Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Deuxième partie. Dévotions privées et publiques au prisme des bibliothèques et des trésors de livres des reines

Le mécénat artistique de Charlotte de Savoie à Bourges (1470-1483)

L’exemple de ses livres à caractère religieux

Anne-Marie Legaré

Texte intégral

1La bibliothèque de la reine Charlotte de Savoie reflète ses goûts littéraires mais surtout ses préoccupations religieuses. En effet, sur la centaine de volumes recensés dans l’inventaire dressé en 1484, quelques mois après la mort de la reine, environ 75 % sont des manuscrits à caractère religieux : recueils votifs, ascétiques ou moraux. Dans cet article, nous porterons notre attention sur certains de ces manuscrits, remarquables par la rareté de leur contenu ou de leur illustration, afin d’examiner la place singulière qu’occupa Bourges, entre 1470 et 1483, dans l’activité de mécénat bibliophilique et artistique de Charlotte de Savoie. Bourges, ville natale de Louis XI, lieu de résidence de son grand ami Jacques Cœur, était alors un centre artistique et intellectuel de premier plan, grâce notamment au rayonnement de sa nouvelle université, créée entre 1463 et 1470. Une période faste s’ouvrait pour les enlumineurs qui étaient attachés à plusieurs membres et proches de la famille royale, parmi lesquels Charles VII, Marie d’Anjou, Charles de France, duc de Berry, Louis de Laval, Louis XI et Charlotte de Savoie.

  • 1 Nous empruntons l’essentiel de ces éléments de la vie de Charlotte de Savoie à Gandilhon A., « Con (...)
  • 2 Blancardi N., Les petits princes. Enfance noble à la cour de Savoie (XVe siècle), Lausanne, Cahier (...)

2Rappelons tout d’abord les faits les plus marquants de la vie de cette reine discrète1. Née vers 1442, Charlotte est la fille de Louis de Savoie et de Marie de Chypre. Elle épouse, vers l’âge de huit ans, le futur Louis XI, veuf de Marguerite d’Écosse. Le mariage ne sera consommé qu’en 1457 alors qu’elle n’a pas encore seize ans2. Charlotte donne six enfants à Louis XI, dont les deux aînés meurent dans leur première année. Heureusement, une enfant plus robuste voit le jour en 1461, Anne, future dame de Beaujeu. Puis, en 1464, naît Jeanne dite « la Boiteuse », qui est arrachée très jeune à sa mère et recluse au château de Lignières jusqu’à la mort de son père en 1483. Charles, le fils tant attendu, naît à Tours le 30 juin 1470, deux ans avant son frère François qui, en 1473, à l’âge d’un an seulement, est emporté par la peste. L’éducation du dauphin est prise en charge par Jean Bourré. Puis, à la mort de son père, Charles, alors âgé de treize ans, est mis sous la tutelle de sa sœur Anne et de son beau-frère Pierre de Beaujeu. Charlotte de Savoie meurt quelques mois après son époux, le 1er décembre 1483 et est inhumée avec lui à Cléry.

  • 3 Archives Nationales, KK 68, f. 29 vo, 30 vo, 35 vo, 38, 40. Cité par Gandilhon A., op. cit., p. 37 (...)
  • 4 Ibid., p. 376, n. 3 à 6 avec renvois aux sources.
  • 5 Murray Kendall P., (Louis XI, Paris, Fayard, 1974, p. 217) précise qu’étant enceinte, elle arriva (...)
  • 6 Chastelain G., Œuvres, éd. baron Kervyn de Lettenhove, Genève, 1971 (réimpression), t. V, p. 23-32
  • 7 Cette réception fut organisée en l’honneur de Léon de Rozmital, beau-frère du roi hussite Georges (...)
  • 8 Ibid., p. 73-74.
  • 9 Par exemple : « Item, ung mestier d’yvyere ouquel a des billars, billes et jonchez tous d’yvyere » (...)
  • 10 Cf. Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie (v, 1442-1483) “aimoit fort la lecture et les livres” », F (...)

3La personnalité de Charlotte de Savoie a été bien campée par Alfred Gandilhon, chez qui tous les historiens de la cour de Louis XI sont allés ensuite puiser pour décrire la douce et aimante épouse d’un mari peu prévenant envers elle. La reine semble n’avoir jamais eu d’autre initiative que celle toute charitable de venir en aide aux déshérités et de faire instruire des enfants à ses frais3. Les chroniques n’attestent chez elle que très peu d’intérêt pour la politique et ne montrent que très peu de représentations officielles4, à part ses « joyeuses entrées » (Amiens, 14645 ; Paris, 1467), une visite au duc de Bourgogne à Hesdin (1464) relatée par George Chastelain6, et une réception d’ambassade en 14667. Comme l’a remarqué Murielle Gaude-Ferragu, on ignore même si elle fut sacrée ; en tout cas, elle ne fut pas couronnée à Reims avec son époux en 14618. Charlotte apparaît comme une femme d’une grande timidité, au tempérament effacé, dépensant peu et uniquement en bonnes œuvres. Ses activités semblent avoir été réduites aux travaux d’aiguille et de broderie, aux jeux de cartes et d’échecs, aux billes et aux jonchets9, banales distractions dans une existence pieuse vraisemblablement occupée surtout à la lecture d’œuvres de piété et d’édification morale, reflétant un penchant marqué pour la dévotion et la méditation10.

  • 11 Hasenohr G., « L’essor des bibliothèques privées aux XIVe et XVe siècles, Vernet A. (dir.), Histoi (...)
  • 12 Rouse R. et M., « French Literature and the Counts of Saint Pol ca. 1178-1377 », Viator, 41 no 1, (...)
  • 13 Il s’agit d’une traduction des Meditationes Vitae Christi du Pseudo-Bonaventure, réalisée à la dem (...)
  • 14 Des deux exemplaires de ce texte, seul nous est parvenu le Pèlerinage de Vie humaine en prose, aux (...)

4Le schéma des bibliothèques des grandes dames de l’aristocratie correspond assez mal à celui de cette reine, où la spiritualité ascétique et la morale religieuse l’emportent largement sur la littérature ou l’histoire. Le tableau de Geneviève Hasenohr, comparant les bibliothèques de douze princesses du XIVe au XVe siècle en France, confirme cette remarquable prédominance du registre religieux chez Charlotte11. Sur quatre-vingt de ses ouvrages, après soustraction des six livres liturgiques et paraliturgiques et des autres ouvrages impossibles ou difficiles à identifier, les livres de morale et de religion représentent 71,5 % du total, la littérature 16 % et l’histoire 3,5 %. Seules les collections de Blanche de Navarre (inventaire de 1398) et de Marguerite d’York (manuscrits subsistant en 1503) avec respectivement 74 % et 83,5 % d’œuvres de morale et de religion, surpassent le pourcentage de textes religieux atteint chez Charlotte de Savoie. Hasenohr a souligné le rôle de la reine en tant que promotrice d’une littérature de dévotion traitant des domaines de l’Écriture sainte, de l’hagiographie, de la morale chrétienne et de la spiritualité ascétique, avec par exemple, un « Livre de l’Exposition des Euvangilles de tous les dimenches de l’an », la Bible, la Légende dorée, des vies de saints et de saintes ; enfin, pour l’édification du bon chrétien, plusieurs ouvrages parmi lesquels une Somme le Roi, un recueil de traités ascétiques rare s’ouvrant par Le Légiloque12, trois exem plaires du mystère de La Passion Isabeau13, trois copies des Pèlerinages de Guillaume de Digulleville14 et deux du Château périlleux.

