Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Deuxième partie. Représentations et écritures littéraires du génocide des Arméniens

Roman du génocide ou récit d’enfance : Le Vanetsi de Victor Gardon

Marie-Christine Rochmann

Texte intégral

  • 1 A. Andonian, Sur la route de l’exil, traduit de l’arménien par H. Georgelin, Genève, MétisPresses, (...)
  • 2 Y. Odian, Journal de déportation, traduit de l’arménien par Léon Ketcheyan, Marseille, Parenthèses, (...)
  • 3 M. Chamdandjian, Le Tribut de la pensée arménienne, in Chanth 5,7, 9-10, 11, 13, 15, 16-17, 25-26, (...)
  • 4 G. Balakian, Le Golgotha arménien, Berlin-Deir es-Zor, Mémoires, 2 tomes, traduit de l’arménien par (...)
  • 5 H. Toroyan, Z. Essayan, L’Agonie d’un peuple, témoignage traduit de l’arménien par M. Nichanian, Pa (...)

1Une grande majorité des premiers écrits arméniens sur le génocide n’appartient pas au champ de la littérature, si l’on entend celle-ci comme l’ensemble des textes portés par un souci esthétique et échappant au jugement de véridiction. Ce sont des récits authentiques, le récit par certains de leur propre calvaire, et de ce dont ils ont été témoins. Ainsi d’Aram Andonian Sur la route de l’exil1, de Yervant Odian Journal de déportation2, de Mikaël Chamdandjian Le Tribut de la pensée arménienne3, trois textes de 1919, enfin de Grigoris Balakian Le Golgotha arménien, dont le premier volume paraît à Vienne en 1922, le second à Paris en 19594. Ce sont aussi des témoignages recueillis auprès de survivants et mis en forme par d’autres comme L’Agonie d’un peuple5 de Zabel Essayan, réécriture d’un récit effectué par Hayg Toroyan. Elle s’y défend explicitement de faire de la littérature, et certains de fait jugent à l’époque incompatibles un discours sur la catastrophe et l’art, car les témoignages conçus très vite comme accumulation de preuves pour condamner les coupables ne sauraient être pollués par la fiction.

  • 6 Cf. K. Beledian, « Le retour de la catastrophe », in C. Coquio (dir.), L’Histoire trouée, négation (...)
  • 7 A. Andonian, En ces sombres jours, traduit de l’arménien occidental par H. Georgelin, Genève, Métis (...)

2Des textes littéraires malgré tout sont nés. D’abord à Constantinople, à la faveur de l’armistice de 1918, qui voit le retour d’écrivains déportés. Journaux et revues y étant inondés de témoignages sur le génocide et d’écrits médiocres, quelques écrivains réclament un art véritable pour élever la conscience nationale, restaurer la dignité des Arméniens, prouver que l’œuvre d’anéantissement a échoué6. Ainsi, Chamdandjian publie en revue un récit qui pourrait représenter un appel à la sublimation et à la symbolisation de la catastrophe : Dans les déserts de Deir Zor. Paraissent aussi sur le même thème des romans comme Le 17e espion de Yervant Odian (Constantinople, 1919) ou les nouvelles d’Aram Andonian, En ces sombres jours7. Puis survient le nouvel exode de 1923 avec l’avènement du régime kémaliste.

  • 8 Cf. M. Nichanian, Entre l’art et le témoignage, Littératures arméniennes au XXe siècle, vol. 1, La (...)
  • 9 K. Beledian, Cinquante ans de littérature arménienne en France, Paris, CNRS, 2001.
  • 10 G. Mahari, Burning Orchards, Black Apollo Press, 2007 (Erevan, 1966).
  • 11 Z. Vorpouni, La Tentative, Les Persécutés, vol. 1, Marseille, 1929, et Le Candidat, Les Persécutés,(...)

