Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les praticiens du droit du Moyen Âge à l'époque contemporaine

 | 
Vincent Bernaudeau
, 
Jean-Pierre Nandrin
, 
Bénédicte Rochet
, 
et al.

Deuxième partie. Sociétés et justices

Magistrature italienne et régime fasciste : une approche socio-historique

Yannick Beaulieu

Texte intégral

« … On peut dire qu’un homme, s’il fût né seulement dix ans plus tôt ou plus tard, eût été tout autre, tant en ce qui concerne sa propre culture que l’action qu’il exerce au dehors. »
Goethe, Poésie et vérité : souvenirs de ma vie.

  • 1 W.-H. Jr. Sewell, Logics of History, Social Theory and Social Transformation, Chicago, Univ. Chica (...)
  • 2 Sewell est d’autre part peu tendre avec les autres chercheurs en sciences sociales : « Social scie (...)

1C’est un truisme d’affirmer que les cloisons disciplinaires en sciences humaines et sociales sont poreuses, arbitraires ; elles suscitent plus souvent la rencontre qu’elles ne séparent les chercheurs et les objets d’étude. Leur genèse montre que ces disciplines se sont construites les unes par rapport aux autres dans une période donnée. Ainsi William Sewell rappelle à juste titre : « It was only between the 1880s and World War I that sociology, history, political science, anthropology, geography, and economics emerged as the distinct and professionalized academic disciplines we know today. Prior to that time, intellectual discussion flowed easily across the indistinct boundaries between different genres of scholarship. Was Adam Smith or John Stuart Mill, a philosopher, an economist, or a political scientist ? Was Marx an economist, a sociologist, a philosopher or an historian1 ? » Il révèle un travers ou plutôt une lacune des historiens : si ceux-ci sont des chercheurs et des écrivains accomplis, ils souffrent d’un manque de réflexions théoriques2. La démarche historienne, majoritairement empirique et pragmatique, consiste à emprunter des notions et plus rarement des modèles théoriques aux sciences sociales. Par définition, les historiens ajustent, redéfinissent ou accouplent ces modèles qui sont souvent bien trop amples pour leurs objets d’études. Et si leur usage des modèles est parfois très critique, ce n’est que plus rarement qu’ils interviennent dans les débats théoriques propres aux sciences sociales.

  • 3 R. Treves, Sociologia del diritto. Origini, ricerche, problemi, Turin, Einaudi, 1996, (première éd (...)

2Il apparaît évident qu’étudier la magistrature ou les magistrats nécessite de cumuler différentes approches théoriques : ainsi, on peut se référer à la sociologie des professions, à la sociologie du droit, à la science politique, voire à l’ethnographie ou à l’anthropologie. Le cas italien est relativement paradoxal : la sociologie juridique compte Renato Treves comme l’une de ses plus éminentes figures et il accorde une place prépondérante à la sociologie des juges : « anzitutto perché le ricerche sui giudici sono state quelle che per prime, in molti paesi, hanno aperto la via alle indagini sociologiche del diritto ; inoltre perché esse sono tra le ricerche più specifiche e più aderenti ai problemi centrali della vita del diritto ; infine perché il loro oggetto riveste una importanza particolare nelle concezioni sostenute da alcuni ben noti specialisti della nostra materia. Mi riferisco ai sociologi del diritto che si ricollegano alle concezioni della scuola realistica americana particolarmente interessata al problema delle decisioni dei giudici e anche ai sociologi del diritto del continente europeo che, come Hovarth, affermano che il processo è l’elemento essenziale del diritto o che, come Carbonnier, fanno consistere il carattere della giuridicità nella possibilità di dar luogo a un giudizio in cui il giudice intervenga come terzo tra le parti3 ».

  • 4 Notamment, R. Treves, Giustizia e giudici nella società italiana, Roma-Bari, Laterza, 1973.
  • 5 En langue française et dans une perspective proche des méthodes et théories que nous allons dévelo (...)
  • 6 P. Saraceno, « Vita e carriera del pretore Rodolfo Fischer (1865-1904), ricostruite sulle carte de (...)
  • 7 F. Tacchi, Gli avvocati italiani dall’Unita alla Repubblica, Bologna, Il mulino, 2002. et A. Menic (...)
  • 8 G. Melis, Il Consiglio di Stato nella storia d’Italia : le biografie dei magistrati, 1861-1948, Mi (...)
  • 9 G. Focardi, « Le sfumature del nero », Passato e Presente, n° 64, 2005, p. 61-87.

3Comme directeur du Centro nazionale di prevenzione e difesa sociale, il a été l’instigateur des premières recherches sociologiques concernant les juges italiens4. À sa suite, de nombreuses recherches ont été conduites sur la magistrature italienne pour la période contemporaine5. Pourtant, jusqu’à récemment, la magistrature entre la fin du xixe siècle et la Seconde Guerre mondiale, voire les débuts de la première République, a fait figure de parents pauvres de ce secteur de recherche. Mais surtout, la perspective socio-historique n’a été utilisée, à notre connaissance, uniquement par Pietro Saraceno, dont les travaux restent une référence, tant du point de vue de la méthodologie prosopographique que des résultats6. Actuellement, la recherche portant sur les professions juridiques italiennes durant le fascisme a été relancée par de très récentes publications sur les avocats7, une étude prosopographique très détaillée des membres du Conseil d’État, dirigée par Guido Melis8, ou une série d’articles sur l’épuration de la magistrature au sortir de la Seconde Guerre mondiale rédigée par Giovanni Focardi9.

  • 10 A propos de ces perspectives épistémologiques, (ainsi que pour une historiographie plus complète) (...)
  • 11 Cette démarche n’est pas très éloignée de certains courants de l’ethnosociologie, tels que les déc (...)

4Néanmoins, si ces recherches se sont données une ambition prosopographique, elles n’ont pas suscité de réflexions théoriques concernant les méthodologies convoquées et n’ont pas abouti à une élaboration épistémologique comme cela a été le cas par exemple pour les études concernant la magistrature française de la même période chronologique10. Partisan d’un aller-retour entre le travail empirique et l’approche théorique ou modélisante, entre une découverte « exhaustive » des sources accessibles et les plus diverses possibles, et des hypothèses en constante construction/déconstruction11, nous donnerons une nouvelle fois raison à William Sewell : nous ne pourrons ni ne voulons construire une nouvelle théorie dans le cadre de cette contribution, mais plutôt une discussion entre différentes approches disciplinaires. Il nous semble pertinent d’aborder différentes notions « empruntées » aux sciences sociales et différents modèles explicatifs et de voir comment ils pourraient avoir une portée heuristique appliqués à la magistrature italienne durant le fascisme.

5Tout d’abord, les cadres théoriques et conceptuels de deux recherches récentes portant sur la magistrature française entre les années Trente et Cinquante peuvent sans aucun doute nourrir notre réflexion et permettre des comparaisons avec le cas italien. Loin de résoudre les difficultés, cette ébauche de réflexion incite à poser d’autres problèmes et à développer l’usage d’autres notions ; ainsi la perspective prosopographique doit être étendue et renouvelée. Enfin, le magistrat (ou bien des champs plus larges comme le tribunal, ou l’ensemble de la magistrature) apparaît comme l’un des éléments importants pour une analyse socio-historique du fascisme.

Deux approches socio-historiques de la magistrature française dans la première partie du xxe siècle

  • 12 A. Bancaud, Une exception ordinaire. La magistrature en France 1930-1950, Paris, Gallimard, 2002.
  • 13 L. Israël, Robes noires, années sombres. Avocats et magistrats en résistance pendant la Seconde Gu (...)
  • 14 Alain Bancaud a publié de nombreux articles et ouvrages concernant la magistrature française : « U (...)