  • 15 Elle se procura même un « sautier en françoys, en pappier couvert de parchemyn par pseaulmes », Le (...)

5En outre, Charlotte de Savoie avait fait bon accueil à la production contemporaine en ayant des ouvrages de Jean Saulnier, Jean Henri, Pierre des Arpentis, Robert Ciboule, et bien d’autres aujourd’hui oubliés. Sa collection, largement ouverte sur l’ascétisme et la spiritualité – on y trouve aussi la Montagne de contemplation de Gerson, la traduction des Visions de sainte Élisabeth, l’Horologium Sapientie et la Vita Christi de Ludolphe de Saxe – a indéniablement nourri cette reine dont l’existence fut surtout tournée vers la méditation. Son intérêt était résolument porté sur la littérature à contenu moral en langue française15.

  • 16 On trouvera la liste des manuscrits de la reine accompagnés des mentions de son inventaire après d (...)
  • 17 Vienne, Bibliothèque nationale d’Autriche (ÖNB), ms. s. n. 2619, fol. 3. Sur ce manuscrit enluminé (...)

6Dans l’état actuel de la recherche, trente-huit de ses cent-neuf manuscrits ont pu être identifiés16. On a voulu rattacher à sa bibliothèque une Vie de saint Adrien dans laquelle se trouvent les armes de France et de Savoie ainsi qu’une miniature à pleine page avec Louis XI et Charlotte agenouillés devant le saint. Il faut plutôt y voir un ouvrage à l’intention de Louis XI, lequel était susceptible de vouer un culte particulier à ce saint guerrier17. Il pourrait aussi s’agir d’un manuscrit de couple mais en tout cas, cet ouvrage n’apparaît pas dans l’inventaire après décès de la reine.

Les livres d’Heures de la reine

  • 18 Tuetey A., op. cit., p. 352 ; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 69, n(...)
  • 19 Legaré A.-M., « Livres d’heures, livres de femmes. Quelques exemples en Hainaut », Le Livre dans l (...)
  • 20 Paris, AN, KK 68, mars 1470 (n. s.), fol. 110 vo: « A frere Pierre Thiery pour avoir relié et mis (...)

7Nous savons par son inventaire que la reine gardait quelques manuscrits auxquels elle devait être tout particulièrement attachée. Dans un coffre de cuir, entre de nombreuses robes noires et « draps », se cachaient un petit psautier « non extimé », précise l’inventaire, « ung grand livre en pappier nommé Boucasse, Des Cas des nobles hommes » et des Heures « couvertes de veloux noir, à fremouers d’or, ou il a quatre petites perles et quatre petiz grenez de rubiz, non extimez18 ». Ces manuscrits constituaientils les lectures quotidiennes de Charlotte ? Elle les aurait alors conservés par devers elle, éventuellement dans ses appartements privés. Ses Heures, sans doute luxueuses, si on en juge par la description de l’inventaire, comportent une reliure, dotée de pierres précieuses rouges sur velours noir, qui donne à ce livre de dévotion privée un statut particulier, éventuellement lié à un événement exceptionnel de sa vie, comme son mariage ou la naissance d’un enfant. C’était une habitude dans les milieux aristocratiques d’offrir un livre d’Heures à une femme en de telles occasions19. Seraient-ce ces Heures qu’elle confia à un certain Pierre Thiery en mars et avril 1470 pour qu’il les répare, les nettoie et les relie parce qu’elles « estoient toutes rompues20 » ? Nous aurions là le témoignage d’une utilisation quotidienne d’un livre pourtant fort luxueux.

  • 21 Chicago, Newberry Library, VAULT Case Ms. 131.
  • 22 Les armes de Louis XI et de son épouse Charlotte de Savoie apparaissent aux folios 1 et 39. S’y tr (...)
  • 23 Dans les marges ornementales apparaissant à onze reprises, ont été ajoutés ultérieurement, aux coi (...)
  • 24 Sur les rapports de ce manuscrit avec les frères de Limbourg, cf. Clark G. T., « The Influence of (...)
  • 25 Item, unes heures couvertes de veloux noir, a fremouers d’or, ou il a quatre petites perles et quat (...)

8On pourrait être tenté de mettre en rapport ces Heures avec celles, aux armes parties de France et de Savoie, acquises en 1991 par la Newberry Library de Chicago21. Mais l’usage liturgique est celui de Saint-Victor de Paris, et la présence des armes de l’abbaye de Saint-Victor à côté de celles de Louis XI et de Charlotte de Savoie donne plutôt à penser que son destinataire vraisemblable fut non pas la reine mais son époux22. Un autre livre d’Heures, conservé aussi aux États-Unis, cette fois à la Pierpont Morgan Library, sous la cote ms. M. 1004, apparaît comme un meilleur candidat (illustration 4). Ces Heures, dites de Charlotte de Savoie, dont la reliure d’origine a malheureusement disparu, ont été réalisées à Paris sur deux campagnes, la première entre 1420 et 1425, la seconde entre 1451 et 1480. Elles portent, sur onze des treize miniatures en pleine page, les armoiries parties de France et de Savoie, probablement ajoutées peu après le mariage royal survenu en 145123. Il a été démontré qu’une partie du vocabulaire ornemental de la seconde campagne, réalisée par le Maître de Spitz et le Maître de Guise, a été empruntée aux Très Riches Heures du duc de Berry ; il en est ainsi pour les motifs d’acanthes de certaines initiales et pour le décor végétal de quelques bordures24. Ce chef-d’œuvre des frères de Limbourg fut en possession de la reine dès 1461 ou 1463. Nous reviendrons plus loin sur la place que Charlotte de Savoie leur réserva dans sa bibliothèque. Les documents mentionnent encore quatre livres d’Heures dans sa collection, autant de témoins qui ne nous sont pas parvenus25.

9Il n’est pas possible, dans le cadre de cet article, de faire l’étude de tous les livres à caractère religieux de la librairie de Charlotte de Savoie. Ainsi, nous n’aborderons ni les Lamentations de saint Bernard, ni le superbe Psautier de saint Louis qui avait été prêté à la reine par l’abbesse de Poissy, et nous ne nous intéresserons que très indirectement aux Grandes Heures du duc de Berry. Du fait de l’importance de certaines découvertes récentes, nous avons choisi de limiter notre propos à quelques manuscrits luxueux ou modestes ayant un rapport avec Bourges, soit parce qu’ils y ont été pour la plupart enluminés ou parfaits dans l’atelier de Jean Colombe, soit parce qu’ils ont été copiés et enluminés dans d’autres ateliers berruyers.

  • 26 « Monsieur Dubochage, j’ay ung povre enlumineur a Bourges, nommé Jehan Coulombe. Par plusieurs foi (...)
  • 27 Jacob M., Dans l’Atelier des Colombe (Bourges, 1470-1500). La Représentation de l’Antiquité en Fra (...)
  • 28 Paris, BnF, ms. fr. 449, treize miniatures par Jean Colombe : une miniature de dédicace et douze p (...)
  • 29 Tuetey A., op. cit., p. 363; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 77, no(...)
  • 30 Paris, BnF, ms. fr. 407 ; cf. Avril F. et Reynaud N., op. cit., p. 327.
  • 31 Cf. Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 50, nos 3 et 4.
  • 32 Avril F. (op. cit., p. 332, no 181) et Jacob M. (op. cit., p. 30 et 46 n. 49) attribuent par erreu (...)
  • 33 Gras S., « Un livre d’heures à l’usage de Rome conservé à la Bibliothèque nationale d’Espagne », A (...)

