Version classiqueVersion mobile

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Troisième partie. Les pratiques dévotionnelles des reines : la circulation des cultes en Europe

De Madrid à Vienne : la dévotion à la Vierge de Marie de Habsbourg, reine de Hongrie et impératrice (1606-1646)

Maria José Del Rio Barredo
Traduction de Cécile Vincent-Cassy

Texte intégral

  • 1 San Matheo frère B. de, Sermón que se predicó en las Imperiales honras que la Confradia de los Esp (...)

1Dans le sermon que frère Buenaventura de San Mateo prêcha lors des éloges funèbres de l’impératrice Marie de Habsbourg, l’illustre défunte était caractérisée par son appartenance à la lignée des Habsbourg – venant de « l’illustre branche » des Rois Catholiques d’Espagne – et par sa condition d’épouse de l’empereur Ferdinand III (1608-1657). Elle était également présentée comme le miroir moral de sa fille Marianne, alors sur le point d’épouser son oncle Philippe IV (1605-1665). Le capucin tentait de consoler son auditoire, composé pour l’essentiel de membres de la confrérie des Espagnols, sise en l’église Saint-Michel de Vienne, de la perte de cette « rose transportée d’Aranjuez aux jardins d’Allemagne ». La comparant à la Rachel de l’Ancien Testament qui, comme Marie, était morte en couche, il s’attardait sur la description des vertus qu’elle partageait avec la femme biblique. Il mettait en exergue sa patience et sa mansuétude, caractérisant l’impératrice de personne sereine, pleine de compassion, et incapable de se montrer impatiente ou emportée, même avec ses serviteurs. De même, comme Rachel, Marie avait été une âme juste, était toujours demeurée dans la grâce de Dieu. C’est pourquoi elle avait réussi à supporter les peines et souffrances que la vie lui avait réservées sans que cela ne portât atteinte à ses vertus. Le prédicateur faisait allusion aux vertus politiques de l’impératrice, en particulier à la force qu’elle avait manifestée en temps de guerre, et à la prudence qu’elle avait montrée lorsqu’elle eut pour tâche de gouverner la Styrie au nom de son époux. Par ailleurs, il développait largement ses mérites dans le domaine domestique – la patience, la charité, et même l’humilité dans le traitement de tout son entourage, y compris de ses dames de compagnie et autres serviteurs auxquels, d’après le texte, ce sermon était adressé. Malgré tout, ce que frère Buenaventura soulignait en particulier était l’intense piété dont Marie avait fait montre dans ses pratiques de dévotion et surtout dans les exigences du culte divin en lien avec l’Eucharistie et le respect des prêtres. Il assurait même qu’elle n’avait commis aucun péché mortel et – ce qu’il savait par « celui qui put le savoir mieux que personne » (à l’évidence son confesseur) – qu’elle avait toujours pris soin d’éviter les péchés véniels aussi. Selon les révélations du frère, afin qu’elle ne fût pas distraite de ses obligations pieuses par les multiples occupations de son rang, l’impératrice avait coutume de se servir de l’une de ses bagues ou d’un bijou de son trésor comme d’un aide-mémoire encore appelé réveil de l’âme1.

  • 2 Cosandey F., « “La maîtresse de nos biens” : Pouvoir féminin et puissance dynastique dans la monar (...)

2Même si Marie de Habsbourg n’était pas particulièrement pieuse, il était habituel d’insister sur la religiosité modèle des reines consorts dans les sermons et oraisons funèbres. Il n’était pas rare non plus d’y offrir des com mentaires sur les rôles politiques qu’elles avaient eus. Qu’ils aient été occasionnels, comme dans le cas présent, n’était pas un obstacle. L’identité de ces femmes était liée à la puissance politique de leur famille d’origine, et aux fonctions qu’en tant qu’épouse et mère elles assumaient depuis leur mariage. Dans une large mesure, leur univers de dévotion l’était aussi. Dans le cas qui nous occupe, cet univers fut marqué par le double sceau de la Maison d’Autriche, impliquant, d’une part, un apprentissage au sein de la Monarchie catholique par excellence, et d’autre part, l’adaptation aux pratiques religieuses de la famille impériale au temps où la Contre-Réforme était la plus militante en Europe centrale. Par conséquent, il est plus que compréhensible qu’en tant qu’infante espagnole et impératrice, Marie fût associée à un élément aussi significatif de la pietas austriaca que le culte eucharistique2. Il est plus intrigant que frère Buenaventura intègre dans son évocation funèbre des détails de la piété personnelle de l’impératrice, des gestes aussi intimes que l’usage dévotionnel des bijoux, que peu de personnes pouvaient connaître en dehors de son cercle étroit. Le fait que le prédicateur fût un membre de la maison espagnole de Marie, tout comme la majorité de l’auditoire, en est sans aucun doute la raison. Toujours est-il que grâce à cette circonstance précise, nous pouvons percevoir un type de pratiques de dévotion personnelles, aristocratiques et féminines, dont on ne trouve que peu de témoignages documentaires. En outre, il ne serait pas possible de le déduire de la seule observation des portraits et objets de dévotion conservés.

3Sans jamais négliger ce genre de détails apparemment insignifiants des dévotions de Marie de Habsbourg, dans les pages qui suivent je voudrais pénétrer dans l’univers religieux de cette femme de la dynastie des Habsbourg, en m’attachant non seulement aux traits dynastiques qui lui correspondaient par sa naissance et son mariage, mais aussi, et surtout, à ceux qui relevaient de son univers le plus intime et le plus personnel. Je suis consciente des difficultés inhérentes à toute tentative de séparation du public et du privé dans tout ce qui concerne les femmes de cette catégorie. Celle-ci permet néanmoins d’apprécier de façon plus précise l’importance de la partition qu’ont pu jouer les princesses dans la circulation des pratiques culturelles de cette nature dans l’Europe dynastique. En ce domaine elles ont eu un rôle plus ou moins actif dans leur reproduction, leur transmission, mais aussi dans leur renouvellement. La documentation disponible sur la reine de Hongrie est suffisamment riche et variée pour nous permettre d’observer si sur le terrain des dévotions elle s’est simplement limitée à répondre aux attentes liées à sa naissance et à son mariage ou si, dans le même temps, elle a développé des pratiques créatives en sélectionnant dans un ample répertoire les éléments les plus adaptés à ses goûts, à ses inclinations ou à ses expériences vitales. Cette étude mettra finalement en évidence la nécessité de prêter une attention particulière au lignage féminin des Habsbourg dans la transmission, l’adaptation et la rénovation de la pietas austriaca.

Projets matrimoniaux et voyage à Vienne

  • 3 Abbot J., Iesvs praefigured or a Poëmee of the Holy Name of Iesvs in five books. The first and sec (...)

4Comme d’autres princesses de son temps, l’infante Marie commença à avoir une vie publique remarquable lorsqu’elle atteignit l’âge de faire son entrée sur le marché dynastique matrimonial. Après le mariage, en 1615, de sa sœur aînée Anne Maurice (Anne d’Autriche, 1601-1666), Marie (dont le deuxième prénom était aussi Anne, en souvenir de sa grand-mère paternelle) devint la carte maîtresse dans le jeu de négociations de la politique extérieure espagnole. En plus de la possibilité d’un mariage dans l’Empire, on envisagea le choix de l’Angleterre, avec laquelle l’Espagne désirait main tenir la paix scellée en 1604. Pendant un temps, il sembla que cette option s’imposerait. En 1623, quand l’infante avait 17 ans, le prétendant anglais, Charles Stuart (1600-1649) se présenta inopinément à Madrid pour accélérer ce projet, avantageux aussi pour la politique extérieure de son père Jacques Ier (1566-1625). Ainsi, le destin de Marie devint sujet de débat à l’intérieur et à l’extérieur de la Monarchie hispanique. Il était en effet lourd des conséquences sur le développement de la guerre au Palatinat, sur l’hypothétique politique de tolérance avec les catholiques d’Angleterre, malgré l’évidente difficulté induite par le mariage de la sœur du Roi Catholique avec un roi protestant. Philippe IV (1605-1665) et son favori le comte-duc d’Olivarès (1587-1645) consultèrent les principaux théologiens sur la question, sans que l’intéressée eût véritablement son mot à dire. Malgré tout, l’infante Marie se prononça subtilement quand on signa enfin les capitulations, et qu’on annonça le mariage sur la place publique. En plus de se faire portraiturer avec un médaillon de la Vierge, ce que je commenterai plus avant, elle parraina la fête de Notre-Dame de l’Assomption. Celle-ci fut célébrée dans le séminaire madrilène destiné à la formation des prêtres anglais par le comte de Gondomar, ambassadeur et principal promoteur du mariage, jouant un rôle semblable à celui qu’il avait endossé peu de temps auparavant pour la congrégation de catholiques de la même nationalité. Selon l’interprétation de l’auteur d’un récit de la cérémonie, le geste de Marie manifestait l’idée que cette « princesse catholiquissime » était prête à devenir une infatigable zélatrice de la religion catholique en Angleterre. La même image circula aussi chez les catholiques de ce pays, comme l’illustre le livre de dévotion dans lequel le jésuite John Abbot encourageait la princesse de Gales à être une nouvelle Esther, disposée à rendre son ancienne foi à son peuple en surpassant, dans l’expression de la piété, les autres femmes exemplaires du passé et celles de son propre lignage : les « Isabelle, les Marie et les Marguerite de la Maison d’Autriche3 ».

