Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fragments

 | 
Françoise Daviet-Taylor
, 
Laurent Gourmelen

Première partie – Brisure et reconstitution : textes perdus, textes retrouvés

Sanctions mémorielles et fragments littéraires au Ier siècle av. J.-C.

Emmanuelle Raymond-Dufouleur

Texte intégral

  • 1 H. Bardon, La littérature latine inconnue, t. I. L’époque républicaine, Paris, Klincksieck, 20142 [ (...)
  • 2 À l’exception notable d’un article de J. Quicherat intitulé « Fragments de littérature latine », Bi (...)
  • 3 P. Laurens, Histoire critique de la littérature latine. De Virgile à Huysmans, Paris, Les Belles Le (...)
  • 4 La tradition de la recension des fragments de littérature latine remonte au xvie siècle avec Robert (...)

1Dans son Avant-propos à l’édition de son précieux ouvrage sur La littérature latine inconnue, Henri Bardon évaluait à environ 20 % la proportion d’auteurs dont nous aurions conservé une ou plusieurs œuvres sur l’ensemble des auteurs dont nous avons gardé le souvenir. Les textes fragmentaires représenteraient quant à eux un peu plus de 45 % de l’ensemble constitué par ces mêmes auteurs1. Peu étudiés dans leur ensemble avant l’immense travail de Bardon2, les textes fragmentaires ont fait l’objet, depuis, d’une attention plus poussée, jusqu’à la très récente Histoire critique de la littérature latine, de Virgile à Huysmans de Pierre Laurens, qui consacre toute sa quatrième partie aux fragments de littérature3. Si de très nombreux ouvrages permettent à l’heure actuelle un tour d’horizon relativement complet des textes fragmentaires de langue latine en poésie ou en prose4, les travaux qui reviennent plus précisément sur les causes de la disparition – partielle ou totale – de pans entiers de la littérature latine, restent à ce jour plutôt rares.

  • 5 H.-I. Marrou dans L. D. Reynolds et N. G. Wilson, D’Homère à Érasme. La transmission des classiques (...)
  • 6 H.-I. Marrou, op. cit., p. xi.

2Tous les antiquisants se sont donc, un jour ou l’autre, heurtés à la traditionnelle justification de l’état fragmentaire des textes grecs et latins reposant sur les « hasards5 » ou les « aléas » de la transmission des textes antiques. Préfaçant l’ouvrage de référence de Reynolds et Wilson, Henri-Irénée Marrou avouait que « c’est souvent par miracle que les grandes œuvres des anciens ont échappé à la destruction6 ». Miracle de la préservation et « bienheureux hasards » sont certes à prendre en compte dans l’histoire de la transmission de ces ouvrages mais à y regarder de plus près, la survie de la littérature antique ne saurait relever que de contingences accidentelles, du seul goût des copistes pour tel ou tel auteur ou des qualités esthétiques et littéraires plus ou moins reconnues à telle ou telle production. Si Reynolds et Wilson sont parvenus à éclairer les conditions dans lesquelles une partie de la littérature occidentale a survécu aux ravages du temps, aux « ténèbres des Âges obscurs [où]… la tradition lettrée fut près d’être interrompue », et à la tourmente des incendies en tous genres et des guerres qui ont fait disparaître une partie importante de la culture occidentale, ils ne se sont pas penchés sur les raisons qui ont pu faire disparaître prématurément certaines productions littéraires.

  • 7 Montaigne, Essais II, 18.

3Or, si avec Montaigne, nous reconnaissons que « le livre [est] consubstantiel à l’auteur7 », il faut peut-être revenir sur la question de la survie d’une œuvre, lorsque son auteur n’a pas « survécu » dans le souvenir des générations postérieures. Dans la lignée des récents travaux relatifs à la mémoire et l’oubli dans l’Antiquité gréco-romaine, cette contribution vise à réfléchir à l’existence d’un lien possible entre la dimension fragmentaire de certains textes latins et les sanctions mémorielles qui ont frappé certains personnages de l’Antiquité.

4L’enquête est donc ouverte : y aurait-il un lien entre la rareté des textes conservés et la damnatio memoriae subie par certains individus, en sorte que la disparition des œuvres de ces personnes aurait pu intervenir de manière consécutive à la condamnation de leur mémoire sur le plan civil ? Trois noms ont en particulier retenu notre attention pour la période du ier siècle av. J.-C. : Sylla, Marc Antoine et Cornelius Gallus. Trois individus qui, pour diverses raisons, ont été l’objet de sanctions mémorielles plus ou moins développées, trois hommes dont les productions écrites ont presque entièrement disparu et pour lesquelles nous ne disposons aujourd’hui que de quelques vers, quelques mots épars ou même parfois seulement un titre.

5Avant d’étudier plus en détail les parcours et résidus littéraires de ces trois personnages, il convient néanmoins d’éclairer le choix de notre corpus ; nous reviendrons pour ce faire sur la double thématique des sanctions mémorielles telles qu’elles furent pratiquées au ier siècle av. J.-C. et sur la question de la censure littéraire, dont l’usage est largement documenté pour les siècles suivants, et qui connut peut-être des prémices officieuses bien avant l’époque impériale, même si elles ne furent pas expressément formalisées comme telles.

Limites du corpus étudié

Sanctions mémorielles à Rome au ier siècle : une évolution significative des pratiques

  • 8 H. Flower, The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture, Chapel Hill, Th (...)
  • 9 H. Flower, op. cit., 2006, p. 67-69 et p. 76.

6Même si la pratique des sanctions mémorielles à Rome, et plus particulièrement la forme officielle de la damnatio memoriae, sont associées, dans l’imaginaire collectif, à la période impériale, en raison notamment de l’ampleur des attestations épigraphiques et/ou monumentales de cette époque, ce type de pratiques connaît pourtant ses premières utilisations dès le iie siècle avant J.-C.8. Le tournant historique se situe en 121 av. J.-C., date à laquelle des sanctions mémorielles sont déployées pour la première fois, de manière officielle par le Sénat romain, à l’encontre de Gaius Gracchus. S’il n’a pas été reconnu officiellement comme hostis, c’est-à-dire comme « ennemi de l’état », Gaius Gracchus est le premier membre de l’aristocratie romaine à avoir été traité comme tel. La mobilisation de forces armées contre lui, de son vivant, puis les sanctions prises post-mortem telles que la condamnation de son statut social (avec l’interdiction de porter le deuil pour sa famille), de son héritage légal et de sa mémoire viennent s’ajouter aux outrages perpétrés contre son cadavre (jeté dans le Tibre) et à la privation de sépulture qui en résulta9. Caius Gracchus fut convaincu d’avoir œuvré à la destruction de la concorde civile ; la réaction du Sénat romain à l’encontre de ce personnage fut donc à la hauteur du danger qu’il incarna et du conflit qu’il provoqua au sein de la communauté romaine.

  • 10 H. Flower, op. cit., 2006, p. 81-83.
  • 11 H. Flower, op. cit., 2006, p. 85.

7Les années 100-98 av. J.-C. furent les témoins d’une accélération de la pratique des sanctions mémorielles. Héritiers des politiques de réforme inaugurées par les Gracques, deux agitateurs soupçonnés de tyrannie, Lucius Appuleius Saturninus et Caius Servilius Glaucia furent lynchés par le peuple romain, sans que le puissant Marius ne pût intervenir pour les protéger. La confiscation des biens de Saturninus, la destruction de sa maison, la révocation des lois de 100 dont il fut le porte-parole en tant que tribun ainsi que le bannissement de ses portraits, à titre public comme à titre privé, révèlent une surenchère dans la pratique des sanctions mémorielles10. Il s’agit là de la première occurrence officielle de la disparition de portraits d’un individu concomitante avec la mort de ce dernier (et non pas post-mortem comme c’était le cas dans les années précédentes). Dès cette époque, ce qui n’est pas encore formalisé comme une condamnation officielle de la mémoire, est utilisé par le Sénat romain pour tenter de restaurer l’ordre et la concorde civile, dans une communauté traversée par des conflits sanglants entre les Romains eux-mêmes. Ce qui n’est pas encore à proprement parler une damnatio memoriae se propage pourtant de plus en plus dans la vie civique, puisque le fait même de posséder le portrait d’un individu damné est passible de sanctions identiques. Sextius Titius est ainsi exilé pour avoir possédé un portrait de Saturninus11.

8Avec la montée en puissance des généraux au ier siècle av. J.-C. (Marius puis Sylla), les sanctions punitives mémorielles vont connaître un nouvel essor. Au lendemain de sa marche sur Rome en 88, l’une des premières décisions de Sylla est de déclarer hostes une douzaine de ses opposants ou ennemis personnels. Cette déclaration s’accompagne pour les individus concernés de la privation des droits civiques et de la confiscation de leurs biens. Les sanctions mémorielles apparaissent alors comme une suite inévitable au processus d’élimination de l’opposition déclenché par Sylla.

9En prolongeant les sanctions mémorielles telles que le Sénat romain les pratiquait auparavant, et en franchissant un degré supplémentaire dans leur pratique (il ne s’agit plus de sanctions prises par le Sénat mais édictées par un seul individu), Sylla ouvrit une boîte de Pandore, ce dont lui-même n’eut guère à se féliciter par la suite. Tandis que par le passé les mesures de condamnation mémorielle étaient prises à l’encontre des morts, avec Sylla ces mesures sont désormais mises en œuvre à l’encontre des vivants.

10Les attestations antiques ne mentionnent pas néanmoins d’application de ces sanctions mémorielles aux éventuels écrits des individus condamnés. Pourtant, il paraît probable qu’aux sanctions touchant au statut social de l’individu, à ses avoirs financiers, à ses propriétés (sanctions qui, pour certaines, menaçaient jusqu’à la famille du condamné), ont pu s’ajouter des sanctions sur le plan intellectuel et culturel. Puisque la volonté qui présidait à la prise de telles décisions était de faire disparaître le souvenir d’un individu de la mémoire collective romaine, il semble logique que les écrits aient pu être également emportés par cette détermination à effacer toute trace du condamné.