10« Car il me fait beaucoup de services » : c’est ainsi que Charlotte de Savoie apprécie Jean Colombe, lorsqu’elle écrit au seigneur du Bouchage (Ymbert de Batarnay) en 1478 pour que son « povre enlumineur à Bourges » soit dispensé de faire le guet à la porte de la ville et revienne à Amboise pour y travailler26. La présence continue de Jean Colombe à Bourges, de 1463 à 1493, est attestée par les comptes des receveurs des chapitres de Bourges, dépouillés par Jean-Yves Ribault, et depuis analysés en détail par Marie Jacob27. Jean Colombe a beaucoup contribué à l’embellissement des manuscrits à caractère religieux de la reine. À sa demande, il a participé à l’enluminure d’au moins trois, voire quatre manuscrits alors qu’on n’en reconnaissait que deux jusqu’à récemment. Le premier est un exemplaire luxueux des Douze périls d’enfer de Robert Blondel, richement illustré vers 1480 par Jean Colombe28 (illustration 5). Ce manuscrit dont l’appartenance à la reine est clairement désignée sur le premier feuillet par les armoiries parties de France et de Savoie soutenues par deux anges, correspond à l’article de l’inventaire après décès ainsi libellé : « Item, ung autre livre, intitulé le Livre des douze périls d’enfer, couvert de roge et bien ystorié29. » Sur l’enluminure de dédicace, le manuscrit est bel et bien couvert de rouge. La seconde commande concerne une Vita Christi de Ludolphe de Saxe30 en deux « grands volumes… covers de roge » tels que les désigne l’inventaire. Ils sont particulièrement bien documentés grâce à deux rôles de dépenses de la reine datés de 1482. Y figurent des paiements pour leur exécution, d’une part au libraire tourangeau Thibaut Bredinc – deux versements de cin quante livres pour la copie des deux volumes – et d’autre part à l’enlumineur Guillaume Piqueau, douze livres « pour avoir enluminé […] et fait plusieurs lettres et paraffes31 » dans le premier volume (Français 407) qui ne comporte qu’une miniature pleine page (illustration 6). L’artiste de l’unique miniature du second volume (Français 408) n’est pas mentionné dans les comptes mais il s’agit sans l’ombre d’un doute de Jean Colombe (illustration 7)32. Un nouveau corpus regroupé autour de la figure de Guillaume Piqueau permet d’identifier cet enlumineur fouquettien avec le Maître du Missel de Yale, une nébuleuse sans doute active à Tours33. Cela permet d’envisager que le premier volume fut enluminé à Tours tandis que le second atteignit l’atelier berruyer de Jean Colombe quelque temps après 1482, mais avant 1483, pour y recevoir son illustration.

  • 34 Cf. Avril F. et Reynaud N., op. cit., p. 332, no 181.

11En rassemblant d’autres recherches, les échanges entre Jean Colombe et sa mécène s’avèrent porter sur davantage que ces deux seules commandes et se révèlent aussi plus précoces. Vers 1470-1475, Jean Colombe illustre une Vie de Nostre benoit Seigneur Jésus Christ comportant également La Saint Vie de Nostre Dame et l’Exposition du Miserere mei Deus, avec cent-trente miniatures. Ce manuscrit n’a pas appartenu à Charlotte de Savoie mais il suit un modèle savoyard qui, selon François Avril, aurait appartenu à la reine. Cette hypothèse est étoffée par l’existence d’une autre copie du texte réalisée en 1473 pour Antoine d’Orlier, l’un des principaux conseillers de la duchesse de Savoie, Yolande de France, belle-sœur de Charlotte34.

  • 35 Pour une description détaillée des Heures d’Anne de France, cf. la notice Corsair [http://corsair. (...)

12Avant 1474, et certainement à la demande de la reine, Jean Colombe et ses assistants travaillèrent à l’enluminure d’un livre d’Heures aujourd’hui conservé à la Pierpont Morgan Library sous la cote ms. M 677. Le manuscrit est doté de cent-sept miniatures en pleine page. Il a été copié pour une certaine Anne, dont le prénom apparaît sous des formes variées sur quatre feuillets (fol. 18, 21 vo, 25 et 50 vo) et dans les litanies (fol. 239 vo). La présence des armoiries de France et de motifs de fleur de lys sur des courtines devant lesquelles une noble dame est représentée (fol. 42 vo) indique que le manuscrit était destiné à une princesse de la maison de France, sans doute la fille de Charlotte de Savoie, Anne de France, encore célibataire, ce qui est confirmé par l’absence des armes de Pierre de Beaujeu, qui deviendra son époux en 147435.

  • 36 Omont H., « Répertoire de la librairie de Blois (1518) », Anciens inventaires et catalogues de la (...)
  • 37 Avril F., « Un portrait inédit de la reine Charlotte de Savoie », Études sur la Bibliothèque natio (...)
  • 38 Baurmeister U. et Laffitte M.-P., Des Livres et des rois. La bibliothèque de Blois, Paris, 1992, p (...)
  • 39 Reynaud N., « Petite note à propos des Très Riches Heures du duc de Berry et leur entrée à la cour (...)
  • 40 Reynolds C., « The “Très Riches Heures”, the Bedford Workshop and Barthélemy d’Eyck », Burlington (...)
  • 41 Cf. Reynaud N., op. cit., p. 275, note 19 où sont cités pour leurs affinités avec l’iconographie d (...)

13Venons-en maintenant à une mention de l’inventaire jusqu’ici attribuée à l’un des livres d’Heures de Jean de Berry mais qui a récemment suscité de nouvelles interrogations. Elle est ainsi énoncée : « ung autre grand livre en parchemin appelé les heures de Monseigneur de Berry, bien ystorié36 ». Grâce aux travaux de Léopold Delisle, relayés par ceux de François Avril37, cette mention était associée aux Grandes Heures du duc de Berry (Paris, BnF, lat. 919) (illustration 8). À la mort de Charlotte de Savoie, ce manuscrit a dû passer à son fils Charles VIII, ce que vient confirmer un document de 1488 concernant des travaux de reliure pour ce très précieux et très grand livre de prières38. Pourtant, cette attribution a récemment été mise en doute par Nicole Reynaud dans le cadre d’une réflexion sur l’itinéraire obscur des Très riches Heures du duc de Berry39. En effet, ce « grand livre en parchemin… bien ystorié » pourrait bien, selon elle, correspondre aux Très riches Heures. Cette hypothèse viendrait combler les lacunes de l’histoire de ce joyau, entre 1416, date où il est mentionné dans l’inventaire dressé après le décès de Jean de Berry, et 1485 lorsqu’un document nous apprend qu’il est chez le duc Charles Ier de Savoie. On a expliqué la destination savoyarde des Très Riches Heures en supposant que Bonne, la fille aînée de Jean de Berry, veuve du comte de Savoie Amédée VII, les aurait héritées et qu’à sa mort, survenue en 1435, elles seraient passées à la maison de Savoie par héritage direct. Or, le manuscrit n’a pu ni appartenir à Bonne pour des raisons financières, ni avoir quitté Paris si tôt, tant son influence fut grande dans la capitale, entre 1415 et 1440, comme l’ont dernièrement démontré Catherine Reynolds et Patricia Stirnemann40. Selon ces chercheures, le manuscrit serait demeuré dans les collections royales, soit par Charles VII qui l’aurait reçu de son père Charles VI, légataire universel du duc de Berry, soit par l’épouse de Charles VII, Marie d’Anjou, qui l’aurait obtenu de sa mère Yolande d’Aragon, femme de Louis II d’Anjou. Louis XI l’aurait ensuite hérité. Puis, à sa mort en 1483, il serait passé à Charlotte. Il est tentant de suivre N. Reynaud lorsqu’elle suggère que Charlotte de Savoie l’aurait plutôt directement hérité de sa belle-mère Marie d’Anjou et qu’à sa mort, elle l’aurait légué à son neveu Charles Ier de Savoie. Dès l’âge de dix ans, en 1478, ce dernier avait été placé sous sa protection sur l’ordre de Louis XI, pour échapper à l’influence pro-bourguignonne de ses oncles de Savoie. L’hypothèse nous paraît d’autant plus recevable que c’est au peintre favori de la reine, Jean Colombe, que fut confiée la tâche de parachever, à Bourges, l’illustration des Très riches Heures, lequel laissa une empreinte profonde chez les artistes berruyers, notamment par la mise en page inédite de son calendrier41.