  • 4 Sœur Marguerite mit en avant sa position au sujet du mariage de l’infante Marie dans une lettre ad (...)

5Une fois l’engagement dissout, on rouvrit la possibilité d’une union dans la famille Habsbourg. Cette alliance était particulièrement indiquée pour ren forcer les liens des deux branches dans le contexte de la guerre de Trente Ans. Elle était aussi très désirée par les femmes jouissant de plus d’autorité dans la dynastie. Au couvent des Déchaussées royales de Madrid, sœur Marguerite de la Croix (1567-1633, cousine et belle-sœur de Philippe II, et par conséquent grand-tante de l’infante Marie) n’avait pas caché le désagrément que lui causait la proposition de mariage anglaise. Elle se montra aussi plus que prête à collaborer avec l’ambassadeur impérial – Franz Christoph Khevenhüller, comte de Frankenburg – pour faire la promotion de la candidature du fils aîné de Ferdinand II (1578-1637). La proposition prospéra également grâce au soutien actif de la gouverneure des Pays-Bas, l’infante Isabelle Claire Eugénie (1566-1633), fille de Philippe II et tante de Marie4.

6De nouvelles capitulations furent signées en 1626, peu après le couronnement de l’Archiduc comme roi de Hongrie, bien que le mariage par pouvoirs et le départ de la mariée ne fussent retardés de quatre ans. À Madrid on allégua qu’on attendait que le prétendant fût élu roi des Romains, ce qui garantirait sa succession à la couronne impériale et un statut plus élevé pour la sœur du roi d’Espagne. Ceci ne se produisit malgré tout pas avant 1637, et d’autres considérations de stratégie politique furent la cause du retard. Fin décembre 1629, on ordonna enfin à Madrid que la flamboyante reine de Hongrie et sa suite quittassent la cour de Madrid pour Vienne.

  • 5 Les courriers de l’ambassadeur, avec les lettres de l’empereur et du duc d’Albe se trouvent à HHSt (...)

7Le voyage nuptial de Marie de Habsbourg fut lui aussi rempli d’incidents et de longs arrêts. C’est pourquoi l’arrivée fut encore retardée de presque une année encore. La route traditionnelle des femmes Habsbourg voyageant entre Madrid et Vienne, dans les deux sens, passait par la mer entre Barcelone et Gênes, et comportait une étape terrestre dans le Milanais, ce qui permettait de se soustraire presque complètement à l’hospitalité des princes étrangers. L’itinéraire que l’on avait initialement choisi pour la reine de Hongrie partait lui aussi de Milan et suivait le lac de Garde jusqu’à la ville de Trente, déjà située dans l’Empire. Mais les conflits militaires du nord de l’Italie (la seconde guerre du Montferrat) et la propagation de la peste contraignirent à modifier cette trajectoire en cours de route. Le duc d’Albe, responsable du voyage, décida de suivre depuis Gênes la voie maritime jusqu’à Livourne puis Naples, ce qui rendit très difficile l’arrivée dans l’Empire. La suite de la reine avait déjà été arrêtée pendant quatre mois à Barcelone. On avait alors prétendu qu’il y avait des problèmes avec les galères, mais les lettres d’Olivarès au père Quiroga, confesseur de Marie, indiquent qu’on essayait d’obliger les Catalans à fournir un financement substantiel pour le voyage. La reine demeura aussi plusieurs mois à Naples avant que le duc d’Albe, qui en avait été vice-roi, et avait apparemment des affaires personnelles à résoudre, ne se décidât à donner l’ordre de repartir. Les courriers que l’ambassadeur impérial envoya à Vienne pendant le voyage en soulignèrent l’aspect fatigant et inconfortable, et même les outrages subis. Les problèmes d’approvisionnement ainsi que les querelles céré monielles, en plus du risque déjà mentionné d’attraper la peste, ne manquèrent pas. Ce n’est que lorsque Ferdinand II pressa le duc d’Albe pour la énième fois, mais avec une dureté inusitée, de partir de Naples et de remettre la reine à Trieste, ou bien de permettre que quelqu’un d’autre le fît en son nom, que s’acheva ce long voyage nuptial, qualifié par Frankenburg de pèlerinage, en raison des difficultés endurées5.

Le voyage nuptial comme pèlerinage

  • 6 J’utilise l’édition de Cristina de Arteaga : Palafox J. de, Diario del viaje a Alemania, Arteaga d (...)
  • 7 Los regocijos y fiestas que se hacen en la ciudad de Barcelona por la Serenísima Majestad de la rei (...)

8Au sens le plus strict du mot, le voyage de la reine de Hongrie dans l’Empire fut présenté comme un pèlerinage dans le récit écrit par Juan de Palafox y Mendoza sur commande du comte-duc d’Olivarès. Le chapelain et grand aumônier de Marie se montra particulièrement prolixe dans la description des espaces de dévotion disposés le long du chemin. Le cortège ne manquait jamais de s’y arrêter : les « saints lieux » d’Alcalá de Henares (apparemment les églises qui abritaient les reliques de saint Diego et des saints enfants martyrs Juste et Pasteur), les miraculeux corporales de Daroca, les reliques de sainte Engrace à Saragosse, et une longue liste conduisant au sang de saint Janvier à Naples6. Cette insistance sur la visite des lieux saints se retrouve dans les récits locaux des différentes étapes du voyage. Ainsi, les relaciones imprimées à propos du séjour à Barcelone accordaient bonne place aux visites régulières de la reine aux églises et couvents de la ville, et intégraient la description des rituels religieux dont elle avait été l’actrice. Par exemple, elle servit le repas à neuf femmes pauvres le jour de l’Annonciation, reproduisant la pratique religieuse par laquelle la reine et ses dames de compagnie commémoraient la même fête mariale à l’Alcazar de Madrid7. Pendant son séjour à Naples, Marie participa aussi à des fêtes religieuses, comme la fête de la Nativité du sanctuaire de Piedrigrotta ou la procession de l’Immaculée Conception, que l’on célébra de nouveau à une date non habituelle pour qu’elle pût y assister. Ces récits locaux rapportent aussi de façon précise qu’elle parcourut également les églises et les couvents de la ville, où elle se plut surtout de passer des après-midis en com pagnie des religieuses de clôture. Avec un certain humour, l’ambassadeur impérial commentait à quel point ces visites étaient de son goût :

  • 8 « Su Majestad ha salido algunas veces a algunas iglesias, en particular a la Trinidad de las monja (...)

« Sa Majesté s’est rendue plusieurs fois dans des églises, en particulier à celle de la Trinité des religieuses, couvent où elle est entrée. Le trouvant spacieux et coquet, elle l’a parcouru en long et en large, de telle sorte qu’elle a fatigué le nonce Serra, homme jeune et en bonne santé, mais gros8. »

  • 9 Un bref récit du voyage de Marguerite se trouve dans Guzmán D., Reina Católica. Vida y muerte de D (...)
  • 10 « Memorias de Diego de Guzmán », RAH, 9-476, fol. 62-79 (voyage à Ségovie). Cartas de Felipe III a (...)

9Le commentaire de Frankenburg nous rappelle que les activités dévotionnelles des Habsbourg n’avaient pas qu’une dimension religieuse. Dans son goût pour les espaces sacrés, la reine de Hongrie suivait dans une large mesure les traces des autres membres de sa famille. Son grand-père Philippe II avait manifesté un grand intérêt pour les reliques et les images célèbres, et pendant ses voyages avait coutume de s’arrêter dans les principaux sanc tuaires de son itinéraire. Les femmes de la famille en faisaient autant. Leurs voyages furent marqués non seulement par les visites dévotionnelles, mais aussi par l’accumulation de reliques et autres souvenirs pieux. Le voyage de Marguerite de Habsbourg-Styrie (1584-1611) en 1598 depuis Graz, en compagnie de l’archiduchesse Marie de Bavière, grandmère maternelle de la reine de Hongrie, en est la plus belle illustration. À travers ces activités, les hommes et les femmes de la Maison d’Autriche n’agissaient pas seulement comme le leur commandait l’appartenance à un lignage qui se targuait d’être le principal défenseur du catholicisme tridentin, ils satisfaisaient aussi leur goût personnel pour la collection d’objets extraordinaires9. En outre, les visites aux couvents constituaient à l’évidence une forme de distraction et de récréation. Diego de Guzmán, aumônier de Marguerite de Habsbourg-Styrie, mère de Marie, témoigne du plaisir que la reine et le roi Philippe III (1578-1621) y prenaient. Diego de Guzmán fut aussi précepteur de Marie et de ses sœurs et responsable ecclésiastique du voyage à Vienne. Selon les annotations de son journal, en 1609 les monarques et leurs enfants profitèrent d’un séjour d’été à Ségovie pour se distraire en visitant chaque après-midi un sanctuaire de la ville : ils contemplèrent les objets précieux des couvents, ils se régalèrent de délicieux goûters, et se promenèrent dans la fraîcheur des cloîtres, vergers et jardins, où ils jouirent parfois de la conversation de religieux ou religieuses célèbres pour leur piété. Le souverain lui-même, dans une lettre adressée à sa fille aînée, Anne Maurice, rappelait combien ils s’amusaient dans la simplicité de certaines religieuses. En outre, le voyage nuptial de cette dernière en France fut lui aussi jalonné de visites à de célèbres sanctuaires, de goûters dans des couvents aux vues panoramiques et, probablement, de la contemplation des objets précieux que l’on fit mettre dans les églises de son parcours pour l’occasion10. Ce genre de « tourisme dévotionnel » eut la même importance dans le voyage de la reine de Hongrie, bien que cela n’exclût pas que ses pratiques de dévotion fussent réellement sincères. Précisément, l’enthousiasme qu’elle manifesta pour les images de la Vierge s’est exprimé de toute évidence, comme l’indiquent tous les récits de son voyage, depuis son départ de Madrid jusqu’à sa dernière étape en Italie avant d’embarquer pour l’Empire. Il convient de s’y attarder car les réactions de Marie face aux images sacrées constituent une excellente démonstration du type de dévotion personnelle et spécifiquement féminine qui nous intéresse ici.

