Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et les religions en France

 | 
Philippe Portier

Deuxième partie. Le tournant séparatiste

Chapitre VI. Stabilisations : le « moment 1925 »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au sortir de la séparation de décembre 1905, la République articule donc son régime des cultes autour de deux grands principes. D’une part, la privatisation de l’espace ecclésial. Dans le monde concordataire, les Églises étaient dotées d’un statut de droit public, où se révélait la reconnaissance officielle que la nation voulait leur accorder. L’univers séparatiste les fixe, en revanche, du côté de la société civile, en leur laissant là, d’ailleurs, une marge de liberté totalement inédite. D’autre part, la neutralisation de l’espace étatique. Dans l’univers napoléonien, les institutions publiques restaient attachées au référent religieux. Rien de cela ne demeure après 1905 : parce qu’il en va de l’égalité, l’État doit régir la société en ne faisant droit qu’aux ressources sémantiques de la raison commune.

Cette neutralisation de l’espace étatique, qui oblige les fonctionnaires – comme l’indique puissamment à l’époque, autour de Léon Duguit, la doctrine française du droit public – à n...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540