Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et les religions en France

 | 
Philippe Portier

Première partie. L'alliance juridictionnaliste

Chapitre II. La stabilisation napoléonienne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Napoléon Bonaparte accède au pouvoir en 1799, à la faveur du coup d’État du 18 Brumaire (9 novembre). Il déclare d’emblée vouloir mettre fin aux conflits qui ont déchiré la société française pour la rassembler définitivement autour du corpus axiologique établi en 1789. On connaît sa formule, prononcée le 15 décembre 1799, lors de la présentation de la Constitution du 22 Frimaire an VIII (13 décembre) : « La Révolution est fixée aux principes qui l’ont commencée. Elle est finie. »

Cette intention stabilisatrice impose de restaurer le lien rompu entre le gouvernement républicain et l’Église catholique, puisqu’aussi bien, estime le Premier Consul, c’est de leur dissociation que sont venus, pour une grande part du moins, les déchirements de la décennie précédente. Comment reconstituer l’union perdue ? Pour régler leurs relations avec le catholicisme, les gouvernements révolutionnaires ont toujours fait usage de la loi. Bonaparte renoue, quant à lui, avec le traité.

L’ancienne historiograp...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540