Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les praticiens du droit du Moyen Âge à l'époque contemporaine

 | 
Vincent Bernaudeau
, 
Jean-Pierre Nandrin
, 
Bénédicte Rochet
, 
et al.

Première partie. Sources et méthodes

État et modernisation en Prusse (fin xixe-début xxe siècles) : l’apport d’une prosopographie des juristes de l’administration

Marie-Bénédicte Vincent

Texte intégral

  • 1 C. Charle, « Légitimités en péril. Éléments pour une histoire comparée des élites et de l’État en (...)
  • 2 Le recrutement des fonctionnaires se voit soumis à des règles fixes dans la loi de qualification a (...)
  • 3 Sur ce thème, voir A. Mayer, La persistance de l’Ancien Régime. L’Europe de 1848 à la Grande Guerr (...)
  • 4 C’est la conclusion de H.-U. Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 3, Von der Doppelrevol (...)
  • 5 H. Spenkuch, « Vergleichsweise besonders ? Politisches System und Strukturen Preussens als Kern de (...)

1L’histoire sociale de l’État a deux ambitions : d’une part faire la sociologie des élites au pouvoir et d’autre part se demander comment celle-ci explique les traits spécifiques des régimes étudiés et leurs relations avec la société civile1. Le cas de l’Allemagne au tournant du xxe siècle présente de ce point de vue des aspects contradictoires. L’historiographie insiste sur la prédominance d’élites nobiliaires au sein des structures étatiques, qui contribuent à maintenir le modèle prussien d’État autoritaire (Obrigkeitsstaat) défini au début du xixe siècle. Depuis l’État absolutiste du xviiie siècle, la bureaucratie est considérée comme devant être entièrement au service de la monarchie. Au lendemain de la défaite contre Napoléon en 1806, les réformateurs prussiens ont certes mené une modernisation de l’administration visant à la rendre plus efficace dans sa gestion du territoire2. Mais cette évolution s’est traduite par un renforcement du poids des élites nobiliaires dans les structures étatiques, en particulier après 1848. Cette hégémonie de la noblesse dans l’accès aux fonctions administratives a été analysée dans le cadre du débat sur la « voie séparée allemande » (Sonderweg) : le décalage entre un personnel de l’État « d’Ancien régime » et le processus de modernisation économique a été vu comme un des éléments qui auraient bloqué, jusqu’à la Première Guerre mondiale, la démocratisation des institutions allemandes3. Bien sûr, de nombreux aspects du Sonderweg ont été depuis relativisés, mais le concept continue d’être valable en ce qui concerne le système de domination politique4. Dans l’espace allemand, c’est la Prusse qui fournit, par opposition aux États du Sud, la version la plus extrême de cette domination des élites nobiliaires au sein d’un service de l’État conçu au sens large (armée et administration)5.

  • 6 B. Holtz, H. Spenkuch, Preussens Weg in die politische Moderne. Verfassung, Verwaltung und politis (...)
  • 7 H.-J. Henning, Die deutsche Beamtenschaft im 19. Jahrhundert. Zwischen Stand und Beruf, Stuttgart, (...)
  • 8 H. Fenske, Preussentum und Liberalismus, Aufsätze zur preussischen und deutschen Geschichte des 19 (...)
  • 9 F. Dreyfus, L’invention de la bureaucratie. Servir l’État en France, en Grande-Bretagne et aux Éta (...)

2Est-ce à dire que l’administration prussienne reste étrangère au processus de modernisation qui affecte une grande partie des États européens depuis la seconde moitié du xixe siècle ? Non, car parallèlement aux travaux qui insistent sur le caractère homogène du recrutement social et politique des fonctionnaires, d’autres mettent en avant la rationalisation de la bureaucratie faisant évoluer ses structures et son fonctionnement6. Ce n’est pas un hasard si Max Weber évoque au début du xxe siècle la figure du bureaucrate, agent d’une domination légale-rationnelle. Bien sûr il s’agit d’un idéal-type non calqué directement sur la réalité, mais qui reflète néanmoins les évolutions du moment, notamment, la montée en puissance des diplômés dans la fonction publique. Depuis la seconde moitié du xixe siècle, le « principe de compétence » (Leistung) revêt une importance croissante chez les fonctionnaires, en lien avec l’influence des valeurs bourgeoises dans la société7. Ce principe se traduit par des réformes importantes en matière de recrutement, dont l’obligation de détenir un savoir juridique pour accéder à la haute administration. C’est en 1879 que la Prusse décide d’imposer le droit comme formation obligatoire des hauts fonctionnaires. La filière juridique prussienne comprend alors six semestres dans les facultés de droit, le passage d’un premier examen juridique d’État, quatre ans de stages comme référendaire dans différentes administrations et enfin le second examen d’État. Sans remettre totalement en cause les pratiques de cooptation8, la réforme se traduit néanmoins par l’arrivée d’élites bourgeoises qui se hissent au sommet de l’État au vu de leurs qualifications juridiques. Ainsi l’Allemagne, sans être une démocratie, n’est pas étrangère au courant de modernisation qui affecte les autres instances administratives européennes, comme la France et la Grande-Bretagne9. Le problème qui se pose dès lors aux historiens est de voir comment s’effectue concrètement le partage des tâches entre élites anciennes et nouvelles dans l’administration prussienne.

