Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les praticiens du droit du Moyen Âge à l'époque contemporaine

 | 
Vincent Bernaudeau
, 
Jean-Pierre Nandrin
, 
Bénédicte Rochet
, 
et al.

Première partie. Sources et méthodes

Enjeux prosopographiques et perspectives de recherche autour du premier magistrat colonial en Guyane française au xviiie siècle : l’ordonnateur

Céline Ronsseray

Texte intégral

  • 1 L. Bely, dir., Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 604.

1La Guyane française est ce pays réputé fabuleux, découvert vers 1500, qui prêta son cadre à la légende de l’El Dorado célébrée par l’aventurier et auteur Walter Raleigh. Après des siècles d’explorations et de vaines tentatives d’implantation européenne, les xviie et xviiie siècles voient l’établissement durable de la France sur cette Terre Ferme d’Amérique, notamment dans la mise en place d’une administration coloniale à Cayenne. Après en avoir délégué la gestion à des compagnies, Louis XIV décide que ces « îles d’Amérique » dépendront dorénavant directement de lui-même. Le règlement du 4 novembre 1671 de Colbert organise une direction partagée entre le gouverneur et l’intendant qui sert de relais au gouvernement métropolitain1. Ce transfert consacre une certaine maturité du système centralisateur, les territoires étant désormais considérés comme des provinces relevant de l’autorité de l’État. Dans l’ensemble, l’administration locale des colonies reflète une volonté d’assimilation : chaque colonie a des organes administratifs inspirés par ceux des provinces françaises. Dans la pratique, cependant, leur statut est fort différent de celui de la métropole, à cause, de la spécificité de leurs structures socio-économiques, et d’autre part, de la domination de type colonial car les colonies sont en fait des régions assujetties à la métropole.

  • 2 « L’État et les pratiques administratives en situation coloniale », Outre-Mers, 2003, t. 89, n° 33 (...)
  • 3  «Les recherches sont encore non seulement balbutiantes, si on les compare à celles qui ont été me (...)

2La connaissance de l’État français et de ses pratiques dans les mondes coloniaux connaît depuis quelques années une profonde évolution. Preuve en est de l’importance de ce sujet : la revue Outre-Mers a consacré en 2003 un dossier thématique sur l’État et les pratiques administratives en situation coloniale2. Ce travail collectif questionne sur la nature de l’administration en elle-même et comment ses hommes, formant un groupe, endossent leurs responsabilités et leurs devoirs de représentation du roi à près de dix milles kilomètres de la métropole ? Dix milles kilomètres en effet, car, comme le soulignaient Mickael Augeron et Laurent Vidal dans leur article sur les nouvelles perspectives de recherche sur la France et ses nouveaux mondes américains en 2002, l’administration et le gouvernement colonial de la Guyane française témoignent d’une carence historiographique majeure3.

  • 4 Thèse ayant pour sujet les réseaux de sociabilités et de pouvoir au sein du personnel administrati (...)

3L’objet de notre contribution portera sur l’évolution de l’ordonnateur en territoire guyanais entre 1712 et 1809. Il s’agit là de l’un des aspects de notre réflexion portant sur les administrateurs coloniaux de Guyane4. Dans une si petite colonie où des intérêts économiques et politiques sont en jeu, ces administrateurs représentent des atouts majeurs. Les alliances matrimoniales et les relations d’affaires créent la trame de réseaux d’influences aux ramifications importantes. Les parcours professionnels doivent être analysés à la lumière des milieux sociaux et des réseaux familiaux dont ces hommes sont issus. La présente communication s’articulera autour de trois points. De l’application de la méthode prosopographique au personnage de l’ordonnateur colonial, nous présenterons ensuite les profils socio-culturels et les types de carrière qui se dégagent de cette analyse.

L’intendant de Guyane à l’épreuve de la prosopographie

Définition théorique de l’intendant

  • 5 S. Verge-Franceschi, La marine française au xviiie siècle : guerres, administration, exploration, (...)
  • 6 Ibid., p. 223.

4C’est à partir du ministère de Colbert que la Marine se bureaucratise avec la création d’un secrétariat d’État. Le règne de Louis XIV se termine avec 9 bureaux, directions ou services spécialisés5. La Marine n’est alors plus gérée de façon territoriale mais d’une manière modernisée avec une répartition entre les classes, les colonies et les archives. L’administration centrale des colonies a été organisée en tant qu’entité distincte en 1710 avec la création d’un bureau spécialisé6. L’administration des colonies hérite donc des traditions très centralisatrices du ministère de la Marine, et ces deux domaines parurent pendant longtemps si liés qu’on en vint à admettre qu’il ne pouvait exister de Marine sans colonies, ni de colonies sans Marine.

  • 7 L. Bely, dir., op. cit., p. 669.

5Dans les colonies, Colbert organise avec le règlement du 4 novembre 1671 une direction « à deux têtes » qui sert de relais au gouvernement métropolitain : le gouverneur exerce le pouvoir militaire et politique, l’intendant dirige l’administration. Le Conseil souverain exerce le pouvoir judiciaire à l’image des parlements métropolitains. Parallèlement au développement de la colonie, cette gestion bicéphale voit le nombre de ces agents administratifs augmenter. Les intendants connaissent leur apogée sous Louis XV. Même s’ils supplantent de part leurs pouvoirs effectifs les gouverneurs et les commandants en chef, ceux-ci conservent toujours sur eux une supériorité protocolaire, au titre de représentants de la personne du roi. Les intendants ont à représenter non une personne mais une abstraction : l’État. Leurs lettres de commission les créent le plus souvent « intendants de justice, police et finances »7.

  • 8 Idem.

6Chaque intendant jouit d’une réelle liberté dans l’exécution des ordres du Roi touchant la justice, la police et les finances. Pour la justice, l’intendant est un magistrat pourvu d’un office de judicature de rang élevé et que, pour remplir sa commission avec efficacité, il a besoin de prendre appui sur les pouvoirs, les prérogatives et les honneurs inhérents à cet office8. Les attributions de police d’un intendant comportent d’abord la surveillance des corps de ville et la tutelle des communautés des bourgs et des villages. Il contrôle la gestion des finances municipales et la tenue de leur comptabilité. Il lui revient aussi de susciter ou d’encourager des projets d’urbanisme. Les intendants exercent également des responsabilités dans l’administration militaire en s’occupant du logement et du ravitaillement des troupes. Pour les finances, la tâche des intendants est double : avec d’un coté, de lourdes responsabilités d’ordre fiscal et, d’un autre, les charges procédant des attributions extra – financières du contrôle général des finances.

Dans la pratique : l’ordonnateur de Cayenne

  • 9 M. Polderman, La Guyane française 1676-1763. Mise en place et évolution de la société coloniale : (...)
  • 10 S. Mam Lam Fouck, Histoire générale de la Guyane française des débuts de la colonisation à l’aube (...)

