Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Préface

Vincent Duclert

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu des actes du premier colloque universitaire organisé dans le cadre du centenaire du déclenchement, à Constantinople le 24 avril 2015, du génocide des Arméniens de l’Empire ottoman. Il marque un moment de rencontre entre une jeune recherche dont témoignent particulièrement les maîtres d’œuvre de l’entreprise et la meilleure tradition des hautes études d’histoire arménienne et du génocide. Il illustre la vitalité du travail scientifique mené à l’université de Montpellier III et dans les laboratoires qui lui sont rattachés (RIRRA 21 et CRISES). Il confirme l’importance du croisement des disciplines et de la mobilisation des sciences sociales pour penser un fait total comme le fut le génocide des Arméniens et comme le demeurent les génocides qui ont suivi 1915. Il valide des approches qui renouvellent la connaissance d’un processus de destruction humaine jamais constatée auparavant dans le monde, définie par son intentionnalité et sa massivité. Le rôle des grands massacres hamidiens de 1894-1896 dans la réalisation du génocide, la perception qu’en ont eue les contemporains, l’implication des intellectuels dont beaucoup s’engageront ensuite dans la défense du capitaine Dreyfus, l’analyse qu’en font à la même époque les juristes du droit international en pleine élaboration repoussent les limites de l’événement tandis qu’à l’inverse son ombre portée sur les sociétés, à travers son traitement par les manuels scolaires, attestent des enjeux de sa compréhension présente.

2Le colloque de Montpellier a anticipé les caractères originaux de la commémoration de 2015 telle qu’elle s’est déployée, en France particulièrement, tout au long de cette année anniversaire. Elle a été marquée en effet par un très fort investissement de la recherche. Elle s’est accompagnée d’une large diffusion des savoirs savants attestant d’un progrès marquant de la connaissance du premier génocide de cette ampleur de l’âge contemporain. La commémoration de 2015 et son large volet scientifique ont ainsi déterminé une grande part de l’action politique. En France, ces entreprises de recherche ont bénéficié d’un fort soutien des pouvoirs publics. Le centenaire n’a pas seulement permis de comprendre le génocide des Arméniens dans sa singularité historique. Il a souligné la nécessité de le penser en relation avec les autres génocides, et d’analyser son rapport avec l’expérience de guerre et le crime de masse. Le 25 mars 2015, ouvrant à la Sorbonne le colloque international de Paris sur « Cent ans de recherche », Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a ainsi annoncé la constitution d’une mission d’étude sur la recherche et l’enseignement des génocides, première étape d’une politique scientifique globale à la mesure du défi que représente, pour l’humanité, le fait génocidaire.

3L’histoire du génocide des Arméniens a été difficile à construire, handicapée par l’absence de chaires universitaires et la faiblesse numérique des chercheurs concernés. Elle l’a été aussi parce que le négationnisme de la Turquie s’est opposé à cet effort de connaissance. Ces contextes ont transformé la recherche sur le génocide en engagement personnel et collectif, non seulement pour sa connaissance mais aussi pour l’indépendance et la souveraineté du travail scientifique. Dans les temps où l’histoire et les sciences sociales se détournaient du génocide des Arméniens, la littérature a su prendre sa part dans l’œuvre de connaissance, d’autant plus vertigineuse qu’elle portait sur un événement insondable et refoulé. Le colloque de Montpellier a su très justement démontrer le travail de l’écriture littéraire et le rayonnement de textes d’une importance capitale, Les Quarante jours du Musa Dagh (1933), Le Vanetsi (1959), Le Livre des chuchotements (2009) ou bien la poésie des chansons de Charles Aznavour.

4Aux engagements des écrivains se sont associés, dans le colloque, ceux des artistes. L’étude de représentations esthétiques du génocide des Arméniens a mis en lumière l’importance de la création, qu’elle soit théâtrale, cinématographique, plastique. Ces expériences artistiques pour exprimer l’indicible, de la littérature à la sculpture concernent aussi, et de plus en plus, les artistes et écrivains turcs eux-mêmes, d’Orhan Pamuk à Elif Shafak, pour les plus célèbres d’entre eux. La mémoire retrouvée en Turquie ne repose pas seulement sur le combat des chercheurs indépendants et des universitaires libres, de plus en plus actifs et déterminés à faire prévaloir l’autorité de la vérité et le pouvoir de la connaissance dans la réconciliation des peuples et la démocratisation des sociétés. Le livre et sa traduction, les ruines arméniennes, les déchirures dans les identités s’étudient désormais. Ils écrivent l’avenir de la reconnaissance du génocide.

5De grandes dimensions dans ses approches, d’une forte ambition dans son propos, le colloque de Montpellier dévoile une notion qui court les communications et qui nous paraît essentielle dans le rapport des communautés savantes avec le fait du génocide, celle d’engagement. La recherche relève d’un tel engagement pour faire droit à la connaissance, notamment sur les entreprises de négation. L’engagement est aussi celui des sociétés qu’un génocide ne peut laisser éternellement indifférentes, parce qu’il s’agit en définitive de son rapport à l’humanité qui disparaît dans l’extermination et sa répétition. Ce n’est pas le moindre des mérites du colloque de Montpellier que de l’avoir exposé.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540