  • 42 Cf. en dernier lieu Jacob M., La représentation de l’Antiquité en France à la fin du XVe siècle. L (...)
  • 43 Avril F. et Reynaud N., op. cit, p. 326.

14S’il ne fait aucun doute à nos yeux que les Très riches Heures ont bien appartenu à Charlotte de Savoie et que le choix de Jean Colombe pour en achever l’illustration fut le fait de son initiative personnelle, nous pensons qu’il reste légitime d’associer la mention de l’inventaire de la reine aux Grandes Heures du duc de Berry, l’absence dans l’inventaire des Très riches Heures pouvant s’expliquer par le fait qu’à la mort de Charlotte, le manuscrit aurait déjà été légué à Charles Ier. Celui-ci, pour ne rien changer aux choses et respecter les choix artistiques de sa tante, le confiera plus tard à Jean Colombe, à Bourges, comme l’atteste un paiement partiel à l’artiste, daté d’août 1485, pour son travail de parachèvement du précieux manuscrit : pro illuminatura et historiatione certarum horarum canonicarum. Le 3 juin 1486, Jean Colombe fut nommé alluminatore ducale42. Le jeune duc et sa femme sont d’ailleurs représentés dans le cadre de l’enluminure au feuillet 75 (illustration 9). Charles Ier fut sans doute très satisfait du résultat puisqu’un an plus tard, en 1486, il nommait Colombe « son familier et enlumineur de livres43 ».

  • 44 Hasenohr G., « Robert le Chartreux », Dictionnaire des lettres françaises : le Moyen Âge, Hasenohr (...)
  • 45 Non mentionné dans Medium (Répertoire des manuscrits reproduits et recensés), consultable sur Gall (...)
  • 46 Histoire d’un monastère. Les bénédictines de Saint-Laurent de Bourges, ouvrage précédé d’une introd (...)
  • 47 À l’encre rouge, on trouve au fol. 215 vo ce colophon : « Cy fine l’orreloge de sapience. Escripte (...)
  • 48 Sur le même fol. 215 vo, plus bas, à l’encre bleue : « Anluminé de la main : Jehan Pion », mention (...)
  • 49 Je remercie François Avril de m’avoir donné son avis sur cette enluminure dans un échange de courr (...)
  • 50 Qui était l’abbesse au moment de la confection du manuscrit ? Ce pourrait être Simone Le Roy, abbe (...)
  • 51 Le nom Chotard peut aussi se lire Clotard. Selon J. Rabory, Étienne Clotard était peut-être parent (...)
  • 52 Jeanne de Bigny a été confondue avec la fille du même nom de Jean de Chavanon et de Marguerite de (...)
  • 53 Il avait épousé en 1432 Belleasses de Seuly, fille du seigneur de Beaujeu. Cf. Rabory J., op. cit. (...)
  • 54 Elle était l’épouse de François de Beaujeu, seigneur de Lignières. Cf. Hébrard V., Sainte Jeanne d (...)

15On trouve dans la bibliothèque de Charlotte de Savoie d’autres manuscrits réalisés à Bourges sans qu’ils fussent pour autant sortis de l’atelier de Jean Colombe. Mentionnons en particulier l’un des deux exemplaires du Château périlleux, œuvre de Robert le Chartreux44 ainsi décrit : « ung autre livre en parchemin, couvert de cuir rouge, appelé l’Orloge de Sapience, le Chasteau perilleux ». Cette mention correspond au manuscrit français 445 de la BnF (illustration 10)45. L’exemplaire a été copié à Bourges au milieu du XVe siècle pour les dames de l’abbaye bénédictine de Saint-Laurent de Bourges46 par le prêtre Thomas Valery47. Il a été enluminé par un certain Jehan Pion qui a peut-être réellement participé à l’enluminure du manuscrit, à moins qu’il ne se soit contenté de réaliser l’ornementation filigranée, un travail souvent qualifié par le terme « enluminure » dans les documents de l’époque48. Quatre miniatures ouvrent chacun des textes du manuscrit. L’une d’elles, isolée entre deux feuillets vides, et ayant pour thème Les trois vifs et les trois morts, se distingue par une mise en page très différente et une facture qui rappelle la manière de Barthélemy d’Eyck (illustration 11). Selon François Avril, il pourrait s’agir d’une représentation dérivée d’une composition perdue du grand maître dont le raccourci hardi des chevaux semble avoir été repris par un enlumineur par ailleurs assez provincial49. À notre connaissance, aucune étude n’a encore été faite du ou des miniaturistes à l’œuvre dans ce manuscrit. L’initiative de la confection du ms. fr. 445 ne revient sans doute pas à la reine mais à l’abbesse de Saint-Laurent de Bourges50, qui aura chargé son procureur Étienne Chotard51 de le faire transcrire et enlu miner. Le manuscrit fut sans doute réalisé sous l’abbatiat de Simone le Roy (1413-1464) ou de Jeanne de Bigny (1464-1476), laquelle ne doit pas être confondue avec la dame d’honneur du même nom de Charlotte de Savoie52. Mais peut-être est-ce Agnès de Culant, abbesse de 1464 à 1493, qui en fit don à la reine. Agnès était la fille de Charles de Culant, seigneur de Châteauneuf et de Belleassez qui fut conseiller et chambellan du roi, et grand bailli et gouverneur de Berry en 146453. C’est dans cette famille illustre que Louis XI choisit comme gouvernante de sa fille Jeanne, Anne de Culant qui fonda en 1471 une collégiale dans l’église Notre-Dame de Lignières54.

  • 55 Michaud F., op. cit., p. 103 et 107, n. 27.
  • 56 Rabory J., op. cit., p. 106 qui renvoie à Labbé P., Nova Biblioteca manuscriptorum, Paris, 1657, t (...)

