Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les praticiens du droit du Moyen Âge à l'époque contemporaine

 | 
Vincent Bernaudeau
, 
Jean-Pierre Nandrin
, 
Bénédicte Rochet
, 
et al.

Deuxième partie. Sociétés et justices

Le recrutement des avocats nantais entre 1897 et 1976 : la démocratisation et la méritocratie en question

Serge Defois

Texte intégral

  • 1 C. Charle, « Pour une histoire sociale des professions juridiques à l’époque contemporaine. Note p (...)
  • 2 J.-L. Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe, op. cit., p. 212.
  • 3 Les sources consultées sont principalement les archives ordinales nantaises conservées aux Archive (...)
  • 4 J.-L. Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe, op. cit., p. 212.

1Les origines socioprofessionnelles des avocats n’ont fait à ce jour l’objet que de rares travaux approfondis, consacrés d’ailleurs uniquement à la fin du xixe siècle et à la première moitié du xxe siècle1. Les résultats de ces recherches indiquent que le recrutement, exercé presque exclusivement au sein des « groupes dominants traditionnels » (propriétaires, rentiers, riches négociants, officiers) et des professions juridiques et judiciaires à la fin du xixe siècle, s’ouvre timidement au début du siècle suivant et plus clairement dans les années trente, sans que l’on puisse pour autant parler de démocratisation, tant la part des couches les plus modestes reste infime. Pour ce qui est de l’après Deuxième Guerre mondiale, aucune recherche approfondie n’a pour le moment été menée si bien que l’on se limite à présumer la poursuite, et même l’accélération du mouvement de démocratisation amorcé pendant l’entre-deux-guerres, sans toutefois pouvoir mesurer cette évolution2. Notre étude a par conséquent pour objectif premier de conduire sur trois quarts de siècle (1897-1976), une recherche qui déterminera les origines socioprofessionnelles des avocats d’un barreau particulier, celui de Nantes, afin de pouvoir examiner avec précision l’évolution du recrutement3. L’ouverture du barreau à des « couches nouvelles »4 est-elle également remarquable à Nantes dès la première moitié du xxe siècle ? Se poursuit-elle après la Seconde Guerre mondiale ? Peut-on parler d’une réelle démocratisation ou bien constater au contraire une sous-représentation des individus issus des catégories les plus modestes de la population étudiée ?

  • 5 C. Charle, « Noblesse et élites en France au début du xxe siècle », in Les noblesses européennes a (...)
  • 6 Idée d’une « chasse gardée » développée par P. Guillaume, Histoire sociale de la France au xxe siè (...)

2Ces réflexions suscitent alors d’autres interrogations. Ne faut-il pas en effet supposer que les valeurs traditionnelles, portées par certaines générations d’avocats comme fondatrices de leur Ordre, correspondent plus à celles que véhiculent ou estiment véhiculer certains groupes sociaux qui puisent eux-mêmes dans leur passé les marques de leur existence et de leur domination5 ? Dans quelle mesure les individus méritants qui n’appartiennent pas au « milieu » peuvent-ils accéder à une profession jusqu’alors considérée comme réservée à une certaine « élite sociale »6, le plus souvent héritière. Il nous parait dès lors important d’observer si la tendance méritocratique qui s’affirme au cours du xxe siècle a une incidence directe sur la réalité du recrutement, ou bien si l’attitude adoptée par le groupe, en l’occurrence un certain immobilisme, reste avant tout déterminante du statut social des individus qui intègrent le barreau.

  • 7 Cet article fait suite à la soutenance d’une thèse de doctorat et à la publication d’un ouvrage do (...)
  • 8 A. Desrosières, « Comment faire des choses qui tiennent. Histoire sociale et statistiques », in C. (...)
  • 9 C. Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, p. 473.
  • 10 Groupes dominants : haute et moyenne bourgeoisie ; Couches modestes : fonctionnaires moyens, petit (...)

3Avant de présenter les résultats obtenus, il nous paraît judicieux ici de préciser brièvement deux points méthodologiques7. En premier lieu, pour pouvoir effectuer des comparaisons et montrer les évolutions, nous avons fait le choix de procéder par coupes chronologiques et de relever les origines socioprofessionnelles des avocats en 1897, 1914, 1938, 1950, 1964 et 1976 ; six années correspondant à des « photographies » de la composition sociale du barreau (stage et tableau) à un instant « t », toutes comparables entre elles puisqu’elles ne négligent pas les mouvements d’effectifs (importance des flux) et permettent d’identifier à quel moment, mais aussi par quel processus et dans quelle proportion, a lieu un éventuel mouvement d’ouverture du recrutement. En second lieu, pour ce qui concerne la classification des origines socioprofessionnelles des avocats8, et sans prétendre obvier aux écueils inhérents à chaque codage social9, nous avons déterminé sept catégories : groupes possédants, bourgeoisie moyenne, professions juridiques et judiciaires, professions intellectuelles et couches nouvelles, fonctionnaires moyens, petite bourgeoisie, classes populaires. Ainsi, plusieurs degrés de lecture sont possibles, selon que nous rassemblons certaines catégories10, que nous les distinguons entre elles ou que nous en détaillons les sous-ensembles par professions.

Le temps des « héritiers » (1897-1919)

  • 11 P. Bourdieu, J.-C. Passeron, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, éd. de Minuit, 198 (...)

4Les avocats inscrits au barreau de Nantes au début du xxe siècle sont, pour plus des trois-quarts d’entre eux, « héritiers » d’une culture dominante, porteurs d’un habitus qui engendre un processus de reproduction sociale11, caractérisé en premier lieu par la transmission des valeurs au sein des familles et relayé par l’importance des réseaux.

Le caractère déterminant du capital professionnel et/ou social

  • 12 Sur 80 inscrits au total.
  • 13 Un graphique présentant l’évolution des % pour chaque catégorie distinguée dans le codage est anne (...)
  • 14 Sur 90 inscrits au total.
  • 15 6 avocats sur 12 pères juristes en 1897. 8 avocats sur 18 pères juristes en 1914.

5A la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, la famille judiciaire et la grande bourgeoisie représentent le creuset privilégié au sein duquel le Barreau nantais puise ses effectifs. Il semble qu’il faille alors moins considérer l’hérédité comme une pratique népotique que comme la garantie de la qualité de l’éducation et de la formation, et donc du savoir-faire spécifique sur lequel le barreau fonde son autonomie. Sur les 57 avocats inscrits dont nous connaissons la profession des pères en 189712, 12 sont issus d’une famille dont le père est juriste (1/5 de l’effectif13). En 1914, ils sont 18 pour 63 individus14 (près du tiers de l’effectif). Si l’on affine ces résultats afin de connaître la profession exacte exercée par les pères dans le milieu juridique et judiciaire, on constate que la moitié d’entre eux sont déjà avocats inscrits au barreau15. Quant aux avocats, dont le père est juriste et non avocat lui-même, on retrouve très majoritairement des fils d’avoués et de notaires. Par contre, il ne paraît pas que les fils de magistrats soient particulièrement orientés vers le barreau : il n’y en a aucun en 1897 et seulement 2 en 1914.