Censure et condamnations littéraires au ier siècle apr. J.-C

  • 12 F. H. Cramer, « Bookburning and Censorship in Ancient Rome: A Chapter from the History of Freedom o (...)

11Une telle approche est d’autant plus justifiée qu’il s’agit d’un phénomène relativement documenté12 pour la période du ier siècle apr. J.-C. Les règnes de Tibère, Néron ou Domitien ont ainsi vu nombre d’écrits d’opposants républicains au régime impérial brûlés et censurés, à la demande du Sénat romain ou sur la recommandation de l’empereur.

  • 13 Pour une bibliographie complète sur ce personnage ainsi qu’un éclairage extrêmement documenté sur s (...)
  • 14 Tacite, Annales IV, 34-35. L’ensemble du passage et sa traduction sont joints en annexe.
  • 15 Sénèque, Consolatio ad Marciam I, 3 ; Suétone, Vie de Tibère LXI, 3 ; Tacite, Annales IV, 34 et Dio (...)
  • 16 Entre autres : Tacite (ibid.), Quintilien X, 1, 103 ou encore Sénèque dont la Consolatio ad Marciam(...)
  • 17 L’ouvrage traitait des guerres civiles et du règne d’Auguste d’après les témoignages de Sénèque, Co (...)
  • 18 H. Bardon, op. cit., t. II. L’époque impériale, p. 163 et A. S. Hollis, op. cit., 2007, p. 359.
  • 19 Sénèque le Père, Suasoires VI, 19.

12Le cas le plus connu est sans doute celui du sénateur Aulus Cremutius Cordus13, dont l’historien Tacite a reconstitué le discours de défense auprès du Sénat, après qu’il eut été accusé en 25 apr. J.-C., d’avoir écrit un éloge trop prononcé de Brutus et Cassius14. Tacite mentionne clairement la décision officielle de brûler l’ouvrage de Cremutius Cordus, et son application par les édiles. L’écrivain se suicida après son procès15, sans qu’il ait été officiellement victime d’une damnatio memoriae. L’ouvrage, en revanche, ne fut pas épargné et fut l’objet d’une tentative d’abolitio memoriae. Si nous disposons, grâce à Tacite et à quelques autres auteurs antiques16, du titre de l’œuvre et d’une partie de son contenu17, en revanche, un seul fragment semble avoir été conservé18 par Sénèque le Père19. Cet extrait, qui évoquait avec un certain réalisme la mort de Cicéron, a peut-être été conservé en raison du caractère illustre de son sujet et du manque d’attestations sur les circonstances particulièrement cruelles de l’assassinat de l’Arpinate.

  • 20 Tacite, Agricola II, 1 sq. et XLV.

13D’autres cas ont existé, comme celui de Quintus Iunius Arulenus Rusticus, qui avait fait le récit de la mort de Publius Clodius Thrasea Paetus, et qui fut condamné en 93 sous Domitien, ou encore Herennius Senecio, condamné la même année pour avoir fait l’éloge d’Helvidius Priscus que Vespasien avait fait mettre à mort20. Dans ces deux cas, les auteurs tombent sous le coup de la lex maiestatis et sont condamnés à mort, tandis que leurs écrits sont condamnés à la destruction par le feu. Ces cas sont particulièrement intéressants parce qu’ils associent clairement une sanction officielle à l’égard de l’auteur (la peine de mort) et la sanction à l’égard de leurs écrits (l’autodafé).

  • 21 J.-M. André, Le siècle d’Auguste, Paris, Payot, 1974, p. 284, n’hésite pas à parler de « despotisme (...)
  • 22 Sénèque le Père, Controverses X, 5, 22 : cum illi multis de causis iratus Caesar interdixisset domo (...)
  • 23 Réalité sur laquelle réfléchit (ironiquement ou non d’ailleurs) Horace dans la satire II, 1 et dans (...)
  • 24 Suétone, Vie d’Auguste, LV-LVI ; Tacite, Annales IV, 34, 5.
  • 25 Sénèque le Père, Controverses X, praef. 3 : orationes septem edidit, quae deinde <ex> senatus consulto </ex> (...)
  • 26 Suétone, Vie d’Auguste LV, Dion Cassius LVI, 27, 1 et Tacite, Annales I, 72, 3.
  • 27 Sur le durcissement du régime augustéen sur ce point, voir J.-M. André, op. cit., p. 281-282.
  • 28 La loi des XII Tables requérait la peine capitale « pour celui qui a soit récité publiquement, soit (...)
  • 29 Voir D. Cloud, « The constitution and public criminal law », J. A. Crook, A. Lintott et E. Rawson ( (...)
  • 30 D’après Dion Cassius (LVI, 27, 1-2), une enquête ordonnée par Auguste en 12 apr. J.-C. aboutit à la (...)

14Si la période impériale est riche d’exemples de ce type, la fin du ier siècle av. J.-C. et le principat augustéen ne sont pas exempts des symptômes d’une vie culturelle et littéraire sous haute surveillance21. Ainsi Timagène d’Alexandrie préféra mettre lui-même le feu à ses propres ouvrages, après avoir perdu l’amitié d’Auguste22, peut-être parce que la censure augustéenne était une réalité23, même si le princeps fit montre, dans les premiers temps du principat, d’une certaine tolérance à l’égard des auteurs qui se montraient critiques vis-à-vis de lui. Cremutius Cordus, qui fut condamné sous Tibère, n’avait en effet pas suscité de réaction particulière de la part d’Auguste24. Mais la bienveillance augustéenne se mua progressivement au cours du principat en une attention accrue à l’égard des opposants et de leurs compositions. Ainsi, Mammercus Scaurus vit ses écrits brûlés sur décision du Sénat25. C’est Auguste en effet qui « étendit » avec la lex Iulia maiestatis26 les conséquences de la lex maiestatis républicaine, laquelle concernait jusqu’alors les atteintes, dans les gestes et dans les faits, à la majesté du peuple romain ainsi qu’à l’État27. Tibère n’eut qu’à amplifier les jalons disposés par son prédécesseur pour mettre en place une politique culturelle relativement répressive. Les libelles et autres pamphlets – en un mot les paroles et les écrits - qui jusqu’ici étaient soumis à la loi des XII Tables28 ainsi qu’à la lex Cornelia de iniuriis syllanienne29, devinrent alors susceptibles de tomber sous le coup de la loi30, comme en témoigne Tacite (Annales I, 72, 2-3) :

Nam legem maiestatis reduxerat, cui nomen apud veteres idem, sed alia in iudicium veniebant, si quis proditione exercitum aut plebem seditionibus, denique male gesta re publica maiestatem populi Romani minuisset : facta arguebantur, dicta inpune erant. primus Augustus cognitionem de famosis libellis specie legis eius tractavit, commotus Cassii Severi libidine, qua viros feminasque inlustris procacibus scriptis diffamaverat…

En effet, il [Tibère] avait remis en vigueur la loi de majesté ; loi qui chez les Anciens, sous le même nom, englobait des fautes diverses : trahisons à l’armée, séditions populaires à Rome, malversations administratives, bref, tout ce qui attentait à la majesté du peuple romain. Mais c’était les actions qui étaient condamnées, les paroles, elles, restaient impunies. Auguste le premier étendit l’application de cette loi aux libelles scandaleux, indigné des excès de Cassius Severus, dont les écrits insolents avaient outragé des hommes et des femmes de rang illustre.

  • 31 Dans le texte cité et ailleurs (Annales IV, 21), Tacite se contente d’évoquer l’exil de Cassius Sev (...)
  • 32 Sénèque le Père Controverses X, 3 et 5. Voir aussi F. H. Cramer, art. cit., p. 172-175 et H. Bardon (...)

15Cassius Severus31, mais aussi T. Labiénus32, auteur d’une chronique historique vraisemblablement critique à l’égard du princeps, furent au nombre de ces auteurs dont les écrits firent l’objet de condamnations officielles (la destruction par le feu) et qui ne nous sont pas même parvenus sous forme fragmentaire.

  • 33 Comme le précisent Suétone (Vie de Caligula, XVI, 1-2) et Dion Cassius LVII, 24. Voir F. H. Cramer, (...)
  • 34 S. Benoist, « Fragments de mémoire : en quête de paroles condamnées », B. Delignon et Y. Roman (dir (...)
  • 35 S. Benoist, « Fragments de mémoire : en quête de paroles condamnées », 2009, p. 51 et n. 10 p. 51.

16Il y eut certes des tentatives de réhabilitation de ces textes dans les années qui suivirent leur disparition, en particulier sous le règne de Caligula qui chercha à se démarquer de ses prédécesseurs en encourageant la recherche, la publication et la lecture de ces œuvres condamnées par le passé33. Et, comme le constate Stéphane Benoist, le fait que « ces scripta abolita ont été recherchés par la suite et lus », qu’ils aient pour certain continué d’exister ‘sous le manteau’, qu’ils aient parfois même refait surface dans les ouvrages des grammairiens, historiens et autres polygraphes ultérieurs, « confirme l’aspect partiel de la destruction antérieure34 ». Certes, mais si Quintilien ou Dion Cassius connaissent encore les noms de Labiénus, de Severus, de Cremutius Cordus à leurs époques respectives, force est de constater que ces ouvrages n’ont pas fait l’objet d’une attention particulière s’agissant de leur transmission. Le paradoxe qui a vu certains écrits condamnés ressurgir des limbes de l’oubli collectif et conférer, comme le dit Tacite (Ann. IV, 35) à propos de Cremutius Cordus, une forme de gloire pérenne à leurs auteurs, n’a cependant pas autorisé une réelle conservation de ces écrits. Les traces qu’il nous reste aujourd’hui de ces auteurs et de ces ouvrages, qu’on a voulu à leur époque effacer des consciences et des esprits, sont tout juste suffisantes pour informer les philologues et historiens modernes, d’une « disparition visible35 ».

