Version classiqueVersion mobile

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Deuxième partie. Dévotions privées et publiques au prisme des bibliothèques et des trésors de livres des reines

Lectures et espaces féminins autour de la reine Marguerite de Habsbourg-Styrie (1584-1611)

À propos de la circulation et de l’imitation des modèles dévotionnels de Cour

Fernando Bouza
Traduction de Cécile Vincent-Cassy

Texte intégral

  • 1 « No está secreto lo que nuestra consciencia sabe ». Ces recherches ont été réalisées dans le cadr (...)

« Ce que notre conscience sait ne demeure pas dans le secret1. »
Juliana Morell, 1608.

  • 2 « Historia nunca vista/de un caballero andante en buen decoro », Valladares de Valdelomar J., Cava (...)
  • 3 « La devota y humilde Reina pía,/siendo más religïosa,/que grande y poderosa »,ibid., p. 327.

1Dans le Chevalier bienheureux, l’« histoire originale d’un chevalier errant en toute bienséance2 » que Juan Valladares prétendait faire imprimer en 1617, on trouve des madrigaux écrits à la mort de Marguerite de Habsbourg-Styrie, qui avait eu lieu en 1611. Elle y est portraiturée en « dévote et humble reine pieuse qui était plus religieuse que grande et puissante3 ». Pour expliquer sa présence dans un contexte aussi étrange, il faut peut-être simplement signaler que le manuscrit de cet autre Don Quichotte est dédié à la dame allemande Marie Sidonie Riederer de Paar, arrivée en Espagne dans la suite de la souveraine, au destin de laquelle sa vie et sa fortune furent toujours liées.

Profils particuliers de la majesté confessionnelle féminine de Marguerite de Habsbourg-Styrie

  • 4 Sánchez M. S., The Empress, the Queen and the Nun. Women and Power at the Court of Philipp III, Ba (...)
  • 5 Sánchez M. S., « A woman’s influence. Archduchess Maria of Bavaria and the Spanish Habsburgs », Ke (...)

2Née à Graz en 1584, l’archiduchesse Marguerite de Habsbourg-Styrie devint reine d’Espagne par son mariage avec Philippe III (1578-1621) en 15994. Depuis lors, elle construisit d’elle-même une image de reine à la dévotion et la piété militantes, ayant reçu de sa mère, la bavaroise Marie de Wittelsbach, l’héritage des modèles contre-réformistes d’Europe centrale caractérisés, à l’aube de la guerre de Trente Ans, par un confessionnalisme jésuitique5.

3Les deux branches, viennoise et madrilène, de la famille Habsbourg, partageaient un modèle semblable de piété royale. Toutes les deux fondaient leur pouvoir sur leur condition de défenseurs autoproclamés d’une Christianitas Afflicta au secours de laquelle elles accouraient avec armes et moyens financiers. Aussi leur majesté était-elle totalement confessionnalisée, et s’exprimait-elle pleinement lorsque les souverains, qui aimaient se présenter dans des cadres ecclésiastiques, s’associaient à des pratiques liées au religieux, soit à travers des fondations et donations charitables, soit à travers des formes plurielles de culte et de dévotion.

4Malgré tout, la dissimulation relative de la figure royale, si chère à Philippe II (1527-1598), avait marqué une différence notable entre les modes cérémoniels des deux cours. On sait que lorsque le Roi Catholique assistait aux services dans la chapelle royale, un rideau empêchait les courtisans de le voir directement. Ainsi, le lien de la majesté avec l’espace religieux cérémoniel prenait une forme visuellement plus discrète. Mais il n’était pas pour autant moins présent. En effet, c’est Philippe II lui-même qui avait établi la manière dont les intentions du souverain s’incluaient dorénavant dans l’office de la messe.

  • 6 Sur la fondation du couvent des Descalzas Reales, cf. la contribution d’Ana García Sanz dans ce mê (...)

5En outre, le décès d’Anne d’Autriche (née en 1549), quatrième épouse de Philippe II, en 1580, avait privé la Cour du développement d’une majesté féminine complète. L’infante Isabelle Claire Eugénie (1566-1633), née de l’union de Philippe II avec son épouse précédente Élisabeth de Valois (de France), ne combla jamais complètement ce manque, malgré sa forte et indubitable présence cérémonielle. Pourtant, à son arrivée à Madrid, l’archiduchesse autrichienne Marguerite trouva une Cour dans laquelle, peu de temps auparavant, sa cousine l’infante « régnait » encore, une Cour où demeuraient l’impératrice Marie de Habsbourg, sœur de Philippe II (1528-1603), ainsi que la plus jeune de ses filles, sœur Marguerite de la Croix (1567-1633). Des espaces conventuels féminins tels que celui des Déchaussées Royales (Descalzas Reales), où ces deux femmes résidaient, étaient devenus le cadre d’une piété féminine dévote et confessionnelle6.

  • 7 « Venus alemana ». Comme dans un sonnet de Góngora Clavar victorïoso y fatigado, de 1603. Jammes, (...)
  • 8 Biblioteca Nacional de España (dorénavant BNE), Madrid, Ms. 20273 (24), paiements faits à Valladol (...)
  • 9 « Amigo de mi [vi] da » et « mujer que te más quiere que a su vida », BNE, Ms. 915 [Diez cartas fa (...)

6Bien évidemment, les années espagnoles de Marguerite de Habsbourg-Styrie sont remplies de témoignages évoquant plus que des prières et des corps saints. En « Vénus allemande7 », la reine sortait chasser, pêchait dans les étangs royaux, ordonnait personnellement de payer des maîtres de marionnettes et des joueurs de mains8. Hésitante, elle signait Margaretha ou Margarita, écrivait à son époux qu’il était l’« ami de ma vie » et qu’elle était « la femme qui t’aime plus que sa vie9 ». Cependant, il ne fait aucun doute que les heures et les lieux de la reine ne peuvent être correctement compris sans prendre en compte ses pratiques dévotionnelles qui, à l’évidence, ne peuvent être réduites à de simples litanies.

  • 10 La médiation de la reine dépassa les limites de la sphère informelle au point que 1609 Philippe II (...)
  • 11 Feros A., Kingship and Favoritism in the Spain of Philipp III, 1598-1621, Cambridge-New York, Camb (...)
  • 12 La relative proximité entre la mort de la reine et les traités d’expulsion fut à l’origine d’évoca (...)
  • 13 Dans l’avis théologique anonyme intitulé Sobre la muerte de la Reyna la discussion est développée (...)

7À Madrid, Marguerite exerça d’intermédiaire continue entre son époux et ses frères les archiducs Ferdinand – le futur Ferdinand II (1578-1637) – et Léopold – le futur Léopold V de Tyrol (1586-1632) – sur les questions controversées touchant à la situation de la religion catholique dans l’Empire10. À la cour d’Espagne elle-même, on dit que la reine devint la seule capable d’affronter le favori, le duc de Lerma lui-même, ainsi que tous ceux qui voulaient soumettre, selon l’expression de l’époque, les intérêts de la foi à la raison d’État11. Cette image ne fut véritablement forgée, et amplifiée, et ce jusqu’au cliché, qu’à la mort soudaine de Marguerite en 1611, peu après que le roi prit la décision, vivement défendue par elle, d’expulser les Morisques (1609)12. Presque candidate à la sainteté ou, tout au moins, à la palme du martyre13, il est nécessaire de souligner à quel point le choc de sa mort prématurée eut l’effet de créer une puissante mémoire de la souveraine consort de Philippe III, malgré la courte durée de son règne.

8On pourrait bien dire qu’au tournant des XVIe et XVIIe siècles en Europe occidentale, qu’elle fût catholique ou réformée, la majesté royale était nécessairement confessionnelle. Pourtant, sans quitter le monde romain, les dévotions concrètes qu’il convenait de pratiquer pouvaient être très diverses, et même variées. La devotio regia était ainsi le résultat d’une somme de choix continue et renouvelée entre différentes pratiques dévotes, ou bien de leur combinaison. De la sorte, des profils reconnaissables, et par conséquent susceptibles de circuler, et donc d’être imités, ont été construits.

  • 14 « Ha cesado con su muerte », Felipe III a Francisco Rodríguez de Castro, Duque de Taurisano, San L (...)

