Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les praticiens du droit du Moyen Âge à l'époque contemporaine

 | 
Vincent Bernaudeau
, 
Jean-Pierre Nandrin
, 
Bénédicte Rochet
, 
et al.

Introduction

Vincent Bernaudeau

Texte intégral

  • 1 Voir l’historique de C. Charle, « Prosopography (collective biography) », International Encycloped (...)

1Ces vingt dernières années ont marqué le retour de l’individu comme acteur de l’histoire, et la prosopographie, démarche fondée sur l’analyse croisée de données biographiques, a suscité un regain d’intérêt manifeste au sein de la communauté des historien(ne)s qui se sont investi(e)s dans l’étude des élites, des classes moyennes ou des milieux populaires1. Dans le cadre du colloque international qui s’est tenu les 14, 15 et 16 décembre 2006 aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, à Namur, les organisateurs ont souhaité réfléchir à la portée heuristique de cette méthode particulièrement féconde, et surtout faire une large place aux travaux empiriques en cours, individuels ou collectifs, menés de manière spécifique sur les praticiens du droit du Moyen-Âge à l’époque contemporaine.

  • 2 J.-M. Fecteau, J. Harvey, dir., La régulation sociale entre l’acteur et l’institution. Pour une pr (...)
  • 3 Un excellent état des lieux est dressé par J.-C. Farcy pour la France et la période contemporaine  (...)
  • 4 Certains actes de colloques récents abordent l’un ou l’autre de ces aspects : C. Dolan, dir., Entr (...)

2S’il est un groupe social dont une connaissance plus approfondie peut apporter beaucoup à la compréhension des interactions entre institutions et populations, entre État et société, c’est en effet celui-ci2. Or, malgré l’indéniable essor que connaît l’histoire de la justice en Europe mais aussi Outre-Atlantique, le champ de recherches constitué par les « professions » juridiques et judiciaires est loin d’être épuisé3. En particulier si dans ce large éventail sont à la fois considérées les personnes qui occupent des fonctions, charges ou offices correspondants à l’exercice d’une prérogative de souveraineté, et celles qui sont à même d’assurer des fonctions de représentations ou de défense, de rédiger des actes et de participer de manière plus ou moins formelle à l’œuvre de justice4.

  • 5 F. Autrand, dir., Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, ENS-ENSJF, 1986 ; Coutumes, p (...)

3Nombreuses sont encore les interrogations sur la structuration des groupes dans lesquels s’inscrivent les praticiens, sur leur place – souvent centrale – au sein de la société, sur leur rôle dans le fonctionnement de la justice, et plus largement dans la construction de l’État 5. Quid, notamment, des formes plus ou moins organisées dans lesquelles ils ont pu émerger, puis s’inscrire dans la longue durée ? des stratégies employées pour leurs membres pour s’agréger aux milieux élitaires et pour s’y enraciner ? des vecteurs par lesquels ils ont pu affirmer leur(s) légitimité(s) ? des réseaux qu’ils ont investi à titre individuel, ou des moyens qu’ils ont mis en œuvre de manière plus collective pour prendre une part active aux instances de pouvoir, ou bien, à l’inverse, constituer des contre-pouvoirs ?

  • 6 Nous renvoyons ici à un ouvrage déjà ancien, mais toujours fort utile (pour les sources qu’il prés (...)
  • 7 Sur ces questions, voir notamment Informatique et prosopographie, textes réunis par H. Millet, Par (...)
  • 8 J.-P. Royer, « Les gens », in J.-P. Royer, dir., La justice d’un siècle à l’autre. Ultimes regards (...)

4Au nombre d’une vingtaine, les contributions rassemblées ici tentent d’y apporter des éléments de réponses dans une perspective diachronique, pluridisciplinaire et transnationale. Que leurs auteur(e)s soient belges, canadiens, français(es) ou italiens, tou(te)s, à des degrés divers, abordent l’histoire de la justice dans ses tensions avec l’histoire sociale des acteurs, l’histoire politique des institutions et l’histoire culturelle des élites6. Au-delà de la nécessaire réflexion qu’ils/ elles nourrissent sur l’outillage conceptuel et méthodologique du « prosopographe » (abordant, en particulier, la question des bases de données informatiques, sujet qui donne prise au débat sur la collecte des informations, l’encodage des sources et le degré de comparabilité des recherches entreprises)7, ils/elles contribuent par leurs analyses à saisir les contours mouvants de ce monde bigarré des « gens » de justice8.

