Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Conclusion

Fanny Cosandey

Texte intégral

1Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir : cette importante question a soulevé une double interrogation présente, peu ou prou, dans toutes les contributions. D’un côté, il s’agissait d’appréhender la spécificité féminine dans le domaine de la dévotion et, d’un autre, il convenait de saisir l’inscription politique de cette activité exercée au sommet de la hiérarchie sociale. Sans prétendre à l’exhaustivité, cette brève conclusion propose de reprendre quelques-unes des pistes explorées par ce beau colloque pour souligner les apports de cette étude aux multiples facettes. Si le patronage et la dévotion ne relèvent pas exactement des mêmes registres, l’un participant davantage à l’affirmation du pouvoir tandis que l’autre relève plus d’un exercice de la piété, les deux cependant, comme les communications ont pu le montrer, se trouvent liés autour des figures dynastiques. À la complémentarité des actions féminines et masculines à l’intérieur des couples princiers s’ajoute donc une perspective généalogique qui relativise, ou complète selon les cas, le particularisme des espaces féminins d’intervention. Se pose alors, d’emblée, le problème d’un modèle partagé par les tenants de l’autorité au sein de la chrétienté occidentale et de disparités géographiques et sociales témoignant des appartenances familiales ou des traditions locales. La frontière, ici, n’est pas si aisée à tracer. La nécessité de favoriser le culte des saints liés aux familles régnantes, l’entretien des ordres religieux propres à certaines dynasties ou celui des lieux de piété, qui sont pour les lignages des marquages identitaires et dont les Couronnes cultivent la mémoire, apparaît comme des pratiques communes de renforcement des légitimités monarchiques. Ces pratiques, pourtant, s’accompagnent de choix qui relèvent de trajectoires historiques inscrites dans le temps long des transmissions culturelles et patrimoniales. De surcroît, la circulation des valeurs familiales liée aux transferts des princesses d’une Maison à l’autre par le jeu des alliances vient brouiller les identités familiales, lesquelles doivent également prendre en compte des choix individuels relevant de la sensibilité des acteurs mais peuvent aussi, en se perpétuant dans les générations suivantes, fonder des traditions. Ainsi, les goûts de lecture, les œuvres de piété, les attitudes de dévotion se transmettent par des objets reçus en héritage et dont la portée politique n’est pas à négliger. Là, les auteurs et artistes à l’origine des œuvres peuvent également investir les canaux féminins, tel cet ouvrage dédié à Louise de Savoie qui par son iconographie rétablit la reine Claude sur un échiquier politique dont elle a tendance à être effacée. Qu’en est-il alors de la commande, ou de l’investissement des donateurs dans l’orientation des histoires dynastiques ? La dédicace « à la reine » est un moyen de conférer de la valeur aux œuvres. Cette stratégie d’auteur permet également d’introduire un discours alternatif, à travers le choix d’une figure ou la mise en scène de personnages inattendus. C’est alors la question des intentions que sous-tendent commandes et réalisations qui est soulevée, les souverains confortant leurs positions de pouvoir par la construction de chapelles, la structuration de l’espace religieux ou l’entretien d’un culte, quand ils intègrent aussi par l’exécution artistique des mutations dont ils ne sont pas absolument maîtres. Les princesses sont ainsi des vecteurs du changement. Mais elles ne diffèrent pas, dans ces fonctions de mécénat et patronage, des princes leurs époux, sauf à considérer que le domaine religieux est davantage de leur ressort, ou qu’une moindre science des affaires de l’État favorise la réception d’influences extérieures, ce qui reste encore à démontrer. D’autant que la clairvoyance des femmes en ce qui concerne l’éducation, des filles et des garçons, comme foyer de formation de la haute aristocratie est par ailleurs soulignée. En revanche, le nécessaire équilibre entre les attentes et les pratiques, rappelé par certaines communications, est une donnée qu’il convient de retenir pour comprendre la dynamique politique et les échanges culturels, ce qui suppose d’intégrer ces contraintes dans le recadrage des attitudes souveraines.

