Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Patronage et institutionnalisation des savoirs

Académies et sociétés savantes : l’institutionnalisation et la socialisation des sciences et des arts, XVe-XVIIIe siècle

Patrice Bret et Marie Thébaud-Sorger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la Renaissance, la fondation d’académies sous la protection d’un prince constitue – à côté d’autres lieux institutionnels, comme le Collège royal à Paris (1530) ou le Gresham College à Londres (1597) – l’une des réponses alternatives au déclin relatif des universités et de leur enseignement scolastique. Produit de la « révolution organisationnelle » qui accompagne la « révolution scientifique » du XVIIe siècle dans l’historiographie des sciences classique, les sociétés savantes structurent la République des lettres et représentent, jusqu’à la fin du siècle suivant, la principale forme de production, circulation et légitimation des sciences et des techniques (des « arts ») avant les formes modernes d’exercice de la science institutionnelle, apparues avec l’autonomisation des disciplines et la professionnalisation autour des laboratoires et des organismes de recherche des XIXe et XXe siècles. (McClellan, 1985, 2003). Dans les dernières décennies, l’histoire sociale et la sociologie ...

Auteurs

Chercheur honoraire au centre Alexandre Koyré et secrétaire général du comité Lavoisier de l’Académie des sciences, spécialiste de l’histoire culturelle des sciences et des techniques. Ses travaux portent en particulier sur les sociabilités savantes et la communication scientifique (correspondance, traduction, journaux savants) au XVIIIe siècle. Éditeur de la correspondance des chimistes Lavoisier et Guyton de Morveau, il a notamment publié L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2002.
Chargée de recherche au CNRS au sein du centre Alexandre Koyré (CNRS, EHESS, MNHN) UMR 8560. Co-rédactrice en chef de la revue Artefact. Techniques et sciences humaines, elle anime plusieurs séminaires et enseigne à l’EHESS. Ses travaux portent sur l’histoire de la réception des techniques et l’activité inventive dans les villes européennes à la période des Lumières, sur les mutations du système de santé et d’assistance liées à l’industrialisation, ainsi que sur l’émergence de « l’air » comme territoire d’appropriations techniques, sociales, symboliques et politiques. Elle a publié les ouvrages suivants : L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 (prix Louis Casteix 2010 de l’Académie française), Une Histoire des ballons. Invention, culture matérielle et imaginaire, Paris, éditions du Patrimoine, 2010, et L’Emprise du vol. De l’invention à la massification : Histoire d’une culture moderne (co-dir. N. Roseau), Genève, MētisPresses, 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540