Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Première partie. Recherche et enseignement du génocide des Arméniens

Un aperçu des contacts arméno-languedociens (début XIVe-début XXe siècle)

Gérard Dédéyan

Texte intégral

1La Provence, desservie par plusieurs ports, au premier rang desquels Marseille et Toulon, a plus facilement accueilli les migrations méditerranéennes que le Languedoc : aussi, d’une certaine manière, le second n’a-t-il, eu en tout cas pour ce qui concerne les Arméniens, que les ramifications de la première.

Le royaume d’Arménie et ses périphéries : des contacts diversifiés

  • 1 L. Alichan, Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, Venise, Saint-Lazare, 1888, p. 430 ; C. Mutafian, L’Armén (...)

2Au Moyen Âge, des contacts ne sont décelables qu’au XIVe siècle, lorsque le royaume arménien de Cilicie (1198-1375), plus couramment appelé à cette époque, « royaume d’Arménie », symbole de la renaissance nationale après la conquête des royaumes de Grande Arménie par les Turcs (XIe-XIIe siècle), déploie dans l’aire méditerranéenne des réseaux politiques, culturels, économiques, et conclut des relations commerciales avec les grands villes commerçantes du Midi : Marseille (ville de commune, devenue française en 1481), et pour ce qui concerne le Languedoc, Montpellier (qui dépend du roi d’Aragon, avant son achat par le roi de France en 1349)1.

  • 2 E. Dulaurier, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1869 (...)

3C’est ainsi que, en 1314, le roi Ochin accorda aux marchands de Montpellier un privilège abaissant le montant des taxes à l’importation et à l’exportation, privilège qui fut confirmé par le roi Lewon (Léon IV), mineur, en 1321. On peut penser, si l’on en croit le Florentin Balducci Pegolotti, dans sa Pratica della mercatura, que des échanges s’étaient également noués avec Nîmes2.

  • 3 C. Mutafian, L’Arménie du Levant, vol. 1, p. 358, met en doute ce pèlerinage.
  • 4 F. Macler, « Particularités arméniennes de manuscrits latins », Revue des Études arméniennes, Ancie (...)
  • 5 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), 2e édition, Paris (...)

4Des contacts sont attestés également au plan religieux, en raison de l’attractivité de certaines églises du Languedoc, ou, dans une certaine mesure, au plan politique. C’est ainsi que Hét‛oum, comte de Korykos, port cilicien, (il devait plus tard présenter au pape Clément V, résidant alors à Poitiers, sa Fleur des histoires de la terre d’Orient, dictée en français et incluant un projet de croisade), aurait fait un pèlerinage à Notre-Dame de Vauvert (dans le diocèse de Nîmes)3. Un colophon (note marginale) de manuscrit arménien, daté de 1388 et dû à Siméon, évêque de Sébaste, nous informe que ce dernier a célébré la messe à l’abbaye de Lagrasse (dans le diocèse de Carcassonne, le jour de Pâques 1388)4 : ceci suggère qu’il devait être en communion avec l’Église latine, et peut-être même, puisque nous sommes alors à l’époque du Grand Schisme (1378-1418), avec l’antipape qui régnait à Avignon ou le pape légitime qui résidait à Rome. À l’époque précédente, celle des papes d’Avignon (1309-1378), nombre de représentants du catholicos-patriarche des Arméniens ou du roi d’Arménie étaient venus en ambassade au Palais des papes5.

  • 6 H. Kuhl, Leon V. von Kleinarmenien. Ein Leben zwischen Orient und Okzident im Zeichen der Kreuzzugb (...)
  • 7 F. Macler, « Note sur l’inscription arménienne de la cathédrale de Bourges », Mosaïque orientale. I (...)

5L’événement le plus marquant, au plan politique, est le passage de Léon V de Lusignan (d’ascendance paternelle poitevine) par Montpellier, après sa captivité au Caire chez les sultans mamelouks, captivité consécutive à la chute de sa capitale, Sis, en 1375. Libéré grâce à l’intervention des rois d’Aragon et de Castille, il allait remercier ses protecteurs. Ses passages aller (1383) et retour (1384) sont notés dans la chronique de Montpellier appelée Petit Thalamus6. Perceptibles au XIVe siècle, les contacts arméno-languedociens n’ont pas laissé de traces pour les XVe et XVIe siècles. On peut seulement supposer que Jacques Cœur, grand argentier de Charles VII, qui entretenait d’importantes relations commerciales avec le Proche-Orient, à partir de Bourges – dont la cathédrale recèle un graffito arménien –, et de Montpellier, avait des Arméniens parmi ses partenaires commerciaux7.

L’épanouissement des contacts économiques aux XVIIe-XVIIIe siècles

  • 8 H. Michel, « Les Arméniens en Languedoc à l’époque moderne », Revue Bazmavep, 3-4, Venise, Académie (...)
  • 9 Ibid., p. 449.
  • 10 Loc. cit.

