Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Première partie. Recherche et enseignement du génocide des Arméniens

Charles Péguy, Bernard Lazare, l’affaire Dreyfus et les Arméniens

Carol Iancu

Texte intégral

1La première vague des massacres des Arméniens dans les années 1894-1896, sous le règne d’Abdul Hamid coïncide avec les débuts de l’Affaire Dreyfus dans laquelle Péguy et Lazare jouèrent un rôle pionnier, de premier plan. Leur implication dans « l’interminable Affaire » a-t-elle influencé leur engagement dans la cause arménienne ? À partir de quel moment ces deux écrivains abordent-ils les atrocités commises à l’encontre du peuple arménien et quelles furent leurs différentes prises de position ? Voici les questions auxquelles je me propose de répondre dans cette communication.

L’engagement dans l’affaire Dreyfus

Charles Péguy

2Né en 1873 à Orléans, dans une famille catholique, entré difficilement, après deux échecs, à l’École normale supérieure, le 31 juillet 1894, Charles Péguy se fait vite connaître comme un jeune homme de convictions socialistes :

  • 1 J. et J. Tharaud, Notre cher Péguy, Paris, Plon, 1926, t. 1, p. 66.

« Est-il admissible, disait-il, que les mineurs dans les mines, les ouvriers dans les usines travaillent péniblement pour gagner tout juste de quoi vivre, tandis que les patrons amassent des fortunes en les surveillant1 ? »

  • 2 J. Bastaire, Péguy tel qu’on l’ignore, Paris, Gallimard, 1996, p. 14.
  • 3 G. Leroy, « L’Arménie dans l’œuvre et la pensée de Charles Péguy », Revue d’Histoire de la Shoah, (...)

3D’après Jean Bastaire, Péguy « fut un socialiste authentique et le fut avec l’exigence rationnelle et la vigueur d’engagement d’un intellectuel militant2 ». Toujours est-il que, se déclarant socialiste en avril 1895, ce qui, d’après Géraldi Leroy, « dans le contexte de l’époque le classe politiquement à l’extrême gauche3 », il fut marqué par sa rencontre avec Jean Jaurès. Hormis des pétitions, des quêtes pour des grévistes, c’est par le biais d’un journal dénommé Journal Vrai qu’il pense pouvoir œuvrer pour l’instauration du socialisme. Ce journal n’est jamais paru, mais quelques années plus tard, en 1900, il réussira à fonder les Cahiers de la Quinzaine. Entre-temps, fin 1894, éclate l’affaire Dreyfus dans laquelle Péguy se jeta à fond, étant un combattant de première ligne. Son engagement s’est fait à partir de ce qui fut pour lui une véritable mystique : le combat contre l’injustice et la défense de la vérité, de toute la vérité.

  • 4 J. Isaac, Expériences de ma vie. I. Péguy, Paris, Calmann-Lévy, 1959, p. 367.
  • 5 Ibid., p. 132.
  • 6 C. Peguy, Notre Jeunesse, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1957, p. 90.

4Jules Isaac, dans son livre de souvenirs Expériences de ma vie. I. Péguy, insiste sur cet aspect, sur le combat contre toutes les formes « de l’oppression, de l’injustice, de la “tartufferie” et du mensonge4 », en soulignant le rôle de Péguy dans la bataille dreyfusiste, « vrai préliminaire de la bataille socialiste, de la révolution5 ». C’est lors de l’affaire Dreyfus, « cette grande crise d’Israël et du monde », qu’il découvrit Bernard Lazare, qui selon lui en « fut le prophète6 ».

Bernard Lazare

5Né à Nîmes en 1865, dans une famille juive assimilée, Bernard Lazare, de son vrai nom Lazare Bernard, arrive à Paris en 1886, s’inscrivant dans la même année à l’École pratique des hautes études, section sciences religieuses. Il se fait vite un nom dans les milieux symbolistes, en publiant (en collaboration avec Ephraïm Mikhaël) La Fiancée de Corinthe, puis Le Miroir des légendes (1892). Une cinquantaine de portraits littéraires, parus d’abord dans Le Figaro et les Entretiens Politiques et littéraires, sont réunis dans un volume en 1895, sous le titre : Figures contemporaines, ceux d’aujourd’hui, ceux de demain. La deuxième préoccupation du jeune Lazare, fut, comme pour Péguy, sociale et politique :

  • 7 A. Hamon, Psychologie de l’anarchiste-socialiste, Paris, Stock, 1895, p. 168.

« J’ai vécu, j’ai vu autour de moi souffrir des misérables ; j’ai connu la lutte atroce du capital et du prolétariat, j’ai touché du doigt les mille injustices sociales… Ce sont ces convictions lentement et abstraitement élaborées qui m’ont rendu anarchiste7. »

6Ce jeune homme qui se veut socialiste libertaire, anarchiste (mais pas du tout partisan des méthodes violentes prônées par Vaillant, Ravachol ou Émile Henry) et qui désire une cité idéale où la justice sera l’apanage de tous, professe des opinions étonnantes à l’égard des Juifs d’Europe orientale qui, chassés par les pogroms, arrivent alors en France. Il n’a pour eux que des mots de mépris, faisant une grande distinction entre eux et les « israélites » de France, comme il ressort d’un article du mois de septembre 1890 :

  • 8 B. Lazare, « Juifs et Israélites », Entretiens Politiques et Littéraires, septembre 1890.