16Le Château Périlleux de la reine est le seul manuscrit rattaché à l’abbaye de Saint-Laurent qui nous soit parvenu. On ne saura jamais si l’abbaye possédait une collection de manuscrits ou une bibliothèque. En effet, en 1487, un grave incendie, dit « incendie de la Madeleine » ravagea tous ses bâtiments et obligea l’abbesse Agnès et ses onze religieuses à quitter Bourges pour se réfugier dans les quelques maisons qu’elles possédaient à Volangis et Verneuil. Ainsi, aucun document d’archive antérieur à l’incendie n’a survécu. Ceux, plus tardifs, qui subsistent montrent qu’Agnès de Culant fit tout ce qu’elle put pour réparer ou restaurer les objets sacrés de l’abbaye, comme le reliquaire auquel Colas Ragueau remit des pieds d’argent, la croix qui fut dotée de clous neufs, la crosse de l’abbesse qu’il fallut réparer, la custode que rhabilla Colas en prenant soin de la nettoyer et de faire confectionner par un brodeur une housse en velours « cramoisy », à franges de soie, pour la protéger55. Jean Rabory mentionne encore un martyrologe de Saint-Laurent, perdu, qui était « célèbre auprès des savants et de la province », et qui fut édité deux fois par P. Labbé, en 1643 et 1657 mais dont aucun exemplaire imprimé n’a été retrouvé56.

  • 57 Chantilly, Musée Condé, MS 138. Contenu du manuscrit : fol. 1 : Le Legiloque : traité des commande (...)
  • 58 Tuetey A., op. cit., p. 360; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 72, no(...)
  • 59 Cf. note 12.
  • 60 Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, t. I, Paris, 1959, p.  (...)

17Un dernier manuscrit retiendra notre attention, attestant encore une fois que la production berruyère trouve une place de choix dans la « librairie » de Charlotte de Savoie. Il s’agit d’un recueil de traités de dévotion destinés à l’instruction religieuse et morale des femmes57. Leur présence dans la bibliothèque de la reine semble donc opportune. Ce manuscrit, aujourd’hui conservé dans la bibliothèque Condé de Chantilly, sous la cote Ms. 138, correspond à l’article suivant de l’inventaire de la reine : « Item, le livre nommé le Legigolle (sic), en pappier, couvert de cuir rouge58. » En tête du recueil se trouve en effet Le Légiloque, ou traité des commandements de la loi. Comme plusieurs manuscrits sur papier de la reine, il a été emporté par le duc de Condé en 1673, ce qui explique sa présence aujourd’hui à la bibliothèque du Château de Chantilly. La sobriété de cet exemplaire sur papier, pourtant propriété royale, étonne quand on le compare avec les deux manuscrits jumeaux richement enluminés du même texte exécutés vers 1330-1340 pour des dames de la famille de Châtillon Saint-Pol59. L’exemplaire ne porte aucune trace de sa reliure d’origine. Il a été copié par le Père Étienne Fauvre en 1476, comme l’indique le colophon : « Explicit compilacio examinis consciencie, etc. Anno domini millesimo quadringentesimo lxxvj. Per la main de Estienne Fauvre prebtre, le XIIe jour de octembre, vigile saint Girault » (fol. 113 vo)60.

18Le premier feuillet du manuscrit de la reine, par ailleurs dépourvu de miniatures, comporte un décor à la gouache de kaki, prune, vert clair et jaune, associant fleurs de lys, feuilles de chêne et glands, et se développant dans la marge latérale en un prolongement semi-encadrant garni de demifleurs de lys et terminé par une fleur de lys de couleur verte illustration 12). À noter une très belle initiale B, haute de six lignes, dotée de rehauts jaunes, kaki et roses, au début du Dialogue du père et du fils (fol. 32) (illustration 13). Chacun des nouveaux textes est marqué par une belle initiale de la hauteur de son titre rubriqué. Les petites initiales du texte sont rehaussées de couleur jaune tandis que les hastes de celles se trouvant sur la ligne supérieure sont souvent dotées de cadelures simples ou en forme de têtes humaines ou de poissons. Des réclames verticales de quelques mots apparaissent le long de la réglure intérieure, certaines étant ornées d’un décor végétal, tel un gland de chêne (fol. 23 vo).

  • 61 Briquet C.-M., Les Filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier, dès leur apparition (...)

19L’unique filigrane du papier est un écu à la fasce chargée de trois coquilles, à trois cœurs, posés deux en chef et un en pointe61 (Briquet, 1468). Il est attesté à Bourges en 1470 dans les Délibérations capitulaires de la cathédrale. On retrouve encore des variantes plus tard à Bourges dans ces mêmes Délibérations et dans les comptes de la Sainte-Chapelle du palais royal, ce qui confirme, s’il en était encore besoin, la production de ce manuscrit à Bourges.

20Ainsi, à la lumière des recherches récentes et de celles que nous avons menées sur les manuscrits de la bibliothèque de Charlotte de Savoie, Bourges apparaît comme le centre où son mécénat artistique et bibliophilique s’est le plus activement exercé. Gageons qu’une étude plus approfondie du patrimoine de Bourges révélera de nouveaux manuscrits, sinon de nouveaux aspects de la production enluminée de la ville et de sa région.

Notes

1 Nous empruntons l’essentiel de ces éléments de la vie de Charlotte de Savoie à Gandilhon A., « Contribution à l’histoire de la vie privée et de la cour de Louis XI (1423-1481) », Mémoires de la Société historique littéraire et scientifique du Cher, 4e série, vol. 20, Bourges, 1905, p. 335, 374-382 et à Champion P., Louis XI, Paris, Honoré Champion, 1928, t. II, p. 223-225. Cf. aussi d’Amat R., « Charlotte de Savoie », Dictionnaire de biographie française, Paris, 1959, vol. 8, col. 596.

2 Blancardi N., Les petits princes. Enfance noble à la cour de Savoie (XVe siècle), Lausanne, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 2001, p. 9.

3 Archives Nationales, KK 68, f. 29 vo, 30 vo, 35 vo, 38, 40. Cité par Gandilhon A., op. cit., p. 374, n. 7.

4 Ibid., p. 376, n. 3 à 6 avec renvois aux sources.

5 Murray Kendall P., (Louis XI, Paris, Fayard, 1974, p. 217) précise qu’étant enceinte, elle arriva en litière jusqu’au parvis de la cathédrale où l’accueillirent l’évêque et les chanoines, AM Amiens, BB 9, fol. 135-138 (CC 47, fol. 37 vo), Gaude-Ferragu M., « “L’honneur de la reine” : la mort et les funérailles de Charlotte de Savoie, (1er -14 décembre 1483) », Revue historique, no 652, 2009/4, p. 779-804, n. 5. ; Id., La reine au Moyen Âge. Le pouvoir au féminin (XIVe-XVe siècle), Paris, Tallandier, 2014, p. 180-181.

6 Chastelain G., Œuvres, éd. baron Kervyn de Lettenhove, Genève, 1971 (réimpression), t. V, p. 23-32.

7 Cette réception fut organisée en l’honneur de Léon de Rozmital, beau-frère du roi hussite Georges de Podiebrad – le voyageur allemand Gabriel Tetzel y mentionne rapidement la présence d e Charlotte de Savoie : « Nous y avons trouvé (à Meung-sur-Loire) le roi de France avec son épouse ». Cf. Péricard-Méa D., De la Bohême jusqu’à Compostelle, Biarritz, Atlantica, 2008, p. 204. Gaude-Ferragu M., op. cit., p. 174.

