Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces sacrés dans la Méditerranée antique

 | 
Yves Lafond
, 
Vincent Michel

Deuxième partie. Aménagement, organisation, gestion de l'espace sacré

La reconstruction du temple de Baʿlu à Ougarit au XIIIe siècle av. J.-C. : entre mythe et réalité

Carole Roche-Hawley

Texte intégral

Qu’on bâtisse une maison pour Baʿlu
[…]
Qu’on achève pour lui une maison de cèdre,
Qu’on maçonne pour lui une maison de briques.

  • 1 Et par conséquent, comme le fait remarquer D. Pardee, cet ensemble constitue l’œuvre littéraire la (...)

1L’œuvre littéraire majeure que nous ont laissée les Ougaritains est sans nul doute le Cycle de Baʿlu1. On y trouve plusieurs récits narrant l’ascension du dieu Baʿlu et notamment la construction d’un palais à l’égal de celui des autres dieux, siège de son pouvoir et symbole de sa position dominante dans le monde divin. La volonté théologique cachée dans ce récit est clairement identifiable – ce palais consacre le dieu en lui attribuant ainsi un siège pour son autorité – et la construction du palais divin de Baʿlu a été parfois mis en parallèle avec la construction de son temple dans la ville d’Ougarit.

  • 2 Callot O., Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit. Les temples de Baal et de Dagan, Lyon, Publica (...)

2Dans son récent ouvrage Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit, en conclusion de son étude du sanctuaire de Baʿlu2, O. Callot propose, avec maintes précautions, deux hypothèses pour replacer la mise par écrit de ce texte dans le contexte historique de la fin du XIIIe siècle : soit le scribe ʾIlîmilku, signataire du colophon, a écrit ce récit pour glorifier la reconstruction entreprise par le roi, soit il l’a fait de façon à inciter le roi à entreprendre ou accélérer les travaux.

  • 3 Pour un résumé de la discussion, cf. Pardee D., « The Ugaritic Alphabetic Cuneiform Writing System (...)

3N. Wyatt, considérant que les tablettes signées par ʾIlîmilku dataient de la fin du XIVe siècle, y a vu des compositions reflétant la diplomatie et la politique de cette époque. Nombreux sont les chercheurs, à présent, à dater l’activité du scribe ʾIlîmilku de la fin du XIIIe siècle et à y voir un contemporain du roi Niqmaddu IV3. Si tel est le cas, la proposition de O. Callot mérite d’être approfondie car, comme il le rappelle, il pourrait s’agir d’une mise en forme poétique de la reconstruction du temple de Baʿlu dans la cité d’Ougarit faisant suite au tremblement de terre qui ravagea la ville au milieu de XIIIe siècle.

Datation des textes du récit de la construction du palais de Baʿlu

La composition littéraire

  • 4 Nous reviendrons un peu plus loin sur ce sujet.
  • 5 Pour une présentation des différents points de vues sur lesquels nous ne reviendrons pas ici, cf. (...)

4Quelle que soit la datation des tablettes elles-mêmes4 il n’existe pas de consensus sur la date de la composition littéraire. Les avis sont divisés entre ceux qui voient dans Le Cycle de Baʿlu un récit qui au XIIIe était déjà très ancien, et ceux qui y voient une composition littéraire plus tardive qui refléterait les conditions sociales, politiques et religieuses de la société ougaritaine de la fin de l’âge du Bronze récent5.

5Nous ne prétendons pas résoudre ce débat ici qui, en l’état de nos connaissances, ne peut guère être tranché. Mais il nous semble que l’on puisse tout autant poser comme postulat une date tardive pour la composition littéraire du Cycle de Baʿlu que plus ancienne.

  • 6 Comme c’est certainement le cas pour le mythème du combat entre le dieu de l’orage et le dieu de l (...)
  • 7 Une telle intertextualité est bien représentée dans la culture littéraire babylonienne avec, par e (...)

6Il ne s’agit bien évidemment pas de voir dans tous les récits présents dans le Cycle de Baʿlu des éléments créés de toutes pièces au Bronze récent, mais des éléments anciens ont pu être incorporés à un ensemble constitué en tant que tel plus tardivement6. Un tel procédé, avec l’appropriation d’éléments anciens et leur remploi dans une composition tardive, est quelque chose de bien attesté dans l’histoire de la littérature7.

Les tablettes

  • 8 Si l’alphabet apparaît bien à cette époque à Ougarit, cf. Pardee D., « The Ugaritic Alphabetic Cun (...)

7Les diverses copies que nous possédons des mythes relatifs au dieu Baʿlu, qu’elles soient des extraits à colonne simple ou des « tablettes de bibliothèque » multi-colonnes, semblent toutes dater du XIIIe siècle8.

  • 9 Ce texte est publié par D. Pardee, p. 257-260. Il relève que ce texte pourrait faire allusion au m (...)