  • 16 Aïeux, oncles et tantes, cousins et cousines, frères et sœurs, auxquels nous ajoutons les amis des (...)
  • 17 On note « au moins » parce que nous n’ayons pas 100 % de réponse et pourtant nous mettons nos résu (...)
  • 18 Par exemple, les premiers pas d’Edmond Boquien (fils de propriétaire) au barreau sont guidés par H (...)

6Afin de préciser ces premières constatations, nous avons entrepris d’étendre nos recherches aux professions exercées non pas seulement par les pères mais aussi par ce que nous nommerons les « proches parentés »16. Cet approfondissement montre alors que l’ancrage dans la famille judiciaire est encore plus remarquable. Sur les 80 avocats inscrits au barreau en 1897, 25 individus au moins17 ont un ou plusieurs membres de leur famille – père ou « proche parent » – qui exercent une profession juridique ou judiciaire (soit près d’1/3). Se dessinent alors des jeux de réseaux qui laissent apparaître les alliances et les filières de transmission ou d’acquisition du savoir-faire18. À la veille de la Première Guerre mondiale, les réseaux internes au monde judiciaire qui constituent finalement la voie royale de l’initiation, demeurent toujours très efficaces.

  • 19 A. Bancaud La haute magistrature judiciaire entre politique et sacerdoce ou le culte des vertus mo (...)

7En outre, les avocats inscrits au barreau et non issus de la famille judiciaire sont nombreux à provenir des « familles profanes cléricalisées »19. Ces familles, même si elles ne s’apparentent pas directement au monde de la justice, sont néanmoins porteuses de valeurs et de vertus que les avocats considèrent comme inhérentes à l’exercice de leur métier : abnégation, loyalisme et probité. Ces familles sont assimilables aux milieux de la grande et de la moyenne bourgeoisie, ainsi qu’à certaines professions qui composent majoritairement les couches dites « intellectuelles », qui restent finalement assez proches de l’idéal incarné par les « héritiers » des familles judiciaires.

  • 20 A.-J. Tudesq, « Le concept de “notable” et les différentes dimensions de l’étude des notables », C (...)
  • 21 A. Bancaud, La haute magistrature judiciaire, op. cit., p. 33.
  • 22 46 avocats sur 80 inscrits en 1897 ; 52 avocats sur 90 inscrits en 1914.

8Les origines les plus remarquables sont celles qui rattachent le barreau à une « notabilité traditionnelle »20. En 1897, sur les 57 avocats pour lesquels on connaît la profession du père, 19 sont issus des groupes possédants : 9 fils de propriétaires et 10 de négociants. En 1914, ils sont encore un tiers à avoir un père propriétaire ou négociant. L’héritage social dont bénéficient les avocats fait d’eux les détenteurs d’un capital qui, de lui-même, offre la garantie de « compétences socialement innées »21. Les références aux origines sociales constituent pour le barreau une justification implicite de la qualité du recrutement. Si l’on veut donner une indication d’ordre général, on peut dire qu’en 1897 et 1914, les avocats inscrits ont, pour plus de la moitié d’entre eux, au moins un membre de leur famille (père, mère, proche parent) et souvent plusieurs, parmi les négociants, les propriétaires ou les rentiers22.

  • 23 En 1897 : 6 avocats sur les 8. En 1914 : 7 avocats sur 9.
  • 24 O. Petre-Grenouilleau, L’argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un mo (...)
  • 25 V. Bugeaud, Entre fleuve et océan. Les gens de l’estuaire de la Loire (xviiie siècle-milieu du xxe (...)

9Outre la grande bourgeoisie, qui constitue la souche familiale de la majorité des avocats, quelques inscrits au barreau ont des origines moins « prestigieuses » mais qui se trouvent toutefois porteuses des valeurs que nous avons mentionnées plus haut. À ce titre, elles transmettent également un capital social répondant aux attentes de la profession. Elles se partagent principalement en deux catégories. La première englobe les avocats dont le père, sans être négociant ou armateur, exerce un métier maritime reconnu : capitaine au long cours ou commis négociant. Au début du xxe siècle, c’est le cas de presque la totalité des avocats issus de la « bourgeoisie moyenne »23. Dans une ville comme Nantes où les activités des négociants restent importantes24, ces familles continuent à occuper une position sociale non négligeable25. Au sein de la catégorie « professions intellectuelles, couches nouvelles », notons, pour le début de siècle, l’écrasante domination des professions médicales et plus précisément celle de médecin (généralistes et spécialistes).

10À la fin du xixe siècle et dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, le recrutement du barreau s’effectue en premier lieu en direction d’individus héritiers d’un capital professionnel et/ou social. En 1897, plus de 4/5 des avocats inscrits au barreau de Nantes font figure d’héritiers. Pour 1914, alors que le renouvellement des effectifs est important, les proportions sont quasiment identiques, voire légèrement plus élevées : 5/6 des membres de l’ordre nantais s’apparentent à des héritiers.

La faible représentation des « couches inférieures » et les limites de l’accès à la profession

  • 26 Se référer aux travaux de A-J Tudesq, A. Daumard.
  • 27 Le constat est le même pour le barreau de Lyon au cours de la période 1900-1914. J.-L Halpérin, di (...)

11Pour l’avant Première Guerre mondiale, les individus que nous regroupons sous l’intitulé « couches inférieures »26 correspondent en fait aux fonctionnaires moyens et à la petite bourgeoise. Cette appellation ne prend donc pas en compte les « classes populaires » que nous avons choisi de faire exister au sein d’une catégorie particulière. Au vu des résultats précédents, que ce soit en 1897 ou en 1914, la part des avocats issus des « couches inférieures » représente moins d’1/5 des inscrits dont nous avons pu identifier le métier du père. Nous avons de plus émis l’hypothèse que si ces avocats sont issus de « couches inférieures » par la profession de leur père, ils n’en demeurent pas moins, pour nombre d’entre eux, attachés à des milieux de la grande et de la moyenne bourgeoisie ainsi qu’à la famille judiciaire. En effet, nous sommes parvenus à identifier la profession des parents proches pour 17 des 20 avocats issus des « couches inférieures » en 1897 et 1914 : 15 comptent dans leur entourage un ou plusieurs membres de la grande et moyenne bourgeoisie et de la famille judiciaire, aucun n’est issu des « classes populaires » (aucun fils d’ouvrier, de marin ou de journalier, etc.)27.

