Version classiqueVersion mobile

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Troisième partie. Les pratiques dévotionnelles des reines : la circulation des cultes en Europe

Une « divine princesse » au zèle fervent

La politique dévotionnelle d’Isabelle Claire Eugénie (1566-1633) dans les Pays-Bas méridionaux

Annick Delfosse

Texte intégral

  • 1 L’intérêt des historiens pour le règne des archiducs Albert et Isabelle sur les Pays-Bas a été par (...)
  • 2 Esteban Estringana A., « What a princess, good God! The Heritage and Legacy of the Infanta Isabel  (...)
  • 3 C’est ce qu’écrit, au lendemain de la mort d’Albert, Crisogono Flacchio, secrétaire de la nonciatu (...)
  • 4 Esteban Estringana A., Madrid y Bruselas : relaciones de gobierno en la etapa postarchiducal (1621 (...)

1En 1598, la fille aînée de Philippe II (1527-1598), Isabelle Claire Eugénie, épouse son cousin, l’archiduc Albert d’Autriche (1559-1621), cardinal et évêque de Tolède relevé de ses fonctions ecclésiastiques pour l’occasion. L’Infante Isabelle reçoit alors en dot de son père les Pays-Bas dont son époux assurait le gouvernement général au nom de l’Espagne depuis trois ans. En cédant à sa fille et à son gendre la souveraineté sur les Pays-Bas, Philippe II espère pacifier ces provinces déchirées par la guerre depuis plusieurs décennies, et ainsi reconquérir les provinces rebelles du Nord qui ne reconnaissent plus la domination habsbourgeoise et se sont majoritairement tournées vers le calvinisme. Ensemble, Albert et Isabelle co-règneront sur les Pays-Bas pendant plus de vingt ans1, Isabelle assumant aux côtés de son époux un rôle politique de premier plan2. Toutefois, une série de clauses en partie secrètes, formulées lors de l’acte de cession, restreint l’exercice de leur pouvoir. Parmi ces clauses, il est notamment stipulé que ces provinces retourneraient à l’Espagne si les archiducs mouraient sans héritiers. Or le couple n’aura jamais la descendance espérée. Aussi Isabelle doit-elle, à la mort d’Albert en 1621, renoncer à la souveraineté sur les Pays-Bas. Ceux-ci sont aussitôt réabsorbés dans la vaste Monarchie espagnole : malgré ses réticences et la contestation de quelques-uns de ses sujets qui continuent à voir en elle leur « princesse naturelle3 », Isabelle accepte d’endosser les fonctions de gouvernante générale des Pays-Bas habsbourgeois, et devient la quatrième femme à occuper ce poste (après son arrière-grand-tante Marguerite d’Autriche [1480-1530], sa grand-tante Marie de Hongrie (1505-1558) et sa tante Marguerite de Parme [1522-1586]. Jusqu’à son décès en 1633, elle administrera le pays au nom de son neveu Philippe IV [1605-1665]) et assurera – fait exceptionnel – le commandement de son armée4.

2Tous deux élevés à la cour du très pieux Philippe II, Albert et Isabelle s’affichent, une fois devenus souverains des Pays-Bas, comme d’ardents représentants du catholicisme en ces terres de frontières confessionnelles. En témoigne, entre autres nombreux observateurs, le nonce Guido Bentivoglio (1577-1640) présent à Bruxelles de 1607 à 1615 qui, dans sa Relazione di Fiandra, s’émerveille de leur grande vertu, de leur zèle infatigable et de leur remarquable dévotion. D’Isabelle, il dit en particulier :

  • 5 « Non si può dire quanto sia benigna & affabile ; quanto liberale & magnanima ; quant’ami la giust (...)

« Qu’il ne se peut dire combien elle est debonnaire & affable, combien liberale & de grand cœur ; combien elle aime la justice ; mais surtout combien est grande sa religion & sa pieté : on voit en elle un zele fervent pour l’Eglise et elle n’a point de plus forte passion que de la voir regner partout, particulierement dans ces provinces heretiques de la Flandre5. »

  • 6 Puget de la Serre J., Mausolée érigé à la mémoire immortelle de très-haulte, très-puissante, et tr (...)
  • 7 « Virilis plane animi heroina fuit […] non minus pietate, quam animi magnitudine anima » (Van Meer (...)
  • 8 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante).
  • 9 Arblaster P., « The Infanta and the English Benedictine Nuns: Mary Percy’s memories in 1634 », Rec (...)

3Ce portrait dévot d’Isabelle devient un véritable topos qui envahit toute forme de discours sur l’Infante. Son extraordinaire zèle religieux est ainsi sans cesse rappelé dans les multiples dédicaces d’ouvrages qui lui sont adressées et devient le principal argument de ses éloges funèbres, tel celui prononcé par Puget de la Serre qui célèbre les « merveilles de piété » de cette « divine princesse6 ». De même, le nonce Fabio de Lagonissa (1584-1659), rappelé par Rome au lendemain du décès de l’Infante, la décrit dans la relation finale de sa nonciature comme « une héroïne à l’âme vigoureuse […] remarquable au moins autant par sa piété que par sa grandeur d’âme7 ». De son côté, le chapelain de l’Archiduchesse, Philippe Chiflet (1597-1657), s’empresse de rassembler des témoignages sur ses vertus : entre 1634 et 1635, il reçoit de nombreux supérieurs et supérieures de couvents des Pays-Bas méridionaux des portraits spirituels de l’Infante destinés à lui permettre d’écrire le récit hagiographique de sa vie8, dans le but, pense-t-on, d’obtenir sa béatification9.

  • 10 Coreth A., « Pietas austriaca ». Ursprung und Entwicklung barocker Frömmigkeit in Österreich, Vien (...)
  • 11 Duerloo L., « Pietas Albertina. Dynastieke vroomheid en herbouw van het vorstelijke gezag », Bijdr (...)

4Et en effet, Isabelle a soigneusement veillé à s’afficher comme cham pionne du catholicisme et parfait exemple de piété. Avec Albert, elle a mené dans les provinces belges une campagne confessionnelle ostentatoire. Chargés par Philippe II de reconquérir les provinces rebelles – et protestantes – du Nord, tous deux se sont attachés à instaurer dans les provinces du sud une identité forte fondée sur un catholicisme vigoureux dont ils se font les plus remarquables modèles et les principaux chefs de file. À cette fin, ils ont reproduit dans les Pays-Bas une politique dynastique ancestrale – la célèbre Pietas austriaca étudiée par Anna Coreth10 – et érigé, comme il a déjà été montré par ailleurs11, piété et dévotion en moteurs de leur gouvernement : ils se sont alors emparés du culte eucharistique, de la dévotion à la Vierge et à quelques saints soigneusement choisis comme instruments de leur pouvoir. Ils ont par ailleurs opté pour une extériorisation fastueuse de leur piété et transformé les provinces qu’ils gouvernent en un théâtre du catholicisme triomphant.

  • 12 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 96 (Journal historique des choses mémor (...)
  • 13 Le Mire A., Isabellae sanctae, Elisabetha Ioannis Bapt. mater, Elisabetha Andr. regis Hung. filia, (...)
  • 14 Houben B., « Intimacy and Politics: Isabel and her Ladies-in-Waiting (1621-1633) », van Wyhe C. (d (...)
  • 15 Welzel B., « Princeps Vidua, Mater Castrorum: the Iconography of Archduchess Isabella as Governor (...)