6Comme le fait remarquer Henri Michel, plus encore pour les Arméniens que pour les Marranes ou les Morisques fuyant la péninsule Ibérique – sans compter les allers-retours des Juifs –, le Languedoc est une terre de passage aux XVIIe-XVIIIe siècles8. Certains Arméniens passent dans la province dans un but religieux : c’est le cas de l’archevêque de « Sémiramis » (c’est ainsi que l’on appelait la ville de Van, sur les bords du lac du même nom, au sud de l’Arménie, du nom de la légendaire reine d’Assyrie qui aurait régné sur la région), venu solliciter en 1684, pour ses ouailles en détresse, la générosité des capucins et des Capitouls de la ville de Toulouse, mais n’ayant guère rencontré de succès du côté des seconds9. S’agissant des relations économiques, les traces sont nettement plus nombreuses, si l’on en croit les ouvrages de l’époque consacrés au commerce (dictionnaires, almanachs) : les Arméniens, entre autres marchands orientaux, sont signalés, dans le cadre des grandes rencontres périodiques, aux foires de Beaucaire, dans les années soixante-dix du XVIIIe siècle ; on les rencontre également aux foires de Pézenas10.

  • 11 Ibid., p. 449-450.

7De simples individus viennent faire, à l’occasion, des affaires en Languedoc : l’un d’entre eux, venu de Marseille, dont les marchands arméniens, depuis les encouragements donnés par Colbert, sont fortement impliqués dans le commerce du Levant, figure en 1676 parmi les actionnaires de la manufacture de draps destinés au Levant installée à Villeneuvette. Un autre vient d’Agen, en 1740, recouvrer l’argent que lui doit un Maronite du Liban11.

  • 12 Ibid. (nous remercions également l’auteur de nous avoir communiqué des notes personnelles).

8Mais, s’il y a des Arméniens de passage, peu sont installés durablement en Languedoc. L’on peut, cependant, signaler, avec Henri Michel, deux cas à Montpellier : un certain Messias, mentionné par les consuls de la ville, en 1679, avec son associé, habitant vraisemblablement dans l’île de la Grande Loge, centre des affaires pour des marchands de différentes confessions. On peut supposer que ce Messias et son associé sont en relations avec les négociants de Marseille, stimulés par l’édit d’affranchissement du port promulgué dix ans auparavant. Quelques décennies plus tard, un autre Arménien est inhumé à l’église Notre-Dame des Tables, en plein cœur du secteur des affaires12.

  • 13 Pour Jean Althen, nous résumons les données rassemblées par H. Michel, ibid., p. 451-457. Nous renv (...)

9Le cas le plus singulier – que développe Henri Michel13 – est celui de Jean Althen/Hovhannês Alt‛ounian, né dans la première décennie du XVIIIe siècle au Nakhitchévan, au sud-est de l’Arménie – alors sous la domination des Shâhs de Perse, de la dynastie des Séfévides : Althen, de famille noble, capturé à l’occasion d’une des multiples guerres irano-turques, et que l’on retrouve à Smyrne sous la protection du consul de France, eu égard à son appartenance à la religion catholique (il avait été libéré par l’entremise des dominicains, très présents au Nakhitchévan), arrive à Marseille en 1739 sur un bateau du roi grâce à la protection du marquis d’Antin, et épouse une demoiselle de la ville en 1741. Fort de l’appui de ministres parisiens, il présente aux États du Languedoc, en 1744, un projet de plantation du coton dont les premiers essais sont effectués à Castres, mais sans résultat probant. À la fin de l’année 1745, Jean Althen, s’établissant à Montpellier, poursuit ses expériences dans un jardin du faubourg de la Sonnerie, avec le projet de produire du coton, mais aussi de le rendre « marchand », c’est-à-dire exportable, plus particulièrement au Levant. Encouragé par la Société royale des sciences de Montpellier (dont l’actuelle Académie des Sciences et Lettres est l’héritière), Althen, qui reçoit périodiquement un soutien financier pour son entreprise, transfère son champ d’expérience à Lattes, à quelques kilomètres de Montpellier, y créant une véritable plantation de coton. Hésitant, comme on l’y invitait, à vérifier en d’autres endroits la viabilité de ce qu’il a réalisé à Lattes, se voyant de plus refuser par le commissaire général du Languedoc le privilège exclusif pour la plantation de coton, Jean Althen va désormais porter son effort sur la culture de la garance. Avec l’appui du marquis de Seytre de Caumont, il introduisit cette production dans le Comtat Venaissin avec un succès total, comme le reconnaît dans son Mémoire sur la garance le directeur de la manufacture royale de Saint-Chamond, Jean-Claude Flachat, qui a représenté les marchands de Lyon à Constantinople, puis à Smyrne, et y a recruté des ouvriers « levantins ». À la veille de sa mort, survenue en 1774, Jean Althen contrôle trois garancières dans le Comtat, deux en Provence, et même une dans le Bas-Languedoc, à Fourques.

Les missions en Orient (milieu XIXe-début XXe siècle)

  • 14 Voir G. Cholvy, « Emmanuel d’Alzon, les racines », in R. Remond et É. Poujoulat (dir.), Emmanuel d’ (...)

10L’impulsion fut donnée par le père Emmanuel d’Alzon (Le Vigan, 1810 – Nîmes, 1880), surnommé « le Lion des Cévennes ». Grand Vicaire (c’est-à-dire vicaire général) du diocèse de Nîmes pendant quarante-quatre ans (il refusa toujours l’épiscopat), très hostile au protestantisme, il était animé par un vigoureux ultramontanisme. Lié avec Louis Veuillot, opposé à Monseigneur Dupanloup, il se rallia sans hésitation au concile Vatican I14.