6L’historiographie récente de la magistrature française de l’entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale a été enrichie de manière notable par deux ouvrages importants : Une exception ordinaire. La magistrature en France 1930-1950 d’Alain Bancaud12 et Robes noires, années sombres. Avocats et magistrats en résistance pendant la Seconde Guerre mondiale de Liora Israël13. Ces deux ouvrages sont à la fois la synthèse et le résultat abouti de deux démarches de socio-historiens abordant un même objet d’études avec des approches théoriques sociologiques différentes14. Ces deux types de recherche, à notre connaissance, ne trouvent pas d’équivalents dans l’historiographie de la magistrature italienne, pour la même période. Ils peuvent donc fournir des éléments de comparaison et surtout des modèles explicatifs ou du moins des notions pouvant éventuellement être transposées dans le cas italien.

  • 15 L. Israël, Robes noires, années sombres..., op. cit., p. 15.

7Liora Israël s’inspire en partie des analyses de la sociologie nord-américaine dite de l’action ou de la mobilisation collective – à laquelle elle assimile la résistance. Et de façon plus classique, elle reprend des éléments de sociologie des professionnels du droit et de la sociologie politique du droit. Choisir comme période chronologique l’occupation allemande de 1940 à 1944, un contexte troublé et complexe, est paradoxalement, très pertinent pour l’étude des professions juridiques. En effet, Liora Israël poursuit une perspective ouverte par Michel Dobry, « qui insiste à la fois sur le fait que les crises doivent être traitées comme des phénomènes sociaux et non comme des phénomènes aberrants, et sur la dimension d’épreuve ou de test qu’elles peuvent constituer15 ». Ces situations exceptionnelles – et bien évidemment le fascisme appartient à cette catégorie – permettent certes de « tester » des modèles ou des raisonnements, mais surtout de « révéler » au sens photographique du terme un certain nombre de valeurs, de schèmes et de comportements que d’ordinaire il serait difficile d’appréhender.

  • 16 Pour l’état de la question et les débats concernant positivisme juridique, jusnaturalisme et Vichy (...)

8Elle analyse les activités du « Front national des juristes » en faisant référence au Cause Lawyering, et tente de cerner ces professionnels du droit qui ne séparent nullement pratiques juridiques et engagement politique. La place de l’intentionnalité est cruciale dans cette étude, et les comportements humains doivent être d’une quelconque manière « établis » et fondés si l’on recourt à une théorie des actions individuelles et/ou collectives. Elle introduit également d’autres notions congruentes : le procès comme arène publique et lieu de « propagande », ces actions collectives doivent également inclure le risque. Une autre problématique abordée, qui recoupe pareillement la magistrature italienne, est celle des relations entre les professions juridiques et deux notions : la légalité et la légitimité. Liora Israël renouvelle l’approche théorique et par la même les conclusions concernant le positivisme et le jusnaturalisme et leur influence sur le comportement (collaboration/résistance) des magistrats16. Elle crée un modèle à partir de ces juristes appartenant à la résistance, et donc tente d’inclure dans une réflexion plus large une minorité de magistrats durant une période de crise, réduite dans le temps. Elle recourt d’autre part à une méthode d’étude de ces professionnels du droit que l’on peut qualifier de « prosopographie qualitative », fondée en grande partie sur des récits autobiographiques, des entretiens croisés avec d’autres types de sources.

9Les travaux d’Alain Bancaud se placent dans une autre tradition sociologique et historique, celle de la recherche des invariants, d’une analyse du particulier vers le général ; il a la volonté d’appréhender dans son ensemble une catégorie particulière de professionnels du droit, appartenant à la fonction publique et non pas aux professions libérales : les magistrats. Il fonde ses travaux sur un croisement de différentes sources : celles du ministère de la Justice, celles des juridictions d’exceptions ainsi que les dossiers personnels des magistrats. Il emprunte à Pierre Bourdieu, la notion d’habitus pour l’appliquer aux magistrats de la première moitié du xxe siècle. De nombreux notions ou concepts développés par l’auteur de Raisons pratiques, sur la théorie de l’action, sont précieux pour appréhender une catégorie sociale, un groupe professionnel, un « corps » tels que les magistrats. La distinction entre les différents types de capitaux (économiques, sociaux, culturels) permet de décrire avec plus de précision les carrières des magistrats.

  • 17 Pour le cas français nous renvoyons à l’ouvrage d’Alain Bancaud, La haute magistrature judiciaire. (...)
  • 18 « La concentration du capital juridique est un aspect tout à fait central d’un processus plus larg (...)

10À titre d’exemple, une étude approfondie des dossiers personnels de magistrats dans le cas français aussi bien que dans le cas italien laisse entrevoir une véritable passion pour les titres et les distinctions honorifiques17. Pierre Bourdieu associe la constitution de l’État avec le développement des structures juridico-administratives, avec la construction du corps des juristes, reprenant au passage le concept de Sarah Hanley de « Family-State compact » : le contrat entre le corps des juristes qui se constitue comme tel en contrôlant sa propre reproduction et l’État18. Il rapproche également le capital juridique du capital symbolique, celui-ci passant par la distribution de titres. Le lexique, et de manière générale la sociologie bourdieusienne (comme l’habitus, les différents capitaux, la construction de champs – juridiques –, l’impact de l’éducation, les rapports de domination), sont très souvent pertinents pour permettre de dégager des perspectives plus générales concernant les magistrats.

  • 19 P. Corcuff, Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan, 1995.

11On a souvent opposé les théories de l’action, individuelle ou collective, plus généralement les théories du choix rationnel, aux théories liés à l’habitus, plus généralement les théories liées aux structures sociales, bien qu’elles fassent l’objet de perpétuels ajustements et remises en cause. Cette opposition fondatrice entre l’individu et le collectif est au cœur des problématiques de ces sociologies que Philippe Corcuff définit comme « nouvelles »19. Sans avoir la prétention de fonder une nouvelle approche de la prosopographie, certaines notions issues de la sociologie, voire de l’anthropologie, puisées dans différentes écoles peuvent amener l’historien vers une théorisation plus achevée et surtout lui ouvrir d’autres perspectives avec les mêmes sources.

Pour une prosopographie renouvelée ou remise en question

  • 20 Ibid., p. 16
  • 21 Il cite d’ailleurs celui-ci : « le tout social n’est ni la réunion d’éléments antérieurs, ni une e (...)
  • 22 J. Maisonneuve, Introduction à la psychosociologie, Paris, PUF, 1973, p. 12.

12D’après Philippe Corcuff, on assiste, depuis un certain temps, à une volonté de dépasser cette opposition entre individus et sociétés, à une redéfinition des différents paradigmes qui leur sont associés ; « et qui suppose un déplacement de l’objet même de la sociologie : ni la société ni les individus, envisagés comme des entités séparées, mais les relations entre les individus (au sens large, et pas seulement les interactions de face-à-face), ainsi que les univers objectivés qu’elles fabriquent et qui leur servent de supports, en tant qu’ils sont constitutifs tout à la fois des individus et des phénomènes sociaux »20. Il est intéressant de noter que Philippe Corcuff, dans son approche de cette problématique a recours au psychologue Jean Piaget21. En effet, l’introduction de notions de psychologie sociale (terme employé notamment par Jean Stoetzel), ou de psychosociologie comme l’a définie Jean Maisonneuve, peut être nécessaire à la compréhension des magistrats. Les groupes restreints sont un champ privilégié pour la psychosociologie, car ils sont le lieu d’interférences constantes entre des facteurs de personnalité et des facteurs d’ordre institutionnel22.

  • 23 Ibid., p. 12.

13La définition même de la discipline, donnée par Jean Maisonneuve, semble un programme de recherche à appliquer à la magistrature par l’intermédiaire notamment d’une étude exhaustive des dossiers personnels : « Les recherches effectuées sur le choix du conjoint, sur les affinités amicales, ainsi que toutes celles qui concernent le champ de la “dynamique des groupes”, consistent à explorer et à interpréter des conduites relationnelles, liées à la conjonction complexe mais non aléatoire de ces facteurs23 ». La psychosociologie offre des instruments et des notions permettant d’analyser les comportements, les alliances, les normes sociales mais également les rôles, les statuts ou les attitudes des magistrats. Ainsi une thématique importante – si ce n’est la problématique centrale – est le rapport de la magistrature au pouvoir politique en place, comment décrire, évaluer, théoriser le degré d’adhésion à une politique judiciaire, à des directives précises émises par le Garde des Sceaux, à une volonté d’endoctrinement complet de la part d’un gouvernement totalitaire comme le régime fasciste de Benito Mussolini.