  • 11 Le tableau de Bartolomé González, « Figura di principessa » (1622) 205 x 110 cm, est conservé à la (...)

10Les principaux centres de dévotion mariale sur la route vers l’Empire furent les plus significatives des manifestations de piété déployées par la reine de Hongrie. Le premier, le sanctuaire de Notre-Dame d’Atocha, se trouvait juste dans les environs de Madrid. Avant d’entreprendre son chemin vers Alcalá de Henares, l’infante fit un détour par le couvent des dominicains qui abritait l’ancienne image vénérée comme celle de la patronne de la ville. Les voyageurs avaient coutume de s’arrêter devant elle en entrant ou en sortant de Madrid. Par conséquent il n’y a rien de spécialement remarquable à ce que Marie voulût le faire aussi afin de confier son voyage à la protection de la Vierge. D’autres membres de la famille royale, en particulier son frère Philippe IV, le faisaient. Ils rendaient aussi régulièrement visite à cette image miraculeuse. C’est précisément à partir des premières décennies du XVIIe siècle que cette dernière fut rattachée aux besoins et aux succès des Habsbourg : les prières publiques pour les guerres et pour la santé des rois lui étaient adressées, et les célébrations des victoires militaires et des naissances de descendants royaux lui étaient dédiées. Il faut néanmoins ajouter à l’importante dimension dynastique associée au culte de la Vierge d’Atocha l’inclination personnelle de Marie de Habsbourg pour cette image mariale. C’est ce que suggère le bijou qu’elle arbore sur l’un des portraits réalisés dans le cadre des négociations du mariage anglais. Probablement destiné à sa tante Madeleine, grand-duchesse de Toscane, le tableau représente l’infante à environ 17 ans, exhibant un médaillon comportant l’image de la Vierge portant l’Enfant Jésus dans ses bras, à l’évidence selon le modèle de Notre-Dame d’Atocha11. D’après ces facteurs, dynastiques et personnels, il est compréhensible qu’en 1629 elle ait choisi la même image pour faire ses adieux à la ville où elle avait passé toute sa vie, et qu’elle fût alors submergée d’émotion. Selon l’un des chroniqueurs de l’épisode, la reine de Hongrie s’adressa à la Vierge :

  • 12 « A voces altas, dijo : Señora yo me voy, no puedo llevar a Vuestra Majestad conmigo, que lo hicie (...)

« À voix haute elle dit : “Madame moi je m’en vais, je ne peux vous emporter avec moi, à mon grand regret. Mais je vous porte dans mon âme et vous y résiderez toute ma vie. Sainte Vierge, je ne vous verrai plus”12. »

  • 13 Palafox J., op. cit., p. 22 et 34. Sa tante Isabelle Claire Eugénie « comtesse de Flandres » envoi (...)

11De façon moins dramatique, mais avec une dévotion tout aussi intense, Marie démontra de nouveau son goût pour les images anciennes et mira culeuses de la Vierge lorsqu’elle arriva à Saragosse. Dans la capitale aragonaise elle concentra ses principales activités pieuses sur le sanctuaire de Notre-Dame du Pilar, « le premier autel consacré par les chrétiens à la Vierge », en accord avec son aumônier, qui partageait son enthousiasme. Palafox raconte que la reine visita la basilique aux côtés de ses frères, qui l’accompagnèrent jusqu’à cette ville, et que plus tard, une fois seule, elle y retourna plusieurs fois : elle alla y écouter la messe, s’y rendit pour y communier dans la chapelle de la Vierge « prostrée au sol » (c’est-à-dire à genoux, sans coussin ou sans siège), ce qui édifia les personnes présentes, puis lui dédia une neuvaine avant de poursuivre son voyage (peut-être pour qu’elle protégeât la suite du voyage). Elle fit enfin don de l’une de ses robes à la Vierge du Pilar, selon la coutume pieuse pratiquée par d’autres femmes de son lignage13.

  • 14 Palafox J. de, op. cit., p. 47-50.

12L’étape suivante de la dévotion mariale de la reine de Hongrie fut le monastère de Montserrat, arrêt inévitable des voyageurs illustres embarquant ou débarquant dans le port tout proche de Barcelone. Palafox décrivit avec luxe détail les gestes de dévotion de Marie qui, à son arrivée, vénéra l’image de la Vierge de façon très révérencieuse, et refusa de monter dans sa chambre sur sa chaise à porteurs parce qu’elle voulait « fouler le sol de cette maison sacrée avec vénération ». Le lendemain, elle voulut aller visiter les ermitages disséminés dans la montagne, comme des générations de femmes Habsbourg, y compris ses tantes Catherine Michèle (1567-1597) et Isabelle Claire Eugénie, l’avaient fait avant elle au cours de leurs voyages nuptiaux respectifs. Le chroniqueur fit du parcours un acte presque pénitentiel, soulignant que Marie était humblement sortie par la porte arrière pour ne pas être vue de la foule qui l’attendait, et avait vaincu les peines du chemin en pente à pied ou « chaussée » (c’est-à-dire sans les mules que l’on portait à la Cour, sans aucun doute contraire à un « acte de dévotion particulière fort éprouvant »). Après avoir passé la journée avec les ermites et avoir partagé leur repas frugal, la reine alla le soir même visiter la Vierge pour alléger ses souffrances du jour. Elle le refit avant de quitter définitivement le monastère. Entrant directement dans l’oratoire utilisé pour habiller et orner l’image, elle put contempler le visage de Notre-Dame à l’envi, ce qui – toujours selon son chapelain – lui produisit une grande joie intérieure et provoqua que, « ravie », elle déclarât à voix haute : « Que cette Sainte Image est belle ! Que Dieu me protège ! » Après être restée en si jolie contemplation pendant un long moment, elle réussit à s’en séparer « avec grande peine et souffrance14 ».

  • 15 Bercé Y.-M., Lorette aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUPS, 2011, p. 192.
  • 16 La reproduction de la Sainte Maison de Lorette du couvent des Déchaussées était appelée chapelle d (...)

13Le récit de Palafox perd en détail et en vivacité dans la description des étapes italiennes. On en déduit qu’il quitta temporairement le cortège de la reine. Mais ce manque de précision est entièrement comblé par ceux qu’apportent les auteurs locaux, qui s’accordent avec le chapelain pour souligner la profonde dévotion que la jeune femme montrait pour les images mariales. L’épisode le plus remarquable a eu lieu dans la Sainte Maison de Lorette, l’illustre sanctuaire prétendument transporté par les anges depuis Nazareth et devenu, sous le gouvernement du pontife et de ses légats, le centre de pèlerinage le plus important d’Italie. Les chroniqueurs du voyage en terres papales étaient des hommes de l’entourage d’Urbain VIII (pape de 1623 à 1644), et semblaient particulièrement soucieux de démontrer le soin apporté par le souverain pontife à faciliter le passage sur ses territoires de la sœur du roi d’Espagne et épouse du fils aîné de l’empereur – peut-être pour contrebalancer la réputation que le pape avait d’être opposé à la Maison d’Autriche15. Celio Talucci, gentilhomme du secrétaire du nonce extraordinaire désigné pour l’occasion, expliquait que lorsqu’on invita la reine de Hongrie à traverser les états papaux, on lui suggéra de profiter de l’occasion pour visiter le fameux sanctuaire de Lorette, ce qu’elle accepta très volontiers. De fait, Marie était familiarisée avec les dévotions lorettines, présentes dans l’iconographie et les rituels de l’oratoire de la reine à l’Alcazar de Madrid ainsi qu’au couvent des Déchaussées, où il existe une reproduction miniature de la Maison de Lorette et une histoire détaillée de l’image dédiée à sa tante Isabelle Claire Eugénie, conservée dans la bibliothèque16.

