Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Première partie. Recherche et enseignement du génocide des Arméniens

Le génocide des Arméniens de 1915 dans les manuels de l’enseignement secondaire français au XXe et XXIe siècle

Christian Amalvi

Texte intégral

1Le 24 avril 2015, pour commémorer le centième anniversaire du début de l’extermination de la communauté arménienne par la Turquie, le quotidien Libération titre sur toute la largeur de sa une : « Génocide arménien : cent ans de solitude ». Cet écho littéraire au célèbre roman de Gabriel García Márquez publié en 1967, peut en effet s’appliquer parfaitement au long oubli de ce crime contre l’humanité dans les manuels scolaires en usage dans l’enseignement secondaire français du XXe et du début du XXIe siècle. Certes, on n’a pas attendu un siècle pour l’évoquer, cependant, force est de reconnaître que c’est seulement à partir de 1982 – et encore de manière très, beaucoup trop, concise – que ce phénomène est décrit dans une poignée d’ouvrages pédagogiques. Et c’est seulement avec le XXIe siècle que son ampleur est (enfin) révélée aux adolescents. Comment expliquer ce silence assourdissant alors même que les massacres perpétrés, tout au long du XIXe siècle, contre les chrétiens d’Orient ne sont nullement ignorés de ces mêmes ouvrages ? Comment expliquer que les mêmes livres, qui célèbrent les valeurs de la République fondées sur la Fraternité, aient pu à ce point ignorer des crimes de masse qui bafouaient cyniquement les principes de base de la République et dont leurs auteurs avaient par ailleurs une parfaite connaissance ? Ce sont précisément ces paradoxes dont je tente de rendre compte ici même en me penchant sur la tragédie du génocide de 1915, saisie à la lueur des massacres des populations chrétiennes tout au long des conflits suscités, du XVIIIe siècle à la Grande Guerre, par la Question d’Orient, dans une perspective de longue durée.

  • 1 R. Debray, Par amour de l’art. Une éducation intellectuelle, nouv. éd., Paris, Gallimard, 2000, p.  (...)

2Le corpus de base de ma communication est constitué par trente-cinq manuels scolaires du second cycle de l’enseignement secondaire, depuis les classiques volumes de la collection Malet-Isaac jusqu’aux derniers tomes diffusés pour appliquer les programmes de septembre 2010. Il va de soi, à mes yeux, que les manuels scolaires ne constituent pas des supports neutres et passifs d’un savoir désincarné, intemporel, mais représentent, du moins dans les ouvrages laïques, une contribution capitale à la formation citoyenne et à l’apprentissage démocratique des élites françaises, dont le contenu est largement conditionné par le contexte politique et social dans lequel s’inscrivent ces œuvres didactiques. C’est du reste à juste titre que Régis Debray résume ainsi la place capitale de l’histoire dans les cours des lycées des années cinquante : « L’histoire s’appelait Malet-Isaac1. » Adossée à ce socle scolaire, ma réflexion s’articule autour de trois axes complémentaires, relevant d’orientations à la fois thématiques et chronologiques :

  • La place des massacres des communautés chrétiennes dans les manuels de l’enseignement secondaire, de la Question d’Orient au XIXe siècle, de 1923 à 1982.

  • L’apparition tardive du génocide arménien de 1915, dans les ouvrages diffusés de 1982 à 2012.

  • Enfin et surtout, une tentative d’explication de ce silence incompréhensible autour de cette hécatombe jusqu’à une date relativement récente.

L’évocation des massacres des chrétiens de l’Empire turc dans le cadre de la Question d’Orient, avant même le génocide de 1915

3Notre étude s’appuie ici sur les trois principales versions du manuel classique de l’enseignement secondaire Malet-Isaac : celle de 1923, rédigée après la disparition d’Albert Malet en 1915, lors de l’offensive d’Artois, par Pierre Grillet, et par Jules Isaac pour le chapitre sur la Grande Guerre, et celles de 1938 et de 1953, entièrement refondues par Jules Isaac lui-même ou sous sa direction personnelle, toutes diffusées par la puissante maison Hachette.

