Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Avant-Propos

Annick Asso, Héléna Demirdjian et Patrick Louvier

Texte intégral

1Cet ouvrage a été composé à partir des actes du colloque international Discours et Représentations du génocide des Arméniens 1915-2015 qui s’est tenu à l’université Paul Valéry-Montpellier III les 5 et 6 février 2015 dans le cadre de l’année de commémoration du centenaire du génocide des Arméniens de 1915. Ce colloque a été co-organisé par deux laboratoires de l’université de Montpellier III, le RIRRA 21 (Représenter et inventer la réalité du romantisme à l’aube du XXIe siècle) et le laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales), dirigés respectivement par les professeurs Marie-Ève Thérenty et Jean Daniel Causse, qui ont travaillé en étroite collaboration pour commémorer ce centenaire dans un esprit pluridisciplinaire, avec le soutien actif du professeur Jean-François Thomas, afin d’ouvrir une réflexion approfondie sur les formes des discours et des représentations qui entourent l’événement génocidaire. Cette entreprise a également bénéficié du soutien de l’Amicale arménienne de Montpellier, en la personne de son président d’honneur, Jean-Marie Liévain, et de son président, Karen Mkhitarian.

  • 1 À ce titre, nous signalons la parution de son dernier ouvrage comparatiste, C. Coquio, Le Mal de v (...)
  • 2 A. Becker, V. Duclert, (dir.) Le Génocide des Arméniens : cent ans de recherche 1915-2015, Paris, (...)
  • 3 G. Dedeyan et C. Iancu (dir.), Du Génocide des Arméniens à la Shoah. Typologie des massacres du XX(...)

2La publication qui en découle se place dans la continuité des recherches menées depuis des décennies dans le champ des études portant sur les génocides, d’autant plus que depuis les années 2000, le génocide des Arméniens est un objet d’étude à part entière, et qu’il s’inscrit aussi dans le champ des études comparatistes, grâce aux travaux menés par le professeur Catherine Coquio et ses équipes de recherches universitaires à Poitiers puis à Paris 7, ainsi que par l’AIRCRIGE (Association internationale de recherche sur les crimes contre l’humanité et les génocides), travaux qui ont eu un impact décisif pour la prise en compte de tous les génocides dans la recherche universitaire française1. L’année 2015 a été marquée par le colloque Le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman dans la Grande Guerre. 1915-2015 : cent ans de recherche qui s’est tenu à la Sorbonne en mars et qui a donné lieu à la publication d’un ouvrage indispensable pour la recherche scientifique2 sous la direction d’Annette Becker et Vincent Duclert. À Montpellier, notre colloque vient s’inscrire à la suite du précédent qui s’était tenu en 2005, sous la direction des professeurs Gérard Dedeyan et Carol Iancu, Du génocide des Arméniens à la Shoah, typologie des massacres du XXe siècle qui a donné lieu à l’important volume du même titre, paru aux éditions Privat, au cours de l’année 20153.

3Nos remerciements les plus chaleureux vont aux membres du comité scientifique qui nous ont apporté leur soutien pour cette manifestation, nominativement : Gérard Dédéyan, Vincent Duclert, Patrick Louvier, Marie-Christine Rochmann, Frédéric Rousseau, Marie-Ève Thérenty, ainsi que Corinne Saminadayar-Perrin, directrice du département de lettres modernes, professeur de littérature française, qui s’est impliquée personnellement à nos côtés pour que ce colloque puisse avoir lieu.

  • 4 Nous tenons à mentionner l’excellent ouvrage de Vincent Duclert, paru à l’occasion du centenaire :(...)

4Au cours de ce colloque, nous avons eu l’honneur de recevoir en conférence exceptionnelle Vincent Duclert, préfacier de cet ouvrage, (EHESS, Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron) dont l’intervention inaugurale a porté sur la littérature historiographique du génocide et dont les éclairages historiques, notamment en matière d’implication de la France dans la question arménienne, ont nourri le débat4, ainsi que le professeur Yaïr Auron (Open University of Israël) à qui l’on doit le premier programme d’études comparatistes des génocides et l’inscription du génocide des Arméniens dans les études universitaires israéliennes et qui, lors de sa conférence de clôture, est revenu sur les enjeux d’une reconnaissance par Israël.

5Nous tenons enfin à mentionner ceux qui ont contribué à cette réflexion et dont les interventions n’ont pu figurer dans le présent volume en particulier, Guillaume Boulangé (université de Montpellier III-RIRRA 21), Georges Kévorkian (ministère de la Défense), Mariya Romanova (université de Montpellier III, Centre d’études médiévales de Montpellier).

6Notre sincère reconnaissance va aussi à notre équipe administrative, et particulièrement notre secrétaire de laboratoire, Annick Douellou, ainsi qu’aux étudiants du master Métiers du livre, qui ont donné à cet événement toute sa visibilité et Stéphan Jardin qui nous a secondés tout au long du colloque.

7Ce colloque scientifique a trouvé son prolongement dans la société civile au travers de nombreux événements tout au long de l’année, expositions, projections et conférences et l’ensemble du programme a reçu le soutien de la mairie de Montpellier, de la région Languedoc-Roussillon et de Madame Anne-Yvonne Le Dain, députée de l’Hérault. Nous les remercions pour leur engagement humaniste à nos côtés.

Notes

1 À ce titre, nous signalons la parution de son dernier ouvrage comparatiste, C. Coquio, Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire, Paris, Armand Colin, 2015.

2 A. Becker, V. Duclert, (dir.) Le Génocide des Arméniens : cent ans de recherche 1915-2015, Paris, Armand Colin, 2015.

3 G. Dedeyan et C. Iancu (dir.), Du Génocide des Arméniens à la Shoah. Typologie des massacres du XXe siècle, Toulouse, Éditions Privat, 2015.

4 Nous tenons à mentionner l’excellent ouvrage de Vincent Duclert, paru à l’occasion du centenaire : V. Duclert, La France face au génocide des Arméniens, Paris, Fayard, coll. « Histoire », 2015.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540