Version classiqueVersion mobile

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Quatrième partie. Fondations religieuses et mécénat artistique : un engagement politique

Entre dévotion et politique : patronage et mécénat religieux de Bianca Maria Visconti, duchesse de Milan (1450-1468)1

Maria Nadia Covini

Texte intégral

  • 1 Je remercie Murielle Gaude-Ferragu pour les corrections, la révision et l’amélioration de mon text (...)
  • 2 Citations de Chittolini G., « Stati regionali e istituzioni ecclesiastiche nell’Italia centro-sett (...)

1Bianca Maria Visconti, épouse du duc-condottière Francesco Sforza et duchesse de Milan (1450-1468), fut une princesse dévouée et pieuse selon le modèle de conduite requis par son rang. La culture et l’esprit religieux de son temps lui inspirèrent, comme aux princesses contemporaines, des sentiments de charité dignes de l’âme et des mœurs d’une femme noble. Elle développa une dévotion sincère et exerça son patronage sur des monastères, ce qui lui revenait alors de façon presque institutionnalisée, tout comme le fait de promouvoir des œuvres charitables, de doter des jeunes filles pauvres et de leur porter assistance2.

  • 3 Au sein d’une vaste bibliographie, cf. Settia A. A., « Il sogno regio dei Visconti, Pavia e la Cer (...)
  • 4 Bianca de Savoie avait fondé un monastère de Clarisses à Pavie où elle fut ensevelie. Isabelle de (...)
  • 5 Marie de Savoie mourut à Verceil où elle fut ensevelie. À Milan elle avait soutenu les chanoines d (...)

2L’État des Sforza était récent. Bianca Maria pouvait néanmoins s’appuyer sur les modèles de dévotion représentés par les princesses de la maison des Visconti. Regina della Scala, épouse de Bernabò Visconti, avait établi à Milan la collégiale de Santa Maria alla Scala. Catherine Visconti, influencée par son confesseur Étienne Maconi, suggéra à son époux, Jean Galéas Visconti, la fondation de la Chartreuse de Pavie, qui devint la nécropole de la dynastie3. Blanche de Savoie, femme de Galéas II, et Isabelle de Valois, première épouse de Jean Galéas, optèrent pour des églises mendiantes, et choisirent d’y élire sépulture, « en toute humilité4 ». Marie de Savoie, épouse de Filippo Maria et belle-mère de Bianca Maria, qui mena une vie d’autant plus retirée qu’elle fut délaissée par son mari, put néanmoins exprimer sa dévotion par des fondations en faveur de plusieurs églises et ordres religieux5.

  • 6 Pour une utile comparaison, Cosandey F., La Reine de France. Symbole et pouvoir, XVe-XVIIIe siècle(...)
  • 7 Covini M. N., « Tra patronage e ruolo politico : Bianca Maria Visconti (1450-1468) », Arcangeli L. (...)

3Toutefois la plupart de ces modèles étaient lointains et Bianca Maria dut, en quelque sorte, « réinventer » son rôle6 : elle eut la sagesse de laisser à son époux, principe nuovo, l’entière responsabilité du gouvernement de la principauté7. Elle s’engagea dans un rôle féminin plus traditionnel de mécénat religieux et de soutien aux ordres qui donna un sens et une légitimité à son statut de duchesse de Milan et de princesse issue de l’illustre maison des Visconti. Telle Catherine de Bernabò, elle était une dame de la noblesse milanaise, et non, comme la plupart des duchesses, une princesse étrangère à qui revenait le devoir « d’importer » des modèles de dévotion et des cultes venus d’ailleurs. « L’étranger » ici était son époux, le condottière Francesco Sforza, devenu duc de Milan en 1450 grâce à son mariage et à la conquête en armes de la Lombardie.

  • 8 Fasoli S., Perseveranti nella regolare osservanza. I Predicatori osservanti nel ducato di Milano ( (...)
  • 9 Canobbio E., Del Bo B. (dir.), Beatissime pater. Documenti relativi alle diocesi del ducato di Mil (...)
  • 10 Arcangeli L., Chittolini G., Del Tredici F., Rossetti E. (dir.), Famiglie e spazi sacri nella Lomb (...)

4Bianca Maria mena une double politique dévotionnelle : d’un côté, elle poursuivit la tradition paternelle – et princière – des Visconti. Son père, le duc Filippo Maria, avait soutenu toutes les formes d’expression religieuse, s’attachant en particulier au mouvement de l’Observance qui allait bientôt s’imposer auprès des fidèles8. De l’autre, elle reprit les pratiques dévo tionnelles de l’aristocratie milanaise, notamment celles, maternelles, des Del Maino, qui avaient fondé un monastère à Pavie et participé assidûment à la vie religieuse milanaise9. Bianca Maria avait longtemps vécu aux côtés de sa mère, Agnese del Maino, maîtresse du duc Filippo Maria, dans le château d’Abbiategrasso : une vie certes retirée, à la demande du prince, mais non pas solitaire. Les deux femmes y recevaient des parents, des amis, des clients, tous issus de nobles familles engagées dans la protection et le soutien des églises. La formation religieuse de Bianca Maria s’inscrit dans ce milieu. La princesse avait une profonde piété et une intense religiosité, mais elle était aussi consciente de la nécessité de marquer son rang, au même titre que les familles aristocratiques milanaises, par la construction de chapelles et de tombes monumentales dans les églises de la principauté, qui se remplirent ainsi d’œuvres artistiques de grande valeur10.

Le mécénat religieux de la princesse

  • 11 Cf. la correspondance dans Archivio di Stato di Milano (dorénavant ASMi), Sforzesco 1629, qui four (...)
  • 12 Sur les initiatives de Bianca Maria, Fasoli S., Perseveranti, op. cit.
  • 13 Sevesi P. M., « Corrispondenza di Marco da Bologna », Archivum franciscanum historicum, no 48, 195 (...)

5Bianca Maria soutint de nombreuses communautés monastiques, ainsi que les ordres religieux, traditionnels ou réformés11. En qualité de duches se de Milan, elle servit d’intermédiaire entre les maisons religieuses qu’elle fréquentait et la cour de Rome, s’adressant directement au souverain pontife pour favoriser leurs innombrables requêtes12. Elle obtint ainsi dispenses, pardons et indulgences. En 1449, elle s’intéressa ainsi à la réforme d’un monastère bénédictin de Crémone, qui devait laisser place à une maison de Clarisses soumises à la direction spirituelle des frères mineurs de l’Observance. En dépit des nombreux obstacles qu’elle eût à rencontrer – de la part des moines ou des chefs de l’Observance –, elle parvint à ses fins, obtenant de Rome des privilèges pour la nouvelle communauté13.

  • 14 ASMi, Sforzesco, Potenze sovrane 1460, Creditori dela illustrissima quondam felicis memorie domina (...)