4Voici la vision de la Question d’Orient au XIXe siècle dans la collection Malet de 1923.

5Le chapitre ix traite de la désorganisation et du démembrement de l’Empire ottoman, de la formation des états chrétiens des Balkans, de la guerre de Crimée, de la guerre des Balkans, du congrès de Berlin, des états des Balkans depuis 1878. Cependant, si cette rubrique évoque longuement les massacres des chrétiens des Balkans, notamment ceux des Serbes et des Bulgares par les Bachibouzouks, le chapitre ne parle pas des victimes arméniennes avant l’avènement, en 1876, d’Abdul-Hamid qualifié de « Sultan Rouge » et de « Boucher de l’Arménie » :

  • 2 A. Malet et P. Grillet, XIXe siècle. Histoire contemporaine : 1815-1920. Philosophie. Mathématiques (...)

« [Sous son règne], le chrétien “qu’une débile tolérance avait laissé vivre au lieu de le convertir” – les mots sont d’Abdul-Hamid lui-même – devait demeurer l’esclave dont la vie même est aux mains du maître. Le monde épouvanté en eut la preuve avec les Arméniens. À partir de 1894 jusqu’à 1896, par ordre du Sultan, en Asie mineure et jusqu’à Constantinople, où durant les quatre derniers jours d’août 1896, le sang coula à pleins ruisseaux, les Arméniens furent systématiquement massacrés : il en périt au moins 200 000, 300 000 peut-être2. »

  • 3 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle. Classes de Philosophi (...)

6Dans la réédition de 1938, supervisée par Jules Isaac lui-même, ce chapitre amplifie l’ampleur de ces tueries afin de mieux les stigmatiser. Dans la version de 1923, il s’intitulait simplement « La Question de Macédoine », dans celle de 1938, « Les Massacres d’Arménie3 ». D’autre part et surtout, la place réservée à ces massacres est désormais beaucoup plus développée qu’en 1923 :

  • 4 Loc. cit.

« L’alliance franco-russe était à peine conclue que la question d’Orient se rouvrait par les massacres d’Arménie, sur l’ordre du sultan Abd-ul-Hamid. Abd-ul-Hamid avait été porté au trône en 1876 par les Jeunes Turcs, qui espéraient le voir réaliser des réformes libérales. En fait il se montra leur ennemi acharné et, loin de supprimer les abus, il ne fit que les aggraver. Son gouvernement fut caractérisé par le massacre des populations chrétiennes et l’amitié allemande.
Par politique, Abd-ul-Hamid s’affirma le protecteur de l’islam. Non seulement il subventionna les œuvres religieuses et fit construire le chemin de fer de La Mecque qui permettait aux pèlerins de visiter plus facilement la Ville Sainte, mais encore pour complaire au fanatisme musulman il fit – ou laissa – massacrer les chrétiens par centaines de milliers. En même temps, pour n’avoir pas à redouter l’indignation de l’opinion publique, il essayait d’acheter le silence des gouvernements européens en accordant à leurs nationaux des concessions de mines ou de chemins de fer. Surtout il gagnait l’amitié de Guillaume II en favorisant les ambitions économiques de l’Allemagne dans le Proche-Orient.
Les Arméniens furent les premières victimes. Au Congrès de Berlin [de 1878], Abd-ul-Hamid avait promis de prendre des mesures en leur faveur ; il n’en fut rien. Il garda seulement rancune aux Arméniens d’avoir fait soutenir leur cause par les grandes puissances. Et quand, vers 1886, quelques-uns d’entre eux, las d’attendre les réformes, fondèrent des sociétés secrètes et organisèrent des attentats, le sultan, confondant volontairement une poignée de révolutionnaires avec tout un peuple, lança les Kurdes contre les Arméniens. Ce furent d’abord, en 1892 et 1893, des pillages et des conversions forcées ; puis, de 1894 à 1896, d’horribles massacres, qui s’étendirent à Constantinople, et firent peut-être 300 000 victimes.
Ces tueries faillirent amener une guerre européenne. L’Angleterre […] s’indigna à la voix de Gladstone, mais, la Russie ne voulait pas entendre parler d’une Arménie turque autonome, voisinage dangereux pour l’Arménie russe. Quand Salisbury fit entrer deux navires dans la mer de Marmara, le tsar pensa occuper Constantinople pour défendre la ville contre les Anglais. La France contient les deux adversaires, dont l’un était son allié : Les Arméniens furent sacrifiés au maintien de la paix (1896). À peine les massacres cessaient-ils en Arménie qu’ils commençaient en Crète4. »