5Dès le lendemain de la mort d’Albert, dont le corps était exposé dans la chapelle royale revêtu de l’habit franciscain, Isabelle affirme de manière plus radicale encore ce clair positionnement confessionnel quand elle choisit de renoncer aux coiffures savantes, aux étoffes précieuses et aux bijoux chatoyants pour se couper les cheveux et revêtir l’habit des tertiaires de saint François12. À partir de cette date, elle ne se donnera à voir qu’avec ces habits, ainsi qu’en attestent les nombreux portraits peints et gravés qui circulent alors comme autant de variations du célèbre tableau réalisé par Rubens en 1625. Il a beaucoup été écrit, en reprenant les mots d’Aubert Le Mire (1570-1640), historien ecclésiastique appelé à la Cour comme chapelain puis bibliothécaire, qu’Isabelle, après la mort d’Albert, transforma sa Cour en « aula sancta13 » : elle se retira de la vie mondaine, interdit aux hommes l’accès à ses appartements privés… et permit ainsi aux femmes de son entourage d’endosser des fonctions politiques de premier plan14. Il a beaucoup été dit aussi, qu’en opérant cette transformation radicale de son apparence et en modifiant profondément les usages de la Cour, elle voulut exprimer son humilité et son renoncement au monde. Avec Barbara Welzel, il faut probablement plutôt penser que ce choix est en réalité un choix hautement politique15 : elle imprima alors sur son corps de gouvernante l’image même de la piété et poussa à leur paroxysme les mécanismes de gouvernement qu’Albert et elle-même avaient activés.

6À la demande des éditrices de ce volume consacré au patronage et au mécénat religieux des femmes de pouvoir, nous reviendrons dans cet article sur la figure de l’archiduchesse Isabelle, principalement lorsqu’elle assura seule, après la mort d’Albert, le gouvernement des Pays-Bas. Nous mettrons particulièrement en évidence les dévotions qu’Isabelle Claire Eugénie choisit ostensiblement d’investir et de promouvoir, perpétuant – tout en se l’appropriant – la politique dévotionnelle initiée lorsqu’elle était co-souveraine. Nous montrerons ainsi comment elle navigua entre cultes locaux et cultes tridentins ou spécifiquement habsbourgeois, exploitant le patrimoine dévotionnel des Pays-Bas tout en y important – parfois à grand-peine – des formes dévotionnelles allogènes. À cette fin, nous accorderons une attention toute particulière aux ornements liturgiques – pris dans un sens large – qu’Isabelle distribua dans ces provinces, ainsi qu’à diverses entreprises monumentales qu’elle initia : nous verrons que ces dons et initiatives peuvent être considérés comme autant de moyens de dynamiser des formes dévotionnelles, d’affirmer son identité de patronne et protectrice de certains ordres religieux autant que d’établir paix et stabilité dans des provinces en guerre. Nombre d’éléments qui seront exposés ici sont déjà connus. Il nous a néanmoins semblé nécessaire de les rappeler pour qu’ils puissent, confrontés aux autres chapitres de cet ouvrage, profiter d’un nouvel éclairage.

Du Saint Sacrement de Miracles aux Quarante Heures : les dévotions eucharistiques d’Isabelle

  • 16 Sur l’histoire de ces trois hosties miraculeuses, cf. Ydens E., Histoire du S. Sacrement de Miracl (...)
  • 17 Lefèvre Pl., « Offrandes princières faites en l’honneur d’une relique eucharistique à Bruxelles au (...)
  • 18 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), (...)
  • 19 Vatican, Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Nunziatura di Fiandra, vol. 14 C, fol. 29 (...)
  • 20 Cf. L’acte de donation authentifié par notaire publié par Lefèvre Pl., op. cit., annexe III, p. 95 (...)
  • 21 Lefèvre Pl., op. cit., annexe IV, p. 97-98.

7On sait combien, dès leur arrivée à Bruxelles, les archiducs manifestent une importante dévotion eucharistique, un des trois piliers de la Pietas austriaca qu’ils transposent dans l’espace des Pays-Bas méridionaux. Leur attachement vif à trois hosties réputées avoir saigné sous les coups de poignard portés par un juif en est la meilleure preuve16. Connues sous le nom de Saint Sacrement de Miracle, ces hosties sont conservées dans la collégiale bruxelloise de Sainte-Gudule : les archiducs multiplient les dons prestigieux en leur honneur17 et assistent régulièrement à la procession annuelle qui, au début de l’été, les transporte à travers les rues de Bruxelles. Albert demande à être enterré dans la chapelle dudit Saint Sacrement de Miracles. Il y sera rejoint douze ans plus tard par Isabelle qui souhaite dans son testament, à être ensevelie aux côtés de son défunt mari. Entre-temps, elle continue, après la mort d’Albert, à témoigner d’un intérêt particulier pour le Saint Sacrement de Miracles. Ainsi, elle prend part à la procession annuelle le plus souvent possible18, n’hésitant pas à revenir spécialement à Bruxelles pour l’occasion : c’est le cas en juillet 1625, lorsqu’elle se dépêche de rentrer de Breda où elle s’était rendue vers la mi-juin, juste après la prise de la ville19. Cet été-là, elle confie également à son garde-joyaux, Juan de Silva, le soin de remettre à la fabrique de Sainte-Gudule de nombreuses pièces de drap d’or pour qu’elles fassent office de courtines et d’ornements provisoires. Ceux-ci sont destinés à orner l’autel portatif démonté dans la chapelle du Saint Sacrement de Miracle puis remonté dans la nef centrale lors des cérémonies estivales20. Ces tissus viennent rejoindre une longue liste d’autres pièces déjà offertes par l’Infante à la chapelle du Saint Sacrement de Miracles. Parmi celles-ci, on trouve un ornement de messes complet en drap d’or, un tapis turc pour recouvrir les marches de l’autel démontable lorsqu’il est déplacé devant le chœur lors des célébrations de juillet, toutes sortes de candélabres en argent à poser sur ledit autel, des anges en argent à suspendre aux courtines, des dais de procession21

  • 22 « Utque avita religio ea in civitate restauraretur, sacrum anniversarium in augustissimi sacrament (...)
  • 23 De Poorter N., The Eucharist Series, Bruxelles, Arcade, 1978 ( = Corpus Rubenianum Ludwig Burchard(...)
  • 24 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), (...)

8Mais la victoire de Breda est l’occasion pour Isabelle d’une véritable exaltation eucharistique qui dépasse largement les célébrations bruxelloises : à Breda même, qu’elle vient de reprendre aux calvinistes, elle fait instituer une messe anniversaire en l’honneur du Saint-Sacrement pour restaurer la religion catholique22. Elle offre par ailleurs au couvent des Déchaussées royales (Descalzas reales) de Madrid, auquel elle est étroitement liée depuis l’enfance, vingt tapisseries en guise d’ex-voto : exécutées au départ de cartons dessinés par Rubens sur le thème du Triomphe de l’Eucharistie, elles sont destinées à orner l’église du couvent à l’occasion des différentes fêtes eucharistiques (Vendredi saint (ou Santo Entierro), Dimanche de la Résurrection, fête du Corpus Christi)23. Isabelle y est d’ailleurs représentée à deux reprises vénérant l’hostie consacrée. De leur côté, les carmélites déchaussées de Bruxelles témoignent elles aussi de la vénération eucharistique de l’Infante : exaltant, dans leur relation de ses vertus, sa dévotion « indicible » pour le Saint Sacrement, elles la décrivent prostrée tout le long de la récitation du Confiteor aux fêtes eucharistiques et rappellent ses participations systématiques aux processions du Corpus Christi24.

  • 25 Giacinto da Casale avait été envoyé par Rome à Vienne pour y négocier le transfert de la dignité é (...)
  • 26 De Meester B. (éd.), op. cit., vol. 1, doc. 937 (Bagno à Francesco Barberini, Bruxelles, 6 avril 1 (...)
  • 27 Snaet J., « Isabel Clara Eugenia and the Capuchin Monastery at Tervuren », van Wyhe C. (dir.), Isa (...)
  • 28 Snaet J., op. cit., p. 361.
  • 29 Vatican, Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Nunziatura di Fiandra, vol. 15, fol. 43, (...)