Enjeux et méthode

  • 10 H.-J. Henning, Die unentschiedene Konkurrenz. Beobachtungen zum sozialen Verhalten des norddeutsch (...)

3L’intérêt de la période allant de la fin du xixe siècle au début du xxe siècle réside précisément dans son caractère de transition entre le pouvoir des notables terriens et la montée en puissance des bureaucrates. Jusqu’à présent, le débat sur la répartition de ces élites au sein de l’administration était basé sur des statistiques globales portant sur un seul couple de variables, par exemple la confession religieuse (opposition catholiques/protestants) ou l’origine sociale (opposition nobles/bourgeois). Mais ces variables ne font généralement pas l’objet d’une analyse jointe. Ainsi dans sa synthèse sur la rivalité entre nobles et bourgeois dans l’Allemagne de la fin du xixe siècle10, H.-J. Henning revient sur le partage des tâches dans l’administration. Plutôt que de l’interpréter en termes de domination/soumission, il parle de « concurrence indécise » : les nobles se voient accorder la préférence dans les fonctions de représentation en province, tandis que les fonctionnaires bourgeois sont employés dans les fonctions de compétence en participant aux processus décisionnels, notamment dans les ministères. Le problème est que cette répartition entre nobles et bourgeois n’est pas mise en rapport avec les compétences professionnelles des individus. Elle permet donc de discuter sur le plus ou moins grand degré d’ouverture sociale de l’administration selon les fonctions, mais non de l’interpréter en termes de rationalisation. Or l’enjeu du débat sur la modernisation de l’État est précisément d’établir un lien entre l’analyse des profils socio-économiques et celle des qualifications. Il est donc intéressant de considérer l’ensemble d’un parcours professionnel en articulant origine sociale, formation académique et postes occupés.

La prosopographie pour comprendre les dynamiques différenciées de carrières

  • 11 H. Titze, Datenhandbuch zur deutschen Bildungsgeschichte, vol. 1, Das Hochschulstudium in Preussen (...)
  • 12 H. Hattenhauer, Geschichte des Beamtentums, Cologne, C. Heymanns, 1980. H.-J. Henning, Die deutsch (...)
  • 13 Sur la méthode précise de constitution de cet échantillon et les sources utilisées, voir M.-B. Vin (...)

4La prosopographie des hauts fonctionnaires permet de réunir des variables habituellement étudiées séparément par l’historiographie, dans les études sur le monde universitaire11 et dans celles sur la fonction publique allemande12. L’utilisation de méthodes statistiques vise ensuite à comprendre comment la distribution s’opère dans le champ administratif et comment sont valorisés les différents profils. La présente étude s’appuie sur une base de données incluant 306 hauts fonctionnaires prussiens, nés entre 1835 et 1895. Ils ont en commun d’avoir suivi une formation juridique sous l’Empire allemand et d’avoir effectué ensuite leur carrière dans l’administration provinciale et centrale prussienne (pour ce dernier groupe, les ministères de l’Intérieur et des Finances ont été privilégiés). L’échantillon a été constitué par tirage systématique des dossiers de fonctionnaires dont le nom patronymique commençait par neuf lettres de l’alphabet pour lesquelles il était possible de commander la totalité des dossiers13. À l’issue de ce tirage, on a éliminé les dossiers pour lesquels on ne pouvait pas reconstituer par recoupement des sources le parcours universitaire. L’idée a ensuite été de mettre en regard pour chaque fonctionnaire trois types de données relatives à l’état civil, au cursus universitaire et à la carrière. Les informations ont été collectées dans une base de données et traitées selon une analyse factorielle des correspondances. Comme on sait, la valeur heuristique de la représentation graphique réside dans le fait qu’elle fait apparaître des corrélations non visibles au départ. Dans notre cas, il s’agit de voir si les variables définissent des profils différenciés de fonctionnaires, puis de comprendre comment se répartissent ces profils dans le champ administratif. Finalement on se demandera si cette répartition obéit à un schéma de rationalisation de l’administration, affirmant progressivement la primauté du principe de compétence. Nous présenterons d’abord l’analyse des parcours universitaires, avant d’aborder celle des carrières.

Les stratégies universitaires conduisant au service de l’État

Les variables utilisées

5Le tableau 1 présente les variables utilisées pour rendre compte des stratégies universitaires des fonctionnaires de l’échantillon. Cinq variables-lignes définissent leur profil socio-économique.