7La légende qui accompagne la photographie d’Abd-ul-Hamid (1842-1918) résume bien, pour Jules Isaac, la duplicité et la cruauté du personnage :

  • 5 Ibid., p. 601.

« Le sultan, fort intelligent, doué d’une rare puissance de séduction, sut convaincre l’Europe pendant près de vingt ans qu’il était un souverain consciencieux, libéral, ami du progrès – jusqu’au moment où éclatèrent, presque sur ses ordres, les massacres d’Arménie que suivirent ceux de Crète et de Macédoine5. »

8On s’attendrait à trouver, dans l’évocation de la Grande Guerre, chez un défenseur incontestable des droits de l’homme comme Jules Isaac, un récit détaillé des massacres perpétrés par les Turcs contre les Arméniens en 1915. Or, aucune allusion à ces tueries ne figure dans cette version entièrement supervisée par Jules Isaac en 1938.

  • 6 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle, op. cit., p. 598.

9Il n’y en pas davantage dans la version de 1953 du cours Malet-Isaac. En apparence, le texte de 1953 est rigoureusement identique à celui de 1938. Cependant, une lecture attentive révèle que la version la plus récente semble en net retrait par rapport à celle de 1938. En 1938, l’ampleur des massacres ordonnés de 1894 à 1896 est évaluée à « peut-être 300 000 victimes6 ». Or, en 1953, cette estimation chiffrée a curieusement disparu. Jules Isaac considérait-il désormais que l’on ne peut pas moralement comparer le génocide arménien et l’extermination massive des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ? Cette explication serait peut-être pertinente si une allusion explicite était faite par Jules Isaac au génocide arménien, or, il est passé sous silence dans sa collection, et cette lacune ne peut pas relever du hasard. Il nous faut donc, plus loin, chercher ailleurs les raisons profondes de cette omission en apparence incompréhensible.

10On aurait pu penser que cette lacune historiographique était limitée à la série du Malet-Isaac, or, force est de constater qu’il n’en est rien. L’importante collection dirigée par Jean Monnier (1907-1995), inspecteur général, dont le volume destiné aux classes de terminales, Histoire. Les civilisations du monde contemporain, publié chez Nathan en 1962, est totalement muette sur cette tragédie. En 1964, le cours d’histoire de Paul Vial, paru dans une collection confessionnelle dirigée par Guillaume de Bertier de Sauvigny, chez Jean de Gigord, Le monde contemporain de 1914 à nos jours n’est pas plus loquace sur un sujet aussi crucial. Et il faut attendre l’année 1982 pour relever enfin quelques rares manuels qui citent explicitement le génocide arménien.

Une évocation tardive et longtemps limitée dans l’espace et dans le temps : 1982-2012

11La première séquence chronologique concerne les années 1982 à 1997, la seconde la décennie qui suit la loi votée par le Parlement français le 18 janvier 2001, reconnaissant le génocide arménien et qui a eu, sur le contenu des manuels scolaires, des effets déterminants. Précision importante, à partir de 1982, la Grande Guerre n’est plus traitée en classe terminale, mais en classe de première.

1982-1997 : une timide, mais réelle avancée

12C’est dans la collection dirigée par l’historien Jacques Dupaquier, que l’on relève la première (brève) mention du génocide :

13Mustapha Kemal se révolte contre le traité de Sèvres de 1920 qui

  • 7 Dupaquier, Orages sur l’Europe (1914-1939). Histoire Ire, Paris, Magnard, 1982, p. 57.