  • 17 Talucci, C., Il passaggio di D. Maria d’Austria Regina di Vngheria per lo Stato Ecclesiastico l’an (...)
  • 18 Palafox J. de, op. cit., p. 83. Talucci C., op. cit., p. 41 assure que l’aigle donné à Lorette lui (...)
  • 19 [Fr. Gennaro de Giesù Maria], Vera relatione del viaggio fatto dalla serenissima infante Donna Mar (...)
  • 20 Talucci C., op. cit., p. 41 : « Hebbe in dono quattro stelle dórate, di quelle che adornano il sof (...)

14Les détails de la visite de la reine de Hongrie au sanctuaire de Lorette sont extrêmement riches dans le récit complémentaire des différents chroniqueurs. Tous insistent sur le fait qu’elle émerveilla et même émut les personnes présentes par ses extraordinaires démonstrations de piété. Selon Talucci, elle fit une entrée officielle dans une robe de satin blanc, richement brodée et ornée de ses plus beaux bijoux comme « si elle avait voulu apparaître vêtue de la livrée de la Vierge » et exprimer ainsi la candeur et le sentiment avec lequel elle voulait « révérer une reine beaucoup plus glorieuse et puissante qu’elle17 ». Présentée comme une servante de la Vierge du pape, la sœur de Philippe IV jouit, en outre, de la contemplation des reliques de la Maison de Lorette, sans « être rassasiée de cette dévotion », et obtint le privilège d’une visite privée à l’image. À l’aube, et accompagnée d’une suite réduite, elle se présenta donc devant la Vierge de Lorette et fut émue aux larmes en la contemplant de nouveau. Elle demanda alors que les chanoines descendissent l’image de sa niche surélevée pour la placer sur l’autel. Elle put ainsi la baiser mille fois et, enfin, lui offrir un précieux bijou en or et diamant en forme d’aigle impérial qu’elle avait reçu du roi d’Espagne. Le prix exact du joyau varie fort entre un récit et l’autre, ainsi que l’identité de la personne qui l’avait remis à la Vierge. Palafox affirme que c’était lui, comme aumônier, mais Talucci dit que c’était une de ses dames de compagnie18. L’augustin frère Gennaro de Giesù Maria, chargé par le pape du logement de la reine, et auteur d’une chronique très attentive au service féminin de Marie, notait que la camarera mayor et les dames de la suite royale avaient aussi fait des offrandes à la Vierge, et que l’image avait été préalablement dévêtue, sans doute pour qu’elles pussent apprécier la sculpture originale. Le frère confirmait l’impact presque mystique que la vision de ces images mariales provoquait chez la reine, car, disait-il, il l’avait vue changer de couleur alors qu’elle était en contemplation divine19. Comme Talucci le soulignait, ce lien étroit avec l’image fut scellé par un échange de cadeaux. Les gardiens de Lorette lui remirent « quatre étoiles dorées, extraites de celles qui ornaient le toit de la sainte Maison, et une robe de taffetas utilisée par la Bienheureuse Vierge pendant très longtemps20 ». Marie et ses dames de compagnie jouirent en outre de la contemplation du riche trésor de la Vierge, produit des ex-votos des autres pèlerins. À cette occasion la reine se montra de nouveau comme en extase, bien que cela ne l’empêchât pas de montrer sa satisfaction en apprenant que nombre de ces cadeaux avaient été offerts par des princes de sang.

  • 21 Trexler R., « Dressing and Undressing Images : An Analytic Sketch », Religion in Social Context in (...)

15Les riches descriptions de la visite à Lorette montrent que la relation de la reine de Hongrie avec les images sacrées, en plus d’avoir un caractère dynastique, était rattachée à des traditions spécifiquement féminines. Marie et ses dames manifestèrent une nette préférence pour les icônes de la Vierge qui, comme elles-mêmes, était une femme. Elles s’émouvaient en la contemplant de façon directe et admiraient la beauté de ses trésors et de ses robes, mais surtout la beauté intérieure de l’image « nue », qu’elles touchaient, baisaient et couvraient de présents et de vêtements personnels. En retour, elles recevaient des robes et des ornements dont la valeur dérivait du contact que ceux-ci avaient eu avec elle. Des études d’ethnographie et d’anthropologie historique dans l’aire hispanique et italienne ont révélé que l’interaction avec les images de la Vierge, était (et est) une dévotion caractéristique des femmes, ce qui renvoie aux expériences, désirs et préoccupations personnels, liés en particulier aux cycles vitaux ainsi qu’au mariage. L’échange des robes et autres objets personnels affectait les qualités morales des deux parties : considérant que les bijoux et vêtements étaient les éléments fondamentaux de l’identité féminine, leur offrande supposait que quelque chose de la donatrice passait à l’image réceptrice. Inversement, l’acquisition d’une robe ou d’un manteau utilisé par la Vierge permettait dans une certaine mesure d’étendre sa sacralité et de faire partie d’elle, même dans la distance21.

  • 22 Cf. Par exemple, Bell J., « The Three Marys: The Virgin; Marie de Médicis; and Henrietta Maria », (...)
  • 23 On peut comprendre avec ce double sens l’offrande à la Vierge de Lorette de la robe avec laquelle (...)

16Nous ignorons quel usage fit la reine de Hongrie de la robe et des étoiles de la Vierge de Lorette, et ne savons pas non plus pour quelle raison elle fit don de l’une de ses robes à la Vierge du Pilar. Mais il est possible que ces échanges aient encouragé une certaine identification entre la reine et la Vierge. L’idée n’est pas si farfelue si l’on en croit tout ce que celles-ci partageaient comme femmes et, en particulier, comme femmes de pouvoir. Plus précisément, elles étaient unies par la révérence avec laquelle elles devaient se vêtir pour jouer leur rôle. De fait, dans l’intimité de la niche abritant les images mariales, Marie et ses dames reproduisirent en quelque sorte la scène qu’elles interprétaient chaque jour dans la chambre de la reine. Dans l’acte d’être vêtues et dévêtues, la Vierge et la reine étaient traitées avec le plus grand respect non seulement en raison de leur charisme propre, mais aussi parce qu’elles avaient en commun de riches atours et joyaux, essentiels pour exercer leurs rôles respectifs de représentations féminines du pouvoir (divin ou royal). L’échange de vêtements et le transfert réciproque de qualités élaboraient rituellement la comparaison des reines avec la Vierge, pas du tout exceptionnelle dans la littérature et dans l’art de la première modernité22. Les dévotions mariales de la reine de Hongrie indiquent qu’elle assuma de bon gré cette identification. De même, elles permettent de considérer que les touchantes scènes pieuses répétées de Madrid à Vienne ont constitué une expression de ses craintes, angoisses et préoccupations. Le voyage fut en quelque sorte le seuil de sa nouvelle vie de femme mariée et l’accès direct à la Vierge à travers les images de dévotion qu’elle trouvait sur son chemin a pu lui offrir quelque consolation dans l’abandon de sa vie passée, ainsi qu’une stimulation face aux incertitudes du voyage et à la mission de représentation royale solitaire qui était alors la sienne. Le voyage fut aussi une répétition pour les charges qui l’attendaient. Sur le point d’atteindre son destin, au sanctuaire de Lorette Marie offrit à la Vierge un bijou au fort symbolisme dynastique, pouvant exprimer tant son aspiration politique à renforcer les liens entre les deux branches des Habsbourg que sa préoccupation pour les nouveaux rôles, d’épouse, et éventuellement de mère, qu’elle endosserait dorénavant23.

Dévotions mariales à la cour de Vienne

  • 24 La correspondance de Marie de Habsbourg est conservée à Vienne, HHSt, Familienkorrespondenz A, Kar (...)

17Les manifestations de dévotion à la Vierge n’ont pas pris fin avec son long voyage nuptial. Au contraire, comme on pouvait s’y attendre, elles se prolongèrent pendant les années où Marie vécut dans l’Empire, de son arrivée en 1631 à sa mort en 1646. Elle-même fournit d’abondantes informations sur ses goûts religieux dans la riche correspondance qu’elle a entretenue avec ses parents espagnols et, surtout, avec son époux Ferdinand et son beau-frère, l’archiduc Léopold Guillaume lorsque ces derniers s’absentaient de la cour impériale. Bien que je réserve l’analyse détaillée de ces lettres à une autre étude, je signalerai ici quelques conclusions particulièrement importantes pour le sujet qui nous occupe24.

18La correspondance de la reine de Hongrie montre la relative facilité avec laquelle elle s’est intégrée aux pratiques religieuses de la famille impériale qui, de façon semblable à ce qui se produisait à la cour d’Espagne, participait régulièrement aux principales fêtes des églises et couvents de la capitale.

  • 25 HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31, fol. 136 ro et 170 ro (à Lorette, on a célébré les vêpre (...)

19Dans quelques cas, la continuité entre les dévotions particulières de Marie et celles de la cour impériale sont frappantes. On mentionnera le culte de la Vierge de Lorette, à laquelle Éléonore Gonzague, seconde épouse de l’empereur Ferdinand II, venait de construire une chapelle dans l’église des augustins qui servait de paroisse du palais. C’est là que Marie célébra le premier office religieux après son entrée officielle à Vienne, quelques fêtes annuelles de la Vierge et des neuvaines peu avant d’accoucher. Elle suivit là, sans doute, la coutume de visiter neuf églises mariales pratiquées par les reines espagnoles dans les derniers jours de leurs grossesses25.

