Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Expérience(s) : découvrir, inventer, expérimenter, convaincre

Inventer

Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’invention, dont l’étude est devenue si familière en histoire des techniques et en histoire des sciences, n’a pas été souvent théorisée avant le XIXe siècle, tant elle peinait à être distinguée d’autres notions : la résolution de problèmes – ce que recouvrait le génie ou ingenium –, la découverte, plus prestigieuse, ou encore les perfectionnements et adaptations incessants dans les ateliers et qualifiés de moyens, manières, secrets… Encore au XVIIIe siècle, le verbe est polysémique ; « inventer c’est trouver quelque chose par la force de son génie : inventer un art, une science, un système, une machine », selon le dictionnaire de l’abbé Féraud (1787).

Pourtant, à cette époque, en lien avec la pensée des Lumières et l’intérêt croissant des États pour le progrès technique, l’invention technique est définie et théorisée. C’est le cas dans l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, avec l’article « Invention » du chevalier de Jaucourt (1704-1779). Rés...

Auteurs

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris Diderot et directrice d’études à l’EHESS. Elle est spécialiste de l’histoire de la culture technique et des échanges dans l’Europe moderne. Après L’expérience de la mer. Les Européens et les espaces maritimes au XVIIIe siècle (Seli Arslan, 1997), elle a publié L’invention technique au siècle des Lumières (Albin Michel, 2000) puis La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoirs techniques à Londres au XVIIIe siècle (Albin Michel, 2013). Elle est directrice de publication de la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines.
Chargée de recherche au CNRS au sein du centre Alexandre Koyré (CNRS, EHESS, MNHN) UMR 8560. Co-rédactrice en chef de la revue Artefact. Techniques et sciences humaines, elle anime plusieurs séminaires et enseigne à l’EHESS. Ses travaux portent sur l’histoire de la réception des techniques et l’activité inventive dans les villes européennes à la période des Lumières, sur les mutations du système de santé et d’assistance liées à l’industrialisation, ainsi que sur l’émergence de « l’air » comme territoire d’appropriations techniques, sociales, symboliques et politiques. Elle a publié les ouvrages suivants : L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 (prix Louis Casteix 2010 de l’Académie française), Une Histoire des ballons. Invention, culture matérielle et imaginaire, Paris, éditions du Patrimoine, 2010, et L’Emprise du vol. De l’invention à la massification : Histoire d’une culture moderne (co-dir. N. Roseau), Genève, MētisPresses, 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540