9On sait enfin que l’Infante soutient l’importation dans les Pays-Bas de dévotions eucharistiques étrangères. Elle accueille ainsi très favorablement l’initiative du capucin italien Giacinto da Casale (1575-1627)25 d’organiser chaque année une adoration des Quarante Heures dans l’église paroissiale Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles, le jour des Dimanches des Rameaux. En 1624, elle assiste à l’inauguration de ce cycle d’adoration d’origine italienne dont les capucins se sont fait les principaux agents de diffusion26. Toutefois, les dévotions pathétiques adoptées par les jeunes Espagnols présents à la procession qui inaugure l’adoration ainsi que les mortifications publiques pratiquées par Giacinto da Casale au moment de son prêche – il s’enfonce une couronne d’épines sur la tête – semblent choquer la population bruxelloise, peu habituée aux manifestations théâtralement doloristes27. Une confraternité des Quarante Heures de la Passion n’en est pas moins créée dans les mois qui suivent cette première initiative controversée. Elle rassemble les membres masculins de la très haute aristocratie présente dans les Pays-Bas et est placée sous les auspices d’Isabelle, qui, dès 1625, confie l’organisation de la procession au père Charles (1593-1669), père capucin né Antoine d’Arenberg et issu d’une des familles nobles les plus importantes du pays28. La procession adopte alors des formes plus mesurées et plus susceptibles de s’intégrer dans l’univers dévotionnel local. En 1626, Isabelle – qui continue chaque dimanche des Rameaux à assister à l’adoration des Quarante Heures – pousse Ottavio Visconti († 1632), surintendant de ses écuries et beau-frère de Charles d’Arenberg, à demander à Rome, via le nonce Giovanni Francesco Guidi di Bagno (1578-1641), des indulgences pour les membres de la Confrérie qui participeraient à ladite procession et aux prières de Quarante Heures29. Par ce double processus de modération et d’institutionnalisation confraternelle, Isabelle contribue ainsi à établir dans Bruxelles – et singulièrement dans le milieu de Cour – une dévotion eucharistique chère à la Réforme tridentine, mais à laquelle les vives pratiques eucharistiques locales ont jusqu’alors laissé peu de place.

De Montaigu à Loreto : la piété mariale d’Isabelle

  • 30 Delfosse A., La « Protectrice du Païs-Bas », op. cit.
  • 31 Duerloo L., Scherpenheuvel : het Jeruzalem van de Lage Landen, Leuven, Davidsfonds, 2002.
  • 32 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 96 (Journal historique des choses mémor (...)
  • 33 Delfosse A., « Vêtir la Vierge : une grammaire identitaire », Donneau O. (dir.), Quand l’habit fai (...)
  • 34 Numan Ph., Histoire des miracles advenuz n’agueres à l’intercession de la glorieuse Vierge Marie, (...)
  • 35 Sanderus A., Chorographia coenobii monialium Ordinis Beatissimae Virginis Mariae de Monte Carmelo (...)
  • 36 Rome, Archivum Romanum Societatis Iesu, Flandro-Belgica, vol. 54, fol. 75 ro, Litterae annuae Brux (...)

10Cette stratégie d’ancrage local doublée d’une ouverture à des formes dévotionnelles promues par l’Église tridentine se remarque également dans l’attention qu’Isabelle porte à la figure mariale30. Dès son arrivée dans les Pays-Bas, Isabelle témoigne, avec Albert, d’un intérêt intense pour une série de statues miraculeuses vénérées dans des sanctuaires locaux que l’un et l’autre s’attachent à promouvoir. On pense évidemment d’abord à Montaigu (ou Scherpenheuvel), au centre de leur attention : au départ d’un lieu modeste de pèlerinage organisé autour d’une statue fixée dans un arbre, ils créent un véritable sanctuaire-citadelle, en confiant à leur architecte de Cour, Wenceslas Coebergher († 1634), l’érection d’une forteresse en forme d’étoile dont les sept branches rayonnent autour d’une imposante basilique31. Mais le rayonnement spectaculaire de Scherpenheuvel, où l’Infante continue à se rendre régulièrement en neuvaine, ne doit pas évincer la myriade d’autres lieux de pèlerinage qui captent les dévotions de l’Infante. Comme en témoigne Philippe Chiflet qui consigne chaque jour les faits et gestes de l’Infante jusqu’en 1632, celle-ci profite de chacun de ses déplacements pour faire ses dévotions devant l’une ou l’autre Vierge miraculeuse locale32. Elle fréquente aussi assidûment le sanctuaire de Hal où elle a passé une nuit de prières avec l’Archiduc avant leur entrée dans Bruxelles à leur arrivée dans les Pays-Bas. Elle se rend en outre chaque semaine au sanctuaire de Laeken, proche de Bruxelles de quelques kilomètres, pour y prier la Vierge et y toucher un morceau du fil avec lequel la Madone aurait tracé le plan du lieu car il était réputé guérir les problèmes de stérilité. Et même lorsque tout espoir de maternité s’évanouit, elle continue à entretenir un lien privilégié avec le sanctuaire : en 1622, alors qu’elle craint des attaques hollandaises, elle rapatrie la statue miraculeuse dans l’enceinte de Bruxelles, puis la raccompagne à Laeken non sans lui avoir offert un « vêtement précieux ». Isabelle, en effet, a réinstauré dans les Pays-Bas une habitude ancienne, pourtant vigoureusement interdite par les synodes locaux, d’habiller les statues mariales33. Elle a ainsi auparavant offert trois robes cousues d’or, d’argent et de pierres précieuses à Notre-Dame de Montaigu34 et cinq robes précieuses de différentes couleurs à la Vierge miraculeuse abritée chez les carmélites de Vilvoorde35. En 1633, elle offre aux jésuites de Bruxelles un manteau précieux d’une valeur de 1 200 florins pour la statue miraculeuse de la Vierge de Miséricorde qui se trouve dans leur église36.

  • 37 Le Mire A., De vita Alberti pii sapientis, prudentis, belgarum principis commentarius, Anvers, Chr (...)
  • 38 Matsche Fr., « Gegenreformatische Architekturpolitik Casa-Santa-Kopien und Habsburger Loreto-Kult (...)
  • 39 Et l’église conventuelle, et la chapelle seront reconstruites au début du XVIIIe siècle sous le go (...)
  • 40 Erkens M., « Le prieuré de Groenendael », de Mulder K. (éd.), La forêt de Soignes. Art et histoire (...)
  • 41 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), (...)
  • 42 Cf. Entre autres de Balinghem A., La toute-puissante guerriere representee en la personne de la sa (...)
  • 43 « La guerre que ce mesme livre desire ardamment que la Reyne des cieux fasse, & déjà a commencé de (...)

11Cependant, comme nous venons à peine de le suggérer, son intérêt ne se porte pas uniquement sur ces vierges locales : du vivant d’Albert, elle avait aussi offert une robe somptueuse cousue de perles et de pierres précieuses à la Vierge de Lorette37. Lieu discret de pèlerinage à l’époque médiévale, Lorette est devenu au XVIe siècle, et plus encore au XVIIe siècle, le sanctuaire marial par excellence. Il sert de modèle parfait aux formes tridentines de la dévotion mariale. Isabelle veille à diffuser la figure de Lorette dans les Pays-Bas, avec d’autant plus d’enthousiasme peut-être qu’elle est aussi une figure privilégiée par les Habsbourg. En 1598, le futur Ferdinand II a en effet fait devant elle le vœu de bannir l’hérésie protestante de ses territoires. Quelques années plus tard, après la victoire de la Montagne blanche, les conseillers de l’empereur se sont par ailleurs convaincus que le triomphe impérial sur les révoltés de Bohême devait être attribué à cette même Vierge. Ils ont alors ordonné la construction de nombreuses copies du sanctuaire italien dans les domaines habsbourgeois, vraisemblablement soucieux de restaurer le pouvoir impérial et d’assurer une intense recatholicisation de ces territoires38. L’Infante participe au mouvement et installe à son tour des reproductions de la Santa Casa au sein de Pays-Bas qu’elle dresse ainsi en rempart du monde catholique. La première copie est construite en 1621, à côté de l’église des pères minimes de Bruxelles dont Isabelle vient de poser la première pierre39. Une statue considérée comme miraculeuse sera exposée sur l’autel. L’année suivante, Isabelle ordonne la construction d’une autre chapelle vouée à Notre-Dame de Lorette dans le vaste domaine du prieuré de Groenendael, au cœur de la forêt de Soignes40. Elle installe également un oratoire « en la même forme et manière » que la chapelle de Lorette chez ses chères carmélites déchaussées de Bruxelles41. L’installation par Isabelle de ces répliques de la Santa Casa dans différents monastères brabançons doit se comprendre dans le contexte de la reprise des conflits avec les Provinces-Unies calvinistes à l’expiration de la Trêve de Douze Ans. En effet, puisque la Vierge de Lorette a foulé aux pieds les hérétiques de Bohême, elle doit également faire plier le calviniste rebelle du Nord et soutenir Isabelle dans sa politique de restauration religieuse. À la même époque, se diffuse en outre largement dans les Pays-Bas l’idée que la victoire de Lépante en 1571 doit elle aussi être attribuée à la Vierge de Lorette. Selon cette tradition, principalement propagée par la Compagnie de Jésus qui s’emploie à implanter le culte lorettain dans les provinces méridionales, Don Juan d’Autriche lui aurait promis, au cœur de la bataille, de se rendre à son sanctuaire des Marches s’il venait à en réchapper. Par la suite, à la veille de son arrivée dans les Pays-Bas comme gouverneur-général (et prédécesseur d’Isabelle à cette fonction), Don Juan se serait rendu à son sanctuaire des Marches pour accomplir son vœu. Le jésuite Antoine de Balinghem y insiste fort à propos dans son ouvrage intitulé La tres-puissante guerriere (1625), qu’il consacre aux victoires de la Vierge et dédie à l’Infante Isabelle42. Et il conclut son récit sur Lépante en apostrophant la Vierge par ces mots : « Empoignez, empoignez la lame et l’écusson. Prenez, prenez les armes au poing, levez-vous à notre aide, rangez-vous de notre côté, & par votre vaillance, défaites cet ennemi qui en veut tant à votre honneur & à celui de votre Fils. » Antoine de Balinghem se fait ici l’écho de l’usage intensément politique qu’a Isabelle de la figure mariale : sa dédicace – comme l’ensemble de son ouvrage, du reste – lui avait d’ailleurs déjà donné l’occasion de montrer que la gouvernante des Pays-Bas partageait avec la « reine des Cieux » son combat contre les mêmes ennemis43.