8Le récit de la construction du temple de Baʿlu est connu dans deux tablettes : une première signée par le scribe ʾIlîmilku, probablement copiée sous le règne de Niqmaddu IV, dans la seconde moitié du XIIIe siècle ; et une seconde, très fragmentaire et non signée (RS 24.2639).

  • 10 Pour l’identification de la main de ce scribe ou de son école, cf. Pardee, D. « Deux tablettes oug (...)

9Ce fragment-ci revêt cependant une certaine importance pour la chronologie de ce dossier car il pourrait, d’après la paléographie, avoir été écrit par le scribe Ṯabʾilu ou témoigner de la même école10. L’activité de ce scribe semble se situer sous le règne de ʿAmmiṯtamru III, au milieu du XIIIe siècle, ce qui donnerait à cette version une légère antériorité à celle connue sous le calame de ʾIlîmilku.

10Si l’on opte pour une interprétation historique du récit de construction du temple de Baʿlu, cela sous-entend que dès le règne de ʿAmmiṯtamru III, après le tremblement de terre qui eut lieu aux environs de 1250, des poètes aient mis par écrit les lamentations de Baʿlu (à la première personne, à la différence du texte copié par ʾIlîmilku quelques décades plus tard) :

  • 11 Traduction Pardee D., Les textes para-mythologiques de la 24e campagne (1961), op. cit., p. 259.

Il gémit, il implore le Taureau ʾIlu son père,
ʾIlu, le roi qui [qui l’a engendré.
Il implore ʾAṯiratu] et ses fils,
la déesse [et la bande de ses alliés ;
Et] je [n’ai pas] de maison comme les dieux, (pas) de cour comme les fils de ʾAṯiratu,
(pas) de demeure (comme) ʾI] lu, (comme l’abri de ses fils,
[(pas) de demeure (comme) la Dame ʾAṯiratu de la mer,
(pas) de demeure (comme) Pid] ray fille de ʿAru11.

  • 12 Peut-être au moment de l’assemblage de divers épisodes en un ensemble constituant Le cycle de Baʿl (...)

11Si ce texte date bien du règne de ʿAmmiṯtamru III, est-ce à dire que seul ce passage de lamentation existait dans un premier temps, à la suite de la destruction du temple ? Le texte a-t-il été développé plus tard en récit de construction mythologique au moment de l’entreprise des travaux sous le règne de ses successeurs ʾIbbirānu VI ou Niqmaddu IV12 ?

Le contexte historique : du tremblement de terre sous ʿAmmiṯtamru III à la reconstruction sous son petit-fils, Niqmaddu IV

  • 13 Callot O., Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit. Les temples de Baal et de Dagan, op. cit., p.  (...)

12Comme le rappelle O. Callot13 :

« C’est aux alentours de 1250, sous le règne d’Amishtamrou III (vers 1260-1235), que l’ensemble de la ville a été détruit par un violent séisme. […] le temple a été entièrement reconstruit (et) il est difficile d’évaluer l’étendue des dégâts occasionnés par cette catastrophe. »

13Cette reconstruction du temple de Baʿlu dans la ville d’Ougarit est également attestée dans un texte épistolaire.

  • 14 Cf. Lackenbacher S., « Une lettre d›Égypte (no 1) », M. Yon et D. Arnaud (éd.), Études ougaritique (...)

14Le texte RS 88.2158, mis au jour dans la Maison d’Urtēnu, est une lettre envoyée par la chancellerie égyptienne mentionnant Merneptah, datant peut-être de l’avènement de ce dernier14. Dans ce texte, on trouve plusieurs mentions de la reconstruction du temple de Baʿlu en Ougarit :

  • 15 ù ki-i ša at-ta tàš-pu-ru um-ma-a lugal li-id-din a-na a-la-kí 1-en lúpur-kúl-la ù a-na ia? -ši? (...)

(10’-16’) Et voici ce que toi (le roi d’Ougarit), tu as écrit : « Que le roi accorde que vienne un sculpteur et [qu’il sor] te vers m [oi( ?)] pour faire une image de Marniptah Hatpamua en face de l’image de Baʿal qu’il a présentée dans le temple que, moi, je suis en train de faire pour Baʿal de l’Ougarit15. »

15Plus loin, on trouve encore :

  • 16 ki-i lugal a-ši-ib i-na muḫ-ḫi giš. gu. za ša dutu ù šu-nu ep-pu-šu ši-ip-ri a-na dingir. meš gal. (...)

(22’-25’) et comme ceux-ci (les sculpteurs qui travaillent en Égypte) achèvent (leur travail), le roi enverra vers toi les menuisiers dont tu as parlé pour que ceux-ci fassent (alors) tous les (types de) travaux que toi tu leur ordonneras (en disant) : « Fais-les16 ! »

  • 17 À propos des artisans, S. Lackenbacher ajoute : « Le fait qu’il y en ait plusieurs, utilisables à (...)