17Pourtant, aucun des personnages cités jusqu’ici n’a fait l’objet d’une damnatio memoriae réelle et avérée. Poussés au suicide pour certains, condamnés à l’exil ou à la mort pour d’autres, pour aucun d’entre eux le souvenir qu’ils devaient laisser dans la mémoire du peuple romain n’a fait l’objet d’attaques formelles et de mesures précises. Alors qu’en est-il pour ceux qui, ayant fait l’objet de sanctions mémorielles, avaient par ailleurs commis quelques écrits ? Quelles traces littéraires nous reste-t-il de ceux qui furent condamnés à l’oubli ?

Damnés de la mémoire et disparition des textes

18Trois cas ont particulièrement attiré notre attention autour de ce questionnement, trois figures qui, au ier siècle av. J.-C., ont vu leur nom honni, trois hommes dont on sait qu’ils ont, en dehors de leur carrière militaire et politique, consacré un peu de leur otium à l’écriture : Sylla, Marc Antoine et Cornelius Gallus.

Les Mémoires de Sylla : une disparition suspecte

19Le premier de nos trois exemples ne constitue pas tant une preuve du lien entre condamnation mémorielle et disparition des textes littéraires, qu’un point de départ permettant à notre questionnement d’émerger. Sylla est en effet l’auteur d’une autobiographie politique sans précédent dont nous n’avons gardé que d’infimes fragments. Or, à la lumière du contexte politique, certains faits pourraient expliquer pourquoi une telle œuvre a pu disparaître dans les méandres de la vie culturelle romaine.

20Après sa première marche sur Rome en 88 av. J.-C., Sylla fait publier une liste de douze de ses opposants politiques qu’il déclare hostes, c’est-à-dire des « ennemis de l’État ». Cette déclaration, prélude aux proscriptions ordonnées par le même Sylla de novembre 82 à juin 81 av. J.-C. après sa seconde prise de Rome par la force, impliquait pour les Romains désignés la perte de leurs droits civiques. La déclaration syllanienne offrait un blanc-seing à tout individu entreprenant une action à l’encontre des citoyens visés : étaient dès lors légalisés le meurtre et la confiscation des biens et propriétés de ces hommes. Cette déclaration, au lendemain de la conquête du pouvoir par Sylla, inaugura une ère nouvelle qui vit à Rome l’influence grandissante de citoyens de premier plan sur le contrôle de la mémoire du peuple.

  • 36 Plutarque, Vie de Sylla XXII et Comp. Lys. et Syll. V ; Appien, B. C. I, 73, 77 et 81. Pour une bio (...)
  • 37 H. Flower, op. cit., 2006, p. 87 et 90.

21Naturellement, lorsque Sylla quitta Rome pour combattre Mithridate en 87 av. J.-C., il fut à son tour déclaré hostis36. Son commandement et son statut civique lui furent retirés, ses biens confisqués et sa maison sur le Palatin fut détruite. Son épouse Métella et ses enfants prirent la fuite et partirent en Grèce à sa recherche. Les sources antiques restent fort discrètes sur la suite des sanctions mémorielles prises à l’encontre de Sylla durant son absence de Rome mais il est probable que les inscriptions portant son nom, les statues et monuments commémoratifs aient alors fait l’objet de destructions partielles ou complètes. À tout le moins, après 87, les représentations de Sylla à Rome semblent avoir subi de plein fouet les conséquences des mesures prises à son encontre37.

  • 38 H. Flower, op. cit., 2006, p. 93.

22Si Sylla constitue un exemple délicat de corrélation entre d’éventuelles condamnations mémorielles et la nature fragmentaire des écrits qu’on a pu conserver de lui, c’est essentiellement parce qu’à son retour à Rome en 82, il reprit le pouvoir en mains et jusqu’à son retrait de la vie publique, il exerça à nouveau une influence capitale sur Rome et ses contemporains, en refaçonnant à sa guise le paysage urbanistique de la Ville ou en manipulant à son gré l’image de la nobilitas romaine. Il parvint ainsi à faire quasiment disparaître le souvenir de ses anciens adversaires, Marius ou Cinna, constituant sur ce point ce que Harriet Flower appelle un « redoutable innovateur dans le domaine des sanctions mémorielles38 ».

  • 39 L’ouvrage interrompu par la mort brutale de Sylla, fut complété et remanié par un affranchi du dict (...)
  • 40 Sur l’autobiographie syllanienne, voir H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 149-158 et M. Chassigne (...)

23Appliquée à la vie politique, publique ou architecturale romaine, la démarche syllanienne qui consistait à effacer un passé désagréable aux yeux du dictateur pour réécrire une version plus conforme à son projet personnel de refondation d’une République monarchisante, trouva une expression privilégiée dans la rédaction d’une autobiographie que les historiens modernes désignent sous le terme de Mémoires. De cette chronique historiographique aux dimensions hors-norme (vingt-deux livres39), il ne reste en définitive que quelques modestes fragments40 et une trame générale que nous connaissons essentiellement grâce à Plutarque (fin du ier siècle apr. J.-C. et début du iie). D’après le témoignage assez complet de Plutarque, il semblerait qu’à son époque, l’ouvrage de Sylla soit encore connu à peu près dans son ensemble. Mais les seuls extraits du texte d’origine dont nous disposons aujourd’hui sont cités par des auteurs ultérieurs. Deux fragments authentiques ont été transmis par Aulu Gelle (iie siècle apr. J.-C.) et un troisième par le grammairien Priscien (vie siècle apr. J.-C.).

24Les deux fragments cités par Aulu Gelle sont tirés du livre II et repris par le polygraphe autour de questions lexicales ; le premier intervient dans le cadre d’une discussion sur le sémantisme religieux du verbe capere tandis que le second est employé comme argument dans un débat sur l’usage de uestri ou uestrum comme complément du substantif cura :

Aulu Gelle I, 12, 16 ( = frg. 2 Chassignet) : L. Sulla rerum gestarum libro secundo ita scripsit : « P. Cornelius, cui primum cognomen Sullae impositum est, flamen Dialis captus »,

L. Sylla dit, dans le deuxième livre de ses Mémoires : « P. Cornélius, qui, le premier, fut surnommé Sylla, fut pris pour être flamine de Jupiter ».

Aulu Gelle XX, 6, 3 ( = frg. 3 Chassignet) : L. Sulla rerum gestarum libro secundo : « Quod si fieri potest, ut etiam nunc nostri vobis in mentem veniat, nosque magis dignos credatis, quibus civibus quam hostibus utamini quique pro vobis potius quam contra vos pugnemus, neque nostro neque maiorum nostrorum immerito nobis id continget ».

L. Sylla dit au deuxième livre de ses Mémoires : « s’il se peut faire que vous vous souveniez encore aujourd’hui de nous ; si vous nous jugez dignes d’être vos concitoyens plutôt que vos ennemis, de combattre pour vous plutôt que contre vous, c’est un bonheur dont nous ne serons redevables ni à nos services ni à nos ancêtres ».

25Le fragment repris par Priscien (Institutiones, de uerbo = GL 2, 476, 4 = frg. 22 Chassignet), issu du livre XXI, est également utilisé lors d’une réflexion grammaticale autour des formes verbales peruenturum esse/peruentum ire :

Sulla in uicesimo primo rerum suarum : « ad summam perniciem rempublicam peruenturum esse », pro peruentum ire, ἐλεύσεσθαι.

Sylla, au livre xxi de ses Mémoires écrit que « l’État était sur le point de parvenir au degré suprême de la ruine » ; il utilise peruenturum esse pour peruentum ire qui se dit en grec ἐλεύσεσθαι.

26Les seules certitudes qu’autorisent ces mentions par Aulu Gelle et Priscien sont qu’au iie siècle apr. J.-C. on lit encore visiblement le texte original du livre II des Mémoires de Sylla, et qu’au vie siècle on connaît encore le livre XXI. On pourrait ajouter à partir de ces mentions, et c’est là ce qui paraît le plus intéressant à noter, que l’autobiographie syllanienne n’est alors plus étudiée pour son contenu historique, mais pour quelques curiosités grammaticales et syntaxiques que les lexicographes se plaisent à relever. Autrement dit, rien n’indique que l’œuvre syllanienne soit encore connue dans sa totalité à ces époques-là et si elle l’est, l’intérêt qu’elle représente ne semble plus historique. Si Plutarque semble être le dernier à faire référence aux Mémoires pour leur dimension historiographique et leur valeur de témoignage, rien n’indique non plus qu’il possédait le texte original dans son intégralité et peut-être ne disposait-il déjà à son époque que d’épitomés ou de résumés des vingt-deux livres rédigés par Sylla.

  • 41 Rappelons ici le jugement d’H. Bardon en conclusion de son étude des Mémoires de Sylla (La littérat (...)
  • 42 M. Ledentu, op. cit., p. 117.
  • 43 Plutarque, Vie de Sylla XVII, 23 et XXVII.
  • 44 Cicéron (De div. I, 72) leur donne le titre d’historia.
  • 45 M. Ledentu, op. cit., p. 117 : « Dans sa volonté de construire l’image la plus flatteuse de sa pers (...)
  • 46 Sur ce point voir l’excellente synthèse de M. Barden Dowling, « The Clemency of Sulla », Historia : (...)
  • 47 E. Raymond, « Les silences historiques dans l’Énéide : entre auto-censure et stratégie augustéenne (...)
  • 48 M. Barden Dowling, art. cit., p. 306-318.
  • 49 H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 157-158 ; M. Ledentu, op. cit., p. 99-101.
  • 50 Voir M. Chassignet, op. cit., t. III, 2004.