9Quelques jours seulement après la mort de Marguerite de Habsbourg-Styrie (El Escorial, 3 octobre 1611), Philippe III écrivit à Rome pour demander la concession d’un bref papal pour pouvoir entrer dans tous les couvents de ses royaumes à imitation, expressément formulée, de celle qu’avait la défunte Marguerite, qui « avait pris fin avec sa mort14 ». Ainsi le roi, pourrait-on dire, commençait à imiter la pieuse reine. Quelques dames le firent aussi, exportant même aux Indes les modèles de dévotion que Marguerite avait développés entre l’Empire et l’Espagne.

  • 15 Atienza Á., Tiempos de conventos. Una historia social de las fundaciones en la España moderna, Mad (...)
  • 16 Sánchez M. S., « Confession and complicity : Margarita de Austria, Richard Häller, S. J. and the c (...)
  • 17 Amigo L., « Las devociones del poder regio. El patronato de la Corona y de la Chancillería sobre e (...)
  • 18 Sánchez L., El monasterio de la Encarnación de Madrid. Un modelo de vida religiosa en el siglo xvi (...)
  • 19 Une exemple de l’implication personnelle de la reine dans la décoration de son oratoire peut être (...)
  • 20 « Sacó de los santuarios de España », Aínsa F. D., Fundación, excelencias, grandezas y cosas memor (...)
  • 21 González Dávila G., Teatro de las grandezas de la villa de Madrid, Madrid, Thomás Iunti, 1623, p.  (...)

10Dans le profil particulier de majesté féminine confessionnelle de Marguerite de Habsbourg-Styrie, sa condition de fondatrice et de patronne de maisons religieuses est sans doute particulièrement notable15. En dehors de son appui bien connu aux jésuites16, parmi les maisons qu’elle protégea, se trouvaient le couvent de franciscaines des Déchaussées royales de Valladolid17 ou, plus tard, celui d’augustines récollettes de la Encarnación de Madrid, qui fut sans aucun doute sa grande fondation18. Cette condition s’accompagnait d’autres éléments non moins confessionnels, comme son intérêt personnel pour la dotation et l’ornement de son oratoire19, son attachement au culte marial, à la formation missionnaire et à l’acquisition de corps saints, aussi bien de « ceux qu’elle fit sortir des sanctuaires d’Espagne20 » que de ceux qu’elle reçut de Rome ou de Naples, grâce à l’intervention de Paul V (pape de 1605 à 1621) ou du vice-roi Juan Alonso Pimentel, comte de Benavente (1576-1621)21.

  • 22 Sánchez M. S., « Confession… », loc. cit., p. 143.
  • 23 Par exemple la reine a, dit-on, offert à Juan de Ribera une « chasuble en cuir de chevreau parfumé (...)

11En somme, la confessionnalisation de ses pratiques s’est sans doute traduite par une reformulation adéquate de l’espace et du temps royaux. D’une part, à la fin de sa vie elle a utilisé son oratoire comme un lieu où elle recevait des visites quotidiennes22 ; d’autre part, elle a accru le nombre de ses visites à des églises et des communautés religieuses, y compris de chartreux, auxquelles elle avait accès grâce au bref papal déjà mentionné. Dans une large mesure, le soin personnel qu’elle mit à fabriquer de ses propres mains des vêtements liturgiques pour les offrir à des membres du clergé constitue un exemple éloquent de l’attitude par laquelle les pratiques sont sanctifiées lorsque les temps et les espaces sont sacralisés23.

Mémoire et imitation des modèles de piété royale féminine

  • 24 Labrador F., « Casa de la reina Margarita », Martínez Millán J. (éd.), La monarquía de Felipe III, (...)
  • 25 Marín C., « Doña María Sidonia Riederer de Paar, dama de la reina Margarita de Austria y condesa d (...)
  • 26 Archivo General de Indias, Séville, Contratación, 5348, liasse 55 ; et Contratación, liasses 342B, (...)
  • 27 Sur les adaptations cérémoniales à l’époque, Río Barredo Mª J., « De Madrid a Turín : el ceremonia (...)
  • 28 Ramos Medina M., Imagen de santidad en un mundo profano, Mexico, Universidad Iberoamericana, 1990, (...)

12Les profils de dévotion de la reine se retrouvent chez les dames qui la servaient dans l’espace de sa Maison24. Ce transfert est attesté, par exemple, par la trajectoire de deux des dames allemandes ayant accompagné la reine en Espagne : Marie Sidonie, déjà citée, et sa sœur Marianne Riederer de Paar25. La première d’entre elles, comtesse de Barajas par son mariage, se fit remarquer par son soutien aux augustins. Elle s’occupa personnellement de financer à hauteur de deux mille ducats le voyage que le frère Pedro de Solier fit aux Caraïbes pour prendre sa charge d’évêque de Porto Rico, non sans l’espoir, malgré tout, d’arriver à récupérer l’argent qu’elle avait investi26. La seconde de ces dames, Marianne Riederer, se rendit en Nouvelle Espagne en 1612 comme vice-reine après son mariage avec le marquis de Guadalcázar, emportant avec elle quelques reliques qu’elle avait reçues de la reine ellemême. Une fois arrivée dans le vice-royaume27, Marianne mit tout en œuvre pour reproduire les modèles qu’elle avait appris aux côtés de Marguerite à la cour d’Espagne, devenant une figure centrale dans la fondation d’un couvent de carmélites déchaussées à Mexico. Il faut souligner d’ailleurs que la figure de Marianne Riederer, intervenant personnellement dans les plus petits détails de la vie monastique, provoqua quelque surprise dans une ville qui n’était pas habituée au mécénat religieux des vice-reines (celles-ci ne résidaient pas toujours à Mexico), non plus qu’à son insistance réitérée pour pénétrer dans les couvents, y compris dans les clôtures28.

  • 29 En espagnol Nuestra Señora Vulnerata, note de la traductrice
  • 30 En espagnol Nuestra Señora del Rescate, note de la traductrice.
  • 31 L’image fut ensuite la propriété de Luis Fernández de Córdoba par don testamentaire de la vicerein (...)
  • 32 « En otras Repúblicas y ciudades de este Nuevo Mundo », Figueroa M., « [Epistola dedicatoria ] A D (...)
  • 33 « Hicieron derramar lágrimas no sólo entre Españoles, mas aún los mesmos Bárbaros e Indios », ibid
  • 34 Rodríguez Álvarez Mª, Usos y costumbres funerarias en la Nueva España, Zamora (Michoacán), El Cole (...)
  • 35 « Retrato vivo de la Vida, y muerte de la Cathólica Reyna de España Margarita que Dios tiene », Fi (...)

13Et si Marguerite de Habsbourg-Styrie s’était efforcée de promouvoir à Valladolid le culte de la Vulnerata29, image mariale qui avait subi la fureur iconoclaste lors du sac anglais de Cadix en 1596, l’ancienne dame de la reine fit de même avec Notre-Dame du Rachat30. Elle sauva l’image d’une attaque de corsaires hollandais à Acapulco en la faisant transporter dans son propre oratoire à la cour de Nouvelle Espagne31. Enfin, à la mort de Marianne Riederer de Paar à Mexico en 1619, on organisa des funérailles en son honneur à la cour de la Vice-Royauté comme « dans d’autres républiques et villes de ce Nouveau Monde32 ». Ces cérémonies s’accompagnèrent d’une telle expression d’affliction qu’elles firent couler les larmes non seulement des Espagnols, « mais aussi des Barbares et des Indiens eux-mêmes33 ». On y trouve l’écho des funérailles royales en l’honneur de la souveraine décédée quelques années plus tôt, notamment dans le réemploi du catafalque érigé pour la reine34. Allant plus loin encore, malgré les nombreuses amendes que provoqua cette comparaison cérémonielle, le prédicateur Marcos de Figueroa assurait que tous devaient avoir connu les vertus héroïques de la marquise de Guadalcázar comme celles d’un « vif portrait de la Vie, et de la mort de la Reine catholique d’Espagne Marguerite que Dieu ait son âme35 ».

