Version classiqueVersion mobile

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Expérience(s) : découvrir, inventer, expérimenter, convaincre

Inventer

Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger

Texte intégral

1L’invention, dont l’étude est devenue si familière en histoire des techniques et en histoire des sciences, n’a pas été souvent théorisée avant le XIXe siècle, tant elle peinait à être distinguée d’autres notions : la résolution de problèmes – ce que recouvrait le génie ou ingenium –, la découverte, plus prestigieuse, ou encore les perfectionnements et adaptations incessants dans les ateliers et qualifiés de moyens, manières, secrets… Encore au XVIIIe siècle, le verbe est polysémique ; « inventer c’est trouver quelque chose par la force de son génie : inventer un art, une science, un système, une machine », selon le dictionnaire de l’abbé Féraud (1787).

2Pourtant, à cette époque, en lien avec la pensée des Lumières et l’intérêt croissant des États pour le progrès technique, l’invention technique est définie et théorisée. C’est le cas dans l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, avec l’article « Invention » du chevalier de Jaucourt (1704-1779). Réservant le terme aux « arts, sciences et métiers », Jaucourt croise plusieurs conceptions.

3D’une part, l’auteur inscrit l’invention dans le topos de la découverte, placée sous le signe du hasard heureux : « La nature a sans doute dans ses magasins des trésors d’un aussi grand prix qu’elle nous réserve au moment où nous l’attendons le moins. Soyons toujours à portée d’en profiter… »

4Dans la suite de l’article, un autre thème, le récit mythique et héroïque, s’affirme. L’inventeur est homme d’exception ; sa parenté est celle des génies que déjà Francis Bacon (1561-1626) décrivait honorés dans le temple de Salomon de La nouvelle Atlantide : « Ainsi, pour chaque invention présentant quelque valeur, nous érigeons une statue à l’inventeur, et nous le comblons d’honneurs et de largesses. » Glorifier l’inventeur, c’était assigner une nouvelle place à l’homme face à la Providence, un rôle actif et créateur dans une nature mise à sa disposition par la divinité (MacLeod, 1988).

5Enfin, le chevalier développe le thème du mérite de l’inventeur, soulignant la nécessaire préparation des esprits à l’imprévu des découvertes. Les trésors de la nature ne sont qu’imparfaits. Les inventions ne seraient rien sans les essais répétés qui leur donnent sens : « Il faut remarquer que tout ce que nous avons de plus curieux et de plus utile dans les Arts n’a pas été trouvé dans l’état où nous le voyons. Toutes ces choses ont été découvertes grossièrement ou par parties, et ont été amenées insensiblement à une plus grande perfection… » Jaucourt inscrit l’invention dans l’histoire, dans le temps des perfectionnements et des adaptations.

6En sa qualité d’homme de lettres, Jaucourt introduit deux dimensions : celle du mythe et celle de l’histoire. D’un côté, se tient l’inspiration irrationnelle, inexplicable, que le récit légendaire de l’invention permet de rattacher au sens commun ; de l’autre, se déploie la thématique de la méthode, de l’art de l’invention. C’est l’histoire de cette pensée inventive et des conditions de sa réalisation que nous allons présenter.

Une pensée combinatoire

7Les discours héroïques de l’invention, qui se sont développés au XIXe siècle en lien avec la notion de révolution industrielle (MacLeod, 2007), ont contribué à effacer la complexité de la conception technique, ramenant au génie d’un individu hors pair un processus nourri d’emprunts, d’analogies et de circulations multiples. La solution technique passe en effet le plus souvent, par le perfectionnement, l’adaptation et l’agencement de dispositifs existants, passés et présents. Elle est une figure de la pensée de synthèse.

8Loin du seul trait de génie, l’invention appartient aux processus cumulatifs de la connaissance. Elle suppose des supports, notamment écrits et surtout visuels qui facilitent cet exercice de l’esprit. C’est dans ce domaine – l’aide à la pensée inventive – que les auteurs passés, à défaut de théoriser, ont explicité l’art de l’invention.

9C’est l’une des fonctions des innombrables dessins de Léonard de Vinci, telles les variations sur les engrenages dans le Codex de Madrid (vers 1490) (Long, 2003) [Dessin technique*]. La création d’images fait partie intégrante de la recherche de Léonard sur les machines et le mouvement – suggérant aussi que les dessins fournissent le moyen de penser et théoriser la mécanique.

