Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Quatrième partie. Fondations religieuses et mécénat artistique : un engagement politique

Le patronage religieux d’une princesse capétienne : dévotions, fondations et mécénat de Mahaut, comtesse d’Artois (1302-1329)

Christelle Balouzat-Loubet

Texte intégral

1Élevée à la cour de France, dans le respect des valeurs transmises par les Miroirs des princes qui y sont alors à l’honneur, Mahaut, comtesse de Bourgogne, dame de Salins et comtesse d’Artois, ne manque pas d’exercer dans son apanage la charité, vertu chrétienne par excellence. Les comptes de l’Hôtel et de travaux, les testaments, quelques rares vestiges matériels attestent que, comme ses contemporains, la princesse multiplie les dons aux indigents, s’investit dans la fondation d’hôpitaux et de monastères.

2Ces actes de piété, s’ils reflètent sans doute une personnalité sincèrement dévote, ne sont pas dénués de toute dimension politique : ils permettent à Mahaut de rappeler son statut princier, en même temps qu’elle souligne ses liens avec la dynastie capétienne et glorifie le lignage comtal. Détentrice, de par son veuvage (1303), de l’Auctoritas au sein de l’apanage artésien, la princesse exerce un mécénat d’autant plus actif qu’elle a hérité de son père Robert II et de la reine Marie de Brabant, dont elle est très proche, un sincère amour des arts.

De nombreuses fondations pieuses

  • 1 La révolte de la noblesse artésienne oblige la comtesse d’Artois à abandonner son comté aux mains (...)

3C’est surtout dans la deuxième moitié de son règne, alors qu’elle avance en âge et qu’elle retrouve son comté après un exil de quatre années1, que Mahaut restaure, construit ou s’associe à la fondation de plusieurs abbayes et hôpitaux.

  • 2 C’est dans la perspective de cette fondation, puis pour la doter, que Mahaut achète plusieurs mano (...)
  • 3 Richard J-M., Une petite nièce de saint Louis : Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-13 (...)
  • 4 Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, Hauréau B. (éd.), Paris, Firmin-Didot, 1 (...)
  • 5 « Pour 12 hymages qui sont dedens le cloistre paindre a ole, et pour les hymages qui sont el porta (...)

4Dès le 15 août 1318, elle évoque dans son deuxième testament sa volonté de faire édifier à Hesdin un hôpital, qui sera effectivement construit entre 1321 et 13232. La décoration en est confiée à Baudouin de Brecquessent qui, sur le tympan de la grande porte, sculpte des pauvres et un saint Jean3. Toujours dans ce testament, elle lègue aux hôpitaux d’Arras, Saint-Omer, Calais, Bapaume et Lens de quoi ouvrir dix lits supplémentaires chacun, et annonce la reconstruction du couvent des clarisses de Saint-Omer, fondé par son père Robert II4. Les travaux s’achèvent en 1322. Sur le portail, réalisé par Baudouin de Fauquembergues, figurent une Crucifixion avec la Vierge et saint Jean, ainsi que la comtesse elle-même, son père, sa fille Jeanne et son principal conseiller, Thierry de Hérisson5.

5Mahaut s’inspire des travaux effectués sur l’établissement audomarois pour fonder en 1323 une abbaye de dominicaines, la Thieulloye, située au faubourg Saint-Vincent à Arras. Il ne reste rien aujourd’hui de l’abbaye, si ce ne sont les dessins effectués par Antoine de Succa dans ses Mémoriaux, au XVIIe siècle (illustration 33).

  • 6 Schnerb B., « Un acte de Jean sans Peur en faveur des dominicaines de La Thieuloye (1414) », Revue (...)

6Grâce à ces représentations, nous avons une idée de l’aspect des deux statues peintes qui figuraient vraisemblablement au portail de l’établissement. L’une représentait Mahaut, l’autre Othon IV, comte de Bourgogne, son époux décédé en 1303. Agenouillée, la comtesse tient dans la main une petite église et abrite sous un pan de son manteau un personnage en costume de religieuse ou de veuve, parfois considéré comme la reine Jeanne, mais qui évoque plus vraisemblablement une dominicaine. Une inscription précise : locum istum constituit et fundavit6.

7La comtesse ne limite pas son action charitable à son apanage artésien, mais s’investit aussi dans l’édification de l’hôpital Saint-Jacques, entreprise à Paris par de riches bourgeois réunis en une confrérie de pèlerins de Compostelle.

  • 7 « Et en ceste mesmes année [1319], le mardi aprez les Brandons, xix jour au moys de février, de Je (...)

8L’établissement se situe à l’angle des rues Mauconseil et Saint-Denis, donc tout près de l’hôtel d’Artois. C’est la reine Jeanne, fille de Mahaut, qui, le 18 février 1319, pose la première pierre de l’église, accompagnée de sa mère et de ses quatre filles, ce qui leur vaut à toutes de figurer agenouillées au tympan du portail, sculpté entre 1319 et 1324 par Raoulet de Hedincourt7.

  • 8 « A maistre Jehan de Huy pour une ymage de Nostre Dame d’allebastre, un dossier et un trepier de m (...)

9Mahaut soutient aussi d’autres initiatives qui ne lui sont pas personnelles, comme celle de Thierry de Hérisson, son lieutenant et fidèle conseiller, prévôt d’Aire-sur-la-Lys, qui fonde à Gosnay trois établissements, un hôpital et deux chartreuses. Elle fait construire à ses frais le petit cloître et le cha pitre de la chartreuse du Val-Saint-Esprit, réservée aux hommes. Après la mort de Thierry, en 1328, elle achève la chartreuse du Mont-Sainte-Marie, destinée aux femmes. Peu avant sa propre disparition, elle offre aux dames de Gosnay quelques statuettes, dont une célèbre Vierge à l’Enfant réalisée par son sculpteur favori, Jean Pépin de Huy8.