5Disons-le d’emblée, l’ambition de cet ouvrage n’est nullement d’attester la place occupée par la prosopographie dans la production historique qui les concerne ; sur ce point, chacune des contributions renvoie à une multitude de références qui justifient de ne pas y insister dans cette brève introduction. Ce qui importe, et que nous souhaitons plutôt souligner, ce sont les apports singuliers de cette méthode, en montrant en quoi elle participe pleinement au renouvellement actuel des recherches centrées sur les acteurs de la justice ; acteurs qui partagent un espace professionnel commun mais s’y voient reconnaître un périmètre d’action propre, qui incarnent l’autorité de la justice mais y puisent une légitimité différenciée selon leur statut, qui s’inscrivent dans des réseaux sociaux de type élitaire sans pour autant s’y voir assurer une position équivalente.

6La visée qui est la nôtre comporte un double niveau dont les facettes doivent entrer en résonance : d’une part, confronter des travaux susceptibles de mieux comprendre comment s’est constitué ce groupe social et quels ont été les moyens employés par ses membres pour consolider leur légitimité (notamment vis-à-vis du pouvoir politique), de l’autre, cerner quelles ont pu être les évolutions dans le temps et dans l’espace des différents sous-ensembles qui le composent ; étant entendu que les praticiens en question – et au-delà, les corps, ordres ou chambres professionnelles qu’ils représentent –, s’inscrivent dans des contextes socio-culturels, politiques et économiques qui les transcendent et, d’une certaine manière, façonnent autant leurs perceptions que leurs discours, leurs pratiques professionnelles que leurs engagements.

7Le cadre d’analyse des contributions épouse à dessein une chronologie longue, afin qu’il soit possible de saisir les permanences et les phases de recomposition qui ont pu traverser ce champ judiciaire. Le principe a également été retenu de considérer une aire géographique étendue et un contexte de cultures juridiques variées – continentale et de tradition romaine pour les « groupes-objets » scrutés en Europe/hybride en ce qui concerne les territoires situés Outre-Atlantique –, afin, notamment, de concevoir la construction des « identités » judiciaires par le biais des processus de sédimentations successives qui les ont affectés. Enfin, la prise en compte d’une définition large de l’univers des gens de justice paraissait s’imposer presque naturellement, en raison des statuts et prérogatives spécifiques des acteurs concernés, mais aussi des positions différenciées qu’ils occupent dans le corps social ou de leurs capacités d’action propres.

8S’inscrivant dans la problématique ainsi tracée, chaque contributeur/trice – historien(ne), juriste ou sociologue – s’est efforcé(e) de réfléchir à la configuration d’un espace professionnel déterminé – ici, celui des procureurs, là, celui des notaires, des juges de paix, des avocats, etc. –, dans sa dimension sociale et parfois économique, culturelle mais également politique ; en particulier, via les rapports entretenus avec les autorités et pouvoirs environnants (administratif ou exécutif, légitime ou occupant). Alliant en permanence l’individuel au collectif, le singulier au général, tou(te)s se sont assigné le difficile objectif d’appréhender les praticiens du point de vue du territoire juridique, professionnel qui est le leur, et des représentations construites sur leur communauté ; la démarche adoptée devant notamment servir à dépasser le topos d’un milieu monolithique, cloisonné, figé sous le poids de traditions immuables et d’un esprit corporatiste empêchant toute transformation.

9De ce point de vue, la mise en œuvre de la prosopographie apparaît comme particulièrement appropriée, même si elle comporte des biais qu’il convient, sans les exagérer, de ne pas négliger. Ainsi, par exemple, faut-il tenir compte du fait que les données recueillies ne sont que le reflet de la documentation disponible et des traces qu’ont bien voulu laisser les individus ou les institutions auxquelles ils appartiennent. Ce type de démarche impose donc, au-delà de la quantification des informations et d’un effort de typologisation, de considérer les silences des sources autant que les indices non mesurables si l’on veut parvenir à la connaissance la plus fine possible des communautés humaines et professionnelles que l’on approche ; du moins est-ce l’un des enseignements apportés par les contributions que nous livrent Dirk Heirbaut sur les porte-parole de Cassel et de Lille vers 1300, ou Sylvie Blondel sur les praticiens de la « Bonne ville de Douai » entre 1384 et 1531.