10Il en va de même des théâtres de machines (Dolza et Vérin, 2004) [Littérature technique*]. Livres richement illustrés, destinés à des mécènes, ils révèlent une conception de l’invention comme agencement de techniques existantes : les mécanismes des Anciens, telle la vis d’Archimède, sont transposés et les combinaisons de dispositifs sont exposées dans des figures fortement imaginatives. Dans Le cosmolabe (1567), dédié à Catherine de Médicis, Jacques Besson décrit un instrument de son invention, qui réunit des pièces pour l’arpentage, l’astronomie, la navigation, la cartographie et peut même servir de bureau : c’est un assemblage d’instruments connus et dont le caractère d’invention est âprement défendu par l’auteur face aux plagiaires, tant le génie, pour cet humaniste protestant, à valeur d’élection divine (Long, 2003). Dans Le diverse et artificiose machine (1570), l’un des théâtres les plus riches en gravures, l’ingénieur catholique Agostino Ramelli, rend sensible la puissance de l’esprit humain à produire de multiples effets par la prolifération d’astuces inventives sur 110 variétés de pompes, exprimant la force de l’intelligence humaine à contraindre la nature (Vérin, 2002). Ces recueils nourrissent un imaginaire des possibles de la technique.

11S’il n’est pas exclu pour leurs rédacteurs que ces inventions reçoivent des applications pratiques, les multiples manières de construire et les descriptions des effets produits ont valeur d’expression du génie technique et de revendication du caractère intellectuel – libéral – de l’invention, en rien assimilable aux arts mécaniques.

12Ces enjeux croisent d’autres ambitions. Ainsi Bacon, dans le Novum Organum (1620), fait l’éloge d’inventions récentes, l’imprimerie, la poudre et la boussole, œuvres du génie à l’imitation des desseins divins, bénéfiques à l’ensemble de l’humanité et sources du « progrès et de la promotion de savoirs », dégagés des vaines controverses et des « superstitions ». Si les traités et les dessins de machines des ingénieurs permettent l’invention, les efforts ne peuvent naître des seuls individus. Le travail collectif, qui réduit la part de l’impondérable, resserre le filet autour des secrets du monde. Il permet de dévoiler les rapports, les analogies et rapprochements possibles (Le Dœuff et Llasera, 1983).

13C’est le credo des encyclopédistes et notamment de Denis Diderot qui dans L’histoire et secret de la peinture en cire (1755), appelle les artisans à collaborer et échanger, grâce aux visites d’ateliers et à une réforme académique – baconienne – des arts et métiers. L’invention est pour lui, le résultat de transpositions et d’adaptations (Hilaire-Pérez, 2002). Diderot montre par exemple, que l’usage de la térébenthine est connu pour la fabrication des cotons imprimés et que des artistes l’ont transposé à la place de l’huile de lin dans leurs préparations de couleurs. C’est l’occasion d’exposer sa théorie : inventer, c’est découvrir des « rapports utiles et ignorés » entre les arts, entre ceux-ci et le monde de la nature – des « liaisons » que les hommes, trop éloignés les uns des autres, ne peuvent mettre à jour. Diderot formule le vœu que les artisans comparent leurs procédés et se prêtent un « mutuel secours », sous l’égide d’un « monarque artisan » :

« Combien de découvertes qui se touchent dans la nature et dans les arts, et que de grands intervalles séparent dans la durée et dans l’entendement ? Elles attendent quelque évènement futile, comme la chute d’un bout de bougie dans un godet, la rencontre d’un passage de Pline pour éclore et faire dire aux sots : Quoi, ce n’est que cela ? Pour laisser moins d’ouvrage au hasard, il n’y aurait qu’à rapprocher les connaissances. Qu’importe que la nature ait mis tant de liaison entre les arts, si quelque grande institution n’en met pas davantage entre les différents artistes ? Rien ne devrait être plus commun, et rien cependant n’est plus rare que le passage d’un manœuvre d’un atelier dans un autre. […]. Quels secours mutuels les arts mécaniques ne se prêteront-ils donc pas, si jamais la volonté bienfaisante d’un monarque artisan les rassemble dans une académie ? Quelle immense quantité de rapports utiles et ignorés, qui se manifesteront à la fois et qu’on n’apercevra que lentement, par hasard et successivement, tant que les objets écartés les uns des autres ne seront point à portée d’être comparés, et que certains hommes qui… se sont rempli la tête de phénomènes et de faits, ne se trouveront point assis les uns à côté des autres, les coudes appuyés sur une même table, et dans le cas de deviser entre eux librement. »

14Les artisans ont-ils attendu les technologues pour exercer leur pensée inventive, pour communiquer entre métiers et transposer leurs procédés ? Il est clair que les pratiques inventives révèlent, sur le long terme, des habiletés intellectuelles, même si celles-ci sont théorisées et revendiquées au XVIIIe siècle, dans un contexte de défense et de promotion des arts et métiers.