  • 9 Baron F. et al., op. cit.

10Dans son douaire bourguignon, elle fonde en 1327 l’hôpital de Bracon, placé sous la protection de la Vierge, de saint Michel Archange et de saint Maurice. En même temps, elle institue une aumône exceptionnelle, conformément aux dernières volontés de son mari Othon : chaque année, le 29 septembre, jour de la saint Michel Archange, devait être distribuée devant les portes de l’hôpital de Bracon la somme de cent livres tournois, à raison de six deniers par bénéficiaire. La même année, elle attribue une rente de dix-huit livres sur la saunerie de Salins afin de vêtir les pauvres de la ville. En 1327, elle participe à la reconstruction du couvent des prêcheurs de Besançon9.

11Ces dons, ces édifices, sont autant de manifestations de la charité et du haut rang de la famille comtale. Représentée en protectrice de l’Église à La Thieulloye, aux côtés de son père à Saint-Omer, de sa fille la reine de France en plein cœur de la capitale, Mahaut rappelle avec ostentation sa largesse et sa philanthropie, tout en soulignant sa filiation prestigieuse et les liens étroits qui l’unissent à la dynastie capétienne.

L’attachement aux dévotions capétiennes

  • 10 Delmaire B., « La comtesse Mahaut d’Artois et ses trois testaments (1307, 1318, 1329) », Histoire (...)
  • 11 Ibid., p. 36 [11].
  • 12 Ibid., p. 37 [17].
  • 13 Ibid., p. 38 [20].

12Les fondations de Mahaut montrent aussi son attrait pour la spiritualité des Mendiants. Elle se place ainsi dans une longue tradition familiale, puisque son grand-oncle saint Louis, son époux Othon IV et la mère de ce dernier, Alix de Méranie, figuraient déjà parmi leurs bienfaiteurs. Comme eux, la comtesse d’Artois comble ces ordres religieux de nombreux dons, en particulier par son troisième et dernier testament (24 mars 1329) : elle lègue alors vingt livres aux franciscains et dominicains de Paris ; cent sous chacun aux ermites de saint Augustin, aux carmes, aux croisiers et aux guillemins de Paris ; soixante sous aux trinitaires ; dix livres aux clarisses de Longchamp ; cent sous au couvent de Saint-Marcel près de Paris10. Elle fonde son obit au couvent des franciscains et au couvent des prêcheurs, à Paris. Elle leur lègue respectivement vingt et dix livres pour pitance ce jour-là11. Elle prévoit aussi des dons destinés aux premiers chapitres généraux suivant sa mort pour les ordres des dominicains, des franciscains, des ermites de saint Augustin et des carmes. Elle demande que chaque couvent célèbre pour elle une messe solennelle des défunts précédée des vigiles à neuf leçons, que chaque frère prêtre célèbre une messe pour elle et que les autres frères disent les sept psaumes de la pénitence avec la litanie12. Enfin, elle lègue au couvent franciscain de Saint-Omer deux croix en or et aux clarisses de Saint-Omer une autre d’argent doré13.

  • 14 Ibid., p. 38 [22].

13Mahaut s’entoure également de plusieurs dominicains : son confesseur, Thomas de Besançon, et deux de ses exécuteurs testamentaires sont des frères prêcheurs14. Ce sont aussi des couvents mendiants qui abritent les défunts de la famille : les sépultures des deux premiers fils de Mahaut, Robert et Jean, se trouvent chez les dominicains de Poligny, fondés par Alix de Méranie. Le plus jeune, Robert l’Enfant, repose dans l’église des cordeliers de Paris. La comtesse elle-même, qui a obtenu du pape une autorisation de division de sépulture, choisit de faire inhumer son corps à Maubuisson, auprès de son père, et son cœur aux cordeliers, auprès de son fils Robert. L’abbaye de Maubuisson, fondée par la mère de saint Louis, Blanche de Castille, est au XIVe siècle la nécropole des femmes de sang royal et de quelques princes capétiens dont les sépultures ne peuvent figurer à Saint-Denis. Les cordeliers de Paris abritent également les tombeaux de plusieurs reines et filles de France, comme Blanche, fille de saint Louis, ou Marie de France, fille de Philippe VI.

14Cette élection de sépulture, contraire aux usages – qui voudraient qu’elle repose aux côtés de son époux – montre tout à la fois la fidélité de Mahaut aux couvents mendiants, et son attachement à la mémoire de saint Louis, mémoire dont elle contribue activement à la diffusion.

  • 15 AD Pas-de-Calais A 270. Richard J.-M., op. cit., n. 2 p. 240. Dehaisnes C., op. cit., p. 259.
  • 16 « De par la comtesse d’Artois et de Bourgoingne, messire Guillaume, paiez a Estienne de Salins, l’ (...)
  • 17 Le Roux de Lincy A., « Inventaires des biens meubles et immeubles de la comtesse Mahaut d’Artois pi (...)
  • 18 Delmaire B., loc. cit., p. 38 [20].
  • 19 Mahaut conserve une épine de la sainte Couronne dans un vaisseau d’argent portant une couronne, or (...)
  • 20 Ibid., p. 132.
  • 21 De Mérindol C., « Le décor peint et armorié en France à l’époque médiévale : les châteaux et résid (...)