  • 15 Sur le renouveau monastique et le rôle du père d’Alzon, voir G. Cholvy, Christianisme et société en (...)
  • 16 Plusieurs articles dans B. Holzer (dir.), Les origines de la famille de l’Assomption. Fondateurs et (...)

11Emmanuel d’Alzon fonda en 1845, après avoir repris le collège de l’Assomption, à Nîmes, la congrégation des Augustins de l’Assomption (les « Assomptionnistes »), dont il fut le premier supérieur général15, puis, en 1865, avec mère Emmanuelle-Marie de la Compassion, née Marie Correnson (1842-1900), la congrégation des Oblates de l’Assomption : ces religieuses à vocation missionnaire devaient avoir une activité œcuménique, caritative, éducative, en collaboration avec les Assomptionnistes. Cette collaboration s’interrompit après la mort du père d’Alzon : mère Marie-Emmanuelle, ayant rompu en 1882 avec le successeur du père d’Alzon et s’étant repliée à Nîmes pour garder l ‘ orientation missionnaire, fut déposée cinq ans plus tard. L’union fut cependant rétablie en 192616.

  • 17 Nous renvoyons, pour l’activité missionnaire auprès des Arméniens entre autres, à J.-P. Perier-Muze (...)

12Très estimé par les papes Grégoire XVI (1831-1846) et Pie IX (1846-1878), le père d’Alzon fut envoyé à Constantinople par ce dernier, en 1863, pour fonder en Orient des missions assomptionnistes, soutenues, à partir de 1865, par les Oblates de l’Assomption17. De 1881 à 1912, le nombre des Oblates présentes en Orient (péninsule des Balkans et Anatolie) quadrupla. À la veille de la Première Guerre mondiale, les Oblates comptaient 21 communautés en France (plus un petit nombre en Belgique et en Angleterre) et 12 en Orient parmi lesquelles les implantations « arméniennes » étaient les plus nombreuses, se situant principalement dans la région pontique (Amasya, Marsivan, Tokat, Trébizonde). Les Oblates de l’Assomption, après la rupture de 1882, créèrent, conformément aux directives du père d’Alzon, des écoles et des dispensaires qui fonctionnèrent jusqu’en 1914. Elles participèrent bientôt à la Mission des pères jésuites fondée en 1881 sur l’ordre de Léon XIII (1878-1903), ajoutant aux postes susmentionnés Sivas (l’ancienne Sébaste) et Kayseri (l’ancienne Césarée), en Cappadoce, ainsi qu’Adana, en Cilicie. Les Oblates de l’Assomption, grâce à leurs dispensaires, purent manifester leur dévouement à l’occasion de l’épidémie de choléra de 1894 et pendant les massacres ordonnés par le « Sultan Rouge », Abülhamid II, en 1894-1896.

  • 18 Les témoignages recueillis par les pères jésuites sont essentiels : voir Lettres de Fourvière, Prov (...)

13On comptait, dans la « Mission d’Arménie », avant 1914, une quarantaine de pères (et autres), 120 religieuses, parmi lesquelles 80 sœurs de Saint-Joseph de Lyon, 20 Oblates de l’Assomption de Nîmes, environ 130 auxiliaires indigènes ; quelque 5 000 élèves. Pendant le génocide des Arméniens, en 1915, sur les 7 sœurs arméniennes de Tokat, seule sœur Candide put parvenir à Alep et survécut à la déportation18.

Présence des patriotes arméniens, mouvement arménophile, action diplomatique (fin XIXe-début XXe siècle)

  • 19 Voir L. Nalbandian, The Armenian Revolutionary Movement: The Development of Armenian Political Part (...)
  • 20 Ibid., p. 105-118. On consultera aussi les nombreuses publications d’Anahide Ter Minassian sur les (...)

