Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les praticiens du droit du Moyen Âge à l'époque contemporaine

 | 
Vincent Bernaudeau
, 
Jean-Pierre Nandrin
, 
Bénédicte Rochet
, 
et al.

Troisième partie. Générations judiciaires

Edmond Picard (1836-1924), avocat bruxellois et belge par excellence de la deuxième moitié du xixe siècle1

Bart Coppein

Texte intégral

  • 1 Nous remercions vivement le professeur Fred Stevens (K.U. Leuven) et les participants du colloque (...)
  • 2 P. Henri, Grands avocats de Belgique, Bruxelles, Éditions J.M. Collet, 1984, p. 154.
  • 3 R. Warlomont, « Picard, Edmond-Désiré », Biographie Nationale, t. 34, Bruxelles, Bruylant, 1968, p (...)
  • 4 La biographie de Guislain compte deux tomes et se trouve sous forme manuscrite dans ses archives. (...)
  • 5 On peut trouver d’autres appréciations chez L. Dupont, « Edmond Picard 1836-1924 », in C. Fijnaut (...)

1Il y a plus de cent soixante-dix ans, l’avocat Edmond Picard naissait à Bruxelles, le 15 décembre 1836. Dans le monde judiciaire belge, il est sans doute le personnage le plus brillant et le plus omniprésent de la deuxième moitié du xixe siècle. Pour Pierre Henri, il est « le colosse du barreau belge »2. René Warlomont l’appelle « l’avocat par excellence »3. Albert Guislain, avocat à la cour d’appel de Bruxelles et auteur d’une biographie inédite de Picard, parle de son « ombre singulière »4. Nous pourrions continuer cette série de citations sans peine5. Ces éloges sont-ils justifiés ? Picard a-t-il vraiment joué un rôle si important dans l’histoire du barreau belge ? Qu’a-t-il fait pour mériter cette renommée ? Quelles sont ses réalisations ? Pourquoi son influence a-t-elle été si grande durant toute sa vie ?

Littérature et sources

  • 6 A. Pasquier, Edmond Picard (Collection Nationale), 2e éd., Bruxelles, Office de Publicité, 1945.
  • 7 F. Ringelheim, Edmond Picard, jurisconsulte de race (Petites fugues), Bruxelles, Larcier, 1999, p. (...)
  • 8 Cf. par exemple, J. Beyers-Bell, H. Van Goethem, « Picard, Edmond », in R. De Schryver e.a. (réd.) (...)
  • 9 AGR, AAG, n° 2448, p. 144-145, copie de lettre du 24 février 1913 de Léon Hennebicq à Edmond Picar (...)
  • 10 Cf. par exemple : Vente Publique et Volontaire de la Bibliothèque, du Mobilier et d’une Collection (...)

2Avant tout, il faut constater qu’il n’y a aucune biographie académique digne de ce nom d’Edmond Picard. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de biographies de Picard, bien au contraire. Mais le problème est que la majorité de ces œuvres souffrent d’une approche hagiographique. Tel est le cas, par exemple, de la biographie d’Alex Pasquier, qui reste néanmoins l’ouvrage de référence6. On doit y ajouter la biographie inédite mentionnée d’Albert Guislain. Le livre de Foulek Ringelheim est tendancieux dans sa critique et s’avère être plutôt un pamphlet. Pour cet auteur, tous les événements de la vie de Picard sont une conséquence de son antisémitisme : « Si on dépouille Picard de sa fureur anti-juive, il ne reste rien7. » Hormis ces trois monographies assez problématiques, il y a une multitude d’articles et notices encyclopédiques8. La littérature étant décevante, les archives deviennent donc cruciales. Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons pas pu retrouver les archives personnelles d’Edmond Picard. En février 1913, un incendie dans la maison de Picard, rue Ducale à Bruxelles, a détruit une partie considérable de ses archives et livres9. En outre, il a lui-même vendu une partie de sa bibliothèque lors de ventes publiques pendant les années 1890 et 192110. Néanmoins, il reste nombreuses pièces d’archives pour nous éclairer.

  • 11 P. Muret, Inventaire des archives personnelles d’Albert Guislain (1890-1969), avocat, juriste et h (...)
  • 12 A. Rouzet, « Un legs fait à la Bibliothèque royale Albert Ier par une petite-fille d’Edmond Picard (...)
  • 13 V. Dupir, Inventaire de la correspondance d’Edmond Picard à Judith Cladel de 1895 à 1905 léguée au (...)
  • 14 F. Passelecq, Edmond Picard. Derniers entretiens (1921-1923), Bruxelles, Larcier, p. 20 et 35.
  • 15 AGR, AAG, n° 887, 1423 et 2425 ; F. Passelecq, op. cit., p. 18 ; F. Stevens, « Joseph Pholien et l (...)

3Les papiers de son biographe Albert Guislain contiennent, par exemple, quelques documents originaux de Picard. Vraisemblablement Guislain a acheté des documents de la famille. En outre, il a rédigé des copies et des transcriptions de documents qu’il n’a pas pu acquérir11. Le legs de la petite-fille Nicole Picard à la Bibliothèque Royale Albert Ier se compose de 77 livres. Plusieurs contiennent des lettres adressées à Picard ou sont même intégralement composés de lettres12. La même institution conserve aussi la correspondance de Picard avec Judith Cladel, femme de lettres française13. Les souvenirs professionnels de Picard, conservées avant la Deuxième Guerre mondiale au barreau de Cassation au Palais de Justice de Bruxelles, ont été détruites par l’incendie de 3 et 4 septembre 194414. Seule la bibliothèque du barreau de Bruxelles conserve encore à présent une petite boîte avec quelques documents personnels de Picard. Au moins jusqu’à 1945, il y avait au Palais de Justice de Bruxelles des salles Edmond Picard et Émile Laude. Ici étaient conservé des objets de Picard, mais il semble que ces salles aient disparues lors de la réorganisation des locaux du Palais de Justice15. Étant donné cette pauvreté d’informations, tant dans la littérature que dans les archives, on est forcé de consulter l’œuvre abondante de Picard et la presse judiciaire.

Une vie pas comme les autres16

Milieu familial et éducation

  • 17 Cf. sur la famille de Picard du côté de son père : G. Kurth, Notice sur la Famille Picard spéciale (...)
  • 18 L. Vanderkindere, L’université de Bruxelles 1834-1884. Notice historique faite à la demande du Con (...)
  • 19 Cf. le passage fameux dans son roman autobiographique de ses années de mer : E. Picard, « L’Amiral (...)
  • 20 AGR, AAG, n° 2413, p. 20-23.
  • 21 Bibliothèque du Barreau de Bruxelles (BBB), Papiers personnels d’Edmond Picard (PPEP), Livret de l (...)
  • 22 Picard motive ainsi sa décision : « Que les bourses ne doivent être qu’un prêt fait à l’intelligen (...)
  • 23 BBB, PPEP, Diplôme d’Edmond Picard de docteur en droit, 14 avril 1860.

4Edmond Picard est né le 15 décembre 1836 à Bruxelles comme cinquième des six enfants de François-David Picard (1803-1869) et de Marie-Josephe Moens de Roose. Son père, d’origine luxembourgeoise, est avocat à la cour d’appel de Bruxelles17. Dès la fondation de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), en 1834, il y enseigne les cours « Droit civil élémentaire et introduction historique au droit civil », « Procédure civile » et « Science du notariat »18. Marie-Josephe Moens est native de Lebbeke, près de Termonde, mais sa famille est originaire de Cadzand, en Zélande. La famille de Picard appartient clairement à la bourgeoisie bruxelloise, sans être extrêmement riche. Picard suit l’enseignement secondaire à l’Athénée de Bruxelles. À l’âge de 17 ans, il s’embarque comme mousse à bord d’un voilier à Anvers. Si l’on en croit Picard lui-même, il prend spontanément cette décision, au milieu d’une année scolaire, parce qu’il ne peut plus accepter la discipline imposée par l’école19. La réalité est vraisemblablement plus prosaïque. La décision semble être plutôt motivée par des difficultés financières temporelles de ses parents et donc beaucoup plus réfléchie. Son frère Émile prend la même décision quelque temps avant lui et une sœur entre à la même époque au couvent20. De 1854 jusqu’à 1856, Edmond Picard fait trois voyages au long cours, accompagné la plupart du temps par son frère. En décembre 1856, il obtient son brevet de second lieutenant au long cours21. Après cet épisode maritime, Picard préfère, malgré tout, le droit et s’inscrit à l’ULB. Il reçoit la permission de l’Université de suivre gratuitement les cours, une preuve de plus que sa famille n’est pas trop riche. Plus tard, Picard remboursera, par principe, intégralement cette bourse à l’Université22. Il fait de brillantes études de droit. Il obtient son diplôme de docteur en droit le 14 avril 1860, avec la plus grande distinction23.