6Son mécénat religieux était ambitieux, dépassant largement son (relativement) faible budget. À ce titre, un document mérite d’être cité, rédigé à sa mort en octobre 1468, une liste de créanciers et d’établissements se plaignant de n’avoir pas reçu ce qui leur avait été promis. Les frères de l’Incoronata de Milan réclamèrent ainsi l’argent prévu pour les embellissements à effectuer dans leur couvent, les moines de Saint-Benoît de Crémone demandèrent les gages d’un chapelain, et le monastère augustin féminin de Sant’Agnese de Milan sollicita la somme promise pour acheter une maison adjacente et entretenir une jeune protégée14.

  • 15 Ibid., Libro de le elimosine de la illustrissima quondam madonna Blancha faciva ogni anno. Sur le m (...)
  • 16 Sur son soutien aux fondations religieuses de Pavie cf. Giordano L. et al., « L’architettura del Q (...)
  • 17 Fasoli S., op. cit., p. 27. Sur la charité princière, Gaude-Ferragu M., D’or et de cendres. La mor (...)

7Ce beau dossier documentaire conserve aussi le Liber elemosinarum où sont énumérées les aumônes en argent et en nature que la duchesse distribuait à dates fixes. On y trouve des biens en tout genre, alimentaires (pain, vin, épices, viandes), de la cire ou du bois de chauffage pour un montant de plus de 4 000 lires15. Les destinataires étaient des monastères, des couvents, des églises, des maisons de tertiaires, hommes et femmes, des ermites et des religieux chers à son cœur, originaires de Milan pour la plupart, mais aussi de Pavie, de Crémone, de Lodi, de Côme, et d’autres villes et villages de Lombardie16. Elle apparaissait ainsi comme la bienfaitrice de l’ensemble des établissements religieux de sa principauté17.

  • 18 Welch E., « Women as patrons and clients », Panizza L. (dir.), Women in italian Renaissance. Cultu (...)
  • 19 Ferrari M. L., Il tempio di San Sigismondo a Cremona. Storia e arte, Milan, Cariplo, 1974. Visioli(...)
  • 20 Walsh K., The observant congregations of the augustinian friars in Italy, c. 1385-c. 1465, Wetherb (...)
  • 21 Gatti Perer M. L. (dir.), Umanesimo a Milano. L’Osservanza agostiniana all’Incoronata, Milan, 1980 (...)
  • 22 Welch E., loc. cit., p. 18-34.

8Le mécénat religieux de Bianca Maria s’exprime aussi à travers de belles constructions monumentales et des œuvres d’art18. On peut rappeler la fon dation de l’église Saint-Sigismond à Crémone, où son mariage fut célébré en 144119, et celle de la seconde église de Santa Maria Incoronata à Milan, près du couvent des Augustins de l’Observance, originaires de Crema20. Dès 1455, Francesco Sforza avait doté et fait bâtir la première église ; cinq ans plus tard, la duchesse fit ériger l’église jumelle, dédiée à saint Nicolas de Tolentino, protecteur des mariages21. Les deux églises adjacentes manifestaient publiquement la parfaite entente du couple ducal, au moins dans le domaine du mécénat religieux22.

  • 23 M. Visioli, « Le cappellanie fondate da Filippo Maria Visconti a Cremona e nel ducato », Archivio (...)

9En revanche, la princesse ne joua aucun rôle dans les nominations aux bénéfices ecclésiastiques de la principauté – même si elle tenta à plusieurs reprises de satisfaire ses protégés : seul son époux les prit en charge, essayant de concilier les requêtes de la cour de Rome, les désirs des familles nobles milanaises et les demandes des ordres religieux. Elle put néanmoins nommer les chapelains qui dépendaient du patronage ducal, ce qui représentait une quinzaine de chapelles réparties dans plusieurs villes et domaines de la principauté, dont celle de Sant’Agnese dans la cathédrale de Milan et la chapelle « ducale » dans l’église principale de Monza23. Le mécénat religieux de la princesse ne s’arrêta pas aux frontières du duché : en 1461, après un vœu fait à saint Antoine de Padoue pour obtenir la guérison d’un de ses enfants, elle offrit à la basilique des parements d’autel, un missel et une statue d’argent qui représentait l’enfant en taille réelle.

  • 24 Welch E., loc. cit., p. 18-34.

10Evelyn Welch, comparant le mécénat de Bianca à celui d’autres princesses, a souligné le décalage entre ses projets – onéreux – et la modestie de son budget, ce qui empêcha, pour certains, leur réalisation24. Certes, l’argent affluait des villes et des riches domaines de Lombardie, mais les Sforza devaient faire face à de nombreuses dépenses, liées aux guerres, aux nécessités diplomatiques, à une administration toujours plus centralisée et aux fastes de la cour.

Les frères observants et le couvent de Sant’Angelo de Milan

  • 25 Buganza S., « I Visconti e l’aristocrazia milanese tra Quattro e Cinquecento : gli spazi sacri », (...)
  • 26 Gazzini M., « Scuola, libri e cultura nelle confraternite milanesi fra tardo medioevo e prima età (...)

11On l’a dit, Bianca Maria protégea toutes les communautés religieuses, qu’il s’agisse d’anciennes abbayes bénédictines, de collégiales, de couvents mendiants non réformés ou réformés ou de communautés de tertiaires. À Milan, les deux grands couvents mendiants non réformés étaient ceux de San Francesco, où la plupart des familles nobles de la ville élisaient sépulture, et de Sant’Eustorgio, église dominicaine chère aux Visconti, siège d’une école de théologie de grande réputation25. Les dévotions des Milanais se tournaient aussi vers d’autres églises prestigieuses, comme l’église de San Celso, le couvent des Célestins ou la collégiale de Santa Maria alla Scala, et s’adressaient à un dense réseau d’écoles et d’hôpitaux destinés aux pauvres, aux malades et aux orphelins, où la noblesse de la ville exerçait ses devoirs « civiques » de charité et d’assistance, gestes certes pieux, mais également garants de son prestige social26.

  • 27 Parmi les nombreuses études, Fasoli S., op. cit. ; Chittolini G., « Stati regionali e istituzioni (...)

12Cependant, Bianca Maria et son époux privilégièrent plutôt les mouvements de l’Observance, en particulier les Augustins de Santa Maria Incoronata et les franciscains de Sant’Angelo à Milan. Les couvents réformés ou de nouvelle fondation avaient en effet besoin de l’aide des autorités laïques pour faire face aux problèmes inhérents aux fondations récentes et pour réguler les conflits avec les ordres conventuels anciens, alors qu’il fallait définir les limites territoriales des nouvelles « provinces » et « familles27 ».

  • 28 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 345. Chittolini G., « Introduzione », Chittolini G (...)
  • 29 Lettre de l’ambassadeur des Gonzague, 16 avril 1464 : Covini M. N. (éd.), Carteggio degli oratori (...)
  • 30 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 148-49.
  • 31 Cf. Zarri G., loc. cit., p. 207-57 ; Fasoli S., op. cit., p. 1-62 ; Andenna G., « Aspetti politici (...)
  • 32 Canobbio E., « Dalla città al villaggio. Aspetti dell’insediamento dei minori osservanti nella dio (...)