3Les précieuses études de Marc Nichanian et Krikor Beledian nous permettent d’appréhender ce que furent ensuite les productions littéraires en arménien oriental ou occidental, d’une part en Arménie soviétique8, d’autre part en France dans la diaspora9. Or, les textes produits dans ces deux univers restent pratiquement muets sur la catastrophe elle-même. En Arménie soviétique où la création fut limitée par la censure, les œuvres romanesques de Vahan Totovents, Tonon, 1922, et Gourgen Mahari, Les Vergers en feu, 196610, n’abordent pas directement le génocide. La prose qui paraît en France en arménien de 1922 à 1928 fuit le réel en se réfugiant dans la tradition populaire des contes ou le merveilleux des temps christiques. À partir de 1929, le roman est pensé par ses intellectuels comme témoignage sur la vie des exilés et leurs tentatives pour faire exister une diaspora dont on craint qu’elle ne meure une nouvelle fois. Ainsi dans ces romans le génocide est gommé, n’émerge que sous forme de traces, la trace essentielle étant l’absence du père, qui ne donne lieu à aucun récit mais est inscrite dans l’impuissance des fils à le remplacer. Il faut attendre, écrit Krikor Beledian, 1967 avec le roman Le Candidat de Vorpouni11, pour que, dans ce texte à plusieurs voix, l’une fasse le récit de la traversée du désert et de la mise à mort de la mère.

  • 12 V. Gardon, Le Vert Soleil de la vie, Paris, Stock, 1959 ; Le Chevalier à l’émeraude, Paris, Stock, (...)
  • 13 V. Gardon, Le Vanetsi, Une enfance arménienne, Paris, Stock, 2008.

4Peut-on dire alors que c’est la trilogie de Vahram Gakavian, de son nom de résistant devenu nom de plume Victor Gardon, Le Vert Soleil de la vie (1959) suivi du Chevalier à l’émeraude (1961) et de L’Apocalypse écarlate (1970)12, œuvres écrites pour la première fois en français, qui ouvre en France l’ère du roman sur le génocide arménien ? En fait dans le préambule du premier volume, Victor Gardon se réclame d’une double intention : il s’agit pour lui, explique-t-il, d’une part d’écrire sa vie, d’autre part de dérouler le témoignage de cinquante ans d’histoire. En 2008, les trois volumes déjà parus, qui couvrent les années 1908 à 1918 environ, soit les cinq à quinze ans de l’auteur, sont rassemblés par la petite fille de l’auteur, Christine Gardon, sous le titre Le Vanetsi13, le sous-titre, Une enfance arménienne, voulu par les éditeurs, gommant la dimension historiographique. Faut-il voir finalement dans Le Vanetsi, un récit d’enfance, l’autobiographie d’un enfant de Van plus qu’un témoignage sur ce qu’on a appelé longtemps « le grand crime », dans un nouvel évitement de celui-ci ? En fait, il s’agira pour nous de montrer comment l’auteur organise la cohabitation de ces deux intentions.

La cohabitation au niveau générique et énonciatif

  • 14 On pourrait de fait rassembler sous l’étiquette de « roman historique sur le génocide » Les quarant (...)

5Dans le préambule du premier volume, Victor Gardon annonce renoncer au « je » pour, dit-il, garantir objectivité et vérité. Et il fait paraître son texte sous l’intitulé « roman ». Sans doute songe-t-il ici au genre du roman historique tel celui de Franz Werfel14, où l’objectivité de l’historien est mimée par une narration à la troisième personne. L’aspect autobiographique est-il ainsi sacrifié au profit d’un dire sur l’histoire ? Pas vraiment car il a nommé le protagoniste Vahram, c’est-à-dire de son propre nom, et adopte tout au long des deux premiers tomes une focalisation interne sur l’enfant. Tous les événements seront ainsi vécus à travers le point de vue de celui-ci, comme il en est dans une autobiographie. Le lecteur le perçoit très bien du fait de la présence permanente de l’enfant dans le texte, l’apparition des autres personnages comme les descriptions de lieux étant conditionnées par cette présence. Et Vahram guette, il voit, il observe, il entend, il ressent, les embrayeurs qui le prennent comme centre focalisateur sont multiples. Aussi ne connaîtrons-nous que ce que l’enfant lui-même découvre, l’auteur laissant certains éléments inexpliqués lorsque Vahram ne les comprend pas lui-même.

6On imagine ce que, s’agissant de l’autre objectif, peindre l’Histoire, devrait impliquer une pareille restriction de champ, l’enfant étant normalement confiné dans la sphère intime, protégé des rumeurs alarmantes, ignorant de la politique et du passé de massacres, et à l’époque où le premier volume se situe, au moment de la Révolution jeune-turque, trop jeune pour en avoir pris conscience.

  • 15 Dandoun : très grande pièce dont le plafond avait la hauteur du deuxième étage et où se trouvait le (...)