16Tout ce texte suggère qu’un roi ougaritain, peut-être contemporain de l’avènement de Merneptah, probablement Niqmaddu IV, a entrepris des travaux de reconstruction, de restauration ou d’embellissement dans le temple de Baʿlu17.

Le récit de la construction du temple de Baʿlu

17Si l’on regarde à présent le texte mythologique ougaritique, pourrait-on déceler des références à cet événement dans la composition littéraire ?

18La demeure envisagée, après approbation des autorités concernées, est définie ainsi :

Qu’on bâtisse une maison pour Baʿlu
[…]
Qu’on achève pour lui une maison de cèdre,
ou qu’on maçonne pour lui une maison de briques. »

19Ailleurs, alors que les travaux ont commencé, on trouve :

« Fais venir une caravane dans ta maison,
des fournitures à l’intérieur de ton palais.
[…]
Vite, la maison, O Kôṯaru !
Vite, élève un palais !

20Le vocabulaire employé pour décrire la demeure en construction du dieu Baʿlu est un vocabulaire sans lien particulier avec le domaine divin ou religieux.

21Dans le lexique, ce que l’on réclame pour Baʿlu est une maison ou un palais où résider et non un temple. Il est évident que le mythe prenant place dans le monde divin, le vocabulaire employé ne peut être celui d’un temple qui est une habitation du dieu dans le monde des humains.

  • 18 Pitard W., « Temple Building in Northwest Semitic Literature of the Late Bronze and Iron Ages », i (...)

22Comme l’a fait remarquer W. Pitard18, on peut s’étonner qu’à aucun moment il n’est fait référence à la construction d’un temple de Baʿlu au travers de cette image de construction de son palais. Par ailleurs, la ville d’Ougarit elle-même n’est pas mentionnée, mais comme il le signale :

« It seems unlikely, however, that listeners to the Baal Cycle in Ugarit would fail to connect the palace built in Tablet 4 in some way with the temple of Baal in their own town. »

23Ou encore:

« But it is not clear why the storyteller does not draw this connection explicitly in the text. »

24Cependant, si comme nous le proposons ici le récit de la construction du palais de Baʿlu est créé par référence à la reconstruction du temple de Baʿlu dans la ville d’Ougarit, il pourrait sembler superflu de le mentionner et même risquer d’enlever de l’impact du texte présenté comme un mythe en intégrant de façon trop évidente un élément de la vie quotidienne que, de toute façon, aucun habitant d’Ougarit témoin des travaux de reconstructions dans la ville ne saurait ignorer.

Le récit du palais de Baʿlu : texte de construction ?

  • 19 Cf. Hurowitz V., I Have Built You an Exalted House: Temple Building in the Bible in the Light of M (...)
  • 20 « These elements probably illustrate basic processes for ordinary temple building at Ugarit. The k (...)

25Par sa structure, le récit de la construction du palais de Baʿlu a été mis en parallèle avec les récits de constructions bien attestés en Mésopotamie depuis le IIIe millénaire av. J.-C19. Mais si V. Hurowitz a identifié le genre littéraire, il n’a pas remis en question la valeur du mythe. Pour lui, la forme est proche des récits de construction mais il n’en voit pas un ici. W. Pitard y voit quant à lui une description de la façon dont les constructions devaient se dérouler à Ougarit20.

  • 21 Ce qui n’exclue pas le fait que ce récit « historique » puisse être utilisé pour asseoir l’autorit (...)
  • 22 Cf. Arnaud D., Corpus des textes de bibliothèque de Ras Shamra – Ougarit (1936-2000) en sumérien, (...)

26Cependant, se pourrait-il que ce texte fut rédigé, du moins en partie, dans le même but que les inscriptions mésopotamiennes : pour commémorer la construction ou reconstruction d’un temple, celui de Baʿlu, demeure du dieu sur terre21 ? Comme nous l’avons signalé, les études archéologiques tendent à montrer qu’il y a eu d’importants travaux de reconstruction au XIIIe siècle, après un tremblement de terre qui se situerait aux alentours de 1250. C’est à cette même période que l’on observe d’importants contacts entre les intellectuels ougaritains et assyriens22 et à cette époque que les récits de constructions assyriens prennent véritablement forme.

  • 23 Cf. Lackenbacher S., Le roi bâtisseur. Les récits de construction assyriens des origines à Teglatp (...)

27D’après S. Lackenbacher, le récit de construction de palais apparaîtrait au XIIIe s. av. J.-C. dans les inscriptions de Tukulti-Ninurta23. Le palais est l’emblème même du pouvoir royal « le siège de la souveraineté » et la description de la construction d’un bâtiment important de ce type s’inscrit dans une propagande visant à asseoir la souveraineté du roi dans le cas de Tukulti-Ninurta ou celui du dieu Baʿlu dans le cas du mythe ougaritain.