« Il siérait que les antisémites, justes enfin, deviennent plutôt antijuifs, ils seraient certains ce jour-là d’avoir avec eux beaucoup d’Israélites. Les Israélites sont en effet de braves gens semblables à tous les autres (je parle et je ne veux parler que des Israélites de France, les autres me sont indifférents et étrangers)8. »

  • 9 B. Lazare, Contre l’Antisémitisme, Paris, Stock, 1896. Repris dans Juifs et Antisémites, Paris, Al (...)

7Très vite cependant, il est amené à changer entièrement ses idées et, à travers l’Affaire Dreyfus, s’opère chez lui une transformation radicale par rapport à l’antisémitisme. Aux attaques de Drumont contre Zola, auteur de l’article « Pour les Juifs », paru dans Le Figaro du 16 mai 1896, et qui fustigeait les agissements antijuifs, il répond dans Voltaire, par une série de cinq articles réunis ultérieurement sous le titre Contre l’Antisémitisme9.

  • 10 B. Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, Paris, Stock, 1896 et 1897.

8Bernard Lazare est l’auteur du premier écrit en faveur du capitaine injustement condamné : Une erreur judiciaire. La vérité sur l’Affaire Dreyfus, publié en 1896 à Bruxelles, tiré à 3 500 exemplaires et adressé aux personnalités susceptibles d’agir10.

9Comme Péguy, son engagement définitif dans l’Affaire, s’est fait au nom de la vérité et de la justice. Dès la première page, il osait écrire que Dreyfus était innocent et qu’il n’existait aucune charge contre lui. Il récidive en 1897, en publiant Une erreur judiciaire, l’Affaire Dreyfus. Deuxième mémoire avec des expertises d’écriture, où il insiste sur le poids de l’antisémitisme.

L’engagement pour la cause arménienne

  • 11 Cf. A. Ter Minassian, « L’Arménie et l’éveil des nationalités (1800-1914) », G. Dédéyan (dir.), Hi (...)
  • 12 Y. Ternon, Les Arméniens. Histoire d’un génocide, Paris, Le Seuil, 1977, p. 129.

10Le XIXe siècle qui est « le siècle des nationalités », voit l’éveil de la nation arménienne qui souhaite se libérer de la tutelle ottomane. Le manque des réformes et la dureté du régime despotique et policier du sultan Abdul Hamid arrivé au pouvoir en 1876 (il se maintiendra au pouvoir jusqu’en 1909, lorsqu’il sera renversé par la révolution Jeune-Turque) ont provoqué une radicalisation de l’intelligentsia arménienne concrétisée par la création de deux organisations révolutionnaires, le parti hentchak social-démocrate, fondé à Genève en 1887 et le parti dachnak (Fédération révolutionnaire arménienne) créé à Tiflis en 189011. Ils sont à l’origine d’un certain nombre de manifestations réclamant plus de droits, telles la rébellion du Sassoun (1894), déclenchée par l’imposition de taxes de plus en plus lourdes, la manifestation de Bab Ali à Constantinople (1895), ou l’insurrection de Zeytoun (1895-1896). Le gouvernement d’Abdul Hamid II riposta violemment dès 1894, par un premier massacre des Arméniens planifié, dans le Sassoun, à l’ouest du lac de Van, suivi en 1895 et 1896 par d’autres nombreux massacres qui ont fait, d’après l’historien Yves Ternon, plus de 200 000 victimes, auxquelles il faut ajouter les conversions forcées qui ont concerné environ 100 000 personnes12. Lorsque les horreurs perpétrées en Arménie furent connues en Occident, nombre d’associations pro-arméniennes virent le jour et critiquèrent la passivité des puissances. Deux catégories de personnes s’intéressèrent plus particulièrement au sort des Arméniens : ceux qui voyaient en eux des chrétiens persécutés par des musulmans et ceux qui les considéraient comme une minorité opprimée, luttant pour ses droits nationaux. En France, à la Chambre des députés, parmi les principaux défenseurs, il faut citer Albert de Mun, porte-parole de la droite catholique, et Jean Jaurès, au nom du parti socialiste, tandis que le centre soutenait la politique gouvernementale attentiste. Charles Péguy et Bernard Lazare, pleinement impliqués dans l’affaire Dreyfus, se sont engagés aussi dans la défense des Arméniens.

L’engagement de Charles Péguy

  • 13 Ibid., p. 357.
  • 14 J. Jaures, Action socialiste, 1e série, G. Bellais, 1899, p. 452-453.