7Mais l’auteur pallie nombre des inconvénients de ce choix. Tout d’abord, il tait l’âge de Vahram tout au long du texte, ce qui lui laisse une plus grande latitude. Surtout, il le constitue en véritable témoin des événements et un témoin plein d’atouts : extraordinairement curieux et furieusement obstiné pour satisfaire sa curiosité. Ainsi assiste-t-il aux réunions du parti Arménagan que son père dirige à Van, bien qu’on ait voulu le chasser à cause de son jeune âge. Ou bien posté sur le toit de la maison, il guette tout ce qui se dit dans le dandoun15. Le choix constant du discours direct nous fait alors assister aux échanges. Ce sont les autres qui parlent mais Vahram est là, et c’est pourquoi nous les entendons. Il joue ainsi le rôle de chambre d’écoute de multiples débats et récits victimaires. Et les échanges comme les récits sont nombreux du fait de la position de sa grand-mère, que tous viennent consulter pour des maux tant physiques que moraux, de son père, chef de l’organisation Arménagan, comme de ses oncles paternels, combattants en position éminente pendant le siège de Van. Parce qu’il est curieux, il pose aussi nombre de questions auxquelles les adultes répondent avec patience, ce qui permet à l’auteur de multiplier les informations :

« Vahram écoutait sans comprendre. Il demanda :

– Père est-ce que Tahsïn Bey quitte le gouvernement de Van ? Son fils Raymond le disait.
– Oui, mon petit, Tahsïn Bey est nommé Gouverneur d’Erzeroum. Djévded Bey lui succède.
– Comment s’exclama Grand’Mé, ce fils indigne de Tahry Pacha, ce bourreau qui fit mettre des fers aux paysans comme aux ânes ?
– Oui, mère, c’est bien Djévded-le-Ferrand » (398).

8Comme les couples d’amoureux autour de lui de même que plus tard les combattants du siège de Van font de cet enfant aventureux leur messager, il est en même temps partout où quelque chose d’important a lieu. Il est dit aussi doué d’une prodigieuse mémoire qu’il cultive en se racontant lui-même ses aventures pour mieux s’en souvenir.

9La conciliation entre autobiographie et grande Histoire se fait donc dans cette élévation de l’enfant au statut de témoin, ce que quelques épisodes mettent en exergue. La fonction de témoin direct de Vahram sera ainsi mise en scène sur un mode particulièrement dramatique dès le premier livre lorsque, du grenier de sa tante où il est venu chercher des bottines pour sa cousine réfugiée chez eux, il assiste au massacre de toute la famille. Plus tard, ayant trouvé morte et mutilée une jeune femme à laquelle il avait rendu visite la veille, Vahram est invité à désigner les coupables au milieu de la rangée de soldats turcs installés dans la maison d’en face. Enfin sa consécration comme témoin s’effectue sous un mode explicite en différents lieux du texte par la bouche de personnages importants. « Ta place n’est pas parmi nous, va apprendre tes leçons ou jouer dans le verger. Il n’y a rien d’intéressant pour toi ici » lui avait dit son oncle en le chassant mais Vahram remonte et un vieux professeur intervient : « Laissez cet enfant ici. J’admire sa curiosité. Il sera notre témoin pour l’avenir » (324).

Le conflit au niveau thématique

  • 16 R. Kévorkian, Y. Ternon, Mémorial du génocide des Arméniens, Paris, Le Seuil, 2014.
  • 17 H. Barby, Au pays de l’épouvante, l’Arménie martyre, Paris, Albin Michel, 1917.
  • 18 H. Morgenthau, Mémoires de l’Ambassadeur Morgenthau, Paris, Payot, 1919.
  • 19 J. Lepsius, Rapport secret sur les massacres d’Arménie (1915-1916), Paris, Payot, 1918 ; A. Toynbee (...)