  • 28 Dalloz, Supplément au Répertoire pratique de législation, de doctrine et de jurisprudence, Paris, (...)
  • 29 G. Emptoz, G. Saupin, Histoire de l’Université de Nantes : 1460-1993, Rennes, PUR, 2002, 364 p.

12Les différentes conclusions auxquelles nous sommes parvenus – qui montrent une forte présence voire un quasi monopole des héritiers – amènent alors à s’interroger sur les critères légaux du recrutement. En effet, même si les avocats, au sein de leurs barreaux respectifs, sont maîtres de leur tableau, il n’en demeure pas moins que certaines conditions du recrutement sont encadrées par la loi. Remarquons que ces exigences sont à la fois peu nombreuses et qu’elles favorisent finalement, elles aussi, l’accession des « classes privilégiées » à la profession d’avocat. Pour cette première période (1897-1914), seule la licence en droit est requise pour pouvoir prêter serment et s’inscrire à un barreau28. Depuis la fin du xixe siècle, même privés d’Université, les Nantais peuvent préparer la licence en droit dans leur ville au sein de l’École libre de droit29. Étant rattachée à l’Université de Rennes depuis les années mil neuf cent vingt, elle ne délivre cependant pas elle-même le diplôme, qui se passe à Rennes, mais dispense néanmoins les cours nécessaires à la préparation des examens. Les professeurs sont presque exclusivement des avocats et préparent finalement, au sein de cet institut, grand nombre de leurs futurs collaborateurs. L’exigence de la licence en droit mise à part, l’organisation du recrutement est laissée à l’entière discrétion du conseil de l’ordre, principal organe décisionnel de l’ordre.

  • 30 C. Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 226. Il note l’aug (...)
  • 31 M. Rissler, « L’évolution de la condition des étudiants de la seconde moitié du xixe siècle à 1959 (...)
  • 32 V. Bernaudeau, La justice en question. Histoire de la magistrature angevine au xixe siècle, Rennes (...)
  • 33 J.-F. Sirinelli, « Des boursiers conquérants ? École et “promotion républicaine” sous la IIIe Répu (...)
  • 34 J.-L. Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe, op. cit., p. 175 ; C. Charle, La République d (...)
  • 35 J.-M Burney, Toulouse et son Université, éd. CNRS, Presses Univ. du Mirail, 1988, p. 157. ; G. Rou (...)

13Le fait que l’obtention de la licence soit le seul critère légal d’exercice de la profession d’avocat pose inévitablement la question de l’accès aux études. Depuis l’installation définitive de la IIIe République, on assiste à une augmentation de la population étudiante30 et au brassage d’individus d’origines toujours plus diverses au sein des facultés31, de sorte qu’à la fin des années 1880, « l’accès à l’enseignement supérieur n’est déjà plus l’apanage des seules catégories fortunées, même si les stratégies d’éducation restent toujours différenciées selon le milieu social d’origine32 ». Cependant, l’ampleur du mouvement méritocratique encouragé notamment par les exonérations d’inscriptions accordées aux étudiants brillants33 ou le développement de la pratique d’une activité professionnelle en marge des études, doit être observé à la lumière du maintien des droits universitaires, supprimés en 1880 mais rétablis en 188734, et d’un recrutement des étudiants en droit qui s’effectue encore pour une large part dans « les classes supérieures traditionnelles »35.

  • 36 « L’adhésion à la méritocratie n’est pas un leurre, mais les mêmes mérites ne confèrent pas le mêm (...)
  • 37 V. Bernaudeau, La justice en question..., op. cit., p. 239 et suiv.

14Toujours est-il que le recrutement du barreau ne paraît pas affecté par l’ouverture de l’université. L’accès au diplôme, bien qu’il soit rendu possible pour une population plus nombreuse et diversifiée, ne semble pas rivaliser avec la transmission d’un héritage professionnel ou social36. À l’inverse d’un mouvement d’ouverture du recrutement observable dans la magistrature dès la fin du xixe siècle, lié à la montée du courant méritocratique et à la possibilité de la réalisation d’une véritable carrière37, la profession d’avocat semble pour sa part garder l’apparence d’un métier réservé à une élite traditionnelle qui y voit le moyen de sublimer les valeurs qu’elle revendique, et ne considère pas l’exercice d’une activité rémunératrice comme une fin en soi.

Le temps de l’encadrement et de la volonté d’ouverture (1920-1938)

  • 38 66 avocats inscrits en 1920 contre 90 en 1914.
  • 39 C. Fillon, Histoire du Barreau de Lyon, op. cit., « La fin d’un monde, 1919-1939 », p. 116 et suiv
  • 40 Principalement celle des agents d’affaires et d’autres professions juridiques et judiciaires naiss (...)
  • 41 P. Plas, « La professionnalisation des avocats au début des années vingt. Enjeux, ruptures et nouv (...)

15Au sortir de la Première Guerre mondiale, le barreau est durement atteint dans ses effectifs38 et doit s’ouvrir à une conception résolument plus moderne des rapports sociaux, économiques et politiques. De nombreuses traditions conservées jusqu’alors sur les modalités de recrutement – port du titre nu, conditions « souples » d’admission au stage – sont reconsidérées à l’aune de la situation d’après-guerre39. Conscients que leur situation démographique est délicate et que la concurrence est rude40, les avocats favorisent un encadrement plus strict de la profession afin de circonscrire les limites de son exercice. Ces considérations entrent dans le champ d’une professionnalisation du métier d’avocat dont les années vingt et plus largement l’entre-deux-guerres sont représentatives41. En rejetant certains avocats « usurpateurs » et en renforçant les critères de pré-formation, les avocats au tableau s’attèlent au renouvellement de leurs effectifs par un personnel plus qualifié et mieux formé. Dans quelle mesure cette avancée méritocratique déteint-elle sur la composition sociale du barreau ?

L’encadrement de l’exercice de la profession

  • 42 Ibid., p. 62.
  • 43 ADLA. 83J2. Registre de délibérations du conseil de l’Ordre, séance du 28 juin 1921.

16Le décret du 20 juin 1920 met un terme à une situation qui distingue le port du titre d’avocat de l’exercice du métier, en ce sens qu’il élimine de la profession tous ceux qui s’en prévalaient à des fins personnelles et surtout non professionnelles. Concrètement, le législateur supprime la pratique du titre nu. Le décret apparaît comme une véritable victoire des avocats, tant contre leurs concurrents dont ils pourront désormais dénoncer l’illégalité (non de fonction, mais d’intitulé professionnel), que pour eux-mêmes, dans le sens où l’on aboutit à une définition claire et incontestable de la profession42. Au barreau de Nantes, la mise en place du décret ne semble pas avoir une quelconque incidence sur la composition du tableau et du stage. Il ne ressort pas des registres de délibération ni des listes du tableau qu’un mouvement de « personnel » soit observable. Très rares sont les notables qui portaient le titre d’avocat sans exercer la profession43.