13Les Sforza trouvèrent auprès des nouvelles fondations un espace de dialogue et une certaine « adaptabilité » aux nécessités de la politique28. Les frères franciscains de l’Observance fournirent ainsi aux princes d’excellents prédicateurs qui, dès la fin des années 1450, sollicitèrent dans toutes les villes lombardes des aumônes destinées à la croisade voulue par Pie II. Les sermons de Timoteo Maffei de Verona, de Gabriele da Lecce, de Roberto Caracciolo attirèrent des foules immenses29. Les lettres des Sforza en font l’éloge, soulignant d’une part leurs effets édifiants sur la population, et, d’autre part, leur efficacité manifeste en terme de collectes30. En revanche, « adaptabilité » ne signifie pas obéissance, et les moments de concorde alternaient avec les situations de conflits31. Les rapports furent ainsi très étroits avec le couvent de Santa Maria degli Angeli, dit de Sant’Angelo, fondé en 1420, à la suite du succès de la prédication milanaise de Bernardin de Sienne. Bianca Maria était née cinq ans plus tard, à un moment où la ferveur religieuse des Lombards était amplifiée par les sermons du saint prédicateur, sermons suivis de nombreuses fondations, et d’une augmentation des vocations. Ces sermons eurent aussi des implications politiques : les autorités du duché demandèrent aux disciples de saint Bernardin de faire prêter des serments collectifs de paix pour lutter contre les factions qui troublaient la vie des cités32.

  • 33 Cette relation contraste avec les récits, plus fréquents, des querelles entre frères et couvents, (...)
  • 34 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 349.

14La duchesse aimait fréquenter le couvent de Sant’Angelo et les frères de la province de l’Observance cismontaine. Un des premiers historiens de l’Ordre, frère Bernardino Aquilano, évoque une de ses visites : lors du chapitre général de 1457, la duchesse, le duc et quelques dames de la Cour se rendirent au sein du couvent. Après avoir dîné dans le potager, Bianca et ses dames demandèrent la permission de circuler parmi les frères. À leur passage, ceux-ci, surpris et troublés, rougirent de confusion33. Plus tard, Galeazzo Maria témoignera de « la familiarité » que les frères montraient à sa mère34.

  • 35 Cf. les documents édités dans Sevesi P. M., « Corrispondenze di Marco da Bologna », op. cit., p. 3 (...)
  • 36 Elle utilisait d’ailleurs un ton bien plus rude avec les évêques, à ses yeux absentéistes, cf. les (...)

15La duchesse adressait parfois aux frères de l’Observance des requêtes impérieuses auxquelles ils ne pouvaient se soustraire35 : ils acceptaient alors de lui fournir les prédicateurs qu’elle réclamait ou de suivre in spiritualibus, en qualité de directeurs ou de confesseurs, certaines maisons féminines réformées. Il leur était difficile de lui adresser un refus : cette puissante « patronne » savait être très obstinée et faire alterner manières douces et ton impérieux36. Elle-même dut cependant accepter des frères une étroite discipline. L’épisode mérite d’être relaté.

L’imposition d’une discipline « observante » à la duchesse : les préceptes de 1467

  • 37 Regestum observantiae cismontanae (1464-1488), Editiones Collegii S. Bonaventurae, Grottaferrata 19 (...)
  • 38 Ibid. Le gotha de l’Observance franciscaine formula ces préceptes (étaient présents le vicaire géné (...)
  • 39 Rangoni avait indiqué à frère Marco da Bologna, déjà vicaire général, que la cour impériale aurait (...)

16Après la mort de Francesco Sforza (en 1466), Bianca Maria eut à gouverner le duché avec son fils, Galeazzo Maria. En juin 1467, les frères de Sant’Angelo et les grands de la province cismontaine de Lombardie décidèrent d’une part, de lui imposer un confesseur qui veillerait sur sa conduite, et d’autre part, de la soumettre à des directives formulées en cinq points37. Celles-ci ne relevaient pas seulement de la piété de la duchesse, mais touchaient aussi à des questions plus politiques38. Dans le premier précepte, les frères lui demandaient de s’engager plus avant pour obtenir l’investiture impériale, ainsi que le titre ducal, ce qui permettrait de renforcer la légitimité de la dynastie (et ils offraient de poursuivre leur médiation auprès de la cour de l’Empereur où se trouvait frère Gabriele Rangoni)39. Deuxième précepte, les frères lui demandaient de ne pas intervenir dans les pratiques judiciaires et de ne pas suspendre l’exécution des sentences. Troisième précepte, ils lui recommandaient de réduire les dépenses jugées superflues, lui rappelant que la prodigalité excessive était un péché. Il lui fallait ainsi les distinguer des dépenses nécessaires « pour la conservation de l’État et pour le bien commun ». Quatrième précepte, les frères lui imposaient de satisfaire ses nombreux créanciers, dans le délai le plus court possible. Cinquième précepte, ils lui réclamaient de ne pas promettre des bénéfices ecclésiastiques à ses amis et clients, s’ils n’étaient pas des candidats jugés idoines par quatre « personnes dignes », avec l’approbation du pontife et seulement pour les bénéfices sine cura. Enfin, les franciscains élirent frère Bonaventura Piantanida comme confesseur et directeur spirituel de la duchesse.

  • 40 Varanini G. M., loc. cit., § 4.1.
  • 41 Regestum observantiae cismontanae, op. cit., p. 115-116.
  • 42 Pellegrini M., Ascanio Maria Sforza. La parabola politica di un cardinale-principe del Rinasciment (...)
  • 43 ASMi, Notarile 516, 21 octobre 1468.

17Ainsi, au moment où Bianca Maria accédait au pouvoir aux côtés de son fils, les maîtres de l’Observance cismontaine40 lui imposaient une étroite discipline politique. Son confesseur était chargé de veiller à sa bonne conduite. Il fallait un homme d’autorité, ce qui explique le choix de Bonaventura Piantanida, qui, toutefois, était sous la surveillance de ses frères à cause d’une faute commise41. Il fit partie des exécuteurs testamentaires de la princesse, et la poussa à restituer les biens mal acquis. Dans le codicille que Bianca Maria dicta sur son lit de mort, à Marignan, le 21 octobre 1468 – elle mourut trois jours après, à 42 ans –, elle exprimait son repentir d’avoir « dépouillé » le monastère cistercien de Chiaravalle au profit de son fils, Ascanio Sforza42, et plus largement elle voulut procéder à la restitution des male ablata. Inquiète pour le salut de son âme, elle demandait pardon à Dieu pour les droits et les gabelles injustement imposés et pour les officiers malhonnêtes insuffisamment contrôlés43.

  • 44 Fasoli S., op. cit., p. 44-45.
  • 45 Ibid. Sevesi P. M., « Beato Amedeo Menez di Sylva dei frati Minori, fondatore degli amadeiti », Luc (...)
  • 46 La biographie de Merlo G. G., « Menes Silva, Amadeo di », Dizionario biografico degli italiani, 73 (...)
  • 47 Piseri F., « Ex Castroleone. Vita materiale ed educazione sociale nelle epistole delle “corti” sfo (...)