7On assiste à un ajustement entre la théorie élaborée au secrétariat d’État et la pratique sur le terrain. En Guyane française, l’ordonnateur prend lieu et place de l’intendant9. Sur place, la France se heurte à des difficultés majeures quant au développement de son emprise sur l’espace guyanais en raison d’un manque chronique d’hommes, condition essentielle pour toute entreprise coloniale. À la fin du xviie siècle, les Français n’occupent que quelques places fortes et n’exploitent qu’une infime portion du territoire conquis : l’île de Cayenne avec Remire et Matoury, à l’est l’Approuague et l’Oyapock, à l’ouest Kourou et Sinnamary. Pourtant, le territoire reconnu de fait à la France part des environs de Cayenne au delta de l’Amazone. La définition du territoire relevant de la souveraineté française se révèle peu précise. Dès la fin du xviie siècle, la monarchie française tente de s’imposer aux Hollandais établis à l’ouest et aux Portugais à l’est10.

  • 11 Bibliothèque Nationale de France (BNF), section des manuscrits occidentaux, naf 2571-2572 : Histoi (...)

8Bien qu’à l’écart de l’arc antillais, Cayenne est sous la dépendance des Iles du Vent. Depuis 1687, le gouverneur général des Iles du Vent et l’intendant général, tous deux basés à la Martinique, gèrent un espace s’étendant de Saint-Domingue, à la Guadeloupe jusqu’aux côtes de Guyane. Un gouverneur particulier est introduit à Cayenne à la fin du xviie siècle. La place de l’ordonnateur est quant à elle inaugurée par Paul Lefebvre d’Albon en 1712, initialement arrivé dans la colonie six ans plus tôt comme commissaire de la Marine et inspecteur des colonies11. Il s’agit d’une nouvelle étape dans l’autonomisation de la colonie de Guyane à l’égard des Iles du Vent, mais une autonomisation toute relative car cet ordonnateur conserve le titre de subdélégué à l’intendance des Isles du Vent.

9Entre 1712 et 1809, sont comptabilisés vingt-quatre ordonnateurs et deux intendants. Nous reviendrons ultérieurement sur les raisons de l’existence de ces derniers. Ils représentent un peu plus de 15 % de l’effectif global des administrateurs passés dans la période sur le sol guyanais. La proportion d’intérim est moins importante que pour les gouverneurs : dix ont rempli cette fonction en intérim avant d’être le titulaire en titre pour certains. Toujours par rapport aux gouverneurs, les ordonnateurs et intendants sont un peu plus nombreux sur la période étudiée, ce qui induit un temps de mission moins important dans la colonie.

  • 12 Nous renvoyons le lecteur aux travaux de J. Michel, La Guyane sous l’Ancien Régime, le désastre de (...)

10À titre de comparaison, la Martinique a vu passer à la tête de son territoire vingt et un intendants entre 1695 et 1789, alors que la Louisiane dénombre treize ordonnateurs sur une cinquantaine d’années. La colonie de Guyane a la singularité de présenter un intendant et un intendant par intérim. Ils ont été nommés l’un à la suite de l’autre au cours de la tentative de colonisation blanche à Kourou à l’initiative de Choiseul12. Le principe était de créer une colonie dans la colonie, créant une seconde administration à Kourou au coté de celle initiale de Cayenne. La présence d’un intendant n’a duré que le temps de cette lamentable expédition.

La méthode prosopographique appliquée aux ordonnateurs et intendants de Guyane

  • 13 F. Autrand, dir., Prosopographie et genèse de l’État Moderne, Paris, Éd. CNRS, 1986, p. 9.
  • 14 S. Gibiat, Hiérarchies sociales et ennoblissement. Les commissaires des guerres de la Maison du ro (...)
  • 15 F. Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, Economica, 1986, XIII-481 (...)
  • 16 Cet aspect du rôle de l’individu dans son rapport à la totalité se retrouve aussi dans la définitio (...)

11Ce vaste chantier nécessite une méthode d’exploitation rigoureuse. Celui-ci repose dans une très grande majorité sur la prosopographie13. Notre mission est ainsi de collecter et d’enregistrer l’ensemble des administrateurs – dont les ordonnateurs et les intendants – passés en Guyane française entre 1712 et 1809. C’est un corpus hétérogène qui, en raison de la modestie de la colonie, représente une « élite moyenne », concept développé par Samuel Gibiat dans sa thèse sur les commissaires de guerres14. Nous sommes ici très loin d’un ensemble à l’instar des magistrats de Paris étudiés par François Bluche ou des intendants des finances de Françoise Mosser15. Notre démarche vise la dimension comparative qui s’intéresse non seulement aux ressemblances mais surtout aux divergences en analysant le cycle de vie de chaque individu issu de ce groupe16.

  • 17 « La prosopographie est l’histoire sociale des institutions » d’après J.-P. Genet, Prosopographie (...)
  • 18 S. Mohamed-Gaillard, M. Romo-Navarette, Des Français Outre-Mer. Une approche prosopographique au s (...)

12L’histoire institutionnelle et administrative sort de ses limites et propose un renouvellement des travaux grâce à la prosopographie17. Il en va de même avec l’histoire coloniale comme le prouve le programme de recherche France-Outre Mer qui se consacre à l’étude des individus, locaux ou métropolitains, civils, religieux ou agents de l’État, participant au fait colonial dans les territoires sous influence française de la Monarchie de Juillet à la Ve République18. L’adoption de la méthode prosopographique pour l’étude des administrateurs coloniaux en Guyane nécessite le recours au traitement informatique à partir d’une base de données. L’historien dispose de différents outils performants : Access, Excel ou FileMaker Pro. En ce qui nous concerne, nous avons débuté notre travail avec FileMaker Pro 3 avant de passer sur une version plus performante. Outre la base de données en elle-même, il existe des applications de représentations graphiques avec le Web Viewer. Nous avons établi un modèle de fiche, organisée en plusieurs rubriques : les éléments d’identification, les ascendants, la famille et la descendance, les clientèles et réseaux, la carrière et ses différentes étapes, la formation culturelle et les biens matériels, et enfin les sources.

Figure 1 : Extrait de la base de données Ordonnateurs & intendants de Guyane française 1712-1809

Figure 1 : Extrait de la base de données Ordonnateurs & intendants de Guyane française 1712-1809

13Le but de cette fiche est d’identifier le parcours d’un homme, ses alliances familiales et d’affaires, la création de son patrimoine foncier et financier. L’une des principales difficultés à établir une base de données résulte du manque de documents administratifs conservés depuis la création de la colonie de Guyane. En effet, la rigueur en matière de conservation de documents n’a pas été symptomatique. Les dossiers du personnel de la Marine et des Colonies sont assez hétérogènes. De quelques états de services, nous pouvons aussi trouver des dossiers très complets avec les doubles de toute la correspondance ainsi que les contrats de mariage ou les inventaires après décès. Donc retrouver des informations sur ces hommes passés en Guyane devient un challenge quand les insectes locaux ne se sont pas tout simplement délectés de ces vieux papiers.

Parcours géographiques et ascension sociale

Entre tradition et émancipation

14Un premier constat s’impose : nous ne disposons que d’informations tronquées pour une partie de ces ordonnateurs. Par exemple, nous n’avons pu identifier la province de naissance que pour quatorze d’entre eux. Cette lacune archivistique réduit dans une certaine mesure nos possibilités d’analyse. Malgré tout, il ressort, par ordre décroissant, un groupe provenant de l’Ile de France, un second composé de natifs du grand ouest atlantique, un troisième composé de coloniaux, et enfin un dernier groupe d’hommes issus du centre de la France.