15Cela passe par plusieurs commandes artistiques : en 1310, Mahaut offre à Notre-Dame de Paris un vaisseau d’argent à l’occasion de la Saint Louis ; en 1324, elle fait don à l’abbaye de la Thieulloye d’un reliquaire inspiré de celui de la Sainte-Chapelle, représentant le chef de saint Louis porté par deux angelots15 ; en 1329, elle acquiert auprès d’Étienne de Salins, pour sa chapelle, une image de saint Louis avec deux anges, faite d’argent, d’or, d’émail, de perles et de pierres16. Elle détient aussi des reliques du saint, dérobées lors du sac du château d’Hesdin en 1316 : l’inventaire des biens pillés, établi en 1317, mentionne la perte d’une « image de St Loys a tout 2 angeleiz […] touz seaus seur un pié et tout d’argent doré, ou pris de 300 lb sanz le saintuaire, que en ne peut estimer17 ». Sans doute la comtesse parvient-elle à le récupérer, comme le suggère son dernier testament dans lequel elle lègue à la chapelle de son château d’Hesdin quoddam vas christallnum munitum de argento, ubi sunt inserte reliquie sancti Ludovici18. Comme la plupart des princesses de sang royal, Mahaut conserve également des fragments des reliques de la Passion, mais elle est l’une des rares, avec Jeanne d’Évreux, à posséder ces fragments de reliques du roi saint19. Parmi les premières à posséder des Heures de saint Louis, commandées en 1327 à un libraire parisien20, elle rend également hommage à son illustre ancêtre en donnant son nom à la chapelle du château d’Hesdin21.

16Si, par ses dévotions, Mahaut revendique sa filiation avec les Capétiens, c’est qu’elle peut en tirer un immense prestige, prestige dû au titre royal de Louis IX mais plus encore à sa canonisation en 1297. L’exaltation de la mémoire dynastique, qui fonde la légitimité de la comtesse, passe aussi par la glorification des défunts, pour lesquels la comtesse commande des tombeaux somptueux.

Célébrer la mémoire des défunts

  • 22 « Jehan Pepin de Huy, tombier et bourgeois de Paris, recognut lui avoir fait marchié et convenant (...)
  • 23 Cette inscription est relevée par Dom Martène au XVIIIe siècle : « L’an mil trois cent et deux, le (...)
  • 24 25 avril 1315, AD Pas-de-Calais, A 33730. Baron F. et al., op. cit., p. 77. Il ne reste plus aujou (...)

17En 1310, Mahaut fait transporter le corps de son époux Othon de l’abbaye du Lys, près de Paris, dans celle de Cherlieu, en Bourgogne, auprès du comte Hugues, son père, et de sa mère Alix de Méranie, morte en 1279. Pour le recevoir, elle commande en 1312 un magnifique tombeau de marbre blanc au sculpteur Jean Pépin de Huy. Cette œuvre représente Othon en chevalier armé de son écu et de son épée, un lion à ses pieds, deux anges soutenant son oreiller22. Sur le socle, sous les arcatures, figure un cortège de deuillants. Il représente les membres du lignage rassemblés dans une procession soulignant la force des liens dynastiques. Il est question de faire graver une inscription sur la tombe23, et de faire réaliser une « image », c’est-à-dire une effigie du comte de Bourgogne. En février 1315, l’ensemble est rehaussé de polychromie et de dorure par Jean d’Orléans. Le 25 avril 1315, les éléments du tombeau, numérotés en vue du montage, sont acheminés aux frais de Mahaut jusqu’à Cherlieu24. C’est également en Bourgogne, mais chez les dominicains de Poligny, fondés par Alix de Méranie, que reposent deux des trois fils d’Othon et Mahaut, morts en bas âge.

  • 25 Albums de Gaignières, Cabinet des Estampes, BnF, inv. Est., Rés. Pe 4 fol. 45.
  • 26 Baron F. et al., op. cit., p. 48-49.

18De la tombe de l’aîné, Robert, il ne reste plus qu’un dessin réalisé par Roger de Gaignières au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles25. La dalle représente un enfant aux mains jointes, les pieds appuyés sur des chiens, avec un écu écartelé d’Artois et de Bourgogne au-dessus de la tête. L’ensemble est placé sous un motif architectural surmonté de deux anges tenant des encensoirs et encadré d’une inscription : « Ci git Robert li premiers fiz Monseigneur Othe conte d’Artois et de Bourgoigne et seignour de Salins. » Ce type de représentation est très classique pour l’époque. Le tombeau a certainement été commandé à l’occasion de l’inhumation d’Othon à Cherlieu, afin de compléter le mémorial familial. En 1306, Mahaut avait déjà fait exécuter une tombe de cuivre doré pour Alix, mère d’Othon, elle aussi inhumée à Cherlieu26.

  • 27 Baron F., « Le gisant de Jean de Bourgogne, fils de Mahaut d’Artois, œuvre de Jean Pépin de Huy »,(...)
  • 28 Jean Pépin de Huy, 1315, statuette gisante, marbre, H. 0,15 ; L. 0,61 ; Pr. 0,205, Besançon, musée (...)
  • 29 Baron F. et al., op. cit., p. 58-61.

19Pour le second, Jean, la comtesse passe commande en 1315 d’un gisant, identifié en 1985 grâce aux travaux de Françoise Baron27, auprès de Jean Pépin de Huy28. Construit juste après celui d’Othon, il fait partie du programme funéraire entamé par la comtesse, ce qui expliquerait que cet enfant très tôt disparu bénéficie d’un tombeau particulièrement luxueux29.

20La comtesse d’Artois ne manque donc pas d’honorer les défunts de sa belle-famille, ainsi que ses héritiers décédés prématurément. En choisissant Cherlieu et Poligny, elle rappelle l’union entre l’Artois et le comté de Bourgogne, ainsi que son attachement aux terres de son époux. C’est cependant à Paris que reposent les membres les plus illustres de la famille comtale.