28La majorité des chercheurs ont interprété le passage suivant comme la requête de Baʿlu de se voir construire un temple car il n’en a pas. Cependant, ce que Baʿlu le victorieux réclame n’est pas seulement une maison mais une maison à la hauteur de son importance :

Baʿlu n’a pas de maison comme les dieux,
ni de cour comme les fils de ʾAṯiratu,
de résidence comme ʾIlu,
d’abri comme ses fils.

29Il n’est nullement dit qu’il n’a pas de maison mais seulement qu’il n’en a pas à l’égale de celles des autres dieux.

  • 24 Pour l’emploi de ces verbes dans les récits de construction assyriens, cf. Lackenbacher S., Le roi (...)

30Par ailleurs, les verbes employés semblent suggérer davantage la reconstruction ou l’embellissement que la construction ex-nihilo. En effet, si le verbe BN(Y), construire, pourrait indiquer une création, il n’en est pas exclusif, il prend aussi bien le sens de construire que celui de reconstruire. En outre, l’emploi de R(W)M « élever, exalter, sublimer » pourrait insister sur l’idée d’amélioration du temple à l’instar de l’emploi de verbes tels que ullû ou šuqqû dans les inscriptions assyriennes24.

Décision de reconstruire le temple

  • 25 Ibid., p. 66.

31En Mésopotamie, la décision de construire est parfois exprimée « par le désir ou l’ordre explicite d’un dieu » mais pas dans le cas d’une reconstruction25.

  • 26 Seul le fragment RS 24.263, copié par un autre scribe comme nous l’avons signalé, présente, au con (...)

32Dans le Cycle de Baʿlu, tel qu’il est écrit par ʾIlîmilku, différents dieux déplorent le fait que Baʿlu n’a pas de demeure à la hauteur de celle des autres dieux, mais à aucun moment il n’est dit que Baʿlu lui-même demande à avoir un palais à l’égal des autres26.

33Un des éléments souvent évoqués dans les récits de construction mésopotamiens est la raison de la construction ou reconstruction. Ici, il pourrait ne pas y avoir de référence à la raison de la nécessité d’entreprendre des travaux mais on peut s’interroger sur un passage quelque peu obscur du Cycle de Baʿlu :

  • 27 Traduction Pardee D., « The Baʿlu Myth », art. cit.

« Again Mighty Baʿlu (speaks),
Cloud-Rider tells his story:
[…] they stood up and cast scorn upon me,
they arose and spat upon me
in the assembly of the sons of the gods;
[X] was set upon my table,
mockery in the cup from which I drink.
Now there are two (kinds of) feasts (that) Baʿlu hates,
three (that) Cloud-Rider (hates):
An improper feast,
a low quality feast,
and a feast where the female servants misbehave.
There, impropriety was certainly seen,
there, misbehavior of the female servants (was certainly seen)27. »

34Ce passage est difficile à replacer dans le cours du mythe, mais ne pourrait-on pas faire ici référence à l’impropriété du culte rendu à Baʿlu ? Il est la risée des autres dieux car il n’a pas de temple correct et les banquets qui y sont donnés sont source de honte (bṯt) ?

  • 28 Lackenbacher S., Le roi bâtisseur. Les récits de construction assyriens des origines à Teglatphala (...)

35Une des raisons invoquées dans les récits de construction mésopotamiens est le fait que le temple est qualifié comme non convenable (lā simtu)28. Si le temple ne l’est plus, alors, on se doit de le reconstruire ou de l’améliorer.

  • 29 Ibid., p. 62, n. 1.

36Par ailleurs, les lamentations de Baʿlu pourraient venir du fait que son temple a été détruit, complètement ou en partie, pendant un tremblement de terre. En Mésopotamie, dans de tels cas, la statue du dieu était parfois détruite ou héberger temporairement dans le temple d’un autre dieu29. En ce sens, il serait effectivement dépourvu de maison salubre où il pourrait trôner comme il se doit pour ce dieu victorieux.

L’artisan et ses conceptions architecturales

  • 30 Ibid., p. 84.
  • 31 Hurowitz V., I Have Built You an Exalted House: Temple Building in the Bible in the Light of Mesop (...)

37La mention d’un artisan se trouve en Assyrie mais dans des textes plus tardifs, d’époque sargonide30. Comme le fait remarquer V. Hurowitz, il s’agit là d’une particularité du texte ougaritain31. Non seulement l’artisan est mentionné mais également l’expédition pour aller le trouver dans son lieu de résidence. En outre, un long passage décrit les différences d’opinion entre cet artisan divin et le dieu Baʿlu sur la construction d’une ouverture dans le temple.

  • 32 « The identification of the window with Baal’s meteorological function at the climax of the story (...)
  • 33 Ibid., p. 98.

