Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et les religions en France

 | 
Philippe Portier

Troisième partie. Le modèle partenarial

Chapitre VII. Une jurisprudence universaliste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le général de Gaulle en 1958 se place dans la continuité de l’histoire républicaine. Sans doute marque-t-il, dans un lexique traditionnel, son attachement à la dimension religieuse de l’être national : « La France est chrétienne », affirme-t-il souvent1. Il n’entend pas remettre en cause, pour autant, la législation héritée de la période précédente : « L’État est laïque », ajoute-t-il. Pour une raison doctrinale : il défend l’idée d’un « État qui en soit un », ce qui l’entraîne à valider les dispositifs de différenciation hérités du moment républicain. Pour une raison politique : il voit bien que la loi du 9 décembre 1905, associée aux dispositions des législations des années 1880, a apporté une solution, validée par le plus grand nombre, à la question « politico-religieuse ».

Cette doctrine de la préservation persistera après lui. Si l’on s’arrête sur la loi du 9 décembre 1905, considérée comme la « clé de voûte de la laïcité2 », elle a connu sans doute, au cours des toutes dernière...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540