  • 36 Cf. Fons J. P., Historia y vida de la venerable madre Ángela Margarita Serafina, fundadora de reli (...)
  • 37 « Se la abía dado [la bienvenida] en lengua latina y que en la mesma le había respondido elocuente (...)
  • 38 Legitimación de Joan Antoni y Juliana hijos naturales de Joan Antoni Morell, mercader, Barcelona, 2 (...)
  • 39 Je cite Schott [1608] d’après Roca J., « Juliana Morell », Memorias de la Academia de Buenas Letra (...)
  • 40 « Aserçiones de philosophia en latín un real », Bouza F., op. cit., § 202, p. 64.

14Accompagnée des dames Riederer, qui allaient être si fidèles à son souvenir, le voyage que fit Marguerite depuis l’Empire jusqu’à la cour de Madrid avait déjà été jalonné d’épisodes rendant compte de la piété royale d’une majesté dévote. Parmi eux, il est intéressant de souligner qu’on y entend déjà quelques expressions de son intérêt pour les lettres. Bien que sans succès, Barcelone avait tenté d’être choisie pour être la scène de l’union royale en 1599. Après les cérémonies qui eurent finalement lieu à Valence, les souverains entrèrent dans la ville catalane en mai de la même année. C’est là que Marguerite fut invitée à faire la connaissance d’Ángela Prat – sœur Ángela Serafina – qui vécut un rapt mystique en sa présence, et lui prophétisa la naissance de sa fille Anne, future reine de France. Sa Majesté exerça son patronage sur sœur Ángela en intervenant en faveur de la fondation du couvent de religieuses capucines à laquelle la moniale veuve travaillait. Depuis lors, celui-ci est connu sous le nom du couvent de Santa Margarida la Reial36. Peu de temps auparavant, Pere Benet Soler, conseller en cap de la ville, avait rendu visite à la reine Marguerite à bord de sa galère amarrée face aux côtes barcelonaises. Au retour de son ambassade maritime, Soler rapporta qu’« elle lui avait adressé [la bienvenue] en langue latine et aussi répondu de façon éloquente dans la même langue ». C’est ainsi que le père de Juliana Morell se le rappelait des années plus tard, dans une célèbre lettre rapportant l’épisode où Marguerite répondit en latin au conseller en cap pour expliquer qu’elle était favorable à l’instruction de sa fille dans les langues classiques depuis son plus jeune âge37. On n’a aucune certitude sur le fait que la reine ait rencontré Juliana Morell, petite fille polyglotte, en 1599. C’était un an avant qu’elle fût reconnue par Joan Antoni Morell qui, bien que marié, l’avait engendrée avec une femme célibataire comme enfant légitime, tout comme son frère Joan Antoni. Ces deux enfants était les fruits « ex illicito et damnato coitu geniti & procreati38 ». Cependant, il est certain que la mémoire de la reine Marguerite se lia à celle de Juliana, auteur des célèbres Theses quam Logicas tum Morales Latine. Andreas Schott, dans son Hispaniae bibliotheca, certifie en effet « quas [theses] lectas vidimus Margaritae Austriae Hispaniarum Reginae inscriptas39 ». Et la double annotation des « Déclarations de philosophie en latin, un réal » dans l’inventaire de la bibliothèque de la reine est peut-être en lien avec les célèbres thèses de Juliana Morell40. Selon cette hypothèse, l’érudition classique de cette auteure daterait de l’admiration qu’avait provoquée chez son père le savoir lettré que la nouvelle reine avait manifesté à Barcelone en 1599.

Espaces, langues, lectures : la piété royale dans la bibliothèque de Marguerite d’Habsbourg-Styrie

  • 41 Sánchez M. S., « Confession […] », loc. cit., p. 136, qui souligne avec raison le choix/imposition (...)
  • 42 Comme le Mortificationbüchlein de Giulio Fazio traduit par Martin Hueber (Ingolstadt, 1599) ou le (...)
  • 43 « En las oraciones no entendidas de quien las dice se pierde mucho de la attención […] que en ella (...)
  • 44 « Pía y religiosa voluntad ha sido la de V. Magestad », ibid., fol. 1 vo-2 ro.
  • 45 « Dessear leer los psalmos, que mui ordinariamente reza, declarados en su lengua natural que es la (...)
  • 46 Muñoz L., Vida de la venerable M. Mariana de San Joseph fundadora de la recolección de monjas augu (...)
  • 47 Mejía M. T., « La confesión a distancia », Revista española de derecho canónico, no 19, 1964, p. 2 (...)

15La création d’espaces féminins dans la vie de palais à cette époque dépendait non seulement de l’existence de lieux à entrée, c’est-à-dire, à l’accès limité par des règles de cérémonie, mais aussi du recours à des actions précises restreignant elles aussi cet accès dans la pratique. Dans le cas de Marguerite de Habsbourg-Styrie, sa capacité à utiliser la langue allemande pour créer un espace propre infranchissable, y compris par le tout-puissant duc de Lerma, est bien connue41. On peut aussi trouver quel ques ouvrages en allemand dans la bibliothèque de la reine, qui comptait plus de 350 volumes à sa mort42. La langue des écrits qui pouvaient faire partie de la consommation des femmes ayant des préoccupations spirituelles, ou qui simplement souhaitaient pratiquer la prière, dépasse la question de la lecture en langue vulgaire des Saintes Écritures. Quand, par exemple, Francisco Cano traduisit en castillan les psaumes pénitentiels en forme d’Exposition sur indication de l’impératrice Marie de Habsbourg, figure très proche de Marguerite, il affirma que « dans les prières non comprises de celui qui les lit, on perd beaucoup de l’attention […] que l’on doit avoir à leur lecture43 ». Dans son prologue l’évêque d’Algarve loua aussi la « pieuse et religieuse volonté de Sa Majesté44 » désirant « lire les psaumes, qu’elle prie quotidiennement, dans sa langue naturelle qui est le castillan, pour avoir d’eux une telle intelligence qu’elle puisse en tirer plus de douceur et de consolation pour son âme en les prononçant45 ». Il est évident que ni les dévotions de la reine, ni la relation qu’elle entretenait avec les livres ou la culture lettrée dans ce contexte, ne peuvent être réduits aux ouvrages conservés dans sa bibliothèque. Il faudrait approfondir le fonctionnement de son oratoire pour comprendre ses pratiques comme lectrice et comme auteure d’écrits. La reine Marguerite a sans doute suivi le modèle incitant à écrire ses péchés non pas simplement pour se préparer à la confession générale, mais aussi chaque vendredi, à la veille de sa confession hebdomadaire46. La pratique était assez courante et n’était pas condamnée, bien que le pape Clément VIII (pontife de 1592 à 1605) eût émis le décret sur la licéité de la confession per litteras inter sacerdotem et poenitentem absentes en 160247. Mais la fabrication de ces listes de fautes supposait une réflexion consciente sur la péni tence, attestant un exercice soigneux de l’examen de conscience sur la base du recours aux écrits. Dans un opuscule manuscrit, Marguerites précieuses, Baltasar Porreño rend compte du lien entre les pratiques religieuses et dévotes de Marguerite de Habsbourg-Styrie et les modèles de culture écrite, exposant que :

  • 48 « Desde muy niña començó a aficionarse a las cosas diuinas, a la oración, y trato con nuestro Seño (...)

« Toute petite, elle commença à prendre goût aux choses divines, à la prière, et au rapport avec Notre Seigneur, et à être très dévote, de sorte qu’elle récitait chaque jour l’office de Notre Dame, celui de la Croix, celui de l’Esprit Saint, les Litanies et les Psaumes pénitentiels, le Rosaire de Notre Dame, et d’autres dévotions particulières dont elle avait les livres. Ainsi, le temps qu’elle passait à ces choses finissait par être très long48. »

  • 49 Bouza F., op. cit., § 144, p. 61, § 259, p. 67, § 269-270, p. 68, § 291, p. 68, § 294-295, p. 68, (...)
  • 50 « oras antiguas con estampas yluminadas », ibid. § 294, p. 68.
  • 51 Sur Creswell et Sherley, Tobío L., Gondomar y los católicos ingleses, Sada, Ediciós do Castro, 198 (...)
  • 52 « Un librillo dorado de devoción de las horas de nuestra señora con algunas iluminaciones y con la (...)
  • 53 Bouza F., op. cit., § 136, p. 61 et 243, p. 66 (Ribadeneira) ; § 220, p. 65 (Creswell).