« accorde l’indépendance aux minorités détestées : Arméniens et Kurdes. [Lors de son entrée triomphale à Smyrne] les hurlements de joie et les feux d’artifice couvrent les cris des commerçants grecs et arméniens égorgés par la foule. Bientôt tout le quartier chrétien est incendié. […] Quant au problème des nationalités, il a été résolu dans le sang et les larmes : la moitié du peuple, déjà décimé en 1895 et en 1915, a été massacrée ou contrainte à l’exil7 ».

14Si ce passage évoque indirectement le génocide sans donner des détails précis sur lui, en revanche, deux autres manuels de la même année sont plus explicites, celui appartenant à la collection de l’historien Antoine Prost, un spécialiste de la Grande Guerre, et celui de François Lebrun et Valéry Zanghellini, dont voici des extraits :

  • 8 Prost, Histoire, classe de Première, Paris, Armand Colin, 1982, p. 108-109.

« Dossier 12 : LE MOYEN ORIENT
La défaite et l’occupation amènent un sursaut national en Turquie, dirigée par le général Mustapha Kemal. Victorieux des Grecs et des Arméniens, il abolit le califat, […] établit une république laïque et progressiste. La nation turque rejette la tutelle occidentale, mais elle refuse aux autres peuples le droit d’exister à l’intérieur de ses frontières. La rupture avec l’Islam arabe, le génocide arménien, l’expulsion des Grecs, la répression des Kurdes construisent la “Turquie turque aux Turcs”8. »

15Ce paragraphe est prolongé par un document qui est un extrait terrifiant du rapport de Bryce et A. J. Toynbee, contemporain du génocide : The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire, paru à Londres en 1916 et cité par Michel Arlen dans Embarquement pour l’Ararat paru chez Gallimard en 1975 dans la célèbre collection Témoins.

  • 9 F. Lebrun et V. Zanghellini, Histoire Ire. Classe de première, Paris, Belin, 1982, p. 244-245.

« La dislocation de l’Empire ottoman.
Dès 1915, les armées turques opérèrent en Arménie où la population est systématiquement massacrée et déportée. [Le traité de Lausanne] s’accompagnait d’un énorme transfert de population. On évalue à plus d’un million de personnes la population grecque et arménienne qui a fui la Turquie. Pour la première fois de son histoire, l’Asie mineure occidentale devint culturellement homogène, c’est-à-dire presque exclusivement musulmane9. »

16À partir de 1988, les nouveaux manuels ne se contentent plus d’évoquer le massacre, ils le qualifient en toutes lettres, probablement pour la première fois, de « génocide » et avancent quelques explications fragmentaires, comme celui de la collection Quétel :

  • 10 C. Quetel, Histoire, Première, Paris, Bordas, 1988, p. 83.

« L’aide apportée par les Arméniens à l’avance russe sert de prétexte à l’élimination des Arméniens de Turquie, qui prend le caractère d’un génocide10. »

17Sur ce dossier si sensible, une œuvre s’impose, celle de l’universitaire Jacques Marseille (1945-2010), qui, de 1988 à 2007, ne cesse, chez le même éditeur Nathan, de privilégier la tragédie humaine, l’ampleur inédite du phénomène et son caractère génocidaire évident. Voici deux extraits significatifs de ses manuels, dont la publication s’échelonne sur une vingtaine d’années :

  • 11 J. Marseille, Histoire. Première, Paris, Nathan, 1988, p.

« Le traité de Sèvres […] consacre le démembrement de l’ex-empire ottoman. […] Les alliés prévoient la création d’une “Grande Arménie” indépendante, mais le génocide des Arméniens perpétré par les Turcs en 1915, et qui a fait près d’un million et demi de morts, laisse encore entre les deux peuples une haine inexpiable. […]
[Lors du traité de Lausanne, qui révise celui de Sèvres], le problème des minorités est résolu par des transferts de populations : Grecs d’Ionie et Turcs de Thrace sont rapatriés dans leurs pays respectifs. L’Arménie indépendante disparaît. Ainsi les dispositions initiales mises en place par les Alliés sont totalement remaniées11. »

  • 12 Ibid., p. 197.

