Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Europe des sciences et des techniques

 | 
Liliane Hilaire-Pérez
, 
Fabien Simon
, 
Marie Thébaud-Sorger

Expérience(s) : découvrir, inventer, expérimenter, convaincre

Découvrir : un Nouveau Monde des savoirs

Fabien Simon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première notion clé, dont nous souhaiterions partir, est celle de « découverte ». Elle marque une manière nouvelle d’envisager le savoir au tournant des XVe-XVIe siècles, et nous ouvre à un premier sens du terme « expérience », fil conducteur de ce chapitre : « Ce dont on fait l’expérience par soi-même. »

Plus Ultra, devise des sciences dites « modernes »

Image

Figure 1 – Frontispice de l’Instauratio Magno de Francis Bacon, 1620.

Les proues des deux navires aux voiles gonflées, naviguant sur l’océan, font face au spectateur du frontispice (fig. 1). Le premier bateau s’apprête à franchir deux colonnes de style dorique qui bornent l’image au premier plan. Elles figurent les colonnes d’Hercule et marquent les limites du monde connu, grâce aux autorités antiques, d’Aristote à Ptolémée. Les vaisseaux viennent d’au-delà, de l’autre côté du Détroit de Gibraltar, de l’Atlantique. « Multi pertransibunt, & augebitur scientia » nous dit la légende, reprise de la Bible (Daniel 12, 4) : « Beaucoup voy...

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris Diderot et membre du laboratoire ICT (EA 337). Il est spécialiste d’histoire des savoirs au cours de la première modernité, notamment de la part prise par les langues dans leur élaboration et leurs circulations (savoirs linguistiques, traductions…). Ses recherches ont porté, en particulier, sur la manière dont la quête d’une langue universelle au XVIe-XVIIe siècle avait été le lieu de la mise en branle d’une province de la République des lettres, reliant les réseaux scientifiques de la Royal Society et ceux de l’ordre jésuite (voir entre autres : « Language as “universal truchman” : translating the Republic of Letters in the 17th Century », in Niall Hodson, Sietske Fransen et Karl Enenkel (dir.), Translation and the Circulation of Knowledge in Early Modern Science, Brill, Intersections Series, à paraître).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540