18Les principes qui lui étaient imposés en 1467 renvoyaient au concept du bonum commune (le « bien commun »), et à des revendications générales sur la liberté de l’Église en matière bénéficiale. On peut cependant se demander s’ils ne répondaient pas aussi à des problèmes plus conjoncturels : les frères visaient notamment la prodigalité qu’ils jugeaient excessive de la duchesse envers un personnage singulier, frère Amédée, que le couple ducal avait généreusement doté44. Homme charismatique45, probablement originaire d’Espagne, il était admiré pour son ascétisme et son refus de la mondanité. Il acquit très vite une réputation de sainteté46. Les princes lui montrèrent de la bienveillance. Les premières fondations « amadéites » furent l’église et le couvent de Santa Maria de Bressanoro ou de Guadalupe, près de Castelleone dans les campagnes de Crémone. La duchesse aimait y séjourner et s’adonner aux plaisirs de la chasse et de la campagne. Elle s’y trouvait en automne 1458, au moment où l’idée de la fondation prit forme47.

  • 48 L’initiative provenait-elle de la duchesse ou du duc ? Cf. Welch E., loc. cit., p. 26. Giordano L. (...)
  • 49 Citations de Varanini G. M., loc. cit., § 4.1.
  • 50 Sevesi P. M., « Il Beato Amedeo », loc. cit., p. 43-44. Fasoli S., op. cit., p. 44-46.
  • 51 ASMi, Sforzesco, Carteggio interno 878, lettre d’Amedeo relative à Caravaggio et Sevesi P. M., « I (...)
  • 52 Rossetti E., « Uno spagnolo tra i francesi e la devozione gesuata : il cardinale Bernardino Carvaj (...)
  • 53 Morisi A., Apocalypsis nova. Ricerche sull’origine e la formazione del testo dello pseudo-Amadeo, (...)

19On sait très peu de chose des rapports entre le frère espagnol et les Sforza : ses lettres, conservées dans les archives milanaises, avaient des tona lités prophétiques et parfois menaçantes, qui durent secouer la conscience du couple ducal. Bianca Maria ne communiqua pas sur les dons qu’elle fit au singulier personnage, encore en marge de l’établissement franciscain48. Lorsque les adeptes se multiplièrent et que le nombre de couvents « amadéites » s’accrut, les mineurs observants réagirent par crainte de la concurrence49. Les hostilités débutèrent en 1466 ; un an plus tard, un disciple d’Amédée fut emprisonné par les frères de Sant’Angelo50. Soutenu par la noblesse, celui-ci se préparait en effet à fonder un couvent à Milan, la future église Santa Maria della Pace, projet très ambitieux, alors qu’un nouveau chantier était ouvert à Caravaggio51. Ces événements expliquent sans doute le troisième précepte présenté à la duchesse par les Observants qui limitait sa prodigalité, injonction à laquelle elle obéit. Plus tard, le frère espagnol obtint l’appui de Sixte IV, son mouvement prospéra52 et ses écrits suscitèrent un intérêt renouvelé53.

« Clientèles de dévotion » : Bianca Maria et le cercle des aristocrates dévots

  • 54 Canobbio E., Del Bo B. (éd.), op. cit., p. XCV.

20La dévotion et le mécénat de la duchesse de Milan eurent constamment une tonalité aristocratique et clientélaire. Elle était une Visconti et une Del Maino et partagea ses pratiques pieuses avec ses congénères54, dames et gentilshommes de la noblesse de Milan, de Pavie et des autres villes du domaine ducal, ainsi qu’avec ses parents, amis, courtisans, qui appartenaient pour la plupart au parti gibelin, le « parti de l’État ».

  • 55 Ibid. Picotti G. B., La Dieta di Mantova e la politica de’Veneziani, Trente, 1996. Simonetta M., «  (...)
  • 56 Canobbio E. et Del Bo B. (éd.), op. cit., no 66, 166, 331, 310 (pour l’église de l’Incoronata), 31 (...)
  • 57 Ibid., no 309.

21Piété et politique sont indissociablement liées, comme le montrent les requêtes adressées par la duchesse au pape Pie II en 1459, alors qu’elle se rendait à Mantoue à l’occasion de la diète réunie pour préparer la croisade contre les Turcs55. Hôte des Gonzague, elle était accompagnée d’un cortège nombreux de dames, de gentilshommes, de courtisans, de frères et de confesseurs. Elle put approcher directement le pontife et lui adresser ses demandes, qu’il lui accorda dans une large mesure, en particulier les dispenses en matière de confession et d’absolution ou les indulgences destinées aux églises qu’elle privilégiait. Il s’agissait aussi de faciliter les réformes touchant les maisons religieuses et d’aider les ecclésiastiques – séculiers ou réguliers – que la duchesse protégeait56. Pie II confirma par exemple les privilèges qui lui permettaient de visiter régulièrement tous les monastères et les couvents du duché de Milan, même ceux de l’Observance, en compagnie de ses fils et filles, de sa mère et d’un confesseur. Ils pouvaient y prendre leurs repas et y séjourner (la duchesse y était admise avec ses parentes et deux de ses dames)57. Sa mère, Agnese, qui voulait finir ses jours dans la tranquillité d’un couvent, obtint la permission de se retirer dans un monastère féminin (probablement Sant’Orsola de Milan, où elle sera ensevelie), sans aban donner cependant l’habit laïque et avec la permission de recevoir les visites de ses parentes et de ses dames.

  • 58 Ibid., en particulier Canobbio E., « Introduzione », op. cit., p. XCV. Cf. no 450 pour Galeazzo Mar (...)
  • 59 Ibid., no 149 (Attendolo), 156 (Vismara), et no 358, 359, 360, 361, 569, 596.

22De tels privilèges furent également demandés par les dames qui avaient suivi la duchesse à Mantoue : permission de visiter des monastères et des couvents, d’y prendre leurs repas et d’y séjourner, de recevoir l’absolution d’un confesseur de leur choix qui pourrait également la leur donner à l’article de la mort. Bianca Maria avait aussi obtenu le droit – la distinction pourrait-on dire – d’utiliser un autel portatif afin d’entendre la messe et de prier en tous lieux58. Ses dames l’imitèrent. Parmi elles, les registres romains des suppliques montrent que se trouvaient la belle-sœur de la duchesse, Elisa Sforza Sanseverino, sa nièce Giovanna da Correggio, les cousines del Maino, la mère de Francesco Sforza, Lucia Attendolo, et ses brus Béatrice d’Este et Antonia dal Verme, ainsi que la comtesse Luchina dal Verme, qui était une Visconti de par sa mère. Les dames et demoiselles des maisons nobles de Milan, telles que les Cusani, Secco, Visconti, Trivulzio, Landriani… réclamèrent les mêmes privilèges59, signes de leur piété, mais aussi éléments de distinction sociale témoignant de leur proximité avec la cour du prince.

  • 60 La bibliographie est ample, cf. surtout Zarri G., « Monasteri femminili e città (secoli XV-XVIII)  (...)
  • 61 Parmi les nombreux frères étrangers qui eurent des rapports avec la princesse, rappelons la présen (...)