16Si l’écriture avait sa part dans les pratiques pénitentielles de Marguerite de Habsbourg-Styrie, elle l’avait aussi dans celles d’oraison. On trouve donc dans sa bibliothèque de nombreux témoignages de ce que l’on pourrait qualifier d’instruments de confession, comme des offices, des heures, des missels, des pénitentiels, des catéchismes ou des séries de litanies49. Le simple fait que quelques-unes de ces pièces aient appartenu à telle ou telle personne leur donnait une valeur ajoutée. Ainsi, l’un des livres d’heures est décrit dans le catalogue de sa bibliothèque comme des « heures anciennes contenant des estampes enluminées50 ». Le livre d’heures le plus illustre dont Marguerite de Habsbourg-Styrie eût la propriété tenait ainsi son caractère extraordinaire de son origine : il avait appartenu, du moins le croyait-on alors, à Marie Stuart (1542-1587). Cette pièce avait été offerte en 1611 par le fabuleux voyageur Anthony Sherley à travers le jésuite Joseph Creswell51. Elle est décrite comme un « petit livre doré de dévotion des heures de Notre-Dame contenant quelques enluminures et les armes de la reine d’Écosse52 ». L’identité de l’ancienne propriétaire de ce livre d’heures le dotait d’une condition de presque-relique, qu’il était très approprié d’offrir à Marguerite de Habsbourg-Styrie, reine catholique qui récupérait l’objet ayant appartenu à une autre reine catholique dont l’aura de martyre, aux mains d’Élisabeth Tudor, s’était répandue dans tout le monde catholique romain au début du XVIIe siècle. Le soutien de Marguerite aux collèges de missionnaires anglais en Espagne, en particulier à celui de Saint Alban de Valladolid, avait sans nul doute trouvé son corrélat dans cette offrande d’Anthony Sherley. On peut dire la même chose au sujet d’autres livres de sa bibliothèque, comme les deux exemplaires du Schisme d’Angleterre de Ribadeneira ou l’Édit ou Lois du roi Jacques d’Angleterre contre la foi catholique avec sa réponse que Creswell avait publié vers 1610 sous le pseudonyme de B. de Clarimond53.

  • 54 En espagnol Juan de Persia. Cutillas J. F., « Las relaciones de Don Juan de Persia : una imagen ex (...)
  • 55 Flannery J. M., The Mission of the Portuguese Augustinians to Persia and beyond (1602-1747), Leide (...)

17Il n’est pas difficile de trouver dans les livres de la reine Marguerite des échos des questions qui étaient l’objet de débats dans les chancelleries européennes à la même époque, comme la relation entre Jacques Ier d’Angleterre (Jacques VI d’Écosse, 1567-1625) et ses sujets anglais. Dans le cas des frères Anthony et Robert Sherley, se croisaient les questions d’Angleterre et celles de Perse, dont était venu le célèbre Uruch Beg Bayat, baptisé à la cour de Madrid en présence des souverains sous le nom de Jean de Perse54. Philippe III avait décidé d’envoyer l’augustin António de Gouveia à Rome, et de là en Perse, pour qu’il s’occupât aussi bien de l’alliance avec les Safavides contre les Turcs que de la direction spirituelle des chrétiens habitant dans cette région et bien sûr de la conversion des populations locales55.

  • 56 Relaçam em que se tratan as guerras e grandes victorias que alcaçou o grande rey da Persia, Impres (...)
  • 57 « A Raynha de Espanha Margarita de Austria nossa senhora », in Gaspar de Sao Bernardino, Itinerari (...)

18En 1611, Gouveia publia à Lisbonne un Récit où l’on traite des guerres et des grandes victoires du grand roi de Perse qui trouve opportunément sa place parmi les livres de la reine56. La même année, un Itinéraire d’Inde par la terre voyait le jour à Lisbonne aussi. Bien qu’il ne figure pas dans la bibliothèque de Sa Majesté, il a un lien avec elle car son auteur, le fran ciscain Gaspar de São Bernardino, lui dédicaça : « À madame la reine d’Espagne Marguerite de Habsbourg-Styrie57. »

  • 58 Daza A., Historia, vida y milagros, éxtasis y revelaciones de la venerable virgen santa Iuana de l (...)
  • 59 Liaño I., Historia de la vida, muerte y milagros de Santa Catalina de Sena, dividida en tres libro (...)
  • 60 « Esta mi obra, Reyna esclarecida,/Tendrá necessidad de vuestro abrigo/Que bien menospreciada y pe (...)
  • 61 « Expuesto con las virtudes y excelencias que dellas [las tres santas Margaritas] sacó la reina Ma (...)

19D’autres ouvrages furent dédiés à la reine, comme l’Histoire de sainte Jeanne de la Croix du frère mineur Antonio Daza58 ; ou l’Histoire de Sainte Catherine de Sienne composée en octaves rimées par Isabel de Liaño, achevée dès 160259. Cette auteure n’hésite pas à y proclamer qu’elle recherche le patronage de la reine car elle est une femme et de la sorte, « Cette œuvre à moi, Reine illustre,/aura besoin de votre protection/car elle serait méprisée et persécutée/par plus d’un ennemi si ce n’était le cas60 », ce qui, d’une certaine façon, évoque la relation déjà mentionnée de protection féminine qui a lié Marguerite aux thèses de Juliana Morell. Quant à l’ouvrage intitulé Marguerites précieuses de l’Église de Juan de Soto, il semble qu’il ait été conçu pour s’adresser à la reine, mais que sa mort frustra les desseins de son auteur. Malgré tout, en le publiant en 1617, l’augustin inclut son souvenir sur la page de titre elle-même, puisqu’on peut y lire que le propos du livre est « un exposé comprenant les vertus et excellences [des trois saintes Marguerites] que madame la reine Marguerite a imitées61 ».

  • 62 Ribadeneira P., Flos sanctorum o Libro de las vidas de los santos […] primera parte en la qual se (...)

20De sorte que la reine elle-même devient matière du livre et se transforme, pourrait-on dire, en une quatrième sainte ou au moins en un modèle de sainteté. Dans son édition princeps, la Première partie du flos sanctorum ou livre des vies de saints de Pedro de Ribadeneira avait déjà été publiée en 1599 avec une dédicace adressée à Marguerite de Habsbourg-Styrie. Dans cet ouvrage, qui connut un énorme succès commercial, l’écrivain jésuite indiquait que « ce livre ser [ait] utile à la reine Marguerite pour passer le temps en lisant les vies de saints, qu’elle apprécie autant qu’elle les imite ». Mais il exposa surtout qu’il avait décidé de dédier son Flos sanctorum en langue castillane à la reine pour que « publié sous sa patronage et sous la protection de son nom royal, il fût plus aimable à ceux qui le lir [aie] nt et [fût] un témoignage de sa reconnaissance62 ». Ribadeneira ne cherchait pas seulement la protection royale à travers cette dédicace. Il prétendait aussi tirer profit du goût de Marguerite pour les recueils de vies de saints pour inciter d’autres personnes à les lire, confiant dans le fait qu’ainsi ces lectures leur procureraient « plus de plaisir ». De la sorte, les pratiques confessionnelles royales furent amplifiées à travers l’impression des ouvrages, et proposées comme modèles à imiter. Elles servirent en quelque sorte d’instrument pour la mission d’évangélisation particulière qui s’appuyait sur ces imprimés.

  • 63 Bouza F., op. cit., § 91-95, p. 59, § 102 p. 60, § 113-114, p. 60, § 173, p. 63, § 195 p. 64 (flor (...)

21L’inventaire de la bibliothèque confirme l’affirmation de Ribadeneira du goût de Marguerite pour les flores sanctorum et autres vies de saints. En effet, le genre hagiographique se trouve magnifiquement représenté dans sa collection de livres63. Pour appréhender ses pratiques de lecture, on peut en outre utiliser quelques panégyriques qui, tout en faisant sans retenue l’apologie des coutumes de la reine, offrent des informations intéressantes. Ainsi, dans sa Reine catholique, Diego de Guzmán nous indique que :

  • 64 « En despertando por la mañana, antes que se le ocupasse otra cosa el pensamiento por dar las prim (...)