  • 30 Dehaisnes C., op. cit., p. 160-165.
  • 31 « Hiis diebus Mathildis, comitissa Arthesii, relicta Othonis, comitis Burgundie, magistrum Theoder (...)
  • 32 Ghienne B., « Trois mois durant, Robert II d’Artois fut enterré à Lens », Gauheria, no 64, septemb (...)

21Le 2 octobre 1304, après que le roi a repris le contrôle du comté de Flandre, Mahaut fait rapatrier le corps de son père Robert II – jusque-là enterré à Courtrai30 – pour l’inhumer à Maubuisson31. Une première cérémonie a lieu à Lens, atteinte après trois jours de voyage. Le cortège traverse toute la ville : il passe devant l’église Saint-Laurent, dans le faubourg, longe l’hospice de la Cauchie avant de gagner la porte d’Arras ; après un passage devant l’hôtel de ville, il atteint la collégiale Notre-Dame, où le comte est enseveli sous une dalle de marbre32. Le 9 décembre 1304, un nouveau cortège part pour Arras, où sont célébrées des obsèques solennelles. Les comptes mentionnent :

  • 33 Dehaisnes C., op. cit., p. 160-165.

« Pour 16, que capelain, que vicaires, et pour 15 petis clercs qui furent entour le corps monseigneur, quant il fu a Nostre Dame a Arras, 4 lb 14 s. ; pour 42 sonneurs qui sonnerent a Nostre Dame a Arras, 44 s. ; […] pour 21 vallet qui porterent torses devant le cors et les tinrent a Nostre Dame, tout entour le cors, 17 s. 6 d.33. »

  • 34 Gaude-Ferragu M., D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de Fr (...)
  • 35 Ibid., p. 352.

22La comtesse fait donc de la translation du corps de son père une manifestation de grande envergure. Le convoi, qui accompagne le défunt sur plusieurs centaines de kilomètres, est composé de serviteurs et officiers de l’Hôtel, de clercs et prélats, de vassaux, de l’héritier et des parents du défunt. Le cortège est précédé de porteurs de torches, le luminaire soulignant la puissance du prince disparu, encore accentuée par le drap d’or recouvrant la dépouille et orné des armoiries de la famille. Les stations dans les villes permettent aux habitants des campagnes environnantes d’assister à la dernière représentation publique du comte décédé. Elles sont aussi l’occasion de célébrer des cérémonies liturgiques en présence d’une assistance plus réduite. Dans le chœur de l’église tendue de noir et illuminée de nombreux cierges, est dressée une chapelle ardente dans laquelle repose le cercueil, une nouvelle fois inondé de lumière34. Fait exceptionnel, qui met en évidence l’importance de la dynastie artésienne, le comte est honoré trois fois avant d’être inhumé, à Lens, Arras et Maubuisson. Mahaut, seule dirigeante de l’apanage depuis le récent décès de son époux, ne pouvait trouver meilleur moyen d’asseoir sa légitimité en manifestant son rang et sa puissance aux yeux du plus grand nombre. Le cérémonial, inspiré du modèle royal, honore la mémoire du défunt et de son lignage35.

  • 36 AD Pas-de-Calais, A 249. Allirot A-H., op. cit., p. 204.
  • 37 « Je, Guillaume Le Perrier, orfevre et bourgois de Paris, cognoiz et fais savoir a touz que je ay (...)
  • 38 21 juin 1314, AD Pas-de-Calais, A 32437. Dehaisnes C., op. cit., p. 210.
  • 39 Janvier 1309, AD Pas-de-Calais, A 551. Allirot A-H., op. cit., p. 205.
  • 40 1312, AD Pas-de-Calais, A 291. Dehaisnes C., op. cit., p. 204.

23La comtesse veille aussi à ce que la mémoire de son père continue à être honorée par la suite. Dès 1305, elle assoit une rente de quarante livres sur le péage de Bapaume pour que soient célébrés deux obits annuels, l’un le jour anniversaire de sa mort, l’autre le jour de son inhumation à Maubuisson, soit le 20 décembre36. Elle fait exécuter par Guillaume Le Perrier une tombe en argent, un gisant en ronde-bosse orné de peintures et de fleurs de lys dorées, placé sur une table de marbre portée par des lions37. En 1314, elle commande aussi une croix et une image de son père pour indiquer le lieu de sépulture de ce dernier aux pèlerins de passage38. À Boulogne-sur-Mer, quatre grands cierges placés devant une effigie de chevalier sur sa monture brûlent en son souvenir à toutes les fêtes, « especialment es festes Nostre Dame ». Le chevalier en bois sculpté, refait en 1312, est peint à la ressemblance du défunt39. Il sert à la « remembrance » du comte, en l’absence de sa tombe qui se trouve à Maubuisson40.

  • 41 Gaude-Ferragu M., op. cit., p. 307-309.
  • 42 Dehaisnes C., op. cit., p. 220.

24C’est également à Paris que repose le puîné de Mahaut et Othon, Robert, dit l’Enfant, mort au début du mois de septembre 1317. Né vers 1299, il porte le même prénom que son frère aîné, décédé peu avant et inhumé à Poligny. Avec lui, c’est l’héritier du comté d’Artois qui disparaît, ce qui explique que Mahaut lui organise des funérailles particulièrement fastueuses. Au terme de la veillée funèbre, la dépouille est conduite en procession jusqu’à l’église des cordeliers. À son arrivée, le corps de Robert est déposé dans une « maison au luminaire », c’est-à-dire une chapelle ardente tendue de draps noirs marqués des armes d’Artois et de Bourgogne, illuminée de 500 cierges et quarante torches portées par des valets41. Au terme d’une messe de requiem, le fils de Mahaut est inhumé au sein même de l’édifice religieux42.