  • 44 Martin J., « Les origines du sanctuaire et du culte marial de Basse-Wavre », Le Folklore brabançon(...)
  • 45 Elle a ainsi envoyé au sanctuaire de Basse-Wavre un père jésuite du collège de Bruxelles, chargé d (...)
  • 46 L’année après l’installation de la statue de la Vierge de Basse-Wavre sur la façade de la Maison d (...)

12Cependant, la multiplication des répliques architecturales de la Santa Casa et le recours à la figure de la Vierge de Lorette dans l’espace des Pays-Bas n’est pas l’unique stratégie de l’Infante pour tenter de ramener ordre et paix. En 1625, alors que les luttes contre les Provinces-Unies ont repris avec véhémence, c’est vers une Vierge miraculeuse honorée à Basse-Wavre dans le Brabant que se tourne Isabelle pour émettre le vœu que la paix revienne dans les Pays-Bas. Pour consacrer ce vœu de paix publique, l’Archiduchesse fait installer une imposante statue de la Vierge sur la façade de la « Maison du Roi » qui, dressée sur la grand-place de Bruxelles en face de l’hôtel de ville, abrite une série de tribunaux en charge de la régulation des domaines du roi d’Espagne en sa qualité de duc de Brabant. Le long de la corniche que la statue surmonte, une inscription en lettres d’or réclame A peste, fame et bello libera nos Maria Pacis tandis qu’un chronogramme rappelle le vœu d’Isabelle : « hIC VotVM paCIs pVbLICae eLIsabet ConseCraVIt. » Aux pieds de la statue, une aigle, emblème de la maison d’Autriche, et un lion, symbole du Brabant, encadrent les armes royales. On pourrait s’étonner du choix d’Isabelle. Le culte de Basse-Wavre est en effet alors en nette perte de vitesse. Ce culte marial a longtemps reposé sur le prestige d’une châsse qui, selon la tradition, serait miraculeusement descendue du ciel au milieu du XIe siècle. La légende rapporte par ailleurs qu’en 1152 le reliquaire aurait été à l’origine d’une série de miracles lors d’un séjour dans l’église Saint-Nicolas à Bruxelles. Une très importante procession annuelle du reliquaire à travers le Brabant jusqu’à Bruxelles aurait alors été organisée. Ce « Grand Tour » n’est en réalité attesté qu’aux XVe et XVIe siècles et l’on pense qu’il prit fin lors de la destruction de la châsse au moment de la révolte iconoclaste44. Le rayonnement du sanctuaire de Basse-Wavre perd alors en importance. Et c’est pourtant à la Vierge que l’on y vénère qu’Isabelle recourt pour faire revenir la paix dans ses provinces. Elle ne fait pas appel à la Vierge du spectaculaire bastion catholique de Montaigu qui, sur le point d’être achevé, se dresse comme le symbole de catholicisme triomphant, pas plus qu’elle ne se tourne vers la conquérante Vierge de Lorette à laquelle sa famille a tant recouru face à l’ennemi. La Vierge qu’elle installe durablement sur la façade de la Maison du Roi n’est pas une Vierge qu’elle a ostensiblement intégrée dans sa stratégie politico-dévotionnelle. Elle n’a jamais été associée à sa propre personne – comme l’est la Vierge de Montaigu – pas plus qu’à la dynastie habsbourgeoise – comme l’est la Madone de Lorette. Elle incarne avant tout une tradition cultuelle bruxelloise en déclin qu’Isabelle, à la demande de l’archevêque de Malines, Jacques Boonen, tente de restaurer45. Elle s’inscrit cependant dans l’histoire même du Brabant comme une figure de paix pour avoir opéré la réconciliation des ducs de Brabant avec les seigneurs rebelles de Grimbergen au milieu du XIIe siècle46 : elle a d’ailleurs pris la titulature de « Notre-Dame de la Paix ». Aussi, par l’installation de cette statue sur la façade de la Maison du Roi, l’Archiduchesse mobilise-t-elle des symboles à la fois dévotionnels et historiques spécifiquement locaux pour montrer la convergence d’intérêts de la Vierge de Paix et du Roi d’Espagne en sa qualité de duc de Brabant qui, tous deux, veulent l’ordre et la soumission des rebelles.

Entre universel et particulier : Isabelle et le culte des saints

  • 47 Les reliques présentes dans l’oratoire de l’Infante sont inventoriées et décrites par de Raisse A. (...)
  • 48 Caspers C., « Liduina, the Virgin of Schiedam. Rise, Flourishing and Waning of a Saint Cult, ca. 1 (...)
  • 49 Van Lommel A., « Berigten aangaande reliquien van heijligen of heilige zaken uit Noord-Nederland o (...)
  • 50 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), (...)
  • 51 Acta Sanctorum, Aprilis, II, p. 365 et suiv.