2Cette observation conduit à interroger le modèle interprétatif des prédilections dynastiques sous l’angle des impératifs de gouvernement. Protecteurs de l’Église, les princes doivent reconnaître l’ensemble des courants religieux de leurs États et, le cas de Milan le montre bien, prendre en charge également des ordres ou des espaces de célébration appartenant au circuit familial. À une tradition qui célèbre le nom de la dynastie régnante s’ajoutent donc les influences locales et les apports de la culture de l’épouse pour dessiner au fil du temps des reconfigurations cultuelles.

3La question des évolutions, manifestées par des césures, des transferts ou des mutations internes, est alors une autre interrogation parcourant tout le colloque. À bien des égards, la rupture du XVe siècle semble devoir être retenue. Elle n’est cependant pas si évidente dans les usages des patronages et dévotions dynastiques, domaines où la continuité prédomine par l’entretien du culte de « ses » saints ou la géographie de la religion royale voire, à plus large échelle, par la permanence du recours à la Reine Vierge pour identifier les personnes royales féminines. En outre, dans le cas des chapelles royales par exemple, l’effet source fausse la perception des mutations : celles-ci constituent un enjeu politique fort au XIVe et début du XVe siècle, et apparaissent minorées aux XVIe-XVIIe siècles, où elles sont plus marginales au sein des maisons concernées. Est-ce la conséquence d’un recul des ecclésiastiques dans le gouvernement, de l’absorption du personnel servant dans une domesticité palatiale en expansion qui relativise ainsi leur visibilité sans réduire le nombre de ses membres, ou bien le résultat d’une disparité dans les méthodes d’approche ? De fait, pour les études concernant la période moderne, la chapelle est replacée dans l’ensemble du fonctionnement commensal des souverains tandis qu’elle est prise isolément pour le bas Moyen Âge, étudiée pour elle-même dans les implications politiques de sa constitution. Les modes d’analyse livrent de la sorte des tableaux différents d’une organisation qui n’est peut-être pas si fondamentalement transformée. C’est alors tout le dossier d’une évolution monarchique davantage produite par l’inversion de priorités que par l’abandon de structures devenues inopérantes que l’on trouve derrière cette problématique. Le maintien des cadres anciens explique la permanence des chapelles au cœur du palais sans que celles-ci ne conservent nécessairement leur position centrale dans les dispositifs du pouvoir.