« La Première guerre mondiale : Une guerre qui touche les civils Dans l’empire ottoman, les Arméniens chrétiens soupçonnés de comploter avec les Russes, sont déportés et massacrés en 1915. Un million et demi d’entre eux, dont femmes et enfants périssent dans ce qui constitue le premier génocide du XXe siècle. La guerre et la violence aveugle règnent désormais sur les esprits12. »

  • 13 Ibid., p. 380.

« Lexique : Génocide : Mot créé en 1944 pour désigner l’extermination systématique de tout un peuple13. »

18L’œuvre de Jacques Marseille appliquée au génocide arménien constitue également une avancée dans un autre domaine. Il est probablement l’un des premiers universitaires à introduire, dans des textes à caractère didactique, des concepts inventés par des spécialistes de la Grande Guerre, notamment ceux de l’Historial de Péronne, qui relèvent d’une nouvelle vision de l’histoire culturelle et qui privilégient une histoire anthropologique sensible aux corps meurtris, ceux des victimes civiles, en particulier.

1989-2012 : la culture de guerre appliquée au génocide arménien

19Dès 1989, Jacques Marseille rattache le génocide arménien à

  • 14 Loc. cit.

« la brutalisation des hommes [pendant la Grande Guerre] qui touche les civils. Dans les territoires occupés, toutes les armées ont commis des atrocités sur les civils : viols, exécutions d’otages, destructions de villages, pillages, etc. Dans l’empire ottoman, les Arméniens chrétiens, soupçonnés de comploter avec les Russes, sont déportés et massacrés en 1915. 1 500 000 d’entre eux, dont femmes et enfants, périssent dans ce qui constitue le premier génocide du XXe siècle. La guerre et la violence aveugle règnent désormais sur les esprits14 ».

20À partir de 2011, les manuels de l’enseignement secondaire, qui appliquent les nouveaux programmes de septembre 2010, privilégiant une vision transversale de la guerre, qui substitue à une histoire chronologique et héroïque du premier conflit mondial une histoire collective de martyrs anonymes, notamment les populations civiles, valorisent désormais l’exemple arménien. En voici un exemple significatif :

  • 15 G. Bourel et M. Chevallier, Histoire. Questions pour comprendre le XXe siècle, Paris, Hatier, 2011, (...)

« Les Civils dans la guerre.
Repères : 26 septembre 1914 : Bombardement de la cathédrale de Reims par l’artillerie allemande.
1915-1916 Génocide arménien15. »

21Les années 2003-2012 ne sont pas seulement déterminantes parce qu’elles apportent plus d’informations concrètes aux élèves que par le passé, elles le sont aussi parce qu’elles renforcent sa connaissance vécue en développant trois points complémentaires : des témoignages, des photos, une définition affinée du concept de génocide.

De 2003 à 2012 : une plus ample et meilleure connaissance du génocide arménien

22À partir de 1997, mais plus encore de 2003, les chapitres relatifs à la destruction des Arméniens sont systématiquement enrichis d’annexes comprenant des témoignages contemporains accablants pour les bourreaux turcs : en 2007, le chapitre du livre de Jacques Marseille comprend une lettre adressée à l’ambassadeur Henry Morgenthau, au consulat des États-Unis à Constantinople, datée du 30 juin 1915. En 2011, le manuel dirigé par Guillaume Bourel et Marianne Chevallier cite un extrait du rapport de Martin Niepage, directeur de l’école allemande d’Alep au consul d’Allemagne de septembre 1915, cité par Annick Asso dans le Cantique des larmes, paru aux Éditions de la Table ronde en 2005.

  • 16 Loc. cit.