  • 44 J.-B Sialelli, Les Avocats de 1920 à 1987, op. cit., p. 74.
  • 45 ADLA. 83J3. Registre de délibérations du conseil de l’Ordre, séance du 15 juin 1930.
  • 46 L. Cremieu, Traité de la profession d’avocat, op. cit., p. 95.

17La suppression du titre nu, bien qu’elle soit une étape fondamentale, ne doit pourtant pas masquer d’autres initiatives d’encadrement de la profession, notamment dans le processus de sélection à l’entrée du stage. Au début des années trente, les avocats nantais, se plaçant dans la voie ouverte par l’Association Nationale des Avocats (ANA) et suivant les décisions récentes prises par la Conférence des bâtonniers44, décident de mettre en place une sélection antérieure au stage. Le pré-stage nantais propose des conférences assurées par les avocats inscrits sur les droits et devoirs de l’avocat et sur les conditions de l’exercice du métier, ainsi que des exercices pratiques de plaidoiries ou de consultations. Toutefois, au sujet du caractère éliminatoire de l’examen délivré par la faculté de Rennes sous la forme d’un Certificat d’Aptitude, il ne semble pas qu’il ait eu d’incidence directe sur les pratiques du barreau nantais. En effet, à aucun moment les sources ne mentionnent le cas d’un refus de l’admission au stage qui aurait pu être motivé par un échec à cet examen. De plus, les membres du conseil de l’Ordre eux-mêmes, ainsi que les bâtonniers membres de la Conférence des bâtonniers de l’Ouest, expriment de franches réserves quant à l’utilité et à l’efficacité de la mise en place du pré-stage45. Enfin, la concrétisation législative attendue à la suite du projet de 1927 n’a pas lieu aussi rapidement que l’auraient souhaité les instances représentatives de la profession, et les projets restent donc à l’état d’ébauche46.

Les signes timides de l’ouverture du recrutement à la fin des années trente

  • 47 Entretien avec Yves Pallard, 17 janvier 2002.

18L’encadrement des conditions d’accès au barreau, révélateur d’un mouvement méritocratique certain mais limité dans la pratique, pose alors la question de l’incidence directe de ces dispositions sur la réalité du recrutement. En 1938, sur les 69 avocats pour lesquels nous avons identifié la profession du père, 23 sont fils de juristes (1/3 du corpus), dont 11 d’avocats. Cette proportion connaît une hausse continue depuis la fin du xixe siècle ; c’est dire si l’hérédité professionnelle joue toujours un rôle non négligeable dans les filières d’accès au barreau. Me Yves Pallard le remarque d’ailleurs nettement lorsqu’il évoque son arrivée au stage en 1932 : « Tous ces grands noms du barreau, les Sporck, Martineau, Vincent grand-père, Bricard, Ricordeau et les autres, ils m’accueillaient parce qu’ils m’avaient vu tout gosse et surtout parce qu’ils étaient avocats quand mon père était avoué47 ».

  • 48 Révolutions industrielles : industrialisations et désindustrialisations dans la région nantaise du (...)

19Si ce n’est par le biais d’une hérédité professionnelle avérée que les avocats intègrent le barreau, ils sont encore très nombreux à la fin des années trente à se classer dans la catégorie des « initiés ». La part des avocats dont le père appartient à la haute ou à la moyenne bourgeoisie demeure en effet élevée puisqu’ils représentent à eux seuls presque un tiers du corpus – 23 avocats sur 69 identifiés. Bien que le nombre de fils de négociants ait diminué de moitié par rapport au début du siècle – ils ne sont que 4 –, en raison notamment de la baisse de l’activité de cette profession liée aux mutations économiques48, les fils de propriétaires restent encore très présents. Quant à ceux dont les pères exercent une profession médicale, ils se maintiennent à un niveau quasiment identique à celui observé en 1914 et dominent toujours la catégorie « professions intellectuelles, couches nouvelles ».

  • 49 4/5 en 1897 et 5/6 en 1914.

20Sur les 69 avocats qui constituent notre corpus à la veille de la Seconde Guerre mondiale, 53 appartiennent à la famille judiciaire ou au milieu de la grande et de la moyenne bourgeoisie ainsi qu’à celui des professions dites « intellectuelles » – principalement médicales ; ce qui représente donc plus de 3/4 du corpus. On peut remarquer que leur part, même si elle demeure particulièrement élevée, connaît toutefois une légère inflexion par rapport aux périodes précédentes49. Nous pouvons donc en déduire que celle de la petite bourgeoisie, des fonctionnaires moyens et des classes populaires a connu à l’inverse une faible mais perceptible augmentation.

21En 1938, on compte 8 avocats dont le père est fonctionnaire moyen, 6 pour lesquels il est issu de la petite bourgeoisie et seulement 2 qui appartiennent aux classes populaires, soit 16 individus sur les 69 pour lesquels nous connaissons la profession du père. La première remarque que nous pouvons formuler revient à constater que, même s’ils sont proportionnellement plus nombreux qu’à la veille de la Première Guerre mondiale, leur valeur absolue reste tout de même peu élevée. Toutefois, revenons sur un indicateur qui nous permet d’affiner ce résultat et que nous avons préalablement utilisé pour 1897 et 1914. Pour ces deux dates, nous avions en effet montré que la grande majorité des avocats dont les pères appartenaient aux « couches modestes », comptaient dans les membres de leur famille proche (parents collatéraux ou amis des parents), des individus appartenant à la grande et à la moyenne bourgeoisie ou à la famille judiciaire. Or, en 1938, la situation a changé puisque pour la moitié des 16 avocats issus des « couches modestes », nous connaissons la profession de la proche parenté, et qu’à une exception près, tous appartiennent eux-mêmes aux « couches modestes ». Par conséquent, bien qu’à cette date la domination des « héritiers » reste incontestable il est possible de distinguer les signes timides d’une ouverture aux « couches modestes ». Même si elles occupent toujours une place réduite au barreau, une très légère modification du paysage social de l’ordre nantais semble se dessiner dans les années trente sans pour autant qu’ait lieu une réelle « démocratisation » de la profession pour la période qui précède donc la Seconde Guerre mondiale.

Le tardif basculement des sphères de recrutement (1939-1976)50

  • 50 Précisons, qu’aucune étude concernant les origines socioprofessionnelles des avocats n’a jusqu’à c (...)
  • 51 J. Appleton, Commentaire de la loi du 26 juin 1941, Paris, Dalloz, 1941, Législation, p. 104.
  • 52 A. Joly, « Réflexions sur le certificat d’aptitude à la profession d’avocat », Paris, Dalloz, 1956, (...)