  • 43 Jean Pépin de Huy, 1317-1320, statue gisante, marbre, H. 0,30 ; L. 1,86 ; Pr. 0,56, Paris, musée n (...)
  • 44 11 février 1326, AD Pas-de-Calais, A 453. Dehaisnes C., op. cit., p. 268. Richard J-M., op. cit., (...)

25Dès le mois de novembre 1317, Mahaut charge Jean Pépin de Huy, Maciot Pavoche, Jean Pousart, Francon et Raoulet de Hedincourt de la construction d’un tombeau. En 1320, ils livrent un gisant en armure qui évoque ceux de Louis, comte d’Évreux, mort en 1319, et Charles, comte de Valois, mort en 132543. Robert est représenté tête nue, les mains jointes, portant un large baudrier et des jambières de plates. Sur l’écu sont représentées les armes de l’Artois, dont les châteaux peints ont disparu avec le temps. L’ensemble est complété d’une parure composée d’une courtepointe, un ciel et des courtines soutenus par une armature métallique. Ce décor est remanié en 1326 : la comtesse d’Artois demande alors au serrurier Jean de Was un treillis de fer identique à celui de la tombe de Blanche de France, morte en 132044.

  • 45 Un plan de localisation est proposé dans Langlois J-Y. et al., « Une princesse maudite jusque dans (...)

26Quant au tombeau de Mahaut elle-même, effectivement situé aux pieds de celui de son père45, il est ainsi décrit au milieu du XVIIIe siècle par l’abbé Milhet :

  • 46 Dutilleux A., Depoin J., L’abbaye de Maubuisson (Notre-Dame-la-Royale) : histoire et cartulaire, 2(...)

« Au-dessus du tombeau de Robert II, comte d’Artois, étoit celui de Mahaut sa fille, comtesse d’Artois et de Bourgogne, fort grand, couvert de plaques de cuivre fort historiées, avec plusieurs fleurs de lys et ses armes, pareilles à celles de Brienne : d’azur au lion d’or semé de billettes de même, et cette inscription autour du milieu :
“Cy gist Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne, fille de très haut prince Robert, jadis comte d’Artois, neveu du Roi Saint-Louis, et femme du comte de Bourgogne. Priez pour l’ame de elle, qui trespassa l’an 1329, le 27 décembre.”
Au-dessus de cette tombe étoit autrefois sa figure relevée en bosse en grand marbre noir, haut élevé de trois pieds, laquelle figure, représentant une princesse avec une couronne de comtesse (couronne comtale toute perlée) n’ayant aucune inscription et faite pour être mise sur une tombe connue, ne pouvait être autre que celle de la comtesse Mahaut, fille de France, petite-nièce de Saint-Louis et mère de deux princesses, Jeanne et Blanche de Bourgogne, mariées à deux enfants de France, fils du Roi Philippe-le-Bel, qui sont ensuite montés sur le trône l’un après l’autre : Philippe V, dit le Long, et Charles IV, dit le Bel46. »

  • 47 Statuette gisante, calcaire carbonifère, H. 0,23 ; L. 1,96 ; Pr. 0,69, Paris, musée national des m (...)
  • 48 Mahaut apporte effectivement son soutien à l’œuvre des croisés en léguant à cette fin 15 000, 24 0 (...)

27Un gisant, actuellement conservé à la cathédrale de Saint-Denis et encore attribué à Marie de Brienne, pourrait en fait être celui de la comtesse d’Artois, commandé à un sculpteur tournaisien en 132347. Il est taillé dans du calcaire carbonifère, qualifié de marbre au XIVe siècle et caractéristique de la région de Tournai. Recueilli dans l’abbaye de Maubuisson après la Révolution, sans épitaphe, il est d’abord considéré comme celui de Blanche de Castille, fondatrice de l’abbaye. Il représente une silhouette couronnée, les mains jointes et gantées, les pieds posés sur deux dragons. Ces derniers, bien qu’appartenant davantage à l’iconographie du XIIIe siècle, figurent aussi sur le sceau de Mahaut d’Artois. Peut-être inspiré du bestiaire oriental, ce motif, également adopté comme cimier par Louis d’Évreux et Charles de Valois, pourrait évoquer le souvenir des croisades48. La Couronne, en principe signe de royauté, marquerait alors l’appartenance de la princesse à la famille royale. La date relevée par l’abbé Milhet sur l’épitaphe est erronée, Mahaut étant vraisemblablement décédée le 27 novembre, mais l’inscription est une nouvelle manifestation de l’importance accordée par la comtesse à son lignage : jusque dans la mort, elle associe son nom à ceux des plus remarquables de ses ancêtres, Robert II et Louis IX.

28Grâce à l’érection de tombeaux monumentaux, la comtesse d’Artois affirme la continuité dynastique tout en célébrant la mémoire et le prestige de la famille comtale. Le choix du lieu de sépulture témoigne de l’importance de Paris, qui, plus que le domaine artésien, constitue le cœur symbolique de la principauté. Il montre aussi l’attachement aux dévotions capétiennes, qui priment sur la constitution d’une véritable nécropole au sein des terres familiales.

29Princesse capétienne élevée à la cour de France, Mahaut d’Artois est très influencée par les dévotions de la dynastie royale. Attachée à la célébration et la diffusion de la mémoire de saint Louis, elle manifeste comme son illustre ancêtre un grand intérêt pour les ordres mendiants. Le choix des lieux de sépulture des membres de la famille comtale – l’abbaye de Maubuisson, les cordeliers de Paris – témoigne également du lien étroit qui unit la comtesse à ses cousins.