14Jean Maisonneuve propose une typologie de l’adhésion qui peut servir de premier niveau d’analyse : « Phénoménologiquement cependant, le processus de conformisation peut être vécu très différemment par le sujet, depuis la contrainte la plus pénible jusqu’à l’adhésion la plus intime.

  • Cas d’adhésion intrinsèque lorsque la norme est tellement intégrée qu’elle est ressentie comme une exigence intime ; elle correspond à cette instance de la personnalité que les psychanalystes appellent surmoi ; son contenu est tellement valorisé que les contrôles extérieurs deviennent superflus.
  • Cas d’adhésion plus extrinsèque, correspondant au formalisme, où l’individu cherche surtout dans les modèles une sécurisation en tant qu’ils lui assignent un guide de conduite, de pensée en général et plus spécialement de tenue “correcte” de son rôle.
  • Cas de résistance et de déviance, pouvant prendre des formes variées depuis les conduites de rébellion et de délinquance jusqu’aux conduites d’intentions réformatrices24 ».
  • 25 Ibid., p. 75-76.

15D’autre part, les magistrats se regroupent très fréquemment en réseaux, de nature diverse d’ailleurs : ce sont des réseaux de notables locaux, (l’ancrage dans un « pays » au sens géographique est très important en Italie, « il paese » correspond à la bourgade), des réseaux issus des études universitaires ou de parcours professionnels similaires, de convictions politiques, ou de pratiques culturelles communes, pour ne pas aborder l’attirance des magistrats pour les sociétés secrètes comme la franc-maçonnerie. La notion d’affinités développée par Jean Maisonneuve prend tout son sens : « Les deux phénomènes saillants qui se dégagent de toutes les recherches sont l’effet vicinitaire, c’est-à-dire l’influence de la proximité spatiale, et la tendance à l’homophilie, terme forgé par le sociologue américain Merton pour désigner l’attraction correspondant à la similitude des statuts sociaux. (...) Ces zones affinitaires comprennent à la fois des groupements localisés dont les individus sont membres – notamment le voisinage, les milieux de travail et de loisir – et des ensembles latents dont ils se sentent plus ou moins solidaires, comme leur classe sociale et leur profession, leur sexe et leur génération25 ». L’étude de la magistrature ne peut faire l’économie d’un usage récurrent des applications pratiques des méthodes liées à la sociologie des réseaux et d’une réflexion épistémologique concernant ces nouveaux instruments, notamment les représentations graphiques de ces affinités et de ces networks.

16Bien évidemment, ces notions sont sinon contestées du moins remis en cause par d’autres sociologues, et si la démarche sociologique stricte implique la confrontation de modèles à d’autres modèles, théorie contre théorie, ce n’est pas toujours le cas d’ailleurs, et l’historien lui peut y puiser différents schémas interprétatifs pour un même objet. Bernard Lahire, en discutant la notion d’habitus défendue par Pierre Bourdieu, entre dans la complexité de la définition de l’individu, et des rapports de celui-ci avec la société et différents groupes sociaux.

  • 26 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette, 2001, p. 31.
  • 27 Bernard Lahire écrit : « Rappelant la construction sociale (et littéraire) que représente « l’expé (...)

17Lorsque l’on plonge dans les dossiers personnels de magistrats, on perçoit des trajectoires de carrière, par exemple, loin d’être rectilignes et simples ; d’ailleurs ce n’est pas propre aux magistrats ni à la période. Les phrases de Bernard Lahire concernant les comportements changeants des individus entrent donc en résonance avec les préoccupations du prosopographe : « On sait bien que les “lunatiques”, les “girouettes”, les “opportunistes” ou les “caméléons”, ceux qui changent d’opinion et de comportement en fonction de leur interlocuteur et de la situation n’ont pas bonne presse : ils s’opposent à ceux qui ont un comportement “franc” et qui peuvent afficher leur fierté de ne pas être modifiés (“influencés”) par les situations les plus diverses qu’ils rencontrent26 ». Et s’il perçoit quelques limites au concept d’habitus, il n’entrevoit pas d’issue à sa critique radicale27.

  • 28 Ibid, p. 34.

18Si l’étude des vies des magistrats est précieuse pour pouvoir ensuite tenter d’en tirer des modèles ou au moins quelques schémas d’interprétation, une perspective générale, encore faut-il que cette étude soit menée de manière correcte d’un point de vue épistémologique, et que la globalité des informations soit prise en considération. Bernard Lahire a raison, tout à la fois de mettre en garde le chercheur contre les « récits de vie officiels » et la nécessité d’incorporer tous les aspects de la personnalité : « On peut penser aux Curriculum vitae (...) comme technique de présentation de soi ou aux différents “récits de soi” produits dans les confidences faites à des proches ou plus rarement, à des inconnus (récits de vie sollicités par des chercheurs en sciences sociales ou “entendus” par des psycho logues (...) qui donnent la possibilité aux acteurs d’élaborer des synthèses partielles, de mettre de l’ordre et de la cohérence là où il n’y en avait pas nécessairement. Ce sont enfin, les genres plus officiels que constituent les éloges funèbres, les notices nécrologiques, les panégyriques, les biographies officielles, etc. qui fournissent des modèles de présentations totalisatrice, unificatrice28 ».

  • 29 Ibid., p. 35.

19De ce point de vue, c’est de manière très fine que Pierre Naville évoquait il y a plus de cinquante ans la multiplicité de nos systèmes d’habitudes incorporés liés aux différents domaines d’existence et univers sociaux que nous traversons : « Vous trouverez chez lui [l’individu précis] des systèmes d’habitudes plus ou moins coordonnées, et d’abord des habitudes professionnelles, qui sont la base de l’existence sociale. Mais vous trouverez toutes sortes d’autres comportements : conjugal, parental, religieux, politique, alimentaire, ludique... En somme, la personnalité est la somme des activités révélées par l’observation directe du comportement pendant une période assez longue pour fournir des données certaines ; autrement dit, elle n’est que le produit final de nos systèmes d’habitudes29 ».

  • 30 Nous reprenons ici différentes idées contenues dans une sorte de manuel à l’usage des étudiants «  (...)

20L’analyse des récits de vie est une méthode couramment employée par les ethnosociologues et l’un d’eux, Daniel Bertaux, a non pas élaboré une théorie sociologique de plus, mais a pensé les instruments et les méthodes utilisés dans plusieurs travaux à caractère épistémologique ou de vulgarisation30. Si les « récits de vie » sont en sciences sociales une forme particulière d’entretien, un entretien dit narratif durant lequel le chercheur demande à un « sujet » de raconter tout ou une partie de sa vie, plusieurs enseignements peuvent être repris par l’historien. Ainsi l’enchevêtrement des logiques à l’œuvre dans des mondes sociaux ou mésocosme, et des microcosmes, les catégories de situation, les trajectoires sociales sont autant de thématiques que l’historien partage avec l’ethnosociologue. De la même manière, ils ont en commun la démarche empirique et « la découverte » de l’objet d’études au gré de sa fréquentation et d’une expertise basée sur une connaissance « pratique ».

  • 31 D. Bertaux, Ibid., p. 19.

21Le « récit de vie » a tout d’abord une fonction descriptive essentielle ; ce que « l’ethnologue Clifford Geertz appelle thick description, une description en profondeur de l’objet social qui prend en compte ses configurations internes de rapports sociaux, ses tensions ses processus de reproduction permanente, ses dynamiques de transformations »31. La recherche des récurrences est un objectif important de cette approche méthodologique, elle permet la mise en concepts et en hypothèses. L’ethnosociologue l’accompagne d’un phénomène de « saturation progressive » du modèle, en effet, il pense qu’à plus ou moins long terme, pour une catégorie sociale déterminée par exemple, les récits de vie vont se reproduire et ne plus apporter de modifications majeures du modèle explicatif élaboré. Ce problème d’échantillonnage est également récurrent pour l’historien. Plusieurs historiens de la magistrature (ou ayant d’autres objets d’étude) utilisant une approche prosopographique déterminent un nombre défini de magistrats pour leur étude, d’autres ne retiennent que des cas « significatifs », d’autres enfin tentent une étude exhaustive. Il nous semble que la dernière solution – la plus difficile à mettre en place et qui certes requiert le plus de temps – soit la plus appropriée à la magistrature.