23Sur le plan iconographique en revanche, la moisson documentaire est très pauvre. Il est vrai que les Turcs ont tout fait pour empêcher la divulgation de leurs forfaits par l’image. En 1997, on relève, dans le livre dirigé par Marie-Hélène Baylac une gravure représentant une Allégorie de l’Arménie vaincue, réalisée autour de 1920. En 2011, le manuel dirigé par Guillaume Bourel et Marianne Chevallier reproduit une photographie montrant un bouleversant empilement de « cadavres d’Arméniens ayant succombé aux déportations en masse organisées par le pouvoir ottoman16 ». C’est peu et c’est à peu près tout.

24Enfin, depuis le début du XXIe siècle, le concept de « génocide » est affiné et les auteurs n’hésitent plus à approfondir, pour leurs élèves, de manière souvent très pédagogique, cette notion à l’aide de documents et en proposant à leurs élèves des exercices pratiques pour vérifier qu’ils ont bien compris l’importance du phénomène et son déroulement implacable. Le meilleur exemple de cette attitude positive est sans doute fourni par le manuel dirigé par Marie-Hélène Baylac, qui consacre deux pages à cette question, ce qui est considérable :

« Dossier : Le Génocide arménien :

Entre avril et août 1915, les deux tiers de la population arménienne disparaissent, victimes de la première extermination organisée d’un peuple au XXe siècle. En 1920, le traité de Sèvres crée un Etat arménien indépendant pour les survivants. Trois ans plus tard, le traité de Lausanne l’annule ; le génocide arménien tombe dans l’oubli.

Objectifs : Comprendre ce qu’est un génocide :

  • Les deux étapes du génocide : Témoignage de H. Stuermer, correspondant de la Kölner Gazette. Deux ans de guerre à Constantinople, 1917, in Chaliand et Y. Ternon, Le génocide des Arméniens, Complexe, 1984.

  • Les Arméniens, une nation sans État : commentaire d’une carte.

  • Les moyens de l’extermination. Témoignage de M. Oscar S. Heizer, consul des États-Unis à Trébizonde, in J.-M. Carzou, Un génocide exemplaire, 1915.

  • Les chiffres du génocide [d’après une estimation d’A. Toynbee en 1916], in Yves Ternon, “Mise à mort d’un peuple”, L’Histoire, no 187, avril 1995.

  • 17 M.-H. Baylac, Histoire. Première, Paris, Bordas, 2003, p. 228.

Rédigez une synthèse : montrer qu’on peut utiliser le terme de “génocide” pour désigner l’extermination des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale. En quoi le sort des Arméniens est-il un exemple de l’échec des principes défendus par le président Wilson17 ? »

25Si nous avons pu reconstituer les grandes lignes de la prise en compte tardive du génocide par la littérature didactique depuis à peine un peu plus de trente ans, il reste à affronter le plus important et le plus difficile à comprendre : l’épineuse question des raisons d’un tel silence, à tous égards incompréhensible.

Pourquoi les historiens ont-ils tant tardé à en parler ? Une tentative d’explication

  • 18 Loc. cit.

26En 2003, dans le manuel qu’elle dirige Marie-Hélène Baylac souligne qu’après le traité de Lausanne, « le génocide arménien tombe dans l’oubli18 », suggérant sans doute qu’il est effacé par des génocides de plus grande ampleur, en particulier la Shoah. Or cet argument n’est pas une explication. Il l’est d’autant moins que Jules Isaac, qui a souffert dans sa propre chair de la mise en œuvre par les nazis de la Shoah et qui est un défenseur incontestable des droits de l’homme, n’ignorait pas le génocide arménien. Or il n’en parle pas, alors même qu’il a longuement décrit le martyre des chrétiens d’Orient à la fin du XIXe siècle. Comment résoudre cette contradiction ?

  • 19 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle, op. cit., p. 781.

27Avec beaucoup de prudence, je propose l’explication suivante. Que lit-on, dans la version de 1938 du Malet-Isaac relative à « la restauration de l’État turc19 » par Mustafa Kemal ? Un vif éloge du premier président de la République turque, présenté comme un modernisateur, convaincu des bienfaits de la laïcisation de la société turque :

  • 20 Loc. cit.