10L’un comme l’autre articulent leurs analyses de manière à laisser apparaître les modalités par lesquelles les juristes imposent progressivement leurs compétences techniques comme un savoir légitime. Cependant, l’identité des acteurs de justice qu’ils appréhendent n’est pas exclusivement institutionnelle, et en quelque sorte liée d’une manière organique aux structures d’encadrement qui se mettent alors en place ; ils montrent aussi la genèse d’une communauté conquérant une certaine autonomie sociale dans le tissu urbain. La place qu’occupent les praticiens dans le système politique et judiciaire est étroitement liée à celle qu’ils ont dans la société, et nombre d’entre eux n’hésitent d’ailleurs pas à utiliser le « ser vice » – municipal ou personnel – comme un tremplin vers une carrière d’officier princier, dévoilant au passage l’entrecroisement des stratégies sociales et professionnelles qui sont les leurs.

  • 9 Sur la question des « constructions » statistiques, nous renvoyons le lecteur à C. Lemercier et C. (...)
  • 10 Voir entre autres G. Lévi, « On microhistory », in P. Burke (éd.), New Perspectives on Historical (...)

11Si, par définition, toute étude de nature prosopographique doit reposer sur une analyse quantitative fournissant matière à description de fréquences, de moyennes ou de corrélations d’indices9, il s’agit cependant d’un horizon qui à lui seul ne peut suffire. Par la représentation « modélisée » qu’elles produisent, les statistiques masquent en effet la densité des expériences vécues par les acteurs et menacent en permanence de réduire la complexité du réel. Ceci contribue à biaiser la perception du monde social que l’historien ou l’historienne tente de saisir dans son contexte et ses évolutions, surtout s’il/elle ne prend garde à dépasser les cadres de classements qu’il/elle a construits et le « profil moyen » auquel il/elle a pu aboutir. Une approche micro-analytique et réflexive10, croisant notamment les apports de la sociologie, du droit, de la science politique, voire de l’anthropologie, paraît ainsi des plus judicieuse, en écho à la dimension« macro » de la recherche engagée, comme le suggère Yannick Beaulieu à propos de la magistrature italienne sous le régime fasciste.

  • 11 A. Daumard, « Les généalogies sociales : un des fondements de l’histoire comparative et quantitati (...)

12Les ressorts des actions individuelles n’étant guère intelligibles à l’aune des analyses sérielles des trajectoires, des ajustements qualitatifs sont toujours nécessaires dans le cadre de recherches qui tendent à restituer les interactions entre les membres d’une même communauté. À cet égard, l’examen des biographies et des généalogies sociales apportent beaucoup à la compréhension de la dynamique des fratries11, comme nous le montrent David Gilles et sa contribution sur la famille Panet, ancrée dans le notariat de la Nouvelle-France au moment de la Conquête anglaise, Jean-François Tanguy, à travers l’étude d’une dynastie judiciaire provinciale française du xixe siècle, ou encore Bart Coppein, grâce au portrait qu’il brosse d’Edmond Picard, « colosse du Barreau belge ». Au-delà des itinéraires singuliers qu’ils analysent – faits de succès pour les uns et de déconvenues pour les autres –, chacun d’entre eux rend perceptibles certaines discontinuités échappant à une approche strictement quantitative du social.

  • 12 P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, ju (...)

13Réciproquement, en invitant à atteindre des groupes plutôt que tel ou tel individu isolé, la prosopographie permet de se prémunir contre les écueils de « l’illusion biographique »12 pour aborder au plus près la configuration des communautés, corps ou institutions auxquels ils appartiennent. Ainsi, lorsque Céline Ronsseray focalise son étude sur les commissaires-ordonnateurs de Cayenne entre 1712 et 1809, leurs origines, leurs stratégies matrimoniales ou leurs réseaux de clientèles, c’est pour tenter de dégager les traits originaux d’une administration coloniale française de Guyane dont les membres cherchent à étendre leur aire d’action et d’influence au cours du long xviiie siècle. De la même manière, quand Bénédicte Rochet effectue une plongée dans le microcosme judiciaire namurois des années 1830-1880, l’enjeu n’est pas seulement d’analyser les contours sociologiques du troisième pouvoir en Belgique, mais bien de percevoir les logiques d’ascension sociale, de promotion professionnelle et de reconnaissance publique (notamment, via la politique) tramées derrière des destinées individuelles qui s’entrecroisent.

