005, p. 8-89. Plus largement, B. Bruneteau, Le siècle des génocides. Violences, massacres et processus génocidaires de l’Arménie au Rwanda, Paris, Armand Colin, 2004 ; G. Dédéyan et C. Iancu (dir.), Du génocide des Arméniens à la Shoah : typologie des massacres du XXe siècle, Toulouse, Privat, 2015.

13 Avec l’embrigadement des Kurdes, Tcherkesses… dans des formations paramilitaires, cf. O. Moreau, L’Empire ottoman à l’âge des réformes. Les hommes et les idées du « Nouvel Ordre » militaire 1826-1914, Paris/Istanbul, Maisonneuve & Larose/Institut français d’études anatoliennes, 2007, p. 113-148. Voir également P. Louvier, « Regards militaires britanniques sur les peuples du Levant hamidien », M.-F. Badie, M.-C. Heck et Ph. Montbrun (dir.), La Fabrique du regard, Paris, Michel Houdiard, 2011, p. 259-271, p. 268-269.

14 W. Gust, Der Völkermord an der Armeniern : Dokumente aus dem Politischer Archiv des deutschen Auswärtigen Amts, Springe, Zu Klampen, 2005.

15 R. Cohen, art. cit., p. 123-124.

16 G. Prévélakis, « Le processus de purification ethnique à travers le temps », Guerres mondiales et conflits contemporains, 217, 2005, p. 47-59.

17 « Au nom de la science », entretien avec Hamit Bozarslan, L’Histoire, no 408, février 2015, p. 58-61.

18 B. Adjemian, M. Nichanian, art. cit., p. 76.

19 R. Cohen, « Le génocide arménien dans la mémoire collective juive », Cahiers du judaïsme, 3, 1998, p. 112-122 ; Y. Auron, « The Forty Days of Musa Dagh. Its impact on Jewish Youth… », op. cit.

20 R. Crevel, « La situation culturelle dans l’Allemagne nazie » (rapport destiné au comité Thaelmann), Le roman cassé et derniers écrits, Paris, Pauvert, 1989, cité p. 62.

21 J.-M. Lafon, art. cit., p. 151.

22 B. Bach, « Franz Werfel : Jeremias. Höret die Stimme, roman de la protestation ou le courage de la confiance », Germanica, 31, 2002, p. 23-38, cité p. 38.

23 J.-Y. Tadié, B. Cerquiglini, Le roman d’hier à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2012, p. 234.

24 Le dossier consacré au centenaire du génocide par L’Histoire, no 408, février 2015, ne mentionne le roman que dans son complément bibliographique électronique.

25 M. Reffet, « Contestation politique et recherche des lecteurs dans le cas des Quarante jours du Musa Dagh de Franz Werfel », Roman et Société, université de Valenciennes, 1983, p. 185-192, p. 188.

26 E. Brender, « Sur la terre ou Sous la terre ? Karl Kraus, Franz Janowitz et Franz Werfel », in V. Robert (dir.), Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, Asnières, Institut d’allemand, 2003, p. 75-84.

27 G. Lukács, Le roman historique, Paris, Payot, 1965 (1937), p. 387.

28 D. Welky, « Global Hollywood versus National Pride: the Battle to Film The Forty Days of Musa Dagh », Film Quarterly, 59-3, 2006, p. 35-43.

29 Citée par V. Robert, Partir ou rester ? Les intellectuels allemands devant l’exil, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 76.

30 R. Kirby, The Culturally Complex Individual…, op. cit., p. 9.

31 M. Reffet, « Le centenaire de Franz Werfel », Austriaca, 33, 1991, p. 163-165.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende La mosaïque sociologique d’un génocide.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende * Édition abrégée de plus de 10 % et sélectionnée par le Book of the Month Club, d’où son grand succès.** Sans doute aussi en vue d’une diffusion clandestine en Arménie soviétique.*** Œuvre d’un éditeur antinazi émigré.Sources : M. Reffet (1983, p. 187) ; Y. Auron (1999, p. 149 et 160) ; D. Welky (2006, p. 36) et [www.worldcat.org./…musa-dagh…/editions].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier III, CRISES

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540