11Dès l’année 1895, lors de sa présence à l’École Normale Supérieure on peut, semble-t-il, situer l’engagement de Péguy pour la cause arménienne : d’après le témoignage de Félicien Challaye, il a fait circuler alors une pétition contre le « sultan rouge13 ». Une année après avoir fondé (le 1er mai 1898) une librairie et une maison d’édition socialistes (sous le nom de Bellais), il publie, sous le titre Action socialiste, un recueil d’écrits et de discours de Jean Jaurès, où l’on retrouve un célèbre discours prononcé par ce dernier, le 3 novembre 1896, dénonçant une « guerre d’extermination14 », menée à l’encontre des Arméniens. Péguy lui-même a écrit sur les événements tragiques d’Arménie, en rendant compte du livre de Victor Bérard, La Politique du sultan, paru en février 1897 chez Calmann-Lévy, dans la Revue socialiste. Embrassant les idées de Jean Jaurès qui, dans quatre discours prononcés à la Chambre des députés, avait réclamé l’intervention du gouvernement français, Péguy souligne que la France doit rester fidèle aux principes de la Révolution, en défendant la liberté et les peuples opprimés, et sans tenir compte des intérêts immédiats de l’alliance russe (au moment où l’Empire tsariste entretenait de bonnes relations avec l’Empire ottoman).

12C’est dans les Cahiers de la Quinzaine (C. Q.) que Péguy continuera à prendre à plusieurs reprises la défense de la cause arménienne.

13Dès le premier numéro du 5 janvier 1900 (C. Q., I-1), nous trouvons une motion de la « Ligue des droits de l’homme » demandant au gouvernement français d’« empêcher le renouvellement des massacres qui ont décimé en 1896 une population sans défense et désolé l’humanité entière ». Deux mois plus tard, au mois de mars 1900, Péguy écrit :

  • 15 Ch. Péguy, Oeuvres complètes, I, édition présentée, établie et annotée par Robert Burac, Paris, Ga (...)

« Le massacre des Arméniens, sur lequel je reviendrai toujours, et qui dure encore, n’est pas seulement le plus grand massacre des temps modernes et pour nous rappeler une telle mort collective, il nous faut dans la mémoire de l’humanité remonter jusqu’aux massacres asiatiques du Moyen Âge15. »

  • 16 Cf. Y. Ternon, « Pierre Quillard, Bernard Lazare et les Arméniens », in Roumanie, Israël, France : (...)

14Et il est vrai que Péguy reviendra sur la question arménienne, même si, malgré sa volonté, il ne lui consacrera jamais une étude spécifique et d’ensemble. Cependant, il convient de souligner que, deux ans plus tard, il fit publier dans les Cahiers de la Quinzaine tout un numéro dédié aux Arméniens. Pour sa rédaction, il s’adressa à Pierre Quillard (1864-1912), poète symboliste, et, comme Bernard Lazare, sympathisant anarchiste, et l’un des principaux responsables du mouvement arménophile français. Il s’agit du dix-neuvième Cahier Pour L’Arménie. Mémoire et dossier, paru dans la troisième série des Cahiers de la Quinzaine, le 24 juin 1902. Pierre Quillard connaissait bien le sujet, ayant fait paraître notamment sous le pseudonyme de M. L. Rogre, un recueil de témoignages sous le titre Les Massacres d’Arménie, avec une préface de Georges Clemenceau16. Dans Pour l’Arménie, Quillard relate les persécutions à l’encontre des Arméniens après les massacres de 1896, les lourds impôts exigés, les multiples vexations, brutalités, emprisonnements, assassinats et pillages auxquels ils furent soumis. En même temps, il critique la position des puissances, s’élève contre Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères cherchant à blanchir les Turcs, et réclame des réformes en faveur des Arméniens. Péguy ajoute à la fin de ce cahier, une liste d’ouvrages sur les Arméniens, une publicité sur la revue Pro Armenia (dirigé par Quillard à partir du 25 novembre 1900, après être devenu membre du « Comité franco-arménien » fondé par Tchobanian en 1897) et un bulletin d’inscription pour le congrès international des arménophiles devant avoir lieu dans la capitale de la Belgique le mois suivant (les 17 et 18 juillet 1902). Il est important de relever, que dans le cinquième Cahier de la troisième série du 19 décembre 1901, intitulé Juifs, l’auteur, Georges Delahache (pseudonyme de Lucien Aaron), écrit cette phrase lourde de sens : « Les Juifs sont les Arméniens de l’Europe. »

« “Nous qui nous sommes tant occupés de l’Arménie et des Arméniens”, rappelle Péguy dans l’Avertissement du onzième Cahier de la cinquième série, du 1er mars 1904, intitulé : M. M. Mangasarian, lecturer of the Independent Religious Society of Chicago, – Le Monde sans Dieu –, a new catechism, – traduit avec l’autorisation de l’auteur par Le Clerc de Pulligny. Il s’agit d’un Arménien vivant aux États-Unis qui y fait une apologie de la raison et de la nature et une critique acerbe de toutes les religions, particulièrement du christianisme. »

  • 17 B. Guyon, Péguy, Paris, Hatier, 1960, p. 115.

15Une année plus tard, Péguy fait paraître Notre patrie (troisième Cahier de la septième série, du 17 octobre 1905), qui est, d’après Bernard Guyon, la constatation d’une « saisie », « non de la patrie, mais de la menace qui pèse sur elle17 ». C’est dans un puissant texte, écrit comme une suite de Notre patrie (22 octobre 1905), mais resté inédit et publié sous le titre Par ce demi-clair matin, dans le seizième volume de ses œuvres complètes, par la Librairie Gallimard, en 1952, qu’il revient deux fois sur le massacre des Arméniens.