  • La première est la génération : trois cohortes, nées respectivement en 1835-1855, 1855-1875 et 1875-1895 ont été distinguées afin de pointer les évolutions sur la période. Les étudiants de droit passant leur premier examen juridique vers 25 ans, les trois générations sont entrées dans l’administration respectivement en 1860-1880, 1880-1900 et 1900-1920.
  • La seconde variable est la religion. On a distingué entre protestants et catholiques (respectivement 87 % et 13 % de l’échantillon global), dans la mesure où les juifs sont absents de l’échantillon (si les juifs représentent entre 6 % et 10 % des étudiants de droit sur la période, ils subissent des discriminations à l’entrée de la fonction publique prussienne malgré la loi d’émancipation de 1871, ce qui les contraint à embrasser les professions juridiques libérales). Quant à la sous-représentation des catholiques dans l’administration par rapport à la population prussienne (qui comprend un tiers de catholiques), elle est une conséquence du Kulturkampf, le catholicisme étant durablement suspecté de non-loyalisme envers la monarchie prussienne. Cette discrimination officieuse est dénoncée par les catholiques dans le débat sur la « parité » au tournant du xxe siècle14.
  • On considère ensuite l’origine sociale, marquée d’une part par l’appartenance ou non à la noblesse (30 % des individus de l’échantillon sont nobles) et d’autre part par la profession du père. Font partie des élites dites traditionnelles les fils de hauts fonctionnaires (24 % de l’échantillon), de propriétaires fonciers (22 % de l’échantillon) et d’officiers (11 % de l’échantillon), soit au total 57 % de l’échantillon. Sont considérés comme nouvelles élites les individus issus du monde des affaires (16 % de l’échantillon), des professions intellectuelles et libérales (respectivement 8 % et 7 % de l’échantillon), de la fonction publique subalterne (6 % de l’échantillon) et les fils de salariés du privé (6 % de l’échantillon).
  • Enfin, la dernière variable est la province natale : on a distingué quatre ensembles de provinces en fonction du gradient socio-économique Est/Ouest du territoire prussien. Notons que la moitié orientale de la Prusse est sur-représentée dans l’échantillon, avec 25 % des fonctionnaires issus des provinces orientales (qui sont les provinces historiques, agraires et conservatrices) et 41 % des provinces centrales. A contrario, la moitié occidentale de la Prusse, annexée seulement au xixe siècle et restée suspecte de non-loyalisme, est sous-représentée : 12 % des fonctionnaires de l’échantillon sont issus des nouvelles provinces (conquises lors des guerres de 1864 et 1866/67) et 21 % des provinces occidentales (rattachées en 1815 mais caractérisées par leur fort particularisme du fait du catholicisme majoritaire, du poids des grandes villes, de l’industrie et des élites bourgeoises libérales).

Tableau 1. Variables-lignes : le profil socio-économique des fonctionnaires

Tableau 1. Variables-lignes : le profil socio-économique des fonctionnaires

6Pour l’analyse du parcours universitaire, quatre variables ont été retenues (tableau 2).

  • Deux d’entre elles mesurent le capital intellectuel acquis lors de la formation juridique : il s’agit de la mention obtenue au second examen d’État et de l’obtention ou non d’un doctorat de droit. Notons que ce dernier titre universitaire n’est pas nécessaire pour entrer dans l’administration prussienne, mais qu’il est détenu par 30 % des individus de l’échantillon. En revanche, le second examen d’État, qui sanctionne une formation juridique complète, est obligatoire pour les hauts fonctionnaires. La mention obtenue lors de cet examen permet de différencier le niveau des connaissances en droit des candidats (13 % des individus de l’échantillon ont redoublé l’examen, 68 % ont obtenu la mention suffisant ou satisfaisant et 19 % la mention bien ou excellent).
  • Les deux autres variables mesurent, quant à elles, le capital social acquis lors de la formation universitaire. La mobilité géographique des étudiants est prise en compte à travers le nombre d’universités fréquentées (le critère de mobilité est apprécié dans l’administration qui affecte souvent les fonctionnaires en dehors de leur province d’origine). 30 % des fonctionnaires de l’échantillon ont fréquenté une seule université en Allemagne, 58 % au moins deux universités allemandes et 12 % au moins deux universités dont une étrangère. Notons que le court séjour à l’étranger (d’un ou deux semestres) s’intègre dans une stratégie d’études itinérantes prisée dans le monde germanique et qu’il est validé ensuite pour se présenter au premier examen juridique. Le dernier critère est le passage par un Corps, qui est depuis la seconde moitié du xixe siècle le type de corporation étudiante le plus élitiste par son recrutement. Les Corps ont été analysés comme instances de socialisation des élites15. Ils transmettent une éducation spécifique, un savoir-vivre et véhiculent un conformisme politique fait de conservatisme et de loyalisme vis-à-vis de la monarchie. Fonctionnant sur le principe de solidarité intergénérationnelle, ils fournissent un carnet d’adresse efficace pour les étudiants se destinant au service de l’État (protection des Anciens). 30 % des membres de l’échantillon sont passés par un Corps. Au total, l’ensemble de ces critères permet d’apprécier l’expérience à l’Université considérée autant comme lieu de transmission de savoir que comme instance de socialisation. Voyons à présent quelles corrélations existent entre les parcours universitaires et ces profils socio-économiques.

Tableau 2. Variables-colonnes : le parcours universitaire des fonctionnaires

Tableau 2. Variables-colonnes : le parcours universitaire des fonctionnaires

Les parcours universitaires en fonction des profils socio-économiques

7L’analyse factorielle des correspondances offre une représentation spatiale de la structure des données. Comme on sait, la lecture se fonde sur des espaces de vecteurs et les résultats ne produisent pas des corrélations déterministes mais des probabilités d’association. Le graphique 1 illustre les deux dimensions principales de la structure des données, ce qui explique que toutes les variables présentées dans le tableau 1 n’y figurent pas.