22L’étude des cas significatifs ou représentatifs nous apparaît celle qui pose le plus de problèmes méthodologiques ; comment choisir quelques parcours de magistrats parmi la masse, laissant faire le hasard, d’après le classement des archives, après une lecture rapide de la totalité des dossiers disponibles, par un échantillonnage par période : comment justifier de tels choix ? Le principe de la saturation apparaît indispensable pour le sociologue qui étudie des populations très vastes, contemporaines, pour lesquelles le nombre d’informations à disposition sont souvent très nombreuses ou potentiellement infinies, et surtout il a pour objectif d’aboutir à un modèle sociologique ; l’historien, lui, n’a pas les mêmes préoccupations ni ne tend vers la même finalité. Dans le cas de la magistrature italienne, le nombre de dossiers de magistrats disponible pour la période fasciste s’élèvent à environ quelques milliers (moins de trois mille) une étude exhaustive, ou tout du moins une lecture exhaustive des documents apparaît possible, par un seul ou une équipe de chercheurs ; les enseignements tirés alors seront sans aucun doute nettement plus précis, divers et proches de la réalité. D’autre part, comment détecter les magistrats « singuliers » ou « hors norme » sans une étude exhaustive ?

  • 32 A. La Spina, « Lo spazio spazio della persona. Alcune precisazioni sulle teorie del comportamento (...)

23Les raisonnements analytiques utilisés pour valoriser des parcours individuels peuvent également s’inspirer de l’individualisme méthodologique. Ce courant sociologique part du présupposé que « l’individu (connu comme homo œconomicus) est perçu comme un “porteur” de préférences, à la fois stables (constantes) et auto-intéressées. (...) Cette version standard considère que la plupart des fois, les individus se comportent comme il était prévu dans une théorie des choix rationnels. Ils organisent leur préférence de manière stable et cohérente, recherches des informations sur les conséquences des différents choix possibles, attribuent une utilité à chacun de ces derniers, et finalement choisissent. Le choix rationnel est la one best way, qui détermine l’alternative la plus adéquate. La rationalité est une seule et c’est celle du comportement de l’homo œconomicus »32. D’après Antonio La Spina, le changement de point de vue radical concernant le choix rationnel intervient avec Herbert Simon, qui a démontré que l’organisation des préférences est assez souvent dynamique, flexible, incohérente, que la recherche des informations est extrêmement rapide et incomplète, que la prise en considération de toutes les alternatives possibles est impossible et que le choix sera seulement satisfaisant plutôt qu’optimum. On parle ainsi de bonnes raisons dans un contexte précis, « situé » selon l’expression de Raymond Boudon.

24Ce modèle, issu de la théorie économique, est en constante mutation car il épouse mal les comportements sociaux de nombre d’individus. Il se complexifie avec l’incorporation d’autres notions comme les « bonnes raisons » dans le choix rationnel, le « répertoire d’expériences », les principes d’action communs... Pour le chercheur en sciences sociales, la rationalité devient alors multiple, plurielle, ancrée dans des communautés de références plus ou moins institutionnalisées. Appliqués au magistrat, on s’aperçoit que ces choix sont certes multiples, mais qu’il est possible d’en tirer une typologie indicative quant à sa carrière : la réussite aux concours, le choix de l’affectation, le classement, les demandes de mutations, promotions... D’autre part, les possibilités de choix lors de l’exercice de son métier – sentences, mise en examen, règles de droit, etc. – paraissent, sinon illimitées, au moins très nombreuses et variées. Antonio La Spina introduit une distinction intéressante entre la notion « d’individu » et de « personne », la personne étant riche d’identité, de valeurs, de relations communautaires et sociétales, d’histoires.

  • 33 M. Grossetti, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers Internationaux de Sociologi (...)
  • 34 Ibid., p. 7.

25L’intérêt également des entretiens à structure biographique consiste en « une critique de l’approche “transversale” (Bertaux, 1974), c’est-à-dire des statistiques synchroniques, accusées de sous-estimer des effets de séquences et de perdre l’unité des individus, fractionnés en séries de caractéristiques ou de pratiques »33. Claude Passeron proposait deux pistes pour concilier les apports des biographies avec la prise en compte des structures. La première consisterait à s’intéresser à « l’institution biographique », c’est-à-dire à « l’inscription des itinéraires individuels dans la topographie et les calendriers institutionnels ». La seconde chercherait à réaliser à travers des concepts comme ceux de « carrière » et de « trajectoires », l’association entre les « structurations longitudinales » et « le produit agrégé de l’action des individus »34. Frédéric de Coninck et Francis Godard ont analysé minutieusement les formes de causalité et les conceptions des temporalités à l’œuvre dans les travaux biographiques empiriques. Ils distinguaient trois grands modèles d’analyse prenant en compte le temps, le modèle « archéologique », « centré autour de la recherche d’un point d’origine pertinent à partir duquel d’autres événements vont se mettre en place », le modèle du « cheminement » dont l’objet est la forme du processus lui-même, et le modèle « structurel » qui s’intéresse « aux temporalités qui débordent une biographie particulière ».

  • 35 Ibid. p. 12.
  • 36 Lors d’une estimation réalisée à partir des tableaux d’avancement entre 1938, (avant l’application (...)

26L’étude des carrières a été au centre des théories des sociologues américains qualifiés « d’interactionnistes » ; ces carrières étant envisagées comme des enchaînements de séquences. Dans les années Cinquante, Everett Hughes a introduit la notion de « tournants de l’existence » (« turning point ») qui caractérisent les transitions entre ces séquences. Michel Grossetti dans un article récent poursuit cet argumentaire : « L’ordre d’enchaînement des séquences est important et leur degré de prévisibilité est variable : l’approche standard est pertinente si la prévisibilité est élevée (les phases que l’on peut décrire comme des trajectoires), mais elle est mise en échec par des changements peu prévisibles (les tournants)35 ». Dans le cas de la magistrature, la progression de la carrière des magistrats peut apparaître plutôt rectiligne et relativement prévisible ; néanmoins même dans ce champ d’étude restreint l’aspect prévisible peut être remis en cause. Par exemple, la mise à la retraite des magistrats est bouleversée par un seul décret datant de 1923, une centaine de magistrats sont concernés et atteignent la limite d’âge beaucoup plus tôt que prévu. De manière tragique, en 1938, les lois raciales s’appliquent également aux magistrats de confession juive36.

  • 37 M. Grossetti, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », op. cit., p. 20-21.
  • 38 Ibid., p. 25.

27Michel Grossetti reprend une idée pertinente pour les analyses des carrières mais également des biographies en général, et donc tout à fait judicieuse pour les parcours de magistrats aussi, l’irréversibilité. Celle-ci se distingue de la routine : « On peut avoir tout d’abord des situations prévisibles et sans grande conséquence “significative”, sans création d’irréversibilités. C’est le registre de la routine, ce que Weber appelait la rationalité traditionnelle : “Une manière morne de réagir à des excitations habituelles, qui s’obstine dans la direction d’une attitude acquise autrefois”. (...) [L’irréversibilité étant] au fond tout ce que l’observateur peut considérer comme durable à l’échelle d’une vie ou d’une partie de la vie, à l’échelle en tout cas d’un temps qui dépasse celui dans lequel se déroule la séquence d’action partiellement imprévisible37 ». Il met donc l’accent sur deux idées importantes pour l’analyse des parcours de vie, l’attention aux bifurcations, qui nécessitent des données dynamiques, et donc la prise en considération d’une échelle temporelle. Cette notion temporelle s’étend au-delà de l’individu, il rappelle : « Au niveau de l’étude des liens sociaux, des réseaux et des groupes, nous avons aussi beaucoup de mal à sortir des analyses statiques. On sait très bien caractériser des réseaux sociaux et en analyser finement la structure. On sait aussi très bien étudier des systèmes d’action dans les organisations. Mais que sait-on sur la stabilité des réseaux ou des groupes ? Sur leur sensibilité à la modification de tels ou tels liens, de telle ou telle affiliation38 ? »

  • 39 C. Bidart, « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers (...)
  • 40 P. Saraceno, « Vita e carriera del pretore Rodolfo Fischer (1865-1904), ricostruite sulle carte de (...)
  • 41 Y. Beaulieu, « La presse italienne, le pouvoir politique et l’autorité judiciaire durant le fascis (...)