14Si les Languedociens sont présents en Orient dans les territoires de peuplement arménien par le biais des ecclésiastiques, les Arméniens sont quant à eux attirés en Languedoc, en nombre significatif, par le prestige des établissements d’enseignement supérieur, particulièrement à Montpellier qui a, dans ce domaine, un rayonnement international. De fait, pour ce qui concerne la France, les jeunes Arméniens – originaires principalement des Empires ottoman (où l’élite intellectuelle est souvent parfaitement francophone) et russe – viennent étudier de préférence à Paris, Montpellier et Nancy, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Comme l’attestent les listes d’étudiants mises en fiches par le regretté médecin-général Louis Dulieu, plusieurs noms arméniens sont mentionnés à Montpellier, en raison de l’attractivité d’une faculté de médecine renommée depuis le XIIIe siècle. Issus parfois de familles de propriétaires fonciers (y compris de la région du Haut-Karabagh), les étudiants arméniens sont présents également à l’École d’agriculture de Montpellier, s’intéressant surtout à la viticulture et s’initiant à la préparation du « cognac » arménien (comme l’attestent les documents mis à jour par le professeur Yvette Maurin), récemment rebaptisé « brandy » et devenu la boisson nationale en république d’Arménie. Des recherches dans les archives de la faculté de droit seraient probablement révélatrices : pour le moment, on n’y trouve qu’une thèse de doctorat d’un avocat français, François Surbezy, soutenue en 1911 et intitulée Les Affaires d’Arménie et l’intervention des Puissances européennes de 1894 à 1887. Parmi les étudiants arméniens, l’on trouvait des membres de partis politiques qui cherchaient à rallier leurs compatriotes à leur mouvement, comme nous l’avait signalé le ministre des Affaires étrangères de l’Arménie soviétique et historien, John Kirakosyan (1930-1985), à propos du parti Arménakan, fondé à Van en 1885 par Meguerditch Portoukalian (Constantinople, 1848 – Marseille, 1921). Ce dernier, fils d’un banquier de Constantinople, avait ouvert une école à Van, en 1878, puis, après sa fermeture, une autre, en 1881. L’objectif du parti Arménakan était l’émancipation de la nation arménienne par les armes, avec, comme mode d’action, la guérilla19. Après sa refondation à Genève, en 1887, le parti Arménakan avait été rebaptisé « Parti révolutionnaire » Hintchak (La Cloche, par référence au journal révolutionnaire russe Kolokol, de même signification) : aussi certains membres du parti, désormais installé à Genève, venaient-ils enrôler des étudiants à Montpellier, peut-être de préférence à l’École d’agriculture, puisque certains de ces militants étaient agronomes de formation. Ces jeunes hintchakistes usaient de fausses adresses pour rester dans la clandestinité. Après son exil à Marseille, Mergerditch Portoulakian entretint certainement la flamme des jeunes patriotes de Montpellier, entre autres par la publication, à Marseille, du périodique Armenia (qui fut publié sans discontinuité de 1885 à 1923)20.

  • 21 Sur Jean Jaurès, voir G. Candar, V. Duclert, Jean Jaurès, Paris, Fayard, 2014, et, du même, La Fran (...)

15On ne saurait oublier que Jean Jaurès (né à Castres, en 1859, mort, assassiné en raison de ses idéaux pacifistes, à Paris, en 1914), philosophe de formation, figure emblématique du socialisme français, arménophile vigoureusement engagé jusqu’à l’avènement des Jeunes-Turcs (et ardent dreyfusard), membre du comité de rédaction de Pro Armenia, était de souche languedocienne. Il fut d’abord, en même temps qu’il s’engageait dans la politique, professeur au lycée d’Albi, maître de conférences à la faculté des lettres de Toulouse (ville dont il fut le maire-adjoint), journaliste à La Dépêche de Toulouse (journal de tendance radicale, opposé à L’Éclair de Montpellier). Il s’intéressa à la viticulture languedocienne et commença sa vraie carrière politique comme député des ouvriers de Carmaux21.

  • 22 Sur Bernard Lazare, voir Y. Ternon, « Pierre Quillard, Bernard Lazare et les Arméniens », dans Roum (...)

16C’est un peu plus tard, en 1900, que le poète parisien (de tendance symboliste) Pierre Quillard, témoin des massacres hamidiens pendant son séjour à Constantinople en 1893-1896 comme enseignant dans des écoles arméniennes, et dénonçant ces crimes dans des revues françaises sous le couvert de pseudonymes, fonda avec le poète Archag Tchobanian, « ambassadeur » de la cause arménienne en France, sur la proposition du parti Dachnak (Haykakan Heghap‛oghakan Dachnaktsout‛ioun, « Fédération Révolutionnaire Arménienne »), la revue Pro Armenia, qui compta, dans son comité de rédaction de grands noms de la politique et des lettres françaises (Clemenceau, Jean Jaurès, Albert de Mun, Anatole France), et parmi ses collaborateurs, le poète anarchiste nîmois Bernard Lazare. Ce dernier, qui s’est découvert Juif après les pogroms d’Europe orientale, se rattache au mouvement arménophile qui se déploie alors, par sa prise en compte, de la souffrance arménienne, en miroir de la souffrance juive, et par sa dénonciation de toute complaisance envers Abdülhamid II, « le Sultan Rouge », dénonciation qui l’amène à rompre avec Théodore Herzl, fondateur du sionisme22.

  • 23 Pour Alphonse Cillière, nous résumons notre introduction (p. 13-24) à 1895. Massacres d’Arméniens. (...)