13Sur les plans eucharistique et marial, l’Infante démontre donc une claire volonté d’associer aux traditions locales des dévotions tridentines et/ou familiales. Elle semble faire de même dans le domaine de la sainteté. Pourtant, au palais bruxellois du Coudenberg, l’oratoire de l’Infante qui accueille de prestigieuses reliques47, toutes conservées dans des reliquaires remarquables, ne semble pas faire une place de premier choix aux figures de sainteté originaires de ces régions. En effet, on y trouve pour l’essentiel des reliques dont la valeur pourrait être qualifiée « d’universelle » : un morceau de la Croix contenu dans une grande croix d’argent rehaussée de pierres précieuses, la tête entière de l’apôtre Matthieu renfermée dans un buste-reliquaire, différents bras des saints Laurent, Étienne, Luc, Jacques le Majeur, Augustin, Barthélemy, etc., chacun abrité dans un bras reliquaire en argent orné de fleurs gravées et de petites pierres, des reliques des saints Innocents conservées dans un reliquaire en bois doré en forme de Golgotha… en un mot, des reliques de très haut prestige, mais sans ancrage local. On remarquera cependant que ces reliques « universelles » côtoient aussi un temps les reliques de Ludwina, mystique anorexique de la première moitié du XVe siècle originaire de Schiedam48. Le corps a été apporté à Bruxelles en 1615 sur ordre des archiducs qui, craignant les profanations calvinistes, avaient envoyé leur historiographe, Jean-Baptiste Gramaye (1579-1635), dans les Provinces-Unies à la « chasse aux reliques49 ». Les reliques de corps entiers présentent généralement un réel prestige. Pourtant, Isabelle ne semble pas se soucier de préserver le corps entier de Ludwina (ou le tas d’ossements considéré comme tel) et préfère, plutôt que conserver un ensemble cohérent, diviser les ossements. En 1616, un os de la sainte est placé dans une croix en argent qu’Isabelle offre aux chanoinesses de Sainte-Waudru à Mons pour protéger la ville de la peste. Les cisterciennes de Soleilmont, près de Charleroi, en reçoivent également une relique. Le reste du corps sera remis aux carmélites de Bruxelles en 1626 dans un coffret en bois rehaussé de motifs d’argent50. Elles rejoignent alors une série d’autres reliques remarquables confiées auparavant par Isabelle et Albert aux mêmes carmélites. Celles-ci avaient en effet reçu des Archiducs, en dépôt, les reliques de leurs saints patrons, à savoir le corps entier de saint Albert, évêque de Liège, qui avait été rapatrié par Gramaye de Reims à Bruxelles sur ordre de l’archiduc ainsi que des reliques d’Élisabeth de Thuringe, également acquises sur ordre des princes… En extrayant ces reliques de son trésor privé, Isabelle ne témoigne pas d’un désintérêt pour Ludwina. Au contraire. Par ce don aux carmélites bruxelloises, elle dote son monastère de prédilection d’un trésor exceptionnel tout en permettant que la mystique puisse jouir d’une dévotion publique, puisque les carmélites sont invitées à les exposer dans leur église51. À une époque où Rome affirme son monopole en matière de sainteté et interdit strictement tout culte public aux morts dont elle n’aurait pas reconnu le caractère saint, Isabelle veille malgré tout à la diffusion et à la construction d’une nouvelle dévotion.

  • 52 En novembre 1622, Jean Succant, prieur du couvent de Groenendael dans la forêt de Soignes, a fait (...)
  • 53 De Meester B. (éd.), op. cit., vol. 2, doc. 1385 (Chrisogono Flacchio à Antonio Barberini, Bruxell (...)
  • 54 Pybes T., De admiranda pariter et miraculosa prima et secunda inventione corporis Beati Idesbaldi, (...)
  • 55 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), (...)
  • 56 van Wyhe C., « Piety Politics In The Royal Convent Of Discalced Carmelite Nuns In Brussels 1607-16 (...)
  • 57 Put E., « Les archiducs et la réforme catholique : champs d’action et limites politiques », Duerlo (...)
  • 58 Put E., Les jésuites dans les Pays-Bas et la principauté de Liège (1542-1773), Bruxelles, Archives (...)
  • 59 Sanctorum Ignati et Xaveri in divos relatorum triumphus Bruxellae ab aula et urbe celebratus, Bruxe (...)
  • 60 Bruxelles, Archives Générales du Royaume, Papiers de l’État et de l’Audience, vol. 458, fol. 82.
  • 61 Idem.

14Isabelle interviendra à d’autres reprises – mais de manière plutôt ponctuelle – pour encourager le culte de figures locales mortes en odeur de sainteté. Elle soutient ainsi activement la cause du mystique brabançon Jan Ruusbroec († 1231), dont le corps se trouve à Groenendael où elle a fait installer une copie de la Sancta Casa52. Le procès, cependant n’aboutit pas. En 1625, elle se rend sur les ruines de l’abbaye des Dunes, incendiée lors de la Révolte des Gueux, où a été retrouvé deux ans plus tôt le corps intact d’Idesbald, abbé mort en 1167, autour duquel se produisent de premier miracles53. Elle y fait une neuvaine avec sa suite et donne ainsi un véritable élan à la vénération publique54. Toutefois, plus que les figures saintes locales, ce sont bien les saints espagnols qui retiennent toute son attention. Isabelle s’investit ainsi activement dans les causes de canonisation de Thérèse d’Avila et d’Ignace de Loyola. On aura compris à la lecture des lignes qui ont précédé tout le soutien que les archiducs ont apporté au projet de sainte Thérèse. Ils ont en effet accueilli très favorablement Anne de Jésus, venue de France avec huit autres carmélites dans le but d’introduire la réforme thérésienne dans les provinces flamandes, et ont ainsi initié le formidable essor des carmélites dans les Pays-Bas. On rappellera qu’Isabelle, enfant, reçut la bénédiction de Thérèse d’Avila, événement marquant pour la petite fille qu’elle était, et dont elle se souvient longtemps avec émotion55. On soulignera aussi que le Carmel réformé de Bruxelles, fondé en 1607 à quelques pas du palais ducal, apparaissait comme une extension de la Cour et qu’Isabelle s’y rendait presque quotidiennement56. Les jésuites bruxellois, installés à peine plus loin, avaient aussi ses faveurs. En effet, avec l’Archiduc, Isabelle a joué un rôle majeur dans l’installation de la Compagnie de Jésus dans les provinces belges57. En brisant les résistances locales, le couple souverain a permis à l’ordre de connaître dans les Pays-Bas un développement massif et triomphal comme l’ordre en connaîtra rarement ailleurs58. C’est ainsi qu’Isabelle participe aux festivités bruxelloises organisées à la fin du mois de juillet 1622 pour la canonisation d’Ignace tout en puisant très généreusement dans son trésor personnel pour orner l’église des jésuites. Elle offre une grande étoffe de brocart qui, disait-on, avait couvert la couche nuptiale de Charles Quint, son grand-père, et les pères la divisent en autant d’ornements d’autel. Elle prélève en outre de la couronne de l’empereur Matthias (1557-1619), son cousin décédé trois ans plus tôt, des grenats que les pères fixent sur un drap d’argent pour former le mot « Iesus ». Elle prête également des diadèmes précieux à déposer sur la tête des statues d’Ignace et François-Xavier ainsi que des colliers à pendre à leurs cous. Elle donne enfin une toile argentée parsemée d’étoiles dorées pour former un conopée au-dessus des statues desdits saints et feindre ainsi la voie lactée59. Ces ornements rutilants et précieux qui, grâce à Isabelle, parent l’église jésuite devaient, selon les pères, emplir les fidèles « d’une pieuse volupté » et les frapper d’admiration. Alors que la Trêve de Douze Ans vient de s’achever et qu’Ambrogio Spinola (1569-1630), en charge des opérations militaires au nom de l’Espagne, vient d’assiéger Bergen-op-Zoom à l’embouchure de l’Escaut, dans l’espoir de libérer Anvers du blocus hollandais, Isabelle se distrait l’espace de quelques heures de ses responsabilités de chef suprême des armées pour montrer ostensiblement les faveurs qu’elle accorde à la Compagnie et à son fondateur. On ne s’étonnera toutefois pas de ce soutien vigoureux à la cause ignatienne dans la mesure où celle-ci, comme la canonisation de Thérèse d’Avila, présentait un net caractère espagnol. Quand Grégoire XV (pape de 1621 à 1623) se décida à canoniser en même temps Isidore, Thérèse, Ignace ainsi que François-Xavier, l’Infante avait d’ailleurs écrit au pontife pour le remercier de sa décision et se réjouir de la « bonté de Dieu pour l’Espagne60 ». Dans ce même courrier, elle avait également insisté sur le fait que cette quadruple canonisation devrait œuvrer à « la confusion des hérétiques et de tous les ennemis du Saint-Siège61 ». On comprendra donc sa volonté d’être présente, entourée de la Cour, aux réjouissances jésuites de cet été 1622, et de donner un caractère prestigieux à ces cérémonies par des dons d’une impressionnante richesse.

  • 62 Ces mots sont de Godefroid Kurth qui, dans l’introduction de la biographie d’Isabelle par la comte (...)