« À l’instant même où elle se réveillait le matin, avant d’occuper sa pensée à autre chose, afin que celle-ci soit d’abord consacrée à Dieu, elle prenait un livre de prières et de dévotion du père Louis de Grenade, de Louis de Blois, du père Luis de la Puente surtout, ou celui d’un autre auteur parmi ceux indiqués par son confesseur [Häller]. Il lui arrivait aussi de lire ou de demander qu’on lui lût la vie du saint du jour en question, et ce parfois même avant de se lever, soit à voix haute pour que celles qui étaient à ses côtés pussent l’entendre, soit à voix basse pour elle-même64. »

  • 65 « Nuestra sereníssima Reyna era tan dada a la leción de libros santos que algunas vezes, aun quand (...)
  • 66 Ibid., f. 129 ro. Cependant, dans la bibliothèque de la reine on trouvait un exemplaire référencé c (...)

22Elle pratiquait donc la lecture silencieuse, mais aussi la lecture à voix haute pour la partager avec ses dames de compagnie. Guzmán ajoute que ces lectures étaient d’ordinaire faites pendant que ces femmes brodaient ou qu’elles cousaient, c’est-à-dire alors qu’elles fabriquaient des vêtements liturgiques65. Un autre moment propice à cette lecture à voix haute était celui du coucher, ou celui où elle était au lit, car de nouveau Guzmán assure qu’« étant une nuit réveillée, une personne voulut lui lire un roman de chevalerie pour qu’en se distrayant elle se rendormît. Elle dit que, même pour une nuit, elle n’admettrait pas que de livres tels que ceux-là entrassent dans sa chambre, ce qui ne se produisit donc jamais66 ».

  • 67 Martínez, S., « Discreto, artífice y erudito. Un retrato abocetado de don Pedro Laso de la Vega, c (...)

23En dépit de ce que ses presque hagiographes laissent à penser, Marguerite de Habsbourg-Styrie lut ou entendit des livres profanes, tout autant que des livres religieux, en des lieux en outre bien éloignés des estrades où l’on brodait tout en écoutant des lectures. Récemment, Santiago Martínez a attiré l’attention sur deux pièces de la correspondance entre Diego Sarmiento de Acuña et Pedro Laso de la Vega, mayordomo mayor de la reine, à propos de quelques livres destinés, précisément, à satisfaire les intérêts livresques de la reine Marguerite67. Les deux comtes, l’un de Gondomar, l’autre des Arcos, avaient en commun une passion bibliophile. Ils réunirent tous deux de très riches collections de livres respectivement à Valladolid et à Batres. Dans l’une de ses lettres, Laso de la Vega écrivit :

  • 68 « Suplico a v.m. si entre sus libros tiene un libro grande que me parese es ynpreso en burgos que (...)

« Je supplie votre grâce, s’il le possède, d’avoir l’obligeance de m’envoyer un grand livre, imprimé semble-t-il à Burgos, qui traite des vies de saints du désert, car la reine désire ardemment le lire et m’a demandé de le lui trouver. Une fois lu, je prendrai soin de le récupérer et de le retourner à votre grâce […] [en personne]. Si votre grâce ne l’a pas, elle m’obligera en ordonnant de le chercher car je ne le trouve pas depuis deux jours, et Sa Majesté me presse de le trouver. Le comte d’Arcos68. »

24Ainsi donc, la reine recourait à son mayordomo mayor, dont l’intérêt pour les livres était bien connu, pour qu’il lui fournît des ouvrages. Elle pouvait le faire « en le pressant », au point qu’Arcos n’hésitait pas à chercher de l’aide auprès de celui qui fut sans doute le plus grand bibliophile de l’Espagne de son temps. Il le fit à une autre occasion, cette fois pour tenter de réparer une perte. Ce cas nous permet d’appréhender de nouveaux espaces et de nouvelles attitudes de lecture de la part de la reine :

  • 69 « Sepa v.m. que después de averme costado mucho trauajo el hallar un libro que llaman la segunda p (...)

« Que votre grâce sache qu’après avoir trouvé avec difficulté un livre qu’on appelle la deuxième partie de la conquête de Mexico où l’on traite de la vie de Hernán Cortès, je l’ai donné à madame la reine. Il lui plaisait tant qu’elle a ordonné qu’on le lui apportât hier après-midi à la Huerta, où le livre a été perdu. Elle a été si attristée par cette perte, et a manifesté un tel désir que je lui en retrouve un exemplaire que j’y suis tout occupé et inquiet, et que j’y ai passé toute ma journée, allant jusque chez votre grâce. Je la supplie de me faire la faveur de regarder si par hasard elle n’aurait pas cet ouvrage parmi ses livres, et de me l’envoyer. Dès que Sa Majesté l’aura lu, je le lui rendrai. Il s’agit d’un livre in-4o imprimé en Flandres, à Bruxelles ou à Anvers, je ne sais plus. Si votre grâce ne l’a pas qu’elle me fasse dire si elle sait où je pourrais le trouver69… »

  • 70 En espagnol Historia general de las Indias que contiene la conquista de México.
  • 71 Bouza F., op. cit., § 239 p. 66.
  • 72 Ibid, § 10, p. 55 (López de Gómara, première partie), § 133, p. 61 (Vargas Machuca, Milicia indiana(...)

25L’ouvrage perdu ne devait être autre qu’une édition anversoise de l’Histoire générale des Indes contenant la conquête de Mexico70 de Francisco López de Gómara, qui finirait par intégrer les étagères de la bibliothèque de la reine71. De nouveau nous trouvons Marguerite désireuse de lire et, en sus, fâchée d’avoir perdu un livre dans la Huerta de la Ribera de Valladolid. À sa mort en 1611, elle possédait une petite collection de traités sur les Indes incluant la Milice indienne de Bernardo Vargas Machuca, l’Histoire naturelle et morale des Indes de Joseph d’Acosta, l’Histoire du Pérou de Diego Fernández de Palencia et les deux parties de l’Histoire générale des Indes de López de Gómara72 – celle qui racontait les conquêtes de Cortès –, dont la perte a provoqué sa colère.

26En tant que dame de compagnie de la reine, Marianne Riederer de Paar put assister à la scène de la Huerta de Valladolid où la reine démontra avec insistance son désir de lire l’histoire mexicaine. Plus tard, une fois marquise de Guadalcázar, la dame allemande deviendrait vice-reine de Nouvelle Espagne et y importerait les modèles de dévotion qu’elle avait vu pratiquer en Europe. Dans un monde toujours plus vaste, l’expérience dévotionnelle de la Cour pouvait circuler sur un plan local, transnational et mondialisé. D’une part, elle le faisait grâce aux personnes elles-mêmes qui, in itinere, emportaient les pratiques et coutumes avec elles. D’autre part, elle se diffusait en suivant le mouvement des objets matériels, images et livres.

27Dans le cas de Marguerite de Habsbourg-Styrie, un lien étroit avec un modèle de majesté qui « confessionnalisa » les lectures individuelles et collectives se posa finalement en archétype très fort en raison de sa mort précoce et soudaine et des nombreux écrits funéraires qui l’accompagnèrent. Les échos de la construction d’espaces et de modèles de vie de Cour confessionnalisés, à partir d’une série de pratiques de dévotion, résonnent dans les portraits biographiques de ses dames de compagnie. On les trouve aussi dans les livres imprimés qui, comme le formulait expressément Ribadeneira, pouvaient être mieux reçus des lecteurs ordinaires s’ils lui étaient dédicacés, ou même s’ils étaient présentés comme répondant à ses goûts à elle. Bien qu’il y eût bien plus que des prières et des oratoires dans sa vie, une partie de la mémoire confessionnelle de Marguerite de Habsbourg-Styrie, représentée comme une reine pieuse et dévote, circula à travers des livres et des biographies des membres de sa suite. C’est ainsi qu’elle put être imitée au-delà du périmètre de la Cour.

Notes

1 « No está secreto lo que nuestra consciencia sabe ». Ces recherches ont été réalisées dans le cadre des projets « Pratiques et savoirs dans la culture aristocratique du Siècle d’Or : communication politique et modes de vie »/« Prácticas y saberes en la cultura aristocrática del Siglo de Oro : comunicación política y formas de vida », MINECO HAR 2011-27177 ; et « Cultures aristocratiques au Siècle d’Or ibérique : usages, modèles, savoirs et communautés politiques »/« Culturas aristocráticas en el Siglo de Oro ibérico : usos, modelos, saberes y comunidades políticas », MINECO HAR2014-54402-P.

