Version classiqueVersion mobile

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Patronage et institutionnalisation des savoirs

Patronage

Aurélien Ruellet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terme et la notion de patronage ont une histoire bien plus ancienne que les sciences sociales : lorsque le mot apparaît en français au Moyen Âge, il désigne initialement la faculté de présenter un candidat à un bénéfice ecclésiastique. Ce sens spécialisé, tiré du droit canon, s’élargit bientôt pour englober les multiples formes de protection que peuvent octroyer les puissants. En France, le patron cède rapidement l’ascendant au mécène, terme auquel sont attachées des connotations très positives (magistère du goût, créativité, liberté intellectuelle), mais le patronage résiste en Angleterre. C’est par le biais de chercheurs anglo-saxons que le terme conquiert droit de cité en sciences sociales. Dans les années 1980, s’inspirant des travaux des sociologues et des anthropologues, l’historienne Sharon Kettering a utilisé le concept pour étudier les mobilisations politiques dans le Sud de la France pendant la Fronde. Elle fait du patronage une relation asymétrique entre deux individus...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search