Avocat à la cour d’appel de Bruxelles (1860-1880)

  • 24 Ibid. Ce diplôme porte les déclarations manuscrites et les signatures du greffier de la première c (...)
  • 25 Jules Lejeune (1828-1911) est ministre de la Justice de 1887 à 1894 au gouvernement Beernaert. S. (...)
  • 26 Cf. le témoignage impressionnant de Picard lui-même sur ses années de stage chez Lejeune : E. Pica (...)

5Quelques jours après, le 23 avril 1860, il prête serment à l’audience publique de la première chambre de la cour d’appel de Bruxelles. Le 26 avril 1860, il commence son stage24. Il choisit comme patron Jules Lejeune, nommé quelques mois plus tard avocat à la Cour de Cassation et qui, par la suite, sera ministre de la Justice25. Picard est son premier stagiaire. Il n’a que huit ans de moins que son patron. Lejeune le forme selon la méthode socratique. Il impressionne profondément le jeune stagiaire. Son stage est le début d’une amitié intense avec Lejeune qui durera jusqu’à la mort de ce dernier26. Trois années plus tard, le 23 mai 1863, Picard est inscrit au tableau de l’Ordre des avocats à la cour d’appel de Bruxelles. Il se fait très vite une clientèle et acquiert une grande expertise dans le droit maritime, le droit d’expropriation et le droit de la propriété intellectuelle des auteurs.

  • 27 AGR, AAG, n° 2413, p. 156.
  • 28 E. Picard, G. Duchaine, Manuel pratique de la profession d’avocat en Belgique, Paris, Bruxelles, A (...)
  • 29 L. Dupont, op. cit., p. 99 ; D. Heirbaut, X. Rousseaux, K. Velle, op. cit., p. 424.
  • 30 E. Picard, G. Duchaine, op. cit., p. XII-XIII.

6En 1864, à l’âge de 28 ans, il épouse Adèle Olin, fille de l’industriel Nicolas Olin, qui n’est autre que la sœur de son ami Xavier Olin, avocat lui aussi à la cour d’appel de Bruxelles27. Trois fils naissent de ce mariage, Georges, William et Robert. Aucun d’eux ne deviendra avocat. Pendant ses années comme avocat à la cour d’appel, Picard travaille au développement d’une déontologie professionnelle, de la Conférence du Jeune Barreau de Bruxelles et de la collection de la doctrine belge de son siècle. Il attache en premier lieu beaucoup d’importance à la déontologie de l’avocat. En 1869, il écrit avec Gustave Duchaine un Manuel pratique de la profession d’avocat en Belgique28. Ce Manuel est le premier livre belge de ce genre ; longtemps, il sera considéré comme un ouvrage de référence29. Il est dédié au Conseil de discipline du barreau de Bruxelles et préfacé par Édouard De Linge, membre de ce Conseil. Celui-ci se montre très enthousiaste : « La lacune depuis si longtemps signalée chez nous, M.M. Edmond Picard et Duchaine ont tenté de la combler, et le soin et le talent qu’ils ont apportés dans l’exécution du programme si complet qu’ils s’étaient tracé, autorisent, nous semble-t-il, à dire que leur tentative a pleinement réussi30 ».

  • 31 On lit parfois que Picard a été président de la Conférence : P. Henri, op. cit., p. 157 ; R. Lesaf (...)
  • 32 AGR, Archives du Ministère de la Justice, Secrétariat général, 2e département (AMJ), n° 1561, doss (...)
  • 33 E. Picard, G. Duchaine, op. cit., p. 35-39.
  • 34 Cf. sur la maison Larcier : P. Janssens, P. (réd.), Fiscaal Recht Geboekstaafd. Geschiedenis van h (...)

7Picard joue aussi un rôle important au sein de la Conférence du Jeune Barreau de Bruxelles. Bien qu’il n’ait jamais été président de la Conférence31, il a été à deux reprises directeur de sa commission32. La Conférence du Jeune Barreau de Bruxelles s’établit en 1841 et est une des plus anciennes du pays. Elle trouve son origine dans le Bureau des Consultations gratuites et veut surtout aider les stagiaires à développer leur art oratoire et leur argumentation juridique33. En 1878, Picard commence l’édition de son œuvre majeure, les Pandectes belges, en collaboration avec l’éditeur bruxellois Ferdinand Larcier34. Chaque année, deux tomes vont voir le jour. Cette œuvre est une vaste encyclopédie du droit belge de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Selon un ordre alphabétique, pour chaque entrée, elle offre un commentaire ou, dans beaucoup de cas, un véritable traité juridique. Elle comptera, à la fin de l’entreprise, en 1933, 136 tomes.

  • 35 E. Picard, Une grande aventure juridique..., op. cit., p. 36-45.
  • 36 BBB, PPEP, Brouillon d’une lettre du 17 janvier 1875 d’Edmond Picard au Conseil d’Administration d (...)
  • 37 Les noms des collaborateurs sont systématiquement mentionnés sur la première page de chaque tome, (...)

8La légende veut que Picard ait pris la décision de publier cette série à la demande de son patron, Jules Lejeune35. C’est peut-être vrai, mais il y a deux autres facteurs qui ont vraisemblablement leur importance. Avant tout, le 50e anniversaire de la Belgique. Mais aussi la nomination de son ami Charles Graux, en 1875, comme professeur à l’ULB. Picard ne peut pas accepter qu’on lui préfère Graux. Ce dernier ne dispose pas du diplôme d’agrégation, nécessaire pour une nomination, alors que Picard en est titulaire. Par conséquent, il demande explicitement d’être rayé comme docteur agrégé36. Les Pandectes belges sont-elles une œuvre de revanche à cette décision académique ? Picard veut-il prouver qu’il est meilleur que Graux ? Picard exercera la fonction de rédacteur en chef de l’ouvrage collectif des Pandectes belges jusqu’à sa mort. En cette qualité, il écrit les introductions, qui ont souvent le caractère d’une novelle ou d’un traité juridique, et corrige personnellement – si l’on en croit les témoignages – toutes les entrées. Il recrute de préférence ses collaborateurs parmi ses stagiaires et ses confrères du barreau37.

  • 38 AGR, AMJ, n° 1561, dossier 8862 ; G. Van Hecke, Notes pour servir à l’histoire du barreau de cassa (...)
  • 39 Bibliothèque Royale de Belgique à Bruxelles (BR), Legs Hubert-Picard (LHP), n°9078A, Lettre du 12 (...)

9Picard fait vite carrière comme avocat. En 1872-1873, il devient, à 36 ans, président du Bureau de consultation gratuite et membre du conseil de l’Ordre du barreau d’appel. En 1878-1879, il fait de nouveau parti de ce conseil38. L’année suivante, il pose à nouveau sa candidature, mais ses confrères élisent un autre candidat. Cette défaite est sans doute une grande déception pour Picard, qu’il ne veut pas accepter39.

Avocat à la Cour de Cassation

  • 40 Sur l’histoire du barreau de Cassation, cf. R. Janssens, « Het Hof van Cassatie van België. Enkele (...)
  • 41 AGR, AMJ, n° 1561, dossier 8862.
  • 42 G. Van Hecke, op. cit., p. 36.
  • 43 Cf. aussi le jugement de Picard et Duchaine en 1869 : « Les avocats à la Cour de Cassation se sont (...)