Des pratiques inventives

15Une large gamme de pratiques peut être identifiée comme favorisant les capacités de synthèse et d’analogie qui sous-tendent l’invention, depuis la constitution de collections jusqu’aux échanges entre fabricants et aux mobilités de praticiens. De plus, si l’invention fait appel aux capacités d’intellection, elle relève aussi de l’exercice du goût, des plaisirs de l’imagination et de l’importance des mimétismes, comme l’attestent les produits nouveaux à l’époque des Lumières, déclinés au gré des modes, puissant moteur de l’inventivité (Berg, 1998).

16Les relations entre collection, conservation et activité inventive sont manifestes au XVIIIe siècle. C’est le but des premiers dépôts de machines de conserver les inventions pour permettre une mémoire technique, et par-là l’exercice comparatif et analogique : ce sont, à Londres le Repository de la Society of Arts (1761), à Paris l’hôtel de Mortagne (1782), connecté aux ateliers innovateurs des Quinze-Vingts, mais aussi le dépôt de la Grande Fabrique lyonnaise pour les métiers à tisser (Hilaire-Pérez, 2000) [Collections* ; focus Les mécaniques de Christopher Pinchbeck* ; Publics*].

17Ces collections, véritables « catalogues de solutions » (Jacomy, 2003), participent de dispositifs d’ouverture et de mise en disponibilité de savoirs techniques, ce que recouvre la notion d’open technology – de technique ouverte (Hilaire-Pérez, 2015). Si l’activité scientifique a longtemps été comprise comme régie par des normes d’ouverture et de circulation via le modèle académique et le soi-disant désintéressement des savants, il apparaît de plus en plus que les techniques ont bénéficié de formes actives de transmission et de partage des savoirs qui ont permis l’effort inventif, irréductible au génie de grands inventeurs, mais porté au contraire par des collectivités.

18Aux côtés des pratiques de collecte et de conservation, se manifeste l’importance des échanges, des réseaux et des migrations. Les travaux de Stephan Epstein ont montré que les capacités inventives des métiers urbains dans l’Europe médiévale et moderne sont nourries par les déplacements d’artisans, parfois organisés par les associations de compagnons, notamment en Allemagne et en France alors qu’en Angleterre, Londres joue pendant longtemps le rôle de clearing-house des qualifications ouvrières pour l’ensemble du pays (Epstein, 2003). Les contemporains sont conscients des liens entre mobilités artisanales et progrès technique ; le droit vénitien de 1474 qui officialise les les privilèges exclusifs pour les inventeurs, concerne les inventions inconnues à Venise seulement. Il est censé attirer les artisans qualifiés des autres cités-États. La régulation des mobilités au sein du réseau des villes d’Italie du Nord permet de constituer un pool de savoir-faire, exportés en Europe, et de développer des spécialisations de produits à l’échelle de chaque cité (voiles, velours, brocarts…).

19Si le lien entre migration et invention est maintenant connu, les interactions entre métiers le sont moins. Les communautés de travail, pourtant, ne cessent d’emprunter des techniques d’une activité à une autre. L’invention appartient au quotidien du travail. La mise en valeur, dans l’historiographie récente, de l’invention incrémentielle, courante, de la micro-invention, du rôle des usages et des appropriations et donc du continuum entre inventions et innovation permet de relire le rôle des collectifs dans l’invention. Ces processus collaboratifs loin d’exclure les usagers, les incluent pleinement dans le cycle de l’invention, non plus dans un rapport passif mais en cernant au contraire leur capacité à s’approprier les processus décrits par exemple dans les annonces et dans la presse et à faire preuve d’intelligence pratique (Hilaire-Pérez et Thébaud-Sorger, 2006) : par l’ajustement, la réparation, la substitution s’exerce leur capacité inventive, comme le soulignait Michel de Certeau dans les Arts de faire (de Certeau, 1990).

20Lyon, ville la plus inventive en France sous l’Ancien Régime, en témoigne. C’est un véritable foyer d’invention collective, soutenu par la municipalité et la Grande Fabrique (la corporation des étoffes de soie, or et argent), qui incitent à l’inventivité par des primes largement distribuées, favorisant les perfectionnements multiples de métiers « à la tire » programmés, avec rouleaux ou cartons perforés – une dynamique dont bénéficient Jacques Vaucanson (1709-1782) et Joseph Marie Jacquard (1752-1834) (Hilaire-Pérez, 2008).