8 Ibid., p. 73-74.

9 Par exemple : « Item, ung mestier d’yvyere ouquel a des billars, billes et jonchez tous d’yvyere » : Tuetey A., « Inventaire des biens de Charlotte de Savoie », BEC, no 26, 1865, p. 426 ; « Item, ung autre coffre de Chipres, de grandeur d’un pyé et demy, fermant a clef et ouvré par le devant, ouquel a esté trouvé ung espinglier de drap violet, ung escheveau de layne roge, et des jonchez (sortes d’aiguilles à tricoter), et une fuzee de layne blanche, le tout non extimé », Ibid., p. 356.

10 Cf. Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie (v, 1442-1483) “aimoit fort la lecture et les livres” », Freigang C. (dir.), La Culture de cour en France et en Europe à la fin du Moyen Âge. La construction des codes sociaux et des systèmes de représentation, Paris, Colloque international du Centre allemand d’histoire de l’art (6-7 juin 2003), Berlin, Akademie-Verlag, 2005, p. 101-121.

11 Hasenohr G., « L’essor des bibliothèques privées aux XIVe et XVe siècles, Vernet A. (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 1 : Les Bibliothèques médiévales du VIe siècle à 1530, Paris, 1989, p. 249, 252 et ss. que nous résumons ici.

12 Rouse R. et M., « French Literature and the Counts of Saint Pol ca. 1178-1377 », Viator, 41 no 1, 2010, p. 101-140, en particulier p. 122, n. 72 ; Legaré A.-M., « L’image du livre comme adjuvant mémoriel dans le Conte des trois chevaliers et des trois livres », Braet H. et al. (dir.), Medieval Memory. Image and Text, Actes du Colloque Memoria, université d’Anvers (avril 2002), Turnhout, Brepols, 2004 (Collection Textes et Études du Moyen Âge, 27), p. 131-152.

13 Il s’agit d’une traduction des Meditationes Vitae Christi du Pseudo-Bonaventure, réalisée à la demande d’Isabeau de Bavière (vers 1370-1435). Cf. DuBruck E., « The Passion Isabeau (1398) and its Relationship to Fifteenth-century “Mystères de la Passion” », Romania, no 107, 1986, p. 77-91. Les trois manuscrits de la bibliothèque de la reine sont conservés à Chantilly, Bibliothèque du Château, Ms. 36, 37 et 38. Un seul, le Ms 36, est sur parchemin et enluminé, avec un cycle iconographique de quatorze miniatures. Il comporte les armes de Louis de Bourbon († 1486) parties de celles de son épouse Gabrielle de La Tour († 1474). L’inventaire de la reine insiste sur la qualité exceptionnelle de sa reliure : « Item, a esté trouvé ung livre de la Passion tout ystorié, couvert led. livre de satin figuré cramoisi a fons d’or, et les fremouers et boillons d’argent doré estant en une bourse de cuir noir. » Cf. Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library and Illuminators », Journal of Early Book Society, Driver M. et Brown C. J. (dir.), Women and Book Culture in Late Medieval and Early Modern France, t. 4, 2001, p. 76, no 83. Il a fait partie de la bibliothèque de Moulins qui souligne qu’il possède « un fermant d’argent blanc ». Cf. Chazaud A.-M., Les Enseignements d’Anne de France, duchesse de Bourbonnais et d’Auvergne à sa fille Susanne de Bourbon, Moulins, 1878, no 15.

14 Des deux exemplaires de ce texte, seul nous est parvenu le Pèlerinage de Vie humaine en prose, aux armes de Charlotte de Savoie contenant le texte en prose réalisé à la demande de Jeanne de Laval. Il fait aujourd’hui partie de la collection de Jean Bonna, Fondation Bodmer, Suisse. Cf. Legaré A.-M., Le « Pèlerinage de Vie humaine » en prose de la reine Charlotte de Savoie, Ramsen, Antiquariat Heribert Tenschert, 2004.

15 Elle se procura même un « sautier en françoys, en pappier couvert de parchemyn par pseaulmes », Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 73, no 53.

16 On trouvera la liste des manuscrits de la reine accompagnés des mentions de son inventaire après décès de 1484 dans Ibid., p. 69-79. Cf. aussi Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie (vers 1442-1483) », loc. cit., p. 115-118.

17 Vienne, Bibliothèque nationale d’Autriche (ÖNB), ms. s. n. 2619, fol. 3. Sur ce manuscrit enluminé dans l’atelier du Maître du premier livre de prières de Maximilien et par les « Associés de Gand », Kren T. et McKendrick S. (dir.), Illuminating the Renaissance. The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles, Getty Publications, 2003, p. 194-196 (no 42); Lieftinck G., Boekverluchters uit de omgeving van Maria Bourgondië c. 1475-v. 1485. Verhandelingen van de Koni nlijke, Vlaamse Academie voor Wetenschappen. Letteren en schone Kunsten van België (Klasse der Letteren, XXI), 1969, p. 152-156 (no 11) ; Edmunds S., « Catalogue des manuscrits savoyards II. Manuscrits liés à d’autres membres de la Maison de Savoie », Paravicini Bagliani A. (dir.), Les Manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, Turin, U. Alemandi, 1990, p. 213-214 (no 64).

18 Tuetey A., op. cit., p. 352 ; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 69, no 3.

19 Legaré A.-M., « Livres d’heures, livres de femmes. Quelques exemples en Hainaut », Le Livre dans les Pays du nord de la France : Douze siècles de médiation culturelle, Colloque d’« histoire du livre », Valenciennes, 25-26 novembre 1994, Eulalie, I/1998, p. 63-64.

20 Paris, AN, KK 68, mars 1470 (n. s.), fol. 110 vo: « A frere Pierre Thiery pour avoir relié et mis a point cy cedit mois les heures de la dame, XV s. t. » ; avril 1470, fol. 112 : « A frere Pierre Thiery pour avoir relyé et nectoyé en cedit mois les heures de ladite dame qui estoient toutes rompues par marché fait a luy XV s. t. », mentions éditées par Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 49, no 2.3 et 2.4.

21 Chicago, Newberry Library, VAULT Case Ms. 131.

22 Les armes de Louis XI et de son épouse Charlotte de Savoie apparaissent aux folios 1 et 39. S’y trouvent également les armoiries de Saint-Victor aux folios 52 et 130, de même qu’un écu héraldique orné de deux crânes au fol. 51. La datation de la réalisation demeure floue, entre 1461 et 1480, et l’artiste se rattache à la production parisienne. Les liens cultuels de Louis XI avec ce saint restent à élucider. Cf. « Medieval and Renaissance Manuscripts From the Library of Sir Sydney Cockerell », British Library Journal, no 13, 1978, p. 202, no 66 [http://i-share.carli.illinois.edu/nby/cgi-bin/Pwebrecon.cgi?DB=local&v1=1&BBRecID=181909] (consulté le 9/10/2014).

23 Dans les marges ornementales apparaissant à onze reprises, ont été ajoutés ultérieurement, aux coins, quatre écus armoriés : en marge, aux coins, quatre écus armoriés : 1) France ; 2) au 1er France, au 2e Savoie ; 3) Savoie ; 4) parti, au 1er Savoie, au lambel à trois pendants brochant, au 2e France ; chaque écu dans un quatrefeuille dont les feuilles sont réunies par des angles aigus. Mes remerciements à Peggy Brown, Hervé Pinoteau et Richard C. Famiglietti pour leurs vues sur l’héraldique de ce manuscrit. Cf. la notice complète du manuscrit sur le site de la Pierpont Morgan Library [http://corsair.morganlibrary.org/msdescr/BBM1004a.pdf]. Plus récemment, cf. Clark G. T., « A Modest Manuscript Within an Impressive Œuvre: The Hague, Koninklijke Bibliotheek, Ms. 135 J 9, and the Master of the Guise Hours », Quaerendo, no XXXIX, 2009, p. 289 et 303, Fig. 15 et 28.