  • 19 Archives Nationales de France (A.N.), Fonds Marine, Série C7, dossier 180.
  • 20 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 243.
  • 21 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 86.
  • 22 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 579 24.
  • 23 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1371 22.
  • 24 AN. Fonds Marine, Série C7, dossier 246. ; AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1456 3 et dossier (...)
  • 25 M. Polderman, op. cit., p. 291.

15S’agissant d’officiers civils, les départements maritimes de Brest, Rochefort et Toulon sont moins présents et laissent la prédominance à la capitale. L’Ile de France et Paris représentent un vivier important d’administrateurs civils : Antoine Philippe Lemoyne19, César Jacques Delacroix20, Pierre d’Huinet Desvarennes21, Charles Antoine d’Aigremont22, Jean Pierre Masse23. La présence des ministères et des principales administrations centrales sont autant de lieux de formation qui drainent à travers la France du personnel. Après la capitale, l’ouest atlantique de la France avec la Bretagne et l’Aunis complété de l’Anjou recense 4 individus. René Marie Pichot de Kerdisien et Augustin François Motais de Narbonne sont tous deux nés à Brest. Benoist-Cavay est né, quant à lui, Angers24. L’Aunis, très en retrait par rapport aux gouverneurs, est représenté par un ordonnateur par intérim : Antoine Tissier de Boizereau, probablement né à La Rochelle25.

  • 26 D’après J. Petitjean-Roget, E. Bruneau-Latouche, Personnes et familles à la Martinique au xviie si (...)
  • 27 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1272 9.
  • 28 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 295.

16Il est intéressant de noter que les colonies françaises d’Amérique produisent leurs propres administrateurs. Ici, le Canada, représenté par les gouverneurs, s’efface au profit des Iles du Vent et de la Guyane. Notre corpus d’ordonnateurs présente deux créoles de la Martinique : Thibault de Chanvalon26 et Lequoy de Montgiraud27. La présence d’un guyanais aux commandes de la colonie s’explique de plusieurs raisons : la catastrophique expédition de Kourou a désorganisé totalement la colonie. À la suite de l’emprisonnement de l’intendant Chanvalon, Claude de Macaye est nommé commissaire et intendant par intérim28. C’est donc un natif de Cayenne qui remplace l’administrateur en titre né à Rivière Pilote aux îles du Vent. Ce contexte exceptionnel explique la présence tout aussi unique d’un guyanais à la tête de la colonie.

  • 29 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 299.
  • 30 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1279 3.

17A l’écart de la Provence et de l’arsenal de Toulon, le centre de la France avec l’Auvergne et le Lyonnais ont produit deux hommes qui sont passés par l’administration guyanaise : Pierre Victor Malouet29, natif de Riom, et Daniel Lescallier30, né à Lyon. Les ordonnateurs nommés en Guyane s’inscrivent dans les grands courants migratoires à destination des colonies d’Amérique française avec la présence de Paris et sa périphérie, les façades maritimes et grands départements portuaires. Les trajectoires personnelles de certains de ces hommes introduisent également des provinces inédites comme l’Auvergne ou le Lyonnais. C’est pourquoi il est nécessaire de nous pencher sur l’inscription – ou non – de ces hommes dans une tradition familiale.

  • 31 M. Perrichet, « Plume ou épée, problèmes de carrières de quelques familles d’officiers d’administr (...)
  • 32 Ibid., p. 156.

18Reproduction sociale oblige, ces hommes sont issus de famille disposant d’un office ou d’une charge au sein de la Marine, des Finances, ou bien encore à la cour. Des familles s’illustrent ainsi dans leur omniprésence au sein de la Marine à l’exemple de Maillart Dumesle, Delacroix ou Prévost de Lacroix. Ce dernier descend de Robert Prévost, agent de change à Paris, reçu en 1708 payeur des rentes de l’hôtel de ville. Son fils, le père de notre ordonnateur, fait carrière dans les affaires du roi à Paris et termine comme directeur des vivres et trésorier des fortifications à Brest31. Ses fonctions et son réseau lui permettent de placer dans l’administration de la Marine quatre de ces cinq fils, le dernier étant entré en religion. C’est ainsi que Pierre François Prévost de Lacroix, notre ordonnateur à Cayenne en 1774, entre dans la Marine à l’âge de 16 ans comme élève de la Marine puis écrivain32.

  • 33 J.-B. M. Thibault de Chanvalon, M. Pouliquen, Voyage à la Martinique contenant diverses observatio (...)
  • 34 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 156 54.
  • 35 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 299.
  • 36 AN. Fonds Marine, Série C7, dossier 86.

19A côté de la Marine, nous avons également des fils de famille de praticiens du droit à l’exemple d’Antoine Philippe Lemoyne, Pierre Victor Malouet, Benoist-Cavay ou Thibault de Chanvalon. Le père de l’ordonnateur Lemoyne est trésorier au bureau des finances mais aussi conseiller du roi. En poursuivant des études de droit à Bordeaux, Chanvalon ne fait que suivre le chemin établi par son père, Jean-Baptiste Thibault de Chanvalon, reçu docteur en droit de l’Université de Paris et conseiller au conseil supérieur de la Martinique33. Comme son père et son grand père, il devient assesseur puis conseiller au conseil supérieur de la Martinique à partir de 1752. Enfin, Benoist-Cavay, chef d’administration et ordonnateur entre 1799 et 1809, est le fils de Pierre Benoist, écuyer et avocat au présidial d’Angers34. Il nous reste à évoquer Pierre Victor Malouet. Sa famille est implantée depuis plusieurs générations en Auvergne, s’illustrant initialement dans la médecine. Il est le fils et petit-fils d’un bailli de la ville d’Osiergues et contrôleur des monnayeurs à Riom35. Parmi notre corpus, un seul homme provient du milieu des affaires : Pierre d’Huinet des Varennes, ordonnateur par intérim entre 1788 et 1789. Les sources nous mentionnent son père, Jean-Baptiste d’Huinet, comme bourgeois de Paris et homme d’affaires36.

  • 37 Prévost de Lacroix, Maillart Dumesle, Thibault de Chanvalon, Claude de Mayace, Malouet, Lescallier
  • 38 Lefebvre d’Albon, Le Roy de Préville, d’Huinet des Varennes, Lequoy de Montgiraud, Benoist Cavay, (...)
  • 39 G.-W. Brown, D.-H. Hayne, F.-G. Halpenny, dir., Dictionnaire biographique du Canada, volume 1 : 17 (...)
  • 40 Il s’agit d’Alexandre Ferdinand de Bessner, inspecteur général puis gouverneur de la colonie, Pier (...)

20La Marine voit la cohabitation en son sein de la noblesse avec la roture à partir du secrétariat de Colbert. Mais la Marine peut faire fonction d’ascenseur social aussi bien dans ses arsenaux que dans ses colonies. C’est pourquoi, dans les chiffres dont nous disposons, six d’entre eux ont bénéficié d’un anoblissement récent37 et six sont dits gentilshommes sans précision38. Le mérite et la compétence compensent la naissance pour certains de ces ordonnateurs. Cette reconnaissance a été souvent accordée aux pères de ces hommes, en raison de glorieux états de service, ou par l’achat d’un office39. Notre cadre chronologique s’étendant de 1712 à 1809, deux de ces ordonnateurs, Malouet et Lescallier, jouissent des nouveaux cadres nobiliaires introduits par Napoléon Ier : la noblesse d’Empire40.

