Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État et les religions en France

 | 
Philippe Portier

Première partie. L'alliance juridictionnaliste

Chapitre I. L’incertitude révolutionnaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès les premiers mois de la Révolution, l’Église, en ses sommets du moins, marque sa distance à l’égard du nouveau régime. Cet éloignement, publiquement affirmé, tient à deux séries de raisons étroitement liées. L’une est de nature philosophique. La hiérarchie catholique ressent qu’une civilisation agnostique se fait jour. Sans doute la monarchie d’hier avait-elle des requêtes parfois exaspérantes, qu’elle justifiait par sa doctrine gallicane de la distinction des puissances. Elle se situait du moins, en se référant constamment à Dieu et à son Église, dans l’espace de la République chrétienne. Rien de tel avec la politique révolutionnaire : fondée sur l’omnipotence de l’homme, et non plus sur la souveraineté de Dieu, elle établit ce séjour terrestre sur des assises proprement immanentes. L’autre raison est de nature juridique. Si l’Église ne s’offusque pas que le gouvernement veuille nouer alliance avec elle, elle récuse sa manière de faire, où se reflète l’esprit philosophique. Le ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540