10Qu’en est-il des deux objectifs de l’auteur au niveau thématique ? Si l’on confronte la trilogie de Victor Gardon et l’énoncé des faits concernant Van dans le Mémorial du génocide des Arméniens de Raymond Kévorkian et Yves Ternon16, on constatera l’étonnante richesse historique du texte de Victor Gardon. Sont présentés dans les deux premiers tomes le climat de menace préalable à la Révolution jeune-turque puis la phase de détente faisant suite à celle-ci ; quelques années plus tard, c’est l’entrée de la Turquie dans la grande guerre avec l’enrôlement des Arméniens dans l’armée turque et, suite au repli des troupes russes, les premiers massacres à Saray et Baskalé, le meurtre des deux chefs dachnaks de Van, Vramian et Ishkhan, l’organisation par Van de son auto-défense et le siège de la ville arménienne par les Turcs un mois durant, jusqu’à la délivrance par l’arrivée des troupes russes ; enfin l’exode décrété par la Russie de tous les habitants du Vasbouragan vers l’Arménie soviétique. À l’origine de cette richesse historiographique, outre sa prodigieuse mémoire, la consultation d’un journal que Victor Gardon commence à Tiflis le 25 mai 1916, et dont Christine Gardon nous a très aimablement communiqué les premières pages traduites en français. Victor Gardon a pu surtout s’appuyer sur une importante documentation, de l’ouvrage du journaliste Henry Barby, Au pays de l’épouvante17, paru en 1917, qui consacre un chapitre entier à la résistance de Van, aux Mémoires de l’Ambassadeur Morgenthau18 que l’auteur cite en épigraphe d’un chapitre, ou au témoignage du médecin américain Clarence Ussher dans An American Physician in Turkey (Boston 1917). On songe également aux ouvrages de Lepsius et Toynbee19 et aux matériaux possiblement recueillis par le canal des journaux arméniens, notamment lorsque, de 1920 à 1922, Gardon se trouve à Constantinople et écrit lui-même dans ces journaux.

11Cependant cette dimension historique reste subordonnée au récit d’enfance.

  • 20 M. Nichanian, La Perversion historiographique, une réflexion arménienne, Paris, Éditions Lignes et (...)

« L’Écriture de la Catastrophe, écrit Marc Nichanian, avait besoin du témoignage, ceci au moins est clair. Mais il est tout aussi clair qu’elle avait pour tâche quelque chose que j’appellerai provisoirement une sublimation du témoignage. Il fallait d’une certaine façon libérer le témoignage de sa fonction réaliste et documentaire, le tirer hors de la sphère de la réfutation. La littérature n’avait pas pour visée de dire la réalité. Sa visée, sa fonction, sa tâche étaient la rédemption du témoignage20. »

  • 21 N. Frye, Anatomie de la critique, Paris, Gallimard, 1969, p. 372.

12C’est chez Gardon la dimension récit d’enfance avec ses jeux, son imaginaire spécifique, ses croyances, sa fraîcheur, qui transmute le témoignage en littérature et la violence en espoir en l’intégrant en quelque sorte dans ses propres programmes. Les deux premiers volumes du Vanetsi peuvent se lire en effet comme un roman d’apprentissage, le récit d’une initiation, initiation aux valeurs de générosité, de justice, de courage, à l’histoire du pays, aux mythes, aux stéréotypes du genre, aux mystères de l’amour et de la religion, au mal et à la mort, la grand-mère étant le maître initiateur et la violence turque l’occasion des épreuves. Le monde de l’enfance inclut aussi le romanesque comme ethos spécifique, un romanesque particulièrement frappant en ces années soixante où le courant moderniste de la littérature avec le nouveau roman se définit comme anti-romanesque. Frye voyait dans le romanesque « le résultat d’un déphasage du mythe qui trouvait ses premières manifestations canoniques dans les légendes de saints et les romans de chevalerie21 ». Or c’est bien à cet imaginaire des légendes de saints et des romans de chevalerie que dès les premières pages le roman s’abreuve. Faut-il triompher de la peur que lui inspire un mendiant ? Vahram y parvient grâce à la pierre de Saint-Georges que sa grand-mère lui a remise ; ses héros sont des héros guerriers, ancêtres de sa famille, comme le chevalier à l’émeraude dont il découvre la gravure dans la pièce secrète de la maison, ou comme Napoléon. À l’instar du héros romanesque positif, Vahram se présente lui aussi à maintes reprises comme un personnage hors du commun que le lecteur prend plaisir à admirer dans de nombreuses actions d’éclat. Quant à la dimension amoureuse, si importante dans les romans de chevalerie, elle s’illustre tout au long des trois volumes par l’attachement sensuel que Vahram éprouve pour sa cousine Sirarpi.