10Le destin va lui venir en aide. En 1880, la mort d’Hubert Dolez ouvre une place au barreau de Cassation, dont le nombre des membres est fixé à douze à partir de l’arrêté royal du 25 février 183640. Trois candidats vont postuler : Jules Van Dievoet, Maurice Van Meenen et Edmond Picard, tous les trois avocats à la cour d’appel de Bruxelles41. La candidature de Picard est-elle une conséquence directe de sa non-élection dans le conseil de l’Ordre du barreau d’appel en 1879 ? Dans sa lettre de sollicitation au Roi de 8 juin 1880, Picard motive sa candidature. Il y donne un bref résumé de sa carrière. Le 24 juin 1880, l’assemblée générale de la Cour de Cassation – composé du premier président, des conseillers, du procureur-général et du greffier en chef, quinze personnes au total – décide à l’unanimité de proposer Picard comme premier candidat. Par un arrêté royal du 9 juillet 1880, il est donc nommé avocat à la Cour de Cassation42. Sa nomination confirme une règle générale : après 1837, seuls des avocats à la cour d’appel de Bruxelles sont nommés comme avocat à la Cour de Cassation43.

  • 44 La descendance est vraisemblablement un autre facteur important. Pour le xixe siècle, on constate (...)
  • 45 Hubert Dolez (1808-1880) est nommé avocat à la Cour de Cassation par l’arrêté royal du 25 février (...)
  • 46 A côté de Picard, il s’agit de Louis Leclercq, Auguste Beernaert et Joseph-Ferdinand Quairier, qui (...)
  • 47 Il n’y a que 6 avocats sur les 38 qui ont demandé à démissionner.
  • 48 des 38 avocats exercent leur fonction pendant plus de vingt ans, dont onze, plus de trente ans, et (...)
  • 49 A côté de Picard, il s’agit pour le xixe siècle d’Auguste Beernaert, chef du gouvernement belge et (...)

11Est-ce qu’on peut parler de népotisme au sein du barreau de Cassation ? La réponse doit être nuancée. La relation stagiaire-patron ne semble pas être neutre44. Ainsi, trois stagiaires de Hubert Dolez, un stagiaire d’Auguste Orts et un stagiaire de Jules Lejeune45 – notamment Picard – deviennent avocats à la Cour de Cassation46. La plupart des avocats à la Cour de Cassation exercent leur fonction jusqu’à la mort47. Il y a quelques exceptions, dont Picard ; il demande, en 1920, à l’âge de 84 ans, sa démission, probablement à cause de son âge. Il aura été avocat à la Cour de Cassation pendant quarante années48. Tout comme quelques de ses collègues, Picard va exercer aussi un mandat politique national, comme sénateur socialiste de 1894 à 1908 pour le Parti Ouvrier Belge49.

  • 50 Au xixe siècle, 5 avocats cumulent leur mandat à la Cour de Cassation avec un professorat à l’ULB. (...)
  • 51 Pierre Sanfourche-Laporte (1774-1856) est nommé avocat à la Cour de Cassation par l’arrêté royal d (...)

12La relation de Picard et de l’université est assez singulière. Quoiqu’il soit lui aussi – inspiré par l’exemple de son père – agrégé de l’ULB, il n’a jamais été nommé professeur dans cette université. Néanmoins, il a enseigné à l’Université Nouvelle de Bruxelles, née en 1894 d’une scission anarchiste et socialiste de l’ULB, qui existera jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale50. Pendant le xixe siècle, Pierre Sanfourche-Laporte51, bâtonnier de 1836 à 1852, et Hubert Dolez, bâtonnier de 1852 à 1880, dominent le barreau de Cassation. Après la mort du nouveau bâtonnier Orts, en 1880, une nouvelle tradition s’installe. On aperçoit dès lors un bâtonnat d’une année, généralement allongé d’une deuxième. Picard exerce la fonction de bâtonnier dans l’année judiciaire 1898-1899. Selon la tradition, il est réélu l’année judiciaire suivante. En 1916, ses confrères l’élisent comme bâtonnier. Et pourtant, l’année suivante, il n’est pas réélu. Que s’est-il passé ?

  • 52 AGR, AAG, n° 2415, chapitre XVII, pp. 4-11.
  • 53 F. Passelecq, op. cit., p. 27. En effet, les avocats à la Cour de Cassation remplissent presque le (...)

13Un incident, en décembre 1916, en est à l’origine. Dans une interview à un journaliste sur le théâtre belge, une de ses autres préoccupations, Picard avait témoigné de sa fatigue de la guerre. Le jour suivant, La Belgique, un journal collaborant avec l’occupant, annonce que Picard fait un appel à la paix. Cet acte du bâtonnier en fonction au sein de l’Ordre des avocats à la Cour de Cassation provoque beaucoup de remous. Ses confrères, tant du barreau de Cassation que du barreau d’appel de Bruxelles, interprètent cette interview comme un acte défaitiste et antipatriotique dans ces temps de guerre52. L’affaire, que Picard a sans doute perçu comme une insulte, constitue, mis à part son âge, une explication probable de sa demande de démission en 1920. Vraisemblablement, elle marque aussi l’amertume d’une fin de sa vie ; en 1921, trois ans avant sa mort, il exprime d’ailleurs son regret d’avoir abandonné le barreau d’appel pour celui de Cassation : « Le vrai Barreau, c’est le Barreau d’appel. Si l’on vous sollicite jamais d’entrer au Barreau de cassation ou si l’on vous y engage, ne cédez pas ! Restez au Barreau d’appel ! Passer à l’autre n’est pas une promotion. À la Cour de cassation, les avocats sont plutôt des avoués53. »

  • 54 Cf. sur Picard et la première période du Journal des Tribunaux : D. Heirbaut, « Law reviews in Bel (...)

14Après sa nomination comme avocat à la Cour de Cassation, Picard s’engage pleinement, bien plus qu’avant, pour ses confrères. En 1881, Picard fonde avec l’éditeur bruxellois Ferdinand Larcier le Journal des Tribunaux. Il en reste le rédacteur en chef jusqu’en 1900. Avec ce nouveau journal, il veut principalement rapprocher le monde du palais, celui des tribunaux, avec le peuple désinformé sur la justice. Il ne réussira pas dans cette ambition. Le Journal des Tribunaux devient au contraire très vite le journal préféré des avocats. À côté de la doctrine et des actualités juridiques, il annonce aussi les petites nouvelles du barreau. Sous la rédaction de Picard, le journal a un élan très progressif, ce qui se traduit dans son attention pour la nouvelle législation sociale et la lutte pour le suffrage universel. Le Journal des Tribunaux reste jusqu’aujourd’hui le journal juridique le plus important pour la Belgique francophone54.

  • 55 E. Laude, La Fédération des Avocats Belges 1886-1911, Bruxelles, Larcier, 1912, p. 36 ; M. Mahieu, (...)
  • 56 Selon ses statuts, le président et le vice-président ne sont pas immédiatement rééligibles. E. Lau (...)
  • 57 Ibid., p. 23-26.
  • 58 Ibid., p. 15-21.
  • 59 Ibid., p. 34.

15En 1886, le Journal des Tribunaux devient l’organe de la Fédération des avocats. Celle-ci est fondée à Bruxelles la même année par 130 avocats belges à l’initiative de la Conférence du Jeune Barreau de Bruxelles. Selon ses statuts, cette Fédération « a pour but la sauvegarde de tous les intérêts de l’Ordre et le développement des relations confraternelles entre tous les avocats du pays »55. Picard devient une première fois président de cette Fédération pendant les années 1888 à 1890. Ensuite, de 1890 à 1892, il est vice-président. De 1896 à 1898, il est à nouveau président56. Sous la présidence de Picard, la Fédération organise en 1897 le Premier Congrès international des Avocats à Bruxelles57. Picard est aussi à plusieurs reprises rapporteur de questions, traitées lors des réunions de la Fédération58. En 1911, il est nommé président honoraire pour ses services à la Fédération59.