« Mustafa Kemal, tout puissant, put entreprendre les réformes les plus radicales : abolition du Sultanat (1922), puis du Khalifat lui-même (1924) et de la législation coranique. Après avoir été pendant des siècles un État despotique et théocratique, la Turquie est devenue une République démocratique et laïque20. »

28Cette interprétation positive de l’œuvre de laïcisation et de modernisation de la Turquie sur le modèle européen, conduite à marche forcée par Mustafa Kemal, publiée l’année même de sa disparition en 1938, est encore amplifiée, en 1953 sous le titre sans équivoque : « La Turquie nouvelle » :

  • 21 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine : 1852-1939, op. cit., p. 648-649.

« Kemal gouverna en despote éclairé. Adversaire farouche de l’Islam, il abolit bientôt le califat, supprima les congrégations musulmanes, prononça la séparation de l’Église et de l’État, laïcisa l’enseignement et la justice. Il introduisit aussi en Turquie les vêtements, les mœurs, les institutions de l’Europe ; il interdit le port du fez chez les hommes et du voile chez les femmes, abolit la polygamie, libéra la femme des entraves que la loi coranique mettait à son activité et lui donna les droits politiques, fit adopter le système métrique, le calendrier grégorien et l’alphabet latin pour la langue turque. Mustapha Kemal développa enfin les richesses du pays, étendit le contrôle de l’État à toute la vie économique. Ardent nationaliste, il exaltait la “race turque” : il favorisa le retour des Turcs qui vivaient dans les États chrétiens des Balkans, fit créer à Van, dans l’Anatolie orientale, une université “pan-turque”, qui devait être le lien spirituel des “cent millions” de Turcs, conclut en 1937 une entente avec l’Afghanistan, la Perse et l’Irak. À sa mort, en 1938, la Turquie, État laïque plus qu’à demi européanisé, s’affirmait comme une puissance avec laquelle il fallait compter21. »

29Cet éloge du despotisme éclairé à la sauce turque est repris, voire même amplifié par Jean Monnier en 1962 :

  • 22 J. Monnier Histoire. Les civilisations du monde contemporain : classes terminales, Paris, Nathan, 1 (...)

« La Turquie occupe une place à part ; seul pays laïque de l’Islam, elle a réussi une extraordinaire révolution nationale [grâce à Mustafa Kemal].
[…] Cette révolution a été essentiellement une laïcisation.
La laïcisation de l’État fut poursuivie avec vigueur.
L’occidentalisation fut recherchée dans tous les modernes.
La Turquie est devenue un pays moderne22. »

  • 23 G. de Bertier de Sauvigny, Le Monde contemporain de 1914 à nos jours. Classes terminales, Paris, Éd (...)

30Même son de cloche dans un manuel confessionnel : « Grâce à [Kemal Atatürk] la Turquie s’est brutalement mise en dehors de la communauté islamique et s’est largement ouverte à la civilisation occidentale23. »

31C’est parce que ces auteurs, profondément laïques, admirent presque sans réserve le mouvement de modernisation lancé par Mustafa Kemal qu’ils préfèrent occulter volontairement, selon moi, le génocide arménien pour ne pas discréditer un État qui est longtemps considéré, comme exemplaire, dans un monde musulman incapable de faire son aggiornamento, parce qu’il est le seul véritablement laïque et sincèrement tourné vers l’Occident. Dans cette perspective « éclairée », qui revendique implicitement l’héritage des Lumières de la raison incarnées par l’œuvre de Voltaire, ils stigmatisent rétrospectivement le Sultan rouge Abd-ul-Hamid, qui devient un bouc-émissaire commode afin de mieux épargner à Mustafa Kemal toute critique de fond. D’autre part, si Jules Isaac, en 1953, l’année de la mort de Staline, amplifie, à cette date, l’hommage, probablement sincère, à l’œuvre modernisatrice d’Atatürk et sacrifie le génocide arménien, c’est probablement aussi parce que la Turquie moderne, placée, sur le plan topographique à un lieu stratégique, à cheval sur l’Europe et l’Asie, occupe une place centrale dans le dispositif de l’OTAN pour contrer les appétits hégémoniques de l’URSS, et qu’il convient donc de ne pas affaiblir un allié aussi bien disposé envers le monde libre. Voilà les hypothèses que je formule avec beaucoup de prudence pour essayer d’expliquer ce qui semble inexplicable.