16Une première fois, lorsqu’il s’en prend à une formule de Jaurès « Rien ne fait du mal », à propos des sévices infligés

  • 18 Œuvres complètes de Charles Péguy (1873-1914), t. XVI, œuvres en prose. Par ce demi-clair matin, N (...)

« à ces peuples entiers torturés de tortures et de guerres, à ces misérables populations coloniales, à ces misérables populations extrême-orientales, à ces misérables populations orientales, à ces trois cent mille Arméniens massacrés [c’est nous qui soulignons], à tout un immense empire dévoré des plus atroces ravages, à tous ces misérables Russes, à tous ces misérables ouvriers, à tous ces misérables paysans, à tous ces misérables Juifs, à tous ces misérables Polonais, à tous ces misérables révolutionnaires, à tous ces misérables soldats, à tous ces misérables bourgeois, intellectuels et brutes, également tourmentés, également tournant dans le même cercle, également malheureux18 ».

17Une deuxième fois, lorsqu’il aborde les relations franco-allemandes, et, regrettant que la France ait renoncé à une guerre de revanche, il y a deux ou trois décennies, elle ait en même temps, d’après lui, renoncé à son rôle de protectrice des nationalités persécutées, abandonnant ainsi, parmi d’autres, les Arméniens :

  • 19 Ibid., p. 62-63.

« Nous avons choisi que la bureaucratie tsariste supprimât la nationalité finlandaise, opprimât les propres Russes, les Finlandais, les Polonais, les Juifs, les ouvriers, tant d’autres ; nous avons choisi que la tyrannie hamidienne égorgeât trois cent mille Arméniens [c’est nous qui soulignons] ; nous avons choisi que l’épouvante hamidienne maintînt sous la terreur étouffée tout un empire, un grand morceau de la terre19… »

18Dans les Cahiers de la Quinzaine, Péguy a fait publier d’autres textes qui ont stigmatisé l’oppression des autorités ottomanes sur d’autres nationalités, notamment dans les Balkans. Tel fut le cas des Courriers de Macédoine publié par Maurice Kahn dans le vingt-deuxième cahier de la quatrième série (le mardi 25 août 1903) qui présente la répression à l’encontre des Grecs, Bulgares et Serbes de cette province qui souhaitaient s’affranchir du joug ottoman.

L’engagement de Bernard Lazare

19À la différence de Charles Péguy, son ami Bernard Lazare ne s’impliqua pas aussitôt dans la question arménienne (tout au moins nous n’avons pas trouvé des témoignages à ce sujet, concernant les années 1894-1896), mais, comme Péguy, il s’y engagea à fond et publia des textes importants dénonçant les massacres à l’encontre des Arméniens et stigmatisant le silence des puissances à leur égard.

20Pris dans la tourmente de l’affaire Dreyfus, constatant la nocivité de l’antisémitisme, lui qui fut « le premier des dreyfusards » (trois ans avant Zola), réagit et finit par se rapprocher aussi de ses frères opprimés en Europe orientale, comprenant leurs aspirations nationales. Bernard Lazare fut le premier en France qui introduisit le terme de « nationalisme juif » et, dans une conférence de mars 1897, tenue devant l’« Association des étudiants israélites russes », il cite deux fois le cas des Arméniens, une première fois, en abordant la situation des Juifs dans la perspective d’une solution nationale et étatique :

  • 20 Ibid., Le Fumier de Job, p. 107 et Juifs et antisémites, p. 159.

« Aujourd’hui la question juive se pose avec plus de force que jamais ; De tous côtés on lui cherche une solution. Il ne s’agit plus en réalité de savoir si l’antisémitisme doit ou non gagner des sièges dans les Parlements, il s’agit de savoir quel doit être le destin des millions de Juifs disséminés aux quatre coins du globe ; tel est le vrai problème. […] Quelle solution à cela ? […] Je sais bien que, pour les peuples chrétiens, il y aurait la solution arménienne, mais leur sensibilité ne peut leur permettre d’envisager cela [c’est nous qui soulignons]20. »

21Une deuxième fois, en analysant la position des socialistes à l’égard des différents nationalismes et auxquels Lazare ajoute, en le soulignant, le nationalisme juif :

  • 21 Ibid., p. 107-108.