24 Sur les rapports de ce manuscrit avec les frères de Limbourg, cf. Clark G. T., « The Influence of the Limbourg Brothers in France and the Southern Netherlands, 1400-1460 », Dückers R. et Roelofs P. (dir.), The Limbourg Brothers: Nijmegen Masters at the French Court, 1400-1416, Gand, 2005, p. 212, 223, 231, 386 (illustration 19).

25 Item, unes heures couvertes de veloux noir, a fremouers d’or, ou il a quatre petites perles et quatre petiz grenez de rubiz, non extimez (Tuetey, op. cit., p. 352, Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 69, no 3) ; Item, une petites heures, garnyes d’argent doré a l’environ, et couvertes de veloux cramoisi a deux fremouers (Tuetey A., op. cit., p. 357 ; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 69, no 5) ; Item, oud. coffre a esté trouvé une petite boueste carree ferree, en laquelle boueste a esté trouvé unes heures de lad. dame, couvertes de veloux noir, aveques ung fremouer d’or, ouquel est empraint une Nostre Dame de Pityé (Tuetey A., op. cit., p. 364 ; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », op. cit., p. 79, no 106 ; Item, unes heures, convertes de veloux noir a fremouers d’or, extimees XXV escuz (Tuetey, op. cit., p. 429 ; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 79, no 110 ; il n’est pas impossible qu’il ait appartenu à Louis XI).

26 « Monsieur Dubochage, j’ay ung povre enlumineur a Bourges, nommé Jehan Coulombe. Par plusieurs fois ay escript et prié a ceulx de la ville, que en ma faveur ilz le tenissent exempt des charges de la dite ville, ce neantmoins ilz le contraignent de faire le guet a la porte, par quoy il ne peut vacquer en mes affaires. Je vous prie que en vueillez escrire a ceulx que verrez estre a faire, car je suis lasse de plus les requerir. Et croyez que me ferez ung bien singulier plaisir se vous le faictes descharger desdites charges, car il me faict beaucoup de services. Et a Dieu, Monsieur Dubochage, qui vous doint ce que desirez. Escript a Amboise, le 12e jour de juing. Charlotte. » Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 50, no 5.

27 Jacob M., Dans l’Atelier des Colombe (Bourges, 1470-1500). La Représentation de l’Antiquité en France à la fin du XVe siècle, Rennes, PUR, 2012, p. 26-34.

28 Paris, BnF, ms. fr. 449, treize miniatures par Jean Colombe : une miniature de dédicace et douze placées en tête de chaque chapitre de l’œuvre. Avril F. et Reynaud N., Les Manuscrits à peintures en France, 1440-1520, catalogue exposition, Paris, 1993, p. 327.

29 Tuetey A., op. cit., p. 363; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 77, no 92.

30 Paris, BnF, ms. fr. 407 ; cf. Avril F. et Reynaud N., op. cit., p. 327.

31 Cf. Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 50, nos 3 et 4.

32 Avril F. (op. cit., p. 332, no 181) et Jacob M. (op. cit., p. 30 et 46 n. 49) attribuent par erreur le premier volume (ms. fr. 407) à Jean Colombe.

33 Gras S., « Un livre d’heures à l’usage de Rome conservé à la Bibliothèque nationale d’Espagne », Art de l’enluminure, no 50, sept./nov. 2014, p. 6-7. Sur le recoupement des identités, cf. Id., « The Master of Jeanne de France, duchesse de Bourbon : A Bridge Between Jean Fouquet and the Artists in the Jouvenel Master », Seidel C. et Heyder J. C. (dir.), On the Transmission of Late Medieval Manuscript Illumination, Francfort-sur-le-Main : Peter Lang, Civilisations & History, no 34, 2015, p. 145-169.

34 Cf. Avril F. et Reynaud N., op. cit., p. 332, no 181.

35 Pour une description détaillée des Heures d’Anne de France, cf. la notice Corsair [http://corsair.themorgan.org/cgi-bin/Pwebrecon.cgi ?BBID =77067&V1 =1]. Anne de France est représentée en prières sur le feuillet 42 vo, face à l’Annonciation (fol. 43), sans les armes de son époux [http://ica.themorgan.org/manuscript/page/24/77067] (consulté le 5.5.2015).

36 Omont H., « Répertoire de la librairie de Blois (1518) », Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque Nationale. La Librairie royale à Blois, Fontainebleau et Paris au XVIe siècle, vol. 1, Paris, 1908, no 325l ; Legaré A.-M., op. cit., p. 78, no 97.

37 Avril F., « Un portrait inédit de la reine Charlotte de Savoie », Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, Paris, 1985, p. 255-262.

38 Baurmeister U. et Laffitte M.-P., Des Livres et des rois. La bibliothèque de Blois, Paris, 1992, p. 82-83.

39 Reynaud N., « Petite note à propos des Très Riches Heures du duc de Berry et leur entrée à la cour de Savoie », Hofmann M. et Zohl C. (dir.), Quand la Peinture était dans les livres. Mélanges en l’honneur de François Avril, Turnhout, Brepols, 2007, p. 273-277.

40 Reynolds C., « The “Très Riches Heures”, the Bedford Workshop and Barthélemy d’Eyck », Burlington Magazine, vol. 147, 2005, p. 526-533, surtout p. 526-528; Stirnemann P. et Rabel C., « The Très Riches Heures and two artists associated with the Bedford Workshop », The Burlington Magazine, vol. 147, 2005, p. 534-538.

41 Cf. Reynaud N., op. cit., p. 275, note 19 où sont cités pour leurs affinités avec l’iconographie des Très riches Heures, les calendriers des Heures de Jean Lallemant l’Aîné (autrefois collection du comte de Rohan-Chabot), des Heures Spencer 6, à l’usage de Bourges (New York, Public Library, Spencer 6) et des Heures Boisrouvray (Paris, BnF, ms. nouv. acq. lat. 3116).

42 Cf. en dernier lieu Jacob M., La représentation de l’Antiquité en France à la fin du XVe siècle. Le cas de la production enluminée de l’atelier des Colombe à Bourges (1470-1500), thèse de doctorat, université de Paris Ouest-Nanterre, 2009, p. 16-27.

43 Avril F. et Reynaud N., op. cit, p. 326.

44 Hasenohr G., « Robert le Chartreux », Dictionnaire des lettres françaises : le Moyen Âge, Hasenohr G. et Zink M. (dir.), Paris, Fayard, 1992, p. 1289-1290 ; Sulpice A., « Quelques traités de la chartreuse de Bourgfontaine au XIVe siècle et le problème de l’acédie féminine : Le chastel périlleux, Le trésor de l’âme, Les conseils pieux à une femme mariée, Le tombel de Chartrose, Le chant du Roussigneul », Nabert N. (dir.), Tristesse, acédie et médecine des âmes : anthologie de textes rares et inédits (XIIIe-XXe siècles), Paris, Beauchesne (Spiritualité carthusienne. Thèmes), 2005, p. 107-121 et p. 200-204.