Graphique 1 : Les parcours universitaires en fonction des profils socio-économiques (AFC n°1) (représentation des facteurs 1 et 2 : 64 % du khi 2)

Graphique 1 : Les parcours universitaires en fonction des profils socio-économiques (AFC n°1) (représentation des facteurs 1 et 2 : 64 % du khi 2)

8Trois stratégies peuvent être distinguées.

  • Tout d’abord la stratégie sédentaire (quadrant supérieur droit du graphique) : le fait d’avoir fréquenté une seule université se trouve associé à l’appartenance à la génération la plus ancienne de l’échantillon, à une origine géographique de l’Est de la Prusse et à une provenance du milieu des propriétaires foncier. Ces deux dernières variables caractérisent les élites traditionnelles de la Prusse pour lesquelles l’habitus social prime sur l’investissement universitaire. Pour cette génération qui entre dans l’administration dans les années 1860-1880, le critère de sélection n’est pas celui de l’excellence juridique.
  • Cette stratégie sédentaire s’oppose à la stratégie d’excellence universitaire (quadrant inférieur gauche du graphique). Celle-ci repose sur les deux critères associés de très bonne qualification que sont d’une part la possession d’un doctorat de droit et d’autre part une mention bien ou excellent au second examen d’État. Ces variables sont liées à des critères indiquant l’ouverture sociale de l’administration vers des fonctionnaires d’origine bourgeoise et nés dans les milieux diplômés (avec des pères membres des professions intellectuelles et des professions libérales). On observe donc que l’ouverture sociale de l’administration vers des couches nouvelles qui n’y avaient traditionnellement pas leur place est « com pensée » par l’excellence de leurs compétences juridiques (ce qui est confirmé par l’opposition axiale de ces variables avec l’origine nobiliaire et le redoublement du second examen d’État dans le quadrant supérieur droit). Ce premier résultat peut s’interpréter en termes de modernisation de l’administration : l’ouverture sociale du recrutement va de pair avec une meilleure qualification.
  • La troisième stratégie qui apparaît dans le quadrant supérieur gauche du graphique correspond à une très grande mobilité universitaire incluant un séjour à l’étranger. Cette ouverture internationale est associée à l’appartenance à la troisième génération de l’échantillon. Elle est aussi liée à une origine sociale et géographique prédisposant à la mobilité (père militaire et naissance en dehors de la Prusse). L’opposition avec la stratégie universitaire sédentaire recoupe donc l’opposition générationnelle, ce qui montre une évolution entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle. Alors que la première génération fait ses études dans les années qui précèdent l’unité allemande, à un moment de grande suspicion à l’égard des références étrangères dans le discours universitaire et où l’université allemande est perçue comme un facteur d’unification nationale16, dans la troisième génération, qui fait ses études entre 1895 et 1914, un intérêt grandissant se manifeste pour les modèles universitaires étrangers. Cette ouverture internationale est intéressante dans un contexte de formation nationale des élites impériales, dans la mesure où le bénéfice du séjour à l’étranger n’est pas direct dans la préparation des examens juridiques d’État : c’est plutôt en termes d’acquisition de capital symbolique qu’il doit être interprété, en l’occurrence l’apprentissage d’une langue à caractère universaliste, fonctionnant comme élément distinctif du statut social de l’homme cultivé17. Dans l’échantillon, les universités étrangères fréquentées par les juristes sont essentiellement Genève et Lausanne. Ceci montre que l’acquisition du français continue de représenter pour les élites allemandes un capital culturel important, le séjour en Suisse francophone permettant de contourner la rivalité franco-allemande de l’après 1870/7118. Or ce séjour à l’étranger participe aussi du processus de modernisation des élites administratives allemandes. Il sert d’élément justifiant un pouvoir fondé sur la compétence, même s’il n’est pas sanctionné par un diplôme. Reste à voir comment ce bien culturel est valorisé ensuite professionnellement dans le service de l’État. Il faut donc replacer les itinéraires étudiants dans le champ administratif prussien.

La valorisation des compétences dans le service de l’État

Les différentes fonctions administratives

9La seconde analyse factorielle des correspondances fait apparaître les critères de sélection associés à une fonction administrative donnée. Les variables-lignes sont l’ensemble des variables utilisées précédemment pour définir le profil à la fois socio-économique et universitaire des fonctionnaires. Quant aux variables-colonnes, présentées dans le tableau 3, elles correspondent à la dernière fonction atteinte par les individus de l’échantillon. Présentons-les brièvement.