4Les mutations observées malgré tout doivent beaucoup aux transferts d’influences évoqués dans le colloque par le biais des traductions, des alliances et de la culture du mécénat auxquelles certaines femmes, telle Catherine de Médicis, sont particulièrement sensibilisées grâce à une éducation qui fait la part belle aux ressources politiques procurées par les arts. C’est peut-être là que l’action féminine trouve à exprimer une particularité forte : mariée hors de sa maison et sortie ainsi de son cadre d’origine, l’épouse apporte avec elle des prédilections culturelles qu’elle introduit, par la continuité de ses pratiques, dans son lignage d’adoption. Elle ajoute ce faisant aux traditions locales une accumulation d’héritages venus d’horizons différents. Or cette accumulation passe nécessairement par des voies féminines puisque ces dames se transportent d’une Maison à une autre, tandis que les hommes assoient leur domination en perpétuant des usages ancestraux implantés sur leurs terres, à condition toutefois de ne retenir ici que les Couronnes accordées en ligne masculine, par priorité ou par exclusivité. Il convient malgré tout de relativiser une fois de plus les innovations ainsi importées en considérant que les princes et rois d’Europe sont tous alliés, à des degrés divers, et qu’ils partagent donc nombre d’aïeux communs propres à façonner une culture élitiste qui les identifient en tant que souverains. Le nom et les armes, davantage encore que les modalités opératoires, travaillent les identités et les singularités. Dans cette perspective, que faut-il retenir des influences familiales lorsqu’elles sont analysées dans une pro fondeur généalogique qui rassemble les ancêtres ? Que font les femmes lorsqu’elles revendiquent et travaillent leurs origines ? Clémence de Hongrie, Marie de Habsbourg ou Charlotte de Savoie qui conserve dans sa bibliothèque la trace des très riches heures du duc de Berry marquées par Claude de France, tiennent le compte de lignées qui les relient à leurs époux au-delà du mariage. Les actions personnelles envisagées dans un cadre domestique volontiers qualifié de « privé » rejoignent de ce fait des impératifs politiques que la spiritualité conforte, quand bien même elle satisfait des aspirations plus intimes. La séparation des sphères « publiques » et « privées » en des temps où le patrimoine est constitutif des pouvoirs souverains est un postulat qui mérite réflexion. Cela n’empêche pas l’existence d’investissements propres aux acteurs (ou actrices), indépendamment des impératifs du moment, qui se mesure à une capacité de résistance face aux normes imposées, à une inventivité toute personnelle ou à l’affirmation d’une volonté hors des cadres convenus. Et à considérer que les épouses non régnantes (dites « consorts ») disposent de marges de manœuvre réduites ou sont aisément reléguées à l’espace domestique, la question des apports personnels, qu’il s’agisse d’influence ou de capacité à modifier les références dynastiques, se pose avec plus d’acuité encore. Les conditions de vie matérielle que plusieurs contributions ont pris soin de souligner, tels les incessants déplacements de Cours essentiellement nomades, les moyens alloués aux femmes mariées, les fonds propres dont celles-ci peuvent disposer, sont très certainement des leviers ou des entraves à l’intervention de ces dames placées au sommet de la hiérarchie sociale : elles doivent permettre aussi d’interroger la répartition des rôles assignés à l’intérieur des couples selon les dispositions prises pour permettre à l’un des deux des opérations dont l’autre est statutairement incapable. C’est ainsi autant en termes d’autonomie que de collaboration qu’il faut juger l’action des femmes dans l’univers religieux, sans négliger toutefois les possibles concurrences que se livrent aussi les époux, comme l’a rappelé l’une des dernières communications. Ces princesses sans souveraineté efficiente ne sont ni sans pouvoir, ni sans ambition, et leur capacité à valoriser leurs apports dans l’affirmation dynastique des pratiques de mécénat et de dévotion en porte témoignage. L’entretien d’une mémoire familiale faite d’héritages composites dont la religion est partie prenante vise à la conservation de droits dynastiques qui se déplacent au gré des alliances. En ce domaine, les épouses n’apportent pas seulement des biens en dot ; elles transportent avec elles des capitaux symboliques et des héritages en puissance susceptibles de se réaliser à plusieurs générations de là. Le marquage territorial par les espaces de dévotion ou le culte des saints, la transmission de livres de piété non dénués de contenu politique et frappés d’armoiries, le personnel ecclésiastique qui peuple les chapelles et s’impose parfois par son nombre, sont autant de signes ostentatoires de la domination que les femmes cultivent à la mesure de leurs moyens, lesquels sont loin d’être négligeables. Ils participent de ces structures d’accumulation que sont les alliances matrimoniales et que recueillent les descendants, renforçant à chaque génération une légitimité qui passe aussi par la continuité des pratiques spirituelles. Les gestes individuels font œuvre commune, et la piété des unes fait la richesse des autres, sans que cette collaboration parfois teintée de tension ne retire la part de libre-arbitre et de choix assumés qui revient à chacun. Mais à retenir l’équation entre pouvoir et sacré, dans la comparaison des expériences historiques abordées sur le temps long du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, il semble que les femmes ont moins emprunté des voies d’influence propres à leur sexe qu’elles n’ont eu recours à des instruments susceptibles d’exprimer des identités complexes où se conjuguent parentés et alliances pour reconfigurer, à la marge, puissances territoriales et pratiques religieuses. Et c’est là peut-être, dans l’apport de ces dames de dignité égale mais d’une autre Maison, que se rencontre la spécificité des atouts féminins.

Auteur

Enseignant-chercheur à EHESS (Paris), elle travaille sur les relations entre famille royale, patrimoine privé et puissance publique afin d’appréhender le fonctionnement et l’évolution du système monarchique. Elle a publié La Reine de France, symbole et pouvoir, Gallimard, 2000 ; en collaboration avec Robert Descimon, L’absolutisme en France, Histoire et historiographie, Le Seuil, 2002, et (à paraître) Le Rang. Hiérarchies d’Ancien Régime, Gallimard, 2016.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540