  • 60 C. Mattheeussen, Honderd jaar Vlaams Pleitgenootschap bij de Balie te Brussel 1891-1991. Een verha (...)

16En 1888, dix années après la fondation des Pandectes belges, Picard lance une nouvelle revue juridique, les Pandectes périodiques. Cette revue est un recueil de la jurisprudence et de la législation ; elle cessera de paraître en 1939. Lorsqu’en 1891, la Vlaams Pleitgenootschap est fondée au barreau de Bruxelles, Picard est désigné président honoraire en raison de son engagement pour la cause flamande, entre autres en 1873, dans l’affaire Schoep ; fait remarquable pour un avocat francophone bruxellois de cette époque. Si son origine maternelle peut éclairer partiellement son attitude, c’est surtout sa conception idéologique qui influence ses actes. Il est un partisan d’une égalité des langues dans le cadre d’une Belgique bilingue. Il ne supporte absolument pas la notion des territoires uni-lingues, qui triomphera au xxe siècle60.

Activités politiques et artistiques

  • 61 Cf. sur les idées politiques de Picard : B. Coppein, « “J’ai vu ce que vous n’avez pas vu”. Droit (...)
  • 62 E. Picard, Profession de foi politique, Bruxelles, Larcier, 1882, p. 9-13.
  • 63 Picard l’a confessé lui-même dans un de ces entretiens avec l’avocat Fernand Passelecq à la fin de (...)
  • 64 E. Picard, Confiteor, Bruxelles, Larcier, 1901, p. 137.

17Les activités juridiques ne sont qu’un aspect de la personnalité de Picard. Il est convaincu que l’avocat doit remplir, à côté et en dehors du Palais de Justice, une tâche sociale. Ses activités politiques sont une première manifestation de cette thèse, ses activités artistiques une autre61. L’engagement politique de Picard commence dès les années 1860. Ses expériences maritimes sont très important pour le développement de ses convictions politiques. Ils sont à l’origine de son engagement en faveur des ouvriers et des pauvres. Il fait ses premiers pas politiques dans l’aille progressiste du parti libéral belge. Il est de 1865 à 1867 un des rédacteurs de l’hebdomadaire libéral-progressiste La Liberté62 et, en 1866, le principal auteur du Manifeste des Ouvriers63. Dans ce Manifeste, il réclame surtout la suppression du suffrage censitaire64. Ensuite, il est à plusieurs reprises, en vain, candidat aux élections législatives.

  • 65 Cf. sur les premières années du P.O.B. et sur le lutte pour le suffrage universel : J. Destree, E. (...)
  • 66 V. Laureys, e.a., L’histoire du Sénat de Belgique, Bruxelles, Éd. Racine, 1999, p. 426 et 458 ; M. (...)
  • 67 J.P. Arnoldi, Edmond Picard, sénateur socialiste, 1894-1908, Mémoire de licence inédite, Universit (...)
  • 68 BR, LHP, n° 9078A.

18À la suite d’un échec en 1884, Picard ne se présente plus aux élections législatives durant la décennie suivante. Entre temps, le Parti Ouvrier Belge est créé. Picard choisit de rejoindre leurs rangs65. En 1894, il est finalement nommé sénateur socialiste par le conseil provincial de Hainaut. Il restera sénateur provincial jusqu’en 190866. Au Sénat, Picard joue un rôle très actif. Il y intervient surtout dans des matières sociales et juridiques67. Longtemps, il reste l’un des deux sénateurs socialistes. L’autre est son stagiaire, Henri La Fontaine. Pendant cette période, Picard publie chaque semaine un article dans Le Peuple, l’organe du Parti Ouvrier Belge. En 1908, la relation entre Picard et le Bureau du Parti Ouvrier Belge est fini. La défense par Picard du propriétaire du casino d’Ostende, Georges Marquet, dans un procès près la cour d’appel de Gand, est à l’origine de cette rupture. Le Bureau estime cette défense contraire à sa qualité de sénateur socialiste, qui implique qu’il doit être nécessairement adversaire des jeux de hasard. Picard de son côté rejette cet argument en insistant sur l’indépendance de l’avocat. Il décide finalement de se retirer comme sénateur. On a l’impression que la plupart des confrères de Picard partagent cette décision principale68.

  • 69 F. Passelecq, op. cit., p. 37.

19Cette expérience explique sans doute l’amertume de Picard à la fin de sa vie sur son aventure politique : « Faut-il se permettre la politique ?... J’entends : les fonctions politiques. C’est très controversé... [...] Moi-même, je fus sénateur : onze années durant. J’aurais probablement mieux fait de ne pas l’être. Mieux vaut que l’inclination soit pour le refus69. »

  • 70 La littérature sur les XX et la Libre Esthétique est abondante. Cf. entre autres J. Block, Les XX (...)
  • 71 AGR, AAG, n° 2413, p. 227-236.
  • 72 J. Block, « La Maison d’Art. Edmond Picard’s asylum of beauty », in M. Draguet (éd.) Irréalisme et (...)

20Avec le droit et la politique, les activités artistiques forment une autre préoccupation de la vie d’Edmond Picard. En 1881, il fonde avec son stagiaire, Octave Maus, L’Art Moderne. Il y stimule le développement d’un art social à l’inverse de l’idéal de « l’art pour l’art ». Lorsque, en 1884, est fondé le cercle d’art avant-gardiste bruxellois « Les XX », L’Art Moderne devient leur organe et Maus le secrétaire. En cette qualité, il va organier des expositions d’art des « XX ». En 1893, le cercle des « XX » sera dissout et remplacé par « La Libre Esthétique », également sous la direction de Maus, et avec L’Art Moderne comme organe. « La Libre Esthétique » existera jusqu’en 1914. Si le rôle de Picard vis-à-vis des « XX » et « La Libre Esthétique » est surtout celui d’un théoricien et d’un critique d’art, il a vraisemblablement aussi influencé Maus dans son choix des artistes et des œuvres. Il donne en outre plusieurs conférences dans les programmes qui entourent les expositions70. Picard est aussi un important mécène d’art. Pendant les années 1870 et 1880, il organise des salons dans son somptueux hôtel de l’Avenue de la Toison d’Or, où se rencontrent des personnalités du barreau, de la magistrature, de la politique et de l’art, aussi bien belges qu’étrangers71. En 1894, Picard déménage et transforme son hôtel en une soi-disant Maison d’Art. Il place cette galerie d’art annexe musée sous la direction de son fils William. La Maison d’Art fonctionne pendant quelques années, mais doit fermer ses portes en 1900, faute de succès72.

  • 73 F. Vermeulen, Edmond Picard et le Réveil des Lettres Belges 1881-1888, Bruxelles, Palais des Acadé (...)
  • 74 H. Carton De Wiart, Souvenirs sur Edmond Picard, Bruxelles, L’Édition Universelle, 1937 ; F. Levie(...)

21Picard stimule également très activement le développement d’une littérature belge d’expression francophone. Il collabore à diverses revues littéraires et écrit lui-même quelques novelles juridiques – les Scènes de la vie judiciaire – comme introductions aux Pandectes belges, qui sont considérées généralement comme des chefs-d’œuvre de la « littérature de robins »73. Il n’est donc pas étonnant que quelques-uns de ses quarante-trois stagiaires préfèrent finalement une carrière artistique ou politique, plutôt que juridique. Aux noms d’Henri La Fontaine et d’Octave Maus, on peut ainsi ajouter les noms d’Émile Verhaeren, écrivain symboliste, Maurice Maeterlinck, seul écrivain belge ayant gagné le Prix Nobel de Littérature, Jules Destrée, représentant socialiste et « leader » du mouvement wallon, Henry Carton de Wiart, représentant chrétien-démocrate et ministre de la Justice, ou encore Paul Otlet, documentaliste, père de la Classification Universelle Décimale et fondateur du Mundaneum74.

  • 75 P. Van Den Dungen, op. cit., p. 445.
  • 76 D. Heirbaut, « Law reviews in Belgium », op. cit., p. 352.
  • 77 Les pistes présentées ici ne sont qu’une préfiguration provisoire de nos recherches, qui trouveron (...)