21D’autres transferts, hors de tout encadrement institutionnel, marquent aussi le quotidien de l’atelier, que l’on repère dans les archives de la pratique. Les inventaires après-décès de gantiers-parfumeurs parisiens révèlent que pour permettre l’augmentation de la production de poudre, ces artisans procèdent à la mécanisation de l’opération de tamisage en opérant un transfert (Lanoë, 2008). À partir des années 1740, des « bluteaux » sont copiés des meuniers et des boulangers qu’ils fréquentent pour leur approvisionnement. Les gantiers-parfumeurs ont identifié une analogie et ont transposé la technique. Ainsi, l’intelligence, et même l’abstraction que recouvre l’invention, n’est en rien l’apanage de lettrés et d’ingénieurs. Elle appartient pleinement aux praticiens.

22La capacité à combiner ensemble les éléments devient source d’inspiration, par l’imitation, l’adaptation, la relocalisation et témoigne souvent de déplacements relativement aux pratiques de métiers. Ainsi l’invention du ballon à air chaud en 1783 des frères Montgolfier ne s’inscrit pas dans le prolongement de leur activité papetière mais résulte de leur capacité à transférer leurs compétences en opérant des rapprochements créatifs : savoir chimiques acquis en amateurs (par la lecture des traités du chimiste Joseph Priestley sur la différence des airs), observations de phénomènes naturels (un papier se soulevant sous l’effet de l’air chaud dans la cheminée), souvenirs et anecdotes (un habit se gonflant par l’effet du vent sur la corde à linge), rêveries faisant appel à l’imaginaire permettant de penser tant la puissance d’action des principes et le jeu des échelles (se figurer un vaisseau volant) que l’action politique (résoudre le siège de Gibraltar par la voie des airs) (Thébaud-Sorger, 2009) [focus Aérostats*].

23Cette ingéniosité témoigne ensuite de la capacité à articuler les opérations matérielles et intellectuelles à travers des expérimentations obstinées. Ce cheminement finalement assez ordinaire se déploie dans un cadre qui place l’activité de conception technique « à la portée de tous ». L’appropriation de savoirs scientifiques (hydrostatique, statique, physique, chimie « en révolution ») propres à ce procédé suscite des centaines de propositions, et à rebours du grand récit du génie inventif, il révèle le visage d’une invention partagée, collective, faites d’emprunts, de circulations et d’analogies. La conception des procédés se fonde sur la spécificité concrète des matériaux qu’il s’agit d’utiliser au mieux, de travailler, de contraindre. Le fait de penser leurs propriétés et leurs qualités ouvre sur des adaptations et la mise au point de multiples objets. Les inventions aérostatiques revêtent une portée culturelle : abolir la pesanteur révèle les capacités de faire reculer les bornes de l’esprit humain. Ainsi loin de se restreindre à ces productions spectaculaires, elles participent aussi de la recherche de solutions pour résoudre des problèmes quotidiens liés au travail, à l’économie domestique, à la gestion urbaine (incendie, noyade, éclairage, hydraulique, hygiène, chauffage) qui mobilisent des milieux hétérogènes au-delà des corporations de métiers et de l’expertise savante : architectes, amateurs fortunés, marchands, réformateurs sociaux, polygraphes, enseignants, domestiques, militaires démobilisés, abbés… Les pratiques inventives naissent du dialogue entre cultures diverses, alors même que les contours de l’espace savant fluctuent. Elles sont nourries par l’activité d’amateurs et de mécaniciens qui ne viennent pas forcément du monde métiers.

24Portée par les logiques du projet et des spéculations depuis la Renaissance, encouragée par la culture académique, popularisée par des réseaux de sociabilités et promue par une multiplicité d’expériences et de mises en pratique, l’invention au XVIIIe siècle participe de l’élargissement des publics et des logiques d’appropriation qui en font un enjeu de société [Hommes à projets* ; Publics*]. Si les fonctions économiques de l’invention ont souvent été retenues par les historiens dans le passé, sans expliquer pour autant le processus inventif, il apparaît que l’activité inventive est portée par des dynamiques collectives fortes et qu’à l’époque moderne, elle est légitimée par l’intérêt général. Cette dimension sociale et politique, intrinsèque au processus inventif, est l’un des apports majeurs de l’historiographie récente.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Berg Maxine, 1998, « Inventors of the World of Goods », in Patrick O’Brien et Kristine Bruland (dir.), From Family Firms to Corporate Capitalism. Essays in Business and Industrial History in Honour of Peter Mathias, Oxford, Clarendon Press, p. 21-50.

