Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Sciences, techniques et religions

Focus document. L’Atlas Marianus de W. Gumppenberg : science mariale et magnétisme catholique

Fabien Simon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’ouvrage du jésuite Wilhelm Gumppenberg (1609-1675) participe pleinement de la modernité des savoirs catholiques au XVIIe siècle. Son objectif est de bâtir une peritia mariale, une « science » de la Vierge, jouant à plusieurs niveaux : une géographie catholique ; un outil imprimé, réservoir d’exempla dans la controverse religieuse ; voire une prise de position dans le débat scientifique au long cours sur la question du magnétisme.

Un Atlas de la Vierge : géographie catholique et entreprise collective jésuite

L’Atlas marianus s’inscrit dans le contexte de la redéfinition, sur le temps long, d’une universalité catholique, à la suite de l’éclatement de la christianitas médiévale sous les coups de boutoir des réformes. Aux lendemains de la guerre de Trente Ans et des traités de Westphalie (1648), les sanctuaires mariaux recensés par le jésuite jouent à plein leur rôle d’« arme de la reconquête catholique » (Julia, 2000). Ils sont des marqueurs de la frontière confessionnelle (Christin et...

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris Diderot et membre du laboratoire ICT (EA 337). Il est spécialiste d’histoire des savoirs au cours de la première modernité, notamment de la part prise par les langues dans leur élaboration et leurs circulations (savoirs linguistiques, traductions…). Ses recherches ont porté, en particulier, sur la manière dont la quête d’une langue universelle au XVIe-XVIIe siècle avait été le lieu de la mise en branle d’une province de la République des lettres, reliant les réseaux scientifiques de la Royal Society et ceux de l’ordre jésuite (voir entre autres : « Language as “universal truchman” : translating the Republic of Letters in the 17th Century », in Niall Hodson, Sietske Fransen et Karl Enenkel (dir.), Translation and the Circulation of Knowledge in Early Modern Science, Brill, Intersections Series, à paraître).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540