Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les praticiens du droit du Moyen Âge à l'époque contemporaine

 | 
Vincent Bernaudeau
, 
Jean-Pierre Nandrin
, 
Bénédicte Rochet
, 
et al.

Préface

Jean-Pierre Nandrin, Xavier Rousseaux et Axel Tixhon

Texte intégral

1En hommage à Jacques Logie, Magistrat et historien, pionnier de la prosopographie des praticiens de justice (1938-2007)

  • 1 Mentionnons cependant la tentative originale et controversée d’Alain Corbin sur la biographie d’un (...)

2Sous ce vocable abscons de prosopographie se cache une approche de la réalité sociale par l’étude biographique. Mais à la différence de la biographie connue du grand public, centrée sur un individu généralement illustre1, la méthode prosopographique s’intéresse à un groupe socio-professionnel qu’elle étudie à travers les trajectoires biographiques des individus et les multiples aspects de leur insertion dans la société (alliances, réseaux, engagements, positions, honneurs, patrimoine...). Ce principe de biographie collective s’est largement inspiré de l’analyse des réseaux : formation, structuration, reproduction. Elle s’appuie également sur les développements épistémologiques et technologiques qui rendent possible aujourd’hui l’application à grande échelle des méthodologies autrefois pressenties ; citons les théories des ensembles ou des graphes, l’étude des réseaux ou les progrès de l’informatique, tant du point de vue matériel (capacité de calcul et extension du stockage) que logiciel, en particulier les systèmes de gestion de base de données relationnelles (SGBD).

3Ces évolutions récentes permettent un renouvellement de l’entreprise prosopographique. Il s’agit d’un renouvellement car certaines disciplines, en particulier l’histoire des périodes plus anciennes, pour lesquelles la documentation est rare, éclatée et fragile reposent depuis longtemps sur le fil conducteur des listes nominatives, enrichies de toutes traces possibles (citons deux exemples : les recherches sur les différentes unités des armées romaines sous l’Empire ou les biographies des évêques de l’Occident médiéval). Mais aujourd’hui la méthode ne consiste plus à produire des fichiers papier, enrichis par leur auteur au long d’une vie laborieuse, ni à la publication de volumineux dictionnaires, constamment annotés par des chercheurs anonymes au gré de leurs trouvailles individuelles ; la recherche repose sur la création d’un instrument souple de collecte, d’organisation et d’enrichissement de l’information. Mises à disposition du public sur un site Internet, de telles bases sont susceptibles d’accroissements par des milliers de chercheurs reliés par la toile.

4L’ouvrage présente les résultats de cette révolution prosopographique dans un domaine précis : celui des praticiens du droit du Moyen Âge à la période contemporaine. Au carrefour de domaines historiques comme l’histoire du droit, de l’histoire politique et de l’histoire sociale et de sciences sociales comme la démographie, l’anthropologie sociale et la sociologie des élites, portés par les méthodologies évoquées ci-dessus, le monde des praticiens du droit présente plusieurs avantages. Il s’agit d’une population intimement liée à l’usage de l’écrit depuis le Moyen Âge et donc documentée par des traces nombreuses. Ces praticiens font partie des élites religieuses et laïques, tant sous l’Ancien Régime, que dans les sociétés bourgeoises des xixe-xxie siècles et témoignent d’une permanence étonnante comme groupe socioprofessionnel tout au moins jusqu’au mitan du xxe siècle. Ils regroupent tous ceux qui peu ou prou ont à voir avec l’établissement des normes, la résolution des litiges et la régulation des conflits, pratiques essentielles du fonctionnement d’une société donnée.

  • 2 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État : les gens du parlement de Paris (1345-1454), Par (...)

5En parlant de « praticiens », les auteurs ont privilégié une définition à partir de la pratique non de catégories univoques étanches de « professions juridiques » déterminées à partir d’un découpage en usage dans la société du début du xxie siècle. En l’abordant sur la longue durée occidentale, il s’agit de prendre la mesure exacte de la formation de groupes socioprofessionnels « sécularisés », qui jouèrent et jouent encore un rôle capital dans la formation de l’État moderne. Les Légistes du Prince au Moyen Âge (F. Autrand), les magistrats belges de la Révolution française à l’Empire (J. Logie) ou la magistrature à la Libération (A. Bancaud), autant de corps dont les activités ont puissamment contribué aux mutations de la société occidentale2.