23Ces réseaux de clientèle sont également apparents à travers les relations tissées entre la duchesse et les maisons religieuses féminines. Les religieuses avec qui elle échangeait lettres et visites et pour lesquelles elle plaidait en cour de Rome, appartenaient souvent à des familles de l’aristocratie milanaise, tandis que leurs homologues masculins administraient les patrimoines et les affaires des monastères60. Ainsi, plusieurs frères, « conventuels » ou « observants », qui fréquentaient la cour de la duchesse, étaient des nobles appartenant aux plus grandes familles de Milan et des villes lombardes, elles-mêmes liées à la cour, et souvent apparentées aux Visconti-Sforza61.

  • 62 Cf. Fumagalli E., « Francesco Sforza e i domenicani Gioacchino Castiglioni et Girolamo Visconti »,(...)
  • 63 Les ducs lui reprochèrent un ton trop enflammé et politiquement suspect, cf. Andenna G., « Aspetti (...)
  • 64 Gennaro C., « Caimi Bartolomeo », Dizionario Biografico degli Italiani, no 16, Rome, 1973 [ www.tr (...)
  • 65 Fumagalli E., op. cit.
  • 66 Ibid.

24Bien que l’historiographie des Ordres s’intéresse peu aux origines sociales des frères, des auteurs ont mis en évidence ces réseaux de clientèle62. Frère Michele da Carcano, célèbre pour les succès de sa prédication et pour sa béatification réussie – même s’il s’était parfois heurté au pouvoir63 –, était le frère d’Antonio Carcano, courtisan cher à Bianca Maria et époux de sa cousine Elisabetta del Maino. Parmi le cercle des fidèles de la duchesse, frère Bartolomeo Caimi du couvent de Sant’Angelo de Milan64 appartenait à une noble famille milanaise dévouée à la duchesse, qui avait confié ses jeunes fils aux soins du fidèle Franchino Caimi. Dans le couvent de Sant’Eustorgio de Milan, haut lieu des études théologiques, les Sforza pouvaient compter sur frère Paolo Lampugnani, issu d’une grande famille milanaise, qui faisait le trait d’union avec frère Gioacchino Castiglioni, qui résidait à Venise65. Celui-ci, d’origine noble et milanaise, fut pour les Sforza une sorte d’ambassadeur secret, engagé dans plusieurs missions diplomatiques après la paix de Lodi66. Plusieurs autres frères et moines appartenaient à des familles de condition élevée, comme les Porro, Caimi, Piantanida, Visconti, Castiglioni, fréquentant tous la cour de la duchesse.

  • 67 Sevesi P. M., « Il beato Michele da Carcano da Milano o. f. m. », Archivum francescanum historicum(...)
  • 68 Ibid.
  • 69 Peristiany J. G. (éd.), Honour and shame. The values of Mediterranean societies, Chicago, Weidenfe (...)

25Devenus religieux, les frères n’en oubliaient pas pour autant leurs ori gines nobiliaires. Les lettres de Michele da Carcano montrent que le code lexical utilisé était lié au système du clientélisme et des échanges de faveur pratiqués par l’aristocratie. Ainsi en juillet 1459, Carcano demande à la duchesse d’intervenir en faveur de l’un de « ses » protégés, lui rappelant les services courtisans de son frère Antonio. Il conclut que, s’il obtient ce qu’il demande, il lui en sera reconnaissant comme si la faveur était pour lui67. Dans une autre lettre, Carcano réclame « l’intercession » de la duchesse pour certains de ses amis qu’il décrit rhétoriquement comme « pauvres et abandonnés » ; il les appelle aussi « tutti miei68 ». Ici, plus que le religieux, c’est le noble milanais qui parle : le langage de la protection se superpose à la simple bonté franciscaine qui vient au secours des pauvres et des indigents69.

  • 70 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 359, et les documents édités par Fumagalli E., op. (...)
  • 71 Fumagalli E., op. cit. ASMi, Sforzesco 1460, liste de créanciers de la défunte duchesse, 1468. En (...)

26Le même style se retrouve dans les dépêches adressées par les Sforza à la cour de Rome qu’il s’agisse de remettre un « général » franciscain dans sa charge ou de permettre qu’un frère « ami » puisse prêcher à Milan70. Le duc intervint ainsi en faveur du frère prêcheur Girolamo Visconti, « nostro dilettissimo parente » et membre de la cour de Bianca Maria (c’était à lui que revenait la charge de stipendier les chapelains de la princesse71) pour qu’il retrouve la dignité que lui avait enlevée le pape, celle de père provincial de Lombardie.

  • 72 Sur les initiatives religieuses des Carcano, Canobbio E., « Dalla città al villaggio », loc. cit., (...)
  • 73 Rossetti E., « Una questione di famiglie. Lo sviluppo dell’osservanza francescana e l’aristocrazia (...)
  • 74 Rusconi R. « Gli ordini mendicanti tra Rinascimento e controriforma : eremi e riforme, conventi e (...)
  • 75 Rossetti E., « “Arca marmorea elevata a terra per brachia octo”. Le sepolture dell’aristocrazia mi (...)
  • 76 Fasoli S., op. cit., p. 79-89 et les actes du colloque Santa Maria delle Grazie, op. cit., à paraî (...)
  • 77 Gian Rodolfo Vismara, noble et riche milanais qui s’était occupé des aumônes ducales fut le protag (...)

27La noblesse milanaise était aussi présente dans les couvents réformés. Le couvent de Sant’Angelo, cher à la duchesse, fut ainsi fréquenté et protégé, quelques décennies plus tard, par les membres des familles Visconti, Carcano, et Del Maino72. Dans son testament dicté en 1507, Ambrogio Del Maino fonde une chapelle commune à ces familles et se rallie aux projets et aux initiatives d’un groupe composé de nobles gibelins, partisans des Sforza, qui soutenaient avec force les franciscains observants73. Roberto Rusconi parle de « clientèles de dévotion » pour désigner ces groupes de personnes réunies autour d’un couvent ou d’une église et partageant des cultes, des projets pieux et charitables et des commandes artistiques, mêlant inspiration religieuse, idées politiques et valeurs aristocratiques74. Dans le couvent de Sant’Angelo, de nombreuses œuvres d’art relèvent de la commande de cette clientèle nobiliaire, œuvres d’art qui embellirent l’église et les chapelles de familles, avant que les édifices ne soient détruits au XVIe siècle75. Après la conquête du début du siècle, de nombreux nobles restèrent fidèles à la dynastie des Sforza et au couvent, alors que les Français préféraient d’autres lieux de culte, comme Santa Marta. Une semblable « clientèle de dévotion » se forma autour des Prêcheurs observants de Santa Maria delle Grazie76, réunissant des membres des maisons des Vimercati, Vismara, Pusterla et Secco, liés à la mémoire de la duchesse, qui favorisèrent la réforme des lieux pieux de la ville77.

28Ainsi Bianca Maria Visconti, fervente animatrice d’initiatives réformatrices, fut constamment appuyée par des familles et parentèles nobles qui partageaient ses valeurs et ses projets. Son mécénat, forcément limité par la modestie de ses ressources, fut en quelque sorte prolongé par la « clientèle de dévotion » formée par les nobles proches du couvent de Sant’Angelo, qui, comme la duchesse, exercèrent leur charité par réelle piété mais aussi pour des motifs plus politiques, entre intérêts nobiliaires, sens du bien commun, exaltation de la mémoire familiale, dévotions d’État et religion civique.