  • Les fonctions de référendaire et d’assesseur sont exercées avant la titularisation comme fonctionnaire, qui n’intervient en moyenne que vers 34 ans. 5 % des individus de l’échantillon les occupent avant de quitter l’administration (mort ou reconversion).
  • La fonction de conseiller d’administration (Regierungsrat) est la plus répandue dans l’administration centrale et provinciale (29 % des individus de l’échantillon en fin de carrière). Elle renvoie à des tâches de gestion, tout comme celle de conseiller supérieur d’administration (Oberregierungsrat) qui par rapport à la précédente correspond à une promotion (17 % des individus).
  • Ces deux fonctions s’opposent aux fonctions de représentation qui revêtent un caractère politique, lié à des prérogatives régaliennes dans les provinces. Parmi celles-ci, celle de Landrat implique, jusqu’en 1872, l’appartenance à la noblesse foncière locale. La réforme de l’administration provinciale opère ensuite une bureaucratisation de la fonction (fin de l’obligation de détenir un patrimoine foncier dans l’arrondissement, recrutement possible à l’extérieur de la province, plus grande rotation des fonctionnaires19), mais son prestige demeure important. 17 % des individus l’occupent en fin de carrière. Les postes de présidents de districts, présidents de province et préfets de police correspondent quant à eux à des tâches de représentation et de direction au sommet de la hiérarchie provinciale (5 % des individus en fin de carrière).
  • Le dernier ensemble correspond aux fonctions d’expertise : il s’agit d’une part des magistrats de tribunal administratif (8 % des individus en fin de carrière) qui occupent des poste éloignés du public mais nécessitant de solides connaissances juridiques. D’autre part les fonctions ministérielles de conseiller ou de directeur (groupées avec celles, plus rares, de sous-secrétaire d’État et de ministre) représentent respectivement 13 % et 6 % des individus en fin de carrière. Ceux-ci participent directement au processus décisionnel à Berlin.

10Au total, les fonctions de gestion, de représentation ou d’expertise requièrent des compétences différentes, ce qui renvoie à la question des profils de fonctionnaires qui y sont associés (graphiques 2 et 3).

Tableau 3. Variables-colonnes : les carrières des fonctionnaires

Tableau 3. Variables-colonnes : les carrières des fonctionnaires

Fonction atteinte selon le profil

11Commençons par le graphique 2 qui représente les deux facteurs principaux de la table de données. L’axe horizontal représente ici le facteur de sélection lié à la qualification, dans la mesure où il oppose les fonctions d’expertise, à gauche de l’origine, aux fonctions de gestion et de représentation, à droite de l’origine. Quant à l’axe vertical, il représente le facteur de sélection de l’origine sociale traditionnelle vers le bas et plus ouverte vers le haut. Le placement des variables dans les quatre quadrants permet de voir quelle est la structuration du champ administratif. Les profils de fonctionnaires peuvent alors s’interpréter selon les pôles de modernisation et de tradition.

  • Ainsi le profil du fonctionnaire « vieille Prusse » est-il représenté dans le quadrant inférieur droit du graphique par l’association de la fonction traditionnelle de Landrat, de l’origine nobiliaire et d’un père propriétaire foncier. Ce profil est lié à un parcours universitaire moyen au plan des qualifications juridiques (mention au mieux satisfaisante au second examen d’État).
  • Ce profil s’oppose nettement au profil du fonctionnaire ministériel, qu’il soit conseiller ou qu’il occupe un grade plus élevé dans la hiérarchie centrale. Ces postes, figurant au voisinage de l’axe des abscisses, sont définis par un niveau élevé de compétence juridique (mention bien ou excellent à l’examen d’État) et un recrutement dans le vivier des élites nouvelles (avec une origine bourgeoise et père diplômé membre des professions libérales et intellectuelles).
  • Du point de vue des compétences, le graphique oppose clairement, de part et d’autre de l’origine, les fonctions de simple conseiller et de magistrat au tribunal administratif, toutes deux dans l’administration provinciale : la fonction basique de conseiller, dont l’exercice en fin de carrière renvoie en fait à l’absence de promotion, se trouve associée à un redoublement au second examen d’État, ce qui conduit à définir un profil de « fonctionnaire médiocre ». Elle s’oppose au poste de magistrat requérant au contraire de très bonnes connaissances en droit.
  • Le dernier profil situé dans le quadrant supérieur droit près de l’axe des ordonnées est celui du « jeune fonctionnaire mobile » représentant l’ouverture sociale et professionnelle de l’administration au début du xxe siècle : les variables qui y sont associées sont en effet l’appartenance à la troisième génération, une naissance dans les provinces centrales développées de la Prusse, un père issu du monde des affaires20 et un séjour dans une université étrangère. Le fait que ces fonctionnaires ne dépassent pas le premier niveau précédant une titularisation dans l’administration indique une forte déperdition des effectifs, causée d’une part par les pertes de la Première Guerre mondiale (les individus nés en 1875-1895 avaient entre 20 et 40 ans en 1914, donc étaient mobilisables), d’autre part par les nombreuses reconversions professionnelles au début de la République de Weimar. Ces reconversions ont lieu vers des secteurs plus attractifs du secteur privé ou public (administration municipale ou fédérale) qui offrent, dans un contexte de crise de l’État prussien sur lequel nous reviendrons, de meilleures rémunérations et promotions.

Graphique 2 : Les carrières en fonction des profils universitaires et socio-économiques (AFC n°2) (représentation des facteurs 1 et 2 : 60 % du khi deux)

Graphique 2 : Les carrières en fonction des profils universitaires et socio-économiques (AFC n°2) (représentation des facteurs 1 et 2 : 60 % du khi deux)

12Le graphique 3 permet d’aborder les profils liés aux deux dernières fonctions de l’administration provinciale qui n’apparaissent pas dans le graphique précédent. Ainsi les postes du sommet de la hiérarchie (président de province, de district, et préfet de police) se trouvent associés à un père militaire, mais opposés à des pères membres des professions intellectuelles et salariés du privé. Ceci indique que le recrutement de ces fonctions prestigieuses liées à la représentation de l’État en province continue de s’opérer dans le vivier des élites traditionnellement liées à la monarchie. De même, ces fonctions sont opposées à une origine géographique dans les provinces occidentales catholiques, indice supplémentaire de la fermeture du recrutement. Inversement, la fonction de conseiller supérieur d’administration est associée à une origine bourgeoise et opposée à la mention bien ou excellent au second examen d’État. On en déduit qu’il s’agit d’un poste qui, bien que correspondant à une promotion, ne recrute pas dans le vivier des plus qualifiés de l’administration.