  • 41 AN. Fonds Colonies, série A, registre 10, f° 99 : édit de mars 1766.
  • 42 AN. Fonds Colonies, série A, registre 12, f° 14 et 15 : édit de février 1768.
  • 43 AN. Fonds Colonies, série B, registre 277 : note du 28 juin 1777.
  • 44 L. Chauleau, Conseil souverain de la Martinique : série B (1712-1791). Inventaire analytique, Fort (...)

21Il s’agit là des seules formes possibles d’anoblissement à la différence des autres colonies françaises d’Amérique. En effet, depuis 1766, le conseil supérieur de Saint-Domingue attribue la noblesse graduelle aux offices41 et il en est de même pour les conseils supérieurs de la Martinique et de la Guadeloupe à partir de 176842. Le conseil supérieur de Cayenne ne permet pas ce type de reconnaissance comme le rappelle le ministère à ces administrateurs en 177743. Thibault de Chanvalon doit d’ailleurs son anoblissement à son père, Jean-Baptiste Thibault alors conseiller au conseil supérieur de la Martinique, qui reçut en 1722 sa lettre de noblesse44.

Des stratégies matrimoniales efficaces

22Au cours de ces dix dernières années, les études prosopographiques ont renouvelé la perception des réseaux de solidarités, notamment dans le cadre des sociétés maritimes sous l’Ancien Régime. Le mariage représente un moyen de constitution et de transmission de ces dits réseaux. Il est nécessaire de superposer ces alliances familiales aux réseaux de clientèles et de fidélités mis en place par les administrateurs coloniaux. Au cours des différentes étapes de leurs carrières – métropolitaines et coloniales – les ordonnateurs étendent leurs aires d’action et de reconnaissance au-delà des simples limites d’un département maritime ou d’une colonie.

  • 45 AN. Fonds Marine, Série C7, dossier 175.
  • 46 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 365.
  • 47 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 70.

23Sur les vingt-six ordonnateurs et intendants, nous avons relevé que dix-huit d’entre eux s’étaient mariés au moins une fois. Parmi eux, trois se sont remariés à la suite du décès de leurs épouses voire d’un divorce à l’exemple de Lescallier grâce à la première loi sur le divorce en 1792. Comment se marie un ordonnateur colonial ? Et surtout avec qui ? Pour six d’entre eux, la fiancée est créole des Antilles, de Guyane, ou de Bourbon. Une nomination dans les colonies est donc l’occasion pour certains de ces hommes de trouver une épouse, issue de la bourgeoisie créole. C’est ainsi la meilleure manière qui soit pour être intégré rapidement dans la société coloniale qu’ils sont chargés de gérer. L’épouse, créole ou non, est bien souvent la fille d’un officier de plume ou d’épée. Lefebvre d’Albon épouse, lors de son passage à Rochefort, la fille d’un commissaire de Marine, Jacques Mathé de Bois Landry45. Alors qu’il vient d’être nommé en 1768 sous commissaire à Saint-Domingue, Pierre Victor Malouet épouse la jeune veuve d’un autre sous commissaire en place dans la colonie46. Pour l’administrateur en devenir, épouser la fille d’un officier établi lui permet d’intégrer un réseau non négligeable pour sa carrière en construction : il peut espérer trouver soutien et appui lors de ses futures responsabilités. L’épouse peut être, dans une moindre mesure, issue du milieu du négoce : Chanvalon, bien que né à la Martinique, épouse Thérèse de Saint-Félix, fille d’un négociant bordelais47 ; et l’épouse de Malouet, en plus d’être la veuve d’un sous commissaire de Marine, est d’un négociant local de Saint-Domingue.

  • 48 AN. Fonds Colonies, série A, registre 26, f° 98 : ordonnance du 1er décembre 1759.

24Les administrateurs, aussi bien que les habitants propriétaires, affichent des stratégies matrimoniales dans le but d’améliorer leurs statuts social et économique : des femmes héritières, veuves ou non, épousent ces hommes leur apportant, en plus de leur dot, réseau, appuis et fortune parfois. Il faut pourtant avoir à l’esprit que ces manœuvres ne sont pas à l’origine tolérées par les autorités ministérielles. En 1759, le conseil supérieur de Cayenne réceptionne une ordonnance du roi qui renouvelle l’interdiction faite « aux gouverneur lieutenant général, intendant, gouverneurs particuliers, commissaires et écrivains de la Marine, servant dans les îles du Vent, de contracter des mariages avec les femmes créoles et qui empêche les acquisitions qui pourraient être ainsi faites, sous peine de révocation des emplois48 ». Colbert, en établissant l’administration coloniale de la France, avait interdit à ses hommes de s’attacher d’une manière personnelle aux colonies par le mariage avec une femme créole. En effet, l’administrateur peut ainsi perdre de son impartialité et de son détachement dans ses décisions. Pourtant, face à la pénurie et l’absentéisme des hommes en Guyane, le ministère semble préférer l’administrateur-colon à l’officier sans attaches personnelles.

Une plume prolifique

  • 49 J.-B.-M. Thibault de Chanvalon, M. Pouliquen, op. cit., p 6.
  • 50 R. Bouscayrol, « Origines et prime jeunesse de Victor Malouet », in M. Morineau, J. Ehrard, Maloue (...)

25Il s’agit pour nous de savoir si ces ordonnateurs coloniaux s’inscrivent dans le mouvement intellectuel de leur siècle. D’une manière générale, leur milieu favorisait l’éveil intellectuel : les études y sont à l’honneur et les lettres, les sciences et le droit y sont particulièrement cultivés. La scolarisation est une étape obligatoire pour cette élite de la bourgeoisie. Nous savons que quatre d’entre eux sont passés par le collège : Maillart Dumesle, Thibault de Chanvalon, Malouet, Lescallier. Bien que né à la Martinique, Chanvalon fait ses études à Bordeaux auprès de ses grands-parents revenus en France, ville où la Compagnie de Jésus est implantée49. Lescallier est né à Lyon, où la présence des Jésuites est tout particulièrement importante. Rappelons enfin que Pierre Victor Malouet, après avoir été placé au collège oratorien de Riom, est envoyé au collège de Juilly50. Le collège devient donc à partir du xviie siècle le lieu où se retrouvent la noblesse et la bourgeoisie pour l’instruction de leurs garçons.

26La mise en place d’une bureaucratie sous l’époque moderne implique l’emploi d’un nombre croissant de lettrés et de gradués justifiant le succès croissant des universités de théologie, droit et médecine. Ainsi, parmi nos ordonnateurs en devenir que nous suivons depuis le collège, nous savons que trois d’entre eux sont passés du collège à la faculté de droit : Thibault de Chanvalon, Maillart Dumesle, et Malouet. Alors que Chanvalon suit les traces de son père à Bordeaux, Malouet fait son droit à Paris. Cette formation théorique et universitaire est la condition sine qua none à leur ascension dans les différents rouages de l’administration et à leur réussite de leurs missions à la tête de la colonie. Par définition, les ordonnateurs sont des hommes de plume. C’est pourquoi, il n’est pas singulier de trouver parmi eux plusieurs auteurs d’écrits. Cette recherche s’est notamment appuyée sur les catalogues de la Bibliothèque nationale de France. Ces écrits sont bien souvent divisés en deux catégories : la première, professionnelle, l’autre, plus romanesque.