Notes

1 Je remercie Murielle Gaude-Ferragu pour les corrections, la révision et l’amélioration de mon texte.

2 Citations de Chittolini G., « Stati regionali e istituzioni ecclesiastiche nell’Italia centro-settentrionale del Quattrocento », Chittolini G., Miccoli G. (dir.), La chiesa e il potere politico dal Medioevo all’età contemporanea, Turin, Einaudi, 1986 (Storia d’Italia Einaudi, Annali 9), p. 178.

3 Au sein d’une vaste bibliographie, cf. Settia A. A., « Il sogno regio dei Visconti, Pavia e la Certosa », Annali di storia pavese, no 25, 1997, p. 13-15. Sur la fondation de Santa Maria alla Scala, Corio B., Storia di Milano, Morisi Guerra A. (éd.), Turin, UTET, 1978, p. 870.

4 Bianca de Savoie avait fondé un monastère de Clarisses à Pavie où elle fut ensevelie. Isabelle de Valois élit sépulture dans l’église de Saint-François de Pavie.

5 Marie de Savoie mourut à Verceil où elle fut ensevelie. À Milan elle avait soutenu les chanoines du Latran et les mineurs de l’observance, Decembrio P. C., « Vita Philippi Mariae », Fossati F. et al. (dir.), Rerum italicarum scriptores, no XX, 1, Bologne, 1925-1958, p. 236-241.

6 Pour une utile comparaison, Cosandey F., La Reine de France. Symbole et pouvoir, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2000. Cf. aussi Gaude-Ferragu M., La reine de France. Le pouvoir au féminin (XIVe-XVe siècle). Paris, Tallandier, 2014.

7 Covini M. N., « Tra patronage e ruolo politico : Bianca Maria Visconti (1450-1468) », Arcangeli L., Peyronel S. (dir.), Donne di potere nel Rinascimento, Rome, Viella, 2008, p. 247-280.

8 Fasoli S., Perseveranti nella regolare osservanza. I Predicatori osservanti nel ducato di Milano (secc. XV-XVI), Milan, Biblioteca francescana, 2011, en particulier p. 32. Canobbio E., « Il principe e le res ecclesiae », Cengarle F., Covini M. N. (dir.), Il ducato di Filippo Maria Visconti, 1412-1447. Economia, politica, cultura, Florence, Firenze University Press – Reti Medievali, 2015, p. 285-318.

9 Canobbio E., Del Bo B. (dir.), Beatissime pater. Documenti relativi alle diocesi del ducato di Milano, Milan, Unicopli, 2007, no 286, 2 juin 1459 : Agnès obtient une indulgence en faveur du monastère de l’Annunciata de Pavie, fondé par ses ancêtres.

10 Arcangeli L., Chittolini G., Del Tredici F., Rossetti E. (dir.), Famiglie e spazi sacri nella Lombardia del Rinascimento, Milan, Scalpendi, 2015.

11 Cf. la correspondance dans Archivio di Stato di Milano (dorénavant ASMi), Sforzesco 1629, qui fournit de nombreux exemples. Plus généralement, Nicoud M., « Expérience de la maladie et échange épistolaire. Les derniers moments de Bianca Maria Visconti (mai-octobre 1468) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, no 112, 2000, p. 311-458. Covini M. N., « Tra cure domestiche, sentimenti e politica. La corrispondenza di Bianca Maria Visconti duchessa di Milano (1450-1468) », Lazzarini I. (dir.), I confini della lettera. Pratiche epistolari e reti di comunicazione nell’Italia tardomedievale (volume monographique de Reti medievali – Rivista), no 10, 2009, p. 1-35.

12 Sur les initiatives de Bianca Maria, Fasoli S., Perseveranti, op. cit.

13 Sevesi P. M., « Corrispondenza di Marco da Bologna », Archivum franciscanum historicum, no 48, 1955, p. 299-300.

14 ASMi, Sforzesco, Potenze sovrane 1460, Creditori dela illustrissima quondam felicis memorie domina domina Bianca Maria olim duchessa di Milano.

15 Ibid., Libro de le elimosine de la illustrissima quondam madonna Blancha faciva ogni anno. Sur le mécénat de la duchesse, Covini M. N., « Tra patronage e ruolo politico », loc. cit. Sur l’Incoronata et S. Agnese cf. Canobbio E. et Del Bo B. (dir.), op. cit., no 308, 310, 362.

16 Sur son soutien aux fondations religieuses de Pavie cf. Giordano L. et al., « L’architettura del Quattrocento e del Cinquecento », Storia di Pavia, III : Dal libero Comune alla fine del Principato indipendente (1024-1535), L’arte dall’XI al XVI secolo, Milan, Banca del Monte, 1996, p. 671-873.

17 Fasoli S., op. cit., p. 27. Sur la charité princière, Gaude-Ferragu M., D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2005, p. 143-144.

18 Welch E., « Women as patrons and clients », Panizza L. (dir.), Women in italian Renaissance. Culture and society, Oxford European humanities research Center, 2000, p. 18-34.

19 Ferrari M. L., Il tempio di San Sigismondo a Cremona. Storia e arte, Milan, Cariplo, 1974. Visioli M., « Le nozze ducali del 1441 : documenti e iconografia », Artes, no 12, 2004, p. 43-52.

20 Walsh K., The observant congregations of the augustinian friars in Italy, c. 1385-c. 1465, Wetherby, British Library, 1972, p. 285-86. Ead., « Cazzuli Agostino (Agostino da Crema) », Dizionario biografico degli italiani, no 23, Roma, 1979, p. 182-184.

21 Gatti Perer M. L. (dir.), Umanesimo a Milano. L’Osservanza agostiniana all’Incoronata, Milan, 1980 (Arte lombarda, n. s., 53-54).

22 Welch E., loc. cit., p. 18-34.

23 M. Visioli, « Le cappellanie fondate da Filippo Maria Visconti a Cremona e nel ducato », Archivio Storico lombardo, no 140, 2014, p. 351-373. La chapelle peinte par les Zavattari autour de 1440 serait une célébration des noces des Visconti et des Sforza, Cassanelli R., Conti R. (dir.), Monza, la cappella di Teodolinda nel Duomo. Architettura, decorazione, restauri, Milan, Electa, 1991. Delmoro R., « L’Annunciazione dell’arco traverso del Duomo di Monza : un contributo agli Zavattari », Arte lombarda, no 1-2, 2012, p. 117.

24 Welch E., loc. cit., p. 18-34.

25 Buganza S., « I Visconti e l’aristocrazia milanese tra Quattro e Cinquecento : gli spazi sacri », Arcangeli L., Chittolini G., Del Tredici F., Rossetti E. (dir.), op. cit., 129-168.