38Un consensus s’est fait pour voir dans le débat entre le dieu artisan et le futur propriétaire des lieux un débat théologique, y voyant là une insistance sur le rôle de Baʿlu en tant que dieu pourvoyeur de pluie32. Cependant, Baʿlu étant le dieu de l’Orage, on peut s’étonner d’un tel développement, particulièrement long comme le fait remarquer W. Pitard33, pour mettre en avant la plus élémentaire des prérogatives d’un tel dieu.

  • 34 Bordreuil P. et Pardee D., « Textes ougaritiques oubliés ou “transfuges” », Semitica 41-42, 1991-1 (...)
  • 35 C’est le terme que l’on retrouve dans un texte non mythologique, cf. Bordreuil P. et Pardee D., «  (...)
  • 36 Callot O., Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit. Les temples de Baal et de Dagan, op. cit., p.  (...)

39Du point de vue architectural, O. Callot présente ainsi les diverses possibilités envisageables en s’appuyant sur les études de P. Bordreuil et D. Pardee34 distinguant la fenêtre ḥln, terme habituel pour fenêtre35, de u͗rbt, traduit par orifice, qui pourrait correspondre à une fenêtre grillagée. Enfin, un troisième terme utilisé pour faire référence à cet élément architectural est bdqt, qui pourrait être traduit suivant D. Pardee par fissure ou déchirure36.

  • 37 Ibid., p. 47.

40O. Callot reconnaît lui-même que « cette interprétation, uniquement fondée sur un texte à caractère poétique, pourrait paraître trop audacieuse37 » mais propose tout de même deux interprétations architecturales pour ce texte : la référence à une fenêtre murale ou à une fenêtre zénithale.

41Si l’on considère à présent le texte de la reconstruction du palais de Baʿlu comme ayant été suscité par la réelle reconstruction du temple de ce dieu au milieu ou à la fin du XIIIe s., ce débat pourrait alors faire référence à un véritable débat architectural.

  • 38 Si la Crête est mentionnée, c’est le chemin vers Memphis qui est décrit, cf. Smith M., Kothar wa-H (...)

42Ce débat est lancé par l’architecte Kôṯaru. Celui-ci est dit Seigneur de Memphis (bʿl ḥkpt) et réside en Égypte dans le mythe38 :

  • 39 Traduction Pardee D., « The Baʿlu Myth », art. cit.

You must head off
to Memphis, (to) the god of it all,
(To) Crete (which is) the throne (on which) he sits,
(to) Memphis (which is) the land of his own possession39.

  • 40 Ibid., p. 101-104.

43On le retrouve également mentionné comme seigneur de Memphis dans la Légende de ʾAqhatu, probablement mis en parallèle avec Ptah, dieu artisan originaire de cette région40.

  • 41 Lackenbacher S., « Une lettre d’Égypte (no 1) », art. cit., p. 246, commentant les envois de plaqu (...)
  • 42 Ibid., p. 243 : « le roi d’Ougarit […] aurait restauré sinon reconstruit le temple de Baʿal, peut- (...)

44Or, la lettre envoyée par la chancellerie égyptienne présentée plus haut mentionne l’envoi de menuisiers (naggāru) et d’artisans41. Cette lettre fait également référence à d’importants envois d’éléments de décoration et des travaux de reconstruction ou de restauration dans le temple de Baʿlu42.

45Peut-on imaginer que ces artisans envoyés depuis l’Égypte aient insisté pour installer une fenêtre dans le temple sur le modèle de la fenêtre d’apparition en vogue pendant la période du nouvel empire en Égypte ? Le débat de Baʿlu et Kôṯaru reflète-t-il davantage un réel débat architectural entre les artisans ougaritains et égyptiens qu’un débat théologique ?

  • 43 Ortlund E., « A Window of Appearance for Baal? Temples, Chaos and Divine Appearance in Ugarit and (...)

46E. Ortlund a déjà proposé de voir dans la mention de cette fenêtre du temple de Baʿlu une référence à la fenêtre d’apparition égyptienne43. Cependant, il le laisse comme une référence littéraire et n’envisage pas de matérialité architecturale dans le temple de Baʿlu. Cependant, si l’on accepte l’idée suivant laquelle le texte de la construction du palais de Baʿlu est un récit s’appuyant sur la réelle reconstruction du temple de Baʿlu, à laquelle des artisans égyptiens ont participé, il semble tout à fait probable d’y voir là la mention d’un débat architectural entre des défenseurs des règles en vigueur en Égypte, face à des artisans ou édiles locaux, peut-être soucieux de conserver les règles autochtones quant à la bonne façon de construire un temple. L’archéologie ici est muette car l’état du temple, tel qu’il a été mis au jour, ne permet malheureusement pas de savoir si les artisans égyptiens auraient su imposer leur vision de l’architecture contemporaine ou si le conservatisme ougaritain avait triomphé.

