Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et les religions en France

 | 
Philippe Portier

Deuxième partie. Le tournant séparatiste

Chapitre IV. Prolégomènes : le « moment 1880 »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Ordre moral prend fin avec la démission du maréchal de Mac Mahon le 30 janvier 1879, à la suite de plusieurs défaites de la droite, aux élections législatives de février 1876 et d’octobre 1877 et aux élections sénatoriales de janvier 1879. S’ils sont issus des « couches nouvelles » (médecins, avocats, journalistes…), selon la formule de Gambetta, les fondateurs de la République – Jules Ferry, Léon Gambetta, Paul Bert, Jules Simon, Georges Clemenceau – ne forment pas un groupe homogène. Ils ne cultivent pas les mêmes références historiques (certains ont la nostalgie du jacobinisme, d’autres sont clairement girondins), n’ont pas les mêmes approches de l’action politique (les radicaux, qui veulent forcer l’histoire, s’opposent aux opportunistes, qui attendent le « moment propice »), ne partagent pas la même idée de la religion (les uns sont attachés aux religions « historiques », et même au catholicisme pourvu qu’il soit gallican, d’autres, tel Jules Simon, se veulent adeptes de la «...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540