  • 51 P. Thibaudault, Échec de la démesure en Guyane autour de l’expédition de Kourou ou une tentative e (...)
  • 52 D. Lescallier, Exposé des moyens de mettre en valeur et d’administrer la Guiane, Paris, Chez Buiss (...)
  • 53 P.-V. Malouet, Mémoire de M Malouet, intendant de la Marine, sur l’administration de ce départemen (...)
  • 54 D. Lescallier, Voyage en Angleterre, en Russie et en Suède, fait en 1775, Paris, F. Didot, an VIII (...)

27Tout comme les autres officiers de la Marine, les ordonnateurs et intendants multiplient auprès de leur ministère les mémoires et rapports de toute sorte. La colonie de Guyane a toujours inspiré des projets de mise en valeur tout aussi farfelus les uns que les autres. À la suite de la perte du Canada par les Français, l’ordonnateur Lemoyne rédige un « Mémoire sur les idées de mettre en valeur la Guyane et sur tous les avantages à partir des réfugiés du Canada »51. Plusieurs dizaine d’années plus tard, Daniel Lescallier expose sa vision de l’administration coloniale en Guyane dans un « Exposé des moyens de mettre en valeur et d’administrer la Guyane52 » en 1791. L’administration de la Marine est également un sujet très inspirant pour Malouet qui disserte sur 300 pages53. Daniel Lescallier produit également plusieurs écrits à ce sujet. Destiné à l’origine au génie de la Marine, Lescallier est un passionné de l’ingénierie maritime. Soutenu par le ministre, il a la mission de visiter les principaux ports de l’Angleterre, de Russie et de Suède, de faire des recherches sur leurs marines et de compléter la traduction des termes du langage nautique. Ce voyage de plusieurs mois lui donne l’occasion de rédiger à son retour plusieurs publications54.

  • 55 P.-V. Malouet, Assemblée nationale. Séance du 10 mai 1791. Opinion de M Malouet sur le projet de d (...)
  • 56 P.-V. Malouet, Défense de Louis XVI : discussion de toutes les charges à l’époque du 14 juillet, s (...)
  • 57 J.-B.-M. Thibault de Chanvalon, Voyage à la Martinique : contenant diverses observations sur la ph (...)
  • 58 M. Michaud, dir., Biographie universelle ancienne et moderne, t. 24, Paris/Leipzig, Mme C. Desplac (...)

28Les débats inspirés par les Lumières sur la condition de l’homme et principalement de l’esclave trouvent un écho particulier auprès de ces hommes. Malouet et Lescallier se positionneront de manière favorable à un affranchissement des noirs et la fin de l’esclavage55. Malouet prendra également part aux nombreux débats pendant la Révolution française, malgré la distance qu’il a prise en se réfugiant en Angleterre. Il est notamment l’auteur d’une « défense de Louis XVI et discussion de toutes les charges à l’époque du 14 juillet56 ». Les sciences, et principalement la botanique, a été l’objet de travaux et d’écrits de quelques ordonnateurs. Cela est du à leur formation initiale. Après son droit, Thibault de Chanvalon s’est rendu à Paris pour étudier les sciences sous la direction de Réaumur et d’Antoine de Jussieu, tous deux officiant au Jardin du roi. C’est ainsi qu’il acquit des connaissances très étendues en physique et en histoire naturelle et qu’à son retour en Martinique, il produit un « Voyage à la Martinique », publié avec l’autorisation de l’Académie des sciences57. Il devient le directeur de l’Académie de Bordeaux, puis le correspond de ses maîtres, Réaumur et Jussieu, pour l’Académie des sciences. Il n’est pas le seul à s’être piquer de botanique. Lescallier est l’auteur d’une « Description botanique du Chirantodendron, arbre du Mexique »58.

29Associé de l’Institut, il reçoit les éloges des membres du Jardin du roi pour son travail.

  • 59 Ibid., tome 26, p. 275.
  • 60 Ibid., tome 24, p. 289.

30Certains de ces administrateurs se distinguent par une curiosité intellectuelle et une production des plus éclectiques. Malouet et Lescallier, que nous avons déjà cités à plusieurs reprises, ont cultivé des goûts littéraires qui méritent d’être soulignés. C’est très jeune que Malouet se découvre une réelle passion pour la poésie, au grand dam de ses parents qui voient en lui un futur avocat. Dès 16 ans, il écrit une ode sur la prise de Mahon, puis une autre sur les victoires du prince de Condé en Allemagne : toutes deux sont publiées. Il compose également une tragédie et deux comédies59. Quant à Lescallier, il cultive un goût prononcé pour les langues étrangères : l’Anglais appris lors d’un séjour en Angleterre, l’Espagnol lors de son passage à Saint-Domingue et enfin, il apprend un dialecte indo-aryen lors de son séjour à Pondichéry. Il est ainsi l’auteur de plusieurs transcriptions et notamment celles de contes indiens publiés en 1804 : Bakhiar Namèh ou le favori de la fortune en1805, Neh-Manzer ou les Neufs loges en 1808, et Le Trône enchanté60.

Itinéraires professionnels

Plan de carrière et nomination en Guyane

31Quelles sont les différentes étapes de la carrière de ces hommes devenus ordonnateurs, en titre ou par intérim, ou intendants en Guyane ? Où se situe l’étape guyanaise dans ce parcours ? Nous nous baserons dans ce point uniquement à partir des carrières complètes de ordonnateurs. Les débuts se font pour une majorité d’entre eux en métropole et principalement dans les arsenaux du Ponant : sept à Brest et cinq à Rochefort. Paris et le bureau des colonies voient passer trois de nos hommes. Le Levant ne compte qu’un individu avec Roustagneuq à Toulon. Les débuts, pour ces hommes de plume, se font ainsi dans les arsenaux : ils sont alors commis ou élèves de la Marine. Six hommes ont débuté leurs carrières directement en terre coloniale et uniquement dans les Amérique française. Les deux individus, qui ont débuté à Cayenne, y ont réalisé l’ensemble de leur carrière. Mais Cayenne se révèle être rarement une première affectation. Compte tenu des difficultés connues par la colonie, se sont des hommes aguerris et expérimentés qui y sont nommés. L’étape guyanaise est la dernière pour treize agents. Cet état de fait s’explique également par les maladies et la mort qui coupent prématurément toutes perspectives de carrières de certains administrateurs : on peut noter le décès de cinq hommes alors en poste. Cela contribue sans nul doute à renforcer l’image négative de la colonie de Cayenne. Peu de ces ordonnateurs coloniaux terminent leurs carrières sur le territoire métropolitain. Saint-Domingue, les Iles de France et Bourbon, Sainte Lucie, la Guadeloupe marquent les fins de carrières de six d’entre eux.

  • 61 AN. fonds Marine, série C7, dossier 180.
  • 62 AN. fonds Colonies, série E, dossier 299.
  • 63 AN. fonds Colonies, série EE dossier 1279 3.