*

32On pourrait terminer cette trop brève synthèse sur un double point de vue, le premier optimiste, le second plus pessimiste. L’arrivée de la gauche au pouvoir en mai 1981, qui se réclame de la défense des droits de l’Homme, a débloqué la situation. Le vote de la loi sur la reconnaissance du génocide arménien par le Parlement, vingt ans après, le 18 janvier 2001, et la volonté des universitaires de faire toute la lumière à son sujet ont incontestablement accéléré la promotion de cet événement historique fondateur dans la littérature didactique. En 1962, dans sa collection publiée chez Nathan, l’inspecteur général Jean Monnier n’en disait pas un seul mot. Moins de trente ans plus tard, chez le même éditeur, Jacques Marseille le privilégie ouvertement. Désormais, même s’il continue de se rattacher à la Grande Guerre, le génocide arménien possède un statut particulier, presque autonome, par rapport au premier conflit mondial. Comme il concerne presque exclusivement les civils, il incarne et résume toutes les souffrances endurées par les populations européennes pendant cette période tragique, privilégiées désormais par les nouveaux programmes, et, d’autre part, il semble préfigurer, par sa planification méthodique froidement mise en œuvre par les responsables turcs, l’autre grand génocide du XXe siècle, la Shoah.

33Cependant, même si à présent il semble de plus en plus difficile de l’ignorer, tous les manuels scolaires ne l’évoquent toujours pas. Par indifférence ou calcul politique, comme ce fut le cas pendant soixante ans, entre 1923 et 1982 ? Non, tout simplement parce que l’actualité contemporaine croissant de manière vertigineuse et les manuels ne pouvant plus rendre compte de cette inflation d’informations, on peut se demander si une certaine forme de concurrence des mémoires ne risque pas de pénaliser encore longtemps le génocide arménien.

Notes

1 R. Debray, Par amour de l’art. Une éducation intellectuelle, nouv. éd., Paris, Gallimard, 2000, p. 48.

2 A. Malet et P. Grillet, XIXe siècle. Histoire contemporaine : 1815-1920. Philosophie. Mathématiques, Paris, Hachette, 1923, p. 448.

3 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle. Classes de Philosophie – Mathématiques, Paris, Hachette, 1938, p. 598.

4 Loc. cit.

5 Ibid., p. 601.

6 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle, op. cit., p. 598.

7 Dupaquier, Orages sur l’Europe (1914-1939). Histoire Ire, Paris, Magnard, 1982, p. 57.

8 Prost, Histoire, classe de Première, Paris, Armand Colin, 1982, p. 108-109.

9 F. Lebrun et V. Zanghellini, Histoire Ire. Classe de première, Paris, Belin, 1982, p. 244-245.

10 C. Quetel, Histoire, Première, Paris, Bordas, 1988, p. 83.

11 J. Marseille, Histoire. Première, Paris, Nathan, 1988, p.

12 Ibid., p. 197.

13 Ibid., p. 380.

14 Loc. cit.

15 G. Bourel et M. Chevallier, Histoire. Questions pour comprendre le XXe siècle, Paris, Hatier, 2011, p. 92.

16 Loc. cit.

17 M.-H. Baylac, Histoire. Première, Paris, Bordas, 2003, p. 228.

18 Loc. cit.

19 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle, op. cit., p. 781.

20 Loc. cit.

21 A. Malet et J. Isaac, Histoire contemporaine : 1852-1939, op. cit., p. 648-649.

22 J. Monnier Histoire. Les civilisations du monde contemporain : classes terminales, Paris, Nathan, 1962, p. 209.

23 G. de Bertier de Sauvigny, Le Monde contemporain de 1914 à nos jours. Classes terminales, Paris, Éditions de Gigord, 1964, p. 213, cours d’histoire P. Vial.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540