*

  • 44 « Recognizing the significance of element 1a within the overall context of the story allows us to (...)
  • 45 Comme on le voit dans la prière adressée en temps de guerre à Baʿlu (RS 24.266). Cf. Pardee D., Le (...)

47Pour Pitard, le récit de construction est finalement périphérique au sujet principal du texte et n’est qu’un support pour le véritable but de cet œuvre44. Cette interprétation paraît la plus évidente lorsque l’on aborde ce texte comme témoin direct de la mythologie et des mythes ougaritiques mais il n’en reste pas moins qu’une grand partie de ce récit à pu être destiné à mettre en valeur Baʿlu au moment de la reconstruction de son temple, réaffirmant sa supériorité dans un récit dont les fondements sont ancrés dans la réalités du XIIIe siècle et inspirés par des faits réels. Un véritable récit de construction, quelque peu romancé, aurait alors été inséré dans une composition littéraire locale plus large intégrant d’anciens mythes, dépassant parfois les horizons ougaritains, le tout visant à célébrer le dieu Baʿlu, parfois présenté comme le protecteur d’Ougarit45.

Notes

1 Et par conséquent, comme le fait remarquer D. Pardee, cet ensemble constitue l’œuvre littéraire la plus ancienne laissée par des peuples de langue ouest-sémitique. Cf. Pardee D., « The Baʿlu Myth », Hallo W. W., Lawson K., Younger Jr. (éd.), The Context of Scripture, vol. 1, Leiden, Brill, 1997, p. 241.

2 Callot O., Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit. Les temples de Baal et de Dagan, Lyon, Publications de la maison de l’Orient et de la Méditerranée, coll. « Ras Shamra – Ougarit », 2011, p. 61-62.

3 Pour un résumé de la discussion, cf. Pardee D., « The Ugaritic Alphabetic Cuneiform Writing System in the Context of Other Alphabetic Systems », Miller C. L. (éd.), Studies in Semitic and Afroasiatic Linguistics Presented to Gene B. Gragg, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, 2007, p. 181-200.

4 Nous reviendrons un peu plus loin sur ce sujet.

5 Pour une présentation des différents points de vues sur lesquels nous ne reviendrons pas ici, cf. Smith M., The Ugaritic Baal Cycle, vol. 1, Leiden, Brill, coll. « Supplements to Vetus Testamentum » 55, 1994, p. 87-96.

6 Comme c’est certainement le cas pour le mythème du combat entre le dieu de l’orage et le dieu de la mer. Pour Wyatt N., l’un n’excluant pas l’autre: « For the sake of the argument, I shall follow convention in crediting Ilimilku himself with some authority, and regard him as the author of the poems » (p. 177-178) et « While “traditions” is certainly the appropriate description for all this material, particularly evident for the Baal myths, whose antecedents have now been traced back to the third millennium, and while a royal initiative is quite probably to be presumed, we may suppose that freedom of action was given to the appropriate staff […] and that they were responsible for the literary compositions that ensued » (p. 178-179). Cf. Wyatt N., « Ilimilku’s Ideological Programme : Ugaritic Royal Propaganda, and a Biblical Postscript », Ugarit Forschungen 29, 1997, p. 775-796.

7 Une telle intertextualité est bien représentée dans la culture littéraire babylonienne avec, par exemple, l’Enūma eliš (Seri A., « The Fifty Names of Marduk in “Enūma Eliš” », Journal of the American Oriental Society 126, no 4, 2006, en part. p. 515 sq.), d’un siècle postérieur à nos textes si l’on accepte la datation de W. G. Lambert sous le règne de Nabuchodonosor Ier à la fin XIIe siècle av. J.-C., cf. Lambert W., « Reign of Nebuchadnezzar I: A Turning Point in the History of Ancient Mesopotamian Religion », Mc Cullough W. S. (éd.), Seed of Wisdom; Essays in Honor of T J Meek, p. 3-13, Toronto, University of Toronto Press, 1964.

8 Si l’alphabet apparaît bien à cette époque à Ougarit, cf. Pardee D., « The Ugaritic Alphabetic Cuneiform Writing System in the Context of Other Alphabetic Systems », art. cit.

9 Ce texte est publié par D. Pardee, p. 257-260. Il relève que ce texte pourrait faire allusion au manque de palais d’un autre dieu que Baʿlu : cf. Pardee D., Les textes para-mythologiques de la 24e campagne (1961), coll. « Ras Shamra-Ougarit » 4, Paris, Éditions recherche sur les civilisations, 1988, p. 259, mais « à cause du parallèle de vocabulaire entre RS 24.263 : 9’et CTA 3 D 45 (= KTU 1.3 IV 1), l’hypothèse d’un récit tiré du mythe de Baʿlu, ou du moins formé sur celui-ci, doit primer ».