27Quel que soit l’état de conservation des Mémoires dans les siècles qui ont suivi leur composition, il faut tenter de comprendre la raison pour laquelle un texte aussi précurseur en bien des domaines41 a pu disparaître presque entièrement. Une piste possible semble à considérer dans l’ambiguïté qui flotte autour du titre de l’ouvrage. Aulu Gelle donne à ces écrits le nom de rerum gestarum libri, les renvoyant au genre historique des commentarii, sorte de chroniques assez brutes dans leur mise en œuvre, « attendant qu’une main artiste leur confère l’éclat nécessaire42 ». Mais Plutarque leur donne le titre, sans doute plus pertinent, d’hypomnemata43, qui renvoie, par son étymologie, à la notion de mémoire. Écrit historique certes44, la composition syllanienne est aussi et surtout le témoignage d’une ultime tentative de la part de Sylla de laisser une trace dans la mémoire romaine45. S’il est exact qu’il a entrepris la rédaction de son ouvrage au moment de sa retraite du pouvoir politique, la vision historique partisane qu’il développait dans ses écrits constituait une autre manière de refaçonner l’histoire en en donnant sa propre version. Et parce que les Mémoires étaient sans doute la pierre angulaire d’une politique propagandiste à laquelle Sylla avait consacré sa vie entière, il n’est pas impossible de penser qu’au lendemain de sa mort, alors même que le récit syllanien n’était pas achevé, les Romains ont pu prendre leurs distances vis-à-vis d’un tel texte comme ils en prirent à l’égard de son auteur. Devenu une figure hautement controversée46, qui avait indéniablement tenté de manipuler la mémoire collective romaine, le nom de Sylla fut associé, dans les années qui suivirent sa mort, à la cruauté, à la tyrannie et aux proscriptions47. La naissance d’une légende noire autour du personnage, orchestrée par des auteurs tels que Cicéron, Salluste ou Cornelius Nepos48, fut donc peut-être à l’origine d’une forme de méfiance à l’égard de ses écrits. La condamnation posthume des écrits syllaniens à un oubli progressif, bien qu’elle ne fasse l’objet d’aucun témoignage de la part des Anciens ni d’aucune preuve matérielle tangible, trouve peut-être au demeurant une confirmation corollaire dans la disparition des œuvres de l’historien Claudius Quadrigarius49. Les écrits historiographiques de ce partisan de la cause syllanienne ont eux aussi partiellement disparu50, peut-être emportés par la même tourmente que celle qui éclipsa les Mémoires de Sylla.

Marc Antoine, le vaincu laissé sans voix

  • 51 V. Hollard et E. Raymond, « Se souvenir qu’il faut oublier. Marc Antoine et l’art de l’oubli august (...)

28À la différence de Sylla, les sanctions mémorielles prises à l’encontre de Marc Antoine sont beaucoup plus claires, au point de permettre d’envisager, pour cet exemple, une véritable damnatio memoriae avant l’heure51. Alors qu’il est déclaré hostis publicus entre 43 et 32 av. J.-C., la mémoire de Marc Antoine est condamnée par le Sénat de Rome qui, souhaitant sans doute plaire à Octave, publie un sénatus-consulte dans ce sens. Seule la date de cette décision varie chez les auteurs anciens : 31 av. J.-C. pour Dion Cassius, 30 av. J.-C. selon Plutarque. Au lendemain de la bataille d’Actium, c’est donc tout un arsenal qui est mis en œuvre pour effacer le souvenir public de l’ancien ennemi du tout nouveau maître de Rome : les statues le représentant sont enlevées, ses anciens honneurs lui sont ôtés, le nom de Marcus est interdit à tous les membres mâles de la gens des Antonii, son dies natalis, jour anniversaire de sa naissance, est déclaré dies uitiosus, toutes les traces évoquant d’une manière ou d’une autre l’ancien général romain sont effacées du paysage public à Rome comme dans les villes d’Orient où il s’était rendu, son nom est martelé sur les inscriptions officielles de la Ville (sur les Fastes Capitolins et les Fasti Colotiani).

  • 52 H. Flower, op. cit., 2006, p. 116-121.

29Sans aucun doute, Marc Antoine a fait l’objet de condamnations mémorielles sans précédent en cette fin de ier siècle av. J.-C.52. Et même si Auguste, une fois installé au pouvoir, a cherché à réhabiliter la mémoire de son ancien adversaire en faisant réintégrer son nom sur un certain nombre de monuments ou d’inscriptions officielles de Rome, le souvenir de Marc Antoine est resté comme enveloppé d’un voile de silence tout au long du principat. À l’instar d’Auguste en personne refusant de nommer son adversaire dans ses Res Gestae (24, 1), les auteurs de l’époque ont observé une distance fort précautionneuse à l’égard du vaincu d’Actium : si Virgile ose l’appeler par son nom pour mieux le stigmatiser, tout comme Properce qui donne au demeurant un portrait plutôt négatif de cet ancien général romain devenu l’esclave d’une reine orientale, Horace en revanche est celui des poètes augustéens qui respecte le plus le silence qui plane autour de Marc Antoine. Refusant de nommer l’ancien adversaire d’Octave, il accorde à Marc Antoine un traitement poétique révèlant une forme de damnatio memoriae littéraire qui viendrait compléter les sanctions mémorielles prises dans le domaine civil et politique, laissant à son lecteur le sentiment palpable de cette « disparition visible » qui est aussi un enjeu de l’effacement du souvenir d’un individu.

  • 53 Plutarque, Vie d’Antoine II, 8. Voir aussi H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 229.
  • 54 Cicéron ad fam. XI, 1 ; Suétone, Vie de César LXXXIV, 4 ; Plutarque, Vie d’Antoine XIV, 6-8. Voir a (...)
  • 55 Plutarque, Vie d’Antoine X, 8-10.
  • 56 Plutarque, Vie d’Antoine XXVI, 1.

30L’examen de ce qu’il reste des écrits de Marc Antoine permet de confirmer l’existence de traces tout juste suffisantes pour suggérer une forme de présence dans l’absence. Dans sa Vie d’Antoine, Plutarque est peu prolixe sur les qualités littéraires du personnage. On apprend que Marc Antoine était plutôt porté au style asianiste, ce qui correspondait assez bien, aux dires de Plutarque, à son tempérament prétentieux et suffisant53. On aurait ainsi pu s’attendre à lire à tout le moins une version écrite du fameux éloge funèbre de César qui avait déchaîné la haine populaire à l’encontre des Césaricides. Les auteurs anciens, s’ils font référence à la performance orale, n’évoquent pourtant aucune trace écrite54. En outre, comme nombre de Romains qui fréquentaient les allées du pouvoir, Marc Antoine a entretenu une correspondance étroite avec ses proches, comme en attestent plusieurs mentions de Plutarque : ce dernier évoque dans sa biographie une lettre qu’Antoine aurait apportée en personne à son épouse Fulvie, déguisé en esclave55 et les lettres que le général envoyait régulièrement à Cléopâtre56. En dehors de cette correspondance intime, il est aussi question des lettres envoyées par Antoine à Octave que ce dernier se serait empressé de lire à son entourage au lendemain de la mort de son adversaire :

εἶτα τὰς ἐπιστολὰς λαβὼν καὶ τοὺς φίλους καλέσας ἀνεγίγνωσκεν, ἂς εὐγνώμωνα γράφοντος αύτοῦ καὶ δίκαια φορτικὸς ἦν καὶ ὑπερήφανος ἀεὶ περὶ τὰς ἀποκρίσεις ἐκεῖνος.

  • 57 Plutarque, Vie d’Antoine LXXVIII, 3.

Ensuite, il prit les lettres qu’Antoine lui avait envoyées ; appelant ses proches, il leur en donna lecture pour leur montrer qu’alors qu’il écrivait des lettres conciliantes et justes, Antoine quant à lui s’était toujours montré grossier et arrogant dans ses réponses57.

  • 58 Ovide, Pontiques I, 1, 23 : Antoni scripta leguntur, « On peut encore lire les écrits d’Antoine ».

31Suétone évoque à trois reprises, dans la Vie d’Auguste, des epistulae Antonii qui contenaient des reproches à Octave sur plusieurs sujets : son ascendance paternelle (7, 1), ses relations adultères (69, 1) et le fameux scandale du banquet des douze dieux (70, 2). Ces lettres ont dû, à un moment ou un autre, circuler sous forme de copies auprès du public romain puisqu’Ovide affirme que les écrits d’Antoine étaient accessibles58. Bien plus tard, Tacite évoque ces lettres dans le passage même où il est question de la censure qui frappa Cremutius Cordus ; l’historien rapporte que malgré la teneur polémique des lettres d’Antoine, Auguste ne les aurait pas fait disparaître (Tacite, Annales IV, 34, 5) :

Antonii epistulae Bruti contiones falsa quidem in Augustum probra set multa cum acerbitate habent ; carmina Bibaculi et Catulli referta contumeliis Caesarum leguntur : sed ipse divus Iulius, ipse divus Augustus et tulere ista et reliquere, haud facile dixerim, moderatione magis an sapientia.

Les lettres d’Antoine, les discours d’exhortation de Brutus contiennent des outrages assurément faux contre Auguste, mais qui sont nombreux et d’une certaine violence. Les poèmes de Bibaculus et de Catulle, pleins d’injures à l’égard des Césars, sont accessibles à la lecture : le divin Jules César lui-même, le divin Auguste lui-même ont toléré ces offenses et les ont laissées de côté, je ne dirais pas avec aisance, mais en raison de leur modération autant que de leur sagesse.

32Pourtant, ces lettres d’Antoine, lettres d’un personnage primordial sur le plan politique dans la dernière moitié du ier siècle av. J.-C. ne sont pas parvenues jusqu’à nous ; si cela semble tout à fait cohérent pour des lettres intimes, en revanche concernant les aspects politiques de sa correspondance, il y a lieu de s’interroger.

  • 59 Dans la Vie d’Auguste, Suétone associe volontiers ces lettres d’Antoine à une véritable virulence p (...)
  • 60 Charisius, Ars grammatica, de nomine, éd. K. Barwick, Leipzig, 19642 [1925] : ut Asinius contra mal (...)
  • 61 Ibid., 129, 7 : Messala contra Antonii litteras angustiae fretus, « Messala dans son ouvrage Contre (...)
  • 62 K. Scott, « The Political Propaganda of 44-30 BC », Memoirs of the American Academy in Rome, vol. 1 (...)
  • 63 Suétone, Vie de César LII, 4. L’historien ne dit pas ouvertement qu’Oppius aurait composé cet ouvra (...)