« D’ailleurs la plupart des socialistes, même internationalistes, sont-ils bien conséquents avec eux-mêmes, conforment-ils leurs actes à leurs doctrines ? Ne demandent-ils pas maintenant, et ils ont raison, l’autonomie des Cubains, des Crétois, celle des Arméniens ? [c’est nous qui soulignons]. Ne reconnaissent-ils pas que tous ont droit de lutter pour leur liberté et ne confondent-ils pas cette liberté avec la revendication de la nationalité ? Pourra-t-on me dire en quoi les Juifs sont différents ? Est-ce parce qu’ils sont depuis plus longtemps privés de leur sol ? Parce qu’un sépulcre remplace le Temple ? Parce que leur servage dure depuis longtemps ? Qu’importe, puisqu’ils ont persisté. L’accumulation des malheurs, des tortures, des mépris, des haines est-il un moindre titre à la sympathie ? Ah, je sais bien, le pauvre Juif qu’on frappe et qu’on massacre, celui qu’on opprime, tous ces misérables doivent expier le crime commis par ceux- les Romains – qui en crucifiant un homme créèrent un dieu, et ce peuple qui, malheureusement pour lui, a enfanté une divinité, doit être traité comme un peuple de déicides21. »

22Ces paroles datent de 1897, l’année où Théodore Herzl réunit le premier congrès sioniste à Bâle en Suisse, auquel participèrent plus de deux cents délégués de nombreux pays et dont la résolution principale prévoyait la restauration d’un État juif en Palestine, à l’époque une province de l’Empire ottoman. C’est la dégradation du capitaine Dreyfus à laquelle il avait assisté qui fut à l’origine de son célèbre essai L’État des Juifs (1896), véritable bible du futur État d’Israël. Bernard Lazare devenu sioniste, participe au deuxième congrès qui a lieu dans la même ville où il revoit Herzl (il avait fait sa connaissance à Paris le 17 juillet 1896) et où il est ovationné. Responsable de la revue polyglotte Zion pour la partie française, collaborateur à Kadimah, « organe pour l’émancipation nationale du peuple juif », et à L’Écho sioniste, il crée lui-même la revue sioniste Le Flambeau. Trois ans plus tard, nous retrouvons une référence explicite aux massacres des Arméniens, dans un article publié dans l’Aurore du 9 août 1900, intitulé « L’Émigration juive de la Roumanie ».

23À la fin du XIXe siècle, les Juifs roumains étaient encore démunis des droits de citoyen (bien que réclamés par le traité de Berlin de 1878), exclus de la fonction publique et de nombreuses activités économiques, bien que l’on exigeât d’eux le service militaire (sans pouvoir cependant, atteindre le grade d’officier). Cette aliénation légale, jointe aux menées du mouvement antisémite et à une grave crise économique du tournant du siècle, entraîna une émigration en masse vers les États-Unis, l’Europe occidentale et la Palestine. Cet exode (jusqu’à la Grande Guerre, près d’un tiers des Juifs, environ 90 000, quitteront le pays) avec son aspect le plus tristement célèbre, les Fussgeier (les émigrants à pied), souleva l’attention des puissances, de la presse et de l’opinion publique occidentale. En France, c’est Bernard Lazare qui se transforma en défenseur attitré des Juifs roumains. Dans son brûlot, il dénonce « la plus abjecte des persécutions » qui a fait fuir des milliers de Juifs, et cite les noms de plusieurs pays qui ont commencé à prendre des mesures pour refuser les émigrants (Autriche-Hongrie, Allemagne, Angleterre et même les États-Unis et le Canada) et il s’indigne face à l’attitude du monde chrétien à l’égard de ceux qui sont « hors humanité » :

  • 22 « L’émigration juive en Roumanie », L’Aurore, 9 août 1900.

« Certes, je n’avais en élevant la voix pour mes frères de Roumanie aucun espoir d’être entendu du monde civilisé. Ceux qui n’ont pas entendu la voix des Arméniens [c’est nous qui soulignons], ceux qui ont été indifférents à Cuba, à la Finlande, aux Philippines, n’entendront pas la voix des Juifs. Ils ne l’entendent même pas quand elle retentit dans leur propre pays pour protester contre la canaille antisémite. Cependant nulle nation encore n’a fermé ses portes aux Arméniens, on ne les fermerait pas demain aux Finlandais, et l’Amérique a offert des territoires aux Boers, mais le Juif est sans doute hors humanité [c’est nous qui soulignons], il est tout au moins, dix-neuf cents ans après la mort de Jésus, hors du monde chrétien, et cela sans doute au nom de la morale, de la charité et de la fraternité chrétienne22. »

  • 23 Cf. Y. Ternon, Pierre Quillard, Bernard Lazare et les Arméniens, op. cit., p. 317.
  • 24 Cf. B. Lazare, « Le Congrès sioniste et le sultan », Pro Armenia, 10 janvier 1902. Repris dans Jui (...)
  • 25 Cf. The Complete Diaries of Theodor Herzl, vol. 3, 1960, p. 1201. Cité par P. Oriol, Bernard Lazar (...)

