Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Les langues et langages des sciences et des techniques

Écrits savants : comment on écrit les sciences ?

Fabien Simon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans sa Cyclopaedia de 1728, qu’il qualifie de « best book in the universe », Ephraïm Chambers intègre une entrée « Books » : elle est la plus longue de l’encyclopédie et recense toutes les sortes de livres existants (Yeo, 2003).

Le livre imprimé, dans tous ses formats de l’in-12 à l’in-folio prestigieux du prince en passant par l’in-octavo de l’étudiant, est au cœur des pratiques de l’époque moderne. A chaque format est associée, avec bien des exceptions, une identité sociale et le livre est en particulier l’outil quotidien du lettré, signe de distinction par excellence. Si un érudit de la fin du XVe siècle peut posséder autour d’une soixantaine d’ouvrages, Montaigne en rassemble plus de 1 000 fin XVIe et Montesquieu 3 000 au début du XVIIIe siècle (Chatelain, 2003 ; Chapron, 2009). Pourtant l’autre pan de cette expansion de l’imprimé est le sentiment de débordement, de Déluge, face à la masse d’informations impossibles à traiter par des savants littéralement submergés.

Encore faut-i...

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris Diderot et membre du laboratoire ICT (EA 337). Il est spécialiste d’histoire des savoirs au cours de la première modernité, notamment de la part prise par les langues dans leur élaboration et leurs circulations (savoirs linguistiques, traductions…). Ses recherches ont porté, en particulier, sur la manière dont la quête d’une langue universelle au XVIe-XVIIe siècle avait été le lieu de la mise en branle d’une province de la République des lettres, reliant les réseaux scientifiques de la Royal Society et ceux de l’ordre jésuite (voir entre autres : « Language as “universal truchman” : translating the Republic of Letters in the 17th Century », in Niall Hodson, Sietske Fransen et Karl Enenkel (dir.), Translation and the Circulation of Knowledge in Early Modern Science, Brill, Intersections Series, à paraître).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540