17Pendant cette période, des diplomates de souche languedocienne, Alphonse Cillière (1861-1946) et Fernand Roque-Ferrier (1859-1909), se signalent à notre attention23. Tous deux appartiennent à des familles honorablement connues à Montpellier : les parents du premier sont représentés sur un tableau du musée Fabre, exécuté par un peintre de renom, Monticelli ; le frère du second, érudit de langue d’oc, rédacteur en chef de la revue Occitania, a été le restaurateur de la Tour de la Babote, à Montpellier. Amis d’enfance, Cillière et Roque-Ferrier ont étudié ensemble à Paris, à l’École des langues orientales vivantes, le turc, le persan et l’arabe. Passionné par la culture turque (il a traduit des pièces de théâtre), séduit par le romancier Pierre Loti, dont il semble ignorer les égarements arménophobes, Alphonse Cillière, après un premier passage à Constantinople, est consul de France à Trébizonde, principale ville ottomane sur la mer Noire (de 1894 à 1897), consul (de 1898 à 1902), puis consul général (1902-1912) à Constantinople ; enfin, après une parenthèse en Haïti, il est détaché auprès du gouvernement ottoman pour les finances (1914), la déclaration de guerre mettant fin à cette mission ; nous le retrouvons à Constantinople après la guerre – il y reste de 1918 à 1925 –, comme ministre plénipotentiaire, présidant la commission juridique interalliée. Présent à Trébizonde pendant les massacres d’octobre 1895, qui, se différenciant des massacres du Sasoun de septembre 1894 – amplification spectaculaire de violences habituelles –, marquent le début des grands massacres (1895-1896) programmés par Abdülhamid II, Cillière assume avec courage les devoirs de sa charge, épaulé par Fernand Roque-Ferrier qui est alors en route pour Erzeroum (après une affectation dans l’Azerbaïdjan persan), son poste consulaire. Il laisse un témoignage dactylographié, achevé en 1929, sous le titre Vêpres arméniennes. Les massacres de Trébizonde du 8 octobre 1895, document que nous a confié son arrière-petit-neveu, Dominique Bruzy, et qui a été publié en 2010. Ce témoignage d’Alphonse Cillière, par sa rigoureuse exactitude, fait honneur à son auteur, pourtant passionné par la culture turque. C’est un tableau sans complaisance des violences primaires dont pouvait être saisie la population musulmane, de la duplicité du vali (gouverneur de province), de la pleine responsabilité du sultan, ceci n’empêchant pas l’auteur de rendre hommage à Essad Bey, haut magistrat ottoman qui sacrifie sa carrière aux exigences de sa conscience.

  • 24 Nous renvoyons à notre article « Ferdinand Roque-Ferrier (1859-1909). Un initiateur du « droit d’in (...)

18C’est aussi par Alphonse Cillière, qui lui a consacré un long article, resté inachevé, et inédit, que nous connaissons le destin héroïque de Fernand Roque-Ferrier, véritable initiateur du « droit d’ingérence24 ». Pendant les massacres qui, peu après ceux de Trébizonde, se déchaînèrent à Erzeroum, Roque-Ferrier, sortant déjà du cadre de ses obligations, créa un hôpital de campagne pour accueillir les blessés et, précurseur de l’officier allemand Armin Wegner qui en 1915, pendant le génocide des Arméniens, photographia les insoutenables scènes de déportation, photographia avec son kodak les cadavres des victimes arméniennes à moitié ensevelies par leurs bourreaux. Après avoir exercé ses fonctions consulaires à Erzeroum (1895-1901), Roque-Ferrier est envoyé au Brésil, puis en Chine, où il semble s’être morfondu. C’est avec soulagement qu’il retourne dans l’Empire ottoman, ayant été nommé consul de France à Alep (de 1906 à 1909, date de son décès). Son séjour coïncidait avec la révolution des Jeunes-Turcs (1908), groupe d’officiers et d’idéologues progressistes, dont certains avaient étudié en France et qui, se dressant contre l’obscurantisme et l’absolutisme d’Abülhamid II, le contraignirent à rétablir la constitution ottomane de 1876 élaborée par le réformiste Mihdat Pacha ; établissant un régime parlementaire, cette constitution affirmait l’égalité de tous les sujets devant la loi, sans distinction de race ni de religion. Une contrerévolution s’étant produite au printemps 1909 et ayant redonné les pleins pouvoirs au sultan, les Arméniens d’Adana, qui usaient déjà avec enthousiasme de leur liberté de réunion, furent victimes de violentes représailles à la suite d’une altercation, puis sauvagement massacrés – ainsi que les habitants de nombreux villages de Cilicie, en avril 1909, les troupes envoyées par les Jeunes-Turcs – revenus entre-temps au pouvoir – s’étant jointes à la populace mobilisée par les réactionnaires. Ces massacres de Cilicie font environ trente mille victimes, les couvents des missionnaires latins, où se sont réfugiés les rescapés, étant eux-mêmes menacés par les musulmans. C’est ainsi que le consul d’Alep, par ailleurs excellent cavalier et d’une grande vigueur physique, effectue, avec un détachement, une folle équipée à travers les montagnes de l’Amanus pour aller délivrer le couvent d’Akbès, appartenant à la Société des Lazaristes et ayant accueilli plus de mille six cents Arméniens, hommes, femmes et enfants, et qu’assiègent, depuis deux mois, les tribus kurdes. Roque-Ferrier, après avoir délivré le couvent en mai 1909 – avec le concours de soldats ottomans se conformant aux ordres de la fraction modérée du gouvernement jeune-turc –, gagne ensuite Adana, pour tenter de remédier à la situation sanitaire et matérielle de la population arménienne survivante. Atteint par l’épidémie qui sévit dans la ville et à laquelle son état d’épuisement physique le rend plus réceptif, Roque-Ferrier regagne Alep, où il meurt. La cérémonie célébrée dans la cathédrale arménienne d’Alep réunit la majorité des fidèles d’Alep relevant de cette confession. Le corps de Fernand Roque-Ferrier est rapatrié en 1910 à Marseille sur le vapeur Le Niger, attendu par toute la communauté arménienne, présente sur le port. Sa dépouille mortelle est ensuite transférée à Montpellier, sa ville d’origine, et inhumée, après des funérailles officielles à la cathédrale Saint-Pierre, au cimetière Saint-Lazare : un représentant des Arméniens du Midi, Srabian, prononce alors un éloge bouleversant où se trouvent inscrits en lettres d’or les principes du « droit d’ingérence ».