24Bien que sioniste ardent, Lazare envoie à Herzl, le 24 mars 1899, une lettre de démission du comité d’action sioniste, en raison de la création de la banque coloniale, mais en fait les divergences avec le chef du mouvement sioniste sont plus profondes. Lazare n’acceptait pas la diplomatie sioniste de Herzl, ses interventions auprès de personnages contestés comme Guillaume II et surtout Abdul Hamid, le « sultan rouge », responsable du massacre des populations arméniennes. Pensant obtenir l’accord de ce sultan pour une immigration des Juifs en Palestine, souhait qui d’ailleurs ne s’est pas concrétisé, Herzl fit savoir, le 26 décembre 1901, au cinquième congrès sioniste de Bâle, qu’Abdul Hamid l’avait autorisé à annoncer qu’il était l’ami et le bienfaiteur du peuple juif. Indigné, Lazare déclara dans l’Aurore du 3 janvier 1902, que « sionistes et Arméniens dénoncent les avances faites à l’égorgeur23 », et une semaine plus tard, dans la revue de Pierre Quillard, Pro Armenia, il dénonce « l’hommage public rendu à Abdul Hamid » par les délégués du congrès sioniste, la responsabilité d’une telle attitude n’incombant pas aux multitudes juives se trouvant « dans les ténèbres du territoire russe, dans les caves de Vilna et de Varsovie, dans les huttes misérables de Berditcheffet d’Odessa, où ils vivent sans lumière et sans air, et sans pain » et qui « ignorent le Sultan rouge, les Arméniens massacrés, tous les peuples de l’Empire ottoman opprimés24 ». Herzl n’a pas compris la personnalité de Bernard Lazare, jugeant sa réaction comme une attaque personnelle pour des raisons de rivalité, en notant dans son Journal : « Quel intérêt peut-il bien avoir en dehors du beau geste de défendre les Arméniens25 ? »

25L’émigration des Juifs roumains prit un nouvel essor en 1902, à la suite de la Loi sur les métiers (18 mars 1902) qui stipulait à l’article 4 : « Les étrangers [c’est-à-dire les Juifs] désireux d’exercer un métier devront prouver qu’il existe dans leur pays, le droit de réciprocité pour les Roumains… » Bernard Lazare réagit aussitôt en publiant dans les Cahiers de la Quinzaine tout un cahier intitulé : L’Oppression des Juifs dans l’Europe orientale. Les Juifs de Roumanie, s’écriant en conclusion :

  • 26 Cf. B. Lazare, « L’Oppression des Juifs dans l’Europe orientale. Les Juifs en Roumanie », Cahiers (...)

« Demander aujourd’hui à l’Europe, qui, en violation du Traité de Berlin, a permis le massacre de milliers d’Arméniens chrétiens par des musulmans et n’a pas su arrêter le bras de l’Assassin [c’est nous qui soulignons], lui demander d’empêcher un peuple chrétien de faire périr de misère et de faim plus de cent mille Juifs, serait une ironie trop forte. Espérer soulever une conscience qui est restée insensible devant les flots de sang versé, en lui montrant un troupeau de spectres hâves qui meurent sans bruit, sans éclat désagréable et troublant, victimes d’une hypocrisie bien chrétienne, serait un vain et enfantin espoir. Quelle nation d’ailleurs oserait parler ? L’Angleterre, exterminatrice des Boers ; la Russie, persécutrice des Finlandais et aussi des Juifs ; la France, massacreuse d’Annamites ou des Hovas et se préparant à une tuerie de Marocains ; l’Italie, de l’Erythrée hier et de la Tripolitaine demain ; l’Allemagne féroce exécutrice de nègres ou germanisant par la force les Polonais récalcitrants ? Qui oserait élever la voix, de ces nations toutes sanglantes encore de l’expédition de Chine, et dont l’histoire depuis plus de trente ans n’est qu’une longue négation de tout droit et de toute équité26 ? »

  • 27 Cf. aussi C. Iancu, « Bernard Lazare et les Juifs de Roumanie », Les Amis de Pierre Leroux, no 9, (...)
  • 28 Cahiers de la Quinzaine, IV-13, 1903, p. 81.

26Après un voyage en Roumanie du 17 au 22 mai 1902, où il fut accueilli par les Juifs roumains comme « le rédempteur du peuple juif27 », Lazare part pour Bruxelles où il assiste, les 17 et 18 juillet de la même année, au premier grand congrès arménophile aux côtés de Pierre Quillard, Jean Jaurès, Francis de Pressensé et Séverine. Invité à une manifestation en faveur de l’Arménie et de la Macédoine, prévue le 15 février 1903 au théâtre du Château d’eau et à laquelle prirent part quatre cents arménophiles, il n’a pu s’y rendre étant en convalescence à Grasse. Il envoya cependant une lettre à Anatole Leroy-Beaulieu, qui fut le président de cette manifestation, où il défend encore les Arméniens, sans oublier ses coreligionnaires de Roumanie. Il constata avec amertume que les catholiques qui furent des défenseurs ardents des Arméniens chrétiens, restaient indifférents et empêchèrent Leroy-Beaulieu de soulever la question juive roumaine. « La conscience chrétienne est facile quand il ne s’agit que des souffrances juives28 » affirma-t-il, tout en soulignant ses protestations contre les persécutions et les massacres infligés aux Arméniens :

  • 29 Loc. cit.