30Le patronage religieux de Mahaut passe par la restauration, la construction ou la dotation de plusieurs hôpitaux et abbayes, aussi bien en Artois, en Bourgogne qu’à Paris. Tous ces édifices, ces objets, sont une manière de rappeler la charité et le haut rang de la famille comtale. L’organisation d’un véritable culte des morts se manifeste par la fondation d’obits, mais aussi par l’édification de riches tombeaux, qui célèbrent le lignage et en soulignent le prestige. Avec les œuvres d’art offertes par la comtesse aux établissements religieux de ses domaines, ils témoignent d’un mécénat très actif.

31En définitive, le patronage de Mahaut a une dimension tout autant politique que religieuse : il lui permet de montrer sa proximité avec la dynastie capétienne, proximité dont elle tire prestige et légitimité ; il lui offre aussi l’occasion de marquer l’espace de son empreinte, en manifestant publiquement, par ses dons et ses fondations, sa magnificence princière.

Notes

1 La révolte de la noblesse artésienne oblige la comtesse d’Artois à abandonner son comté aux mains du roi entre 1315 et 1319.

2 C’est dans la perspective de cette fondation, puis pour la doter, que Mahaut achète plusieurs manoirs et courtils en 1311 (Archives Départementales du Pas-de-Calais A 5721), un pré dans la rue de la Puterie à Hesdin en 1312 (Ibid., A 584), des maisons en 1321 (Ibid., A 676) et plusieurs mesures de terre en 1325 (Ibid., A 6919).

3 Richard J-M., Une petite nièce de saint Louis : Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329). Étude sur la vie privée, les arts et l’industrie, en Artois et à Paris au commencement du XIVe siècle, Paris, H. Champion, 1887, p. 309.

4 Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, Hauréau B. (éd.), Paris, Firmin-Didot, 1856-1865, t. III, col. 543.

5 « Pour 12 hymages qui sont dedens le cloistre paindre a ole, et pour les hymages qui sont el portail, c’est assavoir un crechefis, Nostre Dame et Saint Jehan, monseigneur d’Artois, madame la comtesse d’Artois, madame la royne, monseigneur le prevost d’Aire et le couvent de sainte-Claire, toutes ces hymages dudit portal estoffees de fin or et de couleur a ole, pour toutes ces cozes faire et paindre bien et soffisamment en le maniere qu’il appartient, par marchié fait en tasque a madame, 10 lb. Item, les 12 apostles de couleur a ole, 12 lb » (Toussaint 1325, AD du Pas-de-Calais, A 442 ; Dehaisnes C., Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois et le Hainaut avant le XVe siècle, 1re partie : 627-1373, Lille, Impr. L. Danel, 1886, p. 264).

6 Schnerb B., « Un acte de Jean sans Peur en faveur des dominicaines de La Thieuloye (1414) », Revue du Nord, t. 86, no 356-357, juillet-décembre 2004, p. 730.

7 « Et en ceste mesmes année [1319], le mardi aprez les Brandons, xix jour au moys de février, de Jehanne la roynne de France et de Navarre, de Maheult sa mère, contesse d’Artoiz et de Bourgongne, de la duchesse de Bourgongne, fille de la dicte roynne, et dez confrères fut fondé à Paris, en la grant rue appellée Saint-Denys, dedens lez murs du roy, ung hospital en l’onneur de Dieu et de saint Jaque, confrarie de saint Jasque, soulz Nicholas Le Loquetier et Guillaume Pisdoz, aultrement dist Bouffart, bourgoiz de Paris, leurs premiers maistres », Hellot A., « Chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339 précédée d’additions à la chronique française dite de Guillaume de Nangis (1206-1316) », Mémoires de la société de l’Histoire de Paris, no 11, 1884, p. 41-42.

8 « A maistre Jehan de Huy pour une ymage de Nostre Dame d’allebastre, un dossier et un trepier de marbre noir, donné aux dames de Gonay, 30 lb. Item, pour la faire mener des Paris a Gonay, pour coffre a la mettre et pour la conduire, 4 lb. », 24 novembre 1329, AD Pas-de-Calais, A 494 fol. 13 ro. Baron F. et al., L’enfant oublié. Le gisant de Jean de Bourgogne et le mécénat de Mahaut d’Artois en Franche-Comté au XIVe siècle. Catalogue de l’exposition du Musée des Beaux-Arts de Besançon (5 décembre 1997-24 février 1998), Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Besançon, 1997, p. 82.

9 Baron F. et al., op. cit.

10 Delmaire B., « La comtesse Mahaut d’Artois et ses trois testaments (1307, 1318, 1329) », Histoire et archéologie du Pas-de-Calais : bulletin de la commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, t. 23, 2005, p. 36 [8].

11 Ibid., p. 36 [11].

12 Ibid., p. 37 [17].

13 Ibid., p. 38 [20].

14 Ibid., p. 38 [22].

15 AD Pas-de-Calais A 270. Richard J.-M., op. cit., n. 2 p. 240. Dehaisnes C., op. cit., p. 259.

16 « De par la comtesse d’Artois et de Bourgoingne, messire Guillaume, paiez a Estienne de Salins, l’orfevre, pour la facon d’une ymaige de saint Loys, 2 angeloz assis sus un entaublement d’argent, pesant 17 mars 2 unces 12 estellins et maille, pour or, pour facon et pour esmail, 62 livres et 12 deniers parisis, pour une coronelle d’argent ovree de pelles, pierres et des esmaus, 55 s. parisis… », 28 juillet 1329, AD Pas-de-Calais A 497. Richard J-M., op. cit., n. 3 p. 252.

17 Le Roux de Lincy A., « Inventaires des biens meubles et immeubles de la comtesse Mahaut d’Artois pillés par l’armée de son neveu en 1313 [1316] », Bibliothèque de l’École des Chartes, 3e série, t. 3, 1852, p. 60.