26 Gazzini M., « Scuola, libri e cultura nelle confraternite milanesi fra tardo medioevo e prima età moderna », La Bibliofilia, no 3, a. 103, 2003, p. 91-120. Ead., « Patriziati urbani e spazi confraternali in età rinascimentale : l’esempio di Milano », Archivio Storico Italiano, no 158, 2000, p. 491-514. Ead., « Solidarietà viciniale e parentale a Milano : le scole di S. Giovanni sul Muro a Porta Vercellina », Chiappa Mauri L., De Angelis L. et Mainoni P. (dir.), L’età dei Visconti. Il dominio di Milano fra XIII e XV secolo, Milan, La Storia, 1993, p. 303-330. Albini G., Carità e governo delle povertà (secoli XII-XV), Milan, Unicopli, 2002.

27 Parmi les nombreuses études, Fasoli S., op. cit. ; Chittolini G., « Stati regionali e istituzioni ecclesiastiche », loc. cit. ; Andenna G., « Aspetti politici della presenza degli osservanti in Lombardia in età sforzesca », Chittolini G. et Elm K. (dir.), Ordini religiosi e società politica in Italia et Germania nei secoli XIV e XV, Bologne, il Mulino, 2001, p. 331-371 (sur Bianca Maria, p. 352 et 355-356). Andenna G., « Gli ordini mendicanti, la comunità e la corte sforzesca », Chittolini G. (dir.), Metamorfosi di un borgo. Vigevano in età visconteo-sforzesca, Milan, F. Angeli, 1992, p. 145-191. Varanini G. M., « Riforme degli ordini ed osservanze fra autorità politica e autorità ecclesiastica nell’Italia centro-settentrionale del Quattrocento », texte inédit (je remercie l’auteur qui m’a permis de lire son étude) ; Merlo G. G., « Ordini mendicanti e potere : l’osservanza minoritica cismontana », Benedetti M., Merlo G. G., Piazza A. (dir.), Vite di eretici e storie di frati, Milan, Biblioteca francescana, 1998, p. 267-301. Zarri G., « Aspetti dello sviluppo degli Ordini religiosi in Italia tra Quattro e Cinquecento. Studi e problemi », Prodi P. et Johanek P. (dir.), Strutture ecclesiastiche in Italia e Germania prima della Riforma, Bologne, il Mulino, 1984, p. 207-257.

28 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 345. Chittolini G., « Introduzione », Chittolini G. et Elm K. (éd.), op. cit., p. 20.

29 Lettre de l’ambassadeur des Gonzague, 16 avril 1464 : Covini M. N. (éd.), Carteggio degli oratori mantovani alla corte sforzesca (1450-1499), VI (1464-1465), Rome, 2001, p. 240.

30 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 148-49.

31 Cf. Zarri G., loc. cit., p. 207-57 ; Fasoli S., op. cit., p. 1-62 ; Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 331-371 ; Chittolini G., « Stati regionali e istituzioni ecclesiastiche », loc. cit., p. 173-177 ; Varanini G. M., loc. cit., § 3.3.

32 Canobbio E., « Dalla città al villaggio. Aspetti dell’insediamento dei minori osservanti nella diocesi di Como », Pellegrini L., Varanini G. M. (dir.), Fratres de familia. Gli insediamenti dell’Osservanza minoritica nella penisola italiana (sec. XIV-XV) (« Quaderni di storia religiosa »), 2011, p. 78-79 et Canobbio E., « Il principe e le res ecclesiae », loc. cit., p. 310-311.

33 Cette relation contraste avec les récits, plus fréquents, des querelles entre frères et couvents, Bernardini Aquilani, Chronica fratrum minorum observantiae, Lemmens L. (éd.), Rome, 1902, p. 85, commenté par Merlo G. G., « Ordini mendicanti e potere », loc. cit., p. 277. Fasoli S., op. cit., p. 28.

34 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 349.

35 Cf. les documents édités dans Sevesi P. M., « Corrispondenze di Marco da Bologna », op. cit., p. 305-306 (Marco da Bologna à la duchesse, 18 novembre 1454). Et surtout Fasoli S., op. cit., p. 24-27.

36 Elle utilisait d’ailleurs un ton bien plus rude avec les évêques, à ses yeux absentéistes, cf. les lettres de 1465 adressées aux évêques de Lodi, de Côme et au lieutenant du cardinal de Pavie, ASMi, Sforzesco 1629.

37 Regestum observantiae cismontanae (1464-1488), Editiones Collegii S. Bonaventurae, Grottaferrata 1988 (Analecta franciscana, no 12), p. 119. Cf. aussi Merlo G. G., « Ordini mendicanti et potere », loc. cit., p. 278-279. Fasoli S., op. cit., p. 44-45 et Varanini G. M., loc. cit., § 4.1.

38 Ibid. Le gotha de l’Observance franciscaine formula ces préceptes (étaient présents le vicaire général Battista de Levanto, Antonio Balocco de Verceil et toutes les autorités de l’ordre).

39 Rangoni avait indiqué à frère Marco da Bologna, déjà vicaire général, que la cour impériale aurait concédé ce privilège aux princes – plus facilement au duc qu’à la duchesse –, contre une somme d’argent considérable.

40 Varanini G. M., loc. cit., § 4.1.

41 Regestum observantiae cismontanae, op. cit., p. 115-116.

42 Pellegrini M., Ascanio Maria Sforza. La parabola politica di un cardinale-principe del Rinascimento, Rome, 2002, p. 22-32. Varanini G. M., loc. cit., § 3.2.

43 ASMi, Notarile 516, 21 octobre 1468.

44 Fasoli S., op. cit., p. 44-45.

45 Ibid. Sevesi P. M., « Beato Amedeo Menez di Sylva dei frati Minori, fondatore degli amadeiti », Luce e Amore, a. 8, 1911, no 10, p. 529-542, no 11, p. 586-605, no 12, p. 681-710. Id., « Il beato A. Menezes di Sylva e documenti inediti », Miscellanea francescana, a. 32, 1932, p. 227-232.

46 La biographie de Merlo G. G., « Menes Silva, Amadeo di », Dizionario biografico degli italiani, 73, Rome, 2009 (www.treccani.it) corrige les exagérations hagiographiques (origines royales, miracles, preuves de saintété, faits prodigieux…) et les légendes probablement diffusées par Amédée lui-même et par ses amis. Sur sa présence à la diète de Mantoue en 1459, Fasoli S., op. cit., p. 44.

47 Piseri F., « Ex Castroleone. Vita materiale ed educazione sociale nelle epistole delle “corti” sforzesche », Annuario dell’Archivio di Stato di Milano, I, 2012, p. 47-83.

48 L’initiative provenait-elle de la duchesse ou du duc ? Cf. Welch E., loc. cit., p. 26. Giordano L., « La fondazione della fabbrica sforzesca di S. Maria di Bressanoro », Bollettino della società pavese di storia patria, a. 82, 1982, p. 241-244.

49 Citations de Varanini G. M., loc. cit., § 4.1.

50 Sevesi P. M., « Il Beato Amedeo », loc. cit., p. 43-44. Fasoli S., op. cit., p. 44-46.

51 ASMi, Sforzesco, Carteggio interno 878, lettre d’Amedeo relative à Caravaggio et Sevesi P. M., « Il Beato Amedeo », loc. cit., p. 30.