13Cette articulation improbable du romanesque au référentiel à travers le point de vue d’un enfant semble avoir autorisé Gardon à instaurer un univers quelque peu manichéen. De fait la tendance est d’uniformiser chacun des deux camps en conflit, pour mieux les opposer. Pas de Juste chez les Turcs cependant que le culte des héros chez l’enfant finit par englober dans une même célébration tous les chefs révolutionnaires, y compris les dachnaks que l’auteur ne portait pourtant pas dans son cœur. Seuls les Kurdes ne forment pas une catégorie homogène, partagés qu’ils sont entre « bons » et « mauvais » Kurdes.

14En définitive, la relation des événements cruciaux concernant les événements de Van souffre d’une certaine façon de l’importance vouée à l’enfant. Car il faut en reconstituer l’enchaînement à la manière d’un puzzle ; car ses aventures de messager amoureux, ses mots d’enfant, ou la punition que lui inflige sa grand-mère, du poivre enfoncé dans la bouche, nous écartent régulièrement du drame collectif, ramenant le texte aux malheurs d’un petit enfant désobéissant. D’autre part, il n’est quasi pas d’informations dans ces deux premiers volumes sur ce qui se passe ailleurs qu’à Van et ses environs, par exemple l’arrestation des intellectuels à Istanbul le 24 avril 1915. Cependant, dans les deux premiers volumes, la dimension historique et la relation autobiographique s’avèrent en quelque sorte subsumées par l’aura mythique que le discours romanesque tisse autour de cet enfant lumineux. C’est une forme d’invulnérabilité que Vahram, qui fait foi dans sa toute puissance, nous offre comme mythe compensatoire à la terrible destruction à venir. L’enfant comme une renaissance, comme la promesse d’un avenir que symbolise le vert, omniprésent dans ces deux premiers volumes. En même temps, toutes les pages consacrées à Van, à ses jardins et à ses rues, restituent longuement l’univers désormais perdu, non sur un mode nostalgique mais comme pure célébration.

Un troisième tome victime du conflit ou des nouvelles exigences contemporaines ?

15Le troisième volume de la trilogie, L’Apocalypse écarlate, 1970, n’offre pas la même réussite. On sait par la petite fille de l’auteur qu’il fut dans sa version première refusé par Stock, qui avait publié les deux premiers, et remanié maintes fois avant d’être accepté par Calmann-Levy, et il se ressent sans doute de ces remaniements successifs. Unité thématique et unité de point de vue ont volé en éclat. Le roman commence à Tiflis où Vahram chante pour le Tsar dans la cathédrale et reçoit de celui-ci cinq cents roubles pour la beauté de son chant. On a donc un aperçu de sa vie et de l’acclimatation de la famille en Géorgie ; mais Vahram est obsédé par la disparition de sa grand-mère lors de l’exode et veut retourner en Arménie occidentale, alors occupée par les Russes, pour la chercher. Il y parvient en se joignant à une mission russe, la mission Bebhoutov, chargée de comptabiliser les victimes arméniennes et de faire justice. Le texte multiplie les invraisemblances, la première étant la présence d’un enfant de treize ans au sein de cette mission. Puis c’est de nouveau Tiflis et les premières manifestations de la révolution russe avant que la vie de Vahram ne soit tout entière mobilisée par la lecture d’un manuscrit codé que son père a reçu de son frère ainé, médecin militaire dans l’armée turque. Sur soixante-dix pages, on quitte donc le point de vue de Vahram et sa vie propre pour suivre cet oncle. Le roman s’achèvera sur les combats des volontaires arméniens contre les Turcs à Sardarabad, parmi lesquels Vahram, et quelques pages avant la fin, l’annonce de la création d’une République arménienne. Les quêtes se succèdent ainsi, s’achevant de façon déceptive, qu’il s’agisse de la recherche de la grand-mère perdue dont les retrouvailles sont presque escamotées ou de la victoire sur les Turcs à Sardarabad, avec au bout la constitution d’une République indépendante, laquelle n’a pas l’air de satisfaire les personnages. Errances de la diégèse entre de multiples objets de valeur, trop de matière historique pour un si jeune enfant, et sur un mode romanesque qui décrédibilise les deux récits, le roman échoue à nous séduire.

  • 22 Y. Ternon, « Le génocide de 1915-1916 et la fin de l’empire ottoman », in G. Dédéyan (dir.), Histoi (...)