14La physionomie d’un milieu professionnel variant selon les lieux, les époques et les stratégies déployées par les acteurs eux-mêmes, il paraît aussi judicieux de prêter une attention particulière aux pesanteurs et/ou aux dynamiques qui le traversent. Mettre par exemple en évidence les phénomènes de domination et de reproduction (dynasties, clans) qui entravent sa transformation, ou au contraire les facteurs de circulation entre fractions sociales qui sont susceptibles de faciliter ses recompositions au gré des aléas politiques, culturels ou religieux auxquels ses membres ont à faire face, c’est se donner les moyens d’approcher l’histoire propre de ce milieu, sans pour autant la détourner d’une histoire plus globale dont il est aussi largement tributaire. C’est précisément ce que montre Marie-Bénédicte Vincent à propos de la haute administration prussienne, au tournant des xixe et xxe siècles, ainsi que Serge Defois, avec son étude sur le Barreau nantais qui court sur le long xxe siècle.

15En fondant son analyse sur une cohorte de plusieurs centaines de fonctionnaires, la première décrypte le processus de modernisation qui affecte un modèle nettement autoritaire, hérité de l’absolutisme, où la prédominance des élites nobiliaires est peu à peu concurrencée par une montée en puissance de diplômés en droit d’origine bourgeoise. L’enjeu ici est de savoir comment s’effectue le partage des tâches entre ces deux composantes, mais aussi de percevoir si cette répartition obéit ou non à un schéma de rationalisation affirmant le primat de la compétence sur la naissance. Quant au second contributeur, lui aussi s’interroge sur les déterminants sociologiques qui pèsent sur la structuration du champ juridique, et met au cœur de son propos les oppositions entre anciennes et nouvelles élites. Réalisant une sociographie approfondie d’un barreau provincial français, il souligne la notion d’héritage – professionnel ou social – et la place centrale qu’elle occupe chez les avocats, afin d’y déceler les ressorts du timide mouvement de démocratisation qui affecte le recrutement de l’Ordre au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; et ce, en dépit d’une tendance méritocratique affirmée.

16S’interroger sur les mécanismes de construction des « identités » judiciaires implique bien sûr de s’attarder sur ce phénomène de transmission du capital socio-économique et/ou juridique qui représente une des voies privilégiées d’accès au champ du pouvoir, ainsi qu’une des ressources les plus valorisées sur le marché des vertus civiques. Mais cela suppose aussi d’approfondir certains aspects plus directement liés aux moyens employés par les praticiens dans leur propre sphère professionnelle : par exemple, l’investissement d’un capital symbolique fort dans leur statut, ou la capacité à agir pour produire une dynamique et accompagner le changement. Ainsi Frédéric-Antoine Raymond confronte-t-il pratiques scripturales et mémoire corporative, en explorant la tenue des registres de délibérations des procureurs du Parlement de Toulouse de 1693 à 1781, tandis que Jean-Philippe Garneau étudie deux générations d’avocats québécois, de la fin du xviiie siècle au début du xixe siècle, pour déconstruire le discours public opposant canadiens et britanniques, droit français et Common law, commerçants et juristes.

17Le premier montre que c’est moins l’activité judiciaire « réelle » de la communauté des officiers languedociens qui se reflète dans leur entreprise d’écriture qu’une posture collective cherchant à imposer, dans et hors les murs, une représentation singulière du corps. La démarche qui consiste à prescrire le respect des règles communes de la profession à ses membres est là, en effet, pour fortifier la solidarité interne à la communauté, et par une sorte de mouvement circulaire, la représentation projetée se nourrit également de l’image qu’elle est sensée donner d’elle-même. Quant au second contributeur, son analyse des rapports entre droit, pluralisme culturel et genèse du barreau québécois, après la période fondatrice de la Conquête anglaise, l’amène à envisager la dynamique dont sont porteurs les avocats dans l’émergence d’un nouvel espace public. Capables d’adaptation, ils occupent une position d’« intermédiaires » qui leur fait jouer un rôle crucial dans l’acceptation d’un système juridique hybride et contribue à la définition progressive d’une nouvelle image de leur profession.