« J’ai toujours été de ceux qui ont protesté contre l’oppression subie par l’Arménie et qui ont reprouvé les massacres [c’est nous qui soulignons]. À côté de Jaurès, de Pressensé, j’ai pris part au Congrès de Bruxelles en faveur des Arméniens. La barbarie turque, ou musulmane, comme on a trop de tendances à l’écrire, a toujours trouvé en moi un adversaire déterminé, mais je ne voudrais pas qu’elle servît à faire oublier la barbarie chrétienne… Certes, les Juifs de Roumanie ne sont pas massacrés par le Kurde ou l’Albanais, mais combien ne préfèreraient-ils pas cette mort prompte et brutale à la lente mort par la détresse, le dénuement et la faim, que leur impose le plus hypocrite des gouvernements, avec la complaisante complicité de toute l’Europe, qui a laissé sans réponse l’appel des États-Unis la conviant à faire respecter les contrats qu’elle établit29… »

  • 30 Cf. C. Iancu, Les Juifs de Roumanie (1866-1919) De l’exclusion à l’émancipation, Aix-en-Provence, (...)

27Il s’agit de la dernière prise de position concernant les Arméniens et les Juifs de Roumanie. Malade, Bernard Lazare n’a pu écrire un nouvel article sur les Juifs de Roumanie que Martin Buber lui demanda pour sa revue Der Jude30. Il put signer encore, le 16 juin 1903, un bref texte de protestation à la suite du tristement célèbre pogrom de Kichinev, moins de cinq mois avant sa mort prématurée, le 1er novembre de la même année, et avant d’avoir pu terminer son livre-testament, Le Fumier de Job.

Conclusion

28Les engagements de Charles Péguy et de Bernard Lazare en faveur de la cause arménienne s’enracinent dans leur engagement dans l’affaire Dreyfus, leur combat exemplaire ayant été fait au nom de la Vérité et de la Justice.

  • 31 Ch. Péguy, Œuvres complètes, op. cit., vol. I, p. 332.
  • 32 G. Leroy, op. cit., p. 364-365.

29C’est sous les auspices du dreyfusisme que Péguy conçut les Cahiers de la Quinzaine qui accordèrent une place de choix au combat en faveur des peuples opprimés, parmi lesquels on retrouve les Arméniens et les Juifs. C’est l’obstination à continuer à être fidèle aux mots d’ordre du dreyfusisme qui le poussa à s’éloigner de certains représentants officiels du socialisme qui furent au départ ses amis politiques. Sur le plan international, Péguy fut choqué par l’attitude de certains dirigeants de la social-démocratie allemande n’ayant pas compris les aspirations nationales des Arméniens, notamment le pasteur Neumann et Karl Liebknecht ; ce dernier « n’avait pas su discerner où était l’humanité dans les affaires d’Arménie31 ». Et c’est avec raison que Géraldi Leroy a pu écrire que la remise en cause par Péguy, de la social-démocratie, « n’a pas originellement découlé, comme on l’imagine souvent, des relations franco-allemandes, mais bien d’une divergence d’appréciation sur l’Arménie32 ».

  • 33 Cf. J. Viard, « Péguy à la mort de Bernard Lazare », Les Nouveaux Cahiers, no 21, été 1970, p. 46.

30D’après Jacques Viard, en raison de leurs idées, Bernard Lazare, comme son ami Charles Péguy, « devaient mourir étouffés d’ombre et de silence par le Parti intellectuel qui ne pouvait admettre que le socialisme fût d’abord un combat contre l’impérialisme et contre sa manifestation favorite : l’antisémitisme33 ».

31Toujours est-il que ce sentiment d’abandon du premier défenseur de Dreyfus, fit réagir l’un de ses amis les plus fidèles, Pierre Quillard, combattant illustre de la cause arménienne. En effet, quinze mois après la mort de Bernard Lazare (et après l’article nécrologique publié dans Pro Armenia, le 15 septembre 1903), pour s’élever contre le silence qui entourait son nom, il adressa un appel, en vue de la constitution d’un « Comité Bernard Lazare ». L’objectif de ce dernier était l’élévation d’un monument dans sa ville natale et la publication d’un livre sur sa vie et son œuvre. En soulignant son rôle lors de l’affaire Dreyfus, lorsqu’il servit « la France et l’humanité », Quillard souligne qu’il avait pris la défense de tous les opprimés :

  • 34 Cf. C. Iancu, « L’Affaire Dreyfus et l’évolution de Bernard Lazare », in L’Affaire Dreyfus et ses (...)

« Juif, détaché de toute croyance, il exprima son horreur pour les bourreaux des Arméniens chrétiens ; mais il ne crut pas, du fait de sa naissance, être obligé de fermer les yeux sur le long martyre des Juifs de Roumanie et de Russie et des malheureux qui en Angleterre et en Amérique meurent lentement du sweating système. Si d’autres étaient capables d’oublier son nom, il demeure chez tous ces opprimés de races et de langues diverses, glorieux et vénéré34. »

32Bernard Lazare partagea une même exigence de justice et de vérité avec Charles Péguy, et c’est lui qui fut « l’inspirateur » et l’éminence grise des Cahiers de la Quinzaine, et c’est aussi sous son impulsion que fut publiée la série consacrée aux peuples opprimés. Dans le portrait qu’il dressa de son ami dans Notre Jeunesse, Péguy, qui a retrouvé sa profonde foi chrétienne, exprima son admiration pour le passionné de justice, pour cet homme de « cinquante siècles », cet homme « habité par le génie de l’action », pour « cet athée ruisselant de la parole de Dieu ».