  • 25 Sur Jacques de Morgan, voir E. Khayadjian, « La question arménienne dans “L’Éclair de Montpellier”  (...)

19Dans le domaine de l’histoire, outre Edouard Dulaurier (1807-1881), orientaliste qui s’occupa d’égyptologie, de malais et, finalement d’arménien, né à Toulouse, et qui déploya très vite son activité scientifique à Paris, en étudiant et en traduisant la plupart des historiens arméniens de l’époque des croisades, il faut citer Jacques de Morgan et René Grousset. Jacques de Morgan (Huisseau-sur-Coson, près de Blois, 1857 – Marseille, 1924)25 a d’abord été un grand archéologue qui a travaillé aussi bien dans le Caucase (il a séjourné trois ans en Arménie russe) qu’au Moyen-Orient (en Iran, où les fouilles conduites à Suse le font connaître internationalement, en Égypte) : sa remarquable activité lui a valu de voir deux salles du musée du Louvre réservées à ses collections. Retiré dans les Pyrénées en raison de problèmes de santé, et projetant néanmoins de finir sa vie dans une Arménie indépendante, lié avec Archag Tchobanian, cofondateur du mouvement arménophile avec Pierre Quillard, Jacques de Morgan entame une collaboration avec L’Éclair de Montpellier, journal auquel il envoie régulièrement, de 1915 à 1921, de remarquables articles, dans lesquels il embrasse les développements du problème arménien pendant cette période, dans toute leur étendue géographique – Anatolie orientale et Caucase du Sud – et chronologique – du génocide des Arméniens (1915-1916) à la fin de la première république d’Arménie (1918-1920) et du Foyer national de Cilicie (1919-1921). Il va au-delà du génocide des Arméniens dans le bilan des victimes et prend en compte les représailles des Turcs dans les vilayet (province turque) repris aux Russes en 1918 et les massacres commis par les Azéris à Bakou et dans d’autres villes du Caucase. Il insiste sur l’effort de guerre des Arméniens pendant le premier conflit mondial, effort illustré par la présence de 10 000 volontaires arméniens (6 000 en réalité) sur le front du Caucase, par la mise sur pied d’une armée nationale au lendemain de la création de la république d’Arménie, par la résistance des Arméniens de Bakou face aux Azéris, par la lutte du contingent arméno-assyrien, par la présence des Arméniens dans les armées alliées (plus de 10 % des Arméniens de France), à quoi il faut ajouter la Légion arménienne, présente en Cilicie pendant le mandat français. Pour Jacques de Morgan, qui fait ainsi écho à Georges Clemenceau – lequel n’hésitait pas à qualifier l’Arménie de « petite alliée » –, les Arméniens ont mérité la qualification de belligérants : le projet politique auquel se rallie Jacques de Morgan est la création de deux États arméniens : un, de Grande Arménie (étendue au Karabagh et aux rives méridionales du lac de Van) ; un autre, en Cilicie, héritier du royaume des Lusignans. Ce serait à la France – et non aux États-Unis – de favoriser l’émergence de ces deux entités.

20Ayant déjà abordé la Question arménienne dans l’Essai sur les nationalités (Paris, 1917), puis dans Contre les barbares de l’Orient (Paris, 1918), Jacques de Morgan, allant jusqu’au bout de son engagement, se laissa convaincre par Archag Tchobanian – qui devait lui apporter son aide documentaire dans cette tâche – de rédiger une Histoire du peuple arménien depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours (Paris, 1919), ouvrage écrit « à chaud » et publié au lendemain du génocide des Arméniens et au moment où la République d’Arménie semblait ouvrir un avenir prometteur. Précieux témoignage historiographique, cette Histoire du peuple arménien méritait largement, par le nombre et la diversité des documents l’illustrant (presque un par page), d’être rééditée en 1981 par l’Académie de Marseille, grâce à Edmond Khayadjian, familier de l’œuvre de Jacques de Morgan.

  • 26 Nous renvoyons à la contribution de G. Frêche, dans I. Auge, G. Dédéyan, B. Schouler (dir.), René G (...)