16La seule unité du texte serait d’ordre non diégétique mais discursif. La diaspora arménienne avait découvert depuis l’après deuxième guerre mondiale qu’un mot nouveau « génocide » désignait ce que le peuple arménien avait subi en 1915, mais c’est en 1965, à l’occasion du cinquantenaire du génocide arménien, que l’événement traumatique revient sur le devant de la scène politique, diplomatique et historiographique internationale et que « les communautés arméniennes tant en diaspora qu’en Arménie soviétique, exigent que la Turquie reconnaisse le génocide des Arméniens de l’empire ottoman22 ». C’est ainsi que le troisième volume de la trilogie, rédigé en cette fin des années soixante, cristallise son propos autour de la dénonciation des crimes et l’appel à la justice. Dans la diégèse qui fait revenir Vahram en Arménie occidentale, le texte multiplie les découvertes de charniers, ne cesse de dénoncer la responsabilité générale des Turcs. Et les soixante-dix pages du médecin arménien militaire dans l’armée turque serviront à ressusciter le génocide dans sa phase active antérieure, exhibant cruauté, luxure, obscénité des officiers turcs.

  • 23 « Notre force sera dans notre rapidité et notre brutalité. Que m’importe ce que pensera de moi une (...)

17Le paratexte, titres et épigraphes, permet aussi d’ouvrir le livre et chaque chapitre de ce livre sur la catastrophe. Victor Gardon a appelé en effet ce troisième volume « l’Apocalypse écarlate » pour figurer le massacre et la fin d’un monde, et il a donné pour épigraphe à son roman la fameuse parole de Hitler dans son discours à l’état-major de la Wehrmacht le 22 août 193923. L’épilogue du roman reprendra la métaphore de l’Apocalypse, mais pour prophétiser cette fois le châtiment dans une vision prêtée au jeune Vahram qui revient de la guerre : vision de rivières écarlates mais aussi de milliers d’oiseaux nés des âmes des trépassés, bouquet de lumières à travers lequel une voix s’élève :

« Un crime, un crime inexpiable m’a donné naissance. Un jour inévitablement, je constituerai un tribunal, aussi puissant que ces mille soleils ; afin que nulle ombre ne puisse voiler le procès, la sentence, la justice intégrale » (1027).

  • 24 Le Vert Soleil de la vie de Victor Gardon est pressenti pour le Goncourt en 1959, ainsi que pour le (...)
  • 25 Cf. lettre de refus de Luc de Goustine, pour les Éditions du Seuil, communiquée par Christine Gardo (...)

18La tâche du critique est de rendre lisible la façon dont la littérature fait l’expérience de la catastrophe, signifiait Marc Nichanian. C’est dans cette conciliation entre un récit d’enfance et la grande et sombre Histoire que la trilogie de Victor Gardon se distingue. Les deux premiers volumes ont privilégié le récit d’enfance et, servis par un dispositif narratif efficace, un romanesque conforme à l’imaginaire enfantin et une très belle écriture pour dire le pays perdu, ils ont été très bien accueillis par la critique24. L’Apocalypse écarlate séduit moins, otage d’un héros adolescent moins attachant, d’un romanesque trop débridé et de deux intimations contradictoires : réclamer justice pour le génocide, en accord avec le projet arménien contemporain, mais sans multiplier les violences pour ne pas heurter le lecteur français25. On sait que Victor Gardon rédigea un quatrième volume, sur la fuite de sa famille de Tiflis à Vladikavkaz, Rostov et Constantinople, mais le manuscrit en a été perdu.

Notes

1 A. Andonian, Sur la route de l’exil, traduit de l’arménien par H. Georgelin, Genève, MétisPresses, 2013 (Veradzenount, Paris, 1919-1920).

2 Y. Odian, Journal de déportation, traduit de l’arménien par Léon Ketcheyan, Marseille, Parenthèses, 2010 (Jamanak, Istanbul, 1919).

3 M. Chamdandjian, Le Tribut de la pensée arménienne, in Chanth 5,7, 9-10, 11, 13, 15, 16-17, 25-26, Constantinople, 1919.

4 G. Balakian, Le Golgotha arménien, Berlin-Deir es-Zor, Mémoires, 2 tomes, traduit de l’arménien par H. Bedrossian, Le Cercle d’écrits caucasiens, 2002, 2004 (Vienne, 1922, Paris, 1959).