22Comme le note Pierre Van den Dungen, Picard est vraiment le personnage emblématique de la deuxième moitié du xixe siècle, aux confins des trois univers Droit, Politique et Art de la capitale, mais aussi du pays belge75. Son importance pour le barreau belge dans cette période est difficile à nier. Ce « lawyer in a league of his own »76 – pour reprendre les mots de Dirk Heirbaut – a joué avant tout le rôle d’inspirateur par son engagement corporatiste, son développement des instruments de travail nécessaires et son plaidoyer pour un rôle actif de l’avocat dans la société. Si l’homme a pu exercer une telle influence, c’est vraisemblablement parce qu’il a très bien senti et compris l’esprit de son temps77. Pendant la deuxième moitié du xixe siècle, la société belge subit une transformation profonde. C’est l’époque, en Belgique – comme partout en Europe occidentale –, où la révolution industrielle atteint son sommet et où la bourgeoisie, libérale ou catholique qui possède le pouvoir politique et la majorité des ressources matérielles est confrontée aux revendications de la population ouvrière qui souhaite participer au pouvoir et à la prospérité. La fondation du Parti Ouvrier belge en 1885 et la vague de grèves et manifestations violentes à partir de 1886 forcent les politiciens à promulguer une législation sociale, qui limite les abus dans les usines, et à élargir le suffrage.

  • 78 K. Raes, « Ontwikkelingen in de Belgische rechtscultuur. Een cultuurhistorische verkenning », in D (...)
  • 79 E. Picard, Une grande aventure juridique, op. cit., p. 130.
  • 80 D. Heirbaut, « Henri De Page. Een man in de schaduw van zijn werk (5 november 1894-27 augustus 196 (...)

23Le droit subit nécessairement les influences de cette industrialisation et « socialisation ». Il doit s’adapter à une société dans laquelle l’importance de la bourgeoisie est en train de diminuer. Le droit public gagne de plus en plus de terrain, tandis que le droit privé prend désormais mieux en compte les intérêts des faibles et des pauvres. De nouvelles branches apparaissent : le droit social, sous l’effet du développement du contentieux administratif (lui-même lié à la croissance de l’État), ou de plus spécifiques encore, comme les droits intéressant la propriété intellectuelle, qui pour leur part entrent dans le champ de l’organisation industrielle en pleine mutation78. Un tel mouvement d’élargissement des sphères du droit tend à déprécier le caractère généraliste de ce dernier et à générer une spécialisation croissante des avocats. Picard veut donner un contrepoids à cette évolution avec ses Pandectes belges, dont l’intention première est précisément la compilation du droit belge de son époque. Quoique le succès commercial des Pandectes ait toujours été plutôt bas – même en 1921, chaque tome n’était imprimé qu’à 1250 exemplaires79 –, l’œuvre acquiert dès le début la sympathie du monde juridique belge et reste l’instrument de travail par excellence de chaque juriste belge jusqu’à la publication des premières parties du Traité élémentaire de droit civil belge, de Henri De Page, à partir de 193380.

  • 81 E. Picard, Une grande aventure juridique, op. cit., p. 132-137 ; « Ministère des Sciences et des A (...)
  • 82 F. Levie, op. cit., p. 51-73.

24Toute une génération de juristes belges a soutenu le rêve de Picard en collaborant à cette entreprise collective. L’attribution, en 1912, par l’État belge, du Prix quinquennal des Sciences Sociales, et l’imitation en France, ne sont que d’autres affirmations du même appréciation81. Des initiatives de classification semblables se sont manifestées dans la même période sur d’autres domaines. La première Conférence internationale de Bibliographie, organisée en septembre 1895, à Bruxelles, décide par exemple, sous l’impulse de Paul Otlet, de créer un Répertoire bibliographique universel. Dans ce rapport, Otlet perfectionne le système de classification de l’américain Melvin Dewey jusqu’à la Classification Universelle Décimale. En 1910, le Répertoire comprend déjà plus de dix millions de fiches82. Tant les Pandectes belges que le Répertoire bibliographique universel témoignent d’une même tendance de contrôler et de maîtriser un nouveau monde en expansion.

  • 83 B. Coppein, op. cit., p. 38-39.
  • 84 D. Heirbaut, « Law reviews in Belgium », op. cit., p. 353-354.

25L’engagement politique de Picard doit également être considéré dans son temps. Bourgeois lui-même, il a « vu » que la bourgeoisie ne peut que perdre le combat contre les aspirations de la majorité de la population et que l’attribution du suffrage universel devient une nécessité. Par là son engagement dans l’aile progressiste du parti libéral et plus tard dans le parti socialiste83. Son plaidoyer pour un art social mais aussi la fondation du Journal des Tribunaux sont d’autres expressions de sa conviction démocratique. Avec le Journal des Tribunaux, Picard veut en effet tout d’abord diminuer la distance entre le peuple et le monde bourgeois des palais de justices et du droit. Dans ce rapport, le Journal est imprimé sur le grand format d’autres journaux et vendu sur la rue. Malgré tout cela, l’ambition de Picard d’atteindre le peuple a très vite paru trop optimiste84.

  • 85 E. Picard, Confiteor, p. 29-42 et p. 42 (citation).
  • 86 Ibid., p. 25-26.
  • 87 B. Coppein, op. cit., p. 57-58 ; F. Ringelheim, op. cit. ; W. Van Rooy, « Ideologie en Ideologie-I (...)

26Son nationalisme est pareillement influencé par son temps. Vrai belge par sa descendance et presque de la même age, Picard aime et défend sa patrie. Sa théorie de l’âme belge est le plus bel exemple : selon lui, les populations flamandes et wallonnes de la Belgique ont, malgré les différences, une « communauté de nature »85. Sa sympathie pour les exigences linguistiques du mouvement flamand n’est pas contraire à sa conception du nationalisme. Selon Picard, la Belgique ne peut que survivre si elle deviendra bilingue. C’est pourquoi qu’il s’oppose à des territoires unilingues. C’est aussi pourquoi lui-même, ne maîtrisant que le français, va encore apprendre à un age tardif le néerlandais : « Il me semblait que, sans elle, la moitié de la Patrie demeurait pour moi indistincte derrière une gaze »86. Son antisémitisme virulent enfin n’est pas du tout étrange à la fin du xixe siècle en Europe, voir l’affaire Dreyfus en France87.

  • 88 BR, LHP, n° 9055A ; In Memoriam : manifestation du 21 décembre 1901 en l’honneur d’Edmond Picard, (...)

27La vie de Picard est donc inévitablement liée à la deuxième moitié du xixe siècle. Clairement un enfant de son temps, il ne se sent plus à l’aise au xxe siècle. L’hommage impressionnant, qui lui est offert en 1901 par ses confrères et qui est soutenu par une grande partie du monde artistique et politique de Belgique, marque ainsi le début de son retrait du vie public88. À partir de 1900, il cède la fonction de rédacteur en chef du Journal des Tribunaux à son stagiaire Léon Hennebicq. Ce même Hennebicq devient aussi son successeur comme rédacteur en chef des Pandectes belges. Il ne s’engage pas autant qu’avant dans les activités artistiques et littéraires. En 1908, il donne sa démission comme sénateur socialiste. Après l’expérience pénible de la Première Guerre Mondiale, il demande en 1920 sa démission comme avocat à la Cour de Cassation.

  • 89 BR,LHP,n°9568C ; » A la Mémoire d’Edmond Picard. Fondateur du Journal des Tribunaux », Journal des (...)
  • 90 BR, LHP, n° 9568C ; « Edmond Picard est mort », L’Indépendance belge, 21 février 1924, p. 1.

28À ce moment-là, Picard quitte Bruxelles, le centre de toute sa vie professionnelle, ce qui est un acte très symbolique. Il déménage vers Dave, un petit village près Namur, où il habite chez sa bru. En 1924, il meurt là à l’âge de 87 ans89. À l’occasion de son décès, le journal L’Indépendance belge remarque à juste titre que Picard avait survécu lui-même : « Il nous semble que deux hommes viennent de disparaître, l’un que nous avons connu, qui fut mêlé à tout ce qui nous passionna, dans la vie politique, dans la vie littéraire, dans la vie judiciaire, dans la guerre aussi... et un autre qui fait partie d’un passé lointain et qui, depuis des années déjà, appartenait à l’histoire »90.