18 Delmaire B., loc. cit., p. 38 [20].

19 Mahaut conserve une épine de la sainte Couronne dans un vaisseau d’argent portant une couronne, orné d’un angelot, de pierreries et d’or. L’ouvrage est l’œuvre d’un orfèvre arrageois, Jacques de Douai, Allirot A-H., Filles de roy de France : princesses royales, mémoire de saint Louis et conscience dynastique (de 1270 à la fin du XIVe siècle), Turnhout, Brepols, 2010, p. 164.

20 Ibid., p. 132.

21 De Mérindol C., « Le décor peint et armorié en France à l’époque médiévale : les châteaux et résidences des comtes d’Artois. Bilan et perspectives », Liber amicorum Raphaël de Smedt, vol. 2 (Miscellanea neerlandica, XXV), Louvain-Paris, Peeters, 2001, p. 7.

22 « Jehan Pepin de Huy, tombier et bourgeois de Paris, recognut lui avoir fait marchié et convenant a tres haute, noble et puissant dame, Madame la comtesse d’Artois, de faire et de fourmer a ses propres couz et despenz, tant de pierre comme d’alebatre blanc, bon et fin, un ymage d’un chevalier armé, un escu, une espé, une bracieres entour ledit ymage, un lyon souz les piez dudit ymage, et deux angelos aus deus espaules, qui tendront les mains a un orillier, qui sera sous le chief dudit ymage, et lettres tout entour la tombe devant dite, tout devant dit alebatre, et tout pour le pris de sept vingt libres de parisis… », 14 juin 1312, AD Pas de Calais, A 3027. Dehaisnes C., op. cit., p. 202. Richard J-M., op. cit., P. J. no 5 p. 392-393.

23 Cette inscription est relevée par Dom Martène au XVIIIe siècle : « L’an mil trois cent et deux, le dix-septième jour de mars, en la ville de Melun-sur-Seine, alla de vie a trespas très noble prince messire Othon, conte d’Artois, conte de Bourgogne Palatin, et sieur de Salins de son héritage, le corps duquel fut inhumé en l’abbaye de Lis près Melun et y demeura ledit corps jusques le neuvième de février l’an mil trois cent et neuf et de là fut apporté ledit corps à Saint-James près Langres et y demeura jusques au tiers de may de l’an mil trois cens et dix et de là fut apporté en l’église de Charlieu, monastère de l’ordre de Cîteaux au diocèse de Besançon, devant l’autel de la Trinité, le cinquième jour du mois de may en la présence de très noble dame madame Mahault, sa femme, laquelle fit amener ledit corps avec le tombeau à ses propres frais et missions, en la présence de l’arche vêque de Besançon, l’évêque de Nigrepont, l’évêque de Lude, l’évêque de Tabarys. Item, l’abbé de Celle, de Lure, de Saint-Vincent de Besançon, de Baulme et de Beze, tous abbez de l’ordre de Clugny. Item, les abbez de Charlieu, de Mont-Sainte-Marie, de Balerne, de Billon, de Beaulieu, de Clerefontaine, de Theulley, de la Charité, de Bitenne, de Lieucroissant, de Rosières et l’abbé de Vaulx-la-Doulce, tous de l’ordre de Cîteaux. Item, les abbez de Saint-Paul de Besançon, de Corneul, de Flavemont, ordre de Prémontré. Item, en la présence de Monseigneur Regnault, comte de Montbéliard, monseigneur Hugues son frère et bien trois cens chevaliers, desquels les trante étaient banneraux. Item, trois mille autres gentils hommes et gentils femmes. Item, des Jacobins et Cordeliers, des frères Saint-Augustin, et hermites trois cens. Item, l’abbesse de Baptan de Besançon de l’ordre de Cîteau x. Item, des moines noirs et des moines blancs, des prêtres religieux et séculiers qu’on ne peut savoir le nombre. Item, de l’autre peuple à l’estimation de quinze mille. Et au cinquième jour dudit mois de may de l’an mil trois cent et dix fut inhumé le corps de monseigneur Jean de Bourgogne, frère au dessusdit comte, en l’église dudit Charlieu devant l’autel saint Martin », Martène E., Durand U., Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, Paris, 1717, p. 139-140.

24 25 avril 1315, AD Pas-de-Calais, A 33730. Baron F. et al., op. cit., p. 77. Il ne reste plus aujourd’hui de ce monument, détruit à la Révolution, qu’un pleurant, œuvre de Jean Pépin de Huy ou Jean de Brecquessent (1311-1315, statuette d’applique, marbre, H. 0,294 ; L. 0,11 ; Pr. 0,10, musée du Louvre, inv. R. F. 4301), et quelques fragments de la dalle.

25 Albums de Gaignières, Cabinet des Estampes, BnF, inv. Est., Rés. Pe 4 fol. 45.

26 Baron F. et al., op. cit., p. 48-49.

27 Baron F., « Le gisant de Jean de Bourgogne, fils de Mahaut d’Artois, œuvre de Jean Pépin de Huy », Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 1985, p. 161-163.

28 Jean Pépin de Huy, 1315, statuette gisante, marbre, H. 0,15 ; L. 0,61 ; Pr. 0,205, Besançon, musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. « A tous ceus qui ces lettres verront, Jehan Ploiebauch, garde de la prevosté de Paris, salut. Sachent tuit que par devant nous vint en jugement Jehan Pepin de Huy, tombier, bourgeois de Paris, et recognut en droit lui avoir eu et receu de haute dame, madame la contesse d’Artois, dis libres de tournois petis noirs, qui estoient deus au dit Jehan Pepin pour la facon d’une petite tombe pour feu Jehan d’Artois, jadis fiulz de ladite madame la contesse… », 29 octobre 1315, AD Pas-de-Calais, A 33937. Dehaisnes C., op. cit., p. 215.