32Le passage à Cayenne n’est pas une fin de parcours pour certains. Antoine Philippe Lemoyne a commencé sa carrière dans les colonies, comme commissaire de la Marine et contrôleur des fortifications à la Martinique, puis commissaire ordonnateur à Cayenne jusqu’en 1763. À 50 ans, il devient commissaire général au département de Rochefort avant de terminer sa carrière à Bordeaux comme commissaire général des ports et arsenaux61. Ce parcours se concluant avec deux grands départements portuaires français nous prouve bien que Cayenne n’est obligatoirement une impasse professionnelle. Cette destination peut être un véritable tremplin pour la carrière de certains administrateurs. Après avoir occupé deux ans la place d’ordonnateur à Cayenne, Pierre Victor Malouet termine sa carrière comme conseiller d’état, baron d’Empire et enfin ministre de la Marine de Louis XVIII pour 4 mois seulement en décédant en 181462. Quant à Daniel Lescallier, ordonnateur envoyé pour rétablir la balance budgétaire de Cayenne, il finit comme secrétaire d’état de la Marine et baron d’Empire63. Ces parcours personnels nuancent l’image d’impasse professionnelle pour les officiers nommés bien malgré eux en Guyane.

  • 64 M. Verge-Franceschi, dir., Dictionnaire d’histoire maritime, Paris, R. Laffont, 2002, p. 1293.
  • 65 G. Bodinier,« Les officiers de l’armée et de la Marine à l’époque de la guerre d’Amérique », Roche (...)

33Le départ en retraite de ces administrateurs est bien souvent l’occasion pour l’attribution d’une décoration militaire. Sur les vingt-six ordonnateurs, cinq ont été reçu en fin de carrière chevalier de l’ordre royal et militaire de la Croix de Saint-Louis. Il s’agit d’une décoration donnée aux officiers de terre et de mer catholiques, sans distinction de qualité, après une dizaine puis une vingtaine d’années de service. Il n’est pas rare de trouver des demandes répétées par certains officiers pour l’obtenir car des pensions sont accordées aux détenteurs de cette décoration. Les chevaliers, titres accordés aux officiers coloniaux de Guyane, reçoivent chaque année une pension de 800 livres64. On ne trouve parmi les titulaires que des gouverneurs, des ordonnateurs et quelques officiers subalternes à la carrière exemplaire. L’autre intérêt de cette décoration réside dans la possibilité de faire entrer sa descendance à l’école militaire de Paris sans avoir à justifier de quatre degrés de noblesse65. La majorité des agents coloniaux en Guyane sont des faux nobles, anoblis ou roturiers. En véritable ascenseur social, nous pouvons envisager les enjeux d’une telle reconnaissance. Notre étude se concluant à la prise de Cayenne par les portugais en 1809, il est possible de trouver d’autres formes de distinction : celle de l’Empire. Quatre de ces officiers ont été reçu chevalier ou commandant de la Légion d’Honneur dont trois cumulent avec la Croix de Saint-Louis, dont Pierre-Victor Malouet, alors baron d’Empire, Benoist Cavay et Motais de Narbonne.

L’ordonnateur et le conseil souverain de Cayenne

  • 66 B.N.F., section des manuscrits occidentaux, naf 2571-2572.
  • 67 E. Joucla, Le conseil supérieur des colonies et ses antécédents, Thèse doctorat Droit, Paris, Éd d (...)
  • 68 Idem.

34L’une des étapes dans le processus d’indépendance administrative de la Guyane par rapport à la Martinique est en août 1703 avec la création du conseil souverain de Cayenne. Pour être plus exact, la décision de création date de juin 1701 mais l’édit n’est reçu qu’en 1703 à Cayenne66. Ses attributions relèvent du domaine judiciaire, réglementaire, policier et financier. Semblable aux cours de justice du royaume, il détient le pouvoir judiciaire et se prononce en appel, lorsque les habitants s’estiment lésés par la sentence du juge royal67. La fréquence des litiges lui confère une importance certaine que ses membres voudront rendre plus grande encore dans les années qui précèdent la Révolution. L’ordonnance du 8 février 1766 modifie le Conseil Souverain en Conseil Supérieur68. Ce conseil se compose en théorie du gouverneur, de l’ordonnateur, du lieutenant du roi, du major, de six conseillers nommés par lettres de patentes, d’un procureur général et d’un greffier en chef. La présidence en est assurée par le gouverneur, la peine est prononcée par l’ordonnateur, ou par le plus ancien conseiller.

  • 69 B.N.F., section des manuscrits occidentaux, naf 2571-2572.
  • 70 J.-A. Artur, Histoire des colonies françoises de la Guianne, Guyane, Ibis Rouge Éd., 2002, p. 503.
  • 71 AN. Fonds Colonies, Série A, registre 16, f° 82 : ordre du 27 juillet 1777.

35A l’image des parlements, le Conseil supérieur a également un droit d’enregistrement des ordonnances royales, mais n’a en principe pas le droit de jouer un rôle politique comme le précise une ordonnance datée du 1er février 1766. Les libertés que s’octroie le Conseil supérieur envers l’administration centrale se multiplient depuis sa création. Jacques-François Artur, médecin du roi de la colonie et membre du dit conseil, nous relate dans son histoire de la Guyane de nombreux épisodes ayant trait aux activités du conseil et aux anicroches qui ponctuent ses séances. Nous apprenons ainsi les libertés que prend en 1740 l’ordonnateur Lefebvre d’Albon dans le jugement d’esclaves coupables de marronnage. Alors à la tête du conseil, il instruit cette affaire de manière contraire aux dispositions du Code Noir : « M. D’Albon (ordonnateur de la colonie), faisant les fonctions de Procureur général du Roi, avoit été rendu le 13 septembre et 17 octobre 1740 au siège royal deux sentences contre un nègre et une nègresse atteints de maronage au premier chef (...) Ce reglement eut bien tant que cet ordonnateur fut à la tête du Conseil, mais comme il est contraire à la disposition de l’édit du mois de mars 1685 qui ordonne en termes que les procès criminels à l’encontre des nègres esclaves seront instruits et jugés avec les mêmes formalités que ceux des blancs69 ». Et notre chroniqueur de conclure sur quelle attitude à adopter face aux ordonnances et règlements particuliers des gouverneurs et des ordonnateurs70. La situation difficile dans laquelle se trouve la colonie pousse le roi en 1777 à autoriser le gouverneur et l’ordonnateur à faire enregistrer au conseil supérieur tous les règlements nécessaires sans en attendre l’approbation royale71.

  • 72 Ibid., p. 502.
  • 73 Ibid., p. 381.

36Le conseil supérieur est le lieu privilégié des rivalités et des querelles entre administrateurs et habitants. Parfois, il est nécessaire de recourir à un arbitrage extérieur. C’est ainsi qu’en 1737, les membres du conseil supérieur de Cayenne adressent un mémoire à l’intendant de la Martinique concernant leurs prérogatives. La division règne au sein des conseillers. Le doyen est alors à la tête d’une véritable coalition contre l’ordonnateur Lefebvre d’Albon et le procureur général72. Nous pouvons chercher les raisons de cette ligue dans le fait que l’ordonnateur avait pour maîtresse la femme du procureur général depuis plusieurs années. Au cours de cette relation adultérine, ce dernier a vu sa carrière et sa fortune s’améliorer de manière exponentielle. Cette curieuse alliance avait choqué les membres du conseil et le gouverneur73. Il s’ajoute également à ce phénomène une rivalité latente entre le gouverneur et l’ordonnateur qui peut se retrouver transposée dans le cadre du conseil supérieur.