  • 26 Álvarez A., « Curioso epistolario en torno a Sor Margarita de la Cruz », Hispania Sacra, t. 24, 19 (...)
  • 27 HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31, fol. 59 (Marie à la mère Paule Marie de Jésus, depuis Gr (...)

20La reine de Hongrie manifesta une inclination particulière pour le couvent de Notre-Dame des Anges de religieuses clarisses, familièrement connu comme le « couvent de la reine » par allusion à sa fondatrice, l’archiduchesse Élisabeth d’Autriche (1554-1592), veuve de Charles IX de Valois. Peu après son installation à Vienne, Marie écrivait avec enthousiasme à sa grand-tante, sœur Marguerite de la Croix (sœur d’Élisabeth), au sujet de sa première visite au « couvent de ma tante la reine de France », louant la beauté de l’enceinte et donnant des nouvelles des moniales qui, disait-elle, « m’ont rappelé celles des Déchaussées26 ». L’évocation n’était pas anodine, car avant même de partir de Madrid on avait prévu qu’elle trouverait dans ce couvent les sœurs et parentes des femmes nobles entrées en profession aux Déchaussées lorsqu’en 1581 elles étaient arrivées de Vienne dans la suite de l’impératrice Marie de Habsbourg et de sa fille sœur Marguerite de la Croix. La reine s’entendit rapidement avec les religieuses autrichiennes même si, précisait-elle dans sa correspondance, elles ne parlaient pas la même langue qu’elle : il semble que Marie se défendait bien en allemand et que les reli gieuses, pourtant descendantes des dames espagnoles de son arrière-grand-mère, avaient oublié leur langue maternelle. Toujours est-il que le couvent de la reine occupa dans la vie viennoise de Marie un rôle proche de celui qu’avait occupé le couvent des Déchaussées dans ses années madrilènes. Elle s’y rendait avec le reste de sa famille aux fêtes principales (Notre-Dame des Anges en août et Sainte Élisabeth en novembre), participait aux prises de voile des religieuses, offrait des neuvaines à la Vierge dans les temps difficiles et, surtout, le visitait quand elle en avait envie. La correspondance montre clairement que Marie jouissait d’une atmosphère familiale dans les cloîtres féminins, où elle reproduisait le genre de sociabilité qu’elle avait connu dans son enfance. Prête à seconder les dévotions d’autres femmes de sa famille, elle fut conduite à considérer comme les siens les deux couvents de carmélites déchaussées fondés par sa belle-mère à Vienne et à Graz. Plusieurs lettres des années 1640 apportent des informations sur la Mère Paule Marie de Jésus, à qui elle écrivit en castillan pour chercher et offrir un réconfort en des temps agités pour l’Empire. En partageant les inquiétudes des femmes qui habitaient dans ces espaces de dévotion féminine et qui, pour une raison ou pour une autre, étaient proches du monde espagnol de Marie, elle put sans aucun doute s’intégrer plus facilement dans l’Empire, tout en maintenant son identité espagnole vive, ce qu’attestent les lettres adressées par elle à son époux27.

21Dans ses lettres, l’objectif était d’encourager et de distraire Ferdinand et Léopold avec des nouvelles de la vie quotidienne de la famille impériale pendant qu’ils étaient sur le front. C’est ce qui explique le ton joyeux et presque mutin prédominant dans la correspondance privée. Pour cette rai son, nous ne devons pas accorder trop d’importance aux commentaires parfois un peu irrévérencieux de la reine de Hongrie dans ses descriptions de quelques-unes des cérémonies religieuses auxquelles elle avait participé. Le fait que le meilleur de certaines processions ou offices religieux ait été leur brièveté est un commentaire répété. Il n’occulte pas l’authentique fatigue que produisait peut-être un calendrier de dévotions publiques plus dense que celui de la cour de Madrid. Les membres de la Cour étaient obligés d’y participer dans le cadre de la campagne de recatholicisation de Vienne. En outre, à la différence de ce qui se produisait à Madrid, les femmes de la famille impériale devaient défiler dans les processions urbaines. Il semble que Marie l’ait toujours fait, sauf dans les derniers mois de ses grossesses. En tout cas, les réticences de la reine de Hongrie en la matière rendent particulièrement louable (comme elle-même le fait remarquer à son mari) les attentions spéciales qu’elle eut pour une certaine image de la Vierge. Mes commentaires sur ce point serviront de conclusion à ce travail.

22En juillet 1635, Marie fit preuve de son initiative personnelle sur le plan religieux lorsqu’elle décida de rester au palais après la destruction par un orage de l’église des Écossais voisine, également proche d’une fabrique de poudre à canon. Selon le récit qu’elle en fait à son époux, fière de son courage elle refusa la proposition de se protéger dans l’une des villas d’agrément des environs, et choisit au contraire d’offrir le refuge à l’image de dédicace du couvent :

  • 28 « Yo me he traído a mi oratorio una buena huéspeda, que es Nuestra Señora, a la cual fue lo primer (...)

« J’ai apporté dans mon oratoire une bonne hôtesse, Notre Dame, que l’on a sortie de l’église en premier. Je pense la garder jusqu’à ce que sa chapelle, qui a été endommagée, soit restaurée28. »

23Son comportement fait penser à d’autres cas connus dans le Madrid de sa jeunesse, et à la protection que d’autres femmes de son lignage avaient apportée à des images religieuses maltraitées (d’habitude par des hérétiques). L’intention de Marie fut peut-être d’acquérir une nouvelle protectrice pour son oratoire privé, même si finalement elle se plia aux exigences des propriétaires de la chapelle. À peine un mois plus tard, elle écrivait que l’ancienne image des Écossais avait été rendue à son église et qu’elle-même, enceinte de quatre mois, l’y avait accompagnée. De son ton joyeux et blagueur habituel, elle affirmait :

  • 29 « Ayer se volvió Nuestra Señora de los Escoceses a su casa. Acá habíase detenido tanto porque yo d (...)

« Hier, Notre-Dame des Écossais est rentrée chez elle. Elle était restée ici longtemps parce que je désirais qu’elle y retournât en procession. Jusqu’à maintenant il n’y avait pas eu moyen. La procession s’est très bien déroulée, et sans chaleur excessive, mais cela nous a imposé une matinée des plus contrariantes. Que Sa Majesté considère ma vertu : à six heures du matin j’étais habillée et coiffée, mais nous ne sommes sortis qu’à sept heures car les clercs, eux, n’étaient pas arrivés29. »

  • 30 Pour plus de détails, Weaver A. H., Sacred Music as Public Image for Holy Roman Emperor Ferdinand (...)

24Cet épisode reflète la constance des goûts mariaux de la reine de Hongrie. Sa correspondance ne permet pas de savoir clairement si, dans les années suivantes, elle maintint ou renforça le lien établi en 1635 avec Notre-Dame des Écossais. Mais ce ne peut être un hasard si c’est cette image qui fut choisie pour la prière générale réalisée en mars 1645 pour implorer de l’aide face à la menace imminente du siège de Vienne par l’armée suédoise. Une gravure de la cérémonie montre que l’empereur Ferdinand III et son épouse escortèrent l’image de Notre-Dame des Écossais (une sculpture semblable à celles des Vierges médiévales que Marie appréciait tant) quand celle-ci fut solennellement transportée dans une procession allant de son église à la cathédrale Saint-Étienne. On y prononça le vœu solennel de célébrer la fête de l’Immaculée Conception à Vienne si la Vierge sauvait la ville. Deux ans plus tard, l’empereur confirma la promesse et l’étendit à toute l’Autriche. Il fit aussi la commande d’une colonne commémorative, la Mariensäule, pour la place du Palais royal, où chaque samedi et chaque fête mariale on devait chanter la litanie de Lorette. Marie était alors déjà morte, mais il est possible que l’hommage à la Vierge ait aussi permis de se souvenir d’elle. En effet, quelques années plus tôt, le principal compositeur de la cour impériale avait dédié à l’impératrice un livre de cantiques mariaux dans lequel il l’identifiait à la Vierge dont elle partageait le nom et imitait les vertus30.

  • 31 Stratton S. L., The Immaculate Conception in Spanish Art, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)
  • 32 Sur les robes envoyées à Vienne, cf. Palma J. de la, Vida de la serenísima Infanta Margarita de la (...)