22La seconde loi du 26 juin 1941 institue officiellement le Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (CAPA) et concrétise une quinzaine d’années de travaux menés depuis la mise en place du pré-stage51. La délivrance du certificat n’incombe plus désormais aux seuls avocats. La légalisation du CAPA par Vichy reçoit l’assentiment de la profession dans son ensemble. La protection des intérêts des barreaux franchit une nouvelle étape et le mouvement de professionnalisation intègre plus nettement le double souci de la formation et de la sélection antérieure à l’inscription comme avocat52.

L’apparent immobilisme (1939-1964)

  • 53 A. Caille, « L’évolution de la profession d’avocat de 1945 à 1992 », Droit et Société, 1993, p. 3.

23Malgré la mise en place législative du CAPA qui renforce légèrement la sélection et la formation, et se situe dans un double mouvement méritocratique et professionnalisant53, le barreau nantais d’après-guerre connaît un immobilisme apparent dans le cadre de sa composition sociale. En effet, les avocats issus des milieux de la haute et de la moyenne bourgeoisie, ainsi que de la famille juridique et des couches intellectuelles, constituent toujours une part très importante de l’effectif du barreau – près des 3/4 –, que ce soit en 1950 ou en 1964. On pourrait alors en déduire que l’ouverture amorcée dans les années trente n’a pas été réellement suivie d’effet dans la composition sociale de l’ordre nantais au cours des trois décennies suivantes. Pourtant, avant de tirer ces conclusions, il convient d’examiner les mouvements de personnel internes au barreau et donc d’approfondir l’analyse des flux, cruciale pour comprendre l’évolution des années quarante et cinquante.

  • 54 Sur les 49 inscrits en 1964, 29 avocats étaient déjà au barreau en 1938.

24Le nombre d’avocats inscrits au barreau à partir du déclenchement de la guerre 1939-1945 diminue de façon presque continue jusqu’au milieu des années 1960 ; ce mouvement s’expliquant entre autres par le traditionalisme du barreau et sa difficulté à s’adapter aux mutations engendrées par le conflit. La chute des effectifs se double d’un très faible renouvellement des avocats inscrits. Les nouveaux arrivants sont fort peu nombreux et une part importante des avocats reste inscrite d’une période à l’autre. Pour le début du siècle, les évolutions que nous avons mises en évidence – que ce soit l’écrasante domination des héritiers entre 1897 et 1914, ou la timide ouverture aux couches modestes entre 1914 et 1938 –, étaient d’autant plus démonstratives que le roulement de personnel était fort et que le recrutement concernait de nombreux avocats, témoignant ainsi d’une autoreproduction sociale flagrante. Par contre, pour les années 1939 à 1964, la situation est bien différente. Finalement, si les « photographies » de la composition sociale que nous prenons du barreau en 1950 et en 1964 sont presque identiques, c’est avant tout parce que l’objet « photographié » est quasiment le même : sur les 71 inscrits de 1950, 49 l’étaient déjà en 1938 et sur les 49 inscrits de 1964, 42 l’étaient déjà en 1950, ou, plus significatif encore, près des 2/3 de l’effectif de 1964 étaient déjà inscrits en 193854.

25Étant donné que le nombre de nouveaux arrivants est faible, que ce soit entre 1938 et 1950 ou entre 1950 et 1964, les individus pour lesquels nous recherchons la profession des parents se retrouvent déjà pour nombre d’entre eux d’une coupe chronologique à l’autre ; ce qui fait que seuls les quelques entrants – une minorité – peuvent influencer la composition sociale du barreau. Il nous faudra d’ailleurs, après avoir considéré l’ensemble des origines socioprofessionnelles des inscrits, isoler celle de ces entrants pour essayer de déterminer plus précisément si, malgré leur faible nombre, ils participent ou non du timide mouvement d’ouverture observé à la fin des années trente.

  • 55 1950 : 59 professions connues pour 71 avocats inscrits. 1964 : 40 pour 49.

26Pour les années 1950 et 1964, nous connaissons la profession des pères dans plus de 80 % des cas55. Que ce soit en 1950 ou en 1964, nous pouvons noter, à l’instar de ce que nous avions observé en 1938, une importante domination des avocats dont le père appartient à la haute et moyenne bourgeoisie, à la famille judiciaire ou aux professions intellectuelles (7 sur 10). Toutefois, remarquons que si l’évolution globale semble invariable, il existe un mouvement perceptible à l’intérieur même des catégories. Alors que les « professions intellectuelles et couches nouvelles » représentent une part toujours importante des origines socioprofessionnelles des avocats – entre 10 et 15 % –, et ce depuis le début du siècle, leur composition évolue quelque peu. Nous avions noté dans nos premières analyses une domination des professions médicales au sein de cette catégorie. Cette surreprésentation – principalement celle de médecin – constatée au début du siècle, s’estompe et laisse apparaître de « nouvelles professions ». Proportionnellement, on compte de plus nombreux fils de professeurs – de l’université et du secondaire –, et quelques fils d’ingénieurs ou de dessinateurs. Suivant cette idée d’une diversification des professions au sein même des catégories, nous remarquons pour la haute bourgeoisie, que les fils de négociants et de propriétaires qui représentaient la totalité du corpus au début de siècle, sont moins nombreux. On recense désormais des enfants d’officiers, de banquiers ou d’industriels.

  • 56 11 avocats sur 63 pour lesquels nous avons identifié la profession du père appartiennent à ces cat (...)
  • 57 Par exemple, pour les 22 avocats inscrits en 1950 et qui ne l’étaient pas en 1938, nous avons pu i (...)

27Quant à la part représentée par les avocats issus de la moyenne fonction publique, de la petite bourgeoisie et des classes populaires, elle continue d’augmenter très timidement. Si l’on était parvenu à identifier une ouverture, même discrète, entre 1914 et 193856, et l’ » apparition », pour la première fois, d’avocats fils d’agriculteur et de commis, il semble que cette ouverture soit encore difficilement observable pour les années 1950 et 1964. Toutefois, si l’on se réfère aux chiffres et même si cela se joue en unités, il est possible d’observer une légère évolution qui va dans le sens de la tendance amorcée à la fin des années trente. En isolant les arrivées et les maintiens entre les coupes chronologiques, affinons notre analyse. Les origines socioprofessionnelles des nouveaux inscrits, malgré le fait qu’ils soient peu nombreux, semblent montrer que la poursuite timide de l’ouverture, masquée par le très faible renouvellement des effectifs, est en partie permise par leur recrutement. Ils affichent, pour la plupart d’entre eux, des origines dans l’ensemble plus modestes que celles auxquelles se rattachent les avocats déjà inscrits au barreau depuis 193857.