10 Pour l’identification de la main de ce scribe ou de son école, cf. Pardee, D. « Deux tablettes ougaritiques de la main d’un même scribe, trouvées sur deux sites RS 19.039 et RIH 98/02 », Semitica et Classica 1, 2008, p. 9-38 ; « Un chant nuptial ougaritique (RS 5.194 [CTA 24]). Nouvelle étude épigraphique suivie de remarques philologiques et littéraires », Semitica et Classica 3, 2010, p. 13-46 ; et « RS 5.229 : Restitution d’une nouvelle signature du scribe Ṯabʾilu », in C. Roche-hawley et R. Hawley (éd.), Scribes et érudits dans l’orbite de Babylone : travaux réalisés dans le cadre du projet ANR Mespériph 2007-2011, Paris, de Boccard, coll. Orient & Méditerranée 9, 2012, p. 31-49 ; Bordreuil P., Hawley R. et Pardee D., « Données nouvelles sur le déchiffrement de l’alphabet et sur les scribes d’Ougarit », Comptes rendus de l’Académie et des Belles-Lettres 2010, IV (novembre-décembre), p. 1623-1635 ; et Hawley R., Pardee D. et Roche-Hawley C., « À propos des textes akkadiens alphabétiques conservés au musée d’Alep : notes épigraphiques », à paraître dans Études Ougaritiques III, sous presse.

11 Traduction Pardee D., Les textes para-mythologiques de la 24e campagne (1961), op. cit., p. 259.

12 Peut-être au moment de l’assemblage de divers épisodes en un ensemble constituant Le cycle de Baʿlu ?

13 Callot O., Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit. Les temples de Baal et de Dagan, op. cit., p. 61-62.

14 Cf. Lackenbacher S., « Une lettre d›Égypte (no 1) », M. Yon et D. Arnaud (éd.), Études ougaritiques, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, coll. « Ras Shamra-Ougarit » 14, 2001, p. 239-248, en part. p. 247.

15 ù ki-i ša at-ta tàš-pu-ru um-ma-a lugal li-id-din a-na a-la-kí 1-en lúpur-kúl-la ù a-na ia? -ši? li? -iṣ-ṣa a-na e-pé-ši 1-en d alam ša mmar-ni-ip-t[a-aḫ] ḫa-at-pa-mu-a i-na pa-nidalam an-ni-i ša┌diškur ša i-na šà-bi é dingir-lì an! -ni-i iš-ša-a? ša a-na-ku e-te-né-ep [ -pu]-uš-šu a-na diškur ša kurú-ga-ri-it.

16 ki-i lugal a-ši-ib i-na muḫ-ḫi giš. gu. za ša dutu ù šu-nu ep-pu-šu ši-ip-ri a-na dingir. meš gal. meš ša kurmi-iṣ-ri-i ù ki-i šu-nu i-ga-am-ma-ru ù lugal ú! -še-ba-al a-na ka-a-ša lú. nagar. meš ša táq-bi ù šu-nu li-pu-šu gab-be ši-ip-re-ti ša at-ta ta-qa-ab-ba-aš-šu-nu-ti ma-a e-pu-uš-šu-nu-ti.

17 À propos des artisans, S. Lackenbacher ajoute : « Le fait qu’il y en ait plusieurs, utilisables à volonté, fait penser qu’il ne s’agit pas simplement de remplacer un sculpteur sur pierre par un sculpteur sur bois pour confectionner l’image du pharaon. C’est donc une réponse à une autre demande du roi d’Ougarit (voir d’ailleurs la précision «dont tu as parlé”, ša taqbi), celle d’artisans destinés à faire autre chose, peut-être des travaux dans le temple : «tous les (types de) travaux que tu leur ordonneras” désignerait les nombreuses tâches qu’impliquait toute construction ou restauration, étant donné l’importance du bois pour le gros œuvre comme pour la décoration », Lackenbacher S., « Une lettre d’Égypte (no 1) », art. cit., p. 244.

18 Pitard W., « Temple Building in Northwest Semitic Literature of the Late Bronze and Iron Ages », in Ellis R. S., Boda M. J. et Novotny J. R. (éd.), From the Foundations to the Crenellations. Essays on Temple Building in the Ancient Near East and Hebrew Bible, Münster, Ugarit Verlag, 2010, p. 91-108, ici p. 100-101.

19 Cf. Hurowitz V., I Have Built You an Exalted House: Temple Building in the Bible in the Light of Mesopotamian and North-West Semitic Writings, JSOT Press, 1992, en part. p. 100-105, repris par Smith M. et Pitard W., The Ugaritic Baal Cycle, Leiden, Koninklijke Brill NV, 2009, p. 35-41 ou encore Pitard W., « Temple Building in Northwest Semitic Literature of the Late Bronze and Iron Ages », art. cit., p. 96. « In spite of the storyteller’s emphasis on palace imagery, the narrative clearly follows the main lines of the general literary plan of a standard Mesopotamian temple construction narrative… »

20 « These elements probably illustrate basic processes for ordinary temple building at Ugarit. The king would seek permission from a god to build or rebuild a temple in the town. He would then gather the materials for constructing the temple and appoint a chief artisan. The temple would be built according to its specifications, presumably given by the god or at least approved by the god », Pitard W., « Temple Building in Northwest Semitic Literature of the Late Bronze and Iron Ages », art. cit., p. 96.

