Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Acteurs

Figures du savant, XVe-XVIIIe siècle

Patrice Bret

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son éloge de Leibnitz (1716), le secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences Fontenelle écrit à propos de son confrère allemand, aussi célèbre pour ses travaux que pour son commerce épistolaire : « Un savant qui est illustre et familier, c’est presque un prince qui le seroit aussi. » Sans tenir toujours un tel rang dans la société, le « savant » est une figure majeure de l’époque moderne. Sa notoriété tient à sa production scientifique, mais aussi à sa place dans la société et à ses réseaux sociaux, politiques et savants.

La construction de la figure du savant

Le vocable « savant » apparaît en français à la fin XVIe siècle. Désignant « celui qui sait quelque chose », il définit d’abord notamment la figure de l’érudit humaniste, qui vient défier celle du docteur de l’université scolastique. Consacré par le titre du Journal des savants (1665), le terme passe en anglais au début du XVIIIe siècle, marquant l’inscription des auteurs et des lecteurs dans la République des le...

Auteur

Chercheur honoraire au centre Alexandre Koyré et secrétaire général du comité Lavoisier de l’Académie des sciences, spécialiste de l’histoire culturelle des sciences et des techniques. Ses travaux portent en particulier sur les sociabilités savantes et la communication scientifique (correspondance, traduction, journaux savants) au XVIIIe siècle. Éditeur de la correspondance des chimistes Lavoisier et Guyton de Morveau, il a notamment publié L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540