Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Les lieux de savoir

Laboratoires et ateliers, des espaces de travail entre sciences et arts et métiers, XVIe-XVIIIe siècle

Patrice Bret et Catherine Lanoë

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1694, le Dictionnaire de l’Académie française fait du laboratoire « le lieu où les Chymistes ont leurs fourneaux & leurs vaisseaux pour travailler ». Forgé en français depuis le début du siècle à partir de laboratorium, qui existe depuis le Moyen Âge, le terme « laboratoire » est d’abord associé au monde de l’alchimie en quête de la pierre philosophale pour la transmutation des métaux en or et d’un médicament universel. Ce lieu secret de transformation de la matière où l’homme interroge la nature et tente de la maîtriser répond à la demande sociale en substances chimiques de toutes sortes – y compris pour la médecine, les arts et l’alimentation. Là naissent aussi les pratiques du laboratoire savant, dans un continuum avec celui des arts et métiers.

Naissance du laboratoire

À Florence au XVIe siècle, laboratoires et ateliers sont un signe et un outil de la puissance politique et économique des Médicis. Le Grand-Duc Cosme Ier travaille lui-même dans la Fonderia du jardin Boboli, que ...

Auteurs

Chercheur honoraire au centre Alexandre Koyré et secrétaire général du comité Lavoisier de l’Académie des sciences, spécialiste de l’histoire culturelle des sciences et des techniques. Ses travaux portent en particulier sur les sociabilités savantes et la communication scientifique (correspondance, traduction, journaux savants) au XVIIIe siècle. Éditeur de la correspondance des chimistes Lavoisier et Guyton de Morveau, il a notamment publié L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2002.
Maître de conférences en histoire moderne à l’université d’Orléans. Elle est spécialiste d’histoire du corps et des techniques. Elle poursuit des recherches sur l’histoire des parures du corps et sur celle des artisans qui les conçoivent dans différentes villes de province au XVIIIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540