Graphique 3 Les carrières en fonction des profils universitaires et socio-économiques (AFC n° 2) (représentation des facteurs 3 et 4 : 28 % du khi deux)

Graphique 3 Les carrières en fonction des profils universitaires et socio-économiques (AFC n° 2) (représentation des facteurs 3 et 4 : 28 % du khi deux)

Bilan : la différenciation du champ administratif

13Au total, la modernisation se traduit par une claire différenciation du champ administratif prussien. Les critères de sélection varient nettement selon les postes. Les fonctionnaires chargés de la représentation de l’État en province (Landräte, présidents de province et de district, préfets de police) continuent d’être recrutés au vu de critères socio-économiques plus qu’universitaires, les vertus de l’habitus primant ici sur le degré de qualification administrative. En revanche, les fonctionnaires ministériels sont choisis au regard de compétences juridiques objectivement sanctionnées par des diplômes. L’écart se creuse donc entre le sommet de l’administration centrale, de plus en plus soumis au principe de compétence et recrutant dans la bourgeoisie diplômée, et le sommet de l’administration provinciale, où les fonctionnaires restent issus des élites traditionnelles (noblesse foncière et militaires).

14Ceci dit, l’opposition tradition/modernité (qui prend en compte à la fois l’origine sociale et le degré de compétence) est loin de recouper l’opposition centre/province. On le voit d’une part dans la répartition des postes « bourgeois » de l’administration provinciale, où les profils médiocres des Regierungsräte s’opposent aux profils d’excellence des magistrats des tribunaux administratifs. D’autre part au sein de l’administration centrale, il faut distinguer entre les ministères, dans la mesure où certains, comme les Affaires étrangères ou la Guerre, restent aux mains des anciennes élites jusqu’en 1918. De ce point de vue, la composition de l’échantillon, qui prend en compte essentiellement les ministères de l’Intérieur et des Finances, induit un biais puisqu’il s’agit des ministères les plus bourgeois. Si la rationalisation de l’État prussien est bien en cours, le processus n’a donc pas encore affecté la totalité du champ administratif au seuil du xxe siècle. En outre, le départ précoce de l’administration de la jeune génération, caractérisée par son recrutement social plus ouvert et sa mobilité internationale, va freiner la modernisation de l’administration sous la République de Weimar. Une dernière remarque concerne l’absence de la variable religieuse dans les graphiques : contrairement à ce qu’on aurait pu penser, la confession n’est pas un élément de structuration du champ administratif. Tout en gardant à l’esprit la sous-représentation notoire des catholiques dans l’administration, notre hypothèse est que, pour les catholiques ayant réussi à franchir la porte d’entrée du service de l’État, la confession ne joue plus ensuite comme critère négatif de sélection (à l’inverse de l’origine sociale et des compétences).

  • 21 H.-U. Wehler, « Wie bürgerlich war das Deutsche Kaiserreich ? » in J. Kocka (éd.), Bürger und Bürg (...)

15L’analyse de la répartition des différentes composantes du personnel administratif a mis en évidence pour la fin du xixe et le début du xxe siècles la forte concurrence qui s’exerce entre élites anciennes et nouvelles au sein de l’État prussien. La rivalité en termes d’origine sociale se double d’une rivalité portant sur le degré de qualification juridique. La présente étude avait pour objectif de montrer comment cette concurrence se traduisait au plan professionnel. On peut dire que la modernisation de l’administration passe par le recrutement préférentiel des individus plus qualifiés aux postes requérant de réelles compétences (ministères, tribunaux administratifs). Dans les faits, le groupe des plus qualifiés recoupe souvent celui des élites bourgeoises. Mais la modernisation réside aussi dans l’adaptation des élites traditionnelles aux exigences de la compétence, étant admis que tous les fonctionnaires en compétition doivent justifier d’une formation juridique complète. Les anciennes élites ont dû se soumettre aux normes bourgeoises qui se diffusent dans l’économie et la société21.

16La concurrence entre différentes élites au sein des instances étatiques au tournant du xxe siècle a deux conséquences qu’il convient d’évoquer pour terminer.