28Claire Bidart, dans le même numéro des Cahiers Internationaux de sociologie, insiste sur cette notion de bifurcation, sur ces changements importants et brutaux dans la biographie d’individus, et met en évidence les moments cruciaux de « crise, carrefour, réorientation », ces basculements dans les trajectoires39. Ainsi l’analyse prosopographique est un constant mouvement de va-et-vient entre la sphère privée et la sphère publique ; l’entière carrière d’un magistrat pourra être comprise comme la quête d’un poste le rapprochant de sa mère40. Dans un autre cas, on s’aperçoit que le temps « court » et le temps long s’entremêlent ; un magistrat peut se faire remarquer par un article de soutien à Benito Mussolini dans la presse en 1924 et être nommé quatre ans plus tard au Tribunal Spécial pour la Défense de l’État (il exercera ses fonctions de 1928 à 1943)41. La prise en considération du contexte historique – d’autant plus cruciale dans un régime totalitaire – est donc une redécouverte pour le sociologue, une lapalissade pour l’historien.

Le magistrat, le tribunal ou l’ordre judiciaire comme premiers éléments d’une sociologie historique du fascisme

  • 42 Cité par M. Grossetti, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », op. cit., p. 11.

29La prise en compte du « contingent », de l’imprévisible mais également de la dimension diachronique est essentielle à l’appréhension des parcours de vie. William Sewell Jr a mis au point une « sociologie événementielle » : « la vie sociale peut être conceptualisée comme étant composée d’innombrables faits [happenings] ou rencontres dans lesquelles les personnes et les groupes s’engagent dans l’action sociale. Leurs actions sont contraintes et rendues possibles par les structures constitutives de leurs sociétés. La plupart des faits reproduisent des structures sociales et culturelles sans changement significatif. Les événements [events] peuvent être définis comme la sous-catégorie relativement rare des faits qui transforment significativement les structures42 ». Finalement, les sociologues redécouvrent ou plutôt complètent les approches micro-historiques.

  • 43 Ibid., p. 12.
  • 44 B. Lahire, L’homme pluriel, op. cit., p. 559.

30L’étude d’une vie de magistrat pourrait par exemple reprendre la méthode du « ralenti », mise au point par l’historien Andreas Suter, qui consiste « à examiner de plus près des épisodes comprenant des « événements historiques (...) que l’on ne peut, à partir des structures, ni expliquer complètement après coup ni prévoir (...) Comme le ralenti suppose des recherches poussées et que son exposé prend beaucoup de place, on ne peut l’utiliser qu’avec parcimonie, en sélectionnant quelques moments précis et certains lieux43 ». La sélection des « événements » propres à chaque magistrat doit être associé à certains lieux, et replacée dans une frise chronologique. De plus, le régime de Benito Mussolini se singularise au xxe siècle par une distinction entre la sphère privée et la sphère publique (voir celle de la représentation) de plus en plus brouillée. C’est une méthodologie fortement inspirée de la micro-histoire qui devient alors un axe possible dans une approche prosopographique. À ce propos, nous partageons une des conclusions de Bernard Lahire : « La recherche constante, expérimentale, du contexte pertinent chez les micro-historiens italiens constitue en ce sens un progrès indéniable de la connaissance sociologique que la discipline sociologique elle-même n’a pas su produire44 ».

  • 45 E. Traverso, Le Totalitarisme. Le xxe siècle en débat, Paris, Seuil, 2001, en particulier p. 19-50

31Sans entrer ici, dans une définition – d’ailleurs est-elle possible ? – du totalitarisme, cette dimension du régime fasciste ne doit pas être négligée, puisqu’elle modifie grandement les comportements des magistrats, comme de l’ensemble de la population. Les « représentations » et les perceptions du totalitarisme à l’époque – puis par la suite – ont été très diverses, non simultanées et complexes. Elles ont influencé de nombreux champs de la société, modifié les structures sociales. La diffusion du concept de « totalitarisme » et ses différentes interprétations par ses contemporains, très bien retracées dans l’ouvrage d’Enzo Traverso, Le Totalitarisme. Le xxe siècle en débat, complexifient toute tentative d’analyse sociologique de la société italienne de cette époque45. D’autre part, les magistrats – et les juristes – ont été très tôt concernés par le totalitarisme, ses premières répercussions « pratiques » touchant le champ juridique, le concept lui-même étant issu de ce même champ.

  • 46 D. Musiedlak, Lo stato fascista e la sua classe politica. 1922-1943, Bologna, Il Mulino, 2003, p. (...)
  • 47 M. Missori, Gerarchie e statuti del Pnf. Gran Consiglio, Direttorio nazionale, Federazioni provinc (...)

32En effet, si les antifascistes, d’après Enzo Traverso, ont été les premiers à utiliser le concept pour définir le régime de Benito Mussolini, ce sont des théoriciens du droit comme Carlo Costamagna ou Carl Schmitt, qui ont systématisé son usage et sa définition. Il nous semble possible d’insérer une sociologie et une approche prosopographique de la magistrature dans une sociologie historique plus large, celle du fascisme, voire du totalitarisme. En effet, l’étude de la magistrature italienne participe des recherches historiques à caractère prosopographique, menées jusqu’alors sur les élites du régime ; ainsi Didier Musiedlak a consacré un ouvrage à l’État fasciste et à sa classe politique, plus particulièrement aux sénateurs et députés46, Mario Missori avait auparavant dressé un recueil de biographies de l’ensemble des dirigeants du Parti National Fasciste47.

  • 48 F. Venturini, Un « sindacato » di giudici da Giolitti a Mussolini : L’Associazione Generale fra i (...)

33La magistrature ordinaire n’appartient pas toujours à l’élite politico-administrative ; si le juge exerçant dans des petites bourgades peut être assimilé aux notables, un collègue du même rang et de la même fonction dans une grande ville « judiciaire » ne bénéficiera pas de la même considération sociale. Tous deux, d’ailleurs, dans une perspective plus marxienne, pourront être assimilés aux classes moyennes inférieures de part leur faible rémunération, voire au prolétariat dans certains cas. Une lutte des « classes » entre haute et basse – termes impropres mais indispensables – magistrature, peut également à certaines périodes être relevée, notamment lors de la création de l’Associazione Generale della Magistratura Italiana (AGMI)48. Dans ce contexte historique particulier, la reconstruction des carrières et des vies des magistrats, laissée de côté par bon nombre d’historiens du fascisme, est incontournable.

  • 49 Il suffit de citer les mémoires de ce haut magistrat, qui multiplie les contres vérités sur son pr (...)