25Les spécialistes qui se sont penchés sur le développement du culte de la Vierge en Autriche – l’élément le plus caractéristique de la pietas austriaca, après le culte eucharistique – l’ont fait commencer sous l’empereur Ferdinand II (sous l’influence de sa mère Marie de Bavière et de son éducation jésuite). Ils attribuent à Ferdinand III et à son fils et successeur Léopold Ier (1640-1705) le crédit d’avoir étendu cette dévotion à tout l’Empire, et de lui avoir donné une nouvelle identité immaculiste. Mais Marie de Habsbourg, épouse et mère de deux souverains, n’est même pas envisagée comme une actrice de cette histoire, malgré le lien étroit du culte de l’Immaculée Conception avec la Monarchie hispanique. Pourtant, fille et sœur des deux rois qui en ont le plus ardemment promu le culte à Rome, dans sa jeunesse Marie a été le témoin des intenses mobilisations encouragées par les franciscains et les jésuites à Séville et Madrid. À la cour de Madrid les fêtes consacrées à l’Immaculée Conception ont ensuite proliféré dans les églises et même dans les rues de la ville, au cours du XVIIe siècle31. Une relación sans date conservée dans les papiers de l’ambassadeur impérial de Madrid atteste de l’intérêt que le modèle espagnol suscitait à la cour de Vienne. La reine de Hongrie elle-même évoquait dans l’une de ses lettres la fête de l’Immaculée Conception du couvent des Déchaussées royales, à laquelle la famille royale avait coutume de se rendre. Entre les murs de ce couvent, sans doute Marie de Habsbourg avait-elle acquis ou renforcé sa dévotion pour l’Immaculée Conception comme elle le fit pour d’autres dévotions mariales en compagnie de sa parente, sœur Marguerite de la Croix. Quand Marie partit de Madrid, la religieuse de sang royal continua à veiller à ce que sa nièce préférée entretînt ces dévotions et les transmît à ses descendants. Selon Juan de la Palma, confesseur et biographe de sœur Marguerite, peu avant la naissance du premier enfant de Marie celle-ci ordonna de fabriquer deux petits habits. L’un était un habit franciscain, pour un enfant mâle, et l’autre un habit de religieuse conceptionniste, pour une fille. Avant de les envoyer, elle demanda à ce qu’ils fussent bénis pendant neuf jours sur l’autel de la Vierge. De tels vêtements sacrés, en particulier l’habit conceptionniste pour les petites filles, matérialisaient de façon éloquente les liens étroits entretenus par les femmes Habsbourg entre Madrid et Vienne. En effet, deux générations avant, Anne d’Autriche, dernière épouse de Philippe II, avait envoyé à sa mère, l’impératrice Marie de Habsbourg, une poupée vêtue d’un habit conceptionniste (peut-être destinée à sa petite sœur Marguerite). En 1602, on envoya depuis la cour de Madrid à Vienne un portrait de la sœur aînée de la reine de Hongrie vêtue du même habit franciscain arborant l’insigne de l’Immaculée Conception sur la poitrine32. Ces détails ne prouvent pas de façon définitive l’influence directe de Marie de Habsbourg sur les dévotions mariales, en particulier conceptionnistes, de la pietas austriaca. Mais ils imposent de prendre en compte le rôle non négligeable des femmes Habsbourg dans la création et dans la circulation de certains cultes dynastiques, qui eurent sans aucun doute un aspect résolument domestique et féminin.

Notes

1 San Matheo frère B. de, Sermón que se predicó en las Imperiales honras que la Confradia de los Españoles hizo en la Iglesia de S. Miguel de la Ciudad de Viena, Vienne, Typographi Caesarei, s. a., p. 1, 2, 8 (dans l’ordre cité) ; cf. p. 10 pour l’exemple des bijoux.

2 Cosandey F., « “La maîtresse de nos biens” : Pouvoir féminin et puissance dynastique dans la monarchie française d’Ancien Régime », Historical Reflections-reflexions Historiques, XXXII/2, 2006, p. 381-401. Mon travail est redevable des études sur la religion des Habsbourg de Coreth A. Pietas Austriaca, West Lafayette, Indiana, Purdue University Press, 2004 (première édition allemande de 1959), de Sánchez M. S., The Empress, the Queen and the Nun. Women and Power at the Court of Philipp III, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1998, sur le rôle politique des femmes de la dynastie, et particulièrement des travaux en cours de Carlos Varona M. C. sur les dévotions mariales dans l’oratoire des reines espagnoles, partiellement présentés dans « Entre el riesgo y la necesidad : embarazo, alumbramiento y culto a la Virgen en los espacios femeninos del Alcázar de Madrid (siglo XVII) », Arenal, XIII/2, 2006, p. 263-290.

3 Abbot J., Iesvs praefigured or a Poëmee of the Holy Name of Iesvs in five books. The first and second booke, s. l., 1623, dédicace en castillan à la princesse de Gales. Le récit de la fête de l’Assomption, à la veille de l’anniversaire de Marie, dans Fiesta eclesiástica que en el Seminario Inglés de Madrid, mandó hacer el día de nuestra Señora de Agosto de este año de 1623 su Alteza de la Sereníssima Infanta María de Austria, Séville, Francisco de Lyra, 1623, Simón Díaz J. (éd.), Relaciones breves de actos públicos celebrados en Madrid de 1541 a 1650, Madrid, Insituto de Estudios Madrileños, 1982, p. 232-234. Sur les problèmes et le développement des négociations, cf. Redworth G., El príncipe y la infanta. Una boda real frustrada, Madrid, Taurus, 2004.

4 Sœur Marguerite mit en avant sa position au sujet du mariage de l’infante Marie dans une lettre adressée à la comtesse de Villanueva, 27 août [1626], Madrid, Archivo Histórico Nacional (dorénavant AHN), Diversos-colecciones, liasse 19, no 1760 : « Ma comtesse, il me plaît beaucoup de recevoir la nouvelle que vous me donnez du mariage de ma nièce, c’était l’une des choses que je désirais le plus. Ce choix a été aussi juste qu’imposé par la main de Dieu. La reine étant ce qu’elle est, on ne pouvait attendre moins de notre Seigneur que de la libérer de la grande peine d’aller en Angleterre. Ici, tous en sont très contents, et si notre santé et notre âge nous permettaient de continuer à servir notre Allemagne, il suffirait de le désirer »/« Mi condesa, muy de buena gana recibo la norabuena que me dais del casamiento de mi sobrina, que era de las cosas que más deseaba. Ha sido esta una elección tan acertada como venida de la mano de Dios y, siendo tal la Reina como es, no se podía esperar menos de que Nuestro Señor la había de librar de tan gran trabajo como ir a Inglaterra. Acá están todos contentísimos y, si nuestra salud y años nos dieran lugar a poder ir sirviendo a nuestra Alemania, no hubiera más que desear ». Je corrige légèrement la ponctuation et l’orthographe de cette époque. Sur l’intervention de la religieuse elle-même, ainsi que d’Isabelle Claire Eugénie dans la proposition de mariage Habsbourg, cf. en particulier la lettre d’Isabelle à l’empereur Ferdinand II du 2 juillet 1625 et la copie qui lui est jointe d’une lettre de Philippe IV à la gouverneure des Pays-Bas du 17 avril de la même année à Vienne, Haus-, Hof-und Staatsarchiv (dorénavant HHSt), Familienkorrespondenz A, karton 5.

5 Les courriers de l’ambassadeur, avec les lettres de l’empereur et du duc d’Albe se trouvent à HHSt, Spanien, Diplomatische Korrespondenz, karton 22. Dans une lettre adressée à Philippe IV du 6 janvier 1631, (section 9, fol. 5) le comte de Frankenburg se félicitait d’avoir vaincu les difficultés des durs chemins d’Apulia et d’Abruzzo, et manifestait son espoir de conduire bientôt « la reine, madame, chez elle, pour qu’elle se repose d’un si long pèlerinage »/« a la reina, mi señora, a su casa, para que descanse de tan larga peregrinación ». La très sévère lettre de l’empereur au duc d’Albe, datée du 20 décembre 1630, se trouve dans la section 6, fol. 7. Une note avec les « Jornadas desde Génova a Trento »/« Jours de voyage de Gênes à Trente » en allemand et en espagnol se trouve à Vienne HHSt, Spanien, Varia, 65. On mentionne aussi la route jusqu’à Trente dans les lettres adressées par Olivarès à Diego Quiroga, British Library, Add. 24 909, fol. 130-322 (en part. fol. 142), et l’espoir d’obtenir un prêt de cinquante mille ducats à Barcelone, fol. 154 vo, 158, 162, 163, 166 et 169.

6 J’utilise l’édition de Cristina de Arteaga : Palafox J. de, Diario del viaje a Alemania, Arteaga de C. (éd.), Pampelune, Asociación de Amigos del Monasterio de Fitero, 2000 (1re éd. 1935).

7 Los regocijos y fiestas que se hacen en la ciudad de Barcelona por la Serenísima Majestad de la reina de Hungría, en particular en las visitas que hace a las casas de religión. Seconde copie, Barcelone, Esteuan Liberòs, 1630 et Relación de las visitas que la majestad de la reina de Hungría va continuando las casas de religión. Con el espléndido convite que hizo los pobres en dos días, que fueron el de la Virgen y el jueves santo lavándoles los pies, y regocijo … Troisième copie, Barcelone, Esteuan Liberòs, 1630. Je remercie Alfredo Chamorro de m’avoir fourni une copie de ces relaciones. L’auteur anonyme associe ce rituel à la Semaine Sainte et affirme que les femmes pauvres furent au nombre de 12, autant que celles à qui Marie donna à manger le Jeudi Saint, jour où elle lava aussi les pieds d’un enfant, comme le roi avait coutume de le faire à Madrid. Palafox précise qu’il s’agissait de neuf femmes, ce qui relie très clairement ce rituel féminin aux dévotions mariales de la Chambre de la reine à Madrid. On trouve la description de la façon dont la reine et ses dames de compagnie donnaient à manger aux femmes pauvres, puis leur remettaient des vêtements et de l’argent par acte de charité, dans le journal de l’aumônier de Marguerite de Habsbourg, « Memorias de Diego de Guzmán », Madrid, Real Academia de la Historia, Collection Salazar 9/476, fol. 139 vo et 9/477, fol. 85 vo.