15Pendant ses douze années comme gouvernante-générale des Pays-Bas, Isabelle veille donc à poursuivre la politique confessionnelle qu’elle avait mise en place avec Albert lorsqu’ils étaient tous deux co-souverains de ces provinces tout en lui donnant cependant de nouvelles inflexions. Si elle tente en effet d’y dynamiser de nouvelles formes dévotionnelles locales, elle soutient également – et bien davantage qu’à l’époque d’Albert me semblet-il – des formes allogènes, contribuant ainsi à développer dans ces provinces un catholicisme original. Ce catholicisme, ouvert aux influences méridionales tout en conservant des formes d’expression propres, est caractérisé par son caractère spectaculaire et dévot. Il est aussi marqué par une forte dimension politique puisqu’il fonde l’hégémonie des Habsbourg sur ce qu’il reste des états bourguignons. L’engagement personnel d’Isabelle et le caractère public de ses dévotions sont pour beaucoup dans le succès de cette opération dévotionnelle : l’Archiduchesse participe avec régularité aux processions, se rend fréquemment dans les différentes églises conventuelles de Bruxelles et d’ailleurs pour y entendre la messe, part se recueillir en personne devant des corps réputés saints afin d’encourager le développement d’un culte nouveau, honore de sa présence plusieurs cérémonies extraordinaires, soutient personnellement l’introduction de nouvelles pratiques… La visibilité de cet engagement personnel est renforcée par la multiplication de dons prestigieux qui témoignent avec évidence et pour longtemps du soutien qu’elle entend apporter à certains lieux de culte, figures saintes ou ordres religieux « nouveaux », comme les jésuites ou les carmélites déchaussées qu’elle appuie vigoureusement. Cette intense visibilité dévotionnelle lui permet d’ériger, en ces terres d’entre-deux, des hauts remparts destinés à repousser la menace calviniste et à encadrer une forte identité catholique. Il est donc réducteur de ne voir en cette femme, co-souveraine puis gouvernante-générale des Pays-Bas, qu’une « bigotte qui avait transformé la cour de Bruxelles en couvent et passait tout son temps à marmotter des oremus62 ». Certes, sa piété était intense et les témoignages rassemblés par Philippe Chiflet dévoilent un rythme de vie strictement fondé sur la prière et les pratiques de dévotion, indépendamment de toute activité publique. Cette femme forte, intelligente et stratège qu’était Isabelle sut néanmoins – avec Albert, puis seule – offrir à sa profonde et sincère piété personnelle une telle couverture médiatique qu’elle devint un des éléments essentiels de sa politique.

Notes

1 L’intérêt des historiens pour le règne des archiducs Albert et Isabelle sur les Pays-Bas a été particulièrement stimulé par l’exposition organisée en 1998 à Bruxelles et à Madrid par Luc Duerloo et Werner Thomas, et par la publication d’un volume de textes en plus du catalogue proprement dit (Duerloo L. et Thomas W. (dir.), Albert & Isabella : 1598-1621, 2 vol., Turnhout, Brepols, 1998). On notera que Luc Duerloo a poursuivi les recherches sur la figure d’Albert et a récemment publié une monographie remarquablement documentée (Duerloo L., Dynasty and Piety : Archduke Albert (1598-1621) and Habsburg political Culture in an Age of religious Wars, Farnham-Burlington, Ashgate, 2012). Pour des études récentes et particulièrement stimulantes sur Isabelle, nous renvoyons à van Wyhe C. (dir.), Isabel Clara Eugenia : Female Sovereignty in the Courts of Madrid and Brussels, Madrid, Centro de Estudios Europa Hispánica, 2011. Le volume privilégie les dimensions politiques et culturelles de l’action de l’Infante.

2 Esteban Estringana A., « What a princess, good God! The Heritage and Legacy of the Infanta Isabel », van Wyhe C. (dir.), Isabel Clara Eugenia, op. cit., p. 415-443.

3 C’est ce qu’écrit, au lendemain de la mort d’Albert, Crisogono Flacchio, secrétaire de la nonciature en charge de l’interim, au cardinal secrétaire d’état Ludovico Ludovisi, rappelant que la désignation d’Isabelle comme gouvernante générale ne pouvait qu’être provisoire et que l’Infante devait rapidement retrouver son statut de princesse souveraine (De Meester B. (éd.), Correspondance du Nonce Giovanni-Francesco Guidi di Bagno (1621-1627), Bruxelles, Palais des Académies, Rome, 1938, vol. 1, doc. 30 [Crisogono Flacchio à Ludovico Ludovisi, Bruxelles, 17 juillet 1621]).

4 Esteban Estringana A., Madrid y Bruselas : relaciones de gobierno en la etapa postarchiducal (1621-1634), Leuven, Leuven University Press, 2005.

5 « Non si può dire quanto sia benigna & affabile ; quanto liberale & magnanima ; quant’ami la giustitia ; ma sopra ogni cosa, quanto sia grande la sua religione e la sua pietà : scuopresi in lei un zelo ardente in favor della Chiesa : e non ha desiderio più vivo che di vederla regnar per tutto, ma spetialmente in queste Provincie heretiche della Fiandra » (Relationi fatte dall’Illmo e Revmo Sigor Cardinale Bentivoglio in tempo delle sue Nuntiature di Fiandra e di Francia, date in luce da Erycio Puteano, Anvers, 1629, p. 118). La Relation de Bentivoglio, rédigée au début des années 1610, n’est éditée qu’en 1629 par Erycius Puteanus : l’humaniste dédie alors l’ouvrage à l’Infante. La traduction proposée ici est extraite de la traduction française des Relations (Relations du Cardinal Bentivoglio, Paris, Charles Rouillard, 1642).

6 Puget de la Serre J., Mausolée érigé à la mémoire immortelle de très-haulte, très-puissante, et très-auguste princesse Isabelle d’Autriche, Bruxelles, Jean Pepermans, 1634. Cf. également Courvoisier J.-J., Le sacré mausolée ou Les parfums exhalants du tombeau de le Sérénissime Princesse Isabelle-Claire-Eugénie, Bruxelles, François Vivien, 1634 ; Le Mire A., Serenissimae principis Isabellae Clarae Eugeniae, Hispaniarum infantis, laudatio funebris, Anvers, Balthazar Moretus, 1634 ; Waulde G., Harangue funèbre aux obsèques de Madame Isabelle, Claire, Eugénie, Infante d’Espagne, Mons, Jean Havart, 1634.

7 « Virilis plane animi heroina fuit […] non minus pietate, quam animi magnitudine anima » (Van Meerbeeck L. (éd.), Correspondance du nonce Fabio de Lagonissa, archevêque de Conza (1627-1634), Bruxelles-Rome, Institut historique belge de Rome, 1966, annexe LII, p. 563). Avant d’être éditée par Lucienne van Meerbeeck, cette relation a été partiellement résumée et commentée par van der Essen L., « La situation religieuse des Pays-Bas en 1634, d’après la relation finale du nonce Fabio de Lagonissa », Revue d’histoire ecclésiastique, 28, 1928, p. 333 sq.

8 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante).

9 Arblaster P., « The Infanta and the English Benedictine Nuns: Mary Percy’s memories in 1634 », Recusant History, 23/4, 1997, p. 508.

10 Coreth A., « Pietas austriaca ». Ursprung und Entwicklung barocker Frömmigkeit in Österreich, Vienne, Verlag für Geschichte und Politik, 1959 (rééd. 1982). Cf. également Matsche F., Die Kunst im Dienst der Staatsidee Kaiser Karls VI : Ikonographie, Ikonologie und Programmatik des « Kaiserstils », Berlin, Walter de Gruyter, 1981 ainsi que Béranger J., « Pietas austriaca. Contribution à l’étude de la sensibilité religieuse des Habsbourg », Bardet J.-P. et Foisil M. (dir.), La vie, la mort, la foi, le temps. Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Paris, PUF, 1993, p. 403-421.

11 Duerloo L., « Pietas Albertina. Dynastieke vroomheid en herbouw van het vorstelijke gezag », Bijdragen et Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 112, 1997, p. 1-18 ; Id., « Archducal Piety and Habsburg Power », Duerloo L. et Thomas W. (dir.), Albert & Isabella, op. cit., vol. 1 (Essays), p. 267‑279 ; Delfosse A., La « Protectrice du Païs-Bas » : stratégies politiques et figures de la Vierge dans les Pays-Bas espagnols, Turnhout, Brepols, 2009.