33Aucune trace, aucune mention de leur contenu, la seule chose qui a survécu de ces lettres est leur caractère arrogant et leur violence à l’égard du futur princeps59. Plus surprenante est la disparition de tous les écrits contemporains qui constituaient autant de réponses aux lettres et accusations d’Antoine, autant de tentatives de défense d’Octave. Pollion aurait écrit contra maledicta Antonii60, tout comme Messala qui aurait écrit contra Antonii litteras61. Calvisius, un proche d’Octave, aurait composé des invectives à l’encontre d’Antoine qui passent pour avoir été publiées. Plancus et Titius auraient prononcé des discours d’attaque contre lui devant le Sénat dont Velleius Paterculus semble avoir eu connaissance62 (sans doute dans une version écrite). Gaius Oppius aurait enfin répondu par écrit à Marc Antoine sur la question de la paternité de César vis-à-vis de Césarion63. De tous ces écrits de propagande octavienne qui devaient nécessairement reprendre les attaques d’Antoine, aucun ne nous est parvenu autrement que sous forme fragmentaire.

  • 64 Pensons à la très vaste correspondance cicéronienne qui constitue un témoignage historique unique.
  • 65 Cette image d’Antoine ebrius a par ailleurs largement été relayée par les poètes augustéens, à l’in (...)

34Passe encore pour la correspondance dont la nature littéraire est ambiguë puisqu’il s’agit d’écrits privés rendus publics, dont la publication ne pose toutefois aucun problème dans l’Antiquité64. Mais de la même façon, le seul écrit publié par Marc Antoine, le fameux De ebrietate sua, n’a nullement été conservé. Ce pamphlet aurait été écrit à destination des Romains par Marc Antoine peu de temps avant la bataille d’Actium, probablement en réponse aux attaques répétées d’Octave sur l’ivresse récurrente de son adversaire65. La seule attestation que nous ayons de cet écrit se trouve chez Pline l’Ancien (Histoire naturelle XIV, 147) :

sed nimirum hanc gloriam auferre Cicero voluit interfectori patris sui M. Antonio. Is enim ante eum avidissime adprehenderat hanc palmam edito etiam volumine de sua ebrietate, quo patrocinari sibi ausus adprobavit plane, ut equidem arbitror, quanta mala per temulentiam terrarum orbi intulisset. exiguo tempore ante proelium Actiacum id volumen evomuit, quo facile intellegatur ebrius iam sanguine civium et tanto magis eum sitiens. namque et haec necessitas vitium comitatur, ut bibendi consuetudo augeat aviditatem, scitumque est Scytharum legati, quanto plus biberint, tanto magis sitire Parthos.

Sans doute Cicéron voulut enlever à Marc Antoine, meurtrier de son père, la palme de buveur. Avant lui, en effet, Marc Antoine s’était montré très jaloux de ce genre de supériorité ; il avait même publié un livre sur son ivrognerie. En osant faire son apologie, il a fait voir pleinement, je pense, combien de maux il avait dû causer à l’univers par ce vice. C’est peu de temps avant la bataille d’Actium qu’il vomit ce volume ; et cette date fait voir que, ivre déjà du sang des citoyens, il en était encore plus altéré. Telle est la nécessité de ce vice : plus on a l’habitude de boire, plus on veut boire ; et l’on connaît ce mot d’un ambassadeur scythe, qui disait que plus les Parthes boivent, plus ils ont soif.

  • 66 Voir K. Scott, « Octavian’s Propaganda and Antony’s de sua ebrietate », Classical Philology vol. 24 (...)

35La notice fournie par Pline est tout à fait révélatrice : à la critique violente de cette composition (id uolumen euomuit), l’auteur ne fournit d’autre argument que la volonté de Marc Antoine de plaider sa propre cause (quo patrocinari sibi ausus). Plus étonnants encore sont la formule ut equidem arbitror et le verbe intellegatur, qui dénotent une interprétation subjective de la part de Pline. Avait-il seulement à disposition un exemplaire de ce volume ? L’avait-il lu ? Ou en avait-il uniquement entendu parler ? En l’absence du texte original, plusieurs hypothèses ont été formulées sur la nature de cet écrit : la sixième édition de la Teuffel’s Geschichteder Literatur (1915) rééditée par Kroll et Skutsch, suggère que le de ebrietate sua aurait pu être un essai philosophique sur l’ivresse en s’appuyant sur une mésinterprétation du pronom réfléchi sua qui aurait renvoyé à l’ivresse en général et non à celle de Marc Antoine en particulier66. S’agissant à proprement parler d’une tentative de contre-attaque de Marc Antoine ironisant peut-être sur son goût pour la boisson, il semble d’ailleurs que l’on attendrait davantage le pronom mea

  • 67 K. Scott, « The Political Propaganda of 44-30 BC », art. cit., p. 48.
  • 68 Ovide, Tristes I, 1, 68 ; II, 8 et III, 1, 65-74.
  • 69 Suétone, Vie de César LVI, 7 et Plutarque, Vie de César II.
  • 70 Suétone, Vie d’Auguste XXXVI, 1.
  • 71 Suétone, Vie d’Auguste XXXI, 1. Voir aussi F. H. Cramer, art. cit., p. 167.
  • 72 C’est en tout cas l’avis de K. Scott, « Octavian’s Propaganda… », art. cit., p. 135, qui soutient q (...)

36Une nouvelle fois, pour cet écrit comme pour les lettres, il ne subsiste aucun élément qui permette de confirmer ou d’infirmer les hypothèses proposées. Or, nous savons qu’à plusieurs reprises, pendant son règne, Auguste a tenté de faire disparaître de manière officielle des écrits67. C’est sur son ordre que l’Art d’aimer d’Ovide68 et les œuvres mineures de Jules César (un Éloge d’Hercule, une tragédie intitulée Œdipe et un Recueil de mots remarquables69) furent retirés des bibliothèques publiques à Rome. La deuxième option, plus radicale, consistait à faire brûler des documents publics de manière officielle. Après le retrait de Lépide en 36 av. J.-C., Octave a fait détruire les acta senatus publiés sous la forme des populi acta diurna. Et après avoir fait disparaître ces chroniques qui évoquaient nécessairement les discordes civiles, Octave aurait limité leur usage à la simple transcription des débats sénatoriaux70. Une seconde fois, après son élection comme pontifex maximus, Octave a fait rassembler les livres prophétiques grecs et latins et les aurait fait brûler, à l’exception des livres sibyllins dans lesquels il aurait néanmoins effectué un tri71. Si l’on peut penser à une restriction de la licence ovidienne et à une précaution prise devant les écrits peut-être esthétiquement faibles du divin Jules César dans le premier cas, dans le second cas la manipulation politique et les manœuvres mémorielles qui privilégient une disparition plus « définitive » des écrits semblent probables. Devant cette variation d’attitudes du princeps à l’égard de scripta non grata, ne serait-il pas possible de penser que les écrits détruits sur la demande d’Octave-Auguste, aient pu contenir des éléments de propagande antonienne72 ?

37La voix de Marc Antoine, le vaincu d’Actium, le général déchu, l’amant-esclave de Cléopâtre, s’est définitivement tue… Ceux qui ont parlé de lui l’ont fait en des termes qui semblent correspondre à la propagande octavienne, privant définitivement le personnage de toute neutralité historique. Quant au silence jeté sur ses écrits, il est peut-être venu compléter les tentatives du Sénat pour éradiquer le souvenir de Marc Antoine des mémoires romaines. Et sans doute faut-il s’interroger sur la « tolérance augustéenne », vantée par les historiens et les poètes, un peu à la manière de la clementia Caesaris, car nombreux sont les indices qui ont montré la volonté du princeps de s’approprier le passé, de le remodeler, voire de le reconstruire pour servir ses propres objectifs politiques. Rien n’indique que le maître de Rome n’ait pas appliqué, sur le plan des écrits également, une stratégie d’élimination méthodique en recouvrant du voile de l’oubli les diverses attaques et contestations dont Marc Antoine était l’auteur, y compris après la mort de ce dernier. Vae uictis !

Fortune et infortunes de Caius Cornelius Gallus

  • 73 Voir E. Raymond, « Caius Cornelius Gallus, The Inventor of Latin love elegy », Th. S. Thorsen (dir. (...)
  • 74 E. Courtney, The Fragmentary Latin Poets, Oxford, Clarendon Press, 1993, p. 259-270.
  • 75 E. Raymond, « Caius Cornelius Gallus… », art. cit., p. 61-62 et n. 22 p. 62.
  • 76 E. Raymond, « Caius Cornelius Gallus… », art. cit., p. 62-65.

38Le dernier exemple de la présente réflexion est un individu qui allie pleinement, à lui seul, la double problématique qui est à l’origine de cette étude : la question de la damnatio memoriae et celle des écrits fragmentaires. Incarnation dramatique du paradoxe de la conservation des textes, Gallus, en tant que poète, est une énigme absolue. Si l’on connaît quelques éléments épars de sa biographie73, sa carrière militaire, ses liens d’amitié avec quelques uns des plus grands hommes de son époque (Asinius Pollion, Virgile ou Auguste), ou son suicide, les restes de son œuvre poétique sont aussi peu nombreux que sa réputation est solide parmi les élégiaques romains. Deux fragments nous sont parvenus de lui74 : le célèbre aureus transmis par Vibius Sequester au sujet du fleuve Hypanis (uno tellures diuidit amne duas)75 et le très accidenté fragment du papyrus de Qasr Ibrîm, qui présente neuf vers en distiques élégiaques dont la compréhension reste encore à l’heure actuelle relativement restreinte76. Pourtant, malgré la pauvreté des fragments qui nous ont été conservés, Gallus est l’objet de tous les éloges de la part de ses contemporains et de ses successeurs : Virgile (Buc. 10, 3), Ovide (Rem. Am. 765 ou Tr. 4, 10, 53), Properce (2, 34, 91-92) et même Quintilien (I. O. 10, 1, 93), tous citent le nom de Gallus et le considèrent comme l’un des modèles du genre élégiaque.