28En conséquence, entre 1939 et 1964, même si elle est minime, l’ouverture se poursuit. En témoigne la modification interne des différentes catégories socioprofessionnelles (moins de fils de négociants et de propriétaires, moins de fils de médecins) et des liens qui existaient entre elles (les fils de bourgeois comptent moins de juristes dans leur famille proche par exemple), ainsi que le caractère plus modeste des origines des quelques nouveaux arrivants. Le barreau, recroquevillé sur ses acquis, bloque finalement lui-même l’évolution de ses effectifs et l’ouverture sociale de son recrutement, en ce sens qu’il ne se préoccupe pas suffisamment de la situation difficile des jeunes générations, et que, par le même fait, il ne les attire pas.

L’ouverture du recrutement dans les années soixante-dix : quelle démocratisation ?

  • 58 Aide au jeune barreau, renouvellement plus fréquent du conseil de l’Ordre, suppression de la messe (...)

29À partir du milieu des années 1960, l’arrivée au bâtonnat d’avocats dits « modernistes » qui préconisent un changement de politique58, les mouvements de réflexions imprimés par les instances représentatives de la profession, la mise en place de réformes fondamentales (principalement la fusion avec les avoués), doublés de l’arrivée sur le marché du travail des générations du baby boom, vont-ils modifier la donne ? La démocratisation qu’aurait pu laisser espérer plus tôt l’ouverture de la fin des années trente va-t-elle avoir lieu dans les années soixante-dix ?

  • 59 Une hausse de près d’1/3 des effectifs.

30L’ensemble de ces mutations se répercute sensiblement sur l’évolution des effectifs du barreau qui connaît une nette augmentation du nombre d’inscrits au cours de cette période. En effet, alors qu’en 1964, 49 avocats seulement sont cités au tableau, ils sont 86 en 197659. De plus, cette hausse du nombre d’avocats est elle-même logiquement suivie d’un fort renouvellement des inscrits. En effet, si entre 1938 et 1964 les nouveaux arrivants étaient très peu nombreux en comparaison de ceux qui se maintenaient, la situation est toute différente au cours de la décennie suivante. En 1976, par rapport au barreau de 1964, on compte 22 départs, 27 maintiens et 59 arrivées. C’est-à-dire qu’il y a plus d’avocats nouvellement inscrits qu’il n’y avait d’avocats au total douze ans plus tôt. Par conséquent, les origines socioprofessionnelles que nous avons identifiées pour l’année 1976 concernent une population bien différente de celle observée depuis la fin des années trente. Le barreau s’est considérablement rajeuni. En comparant les professions des pères – que nous avons retrouvées pour 74 avocats sur 86 inscrits – aux résultats obtenus pour les périodes précédentes, il est ainsi possible de déterminer s’il y a eu ou non une évolution dans la composition sociale du barreau de Nantes.

  • 60 53 individus sur 69 en 1938 ; 44 sur 59 en 1950 ; 29 sur 40 en 1964.

31En 1976, le groupe des avocats dont le père appartient à la haute et à la moyenne bourgeoisies, à la famille judiciaire ou aux professions dites intellectuelles, représente plus de 70 % du corpus. Cette part diminue très légèrement depuis la fin des années trente60. Conséquemment, la part des fils de fonctionnaires moyens, de petits bourgeois et d’individus issus des classes populaires augmente légèrement puisqu’ils rassemblent un peu plus d’un quart de l’effectif. Ces premiers résultats, qui ne permettent pas de connaître les détails propres à chaque catégorie, tendent à montrer que la situation générale demeure en apparence globalement inchangée depuis quarante ans. Les avocats qualifiés d’ » héritiers » parce qu’ils appartiennent à la famille judiciaire, ou parce qu’ils sont issus de familles qui cultivent des valeurs proches de celles que revendique le barreau, occupent toujours une place de premier plan vis-à-vis de leurs confrères issus de milieux plus modestes – la part des fils d’avocats par exemple ne diminue aucunement et indique que même dans le dernier tiers du xxe siècle, le barreau nantais a donné naissance à plus d’1/6 de ses membres. Le mouvement de démocratisation que semblaient avoir timidement amorcé les années d’avant Seconde Guerre mondiale et qu’avaient freiné les années cinquante et soixante, ne prend pas l’ampleur attendue dans les années soixante-dix malgré une hausse et un renouvellement des effectifs. Même si la part des fonctionnaires moyens, de commerçants, d’artisans et d’ouvriers s’accroît continuellement depuis le début du siècle, elle demeure toujours extrêmement réduite en comparaison du nombre d’enfants de juristes, de militaires, de médecins, d’entrepreneurs ou de professeurs.

32Toutefois, l’analyse plus détaillée des origines socioprofessionnelles des avocats porteurs d’un « héritage social » montre que même si leur part globale reste quasi identique, on assiste à un basculement des sphères de recrutement. Alors que, jusqu’en 1964, les avocats issus de la « haute et de la moyenne bourgeoisie » étaient au moins deux fois plus nombreux que les avocats issus des « professions intellectuelles, couches nouvelles », le rapport est inverse en 1976. Sur 74 professions des pères identifiées, 21 appartiennent à la catégorie des « professions intellectuelles » et 12 à celle de « la haute et de la moyenne bourgeoisie ». De plus, si l’on ne considère que les « professions intellectuelles, couches nouvelles », on s’aperçoit d’un changement dans l’éventail des professions. Jusque dans les années cinquante, au moins la moitié de ces professions dites intellectuelles étaient en rapport avec la médecine. Même si la part de ces professions reste importante en 1976 (6 sur 21), on note l’augmentation du nombre de professeurs (4 sur 21) et l’apparition plus significative de diverses autres professions que l’on ne relevait pas (architecte, journaliste, peintre, musicien) ou peu (ingénieur, dessinateur) auparavant. Ces dernières professions représentant plus de la moitié du corpus constitué par les « professions intellectuelles, couches nouvelles ».

33Finalement, si l’on observe l’évolution des catégories qui appartiennent aux groupes dominants du barreau, une double constatation s’impose. Certes, la part des fils de juristes se maintient et l’hérédité professionnelle demeure une composante importante du recrutement. Toutefois, la part des fils de ceux que l’on peut qualifier de « bourgeois traditionnels » diminue au profit des avocats issus des « professions intellectuelles », qu’il convient désormais de nommer plus spécifiquement « couches nouvelles ». Le recrutement ne s’exerce donc pas moins en faveur des « élites » mais s’ouvre à ces nouvelles professions.