12 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 96 (Journal historique des choses mémorables arrivées en la cour des Païs-Bas depuis l’an 1559 jusques à l’an 1632 inclus par Philippe Chiflet, chapelain de l’oratoire des archiducs à Bruxelles), fol. 253 ro. Cf. également Le Mire A., Serenissimae principis Isabellae Clarae Eugeniae, Hispaniarum infantis, laudatio funebris, op. cit., p. 16. Isabelle devint par ailleurs officiellement membre du Tiers-Ordre de Saint-François le jour de la fête de ce dernier en octobre 1621 et prononça ses vœux définitifs en 1622.

13 Le Mire A., Isabellae sanctae, Elisabetha Ioannis Bapt. mater, Elisabetha Andr. regis Hung. filia, Isabella regina Portugalliae, Isabella s. Lud. Galliae regis soror, Bruxelles, Jean Pepermans, 1622, fol. H2 ro ; Le Mire A., Serenissimae principis Isabellae Clarae Eugeniae, Hispaniarum infantis, laudatio funebris, op. cit., p. 32.

14 Houben B., « Intimacy and Politics: Isabel and her Ladies-in-Waiting (1621-1633) », van Wyhe C. (dir.), Isabel Clara Eugenia, op. cit., p. 313-337; Houben B. et Raeymaekers D., « Women and the Politics of Access at the Court of Brussels: The Infanta Isabella’s Camareras Mayores (1598-1633) », Akkerman N. et Houben B. (dir.), The Politics of Female Households: Ladies-in-waiting across Early Modern Europe, Leiden-Boston, Brill, 2014, p. 123-145.

15 Welzel B., « Princeps Vidua, Mater Castrorum: the Iconography of Archduchess Isabella as Governor of the Netherlands », Jaarboek van het Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, 1999, p. 159-175.

16 Sur l’histoire de ces trois hosties miraculeuses, cf. Ydens E., Histoire du S. Sacrement de Miracle, reposant à Bruxelles, en l’Eglise collegiale de S. Goudele, & des Miracles faictz par iceluy, Bruxelles, Rutger Velpius, 1605.

17 Lefèvre Pl., « Offrandes princières faites en l’honneur d’une relique eucharistique à Bruxelles aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue belge d’archéologie et d’histoire de l’art, 41, 1972, p. 82-83.

18 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), Noticias de las virtudes de la Sma Infanta por las Carmelitas descalzas di Bruxelles, fol. 129 vo.

19 Vatican, Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Nunziatura di Fiandra, vol. 14 C, fol. 292 ro, Chrisogono Flacchio à Antonio Barberini, Bruxelles, 19 juillet 1625.

20 Cf. L’acte de donation authentifié par notaire publié par Lefèvre Pl., op. cit., annexe III, p. 95-96.

21 Lefèvre Pl., op. cit., annexe IV, p. 97-98.

22 « Utque avita religio ea in civitate restauraretur, sacrum anniversarium in augustissimi sacramenti venerationem instituit » (Van Meerbeeck L. (éd.), op. cit., p. 564).

23 De Poorter N., The Eucharist Series, Bruxelles, Arcade, 1978 ( = Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, 2).

24 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), Noticias de las virtudes de la Sma Infanta por las Carmelitas descalzas de Bruselas, fol. 129 ro. Cf. également, dans le même volume, le témoignage de Léonor de Saint-Bernard, carmélite de Gand, qui décrit l’Infante suivant des processions du Saint-Sacrement par grand soleil ou mauvais temps, mais refusant toujours d’être protégée par un dais réservé à la seule hostie consacrée (fol. 288).

25 Giacinto da Casale avait été envoyé par Rome à Vienne pour y négocier le transfert de la dignité électorale du comte palatin du Rhin à Maximilien de Bavière, à la suite de la mise au ban de l’Empire de Frédéric V. L’Empereur hésitait en effet à opérer ce transfert en raison de l’opposition de l’Espagne qui, pour des questions géostratégiques, espérait une réhabilitation du comte palatin. Casale s’installa ensuite à Bruxelles à partir de juillet 1623 pour y négocier la restitution des biens ecclésiastiques du Palatinat… et prendre les bains à Spa (Koller A., « Giacinto da Casale », Dizionario biografico degli Italiani, 54 (2000), p. 1116-1119).

26 De Meester B. (éd.), op. cit., vol. 1, doc. 937 (Bagno à Francesco Barberini, Bruxelles, 6 avril 1624) ; vol. 2, doc. 1306 (Bagno à Francesco Barberini, Bruxelles, 29 mars 1625), doc. 1533 (Bagno à Antonio Barberini, Bruxelles, 11 avril 1626).

27 Snaet J., « Isabel Clara Eugenia and the Capuchin Monastery at Tervuren », van Wyhe C. (dir.), Isabel Clara Eugenia, op. cit., p. 361. Sur ce sujet, cf. aussi Frédégand d’Anvers, Étude sur le Père Charles d’Arenberg, Frère-mineur capuchin (1593-1669), Paris-Rome, 1919, p. 177 ainsi que le père Hildebrand, « Capucins belges et comtois, prédicateurs de la cour de Bruxelles sous Albert et Isabelle (1617-1633) », Études franciscaines, 49, 1937, p. 338.

28 Snaet J., op. cit., p. 361.

29 Vatican, Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Nunziatura di Fiandra, vol. 15, fol. 43, Bagno à Francesco Barberini, Bruxelles, 14 février 1626.

30 Delfosse A., La « Protectrice du Païs-Bas », op. cit.

31 Duerloo L., Scherpenheuvel : het Jeruzalem van de Lage Landen, Leuven, Davidsfonds, 2002.

32 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 96 (Journal historique des choses mémorables arrivées en la cour des Païs-Bas depuis l’an 1559 jusques à l’an 1632 inclus par Philippe Chiflet, chapelain de l’oratoire des archiducs à Bruxelles), sq.

33 Delfosse A., « Vêtir la Vierge : une grammaire identitaire », Donneau O. (dir.), Quand l’habit faisait le moine. Une histoire du vêtement civil et religieux en Luxembourg et au-delà, Bastogne, Musée en Piconrue, 2004, p. 199-208.

34 Numan Ph., Histoire des miracles advenuz n’agueres à l’intercession de la glorieuse Vierge Marie, au lieu dit Montaigu, prez de Sichen, au Duché de Brabant, Louvain, Jean-Baptiste Zangre, 1604, p. 36.

35 Sanderus A., Chorographia coenobii monialium Ordinis Beatissimae Virginis Mariae de Monte Carmelo sub titulo Divae Consolatricis, vulgo, Ten Troost Vilvordiae miraculorum gloria illustris, La Haye, Christian van Lom, 1727 (1re éd., 1660).

36 Rome, Archivum Romanum Societatis Iesu, Flandro-Belgica, vol. 54, fol. 75 ro, Litterae annuae Bruxellensis.

37 Le Mire A., De vita Alberti pii sapientis, prudentis, belgarum principis commentarius, Anvers, Christophe Plantin, 1622, p. 102 ; Id., Serenissimae principis Isabellae Clarae Eugeniae, Hispaniarum infantis, laudatio funebris, op. cit., p. 30. Ses contemporains estiment ce cadeau somptueux pour l’extraordinaire valeur de trente mille écus (De Montgaillard B., Le soleil eclipse ou discours sur la vie et mort du Serenissime archiduc Albert, Bruxelles, Hubert Anthoine [Velpius], 1622, p. 130 ; de Balinghem A., La toute-puissante guerrière représentée en la personne de la Sacrée Vierge Marie et présentée aux catholiques en ce temps de guerre et nécessitez de l’Église, Douai, Gérard Patté, 1625, p. 363).

38 Matsche Fr., « Gegenreformatische Architekturpolitik Casa-Santa-Kopien und Habsburger Loreto-Kult nach 1620 », Jahrbuch für Volkskunde, 1, 1978, p. 88 ; Matsche Fr., Die Kunst im Dienst der Staatsidee Kaiser Karls VI, op. cit., p. 154 ; Ducreux M.-E., « La Santa Casa dans l’espace marial habsbourgeois au XVIIe siècle. L’étayage théologico-politique et les formes du culte », Cahiers du Centre de recherches historiques, 41, avril 2008, p. 39-71.