  • 77 Sur la damnatio de Gallus, H. Flower, op. cit., 2006, p. 125-129; F. Rohr Vio, « Gaio Cornelio Gall (...)

39Or, si Gallus a connu la consécration en faisant partie de l’entourage proche d’Auguste, il connut également la disgrâce après avoir fait montre de trop peu d’humilité dans ses fonctions de préfet de la province nouvellement acquise d’Égypte. Plusieurs indices suggèrent une damnatio memoriae77 : après qu’Octave retira sa confiance à Gallus, le Sénat romain vota l’exil et la confiscation de ses biens pour Gallus. Les silences de Tite-Live ou de Velleius Paterculus à son propos sont éloquents. Une inscription sur un obélisque (réutilisée par la suite par Caligula dans son cirque) dévoile des érasures caractérisques de la damnatio memoriae. La maigreur des attestations biographiques sur un personnage aussi reconnu révèle plus encore l’ampleur des sanctions mémorielles. Et enfin, la disparition presque totale de l’ensemble des quatre livres d’Élégies écrits par Gallus vient ajouter un point final à ce qui ressemble bien à une censure littéraire, consécutive à une damnatio memoriae.

  • 78 D. Voisin, Les cercles littéraires…, op. cit., p. 329-330. Voir aussi P. White, Promised Verse. Poe (...)

40Si besoin était, le geste de Virgile retirant de sa 4eGéorgique, ce que les commentateurs anciens et modernes ont pris pour habitude d’appeler les laudes Galli, c’est-à-dire ce qui devait constituer un vibrant éloge de Gallus, est une preuve non négligeable de cette damnatio memoriae littéraire78. Servius se fait l’écho de cet effacement signifiant à deux reprises dans ses commentaires (ad Buc. X, 1 et ad Georg. IV, 1) :

extremvm hvnc arethvsa m. c. l. Gallus, ante omnes primus Aegypti praefectus, fuit poeta eximius ; nam et Euphorionem, ut supra diximus, transtulit in latinum sermonem, et amorum suorum de Cytheride scripsit libros quattuor. Hic primo in amicitiis Augusti Caesaris fuit : postea cum venisset in suspicionem, quod contra eum coniuraret, occisus est. Fuit autem amicus Vergilii adeo, ut quartus georgicorum a medio usque ad finem eius laudes teneret : quas postea iubente Augusto in Aristaei fabulam commutavit.

extremvm hvnc arethvsa m. c. l. : Gallus, qui fut le tout premier préfet d’Égypte, fut un poète extraordinaire ; en effet, comme nous l’avons dit plus haut, il a traduit en langue latine les poèmes d’Euphorion et a écrit quatre livres sur ses amours avec Cytheris. Il fut d’abord l’ami de César Auguste ; puis, lorsqu’il tomba en disgrâce, parce qu’il avait pris part à une conjuration contre lui, il fut tué. Il fut aussi l’ami de Virgile au point que le quatrième livre de ses Géorgiques contenait, depuis le milieu jusqu’à la fin du livre, les louanges de Gallus ; par la suite et sur l’ordre d’Auguste, ces louanges furent changées en la fable d’Aristée.

protinvs aerii mellis caelestia dona exeqvar […] sane sciendum, ut supra diximus, ultimam partem huius libri esse mutatam : nam laudes Galli habuit locus ille, qui nunc Orphei continet fabulam, quae inserta est, postquam irato Augusto Gallus occisus est.

protinvs aerii mellis caelestia dona exeqvar […] il faut bien savoir, comme nous l’avons dit précédemment, que la dernière partie de ce livre a été changée. En effet, ce passage a comporté les louanges de Gallus, passage qui désormais raconte la fable d’Orphée, qui a été intégrée au récit, à la suite de la colère puis du décès de Gallus.

41Si Virgile, poète chéri d’Auguste, bénéficiant avant même l’écriture de l’Énéide d’une aura particulière auprès du princeps, a jugé utile d’ôter toute référence à Gallus dans sa propre production poétique, il semble évident que les sanctions mémorielles à l’encontre du poète élégiaque allaient bien au-delà de la destruction de statues ou de monuments officiels qui rappelaient son rôle politique. La retractatio virgilienne est le reflet d’une censure réelle qui, même si elle n’a pas été expressément formulée comme telle par Auguste ou sous Auguste, s’étendit au monde des lettres et de la culture à la fin du ier siècle av. J.-C.

42Difficile de conclure, même temporairement, pareille enquête tant les preuves manquent à l’appui. Notre investigation se heurte à l’absence de traces : les maigres fragments épars des œuvres de Sylla, Marc Antoine ou Gallus sont les témoins d’une sorte de béance qui pose plus de questions qu’elle ne fournit de réponses. Les éléments présentés, faisceaux d’indices concordants ou bien coïncidences qui peuvent légitimement faire naître quelque suspicion, relèvent en définitive, en l’absence d’attestations tangibles, de l’imaginaire du philologue, désespéré devant la disparition inexpliquée de certains textes.

43Pour finir, peut-être faut-il revenir à Tacite et à son jugement, fort juste au demeurant, sur le fait que les empereurs, les rois, tous ceux qui ont voulu faire disparaître des souvenirs chez les générations postérieures n’ont souvent pas atteint leur but, loin s’en faut :

quo magis socordiam eorum inridere libet qui praesenti potentia credunt extingui posse etiam sequentis aevi memoriam. Nam contra punitis ingeniis gliscit auctoritas, neque aliud externi reges aut qui eadem saevitia usi sunt nisi dedecus sibi atque illis gloriam peperere.

  • 79 Tacite, Annales IV, 35.

Voilà qui pousse à rire de la bêtise de ceux qui se croient en mesure d’étouffer, en raison d’un pouvoir éphémère, la mémoire des générations à venir. À l’inverse, l’influence qu’exercent ces esprits persécutés s’amplifie ; et les rois étrangers ou bien ceux qui font usage du même type de cruauté n’obtiennent rien d’autre que honte pour eux et gloire pour leurs victimes79.

  • 80 Cicéron, Pro Sexto Roscio Amerino, XXXI, 86.

44Mais qu’en est-il de tous ceux qui, sans dévoiler directement leurs intentions, ont minutieusement procédé à un effacement méthodique des traces écrites de leurs opposants ? Qu’en est-il de toutes ces voix discordantes ou irrévérencieuses qui n’ont pas été officiellement condamnées mais qui se sont éteintes et qui n’ont désormais plus aucune matérialité ? En définitive, c’est sans doute Cicéron qui a la clef de l’énigme : dans tout cela, cui bono fuisset80 ?, « à qui profite le crime ? »…

Annexes

Annexe : Tacite, Annales IV, 34-35 : Le procès de Cremutius Cordus

[34] Cornelio Cosso Asinio Agrippa consulibus Cremutius Cordus postulatur novo ac tunc primum audito crimine, quod editis annalibus laudatoque M. Bruto C. Cassium Romanorum ultimum dixisset. accusabant Satrius Secundus et Pinarius Natta, Seiani clientes. id perniciabile reo et Caesar truci vultu defensionem accipiens, quam Cremutius relinquendae vitae certus in hunc modum exorsus est : « verba mea, patres conscripti, arguuntur : adeo factorum innocens sum. sed neque haec in principem aut principis parentem, quos lex maiestatis amplectitur : Brutum et Cassium laudavisse dicor, quorum res gestas cum plurimi composuerint, nemo sine honore memoravit. Titus Livius, eloquentiae ac fidei praeclarus in primis, Cn. Pompeium tantis laudibus tulit ut Pompeianum eum Augustus appellaret ; neque id amicitiae eorum offecit. Scipionem, Afranium, hunc ipsum Cassium, hunc Brutum nusquam latrones et parricidas, quae nunc vocabula imponuntur, saepe ut insignis viros nominat. Asinii Pollionis scripta egregiam eorundem memoriam tradunt ; Messala Corvinus imperatorem suum Cassium praedicabat : et uterque opibusque atque honoribus perviguere. Marci Ciceronis libro quo Catonem caelo aequavit, quid aliud dictator Caesar quam rescripta oratione velut apud iudices respondit ? Antonii epistulae Bruti contiones falsa quidem in Augustum probra set multa cum acerbitate habent ; carmina Bibaculi et Catulli referta contumeliis Caesarum leguntur : sed ipse divus Iulius, ipse divus Augustus et tulere ista et reliquere, haud facile dixerim, moderatione magis an sapientia. namque spreta exolescunt : si irascare, adgnita videntur.

[35] Non attingo Graecos, quorum non modo libertas, etiam libido impunita ; aut si quis advertit, dictis dicta ultus est. sed maxime solutum et sine obtrectatore fuit prodere de iis quos mors odio aut gratiae exemisset. num enim armatis Cassio et Bruto ac Philippensis campos optinentibus belli civilis causa populum per contiones incendo ? an illi quidem septuagesimum ante annum perempti, quo modo imaginibus suis noscuntur, quas ne victor quidem abolevit, sic partem memoriae apud scriptores retinent ? suum cuique decus posteritas rependit ; nec deerunt, si damnatio ingruit, qui non modo Cassii et Bruti set etiam mei meminerint ». egressus dein senatu vitam abstinentia finivit. libros per aedilis cremandos censuere patres : set manserunt, occultati et editi. quo magis socordiam eorum inridere libet qui praesenti potentia credunt extingui posse etiam sequentis aevi memoriam. nam contra punitis ingeniis gliscit auctoritas, neque aliud externi reges aut qui eadem saevitia usi sunt nisi dedecus sibi atque illis gloriam peperere.