34En outre, on remarque un élargissement progressif en direction des avocats d’origines modestes. Les avocats nantais issus de la moyenne fonction publique et de la « petite bourgeoisie » représentent entre 1/5e et 1/4 des effectifs du barreau de Nantes sur l’ensemble de la période. Leur nombre se maintient toujours dans les mêmes proportions. Il augmente certes un peu de coupe chronologique en coupe chronologique, mais cela se joue en unités. L’évolution la plus notable concerne la part représentée par les avocats issus des « classes populaires ». Ils sont six inscrits en 1976 pour 74 individus dont on connaît la profession du père, alors qu’ils n’étaient que 2 en 1964. Certes, le nombre d’inscrits a augmenté entre temps, pourtant, ce chiffre n’a jamais été aussi élevé et témoigne d’une intégration réduite mais réelle. Notons, de plus, que sur les 50 nouveaux arrivants entre 1964 et 1976 pour lesquels on a pu identifier la profession des pères, les avocats issus des « classes populaires » atteignent le nombre de 5. C’est-à-dire que même s’ils comptent pour 8 % des avocats inscrits en 1976, ils représentent néanmoins 10 % des arrivants. On peut donc supposer la poursuite de cette augmentation dans les années suivantes.

35Un sondage effectué pour l’année 1986 montre assez clairement que, se plaçant dans un timide mouvement de démocratisation – le nombre des individus appartenant aux « classes populaires » reste peu élevé –, le barreau de Nantes poursuit depuis les années trente une ouverture de son recrutement aux couches plus modestes et à des professions nouvelles qui, si elles confèrent à leurs descendants un certain statut social, supplantent progressivement les groupes dominants traditionnels qui constituaient jusqu’alors un des viviers principaux de l’avocature. Toutefois, l’héritage professionnel semble demeurer une composante essentielle du recrutement, tant la place occupée par les enfants de juristes est importante. N’est-ce pas la difficulté toujours éprouvée par la profession dans les années 1980 à définir son champ d’action – n’oublions pas que la fusion avec les conseils juridiques ne se concrétise qu’au début des années 1990 –, à se positionner vis-à-vis des honoraires et à clarifier l’image qu’elle renvoie au public – la fonction de l’avocat restant obscure pour un grand nombre de justiciables –, qui permet de concevoir l’héritage professionnel (connaissance du monde judiciaire et de ses acteurs) comme un avantage certain pour l’exercice du métier d’avocat ?

36Notre étude se fixait comme objectif de répondre à une interrogation large : observe-t-on au cours des trois premiers quarts du xxe siècle les signes d’une démocratisation de la profession d’avocat ? Des recherches menées pour d’autres barreaux montrent que si au début du xxe siècle les avocats apparaissent comme les héritiers des groupes dominants traditionnels, le barreau ouvre progressivement son recrutement à des professions nouvelles sans pour autant qu’il soit possible de parler de démocratisation, tant la part des couches modestes demeure faible. Le barreau de Nantes présente une évolution similaire, nous l’avons observée. Pour les années d’après Seconde Guerre mondiale, période à laquelle aucune étude approfondie n’avait été consacrée, nous avons constaté que ce mouvement d’ouverture, même s’il est largement masqué par la chute des effectifs au cours des années cinquante, se poursuit tout de même presque imperceptiblement avant de se manifester plus distinctement dans les années soixante-dix. Cette ouverture correspond à un timide mouvement de démocratisation de la profession (même si les « couches modestes » connaissent une hausse de leurs effectifs, les « classes populaires » demeurent sous-représentées), doublé d’un basculement des sphères de recrutement qui voit de nouvelles professions – principalement intellectuelles – remplacer progressivement les élites dites traditionnelles ; sans pour autant causer la disparition des avocats porteurs d’un héritage professionnel, dont le nombre demeure particulièrement important jusqu’au milieu des années 1980.

Figure 1 : Évolution des origines socioprofessionnelles des avocats nantais : professions des pères (1897-1986)

Figure 1 : Évolution des origines socioprofessionnelles des avocats nantais : professions des pères (1897-1986)

Notes

1 C. Charle, « Pour une histoire sociale des professions juridiques à l’époque contemporaine. Note pour une recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 76-77, mars 1989, p. 117-119 ; C. Charle « Le recrutement des avocats parisiens. 1880-1914 », in G. Le Béguec, dir., Avocats et Barreaux en France. 1910-1930, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1994, p. 21-34 ; J-L. Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe. Les professions judiciaires et juridiques dans l’histoire contemporaine, Paris, LGDJ, 1996, p. 204-212 ; P. Plas, Avocats et barreaux dans le ressort de la cour d’appel de Limoges de la Révolution française à la seconde guerre mondiale, doctorat hist., Paris IV, 1996, p. 596-686 ; « Le Barreau, carrefour des élites locales. L’exemple limousin », in S. Guillaume, dir., Les élites locales fins de siècles, xixe-xxe siècles, Bordeaux, MSH Aquitaine, 1992, p. 55-77 ; C. Fillon, Histoire du barreau de Lyon sous la IIIe République, Aléas, Lyon, 1995, p. 301-302.

2 J.-L. Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe, op. cit., p. 212.

3 Les sources consultées sont principalement les archives ordinales nantaises conservées aux Archives Départementales de la Loire-Atlantique (ADLA) sous la cote 83 J, et les documents des services de l’État-civil de la mairie de Nantes et des communes du département.

4 J.-L. Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe, op. cit., p. 212.

5 C. Charle, « Noblesse et élites en France au début du xxe siècle », in Les noblesses européennes au xixe siècle, Actes du colloque de Rome, Paris, coll. de l’École française de Rome, 107, 1988, p. 233.

6 Idée d’une « chasse gardée » développée par P. Guillaume, Histoire sociale de la France au xxe siècle, Paris, Masson, 1993, p. 126.

7 Cet article fait suite à la soutenance d’une thèse de doctorat et à la publication d’un ouvrage dont la consultation peut apporter au lecteur de nombreuses précisions, tant sur les résultats obtenus que la méthode suivie. S. Defois, Des avocats en mutation. Le barreau de Nantes (1897-1976), doctorat hist., Univ. Angers, 2006 ; Les avocats nantais au xxe siècle, socio-histoire d’une profession, Rennes, PUR, 2007, 497 p.

8 A. Desrosières, « Comment faire des choses qui tiennent. Histoire sociale et statistiques », in C. Charle dir., Histoire Sociale Histoire Globale ?, éd. MSH, Paris, 1993, p. 23 ; A. Desrosières, « Éléments pour une histoire des nomenclatures socioprofessionnelles », in Pour une histoire de la statistique, t. 1, Paris, Economica, p. 155-231.

9 C. Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, p. 473.

10 Groupes dominants : haute et moyenne bourgeoisie ; Couches modestes : fonctionnaires moyens, petite bourgeoisie.

11 P. Bourdieu, J.-C. Passeron, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, éd. de Minuit, 1985, 189 p.

12 Sur 80 inscrits au total.

13 Un graphique présentant l’évolution des % pour chaque catégorie distinguée dans le codage est annexé à ce texte.

14 Sur 90 inscrits au total.

15 6 avocats sur 12 pères juristes en 1897. 8 avocats sur 18 pères juristes en 1914.