18En facilitant une telle plongée dans la vie quotidienne des praticiens, la prosopographie invite naturellement à appréhender les processus de sélection qui opèrent au sein des milieux judiciaires. Quid, par exemple, des modalités d’obtention d’une fonction ou d’une charge ? Quels sont les « critères » requis, les « épreuves » à subir et les étapes à franchir ? Existe-t-il d’ailleurs des filières d’accès privilégiées ? Ce sont là quelques pistes d’autant plus intéressantes à suivre que les contours des « corps » dont il est question sont restés longtemps flous et que les règles – notamment de recrutement – dont ils ont pu se doter, n’ont été modelées que par lentes et successives retouches. De ce point de vue, la contribution que Francesco Aimerito consacre aux avocats et procureurs du Piémont avant l’unification italienne de 1861 est particulièrement éclairante, de même que celle de Pierre-Jean Niebes sur les magistrats cantonaux du département de Jemmapes entre 1795 et 1814.

19Ce dernier, exploitant les ressources de la législation autant que les dossiers de présentations des juges, ne se contente pas de suivre l’évolution des types de recrutement en vigueur : de l’élection par l’assemblée locale à la désignation à vie par le pouvoir exécutif. Il souligne aussi quel est le profil socioculturel des candidats titularisés, s’il s’agit d’hommes nouveaux ou d’individus liés à l’Ancien Régime, et tente de déterminer les caractéristiques de leurs parcours (longévité, mobilité). Quant au premier contributeur, il fixe son attention sur la situation du Barreau des États de la Maison de Savoie pour montrer qu’au cours des premières décennies du xixe siècle l’existence d’un modèle d’organisation original est âprement défendu. Confrontant les dispositifs réglementaires aux caractères culturels, socio-économiques ou politiques dont sont revêtus avocats et procureurs, il donne à voir deux professions aux modes de fonctionnement bien distincts, que seule la consolidation de l’État libéral et la réforme de 1874 permettront d’estomper.

20S’il apparaît pertinent d’observer quelles sont les modalités de recrutement à l’entrée des différents espaces professionnels investis par les praticiens, l’examen de la structuration des parcours suivis et des conditions d’avancement ne l’est pas moins. Qu’en est-il notamment de la morphologie duale de certaines institutions comme la magistrature (siège/parquet) ? Est-elle susceptible de déterminer ou non l’émergence de stratégies professionnelles spécifiques ? Existe-t-il un cursus honorum et quel est le poids des facteurs socioculturels, linguistiques ou politiques sur les carrières ? Les contributions présentées par Françoise Muller, sur la Cour de cassation belge entre 1833 et 1914, ainsi que par Eva Schandevyl, sur le personnel judiciaire bruxellois de haut rang (cour d’appel comprise) au sortir de la Seconde Guerre mondiale, répondent à quelques-unes de ces questions ; en levant notamment un coin du voile sur les usages politiques existant en matière de nominations aux postes les plus élevés.

21Si, depuis 1830 et l’indépendance de la Belgique, les membres du parquet de la Cour de cassation sont directement désignés par le Roi, le premier président comme les présidents de chambre sont élus par leurs pairs et les conseillers font l’objet d’une double présentation (Cour et Sénat). De ce point de vue, l’un des apports majeurs de Françoise Muller est de nous restituer la rupture qui intervient à la fin du xixe siècle : d’une part, en ce qui concerne la représentativité des trois ressorts d’appel au sein de la Cour suprême, de l’autre, vis-à-vis de l’entorse au système de cooptation qui, depuis des décennies, privilégiait les candidats présentés par l’ordre judiciaire. Dans le prolongement de cette analyse, Eva Schandevyl nous livre elle aussi un instantané de cette magistrature bruxelloise, mais cette fois en fixant son attention sur la période plus spécifique du milieu des années 1940. Examinant, en particulier, les différents facteurs (notamment politiques et linguistiques) qui contribuent à maintenir figées sa structure sociale et la configuration des carrières de ses membres, elle illustre son propos avec le portrait de Léon Cornil, figure francophone libérale emblématique.