34. Sous le consulat de Cornelius Cossus et Asinius Agrippa, Cremutius Cordus est l’objet d’une accusation nouvelle et jusqu’alors inédite, à savoir d’avoir publié des annales dans lesquelles il avait fait l’éloge de Marcus Brutus et avait appelé Caius Cassius le dernier des Romains. Satrius Secundus et Pinarius Natta, des clients de Séjan, soutenaient l’accusation. C’est ce qui provoqua la perte de l’accusé autant que le visage menaçant de César lorsqu’il écouta la défense que Cremutius, convaincu de devoir quitter la vie, commença en ces termes : « Mes paroles, Sénateurs, sont mises en accusation, tant je suis innocent dans les faits. Mais mes paroles n’attentent ni au prince ni à sa parentèle, quand ce sont eux que la loi de majesté concerne ; on dit que j’ai fait l’éloge de Brutus et Cassius, eux dont les hauts faits ont été le sujet de nombreux ouvrages et dont personne n’a rappelé le souvenir sans leur rendre hommage. Tite-Live, parmi les plus grands pour l’éminence de son éloquence et de sa loyauté, fit tant d’éloges de Cnaeus Pompée qu’Auguste avait coutume de le qualifier de pompéien ; cela n’a nui en rien à leur amitié. Scipion, Afranius, les mêmes Cassius et Brutus, jamais il ne leur donne le nom de brigands et de parricides, vocabulaire dont on use à leur égard aujourd’hui, et souvent il les qualifie d’hommes remarquables. Les écrits d’Asinius Pollion rapportent de ces hommes un souvenir agréable ; Messala Corvinus appelait haut et fort Cassius son cher général ; tous deux furent puissants par leurs ressources et les honneurs qu’ils ont reçus. Au livre de Marcus Cicéron qui portait Caton aux nues, César fit-il d’autre réponse que de mettre par écrit les propos qu’il aurait pu tenir devant des juges ? Les lettres d’Antoine, les discours d’exhortation de Brutus contiennent des outrages assurément faux contre Auguste, mais qui sont nombreux et d’une certaine violence. Les poèmes de Bibaculus et de Catulle, pleins d’injures à l’égard des Césars, sont accessibles à la lecture : le divin Jules César lui-même, le divin Auguste lui-même ont toléré ces offenses et les ont laissées de côté, je ne dirais pas avec aisance, mais en raison de leur modération autant que de leur sagesse. Car les offenses méprisées perdent toute contenance : mais si la colère prend le dessus, de telles offenses sont reconnues comme vraies.

35. Je ne parle pas des Grecs, chez qui la liberté mais aussi les excès restent impunis ; et si on punit, on châtie des paroles par des paroles. Mais il était parfaitement admis, et personne n’y voyait aucun inconvénient, de parler par écrit de ceux que la mort avait soustraits à la haine ou à la faveur. En effet, Brutus et Cassius continuent-ils de se tenir en armes sur les plaines de Philippes tandis que j’enflamme le peuple par mes discours et le pousse à la guerre civile ? ne sont-ils pas morts depuis soixante-dix ans, raison pour laquelle ils sont connus désormais grâce à leurs portraits de cire, que leur vainqueur n’a pas jugé utile de détruire et que c’est cette partie de leur mémoire que retranscrivent les historiens ? La postérité paie à chacun l’honneur qui lui revient ; ils ne manqueront pas à l’appel, si cette condamnation me tombe dessus, ceux qui rappelleront le souvenir non seulement de Cassius et Brutus mais également le mien ». Après être sorti du sénat, il mit un terme à sa vie en se privant d’eau et de nourriture. Les Sénateurs jugèrent que ses livres devaient être brûlés par les édiles : mais ces livres perdurèrent, cachés et cependant toujours édités. Voilà qui pousse à rire de la bêtise de ceux qui se croient en mesure d’étouffer, en raison d’un pouvoir éphémère, la mémoire des générations à venir. À l’inverse, l’influence qu’exercent ces esprits persécutés s’amplifie ; et les rois étrangers ou bien ceux qui font usage du même type de cruauté n’obtiennent rien d’autre que honte pour eux et gloire pour leurs victimes.

Notes

1 H. Bardon, La littérature latine inconnue, t. I. L’époque républicaine, Paris, Klincksieck, 20142 [1952, 1956], p. 13.

2 À l’exception notable d’un article de J. Quicherat intitulé « Fragments de littérature latine », Bibliothèque de l’École des Chartes, no 1, vol. 2, 1841, p. 115-147.

3 P. Laurens, Histoire critique de la littérature latine. De Virgile à Huysmans, Paris, Les Belles Lettres, 2014, p. 527-578.

4 La tradition de la recension des fragments de littérature latine remonte au xvie siècle avec Robert Étienne qui fut parmi les premiers à publier les fragments de poésie latine (Fragmenta poetarum veterum Latinorum quorum opera non extant, 1564). Elle se poursuivit jusqu’au xixsiècle avec Emil Baehrens, dont le grand œuvre fut la publication des Poetae Latini Minores (5 vol. , Teubner Verlag, Leipzig, 1879-1883). De nouvelles éditions des fragments de la littérature latine continuent à voir le jour régulièrement comme celle de E. Warmington, Remains of Old Latin (5 vol. , Loeb Classical Library, 1935-1940). Si les fragments poétiques sont assez bien représentés (E. Courtney, The Fragmentary Latin Poets, Oxford, Clarendon Press, 1993 ou A. S. Hollis, Fragments of Roman Poetry c. 60 BC-AD 20, Oxford, Oxford University Press, 2007), les fragments des prosateurs et historiens (par exemple H. Peter, Historicorum Romanorum Reliquiae, Suttgart, Teubner, 1914 1re édition) ne sont pas en reste.

5 H.-I. Marrou dans L. D. Reynolds et N. G. Wilson, D’Homère à Érasme. La transmission des classiques grecs et latins, Paris, Éditions du CNRS, 1984, p. xii.

6 H.-I. Marrou, op. cit., p. xi.

7 Montaigne, Essais II, 18.

8 H. Flower, The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2006, p. 42.

9 H. Flower, op. cit., 2006, p. 67-69 et p. 76.

10 H. Flower, op. cit., 2006, p. 81-83.

11 H. Flower, op. cit., 2006, p. 85.

12 F. H. Cramer, « Bookburning and Censorship in Ancient Rome: A Chapter from the History of Freedom of Speech », Journal of the History of Ideas, vol. 6, no 2, 1945, p. 157-197; A. Gowing, Empire and Memory. The representation of the Roman Republic in imperial Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, chap. 1, p. 1 sq.

13 Pour une bibliographie complète sur ce personnage ainsi qu’un éclairage extrêmement documenté sur sa vie et son œuvre, voir T. J. Cornell, The Fragments of Roman Historians, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 497. Voir également R. S. Rogers, « The Case of Cremutius Cordus », Transactions and Proceedings of the American Philological Association 96, 1965, p. 351-359 et J. Kapust, « The Case of Cremutius Cordus: Tacitus on Censorship and Writing Under Despotic Rulers », G. Kemp (dir.), Censorship Moments: Reading texts in the History of Censorship and Freedom, London, Bloomsbury Publishing, 2014, p. 17-23.

14 Tacite, Annales IV, 34-35. L’ensemble du passage et sa traduction sont joints en annexe.

15 Sénèque, Consolatio ad Marciam I, 3 ; Suétone, Vie de Tibère LXI, 3 ; Tacite, Annales IV, 34 et Dion Cassius LVII, 24.

16 Entre autres : Tacite (ibid.), Quintilien X, 1, 103 ou encore Sénèque dont la Consolatio ad Marciam est adressée à la fille de Cremutius Cordus, Marcia, au sujet de la perte de son fils et qui expose, dans la dernière partie, une prosopopée de ce glorieux ancêtre.

17 L’ouvrage traitait des guerres civiles et du règne d’Auguste d’après les témoignages de Sénèque, Consolatio ad Marciam XXVI, 1 ; XXVI, 5 et XXXV et Dion Cassius LVII, 24.

18 H. Bardon, op. cit., t. II. L’époque impériale, p. 163 et A. S. Hollis, op. cit., 2007, p. 359.

19 Sénèque le Père, Suasoires VI, 19.

20 Tacite, Agricola II, 1 sq. et XLV.

21 J.-M. André, Le siècle d’Auguste, Paris, Payot, 1974, p. 284, n’hésite pas à parler de « despotisme intellectuel » augustéen dont les effets se seraient accentués après la mort de Mécène en 8 apr. J.-C. Dans sa thèse de doctorat, D. Voisin (Les cercles littéraires à Rome à l’époque d’Auguste, thèse soutenue sous la direction du professeur L. Deschamps, à l’université Bordeaux III-Montaigne, 2000, p. 324) nuance un peu cette approche et estime que les « mesures coercitives prises par Auguste à l’encontre des œuvres et des écrivains […] correspondent à des situations précises et singulières plutôt qu’elles obéissent à une politique générale et concertée de propagande et de censure ».

22 Sénèque le Père, Controverses X, 5, 22 : cum illi multis de causis iratus Caesar interdixisset domo, combureret historias rerum ab illo gestarum, quasi et ipse illi ingenio suo interdiceret, « Alors que César, courroucé pour de nombreuses raisons, lui avait interdit sa demeure, il brûla ses récits des hauts faits de celui-ci, comme si lui-même interdisait César de son génie ». (Sauf mention contraire, toutes les traductions de textes anciens sont personnelles). Voir aussi le récit de Sénèque, De ira III, 23, 6.

23 Réalité sur laquelle réfléchit (ironiquement ou non d’ailleurs) Horace dans la satire II, 1 et dans l’épître I, 18, souvent invoquées pour illustrer la question de la censure littéraire dès le début du principat augustéen.

24 Suétone, Vie d’Auguste, LV-LVI ; Tacite, Annales IV, 34, 5.

25 Sénèque le Père, Controverses X, praef. 3 : orationes septem edidit, quae deinde <ex> senatus consulto combustae sunt, « il publia sept discours, qui furent brûlés par la suite, sur décision du sénat ». Voir F. H. Cramer, art. cit., p. 189-191.

26 Suétone, Vie d’Auguste LV, Dion Cassius LVI, 27, 1 et Tacite, Annales I, 72, 3.

27 Sur le durcissement du régime augustéen sur ce point, voir J.-M. André, op. cit., p. 281-282.

28 La loi des XII Tables requérait la peine capitale « pour celui qui a soit récité publiquement, soit composé des vers qui attireraient sur autrui le déshonneur ou l’infamie » (res capite… si quis occentauissset siue carmen condidisset, quod infamiam faceret flagitiumue alteri). Cf. Cicéron, De republica IV, 12.