29 Baron F. et al., op. cit., p. 58-61.

30 Dehaisnes C., op. cit., p. 160-165.

31 « Hiis diebus Mathildis, comitissa Arthesii, relicta Othonis, comitis Burgundie, magistrum Theodericum, prepositum ecclesie Sancti Petri Arriensis, postmodum episcopum Attrebatensem, cum quisbusdam aliis misit ad monasterium monialum de Groninches et fecit ibidem defossari locellum plombeum patris suis Roberti, comitis Arthesii, qui vulgariter cognominatur la Paterne Dieu, et cum magna honorificencia in lectica positum, in Franciam ad regale monasterium monialium situm juxta Pontisaram, quod dicitur Malumdumum, deferri et ibidem, celebratis obsequiis ejus, reverenter tumulari » [Ces jours-ci, Mahaut, comtesse d’Artois, veuve d’Othon, comte de Bourgogne, envoya au monastère de Groeninghe maître Thierry, prévôt de l’église Saint-Pierre d’Aire, par la suite évêque d’Arras, accompagné de quelques autres. Là, elle fit exhumer le tombeau de plomb de son père Robert, comte d’Artois, vulgairement surnommé « la Paterne Dieu ». Déposé sur une litière avec de grands honneurs, il fut transféré en France, au monastère royal situé près de Pontoise, que l’on appelle Maubuisson, où il fut inhumé respectueusement, une fois ses obsèques célébrées], Chronographia regum francorum (1270-1405), H. Moranvillé (éd.), t. 1, Paris, Société de l’histoire de France, 1893, p. 168-169. La plupart des chevaliers français morts durant la bataille sont inhumés dans l’abbaye cistercienne de Groeninghe, située sous les remparts de Courtrai, van de Putte F., Speculum Beatae Mariae Virginis. Chronique et cartulaire de l’abbaye de Groeninghe à Courtrai, Bruges, Impr. chez Vandecasteele-Werbrouck, 1872, chronique, p. XIV-XV.

32 Ghienne B., « Trois mois durant, Robert II d’Artois fut enterré à Lens », Gauheria, no 64, septembre 2007, p. 10.

33 Dehaisnes C., op. cit., p. 160-165.

34 Gaude-Ferragu M., D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2005, p. 135-218.

35 Ibid., p. 352.

36 AD Pas-de-Calais, A 249. Allirot A-H., op. cit., p. 204.

37 « Je, Guillaume Le Perrier, orfevre et bourgois de Paris, cognoiz et fais savoir a touz que je ay heu et receu de Deniz, vallet ma damme d’Arthoiz, par la main de Pierre le Talleour, concierge de la dite madame d’Arthois et de Bourgoigne, siz vinz sept livres treze soulz et quatre deniers paresis de fort monnoie, pour acheter argent a faire la tumbe monseigneur d’Arthois, que Diex absoille. En tesmoing de ce, je seelle ces lettres de mon propre seel, donneis a Paris, le jour de la feste saint Denis, en lan IIIc et sept », 9 octobre 1307, AD Pas-de-Calais A 2399. Dehaisnes C., op. cit., p. 177.

38 21 juin 1314, AD Pas-de-Calais, A 32437. Dehaisnes C., op. cit., p. 210.

39 Janvier 1309, AD Pas-de-Calais, A 551. Allirot A-H., op. cit., p. 205.

40 1312, AD Pas-de-Calais, A 291. Dehaisnes C., op. cit., p. 204.

41 Gaude-Ferragu M., op. cit., p. 307-309.

42 Dehaisnes C., op. cit., p. 220.

43 Jean Pépin de Huy, 1317-1320, statue gisante, marbre, H. 0,30 ; L. 1,86 ; Pr. 0,56, Paris, musée national des monuments français.

44 11 février 1326, AD Pas-de-Calais, A 453. Dehaisnes C., op. cit., p. 268. Richard J-M., op. cit., P. J. no 13 p. 409-410.

45 Un plan de localisation est proposé dans Langlois J-Y. et al., « Une princesse maudite jusque dans sa sépulture ? La tombe attribuée à Blanche de Bourgogne († 1326) dans le chapitre de l’Abbaye Notre-Dame-La-Royale dite de Maubuisson (Saint-Ouen-L’aumône, Val d’Oise) », Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (IVe-XVe siècle), Caen, Publications du CRAHM, 2009, p. 232.

46 Dutilleux A., Depoin J., L’abbaye de Maubuisson (Notre-Dame-la-Royale) : histoire et cartulaire, 2e partie : Les bâtiments, l’église et les tombeaux (1236-1789), Pontoise, Amédée Paris, 1883, p. 108.

47 Statuette gisante, calcaire carbonifère, H. 0,23 ; L. 1,96 ; Pr. 0,69, Paris, musée national des monuments français.

48 Mahaut apporte effectivement son soutien à l’œuvre des croisés en léguant à cette fin 15 000, 24 000 puis 30 000 livres dans ses trois testaments successifs, 19 août 1307, Delmaire B., art. cit., p. 19 [5] ; 15 août 1318, ibid., p. 27 [5] ; 24 mars 1329, ibid., p. 35-36 [5].

Auteur

Auteur d’une thèse intitulée Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329) (Brepols, ARTeM 18, 2014), est actuellement maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Lorraine (Nancy). Impliquée dans divers projets scientifiques principalement tournés vers l’édition numérique de documents médiévaux et l’histoire des principautés médiévales, elle travaille actuellement sur l’espace forestier lorrain en tant que miroir de l’affirmation du pouvoir princier entre le XIIIe et le XVe siècle. Son dernier livre s’intitule Mahaut d’Artois, une femme de pouvoir (Paris, Perrin, 2015).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540