34En effet, les magistrats ont eu pour mission d’appliquer la nouvelle législation fasciste, de commenter sa doctrine, de participer pour certains à la transformation juridique de ces concepts politiques. Ils ont participé des nouvelles structures judiciaires mises en place par le régime : la « magistrature dite du travail », pour gérer les conflits sociaux (la Magistratura del Lavoro), le « Tribunal Spécial pour la Défense de l’État » (Tribunale per la Difesa dello Stato), le « tribunal de la Race ». Ils ont également participé aux Commissions pour l’assignation au Confino (la déportation à l’intérieur de la péninsule ou dans des îles), à diverses commissions disciplinaires celles du Parti National Fasciste, etc. Cette reconstruction est particulièrement difficile, non pas à cause de l’absence de sources, mais au contraire par abondance : les sources du ministère de la Justice sont nombreuses, variées et accessibles, les dossiers personnels sont souvent très complets, les sources issues du ministère de l’Intérieur nous permettent, grâce aux rapports de la police politique, de connaître des aspects très intimes des magistrats surveillés. À cela il faudrait ajouter les mémoires – mais qui apparaissent comme les sources les moins fiables – rédigées après la Seconde Guerre mondiale ; elles sont souvent parcellaires, voire délibérément « révisionnistes », le magistrat tendant à justifier son attitude durant le régime fasciste49.

  • 50 C. Bidart, « Crises, décisions et temporalités... », op. cit., p. 30.
  • 51 A. Portelli, « Memorie individuali e quadri collettivi », La Critica Sociologica, n° 154-155, Esta (...)
  • 52 M. Bloch, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre (1921), Paris, Éd. Alli (...)

35D’autre part, les dossiers personnels comprennent de nombreux curriculum vitae ou des résumés produits par les supérieurs hiérarchiques ou le magistrat lui-même, en différentes occasions. Il est alors parfois cocasse de lire le parcours d’un même magistrat présenté pour une promotion ou quelques années plus tard lors d’une procédure disciplinaire. Claire Bidart a raison de rappeler que « la tentation est alors de “se faire l’idéologue de sa propre vie”, en organisant le récit autour d’une logique significative pour soi mais aussi pour ceux qui écoutent et apprécient »50. Cette difficulté supplémentaire pour le prosopographe se glisse dans un cadre analytique plus vaste : celui des rapports de mémoires entre les individus et les cadres collectifs, mis en évidence notamment par Alessandro Portelli. Il distingue le narrateur et le témoin, le témoignage et le récit, le récit oral ou écrit, les « légendes » historiques, les fausses informations qui sont propagées mais qui finissent par avoir un impact « réel » sur les perceptions des acteurs, des narrateurs et doivent être pris en compte dans la reconstruction historique. Les apports des méthodes de l’histoire orale sont nécessaires dans le traitement de sources écrites provenant de la police politique, de rumeurs, de témoignages de « seconde main »51. Alessandro Portelli approfondit les réflexions de Marc Bloch sur les « fausses histoires », les récits erronés mais ancrés dans les mémoires52. Cette approche, empruntée à l’histoire orale, peut être riche d’enseignements lors de l’analyse des rapports de supérieurs hiérarchiques, des procédures disciplinaires, de divers témoignages. Le faux, la rumeur, la lettre anonyme appartiennent à titre égal à d’autres événements de la vie des magistrats et de l’ensemble de la société.

  • 53 S. Lupo, Il fascismo. La politica in un regime totalitario, Roma, Donzelli, 2000. et T. Baris, Il (...)

36La spécificité de la période fasciste pousse à élaborer un certain nombre d’analyses, très souvent interdépendantes : ainsi, il conviendrait de replacer l’étude de la magistrature durant le fascisme dans une socio-histoire des « relations claniques » entre les membres du Parti National Fasciste mise en lumière par Salvatore Lupo au niveau national ou Tommaso Baris au niveau local53. Cette analyse doit également prendre en considération les évolutions de type « anthropologique » durant cette période ; en effet, les définition des la « masculinité », de la « virilité », de la place et du rôle de la femme ont profondément muté entre la fin de la Première Guerre mondiale et les débuts des années Cinquante en Italie. Nous n’évoquerons ici que brièvement deux perspectives de recherche qui, si elles ne sont pas propres à l’étude de la magistrature sous un régime totalitaire, illustrent cette perspective socio-historique propre au fascisme et à la magistrature : la dimension générationnelle et celle géographique.

  • 54 E. Liebau, « Génération » in C. Wulf, dir., Traité d’anthropologie historique. Philosophies, Histo (...)
  • 55 Ibid., p. 283.

37La prosopographie de la magistrature italienne durant cette période doit recourir à la notion de « génération », dans une perspective d’anthropologie historique. Les anthropologues ont défini au moins trois sens, trois usages du concept de « génération », résumés par Éckart Liebau : la notion historique, la notion généalogique, la notion « purement » pédagogique ainsi que la notion de « contrat des générations »54. Il précise : « La notion de génération est utilisée pour différencier des groupements collectifs socio-historiques qui se signalent par leur position commune dans l’espace historique, par des expériences communes qui les ont marqués et par des manières communes d’assimiler les expériences et d’agir (notion historique en référence à Delthey – 1875 – et Mannheim – 1925 –, employée chez Vogt – 1982 – et Herrman – en 1987) ; comme catégorie pour différencier les niveaux généalogiques dans les familles, qui sont connus dans la vie quotidienne et dans la sociologie de la famille (notion généalogique, qu’on peut trouver chez Schmied (1984) ; comme catégorie pédagogique et anthropologique fondamentale en référence à Schleiermacher (1826) (notion pédagogique, notamment chez Sünkel (1985)55 ».

  • 56 Ibid., p. 284.
  • 57 Karl Mannheim les pense permanente pour toute la vie, il semble pourtant que la prudence doit être (...)
  • 58 E. Liebau, « Génération », op. cit., p. 290.

38Ces trois notions ont en commun un seul critère : les tranches d’âges (et leursconséquences). Éckart Liebau rappelle les thèses du sociologue Karl Mannheim concernant l’usage de la notion de génération ; des éléments essentiels déterminent l’appartenance à une génération : la position commune dans l’histoire, le contexte historique vécu et l’unité de cet agrégat. Mannheim conçoit la génération par analogie avec la notion de classe, et il tente de la définir par « des critères objectifs (appartenance commune à une tranche d’âge dans une période historique discontinue : positionnement générationnel), par des critères pratiques, liant objectivité et subjectivité (expérience commune de constellations et d’événements historiques fatidiques, appelée contexte (historique) générationnel ; cette notion indique le fait d’avoir été concerné en commun et en pratique par des événements et des constellations historiques que l’on peut directement influencer) et finalement par des critères subjectifs (des modèles communs d’orientation et d’action ayant un rapport interactif entre eux : unité générationnelle) »56. Cette génération marquée par son contexte historique, par une communauté d’expériences, développe une « façon naturelle de concevoir le monde », qui génère des attitudes politiques et sociale57. « On trouve dès lors des différences marquées entre les générations concernant les images cognitives du monde, l’ensemble des habitus, c’est-à-dire les modèles de perception, d’interprétation et d’action. La discontinuité du temps historique devient visible en tant que “lacune sélective” entre les générations (Fogt 1982). L’évolution historique est donc principalement le résultat de l’élaboration sociale de ces différences entre les générations, les jeunes générations étant alors considérées comme “moteurs” de l’évolution58 ». Cette perception déplace la simple théorie des cohortes. Une autre définition de la notion de « génération » est celle de « génération généalogique », qui peut se résumer au fait de vivre de manière contemporaine à la génération précédente voir encore à celle d’avant.

  • 59 Ibid., p. 291.

39L’anthropologue s’intéressant à la transmission des savoirs introduit une autre notion, celle de « génération pédagogique », Schleiermacher « part du principe qu’il existe exactement deux générations, une plus « vieille » et une « plus jeune », contrairement aux concepts de génération socio-historique et généalogique. Le travail éducatif de l’ancienne génération sert à rendre apte la jeune génération à participer à l’amélioration des rapports humains ; ce travail est donc éthiquement motivé. En même temps il vise à ce que les jeunes prennent un jour la place des plus âgés – la jeune génération doit participer au travail des anciens après « la fin de l’éducation » et elle doit continuer cette œuvre de manière durable. C’est uniquement de cette manière que l’on peut selon lui assurer une continuité ainsi qu’une évolution historique tenant compte de la mortalité de l’homme »59. L’interprétation socio-historique des parcours de magistrats durant le fascisme doit inclure ces trois notions, plus celle de cohorte.