29 Voir D. Cloud, « The constitution and public criminal law », J. A. Crook, A. Lintott et E. Rawson (dir.), The Cambridge Ancient History 92: The Last Age of the Roman Republic 146-43 BC, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, chap. 13, p. 491-530, plus particulièrement p. 525-526.

30 D’après Dion Cassius (LVI, 27, 1-2), une enquête ordonnée par Auguste en 12 apr. J.-C. aboutit à la destruction par le feu de pièces infamantes et à la punition de leurs auteurs (malgré leur publication anonyme). C’est dans cette tourmente qu’aurait été emporté Cassius Severus.

31 Dans le texte cité et ailleurs (Annales IV, 21), Tacite se contente d’évoquer l’exil de Cassius Severus sans parler de la destruction de ses œuvres. Voir F. H. Cramer, art. cit., p. 177.

32 Sénèque le Père Controverses X, 3 et 5. Voir aussi F. H. Cramer, art. cit., p. 172-175 et H. Bardon, op. cit., t. II, 2014, p. 96.

33 Comme le précisent Suétone (Vie de Caligula, XVI, 1-2) et Dion Cassius LVII, 24. Voir F. H. Cramer, art. cit., p. 194-195.

34 S. Benoist, « Fragments de mémoire : en quête de paroles condamnées », B. Delignon et Y. Roman (dir.), Le poète irrévérencieux. Modèles hellénistiques et réalités romaines, Actes de la table ronde et du colloque organisés les 17 octobre 2006 et 19-20 octobre 2007 par l’Université Lyon 3, l’Université Lyon 2, l’ENS – LSH, Université Lyon 3, collection du CEROR, 2009, p. 63.

35 S. Benoist, « Fragments de mémoire : en quête de paroles condamnées », 2009, p. 51 et n. 10 p. 51.

36 Plutarque, Vie de Sylla XXII et Comp. Lys. et Syll. V ; Appien, B. C. I, 73, 77 et 81. Pour une biographie complète de Sylla, on consultera R. Seager, « Sylla », J. A. Crook, A. Lintott et E. Rawson (dir.), The Cambridge Ancient History 92, op. cit., p. 165-207 en particulier p. 179 autour de la question de la déclaration d’hostis.

37 H. Flower, op. cit., 2006, p. 87 et 90.

38 H. Flower, op. cit., 2006, p. 93.

39 L’ouvrage interrompu par la mort brutale de Sylla, fut complété et remanié par un affranchi du dictateur, Cornelius Epicadus, avant d’être publié (Suétone, Gramm. 12).

40 Sur l’autobiographie syllanienne, voir H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 149-158 et M. Chassignet, L’annalistique romaine, t. III. L’annalistique récente, l’autobiographie ­politique (fragments), Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. XCIX – CIV (introduction), p. 172-184 (fragments) et p. 240-247 (notes complémentaires).

41 Rappelons ici le jugement d’H. Bardon en conclusion de son étude des Mémoires de Sylla (La littérature inconnue, op. cit., t. I, 20142, p. 153-157) : « La personnalité de l’auteur (attrait et répulsion), sa volonté de convaincre, l’intervention constante du divin dans cette épopée, trop humaine, de luttes étrangères et civiles, un style qui paraît proche du classicisme : multiples intérêts de ces Mémoires, motifs trop nombreux de les regretter ! ». À propos de Sylla comme précurseur des œuvres de César ou même d’Auguste, voir M. Ledentu, Studium scribendi. Recherches sur les statuts de l’écrivain et de l’écriture à Rome à la fin de la République, Louvain-Paris-Dudley, MA, 2004, p. 118.

42 M. Ledentu, op. cit., p. 117.

43 Plutarque, Vie de Sylla XVII, 23 et XXVII.

44 Cicéron (De div. I, 72) leur donne le titre d’historia.

45 M. Ledentu, op. cit., p. 117 : « Dans sa volonté de construire l’image la plus flatteuse de sa personne auprès de ses contemporains et de la postérité, il insistait particulièrement sur les nombreuses campagnes victorieuses qu’il avait menées et faisait valoir à l’occasion son propre prestige opposé à celui de Marius ».

46 Sur ce point voir l’excellente synthèse de M. Barden Dowling, « The Clemency of Sulla », Historia : Zeitschrift für Alte Geschichte, Band 49, Heft 3, 2000, p. 303-340.

47 E. Raymond, « Les silences historiques dans l’Énéide : entre auto-censure et stratégie augustéenne de l’oubli », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2014/1, p. 55-75 et plus particulièrement p. 68.

48 M. Barden Dowling, art. cit., p. 306-318.

49 H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 157-158 ; M. Ledentu, op. cit., p. 99-101.

50 Voir M. Chassignet, op. cit., t. III, 2004.

51 V. Hollard et E. Raymond, « Se souvenir qu’il faut oublier. Marc Antoine et l’art de l’oubli augustéen », publié dans la revue électronique Images Re-vues, no 12, 2014.

52 H. Flower, op. cit., 2006, p. 116-121.

53 Plutarque, Vie d’Antoine II, 8. Voir aussi H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 229.

54 Cicéron ad fam. XI, 1 ; Suétone, Vie de César LXXXIV, 4 ; Plutarque, Vie d’Antoine XIV, 6-8. Voir aussi R. Syme, La révolution romaine, Paris, Gallimard, 1967, p. 99-100 et note 4 p. 525.

55 Plutarque, Vie d’Antoine X, 8-10.

56 Plutarque, Vie d’Antoine XXVI, 1.

57 Plutarque, Vie d’Antoine LXXVIII, 3.

58 Ovide, Pontiques I, 1, 23 : Antoni scripta leguntur, « On peut encore lire les écrits d’Antoine ».

59 Dans la Vie d’Auguste, Suétone associe volontiers ces lettres d’Antoine à une véritable virulence polémique comme en témoignent la formule per contumeliam (VII, 1) ou l’adverbe amarissime (LXX, 1). Voir aussi H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 286-288.

60 Charisius, Ars grammatica, de nomine, éd. K. Barwick, Leipzig, 19642 [1925] : ut Asinius contra maledicta Antonii uolitantque urbe tota catilli, « Comme Asinius l’écrit dans son Contre les reproches d’Antoine : uolitantque uerbe tota catilli. »

61 Ibid., 129, 7 : Messala contra Antonii litteras angustiae fretus, « Messala dans son ouvrage Contre les lettres d’Antoine écrit angustiae fretus. »

62 K. Scott, « The Political Propaganda of 44-30 BC », Memoirs of the American Academy in Rome, vol. 11, 1933, p. 48.

63 Suétone, Vie de César LII, 4. L’historien ne dit pas ouvertement qu’Oppius aurait composé cet ouvrage à la demande d’Octave mais les liens entre Oppius et le princeps laissent envisager une telle possibilité (cf. Pierre Renucci, Marc Antoine. Un destin inachevé entre César et Cléopâtre, Paris, Perrin, 2015).

64 Pensons à la très vaste correspondance cicéronienne qui constitue un témoignage historique unique.

65 Cette image d’Antoine ebrius a par ailleurs largement été relayée par les poètes augustéens, à l’instar d’Horace (Ode I, 37) qui associe volontiers l’ivresse de Cléopâtre à la figure de Marc Antoine.

66 Voir K. Scott, « Octavian’s Propaganda and Antony’s de sua ebrietate », Classical Philology vol. 24, no 2, 1929, p. 133-141 et H. Bardon, op. cit., t. I, 20142, p. 288-289.

67 K. Scott, « The Political Propaganda of 44-30 BC », art. cit., p. 48.

68 Ovide, Tristes I, 1, 68 ; II, 8 et III, 1, 65-74.

69 Suétone, Vie de César LVI, 7 et Plutarque, Vie de César II.

70 Suétone, Vie d’Auguste XXXVI, 1.

71 Suétone, Vie d’Auguste XXXI, 1. Voir aussi F. H. Cramer, art. cit., p. 167.

72 C’est en tout cas l’avis de K. Scott, « Octavian’s Propaganda… », art. cit., p. 135, qui soutient que les écrits prophétiques qu’Auguste a fait brûler contenaient à n’en pas douter des éléments embarrassants qui avaient sans doute à voir avec l’opposition entre Octave et Marc Antoine.

73 Voir E. Raymond, « Caius Cornelius Gallus, The Inventor of Latin love elegy », Th. S. Thorsen (dir.), The Cambridge Companion to Latin Love Elegy, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 59-67.

74 E. Courtney, The Fragmentary Latin Poets, Oxford, Clarendon Press, 1993, p. 259-270.

75 E. Raymond, « Caius Cornelius Gallus… », art. cit., p. 61-62 et n. 22 p. 62.

76 E. Raymond, « Caius Cornelius Gallus… », art. cit., p. 62-65.

77 Sur la damnatio de Gallus, H. Flower, op. cit., 2006, p. 125-129; F. Rohr Vio, « Gaio Cornelio Gallo nella poesia augustea tra storia e propaganda », B. Delignon et Y. Roman (dir.), Le poète irrévérencieux, op. cit., p. 65-78 et P. Gagliardi, « Cornelio Gallo all’ alba del terzo millenario », F. Rohr Vio et E. Ciampini (dir.), La lupa sul Nilo. Gaio Cornelio Gallo tra Roma e l’Egitto, Venise, Ca’ Foscari, 2015, p. 171-173.

78 D. Voisin, Les cercles littéraires…, op. cit., p. 329-330. Voir aussi P. White, Promised Verse. Poets in the Society of Augustan Rome, Londres, Harvard University Press, 1993, p. 145-147.

79 Tacite, Annales IV, 35.

80 Cicéron, Pro Sexto Roscio Amerino, XXXI, 86.

Auteur

Université d’Angers, UBL, CERIEC EA 922

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540