37Il ressort de notre étude sur les ordonnateurs et intendants de Guyane une certaine unité. Unité relative malgré tout : la modicité de la colonie de Guyane n’attire pas les hauts cadres de l’administration coloniale comme il est possible de le constater en Nouvelle-France notamment. L’intérim de l’intendance permet la montée d’officiers aux parcours plus atypiques ou modestes. Avec la perte du Canada et la politique de Choiseul, Cayenne assiste à un réajustement de sa position dans les colonies d’Amérique française. Cette région est la seule où la France a pu s’installer dans tout le continent sud-américain, et après, 1763, dans toute l’Amérique. En dépit de cette conjoncture, on assiste dans cette toute petite colonie à une lente maturation du système colonial : les institutions se mettent en place de manière « définitive », le personnel s’étoffe et se révèle plus compétent. Au fil du xviiie siècle, la Guyane va suivre une évolution politique, administrative, économique et sociale similaire à ses consœurs des Caraïbes. C’est pourquoi, à partir de la moitié du xviiie siècle, nous pouvons remarquer à une professionnalisation des cadres administratifs. Les ordonnateurs passant en Guyane présentent des pedigrees plus prestigieux, des carrières plus importantes : Maillart Dumesle, Delacroix, Malouet, Lescallier. Certes, nous ne sommes pas dans les hautes sphères de l’État ni dans un des gouvernements coloniaux les plus importants à l’image de la Nouvelle-France ou de Saint-Domingue. Malgré tout, les enjeux sont les mêmes, les mécanismes également parfois. C’est pourquoi, nous sommes persuadés de l’utilité de l’étude des administrateurs de Guyane. Il est essentiel de placer ce travail en parallèle de travaux en cours de réalisation sur la Nouvelle-France ou Saint-Domingue afin de mettre en lumière convergences et particularismes locaux.

  • 74 G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, Comité pour l’histoire économ (...)

38Malgré tout, nous devons rester vigilants face à plusieurs écueils car « l’histoire de la bureaucratie est une histoire piégée » nous rappelle Guy Thuillier74. Tout d’abord au niveau de la méthode prosopographique. À coté de ces nombreuses possibilités, la prosopographie se voit cependant confrontée à plusieurs difficultés. Les avantages de la quantification du matériau prosopographique recèlent également un danger : le hasard est parfois à l’origine de convergence de certains phénomènes créant des faux-semblants. De plus, la mise en place d’une base de données prosopographique implique un travail important de codage des notices. La difficulté, dans cet exercice de style informatique, est qu’il faut maintenir un équilibre satisfaisant entre une standardisation nécessaire et la diversité multiforme des données historiques. Le but ici est de préserver les particularités des parcours individuels afin d’éviter l’écueil d’une vision standardisée du groupe. Pour conclure, notre objectif est de donner vie à cet appareil administratif, de l’incarner afin de comprendre comment un échantillon de société coloniale s’est constitué à Cayenne au xviiie siècle.

Notes

1 L. Bely, dir., Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 604.

2 « L’État et les pratiques administratives en situation coloniale », Outre-Mers, 2003, t. 89, n° 334-335.

3  «Les recherches sont encore non seulement balbutiantes, si on les compare à celles qui ont été menées dans l’Empire espagnol, mais aussi très inégales sur le plan régional, Guyane, Louisiane, et possessions antillaises restant pour l’essentiel à l’écart de ce renouvellement méthodologique et conceptuel» , M. Augeron, L. Vidal, « Du comptoir à la ville coloniale : la France et ses Nouveaux Mondes américains. Bilan historiographique et perspectives de recherche (c.1990-2001) », in M. L. Giraldo, coord., Las Tinieblas de la memoria, Debate y perspectives. Cuardernos de historia y ciencias sociales, Madrid, Ed. Fundacion Mapfre Tavera, n° 2, sept. 2002, p. 141-171.

4 Thèse ayant pour sujet les réseaux de sociabilités et de pouvoir au sein du personnel administratif de Guyane française au xviiie siècle, sous la direction de M. Guy Martinière, Université de La Rochelle.

5 S. Verge-Franceschi, La marine française au xviiie siècle : guerres, administration, exploration, Paris, SEDES, 1996, p. 207.

6 Ibid., p. 223.

7 L. Bely, dir., op. cit., p. 669.

8 Idem.

9 M. Polderman, La Guyane française 1676-1763. Mise en place et évolution de la société coloniale : Tensions et métissage, Guyane, Ibis Rouge éd., 2004, p. 99.

10 S. Mam Lam Fouck, Histoire générale de la Guyane française des débuts de la colonisation à l’aube de l’an 2000. Les grands problèmes guyanais : Permanence et évolution, Cayenne, Ibis Rouge éd., 1996, p. 28.

11 Bibliothèque Nationale de France (BNF), section des manuscrits occidentaux, naf 2571-2572 : Histoire des colonies françoises de la Guianne, par M. Artur.

12 Nous renvoyons le lecteur aux travaux de J. Michel, La Guyane sous l’Ancien Régime, le désastre de Kourou et ses scandaleuses suites judiciaires, Paris, L’Harmattan, 1989, 181 p. et P. Thibaudault, Échec de la démesure en Guyane autour de l’expédition de Kourou ou une tentative européenne de réforme des conceptions coloniales sous Choiseul, Lezay, Imp. Pairault SA, 1995, 504 p.

13 F. Autrand, dir., Prosopographie et genèse de l’État Moderne, Paris, Éd. CNRS, 1986, p. 9.

14 S. Gibiat, Hiérarchies sociales et ennoblissement. Les commissaires des guerres de la Maison du roi au xviiie siècle, Paris, École des Chartes, 2006, 759 p.

15 F. Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, Economica, 1986, XIII-481 p. ; F. Mosser, Les intendants des finances au xviiie siècle : Les Lefèvre d’Ormesson et le  «département des impositions»  (1715-1777), Genève-Paris, Libr. Droz, 1978, 327 p.

16 Cet aspect du rôle de l’individu dans son rapport à la totalité se retrouve aussi dans la définition de Laurence Stone : « Prosopography is the investigation of the common background characteristics of a group of actors in history by means of a collective study of their lives ». L. Stone, « Prosopography », The Past and the Present, London-Boston, Routledge & Kegan Paul, 1981, p. 45.

17 « La prosopographie est l’histoire sociale des institutions » d’après J.-P. Genet, Prosopographie et genèse de l’État Moderne, Paris, Éd. CNRS, 1986, p. 10.

18 S. Mohamed-Gaillard, M. Romo-Navarette, Des Français Outre-Mer. Une approche prosopographique au service de l’histoire contemporaine, Paris, Presses Univ. Paris-Sorbonne, 2005, 250 p.

19 Archives Nationales de France (A.N.), Fonds Marine, Série C7, dossier 180.

20 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 243.

21 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 86.

22 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 579 24.

23 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1371 22.