39 Et l’église conventuelle, et la chapelle seront reconstruites au début du XVIIIe siècle sous le gouvernement du prince-électeur de Bavière et gouverneur général des Pays-Bas, Maximilien-Emmanuel. La copie de la Santa Casa sera détruite en 1806 puis à nouveau reconstruite en 1840 (Le patrimoine monumental de la Belgique, t. I (Bruxelles), vol. B, Liège, Pierre Mardaga, 1993, p. 491).

40 Erkens M., « Le prieuré de Groenendael », de Mulder K. (éd.), La forêt de Soignes. Art et histoire des origines au XVIIIe siècle, catalogue d’exposition, Watermael-Boitsfort, Royale Belge, Auderghem, Château de Trois-Fontaines, 1987, p. 193.

41 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), Noticias de las virtudes de la Sma Infanta por las Carmelitas descalzas de Bruselas, fol. 129 vo.

42 Cf. Entre autres de Balinghem A., La toute-puissante guerriere representee en la personne de la sacre Vierge Marie et presentee aux catholiques de ce temps de guerre et necessitez de l’Eglise. Item de la devotion de la royale maison d’Austriche vers la susdite Vierge, Douai, Gérard Patté, 1625, p. 11-26. La tradition la plus courante, toutefois, veut que ce soient les prières au Rosaire ordonnées par Pie V qui aient conduit à la victoire. On rapporte également que le condottiere gênois, Giovanni Andrea Doria, avait dans sa cabine une image de la Vierge de Guadalupe : à l’issue de la bataille, Philippe II a déposé au sanctuaire de Guadalupe, en guise d’ex-voto, une lanterne et une bannière prises à l’ennemi.

43 « La guerre que ce mesme livre desire ardamment que la Reyne des cieux fasse, & déjà a commencé de faire, c’est aux ennemis de l’Eglise & aux vostres, Église dont votre tres auguste et catholique maison est, & a toujours été, la défense inexpugnable, l’appui assuré & la colonne inébranlable à toute force humaine », Idem, dédicace à Isabelle, fol. * 2 vo - * 3ro.

44 Martin J., « Les origines du sanctuaire et du culte marial de Basse-Wavre », Le Folklore brabançon, no 23/129, 1951, p. 52-101 ; Id., « Le culte de Notre-Dame de Basse-Wavre et la ville de Bruxelles », Les Cahiers bruxellois, no 19, 1974, p. 5-13.

45 Elle a ainsi envoyé au sanctuaire de Basse-Wavre un père jésuite du collège de Bruxelles, chargé d’assurer la relance du pèlerinage à l’aide de financements princiers (Rome, Archivum Romanum Societatis Iesu, Flandro-Belgica, vol. 52, fol. 149 ro).

46 L’année après l’installation de la statue de la Vierge de Basse-Wavre sur la façade de la Maison du Roi, les élèves des jésuites représentent cet épisode de la tradition bruxelloise à l’occasion d’une pièce de théâtre jouée devant ladite maison, en présence d’Isabelle (Tragi-comedie, onse lieve vrouwe van Peys. Tot vereeringhe van het beeldt Maria Pacis, ghestelt voor het broodt-huys door haere doorluchtichste hoocheydt Isabella Clara Eugenia infante van Spanien, & c. Verthoont binnen Brussel, den 22. september, 1626. Door de studenten der Societeyt Iesu. De prysen worden uit-ghedeylt door de miltheydt van de seer Edele Heeren den Magistraet van Brussel, Bruxelles, Jan Pepermans, 1626).

47 Les reliques présentes dans l’oratoire de l’Infante sont inventoriées et décrites par de Raisse A., Hierogazophylacium Belgicum sive thesaurus sacrarum reliquiarum Belgii, Douai, Gérard Pinchon, 1628, p. 389-400. Sur l’oratoire de l’Infante, cf. la notice de de Jonghe Kr., « Autel contenant les reliques provenant de l’oratoire d’Isabelle », Duerloo L. et Thomas W. (dir.), Albert & Isabella, op. cit., vol. 2 (Catalogue), notice 364, p. 262-263.

48 Caspers C., « Liduina, the Virgin of Schiedam. Rise, Flourishing and Waning of a Saint Cult, ca. 1400-ca. 2000 », Caspers C., Blommestijn H. et Hofman R. (dir.), Spirituality Renewed: Studies on Significant Representatives of the Modern Devotion, Leuven, Peeters Publishers, 2003, p. 193-208.

49 Van Lommel A., « Berigten aangaande reliquien van heijligen of heilige zaken uit Noord-Nederland ontvoerd », Archief voor de geschiedenis van het aarstbisdom Utrecht, 7, 1879, p. 117-141.

50 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), Noticias de las virtudes de la Sma Infanta por las Carmelitas descalzas de Bruselas, fol. 134 ro.

51 Acta Sanctorum, Aprilis, II, p. 365 et suiv.

52 En novembre 1622, Jean Succant, prieur du couvent de Groenendael dans la forêt de Soignes, a fait retirer de leur sépulture les ossements du mystique, et Jacques Boonen, l’archevêque de Malines, a procédé à la recognition du corps. Les os ont ensuite été nettoyés par un chirurgien, puis déposés dans un reliquaire. Isabelle s’intéresse de près à ces reliques et invite le même Jacques Boonen à entamer un procès en vue de la béatification du mystique. L’enquête est menée par Aubert Le Mire en 1624 qui participe au procès apostolique qui suit. Au terme de ces procédures successives, Isabelle écrit à Urbain VIII pour manifester son soutien à la cause (Axters St. G., « art. Ruusbroec », Nationaal Biographisch Woordenboek, t. 1, 1964, col. 822 ; Dykmans M., Obituaire du monastère de Groenendael dans la forêt de Soignes, Bruxelles, Palais des Académies, 1940 ; Berlière U. (dir.), Monasticon belge, t. IV (Province du Brabant), Liège, Centre national de recherches d’histoire religieuse, 1970, p. 1086).

53 De Meester B. (éd.), op. cit., vol. 2, doc. 1385 (Chrisogono Flacchio à Antonio Barberini, Bruxelles, 16 août 1625).

54 Pybes T., De admiranda pariter et miraculosa prima et secunda inventione corporis Beati Idesbaldi, quinti abbatis monasterij B. Mariae de Dunis in Flandria, Bruges, Guillaume de Nève, 1624.

55 Besançon, Bibliothèque municipale, Collection Chiflet, Ms. 97 (Papiers pour la vie de l’Infante), Noticias de las virtudes de la Sma Infanta por las Carmelitas descalzas de Bruselas, fol. 132 ro.

56 van Wyhe C., « Piety Politics In The Royal Convent Of Discalced Carmelite Nuns In Brussels 1607-1646 », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 100/2, 2005, p. 457‑487.

57 Put E., « Les archiducs et la réforme catholique : champs d’action et limites politiques », Duerloo L. et Thomas W. (dir.), Albert & Isabella, op. cit., vol. 1 (Essays), p. 257.

58 Put E., Les jésuites dans les Pays-Bas et la principauté de Liège (1542-1773), Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 1991, p. 24.

59 Sanctorum Ignati et Xaveri in divos relatorum triumphus Bruxellae ab aula et urbe celebratus, Bruxelles, Jean Pepermans, 1622, p. 5-6.

60 Bruxelles, Archives Générales du Royaume, Papiers de l’État et de l’Audience, vol. 458, fol. 82.

61 Idem.

62 Ces mots sont de Godefroid Kurth qui, dans l’introduction de la biographie d’Isabelle par la comtesse de Villermont, contestait déjà cette image de bigoterie excessive construite par les détracteurs de l’Infante (De Villermont M., L’Infante Isabelle : gouvernante des Pays-Bas, t. 1, Tamines, Duculot-Roulin, Paris, Librairie Saint-François, 1912, p. XVIII).

Auteur

Professeure d’Histoire moderne à l’université de Liège. Elle déploie ses recherches dans le champ de l’histoire religieuse moderne, en s’intéressant notamment à l’histoire de dévotion mariale (La « Protectrice du Païs-Bas ». Stratégies politiques et figures de la Vierge dans les Pays Bas espagnols, Brepols, 2009), de la Compagnie de Jésus ou des formes spectaculaires du catholicisme tridentin.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search