Notes

1 Nous remercions vivement le professeur Fred Stevens (K.U. Leuven) et les participants du colloque pour leurs commentaires utiles, ainsi que Geneviève Warland (FUSL) pour sa relecture attentive de notre texte en français.

2 P. Henri, Grands avocats de Belgique, Bruxelles, Éditions J.M. Collet, 1984, p. 154.

3 R. Warlomont, « Picard, Edmond-Désiré », Biographie Nationale, t. 34, Bruxelles, Bruylant, 1968, p. 656.

4 La biographie de Guislain compte deux tomes et se trouve sous forme manuscrite dans ses archives. Archives Générales du Royaume à Bruxelles (AGR), Archives Albert Guislain (AAG), n°2413 et 2415, ici n° 2413, p. I.

5 On peut trouver d’autres appréciations chez L. Dupont, « Edmond Picard 1836-1924 », in C. Fijnaut (éd.), Gestalten uit het verleden. 32 voorgangers in de strafrechtswetenschap, de strafrechtspleging en de criminologie (Samenleving, criminaliteit en strafrechtspleging 3), Louvain/Deurne, Presses Univ. Louvain, Kluwer Rechtswetenschappen, 1993, p. 98-99 ; R. Lesaffer, « De justitie en de media », in D. Heirbaut, X. Rousseaux, K. Velle (réd.) Histoire politique et sociale de la justice en Belgique de 1830 à nos jours, Bruges, La Charte, 2004, p. 358.

6 A. Pasquier, Edmond Picard (Collection Nationale), 2e éd., Bruxelles, Office de Publicité, 1945.

7 F. Ringelheim, Edmond Picard, jurisconsulte de race (Petites fugues), Bruxelles, Larcier, 1999, p. 110.

8 Cf. par exemple, J. Beyers-Bell, H. Van Goethem, « Picard, Edmond », in R. De Schryver e.a. (réd.), Nieuwe Encyclopedie van de Vlaamse Beweging, t. 2, Tielt, Lannoo, p. 2470-2472 ; M. Heyse, « Picard, Edmond », in Nationaal Biografisch Woordenboek, t. VI, Bruxelles, Palais des Académies, 1974, p. 773-777 ; R. Warlomont, op. cit.

9 AGR, AAG, n° 2448, p. 144-145, copie de lettre du 24 février 1913 de Léon Hennebicq à Edmond Picard.

10 Cf. par exemple : Vente Publique et Volontaire de la Bibliothèque, du Mobilier et d’une Collection de Tableaux Modernes et Dessins appartenant à M. Edmond Picard, Bruxelles, Galerie Georges Giroux, 1921.

11 P. Muret, Inventaire des archives personnelles d’Albert Guislain (1890-1969), avocat, juriste et homme de lettres (AGR. Inventaires 296), Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 2001.

12 A. Rouzet, « Un legs fait à la Bibliothèque royale Albert Ier par une petite-fille d’Edmond Picard », Le livre et l’estampe, n° 145, vol. XXXXII, 1996, p. 11-47.

13 V. Dupir, Inventaire de la correspondance d’Edmond Picard à Judith Cladel de 1895 à 1905 léguée aux Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles, Institut d’Enseignement Supérieur Social de l’État, 1994 ; C. Allard, Inventaire de la correspondance d’Edmond Picard à Judith Cladel de 1905 à 1915 léguée aux Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles, Institut d’Enseignement Supérieur Social de l’État, 1995.

14 F. Passelecq, Edmond Picard. Derniers entretiens (1921-1923), Bruxelles, Larcier, p. 20 et 35.

15 AGR, AAG, n° 887, 1423 et 2425 ; F. Passelecq, op. cit., p. 18 ; F. Stevens, « Joseph Pholien et le Jeune Barreau de Bruxelles », in F. Carton de Tournai, G. Janssens (réd.), Joseph Pholien. Un homme d’État pour une Belgique en crises, Bierges, Éditions Mols, 2003, p. 86.

16 L’esquisse biographique se base principalement sur J. Beyers-Bell, H. Van Goethem, op. cit., p. 2470-2472 ; L. Dupont, op. cit., p. 97-107 ; M. Heyse, op. cit., p. 773-777 ; A. Pasquier, op. cit., p. 3-32 ; R. Warlomont, op. cit., p. 644-658.

17 Cf. sur la famille de Picard du côté de son père : G. Kurth, Notice sur la Famille Picard spécialement pour la branche à laquelle appartient M. Edmond Picard, Bruxelles, Oscar Lamberty, 1904.

18 L. Vanderkindere, L’université de Bruxelles 1834-1884. Notice historique faite à la demande du Conseil d’Administration, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1884, p. 186 et LXVIII.

19 Cf. le passage fameux dans son roman autobiographique de ses années de mer : E. Picard, « L’Amiral », E. Picard, N. D’hoffschmidt (réd.), Pandectes belges, t. X, Bruxelles, Larcier, 1883, p. XXVII-XXX.

20 AGR, AAG, n° 2413, p. 20-23.

21 Bibliothèque du Barreau de Bruxelles (BBB), Papiers personnels d’Edmond Picard (PPEP), Livret de la marine marchande d’Edmond Picard et Brevet de second lieutenant au long cours de 31 décembre 1856. Guislain raconte largement l’histoire de ces trois voyages de mer : AGR, AAG, n°2413, p.26-57.

22 Picard motive ainsi sa décision : « Que les bourses ne doivent être qu’un prêt fait à l’intelligence pauvre que l’intelligence aisée doit spontanément restituer, pour que l’instrument qui l’a aidée à sortir des difficultés du début puisse rendre le même service à d’autres. » BBB, PPEP, Copie d’une lettre du 19 décembre 1868 d’Edmond Picard au secrétariat de l’Université Libre de Bruxelles.

23 BBB, PPEP, Diplôme d’Edmond Picard de docteur en droit, 14 avril 1860.

24 Ibid. Ce diplôme porte les déclarations manuscrites et les signatures du greffier de la première chambre de la cour d’appel de Bruxelles et du secrétaire du conseil de discipline de l’Ordre des avocats à la cour d’appel de Bruxelles.

25 Jules Lejeune (1828-1911) est ministre de la Justice de 1887 à 1894 au gouvernement Beernaert. S. Christiaensen, Tussen klassieke en moderne criminele politiek. Leven en beleid van Jules Lejeune (Samenleving, criminaliteit en strafrechtspleging 28), Louvain, Presses Univ. Louvain, 2004.

26 Cf. le témoignage impressionnant de Picard lui-même sur ses années de stage chez Lejeune : E. Picard, Une grande aventure juridique. L’œuvre des Pandectes Belges. Me Jules Le Jeune. Le Palais de Justice de Poelaert. Chronique pour servir à l’histoire du Barreau bruxellois de mon temps, Bruxelles, Larcier, 1912, p. 27-34. Cf. aussi la correspondance inédite présentée par P. Muret, Une amitié exemplaire. Edmond Picard et Jules Le Jeune. Lettres inédites, Bruxelles, Éditions de la Revue Nationale, 1967.

27 AGR, AAG, n° 2413, p. 156.

28 E. Picard, G. Duchaine, Manuel pratique de la profession d’avocat en Belgique, Paris, Bruxelles, A. Durand et Pedone Lauriel, Claassen, 1869.

29 L. Dupont, op. cit., p. 99 ; D. Heirbaut, X. Rousseaux, K. Velle, op. cit., p. 424.

30 E. Picard, G. Duchaine, op. cit., p. XII-XIII.

31 On lit parfois que Picard a été président de la Conférence : P. Henri, op. cit., p. 157 ; R. Lesaffer, op. cit., p. 358. Nous n’avons pas trouvé le nom d’Edmond Picard dans la liste des présidents de la Conférence du Jeune Barreau. Le malentendu est vraisemblablement la conséquence de la présence d’Albert Picard dans cette liste. Cet avocat est président de la Conférence du Jeune Barreau en 1860-1861 et en 1866-1867, mais il n’appartient pas à la famille d’Edmond Picard. La Conférence du Jeune Barreau de Bruxelles 1841-1991, Bruxelles, Conférence du Jeune Barreau de Bruxelles, 1991.