22La légitimité des juristes étant liée pour partie à la question des savoirs et des compétences, plusieurs contributeurs fondent leurs analyses sur l’examen de la formation ou du degré de spécialisation des praticiens. C’est d’abord le cas de Christian Chêne, qui prend appui sur les expériences de Pigeau et Bellart pour montrer l’importance de la pratique dans la construction de l’identité professionnelle et l’enjeu majeur qu’elle représente en France entre la fin du xviiie siècle et les premières décennies du xixe siècle. D’origines modestes, l’un et l’autre ne font pas les études savantes des fils de familles mais leur apprentissage juridique « sur le tas ». Ils défendent l’idée que le maniement du droit nécessite l’acquisition d’aptitudes techniques et s’efforcent de la mettre en œuvre dès que les circonstances s’y prêtent. Leur ambition est de voir reconnues les compétences pratiques des juristes dont la Révolution a remis en cause le rôle. Pourtant, leur engagement ne reçoit pas l’écho espéré et les conceptions napoléoniennes des études juridiques qui s’imposent restent inscrites dans la continuité de l’Ancien Régime.

23Éric Pierre, pour sa part, interroge la figure spécifique du juge des enfants dans la France des années 1945-1955 ; période qui apparaît aujourd’hui encore comme pionnière, comme un temps héroïque au cours duquel une génération de juges se serait investie pour construire une justice des mineurs véritablement protectrice, compréhensive et attentive à la jeunesse « irrégulière ». Cette représentation « mythologique », l’auteur la nuance en analysant notamment la durée dans la fonction, l’existence d’un intérêt préalable pour l’enfance – souvent lié à un militantisme dans les mouvements de jeunesse –, l’investissement dans la formation permanente ou l’exercice missionnaire de la fonction – accompagné, par exemple, d’une action dans les associations de sauvegarde de l’enfance. En définitive, il montre qu’en dehors de quelques fortes personnalités particulièrement fidèles à leur fonction, la grande majorité des juges des enfants paraît l’assumer sans s’y investir plus que dans un autre poste ; il ne s’agit pour eux que d’une étape dans une carrière « ordinaire » où la « spécialisation » a peu de place.

24En favorisant la mise à plat des relations qui enserrent les praticiens du droit dans leur environnement immédiat, la prosopographie ne donne pas seulement à voir les logiques sociales ou culturelles qui, à une époque donnée, sont à l’œuvre au sein des groupes auxquels ils appartiennent. Elle met aussi au jour les visées à caractère plus professionnel et parfois même plus politique de certains, en marge de l’institution, comme le suggère Jean-Philippe Tonneau dont la contribution est centrée sur la naissance du Syndicat des avocats de France. Son analyse de la dynamique collective qui se développe au cœur du Barreau autour des années 1970 atteste en effet l’émergence d’un militantisme de gauche et d’un syndicalisme judiciaire imbriqués, dont les enjeux sous-jacents ne sont pas à proprement parler juridiques ; la posture des membres du SAF laissant en particulier entrevoir les rapports de/au pouvoir, ainsi que des investissements d’ordre idéologique et symbolique forts. Le droit, de fait, constitue un socle cognitif capable d’assurer une forme d’entente minimale entre les membres d’un même groupe (ici le barreau, ailleurs le tribunal, la chambre professionnelle, etc.), sans pour autant être exclusif d’emprunts à d’autres registres.

25C’est du reste (en partie) de la nature et de la densité des réseaux polymorphes investis par les praticiens – où se mêlent souvent fidélités idéologiques, solidarités sociales et connivences professionnelles –, que peuvent surgir certains éléments de compréhension sur la communauté de valeurs qui fondent leurs attitudes et forgent leurs discours. Appréhender des sujets actifs, saisissables au plus près de leurs expériences judiciaires et de leurs engagements extérieurs, est ainsi l’une des ambitions de Claire Lemercier qui étudie le tribunal de commerce de Paris au xixe siècle. Elle ne se contente pas de scruter la distribution des tâches à l’intérieur de l’institution ou le rôle imparti à chacun des acteurs, elle envisage aussi leurs stratégies propres et leurs trajectoires, les formes et le poids des réseaux d’interconnaissances qui se forgent autour d’eux. Nous restituant les relations plus ou moins nourries que les lient au reste de la société élitaire de la capitale (économique et financière, judiciaire et politique notamment), elle montre bien l’imbrication des lieux de pouvoir et le fait que ce groupe doit son existence à un petit nombre d’acteurs « multipositionnels » dont le capital social est essentiel.