  • En premier lieu, elle favorise les contacts entre les groupes sociaux : l’administration fonctionne comme un lieu d’échanges professionnels et culturels entre élites de naissance et élites de la compétence que lient une éthique du service de l’État, ce qui invite à relativiser la thèse d’un fort fractionnement des couches supérieures allemandes. La formation juridique permet de rapprocher la petite noblesse de la bourgeoisie diplômée22. Ce rapprochement est beaucoup plus net que celui survenant entre la noblesse fortunée et la bourgeoisie économique (rapprochement sur lequel on a beaucoup insisté lors des débats sur la prétendue « féodalisation » de la bourgeoisie et qui aurait conduit à créer une « élite composite »).
  • En second lieu, la concurrence entre anciennes et nouvelles élites au sein de l’administration a des conséquences en termes de représentation de l’État. Elle précipite en effet la fin du modèle traditionnel et idéalisé de l’État prussien du xixe siècle, dont le personnel homogène au plan sociologique et politique (adhésion au courant conservateur) entretenait la fiction d’incarner le bien commun en se situant au-dessus des conflits d’intérêts de la société civile23. Or avec la diversification du personnel administratif, la bureaucratie devient un espace de jeu des forces économiques et sociales dans lequel les agents aux capitaux, aux trajectoires, aux intérêts hétérogènes s’affrontent pour l’accès aux fonctions. Les situations de concurrence de la société civile pénètrent pour ainsi dire la sphère étatique. Le problème est que ce tournant est perçu en termes de crise après 1918. La Première Guerre mondiale s’accompagne d’une remise en question des capacités de l’État et de ses fonctionnaires à guider la nation24 : ceux-ci se sont montrés incapable d’assurer le ravitaillement de la population et de maintenir les équilibres sociaux dans l’économie de guerre, ce qui décrédibilise l’État prussien25. Après la guerre, il faut réinventer l’État et renégocier les liens entre les fonctionnaires et la société civile. Les fonctionnaires de la République de Weimar n’exercent plus d’autorité morale sur la société et sont réduits à des fonctions d’expertise. La propension de la jeune génération de l’échantillon à quitter l’administration prussienne est un indice de cette crise. En rendant patentes les limites de l’État, incapable de résoudre les difficultés économiques et politiques du moment, l’entre-deux-guerres introduit donc une discontinuité importante : l’affaiblissement de l’État et de ses élites qui rompt avec la tradition d’un État fort sur laquelle la Prusse s’était développée depuis le xviiie siècle. Le problème est que cet affaiblissement de l’État va être interprété en termes politiques dans le contexte très polarisé de la République de Weimar, avec des conséquences graves en termes de désaffection à l’égard de la démocratie.

Notes

1 C. Charle, « Légitimités en péril. Éléments pour une histoire comparée des élites et de l’État en France et en Europe occidentale, xixe-xxe siècles », Actes de la recherche en sciences sociales, 116/117, mars 1997, p. 39-52.

2 Le recrutement des fonctionnaires se voit soumis à des règles fixes dans la loi de qualification administrative de 1806. Par ailleurs une rationalisation de l’administration provinciale voit le jour à travers la création des districts comme instances intermédiaires et du poste de président de province. Voir K. Jeserich (éd.), Deutsche Verwaltungsgeschichte, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1984. Voir aussi sur le discours réformateur dans l’administration prussienne L. Herrmann, Die Herausforderung Preussens. Reformpublizistikund politische Öffentlichkeit in Napoleonischer Zeit (1789-1815), Francfort/M, Peter Lang, 1998.

3 Sur ce thème, voir A. Mayer, La persistance de l’Ancien Régime. L’Europe de 1848 à la Grande Guerre, traduction française, Paris, Flammarion, 1983, réédition 1990, p. 83-128. Sur l’hégémonie de la noblesse allemande dans les structures étatiques, voir F.L. Carsten, « Der preussische Adel und seine Stellung in Staat und Gesellschaft bis 1945 » in H.-U. Wehler (dir.), Europäischer Adel 1750-1950, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1990, p. 112-125. H. Reif, Adel im 19. und 20. Jahrhundert, Munich, Oldenburg, 1999, p. 74-78.

4 C’est la conclusion de H.-U. Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 3, Von der Doppelrevolution bis zum Beginn des Ersten Weltkrieges, 1849-1914, Munich, Beck, 1995.

5 H. Spenkuch, « Vergleichsweise besonders ? Politisches System und Strukturen Preussens als Kern des deutschen Sonderwegs », Geschichte und Gesellschaft, 2, 2003, p. 262-293.

6 B. Holtz, H. Spenkuch, Preussens Weg in die politische Moderne. Verfassung, Verwaltung und politische Kultur zwischen Reform und Reformblokade, Berlin, Akademie Verlag, 2001.

7 H.-J. Henning, Die deutsche Beamtenschaft im 19. Jahrhundert. Zwischen Stand und Beruf, Stuttgart, Steinert Verlag, 1984.

8 H. Fenske, Preussentum und Liberalismus, Aufsätze zur preussischen und deutschen Geschichte des 19. und 20. Jahrhunderts, Dettelbach, Röll, 2002. En particulier « Preussische Beamtenpolitik vor 1918 », p. 581-595.

9 F. Dreyfus, L’invention de la bureaucratie. Servir l’État en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis (xviiie-xxe siècles), Paris, La Découverte, 2000.

10 H.-J. Henning, Die unentschiedene Konkurrenz. Beobachtungen zum sozialen Verhalten des norddeutschen Adels in der 2. Hälfte des 19. Jahrhunderts, Stuttgart, Steinert Verlag, 1994.

11 H. Titze, Datenhandbuch zur deutschen Bildungsgeschichte, vol. 1, Das Hochschulstudium in Preussen und Deutschland, 1820-1944, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1987.