2 « Historia nunca vista/de un caballero andante en buen decoro », Valladares de Valdelomar J., Cavallero venturoso con sus extrañas aventuras y prodigiosos trances adversos y prósperos, historia verdadera verso y prosa admirable y gustosa, Madrid, B. Rodríguez Serra, 1902, p. 5. Note de la traductrice : les citations en vers sont toutes traduites en français en prose.

3 « La devota y humilde Reina pía,/siendo más religïosa,/que grande y poderosa »,ibid., p. 327.

4 Sánchez M. S., The Empress, the Queen and the Nun. Women and Power at the Court of Philipp III, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1998; Pérez Cantó P. et Mó Romero E., « Margarida de Áustria », Pérez Cantó P., Mó Romero E. et Oliván L., Rainhas de Portugal e Espanha: Margarida de Áustria (1584-1611) e Isabelle de Bourbon (1602-1644), Lisbonne, Círculo de Leitores, 2012, p. 10-135; Pérez Martín Mª J., Margarita de Austria, reina de España, Madrid, Espasa-Calpe, 1961.

5 Sánchez M. S., « A woman’s influence. Archduchess Maria of Bavaria and the Spanish Habsburgs », Kent C., Wolber, T. K et Hewitt C. M. K. (éd.), The lion and the eagle. Interdisciplinary essays on German-Spanish relations over the centuries, Oxford-New York, Berghan Books, 2000, p. 91-107.

6 Sur la fondation du couvent des Descalzas Reales, cf. la contribution d’Ana García Sanz dans ce même volume.

7 « Venus alemana ». Comme dans un sonnet de Góngora Clavar victorïoso y fatigado, de 1603. Jammes, R., Études sur l’œuvre poétique de don Luis de Góngora y Argote, Bordeaux, Institut d’Études Ibériques, 1967, p. 269-270.

8 Biblioteca Nacional de España (dorénavant BNE), Madrid, Ms. 20273 (24), paiements faits à Valladolid, 1603 et 1604. Sur la cour festive de la reine, Torremocha M., « La corte vallisoletana de Margarita de Austria (años alegres, espejo de la fiesta barroca) », Martínez Millán J. et Lourenço Mª P. M. (éd), Las relaciones discretas entre las monarquías hispana y portuguesa : las casas de las reinas (siglos XVI-XIX), Madrid, Polifemo, III, 2008, p. 1617-1642.

9 « Amigo de mi [vi] da » et « mujer que te más quiere que a su vida », BNE, Ms. 915 [Diez cartas familiares de la Reina Margarita a su esposo Felipe III, 1598-1599], S. l., 18 avril [1599], fol. 19 ro. Dans cette lettre, la reine mentionne ses visites aux étangs d’Ontígola ou d’Esperanza pour pêcher.

10 La médiation de la reine dépassa les limites de la sphère informelle au point que 1609 Philippe III put dire à son ambassadeur à Rome qu’« à l’occasion de ce que les Sérénissimes Archiducs Ferdinand et Léopold, mes frères, ont écrit à la reine sur le mauvais état dans lequel se trouvent les choses de la religion catholique dans leurs terres, j’écris à Sa Sainteté la lettre que vous trouverez jointe à celle-ci »/« con ocasión de lo que los Serenísimos Archiduques Ferdinando y Leopoldo, mis hermanos, han escrito a la Reyna sobre el mal estado en que se hallan las cosas de la Religión Católica en aquellas partes escrivo a su Santidad la carta que será con ésta … », Felipe III a Francisco Rodríguez de Castro, Duque de Taurisano, Ségovie, 13 août 1609, Archivo Histórico Nacional, Madrid (dorénavant AHN), ministère des Affaires Étrangères, Saint-Siège, liasse 55, no 69.

11 Feros A., Kingship and Favoritism in the Spain of Philipp III, 1598-1621, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2000.

12 La relative proximité entre la mort de la reine et les traités d’expulsion fut à l’origine d’évocations croisées dans ses honneurs funèbres. Cf. par exemple Alvar E., « Exequias y certamen poético por Margarita de Austria (Zaragoza, 1612) », Archivo de Filología Aragonesa, no 26-27, 1980, p. 225-389.

13 Dans l’avis théologique anonyme intitulé Sobre la muerte de la Reyna la discussion est développée « en raison du soupçon qui court sur la cause de sa mort, à savoir si elle ne fut pas provoquée par quelqu’un qui la considérait comme un obstacle à l’exécution d’injustices et de tyrannies. Et si cela était confirmé, des personnes spirituelles se demandent si Sa Majesté ne pourrait être considérée comme une martyre du Christ »/« por la sospecha que corre que [su muerte] fue procurada por quien hallava estorvo en sus santos intentos para executar injusticias y tiranías. Supuesto lo qual dudan algunas personas espirituales, si en caso que saliese çierta la sospecha, se podría creer que su Magestad fue mártir de Jesuchristo », BNE, Ms. 20 260 (204), fol. 1 ro. Cf. aussi Vincent-Cassy C., « Le martyre de la reine Marguerite », dans Les chemins du ciel : sainteté féminine, martyre et patronage sous Philippe III et Philippe IV, thèse de doctorat (université Paris III-Sorbonne Nouvelle, décembre 2004), partie inédite, p. 283-287, Vincent-Cassy C., « La reina en majestad. Imagen política póstuma de Isabel de Borbón (1644) », Tiempos modernos. Revista electrónica de Historia Moderna, no 26, 2013, 16 p. et Martínez S., Rodrigo Calderón. La sombra del valido : privanza, favor y corrupción en la corte de Felipe III, Madrid, Marcial Pons, 2009.

14 « Ha cesado con su muerte », Felipe III a Francisco Rodríguez de Castro, Duque de Taurisano, San Lorenzo, 12 octobre 1611, AHN, ministère des Affaires Étrangères, Saint-Siège, liasse 55, no 362.

15 Atienza Á., Tiempos de conventos. Una historia social de las fundaciones en la España moderna, Madrid, Marcial Pons, 2008.

16 Sánchez M. S., « Confession and complicity : Margarita de Austria, Richard Häller, S. J. and the court of Philip III », Cuadernos de Historia Moderna, no 14, 1993, p. 133-149 ; Jiménez Pablo E., « Los jesuitas en la corte de Margarita de Austria : Ricardo Haller y Fernando de Mendoza », Martínez Millán J. et Lourenço Mª P. M. (éd.), Las relaciones discretas entre las monarquías hispana y portuguesa : las casas de las reinas (siglos XVI-XIX), Madrid, Polifemo, II, 2008, p. 1071-1120.

17 Amigo L., « Las devociones del poder regio. El patronato de la Corona y de la Chancillería sobre el convento de las Descalzas Reales de Valladolid (siglos XVII-XVIII) », Campos y Fernández de Sevilla F. J. (éd.), La clausura femenina en España. Actas del simpósium, San Lorenzo de El Escorial, Real Colegio Universitario, 2004, II, p. 1155-1184.

18 Sánchez L., El monasterio de la Encarnación de Madrid. Un modelo de vida religiosa en el siglo xvii, [San Lorenzo de El Escorial], Escurialenses, 1986.

19 Une exemple de l’implication personnelle de la reine dans la décoration de son oratoire peut être vu sur le passeport pour les huit chandeliers en cristal qu’elle fit venir de Milan en 1605, Archivo de la Corona de Aragón, Barcelona (dorénavant ACA), Pasaportes, liasse 55, no 32. À sa mort en 1611, elle conservait parmi ses livres un « Mémorial des reliques que madame avait dans son oratoire », fol. 288. Cf. Bouza F., « La biblioteca de la reina Margarita de Austria », Estudis. Revista de Historia Moderna, no 37, 2011, p. 43-72.

20 « Sacó de los santuarios de España », Aínsa F. D., Fundación, excelencias, grandezas y cosas memorables de la antiquíssima ciudad de Huesca, Huesca, Pedro Cabarte, 1619, p. 443.

21 González Dávila G., Teatro de las grandezas de la villa de Madrid, Madrid, Thomás Iunti, 1623, p. 252 (Rome) et p. 469 (Naples).