  • 13 Sur les archives judiciaires proprement dites (dossiers personnels, statistiques, etc.), on consul (...)
  • 14 Voir notamment D. Voldman, dir., « La Bouche de la Vérité ? La recherche historique et les sources (...)

26Que la prosopographie constitue une réponse adéquate à la disparité des sources à laquelle certains chercheurs ont à faire face, ou qu’au contraire elle s’applique à l’exploitation de données massives pour lesquelles le recours à l’outil informatique s’avère incontournable, la méthode n’en reste pas moins féconde et d’un grand intérêt. À travers des démarches originales, qui répondent à ces situations documentaires spécifiques, les auteur(e)s du présent ouvrage – exploitant tantôt des sources d’archives (état civil, actes notariés, statistiques, dossiers personnels, registres d’activités, documents législatifs ou réglementaires, etc.13), tantôt des témoignages oraux (lorsque la période embrassée s’y prête)14 –, attestent la richesse des travaux menés sur les praticiens du droit ; ces professionnels dont la légitimité se joue dans l’espace institutionnel et juridique qui est le leur, mais aussi dans un ensemble d’univers sociaux, culturels, politiques ou économiques à partir desquels se construisent en partie les représentations de leur propre communauté.

  • 15 Sur ce dernier point, on se reportera en particulier aux travaux d’Anne Boigeol (« De la difficile (...)

27Certes, toutes les facettes de ce monde judiciaire bigarré n’ont pas été abordées ici, loin s’en faut ; on pourra regretter en particulier l’absence de certaines catégories comme les greffiers, les huissiers, etc., ou le fait que la question de la féminisation ait été à peine effleurée15. Par ailleurs, il est possible que la démarche prosopographique, dont le caractère empirique place l’historien(ne) dans une posture expérimentale, entrave quelque peu l’inscription de ces différentes études dans une perspective réellement comparatiste des professions juridiques et judiciaires (dont on sait pourtant qu’elles ont bien des traits en commun, notamment sociaux et culturels). Au demeurant, les contributeurs montrent bien qu’il s’agit là de lieux de contacts et d’échanges entre fractions sociales, d’entités ouvertes et mobiles dans le temps comme dans l’espace.

28En replaçant les praticiens dans les contextes qui autour d’eux donnent sens et forme à leurs positionnements, chacun éclaire en effet quelques-uns des traits originaux des structures dans lesquelles ils prennent place, en retrace les évolutions et souligne par la même la plasticité des « frontières » entre droit, politique et société. Par-delà l’hétérogénéité spatio-temporelle des approches et la diversité des « groupes-objets » appréhendés, l’ouvrage témoigne de la vitalité et du décloisonnement des travaux qui, en sciences humaines et sociales, investissent désormais ce champ de recherches. Traversé par quatre thématiques : « Sources et méthodes », « Sociétés et justices », « Générations judiciaires », « Les mondes judiciaires », il se conclut par une réflexion stimulante qui, assurément, ouvre pour l’avenir de nouvelles perspectives de recherches prosopographiques dans le domaine de l’histoire de la justice.

Notes

1 Voir l’historique de C. Charle, « Prosopography (collective biography) », International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, Oxford, Elsevier Science Ltd, 2001, vol. 18, p. 12236-12241.

2 J.-M. Fecteau, J. Harvey, dir., La régulation sociale entre l’acteur et l’institution. Pour une problématique historique de l’interaction, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2005.

3 Un excellent état des lieux est dressé par J.-C. Farcy pour la France et la période contemporaine : L’histoire de la justice française de la révolution à nos jours. Trois décennies de recherches, Paris, PUF, 2001. Pour la Belgique, on se reportera à X. Rousseaux, « Crime, justice et droit : quelques réflexions sur l’historiographique récente en Belgique », Cahiers du CRHIDI, n° 23-24, textes réunis par J.-P. Nandrin, 2005, p. 47-154.