5 H. Toroyan, Z. Essayan, L’Agonie d’un peuple, témoignage traduit de l’arménien par M. Nichanian, Paris, Classiques Garnier, 2013.

6 Cf. K. Beledian, « Le retour de la catastrophe », in C. Coquio (dir.), L’Histoire trouée, négation et témoignage, Nantes, l’Atalante, 2003, p. 299-328.

7 A. Andonian, En ces sombres jours, traduit de l’arménien occidental par H. Georgelin, Genève, MétisPresses, 2007 (1re édition, Boston, 1919).

8 Cf. M. Nichanian, Entre l’art et le témoignage, Littératures arméniennes au XXe siècle, vol. 1, La Révolution nationale, Genève, MétisPresses, 2006.

9 K. Beledian, Cinquante ans de littérature arménienne en France, Paris, CNRS, 2001.

10 G. Mahari, Burning Orchards, Black Apollo Press, 2007 (Erevan, 1966).

11 Z. Vorpouni, La Tentative, Les Persécutés, vol. 1, Marseille, 1929, et Le Candidat, Les Persécutés, vol. 2, Beyrouth, 1967.

12 V. Gardon, Le Vert Soleil de la vie, Paris, Stock, 1959 ; Le Chevalier à l’émeraude, Paris, Stock, 1961 ; L’Apocalypse écarlate, Paris, Calmann-Lévy, 1970.

13 V. Gardon, Le Vanetsi, Une enfance arménienne, Paris, Stock, 2008.

14 On pourrait de fait rassembler sous l’étiquette de « roman historique sur le génocide » Les quarante jours du Musa Dagh de Franz Werfel, Paris, Albin Michel, 1949 (1933), Un poignard dans ce jardin de Vahé Katcha, Paris, Presses de la Cité, 1981, et Erevan de Gilbert Sinoué, Paris, Flammarion, 2009.

15 Dandoun : très grande pièce dont le plafond avait la hauteur du deuxième étage et où se trouvait le foyer (tonir), qui servait à la fois de cuisine et de salle à manger.

16 R. Kévorkian, Y. Ternon, Mémorial du génocide des Arméniens, Paris, Le Seuil, 2014.

17 H. Barby, Au pays de l’épouvante, l’Arménie martyre, Paris, Albin Michel, 1917.

18 H. Morgenthau, Mémoires de l’Ambassadeur Morgenthau, Paris, Payot, 1919.

19 J. Lepsius, Rapport secret sur les massacres d’Arménie (1915-1916), Paris, Payot, 1918 ; A. Toynbee, Les Massacres des Arméniens, Le meurtre d’une nation (1915-1916), Payot et Rivages, 2012 (1916).

20 M. Nichanian, La Perversion historiographique, une réflexion arménienne, Paris, Éditions Lignes et Manifestes, 2006, p. 31.

21 N. Frye, Anatomie de la critique, Paris, Gallimard, 1969, p. 372.

22 Y. Ternon, « Le génocide de 1915-1916 et la fin de l’empire ottoman », in G. Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Privat, 2008, p. 559.

23 « Notre force sera dans notre rapidité et notre brutalité. Que m’importe ce que pensera de moi une civilisation occidentale dégénérée. Gengis Khan a fait tuer des millions de femmes et d’enfants d’un cœur léger. Le monde ne se souvient de lui que comme d’un grand conquérant. Il faut éliminer sans merci tous les hommes, femmes, et enfants de race polonaise. C’est la seule façon de satisfaire notre besoin d’espace vital… Et qui, après tout, évoque encore aujourd’hui le massacre des Arméniens ? », Hitler, discours à l’état-major de la Wehrmacht, le 22 août 1939.

24 Le Vert Soleil de la vie de Victor Gardon est pressenti pour le Goncourt en 1959, ainsi que pour le prix Charles Veillon. Le Chevalier à l’émeraude fait partie en 1961 de la sélection du prix Femina.

25 Cf. lettre de refus de Luc de Goustine, pour les Éditions du Seuil, communiquée par Christine Gardon : « Ce volume nous paraît en retrait des précédents. C’est moins le roman d’une famille dont Madame Grande était l’inoubliable génie tutélaire que la chronique ou le recensement des atrocités commises par les Turcs… »

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier III

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540