40En effet, il suffit de penser aux clivages existants entre les magistrats qui ont été appelés à participer aux combats de la Première Guerre Mondiale, et ceux plus anciens, il suffit de s’arrêter un instant sur la « génération » qui a participé à la Marche sur Rome, et ceux qui ont rejoint le Parti National Fasciste quelques années plus tard ou bien plus tard, ceux qui ont participé à l’expansion coloniale fasciste ou pré-fasciste. Les magistrats arrivant aux plus hauts postes durant le fascisme, soit sont âgés et donc leur parcours durant la période libérale précédant la Première Guerre mondiale est important, soit sont jeunes et « fascistes », et leur parcours par les colonies ou le ministère de la Justice est un élément clé expliquant leur ascension fulgurante. La notion de cohorte est également importante puisqu’elle permet d’expliquer la mise à la retraite ou la progression dans la carrière ; tout comme la date de réussite au concours et l’entrée dans la carrière sont des données fondamentales et pas toujours liées à l’âge des magistrats. La transmission des valeurs et de l’ethos des magistrats est bien évidemment liée à la notion de « génération pédagogique », l’examen de la composition des instances disciplinaires, la « décapitation » des dirigeants de l’AGMI sont des illustrations de ses possibilités de transmission ou au contraire de la volonté d’éradiquer certaines valeurs.

41La seconde perspective, déterminante pour la période fasciste, est la dimension géographique. La magistrature doit être pensée par son implantation dans des juridictions et des territoires ; le pretore d’une bourgade (l’équivalent du juge de paix), le procureur d’un centre urbain ou le conseiller à la Cour de cassation romaine ne traitant pas des mêmes affaires, n’ayant pas les mêmes fréquentations, pas les mêmes habitudes culturelles, ni les mêmes revenus, ni les mêmes stratégiques d’alliances matrimoniales, patrimoniales, ou les mêmes réseaux. D’autre part, les « grosses affaires » pénales ou civiles permettant de s’illustrer et donc de bâtir une carrière sont inégalement réparties géographiquement. La géographie politique italienne est également un facteur différencié durant le fascisme. Ainsi, si le parcours d’un magistrat est riche d’enseignements, la reconstruction des parcours et des relations des magistrats d’une même juridiction, d’une même région géographique apparaît comme une suite logique à toute prosopographie.

42Pour la période fasciste, les approches micro-historiques ont souvent été menées à l’occasion d’un ou de plusieurs procès ou de manière parcellaire au niveau d’une juridiction d’exception comme le Tribunal Spécial (les magistrats étant d’ailleurs les parents pauvres de ces analyses, centrées sur les accusés ou l’appareil politique) ; très rarement il a été entrepris des recherches au niveau d’une juridiction de premier grade, une pretura, par exemple, ou un simple tribunal. La multiplication d’exemples géographiques et de différents grades de juridictions pourrait être autant de perspectives à la fois similaires et différentes sur un même objet d’études, et donc conduire à un ou plusieurs modèles sociologiques. Immanquablement, ces études basées sur des dossiers personnels de magistrats dépasseront le simple cas de ces magistrats et devront analyser le microcosme politique environnant, les notables, les réseaux, les luttes et les alliances des magistrats dans ce contexte local, on aboutirait à une autre vision du régime de Benito Mussolini : une socio-histoire du fascisme en quelques sorte.

Notes

1 W.-H. Jr. Sewell, Logics of History, Social Theory and Social Transformation, Chicago, Univ. Chicago Press, 2005, p. 2.

2 Sewell est d’autre part peu tendre avec les autres chercheurs en sciences sociales : « Social scientist, at this moment in their careers, often have little sense of how to carry out a research project, but can argue about fine points of theory indefinitely. », W.-H. Jr. Sewell, op. cit., p. 4.

3 R. Treves, Sociologia del diritto. Origini, ricerche, problemi, Turin, Einaudi, 1996, (première édition 1987).

4 Notamment, R. Treves, Giustizia e giudici nella società italiana, Roma-Bari, Laterza, 1973.

5 En langue française et dans une perspective proche des méthodes et théories que nous allons développées, les travaux d’Antoine Vauchez sont à signaler.

6 P. Saraceno, « Vita e carriera del pretore Rodolfo Fischer (1865-1904), ricostruite sulle carte del suo fascicolo personale », Annali della Scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’Università di Roma, XIX-XX, 1980, P. Saraceno, Alta magistratura e classe politica dalla integrazione alla separazione. Linee di una analisi socio-politica del personale dell’alta magistratura italiana dall’unità al fascismo, Roma, Edizioni dell’Ateneo & Bizzarri, 1979 et P. Saraceno, « I magistrati italiani tra fascismo e repubblica. Brevi considerazioni su un’epurazione necessaria ma impossibile », Clio, XXXV, n.1, janv.-février, 1999, p. 66-109.

7 F. Tacchi, Gli avvocati italiani dall’Unita alla Repubblica, Bologna, Il mulino, 2002. et A. Meniconi, La « maschia avvocatura » : istituzioni e professione forense in epoca fascista (1922-1943), Bologna, Il mulino, 2006.

8 G. Melis, Il Consiglio di Stato nella storia d’Italia : le biografie dei magistrati, 1861-1948, Milan, Giuffre, 2006.

9 G. Focardi, « Le sfumature del nero », Passato e Presente, n° 64, 2005, p. 61-87.

10 A propos de ces perspectives épistémologiques, (ainsi que pour une historiographie plus complète) cf. Y. Beaulieu, Magistrature et pouvoir politique en Italie entre 1918 et 1943. Analyse socio-historique de la magistrature ordinaire et de leurs interrelations avec le personnel politique, thèse de doctorat, dir. R. Romanelli, soutenue le 20 novembre 2006 à l’Institut Universitaire Européen de Florence.

11 Cette démarche n’est pas très éloignée de certains courants de l’ethnosociologie, tels que les décrit Daniel Bertaux : « Contrairement à la démarche hypothético-déductive, qui développe d’abord des hypothèses en fonction des théories existantes puis conçoit une enquête empirique destinée à les vérifier, la démarche ethnosociologique consiste à enquêter sur un fragment de réalité sociale-historique dont on ne sait pas grand-chose a priori. Ce que le chercheur croit en savoir à l’avance s’avère le plus souvent relever de l’ordre des stéréotypes, préjugés et autres représentations collectives chargées de jugements moraux circulant dans le sens commun ; et c’est précisément l’une des vertus de ce type d’enquête que de dégager puis d’apporter dans l’espace public des éléments de connaissance objective et critique fondés sur l’observation concrète. » in D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997, p. 16.

12 A. Bancaud, Une exception ordinaire. La magistrature en France 1930-1950, Paris, Gallimard, 2002.

13 L. Israël, Robes noires, années sombres. Avocats et magistrats en résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2005.

14 Alain Bancaud a publié de nombreux articles et ouvrages concernant la magistrature française : « Une nomination judiciaire sous la IIIe République » Genèses, n° 26, avril 1997, p. 154-163 ; « La haute magistrature sous Vichy »,Vingtième siècle, n° 49, janv.-mars 1996, p. 45-62 ; « Vichy et les traditions judiciaires », CURAPP, Questions sensibles, Paris, PUF, 1998, p. 171-181 ; La haute magistrature judiciaire entre politique et sacerdoce ou le culte des vertus moyennes, Paris, LGDJ, 1993. Liora Israël qui a engagé une réflexion concernant les professions juridiques et les théories juridiques a notamment publié « La résistance dans les milieux judiciaires. Action collective et identités professionnelles en temps de guerre », Genèses, n° 45, 2001, p. 45-68 ; L’épuration des barreaux français après la Seconde Guerre mondiale. Une socio-histoire fragmentaire, recherche réalisée avec le soutien du GIP-Mission de recherche Droit et Justice, janvier 2004 ; (en collaboration avec Guillaume Mouralis) ; « Les magistrats, le droit positif et la morale. Usages sociaux du naturalisme et du positivisme juridiques dans la France de Vichy et en Allemagne depuis 1945 » in L. Israël, G. Sacriste, A. Vauchez et L. Willemez, dir., Sur la portée sociale du droit, Paris, PUF-CURAPP, 2005.