8 « Su Majestad ha salido algunas veces a algunas iglesias, en particular a la Trinidad de las monjas, en cuyo convento entró y, como es espacioso y lindo, caminó muchísimo, de suerte que cansó al nuncio Serra, hombre sano y mozo aunque gordo. », HHSt, Spanien. Diplom. Korr. Karton 22, fol. 9-10. Le compte de Frankenburg au roi de Hongrie, s. f. Pour les visites des églises napolitaines le récit publié par Ferrante Bucca est particulièrement riche : Bucca F., « Aggionta alli Diurnali di Scipione Guerra », Archivio Storico per le Province Napoletane, XXXVI, 1911, p. 336-382 et 507-514. La procession de l’Immaculée Conception est peut-être celle que la confrérie des Espagnols célébrait la nuit du Vendredi Saint. Elle est décrite en détail dans Marino J.A., Becoming Neapolitan. Citizen Culture in Baroque Naples, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2011, p. 95-97. Dans ce même travail, on trouve de nombreux détails sur le séjour de Marie dans cette ville.

9 Un bref récit du voyage de Marguerite se trouve dans Guzmán D., Reina Católica. Vida y muerte de D. Margarita de Austria, Reina de España, Madrid, Luis Sánchez 1617, fol. 69-74.

10 « Memorias de Diego de Guzmán », RAH, 9-476, fol. 62-79 (voyage à Ségovie). Cartas de Felipe III a su hija Ana, reina de Francia (1616-1618), Martorell Téllez-Girón R. (éd.), Madrid, Imprenta Helénica, 1929, p. 16 (16 décembre 1616). « Relación de la Jornada de las entregas de las Serenísimas Señoras Doña Ana, Reyna de Francia, y Doña Isabel Princesa de España, hechas en los meses de octubre y nov. de este año de 1615 », Bibliothèque Nationale d’Espagne (dorénavant BNE), Ms. 2 348, fol. 219-232 (en part. fol. 221) ; Relación de la jornada, y casamientos, y entregas de España y Francia, s. l., s. a., BNE, Ms. 18 400 (38). Une circulaire de l’évêque de Burgos adressée au clerc séculier de son diocèse prévenait de la nécessité de prêter des « ornements et de l’argent » aux églises situées sur le parcours du voyage royal afin de satisfaire la « piété et la curiosité des étrangers », par allusion à l’intense mouvement de personnes généré par ce type de voyages. Je remercie Fernando Bouza d’avoir partagé ce document imprimé de sa collection particulière avec moi.

11 Le tableau de Bartolomé González, « Figura di principessa » (1622) 205 x 110 cm, est conservé à la Villa médicéenne de Poggio a Caiano, Florence, inventaire no 1031. Le petit bijou peut être comparé à celui de la gravure contenant l’image d’Atocha sur la couverture de Quintana J. de, A la muy antigua, noble y coronada Villa de Madrid. Historia de su antigüedad, nobleza y grandeza, Madrid, Imprenta del Reyno, 1629. Sur l’importance de l’image et du couvent, cf. la liste et la chronologie des cérémonies dans Jurado J., Marín F., De los Reyes J. L., Del Rio M. J., « Espacio y propaganda monárquica. Nuestra Señora de Atocha y las ceremonias públicas de la monarquía en Madrid », Madrazo S. et Pinto V. (éd.), Madrid en la época moderna : Espacio, sociedad y cultura, Madrid, Casa de Velázquez, 1991, p. 236-237.

12 « A voces altas, dijo : Señora yo me voy, no puedo llevar a Vuestra Majestad conmigo, que lo hiciera de muy buena gana. Pero os llevo Señora en el alma y durareis en mí toda la vida. Virgen Santa, no os tengo de ver más. », De Robles P. Relación verdadera acompañamiento, recámara y riquezas que lleva la majestad de la serenísima reina de Hungría, [Barcelona, Esteuan Liberos] 1630, Simón Díaz J. (éd.), op. cit., p. 394.

13 Palafox J., op. cit., p. 22 et 34. Sa tante Isabelle Claire Eugénie « comtesse de Flandres » envoie des manteaux à la Vierge de l’hôpital des femmes de la Passion, à Madrid, le Jeudi Saint selon Quintana J., op. cit., fol. 448. Palafox J. de, op. cit. (p. 83) fournit l’information selon laquelle l’infante Isabelle Claire Eugénie envoya un manteau très précieux à la Vierge de Lorette.

14 Palafox J. de, op. cit., p. 47-50.

15 Bercé Y.-M., Lorette aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUPS, 2011, p. 192.

16 La reproduction de la Sainte Maison de Lorette du couvent des Déchaussées était appelée chapelle de Nazareth et fut construite avant 1616 car elle se trouve déjà mentionnée par le premier chroniqueur du couvent, Juan Carrillo, selon la conservatrice du couvent, García Sanz A. et Triviño M. V., Iconografía de santa Clara en el Monasterio de las Descalzas Reales, Madrid, Patrimonio Nacional, 1993, p. 116. Le livre de Francisco de Padilla que possédait Marguerite de la Croix est dédié à Isabelle Claire Eugénie : Padilla F. de, Historia de la Santísima casa y devotísimo santuario de Nuestra Señora de Loreto, Madrid, Viuda de Alonso Gómez, 1588.

17 Talucci, C., Il passaggio di D. Maria d’Austria Regina di Vngheria per lo Stato Ecclesiastico l’anno 1631, Augsbourg, Erasmus Wilhelmus, 1631, p. 39, et pour la contemplation des reliques et pour la visite privée de de la niche de la Vierge, p. 40-41.

18 Palafox J. de, op. cit., p. 83. Talucci C., op. cit., p. 41 assure que l’aigle donné à Lorette lui avait été offert par son frère avant son départ. Cf. cependant, Archivio Storico Santa Casa di Loreto, Registro dei Doni (1626-1661), lettre 62 vo. : « Al dì 2 febbraio 1631 dalla Sma. Sra. D. Maria d’Austria Regina di Boemia et Ungaria fu donata a S. C. et la pose ella medesima con le proprie mani alla S. ma immagine un’Aquila Imperiale d’oro guarnita tutta in una favia [fibbia ?] di diamanti ». On mentionne un aigle en or et diamant grand comme une main, au prix de 32 000 ducats parmi les nombreuses richesses que Philippe IV avait donné à Marie pour sa dot dans De Robles, P. Relación verdadera acompañamiento, recamara y riquezas que lleva la majestad de la serenísima reina de Hungría, [Barcelona, Esteuan Liberos] 1630, Simón Díaz J. (éd.), op. cit., p. 393-395. Les riches bijoux en forme d’aigle impérial constituaient une part importante des joyaux des reines espagnoles. La reine Jeanne de Portugal, sœur de Philippe II, en prêta un (qu’elle lui vendit ensuite) à Anne d’Autriche. Il s’agit probablement de l’aigle bicéphale qu’elle porte sur le portrait d’Antonisz Moor. Ce bijou est décrit dans un billet envoyé à Philippe II par le marquis de Ladrada le 26 juillet 1571, BL, Add. 28 354, fol. 261-262. Au temps de l’infante Marie, son père Philippe III offrit un bijou en forme d’aigle (« un aygle d’or couvert de diamans ») à Mademoiselle de la Capelle, l’une des dames de compagnie françaises de la princesse Isabelle de Bourbon, BNF, Ms. fr., 16116, fol. 546 ro (courrier de l’ambassadeur du roi de France à Madrid, 28 mars 1616).

19 [Fr. Gennaro de Giesù Maria], Vera relatione del viaggio fatto dalla serenissima infante Donna Maria d’Austria Regina d’Ungheria per il stato ecclesiastico, Naples, G. Roncagliolo, 1631, p. 21 (sur l’émouvante dévotion de Marie contemplant cette image) et p. 24 (visite de la niche de la Vierge à 4h du matin et précision que la Vierge était dépouillée de ses vêtements pour que les dames pussent contempler son image).

20 Talucci C., op. cit., p. 41 : « Hebbe in dono quattro stelle dórate, di quelle che adornano il soffito della santa Casa, havendone prima ottenuto il Breve da Nostro Signore, e anco una veste di taffetano, che haveva portata molti giorni la Beatissima Verginne. » La visite du trésor et la contemplation des ex-votos où elle est comme « rapita in estasi », idem, p. 42-43.

21 Trexler R., « Dressing and Undressing Images : An Analytic Sketch », Religion in Social Context in Europe and America, 1200-1700, Temple, Arizona, Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 2002, p. 374-408 (l’article a été publié pour la première fois en 1988) et Albert-Llorca M., « La Vierge mise à nu par ses chambrières », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 2, 1995, p. 201-228. Voir aussi Cea Gutiérrez A., Religiosidad popular. Imágenes vestideras, Zamora, Caja España, 1982 et Bortolotti L. (éd.), Vestire il sacro. Percorsi di conoscenza, restauro e tutela di Madonne, Bambini e Santi abbigliati, Bologne, Compositori, 2011.