21 Ce qui n’exclue pas le fait que ce récit « historique » puisse être utilisé pour asseoir l’autorité du dieu Baʿlu dans une composition littéraire, Le cycle de Baʿlu, qui vise vraisemblablement ce but.

22 Cf. Arnaud D., Corpus des textes de bibliothèque de Ras Shamra – Ougarit (1936-2000) en sumérien, babylonien et assyrien, Sadabell – Barcelona, Aula Orientalis – supplementa 23, 2007, p. 7-19.

23 Cf. Lackenbacher S., Le roi bâtisseur. Les récits de construction assyriens des origines à Teglatphalasar III, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, coll. « Études assyriologiques », 1982, p. 73.

24 Pour l’emploi de ces verbes dans les récits de construction assyriens, cf. Lackenbacher S., Le roi bâtisseur. Les récits de construction assyriens des origines à Teglatphalasar III, op. cit., p. 98.

25 Ibid., p. 66.

26 Seul le fragment RS 24.263, copié par un autre scribe comme nous l’avons signalé, présente, au contraire, le même discours dans la bouche du principal intéressé, Baʿlu.

27 Traduction Pardee D., « The Baʿlu Myth », art. cit.

28 Lackenbacher S., Le roi bâtisseur. Les récits de construction assyriens des origines à Teglatphalasar III, op. cit., p. 68.

29 Ibid., p. 62, n. 1.

30 Ibid., p. 84.

31 Hurowitz V., I Have Built You an Exalted House: Temple Building in the Bible in the Light of Mesopotamian and North-West Semitic Writings, op. cit., p. 102.

32 « The identification of the window with Baal’s meteorological function at the climax of the story indicates that the issue about its construction is not a mundane architectural question, but is actually a mythological/theological construct and that the story is an aetiology for Baal’s divine role as bringer of the rain. » Cf. Pitard W., « Temple Building in Northwest Semitic Literature of the Late Bronze and Iron Ages », art. cit., p. 98.

33 Ibid., p. 98.

34 Bordreuil P. et Pardee D., « Textes ougaritiques oubliés ou “transfuges” », Semitica 41-42, 1991-1992, p. 23-58.

35 C’est le terme que l’on retrouve dans un texte non mythologique, cf. Bordreuil P. et Pardee D., « Textes ougaritiques oubliés ou “transfuges” », art. cit., p. 35 et 41.

36 Callot O., Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit. Les temples de Baal et de Dagan, op. cit., p. 47.

37 Ibid., p. 47.

38 Si la Crête est mentionnée, c’est le chemin vers Memphis qui est décrit, cf. Smith M., Kothar wa-Hasis. The Ugaritic Craftsman God, thèse de doctorat, Yale University, UMI Dissertation Information Service [Publisher], 1985, p. 102, reprenant l’hypothèse de J. De Moor.

39 Traduction Pardee D., « The Baʿlu Myth », art. cit.

40 Ibid., p. 101-104.

41 Lackenbacher S., « Une lettre d’Égypte (no 1) », art. cit., p. 246, commentant les envois de plaques en pierres etc. précise : « Tout cela fait penser à des fournitures d’ébénisterie […] Billes d’ébène et plaques de couleur étaient-elles destinées au mobilier ou à la décoration de lieu saint du temple de Baal ? Il est sûr, en tout cas, que des naggāru égyptiens savaient comment les utiliser. »

42 Ibid., p. 243 : « le roi d’Ougarit […] aurait restauré sinon reconstruit le temple de Baʿal, peut-être pour les raisons qui nécessitèrent la reconstruction d’une partie de la ville dans la deuxième moitié du XIIIe siècle ».

43 Ortlund E., « A Window of Appearance for Baal? Temples, Chaos and Divine Appearance in Ugarit and Egypt », Ugarit Forschungen 36, 2004 (2005), p. 347-355.

44 « Recognizing the significance of element 1a within the overall context of the story allows us to see that the constructed palace itself is somewhat peripheral to the main theme of the episode, acting only as a symbol for the story’s real subject », Pitard W., « Temple Building in Northwest Semitic Literature of the Late Bronze and Iron Ages », art. cit., p. 98.

45 Comme on le voit dans la prière adressée en temps de guerre à Baʿlu (RS 24.266). Cf. Pardee D., Les textes rituels, Paris, Éditions recherche sur les civilisations, coll. « Ras Shamra-Ougarit », 2000, p. 659-685.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540