22 Sánchez M. S., « Confession… », loc. cit., p. 143.

23 Par exemple la reine a, dit-on, offert à Juan de Ribera une « chasuble en cuir de chevreau parfumé à l’ambre, brodé de ses propres mains à l’or et à la soie », Ximénez J., Vida y virtudes del Ylmo. y Exmo. Señor D. Juan de Ribera, Patriarca de Antioquía, Rome, Ymprenta de Roque Bernabò, 1734, p. 316.

24 Labrador F., « Casa de la reina Margarita », Martínez Millán J. (éd.), La monarquía de Felipe III, Madrid, Fundación Mapfre, I, 2008, p. 1125-1168.

25 Marín C., « Doña María Sidonia Riederer de Paar, dama de la reina Margarita de Austria y condesa de Barajas », Martínez Millán J. et González Cuerva R. (éd.), La dinastía de los Austria. Las relaciones entre la Monarquía Católica y el Imperio, Madrid, Polifemo, I, 2011, p. 671-700 ; Aguayo F., « Doña Mariana Riederer de Paar, dama copera de la reina Margarita de Austria », Crónica de Córdoba y sus pueblos, no 6, 2001, p. 25-32.

26 Archivo General de Indias, Séville, Contratación, 5348, liasse 55 ; et Contratación, liasses 342B, 1, 18.

27 Sur les adaptations cérémoniales à l’époque, Río Barredo Mª J., « De Madrid a Turín : el ceremonial de las reinas españolas en la corte ducal de Catalina Micaela de Saboya », Cuadernos de Historia Moderna. Anejos, no 2, 2003, p. 97-122.

28 Ramos Medina M., Imagen de santidad en un mundo profano, Mexico, Universidad Iberoamericana, 1990, p. 88-90 ; Rivero M., La edad de oro de los virreyes. El virreinato en la Monarquía Hispánica durante los siglos XVI y XVII, Madrid, Akal, 2011, p. 166. 29. En espagnol Nuestra Señora Vulnerata, note de la traductrice.

29 En espagnol Nuestra Señora Vulnerata, note de la traductrice

30 En espagnol Nuestra Señora del Rescate, note de la traductrice.

31 L’image fut ensuite la propriété de Luis Fernández de Córdoba par don testamentaire de la vicereine, Herrera S., « El eclesiástico Luis Fernández de Córdoba y Portocarrero : aproximación a su mecenazgo cultural », Laboratorio de arte, no 23, 2011, p. 147-163.

32 « En otras Repúblicas y ciudades de este Nuevo Mundo », Figueroa M., « [Epistola dedicatoria ] A D. María Sidonia Riedrer de Paar Condesa de Barajas mi señora [México, 16 de mayo de 1619] », Oratio funebris in celebri funerali pompa excelentissimae Marchionissae huius noui mundi Proreginae, Mexici, ex oficcina Bachalauri Ioannis de Alcaçar, 1619, s. f.

33 « Hicieron derramar lágrimas no sólo entre Españoles, mas aún los mesmos Bárbaros e Indios », ibid.

34 Rodríguez Álvarez Mª, Usos y costumbres funerarias en la Nueva España, Zamora (Michoacán), El Colegio de Michoacán-El Colegio Mexiquense, 2001, p. 214.

35 « Retrato vivo de la Vida, y muerte de la Cathólica Reyna de España Margarita que Dios tiene », Figueroa M., op. cit., s. f.

36 Cf. Fons J. P., Historia y vida de la venerable madre Ángela Margarita Serafina, fundadora de religiosas capuchinas en España, Barcelone, Maria Dexen viuda, a la baxada de S. Eulalia, 1649, fol. 72 ro-81 vo. Baranda N., « Fundación y memoria de las capuchinas españolas de la Edad Moderna », Zerri, G. et Baranda, N. (éd.), Memoria e communità femminili. Spagna e Italia, secc. XV-XVII, Florence, Firenze University Press-UNED, 2011, p. 169-185.

37 « Se la abía dado [la bienvenida] en lengua latina y que en la mesma le había respondido elocuentemente. » La citation de l’écrit de Morell père (Lyon, 12 septembre 1613), se trouve dans Serrano y Sanz M., Apuntes para una biblioteca de escritoras españolas desde el año 1401 a 1833, II, Madrid, Tipografía de la Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 1905, p. 64.

38 Legitimación de Joan Antoni y Juliana hijos naturales de Joan Antoni Morell, mercader, Barcelona, 26 de abril de 1600, ACA, Cancillería, Registros, Felipe II el Piadoso, Diversorum 11, fol. 182 vo-185 ro.

39 Je cite Schott [1608] d’après Roca J., « Juliana Morell », Memorias de la Academia de Buenas Letras de Barcelona, no 2, 1868, p. 355-384, citation p. 381.

40 « Aserçiones de philosophia en latín un real », Bouza F., op. cit., § 202, p. 64.

41 Sánchez M. S., « Confession […] », loc. cit., p. 136, qui souligne avec raison le choix/imposition d’un confesseur de langue allemande, Häller, et d’un groupe de dames triées sur le volet, parmi lesquelles Marie Sidonie Riederer.

42 Comme le Mortificationbüchlein de Giulio Fazio traduit par Martin Hueber (Ingolstadt, 1599) ou le Chronicon Andecense de David Aicheler (Munich, 1595), Bouza F., op. cit., § 342, p. 71 et § 180 p. 63.

43 « En las oraciones no entendidas de quien las dice se pierde mucho de la attención […] que en ellas se deve tener », Cano F., Exposición de los siete psalmos penitenciales hechos […] y dirigida a la magestad de la Emperatriz que sea en gloria madre del Emperador Rodolpho que oy biue, copie du manuscrit original réalisée par Domingo de Barros, 1604, Madrid, Bibliothèque privée, fol. 1 vo.

44 « Pía y religiosa voluntad ha sido la de V. Magestad », ibid., fol. 1 vo-2 ro.

45 « Dessear leer los psalmos, que mui ordinariamente reza, declarados en su lengua natural que es la castellana para tener dellos tal inteligencia que con más dulçura i consolación de su alma los pueda dezir », ibid., fol. 1 vo-2 ro.

46 Muñoz L., Vida de la venerable M. Mariana de San Joseph fundadora de la recolección de monjas augustinas. Priora del real convento de la Encarnación, Madrid, Imprenta Real, 1645, p. 214.

47 Mejía M. T., « La confesión a distancia », Revista española de derecho canónico, no 19, 1964, p. 255-306.

48 « Desde muy niña començó a aficionarse a las cosas diuinas, a la oración, y trato con nuestro Señor y a ser muy deuota, en tanta manera que reçaua cada día el officio de nuestra Señora, el de la Cruz, el del Espíritu Santo, las Lethanías y Psalmos Penitenciales, el Rosario de nuestra Señora ; y otras deuociones particulares para las quales tenía sus libros ; y ansí venía a ser mucho el tiempo que gastaua en esto », Porreño B., Margaritas preciosas, unas por santidad, otras por letras, otras por armas y valor, Madrid, Patrimonio Nacional de España, Archivo del Monasterio de las Descalzas Reales, Ms. MD/F/84, fol. 47 ro.

49 Bouza F., op. cit., § 144, p. 61, § 259, p. 67, § 269-270, p. 68, § 291, p. 68, § 294-295, p. 68, § 326, p. 70, § 328, p. 70, § 349, p. 71.

50 « oras antiguas con estampas yluminadas », ibid. § 294, p. 68.

51 Sur Creswell et Sherley, Tobío L., Gondomar y los católicos ingleses, Sada, Ediciós do Castro, 1987.

52 « Un librillo dorado de devoción de las horas de nuestra señora con algunas iluminaciones y con las armas de la Reyna de Scoçia », ACA, Consejo de Aragón, Pasaportes, liasse 55, no 122 (Memorial de Robert Moor a su Majestad, [Saragosse, janvier 1611]. D’autres documents relatifs à ces heures, no 52-53). Il n’a pas été possible d’identifier le « librillo » dans les biens de Marie Stuart. Sharman J. The Library of Mary Queen of Scots, Londres, Eliot Stock, 1889; et Durkan J., « The Library of Mary », Queen of Scots, The Innes Review, no 38, 1987, p. 71-104.