12 H. Hattenhauer, Geschichte des Beamtentums, Cologne, C. Heymanns, 1980. H.-J. Henning, Die deutsche Beamtenschaft im 19. Jahrhundert, op. cit. T. Süle, Preussische Bürokratietradition, Zur Entwicklung von Verwaltung und Beamtenschaft in Deutschland, 1871-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1988. B. Wunder, Geschichte der Bürokratie in Deutschland, Francfort/Main, Suhrkamp, 1986.

13 Sur la méthode précise de constitution de cet échantillon et les sources utilisées, voir M.-B. Vincent, « La prise en compte de plusieurs générations dans la méthode prosopographique. L’exemple des hauts fonctionnaires prussiens sous l’Empire et la République de Weimar », Genèses, 56, septembre 2004, p. 117-130.

14 M. Baumeister, Parität und katholische Inferiorität, Untersuchungen zur Stellung des Katholizismus im deutschen Kaiserreich, Paderborn, Schöningh, 1987.

15 D. Grieswelle, « Zur Soziologie des Kösener Corps 1870-1914 » in Student und Hochschule im 19. Jahrhundert. Studien und Materialen, Göttingen, Vadenhoeck und Ruprecht, 1975, p. 346-365. K. H. Jarausch, Students, Society and Politics in Impérial Germany. The rise of Academic Illiberalism, Princeton, Princeton UP, 1982. M. Studier, Der Corpsstudent als Idealbild der Wilhelminischen Ära. Untersuchungen zum Zeitgeist, 1888-1914, Schernfeld, SH-Verlag, 1990.

16 C. Charle, « Les références étrangères des universitaires. Essai de comparaison entre France et Allemagne 1870-1970 », Actes de la recherche en sciences sociales, 148, juin 2003, p. 8-19.

17 V. Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la Recherche en sciences sociales, 145, décembre 2002, p. 47-60.

18 La Suisse est le pays qui accueille le plus fort pourcentage d’étrangers parmi ses étudiante (49 % en 1910 contre 13 % pour la France et 1 % pour la Grande-Bretagne). V. Karady, « Student mobility and western Universities : Patterns of Unequal Exchange in the European Academic Market, 1880-1939 » in C. Charle, J. Schriewer, P. Wagner (éd.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 2004, p. 361-400.

19 K. Adamy, K. Hübener, Adel und Staatsverwaltung in Brandebourg im 19. und 20. Jahrhundert. Ein historischer Vergleich, Berlin, Akademie Verlag, 1996.

20 Le fait que les fils d’entrepreneurs entrent de plus en plus dans la haute administration et remplacent les fils de grands propriétaires fonciers est un indice de mobilité sociale induite par l’industrialisation, en lien avec la croissance inégale de ces groupes professionnels et le prestige grandissant des entrepreneurs. H. Kaelble, Soziale Mobilität und Chancengleichheit im 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1983, p. 49.

21 H.-U. Wehler, « Wie bürgerlich war das Deutsche Kaiserreich ? » in J. Kocka (éd.), Bürger und Bürgerlichkeit im 19. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1987, p. 243-287. H. Reif (éd.), Adel und Bürgertum in Deutschland. Entwicklungslinien und Wendepunkte im 19. Jahrhundert, Berlin, Akademie Verlag, 2000.

22 Dans un article récent, Jens Neumann corrobore cette idée en montrant que pour la petite noblesse qui a perdu une grande partie de ses terres dans la seconde moitié du xixe siècle et avec elles un élément important de son identité (environ 20 000 familles en 1880), la filière administrative assure sa survie en symbiose avec l’État. Voir J. Neumann, » Der Adeli m19. Jahrhundert in Deutschland und England imVergleich », Geschichte und Gesellschaft, 30/1, janvier-mars 2004, p. 155-182.

23 P.-C. Witt, « Konservatismus als Überparteilichkeit. Die Beamten der Reichskanzlei 1900-1933 » in D. Stegemann, B.-J. Wendt, P.-C. Witt (éd.), Deutscher Konservatismus im 19. und 20. Jahrhundert, Bonn, Verlag Neue Gesellschaft, 1983.

24 M. Föllmer, « Machtverlust und utopische Kompensation. Hohe Beamte und Nationalismus im Ersten Weltkrieg », Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 7, 2001, p. 581-598.

25 G. Yaaney, The World of Manager. Food Administration in Berlin during World War I, New-York, Peter Lang, 1994. B. J. Davis, Home Fires Burning. Food Politics and Everyday Life in World War I, Berlin, University of North Carolina Press, 2000.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Variables-lignes : le profil socio-économique des fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4582/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 2. Variables-colonnes : le parcours universitaire des fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4582/img-2.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Graphique 1 : Les parcours universitaires en fonction des profils socio-économiques (AFC n°1) (représentation des facteurs 1 et 2 : 64 % du khi 2)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4582/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Tableau 3. Variables-colonnes : les carrières des fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4582/img-4.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Graphique 2 : Les carrières en fonction des profils universitaires et socio-économiques (AFC n°2) (représentation des facteurs 1 et 2 : 60 % du khi deux)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4582/img-5.png
Fichier image/png, 53k
Titre Graphique 3 Les carrières en fonction des profils universitaires et socio-économiques (AFC n° 2) (représentation des facteurs 3 et 4 : 28 % du khi deux)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4582/img-6.png
Fichier image/png, 50k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540