33Charles Péguy et Bernard Lazare furent des écrivains combattants qui fustigèrent les préjugés et les injustices, et dénoncèrent l’indifférence de l’Europe devant les massacres d’Arménie. C’est au nom de la vérité et de la liberté qu’ils furent à la fois dreyfusards et arménophiles.

Notes

1 J. et J. Tharaud, Notre cher Péguy, Paris, Plon, 1926, t. 1, p. 66.

2 J. Bastaire, Péguy tel qu’on l’ignore, Paris, Gallimard, 1996, p. 14.

3 G. Leroy, « L’Arménie dans l’œuvre et la pensée de Charles Péguy », Revue d’Histoire de la Shoah, no 177-178, janvier-août 2003, p. 356.

4 J. Isaac, Expériences de ma vie. I. Péguy, Paris, Calmann-Lévy, 1959, p. 367.

5 Ibid., p. 132.

6 C. Peguy, Notre Jeunesse, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1957, p. 90.

7 A. Hamon, Psychologie de l’anarchiste-socialiste, Paris, Stock, 1895, p. 168.

8 B. Lazare, « Juifs et Israélites », Entretiens Politiques et Littéraires, septembre 1890.

9 B. Lazare, Contre l’Antisémitisme, Paris, Stock, 1896. Repris dans Juifs et Antisémites, Paris, Allia, 1992 (édition établie par Philippe Oriol). Ce recueil reprend également divers articles d’Antisémitisme et Révolution (Paris, Stock, 1898) et Le Nationalisme juif (Paris, Stock, 1898).

10 B. Lazare, Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus, Paris, Stock, 1896 et 1897.

11 Cf. A. Ter Minassian, « L’Arménie et l’éveil des nationalités (1800-1914) », G. Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Privat, 2007, 2008, p. 503.

12 Y. Ternon, Les Arméniens. Histoire d’un génocide, Paris, Le Seuil, 1977, p. 129.

13 Ibid., p. 357.

14 J. Jaures, Action socialiste, 1e série, G. Bellais, 1899, p. 452-453.

15 Ch. Péguy, Oeuvres complètes, I, édition présentée, établie et annotée par Robert Burac, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, p. 432.

16 Cf. Y. Ternon, « Pierre Quillard, Bernard Lazare et les Arméniens », in Roumanie, Israël, France : parcours juifs. Hommage au professeur Carol Iancu, textes rassemblés par Danielle Delmaire, Lucian-Zeev Herscovici, Felicia Waldman, Paris, Éditions Honoré Champion, 2014, p. 311.

17 B. Guyon, Péguy, Paris, Hatier, 1960, p. 115.

18 Œuvres complètes de Charles Péguy (1873-1914), t. XVI, œuvres en prose. Par ce demi-clair matin, NRF, Paris, Librairie Gallimard, 1952, p. 26-27.

19 Ibid., p. 62-63.

20 Ibid., Le Fumier de Job, p. 107 et Juifs et antisémites, p. 159.

21 Ibid., p. 107-108.

22 « L’émigration juive en Roumanie », L’Aurore, 9 août 1900.

23 Cf. Y. Ternon, Pierre Quillard, Bernard Lazare et les Arméniens, op. cit., p. 317.

24 Cf. B. Lazare, « Le Congrès sioniste et le sultan », Pro Armenia, 10 janvier 1902. Repris dans Juifs et antisémites, op. cit., p. 218.

25 Cf. The Complete Diaries of Theodor Herzl, vol. 3, 1960, p. 1201. Cité par P. Oriol, Bernard Lazare, Paris, Stock, 2003, p. 364.

26 Cf. B. Lazare, « L’Oppression des Juifs dans l’Europe orientale. Les Juifs en Roumanie », Cahiers de la Quinzaine, 1902, III-8, p. 91.

27 Cf. aussi C. Iancu, « Bernard Lazare et les Juifs de Roumanie », Les Amis de Pierre Leroux, no 9, « Europe une et indivisible », décembre 1991, p. 269-278. Article reproduit aussi dans Bernard Lazare. Anarchiste et nationaliste juif, textes réunis par Philippe Oriol, Paris, Éditions Honoré Champion, 1999, p. 181-191.

28 Cahiers de la Quinzaine, IV-13, 1903, p. 81.

29 Loc. cit.

30 Cf. C. Iancu, Les Juifs de Roumanie (1866-1919) De l’exclusion à l’émancipation, Aix-en-Provence, université de Provence, 1978, document no 20 (la lettre de Martin Buber à Bernard Lazare, envoyée de Graz, le 10 avril 1903).

31 Ch. Péguy, Œuvres complètes, op. cit., vol. I, p. 332.

32 G. Leroy, op. cit., p. 364-365.

33 Cf. J. Viard, « Péguy à la mort de Bernard Lazare », Les Nouveaux Cahiers, no 21, été 1970, p. 46.

34 Cf. C. Iancu, « L’Affaire Dreyfus et l’évolution de Bernard Lazare », in L’Affaire Dreyfus et ses conséquences (sous la direction de Carol Iancu), Montpellier, PULM, à paraître en 2016.

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier III, CRISES

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540