22 Cf. Par exemple, Bell J., « The Three Marys: The Virgin; Marie de Médicis; and Henrietta Maria », Griffey E. (éd.), Henrietta María: Piety, politics and patronage, Aldershot-Burlington, Ashgate, 2008, p. 89-114. En Espagne, la tradition date d’Isabelle la Catholique, implicitement comparée avec la Vierge, « venue “remédier nos maux” “par la grâce de Dieu” » dans le poème du franciscain Íñigo de Mendoza, Dechado a la muy excelente reina doña Isabel (consulté sur la bibliothèque numérique de la Biblioteca Cervantes). Dans son travail en cours María Cruz de Carlos étudie la corrélation entre le couronnement de la Vierge et les entrées des reines espagnoles dans les villes.

23 On peut comprendre avec ce double sens l’offrande à la Vierge de Lorette de la robe avec laquelle elle fit son entrée à Vienne et reçut sa bénédiction nuptiale, dans Relacion de los felicisimos casamientos de la majestad de Ferdinando tercero, Rey de Hungria y Bohemia con la Majestad de Maria de Austria la deseada y Infanta de España, su venida, entrada, recibimiento y fiestas, Real Academia de la Historia (RAH), Salazar, 9-637, fol. 172 ro, ainsi que l’envoi au sanctuaire italien d’un ex-voto en or en forme d’enfant lorsqu’elle eut son premier fils, cité par García Cueto D., « Donaciones españolas al Tesoro de la Santa Casa de Loreto durante el siglo XVII », Atrio, XLVIII, 2012, p. 80, note 21.

24 La correspondance de Marie de Habsbourg est conservée à Vienne, HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31. Elle est présentée comme un ensemble de lettres adressées à Philippe IV par Ruwet J., Les Archives et Bibliothèques de Vienne et L’Histoire de Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, 1956, p. 214.

25 HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31, fol. 136 ro et 170 ro (à Lorette, on a célébré les vêpres de l’Assomption en 1635, et le 27 juin 1637 on a commencé la neuvaine précédant la naissance de son troisième enfant, Philippe Auguste, né le 15 juillet et mort deux ans plus tard). Sur les célébrations de la famille impériale à Vienne, cf. Saunders S., Cross, Sword, and Lyre. Sacred Music at the Imperial Court of Ferdinand II, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 13-14 et 32-57, et Weaver Andrew H., « Piety, Politics, and Patronage. Motets at the Habsburg Court of Viena During the Reign of Ferdinand III (1637-1657) », thèse de doctorat, Yale University, 2003, p. 117. Sur la neuvaine des fêtes de la Vierge dans plusieurs églises de Madrid à la fin de la grossesse de la reine Anne d’Autriche, grand-mère de Marie, Carlos Varona de M. C., loc. cit., p. 282-283.

26 Álvarez A., « Curioso epistolario en torno a Sor Margarita de la Cruz », Hispania Sacra, t. 24, 1971, p. 224-225 (21 avril 1631). Elle évoque le couvent dans les lettres adressées à son époux, HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31, fol. 144 ro. et fol. 251 vo. Sur le couvent de la reine (Königinkloster) de Vienne, cf. Patrouch J. F., « Where Spain and Austria Met », Hewitt C. M. K., Kent C. et Wolber T. (éd.), The Lion and the Eagle: Interdisciplinary Essays on German-Spanish Relations over the Centuries, New York-Oxford, Berghahn Books, 1999, p. 77-90 et « A Queen’s Piety: Elizabeth of Habsburg and the Veneration of Saints », Selected Annual Proceedings of the Florida Conference of Historians, 13, 2006, p. 105-11. Cf. aussi Sánchez M. S., « Where Palace and Convent Met: the Descalzas Reales in Madrid », The Sixteenth Century Journal, 46/1, 2015, p. 53-82.

27 HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31, fol. 59 (Marie à la mère Paule Marie de Jésus, depuis Graz le 15 mai 1645. Elle parle de la même religieuse à Léopold Guillaume le 20 mars 1645 (fol. 53-4). D’autres informations sur son goût pour les couvents de carmélites, fol. 108, 130, 148, 192, 195 (Marie à Ferdinand III, 18 juillet et 20 juillet 1635, 24 novembre 1642, 6 et 24 juin 1637).

28 « Yo me he traído a mi oratorio una buena huéspeda, que es Nuestra Señora, a la cual fue lo primero que sacaron de la iglesia. Pienso tenerla hasta que se acomode su capilla, la cual está maltratada », HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31, fol. 118 vo. L’église appelée église des Écossais fut fondée par des moines des Îles Britanniques au XIIe siècle sous la règle de saint Benoît.

29 « Ayer se volvió Nuestra Señora de los Escoceses a su casa. Acá habíase detenido tanto porque yo deseaba fuese en procesión y hasta ahora no había habido lugar para ello, e hízose muy bien y con poco calor, pero costónos linda madrugada : mire Vuestra Majestad mi virtud que a las seis estaba ya vestida y tocada, pero no salimos hasta casi las siete porque los clérigos no habían venido. », HHSt, Familienkorrespondenz A, Karton 31, fol. 142 ro-142 vo, Vienne 13 août 1635.

30 Pour plus de détails, Weaver A. H., Sacred Music as Public Image for Holy Roman Emperor Ferdinand III. Representing the Counter-Reformation Monarch at th End of the Thirty Years’War, Farnham-Burlington, Ashgate, 2012, chapitre 7. Il insiste sur la dévotion mariale de Ferdinand III sans considérer la possible influence de son épouse. Il reproduit p. 237 la gravure de la procession depuis la Schottenkirche jusqu’à la cathédrale le 29 mars 1645, Albertina, Vienne, Historische Blätter Wien 1 et en annexe la dédicace par Giovanni Felice Sances de son cantique et litanie de la Bienheureuse Vierge (1640). Sur la promesse et sur l’importance du culte mariale en Autriche, Coreth A., op. cit., p. 50-55.

31 Stratton S. L., The Immaculate Conception in Spanish Art, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 67-87. Pou y Martí J. M., « Embajadas de Felipe III a Roma pidiendo la definición de la Inmaculada Concepción de María », Archivo Ibero-Americano, 34, 1931, p. 371-417 et p. 508-34 ; 35, 1932, p. 72-88, p. 424-34 et p. 481-525 ; 36, 1933, p. 5-48. Sur les fêtes de l’Immaculée Conception dédiées à des images de la Vierge dans les rues de Madrid, Río Barredo M. J. del, « Imágenes callejeras y rituales públicos en el Madrid del siglo XVII », Carlos Varona M. C. de, Civil P., Pereda F. et Vincent-Cassy C. (éd.), La imagen religiosa en la Monarquía hispánica. Usos y espacios, Madrid, Casa de Velázquez, 2008, p. 197-218.

32 Sur les robes envoyées à Vienne, cf. Palma J. de la, Vida de la serenísima Infanta Margarita de la Cruz, Madrid, Imprenta Real, 1636, p. 180. L’information concernant la poupée en habit de religieuse conceptionniste date de 1576 et se trouve dans García Prieto E., « La Infanta Isabel Clara Eugenia de Austria. La formación de una princesa europea y su entorno cortesano », thèse de doctorat inédite, Madrid, Universidad Complutense, 2012, p. 128. Pour le portrait d’Anne d’Autriche en religieuse conceptionniste cf. kusche M., Juan Pantoja de la Cruz y sus seguidores : B. González, R. de Villandrando y A. López Polanco, Madrid, Fundación Arte Hispánico, 2007, p. 139. Les recherches effectuées pour la réalisation de cet article s’inscrivent dans les projets MAR 2008-00944 et MAR 2014-53298-C2-2-P.

Auteur

Professeur d’Histoire moderne à la Universidad Autónoma de Madrid. Sa spécialité est l’histoire culturelle de Madrid (XVIe-XVIIe siècle) et la culture féminine à la Cour des Habsbourg (XVIe-XVIIe siècle). Quelques-unes de ses publications récentes sont : « Lettere familiari di Caterina di Savoia », (en collaboration avec Magdalena Sánchez), dans A. B. Raviola y F. Varallo (éd.) L’Infanta. Caterina d’Austria, duchessa di Savoia, Roma, Carocci, 2013 et ses contributions au volume de Ch. Grell (éd.), Anne d’Autriche, princesse espagnole et reine de France, Paris, 2009.
Cécile Vincent-Cassy (Traducteur)
Maître de conférences à l’université Paris 13-Sorbonne Paris Cité. Spécialiste de l’histoire et de l’art religieux de la Monarchie hispanique dans la première modernité, elle est l’auteur de Les saintes vierges et martyres dans l’Espagne du XVIIe siècle. Culte et image, Casa de Velázquez, 2011, et a notamment coédité La Cour céleste. La commémoration collective des saints au Moyen Âge et à l’époque moderne, Brepols, 2015.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search