4 Certains actes de colloques récents abordent l’un ou l’autre de ces aspects : C. Dolan, dir., Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxe siècle, Laval, Presses de l’université Laval, 2005 ; Gens de robe et gibier de potence en France du Moyen Âge à nos jours, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône/IEM éditions, 2007.

5 F. Autrand, dir., Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, ENS-ENSJF, 1986 ; Coutumes, pouvoirs locaux et affirmation de l’État moderne. La prosopographie : problèmes et méthodes, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 100/1, 1988 ; X. Rousseaux, R. Lévy, dir., Le pénal dans tous ses états. Justice, États et sociétés en Europe (xiie-xxe siècles), Bruxelles, Publications des Facultés Universitaires Saint-Louis, 1997.

6 Nous renvoyons ici à un ouvrage déjà ancien, mais toujours fort utile (pour les sources qu’il présente notamment) : C. Charle, J. Nagle, M. Perrichet, M. Richard, D. Woronoff, dir., Pour une prosopographie des élites françaises. xvie-xxe siècles. Guide de recherches, Paris, CNRS-IHMC, 1980.

7 Sur ces questions, voir notamment Informatique et prosopographie, textes réunis par H. Millet, Paris, éd. CNRS, 1985 ; J.-P. Genet, G. Lottes, dir., L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996 ; J. de Bonville, U. Deschênes, « individu ou collectivité, diachronie ou synchronie : un modèle de traitement de l’information », Histoire et mesure, vol. 11, n° 1-2, 1996, p. 93-117.

8 J.-P. Royer, « Les gens », in J.-P. Royer, dir., La justice d’un siècle à l’autre. Ultimes regards, premières projections, Paris, PUF, 2003, p. 83-91.

9 Sur la question des « constructions » statistiques, nous renvoyons le lecteur à C. Lemercier et C. Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008. On consultera aussi avec profit la revue Histoire et mesure (en particulier J.-P. Genet, « Histoire, informatique, mesure », n° 1, vol. 1, 1986, p. 718, ainsi que le numéro spécial intitulé Penser et mesurer la structure, vol. XII, n° 3-4, 1997).

10 Voir entre autres G. Lévi, « On microhistory », in P. Burke (éd.), New Perspectives on Historical Writing, Oxford, Polity Press, 1992, p. 93-113 ; C. Charle, dir., Histoire sociale, histoire globale ?, Paris, éd. de la MSH, 1993 ; B. Lepetit, Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, A. Michel, 1995 ; J. Revel, dir., Jeux d’échelles. La micro analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le seuil, 1996.

11 A. Daumard, « Les généalogies sociales : un des fondements de l’histoire comparative et quantitative », Annales de démographie historique, 1984, p. 9-24 ; G. Lévi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, 44, 6, novembre-décembre 1989, p. 1325-1336 ; J.-C. Passeron, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 31, 1, 1990, p. 3-22.

12 P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, juin 1986, p. 69-73.

13 Sur les archives judiciaires proprement dites (dossiers personnels, statistiques, etc.), on consultera F. Chauvaud, J.-G. Petit, dir., L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires (1800-1939), Paris, H. Champion, 1998.

14 Voir notamment D. Voldman, dir., « La Bouche de la Vérité ? La recherche historique et les sources orales », Cahiers de l’IHTP, n° 21, novembre 1992 ; V. Duclert, « “Archives orales”. De l’archivistique aux sciences sociales », Histoire et archives, n° 11, janvier-juin 2002, p. 69-86.

15 Sur ce dernier point, on se reportera en particulier aux travaux d’Anne Boigeol (« De la difficile entrée des femmes dans la magistrature à la féminisation du corps », in C. Bard, F. Chauvaud, M. Perrot, J.-G. Petit, dir., Femmes et justice pénale xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2002, p. 363-371 ou « Le genre comme ressource dans l’accès des femmes au « gouvernement du barreau » : l’exemple du Barreau de Paris », Genèses, n° 67, 2, 2007, p. 66-88), ainsi qu’à l’ouvrage de J. Rennes, Le mérite et la nature, Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige (1880-1940), Paris, Fayard, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540