52 Rossetti E., « Uno spagnolo tra i francesi e la devozione gesuata : il cardinale Bernardino Carvajal e il monastero di San Girolamo in porta Vercellina a Milano », Elsig F. et Natale M. (éd.), Le duché de Milan et les commanditaires français (1499-1521), Rome, 2013, p. 165-212, ainsi que les actes du colloque Santa Maria delle Grazie. Una storia dalla fondazione a metà Cinquecento, Milan, 22-24 mai 2014, Università Cattolica, à paraître.

53 Morisi A., Apocalypsis nova. Ricerche sull’origine e la formazione del testo dello pseudo-Amadeo, Rome, 1970.

54 Canobbio E., Del Bo B. (éd.), op. cit., p. XCV.

55 Ibid. Picotti G. B., La Dieta di Mantova e la politica de’Veneziani, Trente, 1996. Simonetta M., « Il duca alla Dieta. Francesco Sforza e Pio II », Calzona A., Fiore F.P., Tenenti A., Vasoli C. (éd.), Il sogno di Pio II e il viaggio da Roma a Mantova, Florence, Olschki, 2003, p. 247-285.

56 Canobbio E. et Del Bo B. (éd.), op. cit., no 66, 166, 331, 310 (pour l’église de l’Incoronata), 311 (exemption de la jurisdiction de l’évêque pour un monastère), et encore 355 et 356, 357, 362, 379, 452-453, 651, 1639, 1685, 1721.

57 Ibid., no 309.

58 Ibid., en particulier Canobbio E., « Introduzione », op. cit., p. XCV. Cf. no 450 pour Galeazzo Maria Sforza, no 451 pour Ippolita Sforza, no 358 pour Béatrice d’Este-Sforza.

59 Ibid., no 149 (Attendolo), 156 (Vismara), et no 358, 359, 360, 361, 569, 596.

60 La bibliographie est ample, cf. surtout Zarri G., « Monasteri femminili e città (secoli XV-XVIII) », Chittolini G., Miccoli G. (dir.), La chiesa e il potere politico dal Medioevo all’età contemporanea, Storia d’Italia, Annali 9, Turin, Einaudi, 1986, p. 359-429. Sebastiani L., « Monasteri femminili milanesi tra Medioevo ed età moderna », Bertelli S., Rubinstein N. et Smith C. H. (dir.), Florence and Milan. Comparisons and relations, Florence, La Nuova Italia, 1989, p. 3-15. Chittolini G., « Le Clarisse e le altre », loc. cit. Sur la réforme contrastée du monastère de San Martino d’Abbiategrasso Mangione T., « Le Clarisse e la Signora : politica e devozione di Bona di Savoia », De Vecchi P. et Bora G. (éd.), Rinascimento ritrovato. La chiesa e il convento di S Maria di Abbiategrasso, Milan, Skira, 2007, p. 263-279.

61 Parmi les nombreux frères étrangers qui eurent des rapports avec la princesse, rappelons la présence de l’augustin Agostino da Crema, du couvent de l’Incoronata, souvent envoyé en missions politiques, ASMi, Sforzesco 1629, 16 mai 1465 et Walsh K., « Cazzuli Agostino », op. cit., p. 182-184.

62 Cf. Fumagalli E., « Francesco Sforza e i domenicani Gioacchino Castiglioni et Girolamo Visconti », Archivum fratrum praedicatorum, no 56, 1986, p. 79-152 et 57, 1987, p. 45-101. Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 345-355. Fasoli S., op. cit., passim. Chittolini G., « Le Clarisse e le altre », loc. cit., p. 349-357.

63 Les ducs lui reprochèrent un ton trop enflammé et politiquement suspect, cf. Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 333-344. Fasoli S., op. cit., p. 36. De même, les princes n’apprécièrent pas ses attaques acharnées contre les juifs.

64 Gennaro C., « Caimi Bartolomeo », Dizionario Biografico degli Italiani, no 16, Rome, 1973 [ www.treccani.it]. Rusconi R., « Dal pulpito alla confessione. Modelli di comportamento religioso in Italia tra 1470 circa e 1520 circa », Prodi P. et Johanek P. (éd.), op. cit., p. 302.

65 Fumagalli E., op. cit.

66 Ibid.

67 Sevesi P. M., « Il beato Michele da Carcano da Milano o. f. m. », Archivum francescanum historicum, a. 4, 1911, p. 458-459.

68 Ibid.

69 Peristiany J. G. (éd.), Honour and shame. The values of Mediterranean societies, Chicago, Weidenfeld and Nicolson, 1966. Kettering S., Patronage in sixteenth and seventeenth-century France, Aldershot, Ashgate, 2002.

70 Andenna G., « Aspetti politici », loc. cit., p. 359, et les documents édités par Fumagalli E., op. cit.

71 Fumagalli E., op. cit. ASMi, Sforzesco 1460, liste de créanciers de la défunte duchesse, 1468. En décembre 1467, il était à Gênes et envoyait des informations politiques, ASMi, Sforzesco 1484.

72 Sur les initiatives religieuses des Carcano, Canobbio E., « Dalla città al villaggio », loc. cit., p. 87-89.

73 Rossetti E., « Una questione di famiglie. Lo sviluppo dell’osservanza francescana e l’aristocrazia milanese (1476-1516) », Pellegrini L. et Varanini G. M. (dir.), op. cit., p. 109. Id., Sotto il segno della vipera. L’agnazione viscontea nel Rinascimento. Episodi di una committenza di famiglia (1480-1520), Milan, 2013. Id., « Uno spagnolo tra i francesi », loc. cit.

74 Rusconi R. « Gli ordini mendicanti tra Rinascimento e controriforma : eremi e riforme, conventi e città, missioni e campagne », Città italiane del’500 tra Riforma e controriforma, Lucques, Pacini Fazzi, 1988, p. 271 et Chittolini G., « Introduzione », Chittolini G., Elm K. (dir.), op. cit., p. 19.

75 Rossetti E., « “Arca marmorea elevata a terra per brachia octo”. Le sepolture dell’aristocrazia milanese tra Quattro e Cinquecento », Arcangeli L., Chittolini G., Del Tredici F., Rossetti E. (dir.), op. cit., p. 169-227.

76 Fasoli S., op. cit., p. 79-89 et les actes du colloque Santa Maria delle Grazie, op. cit., à paraître.

77 Gian Rodolfo Vismara, noble et riche milanais qui s’était occupé des aumônes ducales fut le protagoniste d’une initiative controversée, la transformation du tiers ordre franciscain dans un Consorzio della carità dominé par les nobles, Noto A., Origine del luogo Pio della Carità nella crisi sociale di Milano quattrocentesca, Milan, 1962 et Sevesi P. M., « Il Beato Michele Carcano e il Consorzio della Carità di Milano », Archivum Franciscanum Historicum, a. 46, 1953, p. 251-278.

Auteur

Travaille à l’Università degli Studi di Milano. Elle a consacré ses recherches aux institutions du duché de Milan à la fin du Moyen Âge, et a écrit plusieurs livres et articles sur la vie politique milanaise et lombarde, sur la théorie et la pratique de la grâce princière, sur la diplomatie italienne de la Renaissance et sur la noblesse de Lombardie.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search