Certeau Michel de, 1990, L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Dolza Luisa et Vérin Hélène, 2004, « Figurer la mécanique : l’énigme des théâtres de machines de la Renaissance », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51-2, p. 7-37.

Epstein Stephan R., 2003, « Journeymen Mobility and the Circulation of technical Knowledge, 17th-18th Centuries », in Liliane Hilaire-Pérez et Anne-Françoise Garçon (dir.), Les chemins de la nouveauté. Innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, CTHS, p. 411-429.

Hilaire-Pérez Liliane, 2000, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel.

Hilaire-Pérez Liliane, 2002, « Diderot’s Views on Artists’ and Inventors’ Rights: Invention, Imitation and Reputation », British Journal for the History of Science, vol. 35, p. 129-150.

Hilaire-Pérez Liliane, 2008, « Inventing in a World of Guilds: the Case of the Silk Industry in Lyon in the xviiith Century », in Stephan R. Epstein et Maarten Prak (dir.), Guilds, Innovation and the European Economy, 1400-1800, Cambridge, Cambridge University Press, p. 232-263.

Hilaire-Pérez Liliane, 2015, « Artisanat, métiers et innovation : l’open technology », in Stéphane Van Damme (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, sous la direction générale de Dominique Pestre, vol. I : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, p. 416-417.

Hilaire-Pérez Liliane et Garçon Anne-Françoise, 2003, Les chemins de la nouveauté. Innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, CTHS.

Hilaire-Pérez Liliane et Thébaud-Sorger Marie, 2006, « Les techniques dans l’espace public. Publicité des inventions et littérature d’usage en France et en Angleterre au XVIIIe siècle », Revue de synthèse, no 2, p. 393-428.

Jacomy Bruno, 2003, « Le musée des Arts et métiers : un musée de prototypes », in Liliane Hilaire-Pérez et Anne-Françoise Garçon (dir.), Les chemins de la nouveauté. Innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, CTHS, p. 375-383.

Lanoë Catherine, 2008, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques à Paris de la Renaissance au Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Le Dœuff Michèle et Llasera Margaret, 1983, « Voyage dans la pensée baroque », in Francis Bacon (dir.), La nouvelle Atlantide, Paris, Payot, p. 89-220.

Long Pamela O., 2003, Openness, Secrecy, Authorship: Technical Arts and the Culture of Knowledge from Antiquity to the Renaissance, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

MacLeod Christine, 1988, Inventing the Industrial Revolution. The English Patent System, 1660-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

MacLeod Christine, 2007, Heroes of Invention. Technology, Liberalism and British Identity 1750-1914, Cambridge, Cambridge University Press.

Thébaud-Sorger Marie, 2009, L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Vérin Hélène, 2002, « Les machines hydrauliques dans les théâtres de machines (XVIe-XVIIe siècles) », in Liliane Hilaire-Pérez, Dominique Massounie et Virginie Serna (dir.), Archives, objets et images des constructions de l’eau du Moyen Âge à l’ère industrielle. Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, no 51, p. 103-119.

Auteurs

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris Diderot et directrice d’études à l’EHESS. Elle est spécialiste de l’histoire de la culture technique et des échanges dans l’Europe moderne. Après L’expérience de la mer. Les Européens et les espaces maritimes au XVIIIe siècle (Seli Arslan, 1997), elle a publié L’invention technique au siècle des Lumières (Albin Michel, 2000) puis La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoirs techniques à Londres au XVIIIe siècle (Albin Michel, 2013). Elle est directrice de publication de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines.
Chargée de recherche au CNRS au sein du centre Alexandre Koyré (CNRS, EHESS, MNHN) UMR 8560. Co-rédactrice en chef de la revue Artefact. Techniques et sciences humaines, elle anime plusieurs séminaires et enseigne à l’EHESS. Ses travaux portent sur l’histoire de la réception des techniques et l’activité inventive dans les villes européennes à la période des Lumières, sur les mutations du système de santé et d’assistance liées à l’industrialisation, ainsi que sur l’émergence de « l’air » comme territoire d’appropriations techniques, sociales, symboliques et politiques. Elle a publié les ouvrages suivants : L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 (prix Louis Casteix 2010 de l’Académie française), Une Histoire des ballons. Invention, culture matérielle et imaginaire, Paris, éditions du Patrimoine, 2010, et L’Emprise du vol. De l’invention à la massification : Histoire d’une culture moderne (co-dir. N. Roseau), Genève, MētisPresses, 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

BCUL

Offert par Bibliothèque cantonale et universitaire Lausanne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search