24 AN. Fonds Marine, Série C7, dossier 246. ; AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1456 3 et dossier 156 54.

25 M. Polderman, op. cit., p. 291.

26 D’après J. Petitjean-Roget, E. Bruneau-Latouche, Personnes et familles à la Martinique au xviie siècle d’après recensements et terriers nominatifs, tome 2, Fort de France, Désormeaux, 2000, p. 737-738.

27 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1272 9.

28 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 295.

29 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 299.

30 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 1279 3.

31 M. Perrichet, « Plume ou épée, problèmes de carrières de quelques familles d’officiers d’administration de la Marine au xviiie siècle », Actes du 91e Congrès des Sociétés Savantes, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1969, p. 148.

32 Ibid., p. 156.

33 J.-B. M. Thibault de Chanvalon, M. Pouliquen, Voyage à la Martinique contenant diverses observations sur la physique, l’histoire naturelle, l’agriculture, les mœurs et les usages de cette isle, Paris, Karthala, 2004, p. 6.

34 AN. Fonds Colonies, Série EE, dossier 156 54.

35 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 299.

36 AN. Fonds Marine, Série C7, dossier 86.

37 Prévost de Lacroix, Maillart Dumesle, Thibault de Chanvalon, Claude de Mayace, Malouet, Lescallier.

38 Lefebvre d’Albon, Le Roy de Préville, d’Huinet des Varennes, Lequoy de Montgiraud, Benoist Cavay, d’Aigremont.

39 G.-W. Brown, D.-H. Hayne, F.-G. Halpenny, dir., Dictionnaire biographique du Canada, volume 1 : 1771 à 1800, Québec, Presses Univ. Laval, 1980, p. 696. En 1705, Robert Prévost, riche banquier parisien et grand-père de Pierre François Prévost de Lacroix, ordonnateur à Cayenne, a procuré à sa famille un titre de noblesse héréditaire en achetant l’office de secrétaire du roi.

40 Il s’agit d’Alexandre Ferdinand de Bessner, inspecteur général puis gouverneur de la colonie, Pierre Victor Malouet, ordonnateur, et Daniel Lescallier, également ordonnateur à Cayenne.

41 AN. Fonds Colonies, série A, registre 10, f° 99 : édit de mars 1766.

42 AN. Fonds Colonies, série A, registre 12, f° 14 et 15 : édit de février 1768.

43 AN. Fonds Colonies, série B, registre 277 : note du 28 juin 1777.

44 L. Chauleau, Conseil souverain de la Martinique : série B (1712-1791). Inventaire analytique, Fort-de-France, Archives départementales de la Martinique, 400 p.

45 AN. Fonds Marine, Série C7, dossier 175.

46 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 365.

47 AN. Fonds Colonies, Série E, dossier 70.

48 AN. Fonds Colonies, série A, registre 26, f° 98 : ordonnance du 1er décembre 1759.

49 J.-B.-M. Thibault de Chanvalon, M. Pouliquen, op. cit., p 6.

50 R. Bouscayrol, « Origines et prime jeunesse de Victor Malouet », in M. Morineau, J. Ehrard, Malouet 1740-1814, Revue d’Auvergne, n° 519-520, t. 104, 1990, p. 21.

51 P. Thibaudault, Échec de la démesure en Guyane autour de l’expédition de Kourou ou une tentative européenne de réforme des conceptions coloniales sous Choiseul, Lezay, Imp. Pairault SA, 1995, p. 210.

52 D. Lescallier, Exposé des moyens de mettre en valeur et d’administrer la Guiane, Paris, Chez Buisson, 1791, XXIV-216 p.

53 P.-V. Malouet, Mémoire de M Malouet, intendant de la Marine, sur l’administration de ce département, s.l., s.n., 1789, 306 p.

54 D. Lescallier, Voyage en Angleterre, en Russie et en Suède, fait en 1775, Paris, F. Didot, an VIII, in 8°, VII174 p., Traité pratique de gréement des vaisseaux et autres bâtiments de mer, Paris, F. Didot, 1791, in 4°, 489 p., Vocabulaire des termes de marine et français avec un dictionnaire de définitions et un calepin de termes de commerce maritime, Paris, F. Didot, 1791, in 4°, XVIII-104 p.

55 P.-V. Malouet, Assemblée nationale. Séance du 10 mai 1791. Opinion de M Malouet sur le projet de décret relatif à l’état des personnes dans les colonies, s.l., s.d., 16 p., Mémoire sur l’esclavage des nègres : dans lequel on discute les motifs proposés pour leur affranchissement, Neuchâtel, s.n., 1788, 155 p. ; D. Lescallier, Notions sur la culture des terres basses dans la Guiane et sur la cessation de l’esclavage dans ces contrées, Paris, Buisson, an VII, in 8°, 106 p., Réflexions sur le sort des Noirs dans nos colonies, s.l., s.n., 1789, 71 p.

56 P.-V. Malouet, Défense de Louis XVI : discussion de toutes les charges à l’époque du 14 juillet, sl, sn, 179 ?, 51 p.

57 J.-B.-M. Thibault de Chanvalon, Voyage à la Martinique : contenant diverses observations sur la physique, l’histoire naturelle, l’agriculture, les mœurs et les usages de cette île, faites en 1751 et dans les années suivantes : lu à l’Académie royale des sciences de Paris en 1761, Paris, CJB Bauche, 1763, in 4°, VIII-192 p.

58 M. Michaud, dir., Biographie universelle ancienne et moderne, t. 24, Paris/Leipzig, Mme C. Desplaces/ Librairie de F.A. Brockaus, 18 ? ?, p. 289.

59 Ibid., tome 26, p. 275.

60 Ibid., tome 24, p. 289.

61 AN. fonds Marine, série C7, dossier 180.

62 AN. fonds Colonies, série E, dossier 299.

63 AN. fonds Colonies, série EE dossier 1279 3.

64 M. Verge-Franceschi, dir., Dictionnaire d’histoire maritime, Paris, R. Laffont, 2002, p. 1293.

65 G. Bodinier,« Les officiers de l’armée et de la Marine à l’époque de la guerre d’Amérique », Rochefort et la Mer, t. 9, Guerre et commerce maritime au xviiie siècle, Université francophone d’été Saintonge-Québec, Jonzac, Publications de l’Univ. francophone d’été, 1994, p.82.

66 B.N.F., section des manuscrits occidentaux, naf 2571-2572.

67 E. Joucla, Le conseil supérieur des colonies et ses antécédents, Thèse doctorat Droit, Paris, Éd du Monde Moderne, 1927, p. 1.

68 Idem.

69 B.N.F., section des manuscrits occidentaux, naf 2571-2572.

70 J.-A. Artur, Histoire des colonies françoises de la Guianne, Guyane, Ibis Rouge Éd., 2002, p. 503.

71 AN. Fonds Colonies, Série A, registre 16, f° 82 : ordre du 27 juillet 1777.

72 Ibid., p. 502.

73 Ibid., p. 381.

74 G. Thuillier, Pour une histoire de la bureaucratie en France, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/Ministère de l’Économie des Finances et de l’Industrie, 1999, p 1.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Extrait de la base de données Ordonnateurs & intendants de Guyane française 1712-1809
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4578/img-1.png
Fichier image/png, 148k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540