32 AGR, Archives du Ministère de la Justice, Secrétariat général, 2e département (AMJ), n° 1561, dossier 8862. La composition exacte des commissions de la Conférence du Jeune Barreau est publiée dans l’ouvrage commémoratif à l’occasion du 50e anniversaire, mais nous n’avons pas retrouvé un exemplaire de cette publication. La Conférence elle-même ne dispose plus d’un exemplaire. Conférence du Jeune Barreau..., op. cit.

33 E. Picard, G. Duchaine, op. cit., p. 35-39.

34 Cf. sur la maison Larcier : P. Janssens, P. (réd.), Fiscaal Recht Geboekstaafd. Geschiedenis van het Belastingrecht van Perkament tot Databank, Bruxelles, Fiscale Hogeschool, 1995, p. 49-50.

35 E. Picard, Une grande aventure juridique..., op. cit., p. 36-45.

36 BBB, PPEP, Brouillon d’une lettre du 17 janvier 1875 d’Edmond Picard au Conseil d’Administration de l’Université Libre de Bruxelles ; L. Vanderkindere, op. cit., p. 186.

37 Les noms des collaborateurs sont systématiquement mentionnés sur la première page de chaque tome, mais les entrées ne sont pas signées. Cf. aussi dans ce rapport : E. Picard, Une grande aventure juridique..., op. cit., p. 113-120 ; L. Hennebicq, « Edmond Picard et les Pandectes Belges », in L. Hennebicq (réd.), Pandectes belges, t. CXVII, Bruxelles, Larcier, 1924, p. 21-31.

38 AGR, AMJ, n° 1561, dossier 8862 ; G. Van Hecke, Notes pour servir à l’histoire du barreau de cassation, Bruxelles, 1979, p. 36.

39 Bibliothèque Royale de Belgique à Bruxelles (BR), Legs Hubert-Picard (LHP), n°9078A, Lettre du 12 mai 1908 d’Alexandre Braun à Edmond Picard.

40 Sur l’histoire du barreau de Cassation, cf. R. Janssens, « Het Hof van Cassatie van België. Enkele hoofdmomenten van zijn ontwikkeling », Revue d’histoire du droit, n° 1, vol. 45, 1977, p. 95-116 ; G. Van Hecke, op. cit. En ce qui concerne les 25 magistrats de la Cour de cassation nommés par l’arrêté royal du 4 octobre 1832, on consultera l’analyse prosopographique remarquable de J. Gilissen, « L’ordre judiciaire en Belgique au début de l’indépendance (1830-1832) », Journal des Tribunaux, n° 5266, vol. 102, 1983, p. 588-592.

41 AGR, AMJ, n° 1561, dossier 8862.

42 G. Van Hecke, op. cit., p. 36.

43 Cf. aussi le jugement de Picard et Duchaine en 1869 : « Les avocats à la Cour de Cassation se sont recrutés parmi les hommes les plus distingués du Barreau ». E. Picard, G. Duchaine, op. cit., p. 34. Ainsi, 33 des 38 avocats, nommés de 1832 à 1900 à la Cour de Cassation, étaient avant leur nomination avocat à la cour d’appel de Bruxelles. Cette constatation et celles des notes suivantes résultent d’une recherche prosopographique sur le barreau de Cassation au xixe siècle, fondé sur AGR, AMJ, n° 1561 ; G. Van Hecke, op. cit., p. 1-47.

44 La descendance est vraisemblablement un autre facteur important. Pour le xixe siècle, on constate par exemple que 4 avocats sont fils d’avocats de Cassation. Il s’agit de Edmond Dolez (fils de Hubert), Jules Van Dievoet (fils d’Auguste), Louis Orts (fils d’Auguste) et Georges Leclercq (fils de Louis). Seuls Dolez père et fils ont exercé simultanément leur fonction pendant quelques années, les trois autres étant devenu avocats à la Cour de cassation après la mort de leur père.

45 Hubert Dolez (1808-1880) est nommé avocat à la Cour de Cassation par l’arrêté royal du 25 février 1836 en remplacement de F.-Joseph Redemans. Auguste Orts (1814-1880) y est nommé par l’arrêté royal du 3 août 1848 en remplacement de F.-Joseph Verhaegen, et Jules Lejeune par l’arrêté royal du 13 septembre 1860.

46 A côté de Picard, il s’agit de Louis Leclercq, Auguste Beernaert et Joseph-Ferdinand Quairier, qui ont faitleur stage chez Hubert Dolez, et d’Émile Demot qui est le stagiaire (et le beau-fils) d’Auguste Orts.

47 Il n’y a que 6 avocats sur les 38 qui ont demandé à démissionner.

48 des 38 avocats exercent leur fonction pendant plus de vingt ans, dont onze, plus de trente ans, et quatre pendant plus de quarante ans, voire cinquante. La longue carrière de Picard n’est donc pas du tout exceptionnelle.

49 A côté de Picard, il s’agit pour le xixe siècle d’Auguste Beernaert, chef du gouvernement belge et ministre des Finances de 1884 jusqu’à 1894, Jules Lejeune, ministre de la Justice de 1887 à 1894, Charles Woeste, chef du parti catholique dans le Chambre des Représentants, et des représentants Hubert Dolez, Auguste Orts, Alphonse De Becker et Charles-Xavier Sainctelette.

50 Au xixe siècle, 5 avocats cumulent leur mandat à la Cour de Cassation avec un professorat à l’ULB. Cf. sur l’Université Nouvelle de Bruxelles : A. Despy-Meyer, « Un laboratoire d’idées : l’Université Nouvelle de Bruxelles (1894-1919) », in G. Kurgan-Van Hentenryk (éd.), Laboratoires et réseaux de diffusion des idées en Belgique (xixe-xxe siècles), Bruxelles, Éd. Univ. Libre de Bruxelles, 1994, p. 51-54 ; W. Van Rooy, « L’agitation étudiante et la fondation de l’Université nouvelle en 1894 », Revue belge d’histoire contemporaine, n° 1-2, vol. VII, 1976, p. 197-241.

51 Pierre Sanfourche-Laporte (1774-1856) est nommé avocat à la Cour de Cassation par l’arrêté royal du 17 novembre 1832.

52 AGR, AAG, n° 2415, chapitre XVII, pp. 4-11.

53 F. Passelecq, op. cit., p. 27. En effet, les avocats à la Cour de Cassation remplissent presque les mêmes fonctions que les avoués dans les tribunaux de première instance ou les cours d’appel, avec cette différence sur les avoués en Belgique reste jusqu’à présent : C. Douxchamps, De la Profession d’Avocat et d’Avoué, Bruxelles, Paris, Larcier, Pedone, 1907, p. 433-589. Cf. aussi G. Martyn, « Evoluties en revoluties in de Belgische advocatuur », in D. Heirbaut, X. Rousseaux, K. Velle, op. cit., importante qu’ils peuvent aussi plaider. La fonction d’avoué est crée à l’époque française en remplacement de celui de procureur d’Ancien Régime. Cette fonction existe en Belgique jusqu’à la réforme judiciaire de 1967. L’ouvrage de référence p. 228-232.

54 Cf. sur Picard et la première période du Journal des Tribunaux : D. Heirbaut, « Law reviews in Belgium (1763-2004) : instruments of legal practice and linguistic conflicts », in M. Stolleis, T. Simon (éd.), Juristische Zeitschriften in Europa, Frankfurt-am-Main, V. Klostermann, 2006, p. 352-356 ; R. Lesaffer, op. cit., pp. 357-359 ; R. Lesaffer, « Le Journal des Tribunaux (1904-1914). De Belgisch-Nederlandse betrekkingen vanuit het standpunt van de Belgische nationalisten », in F. Stevens, D. Van Den Auweele (éd.), Uutwysens d’archiven. Handelingen van de XI de Belgisch-Nederlandse rechtshistorische dagen. Leuven, 22-23 november 1990, Louvain, 1992, p. 108-112 ; D. Sterckx, « Un siècle de J.T. 1881-1899 », Journal des Tribunaux, n° 5200, vol. 101, 1982, p. 262.