21Le second historien (de souche languedocien), qui se soit intéressé à l’Arménie est René Grousset (Aubais, 1885 – Paris, 1952)26. Issu d’une famille de la Lozère ayant pour berceau Les Hermeaux et connue depuis le XVIe siècle, il était natif d’Aubais, dans le Gard, comme son contemporain Émile Léonard, historien du protestantisme et du royaume angevin de Naples. Il fit ses études secondaires au collège des Jésuites du Sacré-Cœur de Montpellier, puis ses études supérieures à la faculté des lettres de Montpellier où il obtint, en 1905, sa licence es-lettres, en 1908, son diplôme d’études supérieures d’histoire-géographie. Sans donner suite à son inscription à l’agrégation, il prépara ensuite une thèse de doctorat d’État sur le Conventionnel Châteauneuf-Randon, « le Marquis Rouge » du Gévaudan, sous la direction de Joseph Clamette, alors professeur à la faculté des lettres de Montpellier. Peut-être Grousset eut-il alors l’occasion de suivre les cours d’arménien classique dispensés à la faculté des lettres par un linguiste de renom, Maurice Grammont. Après une brillante participation à la Première Guerre mondiale qui lui valut la Légion d’honneur, René Grousset fit une carrière de conservateur à Paris (au musée Cernuschi, consacré aux arts d’Extrême-Orient, à partir de 1933), au musée Guimet (plus largement voué aux arts asiatiques, à partir de 1929), doublée d’un enseignement à l’École des sciences politiques, à l’École des langues orientales vivantes, à l’École du Louvre, et ponctuée de missions (en Syrie, en Iran, au Japon, en Chine). « Historien de tout l’Orient », comme l’a qualifié Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, Grousset, tout en ayant consacré de véritables sommes à de grands espaces politico-culturels (Histoire de l’Asie, 3 vol., Paris, 1922, L’empire des steppes. Attila. Gengis Kahn. Tamerlan, Paris, 1939, Histoire de la Chine, Paris, 1942) ou à l’odyssée européenne en Orient (Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, 3 vol., Paris 1934-1936), s’est pourtant passionné pour cette parcelle de l’aire eurasiatique que représente l’Arménie (au destin, il est vrai, presque trois fois millénaire), fragile, mais incontournable trait d’union entre les deux continents, à laquelle, à la demande instante d’Archag Tchobanian, il consacra avec le concours de l’écrivain arménien une Histoire de l’Arménie des origines à 1071 (Paris, 1947). Les Arméniens sont encore bien présents dans l’Histoire des croisades et dans L’Empire du Levant. Histoire de la Question d’Orient (Paris, 1946), voire dans Bilan de l’histoire (Paris, 1946). René Grousset, élu à l’Académie française en 1947, est si attaché à leur histoire et à leur culture qu’il lègue son habit et son épée d’académicien au musée arménien [de France].

Conclusion

22On le voit, les contacts arméno-languedociens furent intermittents et ne se laissent discerner que dans des périodes à forte connotation politique, économique, religieuse, humanitaire.

23C’est le cas avec l’apogée politique que représente la restauration d’un État arménien en Cilicie, amorcée sous la forme de principauté de 1073 à 1198, affirmée avec le rétablissement de la royauté de 1198 à 1375. Le « royaume d’Arménie » rayonne alors également dans tous les domaines, ses contacts avec le Languedoc étant surtout de nature commerciale et religieuse.

24Aux XVIIe-XVIIIe siècles, le passage et parfois la présence des Arméniens en Languedoc, bénéficiant de l’impulsion donnée par Colbert au commerce du Levant, sont modestes, mais bien attestés.

25Dans la deuxième moitié du XIXe siècle et au début du XXe, se croisent, au départ du Languedoc, les élans missionnaires partis de Nîmes, l’action des arménophiles, les interventions de diplomates d’origine montpelliéraine, et, au départ de l’Empire ottoman, l’exil de personnalités du monde culturel arménien, un certain afflux d’étudiants arméniens – dont certains sont missionnés par des partis politiques – dans les établissements montpelliérains d’enseignement supérieur. La première moitié du XXe siècle voit fleurir, à l’issue de contacts avec la presse montpelliéraine ou à la suite d’une formation universitaire acquise à Montpellier, une passion pour l’histoire de l’Arménie et des Arméniens, passion en phase avec la mort et la résurrection de l’Arménie (génocide, république d’Arménie), pour ce qui concerne Jacques de Morgan, ou nourrie de la claire conscience du rôle primordial de l’Arménie dans le dialogue des civilisations, chez René Grousset.

Notes

1 L. Alichan, Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, Venise, Saint-Lazare, 1888, p. 430 ; C. Mutafian, L’Arménie du Levant, 2 vol., Paris, Les Belles-Lettres, 2012, vol. 1, p. 459.

2 E. Dulaurier, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1869-1906, (vol. 2, C. Kohler et al.), vol. 1, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1869, p. 745, 754-758.

3 C. Mutafian, L’Arménie du Levant, vol. 1, p. 358, met en doute ce pèlerinage.

4 F. Macler, « Particularités arméniennes de manuscrits latins », Revue des Études arméniennes, Ancienne Série, t. V, fasc. 1, Paris, 1925, p. 149-153.

5 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), 2e édition, Paris, 1998, passim ; R. Kevorkian, « Les Arméniens en France », dans G. Dedeyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Privat, 2007-2008, p. 907-908.

6 H. Kuhl, Leon V. von Kleinarmenien. Ein Leben zwischen Orient und Okzident im Zeichen der Kreuzzugbewegung Ende des 14. Jahrhunderts, Peter Lang, Frankfurt am Main, 2000, p. 166, 187. Voir aussi Dulaurier, Documents arméniens, p. 723-724, et l’édition électronique en ligne du Petit Thalamus [http://thalamus.huma.num.fr] réalisée par une équipe montpelliéraine animée par Vincent Challet.

7 F. Macler, « Note sur l’inscription arménienne de la cathédrale de Bourges », Mosaïque orientale. I. Epigraphica – II. Historica, Paris, Librairie Paul Geuthner, 1907, p. 27-32.