53 Bouza F., op. cit., § 136, p. 61 et 243, p. 66 (Ribadeneira) ; § 220, p. 65 (Creswell).

54 En espagnol Juan de Persia. Cutillas J. F., « Las relaciones de Don Juan de Persia : una imagen exótica de Persia narrada por un musulmán shii convertido al cristianismo a principios del s. XVII », Sharq al-Andalus, no 16-17, 1999-2002, p. 211-225.

55 Flannery J. M., The Mission of the Portuguese Augustinians to Persia and beyond (1602-1747), Leiden, Brill, 2013; Alonso C., António de Gouvea, OSA, diplomático y visitador apostólico en Persia, Valladolid, Estudio Agustiniano, 2000.

56 Relaçam em que se tratan as guerras e grandes victorias que alcaçou o grande rey da Persia, Impresso em Lisboa, por Pedro Crasbeeck, 1611. Gulbenkian R., « O Padre António de Gouveia e a autoria da “Breve Relaçam” de 1609 sobre a Pérsia », Arquivos do Centro Cultural Portugues, no 8, 1974, p. 211-63.

57 « A Raynha de Espanha Margarita de Austria nossa senhora », in Gaspar de Sao Bernardino, Itinerario da India por terra até este Reino de Portugal com a discripçam de Hierusalem, Lisbonne, Vicente Alvares, 1611.

58 Daza A., Historia, vida y milagros, éxtasis y revelaciones de la venerable virgen santa Iuana de la Cruz […] Dirigida a la Reyna de España Doña Margarita N. S., Madrid, Luis Sánchez, 1610.

59 Liaño I., Historia de la vida, muerte y milagros de Santa Catalina de Sena, dividida en tres libros. Compuesta en Octava rima […] dirigida a la Reina Nuestra Señora doña Margarita de Austria, Valladolid, Luis Sánchez, 1604. La licence est d’avril 1602.

60 « Esta mi obra, Reyna esclarecida,/Tendrá necessidad de vuestro abrigo/Que bien menospreciada y perseguida/fuera sin vos de más de un enemigo », citation d’après Serrano y Sanz, M., op. cit., p. 14.

61 « Expuesto con las virtudes y excelencias que dellas [las tres santas Margaritas] sacó la reina Margarita Nuestra Señora », Soto, J., Margaritas preciosas de la Iglesia. La virgen mártir. La llamada Pelagio Monge. La Serenissíma reyna de Escocia. En tres libros, cada qual del texto de su vida, moralmente expuesto con las virtudes, y excelencias que dellas sacó la Reyna Doña Margarita, nuestra Señora, que está en gloria. Utilíssimo para predicadores evangélicos, Alcalá, Andrés Sánchez de Ezpeleta, 1617.

62 Ribadeneira P., Flos sanctorum o Libro de las vidas de los santos […] primera parte en la qual se contienen las vidas de Christo Nuestro Señor y de su santíssima madre y de todos los santos que reza la Yglesia Romana en los seys primeros meses del año, Madrid, Luis Sánchez, 1599, Dédicace, s. f.

63 Bouza F., op. cit., § 91-95, p. 59, § 102 p. 60, § 113-114, p. 60, § 173, p. 63, § 195 p. 64 (flores sanctorum) et § 99, p. 59, § 178, p. 63, § 185, p. 63, § 194, p. 64, § 204, p. 64, § 224, p. 65, § 246-247, p. 66, § 254, p. 66, § 264, 67, § 296, 68, § 354, p. 71 (hagiographies).

64 « En despertando por la mañana, antes que se le ocupasse otra cosa el pensamiento por dar las primicias dél a Dios N. S. tomaua libros de oración y deuoción, particularmente los del padre fray Luis de Granada, de Ludouico Blosio, del padre Luis de la Puente, y otros que le tenía señalados su Confesor [Haller]. Otras vezes lehía o mandaua leer la vida del Santo de aquel día y esto hazía algunas vezes antes de levantarse, leyendo en voz alta para que la oyesen las que estavan allí lo que lehía ; otras vezes sola para sí », Guzmán D., Reyna católica. Vida y muerte de D. Margarita de Austria, Reyna de España, Madrid, Luis Sánchez, 1617, fol. 128 vo.

65 « Nuestra sereníssima Reyna era tan dada a la leción de libros santos que algunas vezes, aun quando estaua labrando, mandaua la leyessen algún libro deuoto », ibid., fol. 128 vo-129 ro.

66 Ibid., f. 129 ro. Cependant, dans la bibliothèque de la reine on trouvait un exemplaire référencé comme « les neuf de la renommée »/« los nueve de la fama », qu’il faudrait sans doute mettre en lien avec la Crónica llamada el triunfo de los nueve más preciados varones de la fama de Antonio Rodríguez Portugal. Bouza F., op. cit., § 84, p. 59.

67 Martínez, S., « Discreto, artífice y erudito. Un retrato abocetado de don Pedro Laso de la Vega, conde de los Arcos, mayordomo mayor de la reina Margarita de Austria y de Felipe IV (1559-1637) », Martínez Millán J. et Lourenço Mª P. M. (éd.), Las relaciones discretas entre las monarquías hispana y portuguesa : las casas de las reinas (siglos xvi-xix), Madrid, Polifemo, 2008, III, p. 1187-1220.

68 « Suplico a v.m. si entre sus libros tiene un libro grande que me parese es ynpreso en burgos que trata de las vidas de los padres del yermo me haga merced v.m. de enuiármele porque la rreyna nuestra señora desea mucho leer en él y assí me a mandado se le busque, en pasándole yo terné cuidado de cobrarle y enviársele a v.m. […] [de mano propia] Si v.m. no le tiene, me a de hacer merced de encargar se busque que yo no le hallo dos días y dame gran prisa por él su magestad. El conde de arcos », Valladolid, s. a., Real Biblioteca, Madrid (dorénavant RB), Ms. II/2136, 29.

69 « Sepa v.m. que después de averme costado mucho trauajo el hallar un libro que llaman la segunda parte de la conquista de México en que trata la vida de Fernando Cortés se le di a la rreyna nuestra señora. Gustava tanto de él que mandó se le llevasen ayer tarde a la Huerta donde el libro se perdió. A estado tan mohína della y con tanto deseo de que le halle otro que cierto me da cuidado y he andado todo oy con él y ydo a casa de v.m., a quien suplico me haga la merced de mirar si le uviera entre sus libros y enviármelle que en leyéndole su magestad le tornaré. En quarto es este libro y ynpreso en Flandes no sé si en Bruselas si en Amberes. Si v.m. no le tiene mande dezirme ai saue dónde podríamos buscar », Valladolid, s. f., RB, Ms. II/2106, 38.

70 En espagnol Historia general de las Indias que contiene la conquista de México.

71 Bouza F., op. cit., § 239 p. 66.

72 Ibid, § 10, p. 55 (López de Gómara, première partie), § 133, p. 61 (Vargas Machuca, Milicia indiana), § 138, p. 61 (Acosta, Historia natural y moral de las Indias), § 171, p. 63 (Fernández de Palencia, Historia del Perú), § 239 p. 66 (López de Gómara, Historia general de las Indias, seconde partie).

Auteur

Professeur d’Histoire moderne à la Universidad Complutense de Madrid. Il consacre ses recherches à l’histoire politique et culturelle des monarchies ibériques dans la première modernité, avec une attention spéciale pour les espaces royaux et aristocratiques. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Palabra e imagen en la corte. Cultura oral y visual de la nobleza en el Siglo de Oro, Abada, 2003; Communication, knowledge, and memory in early modern Spain, University of Pennsylvania Press, 2004; Hétérographies. Formes de l´ écrit au Siècle d´ Or espagnol, Casa de Velázquez, 2010.
Cécile Vincent-Cassy (Traducteur)
Maître de conférences à l’université Paris 13-Sorbonne Paris Cité. Spécialiste de l’histoire et de l’art religieux de la Monarchie hispanique dans la première modernité, elle est l’auteur de Les saintes vierges et martyres dans l’Espagne du XVIIe siècle. Culte et image, Casa de Velázquez, 2011, et a notamment coédité La Cour céleste. La commémoration collective des saints au Moyen Âge et à l’époque moderne, Brepols, 2015.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search