6L’initiative de ce colloque provient d’une équipe de recherche réunie autour d’un projet particulier : construire une base de données relationnelle sur la « prosopographie des magistrats belges au xixe siècle (1830-1914) ». Ce projet initié par Jean-Pierre Nandrin (Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles), Xavier Rousseaux (Université catholique de Louvain) et Axel Tixhon (Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur) dans le cadre du développement d’une histoire intégrée de la justice, a bénéficié du soutien du Fonds national belge de la recherche scientifique (FRS-FNRS) depuis 2005. Il a successivement permis d’engager plusieurs chercheuses en 2005-2007 (Françoise Muller – UCL, Anne Roekens et Bénédicte Rochet – FUNDP) et un informaticien (Xavier Cuvellier, FUSL) dans la conceptualisation de l’information historique et la réalisation de l’outil. La première étape a été de dessiner l’architecture de la base, ce qui a été mené par Françoise Muller avec le soutien d’Aurore François et de Frédéric Vesentini (UCL-CHDJ). Grâce à un mandat postdoctoral du FNRS, Vincent Bernaudeau (Université d’Angers) a rejoint l’équipe des FUSL pour la faire bénéficier de son expertise prosopographique. Il a particulièrement pris en charge la conception, l’organisation et la publication du colloque réalisé à l’Université de Namur du 14 au 16 décembre 2006, dont est issu ce volume.

7Entre-temps le projet de prosopographie s’est étendu en amont et en aval du xixe siècle. En amont par l’intégration des données recueillies dans le cadre de son doctorat à Paris-IV sur la magistrature belge sous la Révolution et l’Empire par le regretté Jacques Logie. Grâce à Catherine Goffin (FUNDP), le lien est en passe d’être renoué entre la magistrature au cœur de la Révolution belge de 1830 et sa paternité sous le Directoire, le Consulat et l’Empire (1795-1814). En direction du xxe siècle, le projet initial s’est intégré dans un programme de recherche financé par la politique scientifique fédérale belge (Pôle d’Attraction interuniversitaire-PAI, Justice et société : histoire socio-politique de la justice en Belgique, 1795-2005). Il s’y inscrit dans le pôle dirigé par le professeur Jean-Pierre Nandrin aux FUSL concernant l’histoire de la magistrature belge au xixe siècle et durant la Seconde Guerre mondiale. Un deuxième mandat postdoctoral du FNRS a permis d’engager David Niget (Université d’Angers, Université du Québec à Montréal) dans l’équipe de l’UCL pour développer un axe complémentaire sur une magistrature spécifique : les juges pour enfants, créés dans la première moitié du xxe siècle.

8L’ambition du projet est de créer un outil spécifique mais transposable à d’autres données prosopographiques et d’autres univers nationaux. Dans cette perspective, le colloque a voulu réunir à la fois des expériences prosopographiques sur des groupes différents, réfléchir sur les problématiques et les apports de ces recherches à la compréhension de la naissance et de la structuration d’identités socio-professionnelles dans la longue durée et réfléchir sur les méthodologies sous-jacentes au développement de telles approches. C’est pourquoi la dernière journée du colloque a été élargie au Groupe de contact FNRS sur les Sources et méthodes pour l’histoire du contrôle social du Moyen-Âge à nos jours, rassemblant archivistes, praticiens et historiens. Sous la houlette de l’Archiviste général du Royaume de Belgique, Karel Velle, une première version de la base de données « Magistrats » y a été notamment présentée.

9Du projet au colloque, du colloque à l’ouvrage, le parcours n’a été possible que grâce au soutien de nombreuses institutions et personnes. Qu’il soit permis de nous livrer à une petite « prosopographie institutionnelle » pour conclure cette préface. Outre le FNRS, qui nous a généreusement soutenu dans le projet, l’organisation du colloque et le financement du volume, les trois institutions universitaires (FUNDP, FUSL, UCL) qui ont contribué à l’organisation du colloque, en particulier les FUNDP, hôtes du colloque par la voix de son recteur, Michel Scheuer. Les personnes : les membres du comité scientifique et du comité d’organisation, les communicants et présidents de séance, Frédéric Chauvaud, Jean-Claude Farcy, Benoît Garnot, Hervé Leuwers, Karel Velle, et en fin de course, les Presses universitaires de Rennes qui ont accueilli l’ouvrage dans une collection devenue familière aux historiens du monde judiciaire. Enfin, notre gratitude s’exprime envers les trois chevilles ouvrières de cette entreprise : Françoise Muller, ingénieure de la base de données, Bénédicte Rochet, organisatrice du colloque et Vincent Bernaudeau, maître d’œuvre du programme.

Notes

1 Mentionnons cependant la tentative originale et controversée d’Alain Corbin sur la biographie d’un anonyme ; Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, 1998, rééd. Flammarion, coll. « Champs », 2002.

2 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État : les gens du parlement de Paris (1345-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 1981 ; J. Logie, Les magistrats des cours et tribunaux en Belgique, 1794-1814. Essai d’histoire politique et sociale, Paris-Genève, Droz, 1998 ; A. Bancaud, Une exception ordinaire. La magistrature en France, 1930-1950, Paris, Gallimard, 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540