16 Aïeux, oncles et tantes, cousins et cousines, frères et sœurs, auxquels nous ajoutons les amis des parents (très généralement du père) qui témoignent le jour de la déclaration de l’enfant à l’état-civil.

17 On note « au moins » parce que nous n’ayons pas 100 % de réponse et pourtant nous mettons nos résultats en rapport avec le nombre total d’avocats inscrits. Par conséquent, le chiffre donné constitue bien un minimum.

18 Par exemple, les premiers pas d’Edmond Boquien (fils de propriétaire) au barreau sont guidés par Henri Lemeignen son oncle maternel, avocat depuis 1865, et par Georges Thibaud, un autre de ses oncles, notaire.

19 A. Bancaud La haute magistrature judiciaire entre politique et sacerdoce ou le culte des vertus moyennes, Paris, LGDJ, 1993, p. 33.

20 A.-J. Tudesq, « Le concept de “notable” et les différentes dimensions de l’étude des notables », Cahiers de la Méditerranée, 1993, n° 46-47, juin-décembre, p. 1-12.

21 A. Bancaud, La haute magistrature judiciaire, op. cit., p. 33.

22 46 avocats sur 80 inscrits en 1897 ; 52 avocats sur 90 inscrits en 1914.

23 En 1897 : 6 avocats sur les 8. En 1914 : 7 avocats sur 9.

24 O. Petre-Grenouilleau, L’argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996, p. 327.

25 V. Bugeaud, Entre fleuve et océan. Les gens de l’estuaire de la Loire (xviiie siècle-milieu du xxe siècle), doctorat hist., Nantes, en cours.

26 Se référer aux travaux de A-J Tudesq, A. Daumard.

27 Le constat est le même pour le barreau de Lyon au cours de la période 1900-1914. J.-L Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe, op. cit., p. 208.

28 Dalloz, Supplément au Répertoire pratique de législation, de doctrine et de jurisprudence, Paris, Bureau de la jurisprudence générale Dalloz, 1887, t. 1, p. 708.

29 G. Emptoz, G. Saupin, Histoire de l’Université de Nantes : 1460-1993, Rennes, PUR, 2002, 364 p.

30 C. Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 226. Il note l’augmentation de 44 % du nombre des étudiants en droit entre 1876-1880 et 1894-1898.

31 M. Rissler, « L’évolution de la condition des étudiants de la seconde moitié du xixe siècle à 1959 », Les cahiers du mouvements social, 1960, n° 1, p. 4.

32 V. Bernaudeau, La justice en question. Histoire de la magistrature angevine au xixe siècle, Rennes, PUR, 2007, p. 280.

33 J.-F. Sirinelli, « Des boursiers conquérants ? École et “promotion républicaine” sous la IIIe République », in S. Berstein, dir., Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992, p. 243-262.

34 J.-L. Halpérin, dir., Avocats et notaires en Europe, op. cit., p. 175 ; C. Charle, La République des universitaires, op. cit., p. 410.

35 J.-M Burney, Toulouse et son Université, éd. CNRS, Presses Univ. du Mirail, 1988, p. 157. ; G. Rouet, Justice et Justiciables, xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 1999, p. 90.

36 « L’adhésion à la méritocratie n’est pas un leurre, mais les mêmes mérites ne confèrent pas le même statut, la même fortune, la même puissance aux descendants des notables, de la grande bourgeoisie et de la noblesse, et aux descendants de la moyenne et petite bourgeoisie ou des classes populaires », G. Chaussinand-Nogaret, dir., Histoire des élites en France, Paris, Taillandier, 1991, p. 450.

37 V. Bernaudeau, La justice en question..., op. cit., p. 239 et suiv.

38 66 avocats inscrits en 1920 contre 90 en 1914.

39 C. Fillon, Histoire du Barreau de Lyon, op. cit., « La fin d’un monde, 1919-1939 », p. 116 et suiv.

40 Principalement celle des agents d’affaires et d’autres professions juridiques et judiciaires naissantes qui investissent certaines disciplines du droit délaissées par les avocats.

41 P. Plas, « La professionnalisation des avocats au début des années vingt. Enjeux, ruptures et nouveaux modèles », in G. Le Béguec, dir., Avocats et Barreaux en France, op. cit., p. 59-76.

42 Ibid., p. 62.

43 ADLA. 83J2. Registre de délibérations du conseil de l’Ordre, séance du 28 juin 1921.

44 J.-B Sialelli, Les Avocats de 1920 à 1987, op. cit., p. 74.

45 ADLA. 83J3. Registre de délibérations du conseil de l’Ordre, séance du 15 juin 1930.

46 L. Cremieu, Traité de la profession d’avocat, op. cit., p. 95.

47 Entretien avec Yves Pallard, 17 janvier 2002.

48 Révolutions industrielles : industrialisations et désindustrialisations dans la région nantaise du xviiie à la fin du xxe siècle, colloque des 16-17 mars 1989, Nantes, 1989, non paginé.

49 4/5 en 1897 et 5/6 en 1914.

50 Précisons, qu’aucune étude concernant les origines socioprofessionnelles des avocats n’a jusqu’à ce jour porté sur la période d’après Deuxième Guerre mondiale. Nous n’avons donc aucun élément comparatif à confronter aux résultats obtenus.

51 J. Appleton, Commentaire de la loi du 26 juin 1941, Paris, Dalloz, 1941, Législation, p. 104.

52 A. Joly, « Réflexions sur le certificat d’aptitude à la profession d’avocat », Paris, Dalloz, 1956, Chronique VIII, p. 33-36.

53 A. Caille, « L’évolution de la profession d’avocat de 1945 à 1992 », Droit et Société, 1993, p. 3.

54 Sur les 49 inscrits en 1964, 29 avocats étaient déjà au barreau en 1938.

55 1950 : 59 professions connues pour 71 avocats inscrits. 1964 : 40 pour 49.

56 11 avocats sur 63 pour lesquels nous avons identifié la profession du père appartiennent à ces catégories. Ils sont 16 sur 69 en 1938.

57 Par exemple, pour les 22 avocats inscrits en 1950 et qui ne l’étaient pas en 1938, nous avons pu identifier 19 professions des pères. Ils sont tout de même 6 avocats à l’origine plus modeste, 5 issus des professions intellectuelles (dont 2 médecins), 3 fils de juristes (dont 2 avocats) et 5 appartenant à la grande et à la moyenne bourgeoisie (aucun propriétaire ni aucun négociant).

58 Aide au jeune barreau, renouvellement plus fréquent du conseil de l’Ordre, suppression de la messe du Saint Esprit.

59 Une hausse de près d’1/3 des effectifs.

60 53 individus sur 69 en 1938 ; 44 sur 59 en 1950 ; 29 sur 40 en 1964.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution des origines socioprofessionnelles des avocats nantais : professions des pères (1897-1986)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4589/img-1.png
Fichier image/png, 22k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par