Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Prendre possession du territoire

Le prince et le territoire : la gloire du prince

Raphaël Morera

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour être reconnu comme tel, un État doit contrôler une population et maîtriser le territoire sur lequel il exerce sa souveraineté. Tout au long de la période moderne, la guerre a été le principal vecteur de l’emprise territorial des souverains. Les fortifications comme les routes et les canaux nécessaires au transport des troupes sont autant des outils de puissance militaire que de communication politique [Technique et science militaires*]. Dans le domaine civil, les États font preuve d’un grand opportunisme. Ils soutiennent des opérations privées et en obtiennent des bénéfices symboliques, notamment par le biais de la cartographie et de l’historiographie (Morera, 2005, 2011). En France, le canal du Languedoc est exemplaire sur ce point. En réalité, les États ont très peu investi dans les canaux et dans les assèchements de marais.

Du XVIe au XVIIIe siècle, les moyens d’action des États en matière d’aménagement sont limités alors qu’ils se centralisent à mesure qu’ils étendent leur e...

Auteur

Chargé de recherche au CNRS (Centre de recherches historiques, EHESS/CNRS, UMR 8558). Ses recherches portent sur l’histoire de la gouvernance de l’eau dans l’Europe moderne. Il a notamment publié L’assèchement des marais en France au XVIIe siècle, aux Presses universitaires de Rennes en 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540