8 H. Michel, « Les Arméniens en Languedoc à l’époque moderne », Revue Bazmavep, 3-4, Venise, Académie arménienne Saint-Lazare, 2011, p. 447-448.

9 Ibid., p. 449.

10 Loc. cit.

11 Ibid., p. 449-450.

12 Ibid. (nous remercions également l’auteur de nous avoir communiqué des notes personnelles).

13 Pour Jean Althen, nous résumons les données rassemblées par H. Michel, ibid., p. 451-457. Nous renvoyons aussi à R. Kevorkian, « Les Arméniens et la France (1600-1914) », dans R. Kevorkian (dir.), Arménie entre Orient et Occident. Trois mille ans de civilisation, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1996, p. 2.
Sur les guerres turco-persanes de la période, voir la présentation de P. Kohoutkova, L’image de l’Autre dans les chroniques arméniennes, Éditions universitaires européennes, Sarrebruck, 2010, p. 28-42.

14 Voir G. Cholvy, « Emmanuel d’Alzon, les racines », in R. Remond et É. Poujoulat (dir.), Emmanuel d’Alzon dans la société et l’Église du XIXe siècle, Paris, Le Centurion, 1982, p. 19-36 ; L. Secondy, « Aux origines de la maison de l’Assomption à Nîmes (1844-1853) », ibid., p. 233-258.

15 Sur le renouveau monastique et le rôle du père d’Alzon, voir G. Cholvy, Christianisme et société en France au XIXe siècle. 1790-1914, Nouvelle Édition, Paris, Points ; Histoire, Le Seuil, 2001, p. 142-147.

16 Plusieurs articles dans B. Holzer (dir.), Les origines de la famille de l’Assomption. Fondateurs et Fondatrices, Fondations, Intuitions, Relations et Différends, actes du colloque inter-assomption, Paris, 6-10 janvier 2004.

17 Nous renvoyons, pour l’activité missionnaire auprès des Arméniens entre autres, à J.-P. Perier-Muzet, « Bibliographie essentielle et documents principaux sur la Mission d’Orient à l’Assomption », Cahiers du Bicentenaire d’Alzon 2010, no 6, cahier réalisé sous la direction d’André Brombart, p. 165-178.

18 Les témoignages recueillis par les pères jésuites sont essentiels : voir Lettres de Fourvière, Province de Lyon, troisième série, no 5, novembre 1932, Lyon, 1932.

19 Voir L. Nalbandian, The Armenian Revolutionary Movement: The Development of Armenian Political Parties Through the Ninetheenth Century, University of California Press, 1963, p. 90-103.

20 Ibid., p. 105-118. On consultera aussi les nombreuses publications d’Anahide Ter Minassian sur les partis politiques arméniens.

21 Sur Jean Jaurès, voir G. Candar, V. Duclert, Jean Jaurès, Paris, Fayard, 2014, et, du même, La France face au génocide des Arméniens, Paris, Fayard, 2015.

22 Sur Bernard Lazare, voir Y. Ternon, « Pierre Quillard, Bernard Lazare et les Arméniens », dans Roumanie, Israël, France : parcours juifs. Hommage au professeur Carol Iancu, textes rassemblés par Danielle Delmaire, Lucie Zeev Hersovici, Felicia Waldman, Éditions Honoré Champion, Paris, 2014, p. 309-323.

23 Pour Alphonse Cillière, nous résumons notre introduction (p. 13-24) à 1895. Massacres d’Arméniens. Alphonse Cillière, Consul de France à Trébizonde, présenté et commenté par nous-même, Claire Mouradian et Yves Ternon, Toulouse, Privat, 2012. Il s’agit du témoignage d’Alphonse Cillière, que ce dernier présentait, en 1929, comme « Bon pour l’impression », mais qui est resté inédit jusqu’à ce que son arrière-petit-neveu, Dominique Bruzy, magistrat, ait bien voulu nous confier ce texte, initialement intitulé Vêpres arméniennes. Les Massacres de Trébizonde du 8 octobre 1895. Notes et impressions d’un témoin.

24 Nous renvoyons à notre article « Ferdinand Roque-Ferrier (1859-1909). Un initiateur du « droit d’ingérence », dans Roumanie, Israël, France : parcours juifs. Hommage au professeur Carol Iancu, op. cit., p. 299-308.

25 Sur Jacques de Morgan, voir E. Khayadjian, « La question arménienne dans “L’Éclair de Montpellier” », Études sur l’Hérault, nouvelle série, 2, 1986-3, 1987, p. 99-106, et, du même, A. Tchobanian, Le mouvement arménophile en France, 2e édition, Marseille, CRDP, 2001, ainsi que ses introductions aux rééditions de deux ouvrages de J. de Morgan, l’Histoire du peuple arménien, Académie de Marseille, 1981, et l’Essai sur les nationalités, Académie de Marseille, 1982. Plus récemment, C.-A. Klein, Jacques de Morgan, archéologue. Le réveilleur d’empires, Éditions Campanile, 2015.

26 Nous renvoyons à la contribution de G. Frêche, dans I. Auge, G. Dédéyan, B. Schouler (dir.), René Grousset. Un « Européen », historien de l’Asie, Geuthner, Paris, 2015, p. 16-20.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540