Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et les religions en France

 | 
Philippe Portier

Troisième partie. Le modèle partenarial

Le modèle partenarial

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La laïcité n’avait eu, jusqu’alors, qu’une existence discrète dans l’ordre juridique : la notion ne figure même pas dans la loi du 9 décembre 1905 qui se satisfait de parler de la « séparation des Églises et de l’État ». La consécration advient à la Libération. La laïcité prend alors valeur constitutionnelle. En 1946, le Constituant, sur une proposition du groupe communiste (Fajon et Hervé), insère, en effet, à l’article 1er de la loi fondamentale de la Quatrième République cette formule qui définit les principes fondateurs du nouveau régime : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. » Le Préambule va dans le même sens en invoquant l’obligation pour l’État d’instaurer un « enseignement public laïque1 ». Ces formules, qui seront reprises dans la Constitution de 1958, visaient, pour ceux qui les ont proposées, à graver dans le bronze le modèle de dissociation mis en place sous la Troisième République. Certains, du côté de la SFIO ou du PCF, voulaien...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540