55 E. Laude, La Fédération des Avocats Belges 1886-1911, Bruxelles, Larcier, 1912, p. 36 ; M. Mahieu, J. Baudrez, De Belgische advocatuur, Kuurne, Leieland, 1980, p. 245 ; G. Martyn, op. cit., p. 241.

56 Selon ses statuts, le président et le vice-président ne sont pas immédiatement rééligibles. E. Laude, op. cit., p. 31-32 et 37.

57 Ibid., p. 23-26.

58 Ibid., p. 15-21.

59 Ibid., p. 34.

60 C. Mattheeussen, Honderd jaar Vlaams Pleitgenootschap bij de Balie te Brussel 1891-1991. Een verhaal van Vlamingen in hun hoofdstad, Tielt, Lannoo, 1992, p. 22-23, 38-39 et 47-51.

61 Cf. sur les idées politiques de Picard : B. Coppein, « “J’ai vu ce que vous n’avez pas vu”. Droit et politique dans la pensée juridique d’Edmond Picard (1836-1924) », Journal des Tribunaux, n° 6250, 6251, 6252, 6253, vol. 126, 2007, p. 21-23, 38-39, 57-58, 76-77.

62 E. Picard, Profession de foi politique, Bruxelles, Larcier, 1882, p. 9-13.

63 Picard l’a confessé lui-même dans un de ces entretiens avec l’avocat Fernand Passelecq à la fin de sa vie : F. Passelecq, op. cit., p. 54.

64 E. Picard, Confiteor, Bruxelles, Larcier, 1901, p. 137.

65 Cf. sur les premières années du P.O.B. et sur le lutte pour le suffrage universel : J. Destree, E. Vandervelde, Le Socialisme en Belgique, Paris, V. Giard et E. Brière, 1903, p. 69-151.

66 V. Laureys, e.a., L’histoire du Sénat de Belgique, Bruxelles, Éd. Racine, 1999, p. 426 et 458 ; M. Libon, J.-P. Nandrin, « Le Sénat 1893-1918 », in V. Laureys, e.a., op. cit., p. 101-102. Cf. aussi : A. Mommen, « Een aspect van het reformisme. De BWP en haar liberale connectie (1889-1894) », Revue belge d’histoire contemporaine, n° 3-4, vol. 5, 1974, p. 323-326 ; A. Surmont de Volsberghe, L. Derie, V. Marchal, dir., Le Sénat belge en 1894-1898 (Gallerie nationale II), Bruxelles, Société belge de Librairie, 1897, p.212.

67 J.P. Arnoldi, Edmond Picard, sénateur socialiste, 1894-1908, Mémoire de licence inédite, Université Libre de Bruxelles, Section de sciences politiques et diplomatiques, 1966 ; M. Libon, J.P. Nandrin, op. cit., p. 103-111, et 113 ; A. Surmont de Volsberghe, L. Derie, V. Marchal, dir., op. cit., p. 407-408.

68 BR, LHP, n° 9078A.

69 F. Passelecq, op. cit., p. 37.

70 La littérature sur les XX et la Libre Esthétique est abondante. Cf. entre autres J. Block, Les XX and Belgian Avant-Gardism 1868-1894, Michigan, Ann Arbor, 1984 ; J. Block, « Les XX et La Libre Esthétique : Laboratoria voor nieuwe ideeën in de Belgische kunst », in M.A. Stevens, R. Hoozee (réd.) Van realisme tot symbolisme. De Belgische avant-garde 1880-1900, Bruges, Ludion et Stichting Sint-Jan, 1995, p. 40-58 ; S.A. Canning, A History and Critical Review of the Salons of « Les Vingts », 1884-1893, Pennsylvania, 1980 ; N. Homble, De twee-eenheid van kunst en politiek. « L’art moderne » en « les XX » 1881-1893, Mém. licence histoire inédite, K.U. Leuven, 1992, p. 21-48 ; M. Maus, Trente années de lutte pour l’art : les XX, La Libre Esthétique 1884-1914, Bruxelles, Lebeer-Hossmann, 1980.

71 AGR, AAG, n° 2413, p. 227-236.

72 J. Block, « La Maison d’Art. Edmond Picard’s asylum of beauty », in M. Draguet (éd.) Irréalisme et Art Moderne. Les voies de l’imaginaire dans l’art des xviiie, xixe et xxe siècles. Mélanges Philippe Roberts-Jones, Bruxelles, Section d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’Université Libre de Bruxelles, 1991, p.145-162 ; E. Picard, Confiteor, p. 252.

73 F. Vermeulen, Edmond Picard et le Réveil des Lettres Belges 1881-1888, Bruxelles, Palais des Académies, 1935 ; P. Van Den Dungen, Milieux de presse et journalistes en Belgique (1828-1914), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2005, p. 444-450.

74 H. Carton De Wiart, Souvenirs sur Edmond Picard, Bruxelles, L’Édition Universelle, 1937 ; F. Levie, L’homme qui voulait classer le monde. Paul Otlet et le Mundaneum, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2006.

75 P. Van Den Dungen, op. cit., p. 445.

76 D. Heirbaut, « Law reviews in Belgium », op. cit., p. 352.

77 Les pistes présentées ici ne sont qu’une préfiguration provisoire de nos recherches, qui trouveront leur forme définitive dans notre thèse de doctorat.

78 K. Raes, « Ontwikkelingen in de Belgische rechtscultuur. Een cultuurhistorische verkenning », in D. Heirbaut, X. Rousseaux, K. Velle, op. cit., p. 354 ; A. Tissier, « Le Code civil et les Classes ouvrières », Le Code civil 1804-1904. Livre du Centenaire, t. 1, Paris, Arthur Rousseau, 1904, p. 71-94.

79 E. Picard, Une grande aventure juridique, op. cit., p. 130.

80 D. Heirbaut, « Henri De Page. Een man in de schaduw van zijn werk (5 november 1894-27 augustus 1969) », Tijdschrift voor Privaatrecht, vol. 38, 2001, p. 111-112.

81 E. Picard, Une grande aventure juridique, op. cit., p. 132-137 ; « Ministère des Sciences et des Arts. Administration de l’Enseignement supérieur des Sciences et des Lettres. Concours quinquennal des Sciences sociales 6e période (1907-1911). Attribution du prix aux Pandectes Belges », E. Picard (réd.) Pandectes belges, t. 106, Bruxelles, Larcier, 1913, p. I-VII ; Pandectes françaises : nouveau répertoire de doctrine, de législation et de jurisprudence. 59 tomes, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1886-1905.

82 F. Levie, op. cit., p. 51-73.

83 B. Coppein, op. cit., p. 38-39.

84 D. Heirbaut, « Law reviews in Belgium », op. cit., p. 353-354.

85 E. Picard, Confiteor, p. 29-42 et p. 42 (citation).

86 Ibid., p. 25-26.

87 B. Coppein, op. cit., p. 57-58 ; F. Ringelheim, op. cit. ; W. Van Rooy, « Ideologie en Ideologie-Inconsistentie : de Socialistische antisemiet Edmond Picard (1836-1924) », Tijdschrift voor diplomatie, n° 2, vol. VII, 1980-1981, p. 66-88.

88 BR, LHP, n° 9055A ; In Memoriam : manifestation du 21 décembre 1901 en l’honneur d’Edmond Picard, Bruxelles, Larcier, 1902.

89 BR,LHP,n°9568C ; » A la Mémoire d’Edmond Picard. Fondateur du Journal des Tribunaux », Journal des Tribunaux, n° 2960, vol. 39, 1924, p. 121-160.

90 BR, LHP, n° 9568C ; « Edmond Picard est mort », L’Indépendance belge, 21 février 1924, p. 1.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540