45 Non mentionné dans Medium (Répertoire des manuscrits reproduits et recensés), consultable sur Gallica. bnf. fr.

46 Histoire d’un monastère. Les bénédictines de Saint-Laurent de Bourges, ouvrage précédé d’une introduction [Texte imprimé] par le R. P. dom Rabory J., Bourges : chez les bénédictines du Saint-Sacrement, Bourges, 1891. Marioton S., Monastères et moniales à Bourges : la difficile étape de 1792, Bourges, université populaire du Berry, 1993. Estiennot C., Antiquités bénédictines du Berry, BnF, Ms. latin 12742 et 12743 [http://data.bnf.fr/13618988/abbaye_saint-laurent_bourges/] consulté en janvier 2015. Cf. aussi Michaud F., « Une abbaye de femmes à la veille de la Réforme cazalienne : les dames de Saint-Laurent de Bourges (1490-1491) », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, no 62, 1980, p. 100-110.

47 À l’encre rouge, on trouve au fol. 215 vo ce colophon : « Cy fine l’orreloge de sapience. Escripte de la main de Thomas Valery prestre. A Bourge en Berry. Que fist escrire Messire Estienne Chotart procureur de mes dames de Saint Laurent. Priez Dieu pour eulx. »

48 Sur le même fol. 215 vo, plus bas, à l’encre bleue : « Anluminé de la main : Jehan Pion », mention accompagnée d’un fleuron filigrané qui peut pointer vers l’ornementation secondaire, faite de filigranes – un travail souvent réservé aux artisans dits « enlumineurs » dans les documents médiévaux – sans pour autant exclure que ce Jean Pion ait réalisé aussi certaines miniatures.

49 Je remercie François Avril de m’avoir donné son avis sur cette enluminure dans un échange de courriels datés du 29 décembre 2014.

50 Qui était l’abbesse au moment de la confection du manuscrit ? Ce pourrait être Simone Le Roy, abbesse vers 1413 et décédée le 6 juillet 1464. Ou éventuellement Jeanne de Bigny, abbesse en 1463 et décédée en 1476, confondue parfois avec une autre Jeanne de Bigny (Cf. note 51).

51 Le nom Chotard peut aussi se lire Clotard. Selon J. Rabory, Étienne Clotard était peut-être parent de Jean Clotard qui, le 24 juin 1461, afferma le droit des obligations dû aux bénédictines. Rabory (op. cit., p. 98) précise qu’Étienne Clotard donna une maison au monastère de Saint-Laurent et que cette donation lui valut d’être inscrit dans le nécrologe de l’abbaye, qui donne le 13 juillet comme jour de sa mort, sans mentionner l’année.

52 Jeanne de Bigny a été confondue avec la fille du même nom de Jean de Chavanon et de Marguerite de Montespedon (Rabory J., op. cit., p. 99). La famille porte d’azur au lion d’argent, armé et lampassé de gueules à l’orle de cinq poissons de même (Ibid.). Cette Jeanne de Bigny était cependant proche des fils de Jacques Cœur, Henri et Jean, et plus particulièrement de Jean, archevêque de Bourges de 1447 à 1483. C’est elle qui fit nommer Henri Cœur curé de l’église de Saint-Bonnet, charge qu’il occupait en 1465. À l’occasion de son mariage avec le chevalier Louis Richard, seigneur de Saint-Priest, chambellan de Louis XI, celui-ci lui fit remettre, le 8 décembre 1461, 8 000 livres garanties par les seigneuries de Vaux et de Saint-Symphorien d’Ozon. Par lettres du 6 janvier 1444, données à Albi, le dauphin avait déjà nommé Louis Richard châtelain de Bardonèche. Cf. Lettres de Louis XI, roi de France, t. V, 1472-1475, p. 228, n. 1. On sait aussi que Louis XI, étant à Rozilly, lui fit donner 275 livres pour avoir une chaîne d’or en février 1465, (Sainte-Marie A. de, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…, vol. VIII, Paris, Compagnie des Libraires, 1726, p. 491). Dans un acte du 20 septembre 1480, dont le sceau est chargé de trois quintefeuilles, Jeanne se dit veuve. Par ailleurs, le père Anselme (I, 123) mentionne un Louis de Saint-Priest, qui a épousé Isabeau, bâtarde de Louis XI, mais il n’est pas certain que ce soit le même personnage (cf. Rénouard J. (éd.), Mémoires de Philippe de Commynes, 1814, vol. 1, p. 404, n. 1).

53 Il avait épousé en 1432 Belleasses de Seuly, fille du seigneur de Beaujeu. Cf. Rabory J., op. cit., p. 101.

54 Elle était l’épouse de François de Beaujeu, seigneur de Lignières. Cf. Hébrard V., Sainte Jeanne de Valois et l’Ordre de l’Annonciade, Paris, 1878, p. 127.

55 Michaud F., op. cit., p. 103 et 107, n. 27.

56 Rabory J., op. cit., p. 106 qui renvoie à Labbé P., Nova Biblioteca manuscriptorum, Paris, 1657, t. II, p. 697-706.

57 Chantilly, Musée Condé, MS 138. Contenu du manuscrit : fol. 1 : Le Legiloque : traité des commandements de la loi (inédit) ; fol. 32 : Dialogue d’un père à son fils (inédit) (Hasenohr G. et Zink M. (dir.), Dictionnaire des lettres françaises : Le Moyen Âge, Paris, 1992, p. 383 ; Langlois Ch.-V., La Vie en France au Moyen Âge 4 : La vie spirituelle, Paris, 1928, p. 47-65) ; fol. 72 : Les enseignements de saint Louis à son fils ; fol. 76 : Les nouvelletés du monde (partiellement édité par E. Langlois, « Des nouvelletez du monde », Nouvelles françaises inédites du quinzième siècle, Bibliothèque du quinzième siècle, no 6, Paris, 1908, p. 118-121) ; fol. 80 : Lettre et petit enseignement qu’un pauvre religieux envoie à un jeune noble (inédit) ; fol. 87 vo : Le conte des trois chevaliers et des trois livres (inédit ; cf. LegarÉ A.-M., « L’image du livre comme adjuvant mémoriel », loc. cit., p. 131-152 ; fol. 91 : Les enseignements d’une grande et sainte dame à une bonne amie (inédit) ; fol. 95 : La dédication ou sanctification de l’âme ; fol. 102 : La confession notable, traduction française anonyme de L’Examen de conscience, de Jean Gerson.

58 Tuetey A., op. cit., p. 360; Legaré A.-M., « Charlotte de Savoie’s Library », loc. cit., p. 72, no 39.

59 Cf. note 12.

60 Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, t. I, Paris, 1959, p. 15.

61 Briquet C.-M., Les Filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier, dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, avec 39 figures dans le texte et 16 112 fac-similés de filigranes, Genève/Paris, Alphonse Picard et fils, 1907, no 1468.

Auteur

Professeur d’Histoire de l’Art médiéval à l’université de Lille III-Charles-de-Gaulle. Elle consacre ses recherches à l’histoire des manuscrits enluminés en Hainaut et au mécénat artistique et bibliophilique des femmes en Europe, entre Moyen Âge et Renaissance. Elle a publié en 2007 Livres et lectures de femmes en Europe, entre Moyen Âge et Renaissance, Brepols, et en 2015, avec Cynthia J. Brown, Les Femmes, la culture et les arts en Europe, entre Moyen Âge et Renaissance, Brepols.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540