15 L. Israël, Robes noires, années sombres..., op. cit., p. 15.

16 Pour l’état de la question et les débats concernant positivisme juridique, jusnaturalisme et Vichy, cf. L. Israël, op. cit., p. 192-198.

17 Pour le cas français nous renvoyons à l’ouvrage d’Alain Bancaud, La haute magistrature judiciaire..., op. cit., p. 61 et pour le cas italien à notre thèse de doctorat, Magistrature et pouvoir politique en Italie entre 1918 et 1943, op. cit., p. 435-443.

18 « La concentration du capital juridique est un aspect tout à fait central d’un processus plus large de concentration du capital symbolique, sous ses différentes formes, qui est le fondement de l’autorité spécifique du détenteur du pouvoir étatique et en particulier de son pouvoir, très mystérieux, de nommer. Ainsi par exemple, le roi s’efforce de contrôler l’ensemble de la circulation des honneurs auxquels pouvaient prétendre les gentilshommes : il travaille à se rendre maître des grands bénéfices ecclésiastiques, des ordres de chevalerie, de la distribution des charges militaires, des charges de cour et enfin et surtout des titres de noblesse. Ainsi se constitue peu à peu une instance centrale de nomination », P. Bourdieu, Raisons pratiques, sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 119 et suivantes.

19 P. Corcuff, Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan, 1995.

20 Ibid., p. 16

21 Il cite d’ailleurs celui-ci : « le tout social n’est ni la réunion d’éléments antérieurs, ni une entité nouvelle, mais un système de rapports dont chacun engendre, en tant que rapport même, une transformation des termes qu’il relie » in J. Piaget, « l’explication sociologique », Études sociologiques, Genève, Droz, 1965, p. 29.

22 J. Maisonneuve, Introduction à la psychosociologie, Paris, PUF, 1973, p. 12.

23 Ibid., p. 12.

24 Ibid., p. 66.

25 Ibid., p. 75-76.

26 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Hachette, 2001, p. 31.

27 Bernard Lahire écrit : « Rappelant la construction sociale (et littéraire) que représente « l’expérience ordinaire de la vie comme unité et comme totalité », Pierre Bourdieu tente toutefois d’échapper à l’idée d’un moi réduit à « la rhapsodie des sensations singulières » en invoquant l’habitus comme « principe actif, irréductible aux perceptions passives, de l’unification des pratiques et des représentations ». Le concept d’habitus (la sociologie) vient ainsi – pour ne rien concéder à l’empirisme – au secours d’une illusion socialement bien fondée (le sens commun). Goffman remet donc vigoureusement en question ces mythes ordinaires de l’identité personnelle invariable : « Ce que nous y glanons renvoie certes à un soi au-delà de la situation, mais un soi qui fluctue à chaque nouvelle situation. Voilà ce que les situations peuvent faire pour nous. Voilà pourquoi nous les trouvons absorbantes (tel un roman). Mais il n’y a aucune raison de penser que ces bouts de soi qu’on offre à autrui, ces petites révélations à propos de ce que nous sommes sur d’autres scènes ont quoi que ce soit en commun ». On ne peut cependant s’empêcher de percevoir immédiatement le risque inverse qu’il y a de tomber dans une sorte de d’empirisme radical qui ne saisirait plus qu’un poudroiement d’identités, de rôles, de comportements, d’actions et de réactions sans aucune sorte de lien entre eux. », B. Lahire, L’homme pluriel..., op. cit. p. 31.

28 Ibid, p. 34.

29 Ibid., p. 35.

30 Nous reprenons ici différentes idées contenues dans une sorte de manuel à l’usage des étudiants « ethnosociologues », cf. D. Bertaux, Les récits de vie, Paris, Nathan, 1997.

31 D. Bertaux, Ibid., p. 19.

32 A. La Spina, « Lo spazio spazio della persona. Alcune precisazioni sulle teorie del comportamento razionale e sull’individualismo metodologico », Sociologia, Rivista quadrimestrale di scienze storiche e sociali, XXXVII, n° 3, 2003, p. 37-46., p. 38.

33 M. Grossetti, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. CXX, janv.-juin 2006, p. 5-28., p. 7.

34 Ibid., p. 7.

35 Ibid. p. 12.

36 Lors d’une estimation réalisée à partir des tableaux d’avancement entre 1938, (avant l’application des lois raciales) et 1941 nous avons établi que 208 magistrats ont « disparu ». Si il est possible de démontrer qu’une vingtaine de magistrats sont explicitement expulsés pour des motifs « raciaux », puisque leur éviction de l’ordre judiciaire a été publiée au journal officiel, les autres peuvent aussi être décédés, mutés dans un autre ministère, démissionnaires pour différentes raisons. Cf. Y. Beaulieu, Magistrature et pouvoir politique en Italie entre 1918 et 1943..., op. cit., p. 70-75 (Vol. III).

37 M. Grossetti, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », op. cit., p. 20-21.

38 Ibid., p. 25.

39 C. Bidart, « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers Internationaux de Sociologie, Vol. CXX, janv.-juin 2006, p. 29-57.

40 P. Saraceno, « Vita e carriera del pretore Rodolfo Fischer (1865-1904), ricostruite sulle carte del suo fascicolo personale », Annali della Scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’Università di Roma, a XIX-XX (1979-1980), Torino, Bottega d’Erasmo, 1980.

41 Y. Beaulieu, « La presse italienne, le pouvoir politique et l’autorité judiciaire durant le fascisme », @mnis, Revue de civilisation contemporaine de l’Université de Bretagne Occidentale, 2004. [http :// www.univbrest/ amnis/documents/Beaulieu2004.pdf].

42 Cité par M. Grossetti, « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », op. cit., p. 11.

43 Ibid., p. 12.

44 B. Lahire, L’homme pluriel, op. cit., p. 559.

45 E. Traverso, Le Totalitarisme. Le xxe siècle en débat, Paris, Seuil, 2001, en particulier p. 19-50.

46 D. Musiedlak, Lo stato fascista e la sua classe politica. 1922-1943, Bologna, Il Mulino, 2003, p. 585.

47 M. Missori, Gerarchie e statuti del Pnf. Gran Consiglio, Direttorio nazionale, Federazioni provinciali : quadri e biografie, Roma, Bonacci, 1986.

48 F. Venturini, Un « sindacato » di giudici da Giolitti a Mussolini : L’Associazione Generale fra i Magistrati Italiani 1909-1926, Bologna, Il Mulino, 1987.

49 Il suffit de citer les mémoires de ce haut magistrat, qui multiplie les contres vérités sur son propre parcours, et les historiens n’ont eu de cesse de « démasquer » sa collaboration approfondie avec le régime fasciste, alors qu’il s’est présenté sous le jour le plus favorable dans son récit autobiographique. Cf. A. Raimondi, Mezzo secolo di magistratura. Trent’anni di vita giudiziaria milanese, Bergamo, SESA, 1951, p. 354.

50 C. Bidart, « Crises, décisions et temporalités... », op. cit., p. 30.

51 A. Portelli, « Memorie individuali e quadri collettivi », La Critica Sociologica, n° 154-155, Estate-Autunno 2005, p. 59-66.

52 M. Bloch, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre (1921), Paris, Éd. Allia, 1999.

53 S. Lupo, Il fascismo. La politica in un regime totalitario, Roma, Donzelli, 2000. et T. Baris, Il fascismo in provincia : politica e società a Frosinone (1919-1940), Roma-Bari, Laterza, 2007.

54 E. Liebau, « Génération » in C. Wulf, dir., Traité d’anthropologie historique. Philosophies, Histoires, Cultures, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 283-295.

55 Ibid., p. 283.

56 Ibid., p. 284.

57 Karl Mannheim les pense permanente pour toute la vie, il semble pourtant que la prudence doit être de mise.

58 E. Liebau, « Génération », op. cit., p. 290.

59 Ibid., p. 291.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540