Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Deuxième partie. Dévotions privées et publiques au prisme des bibliothèques et des trésors de livres des reines

Le mécénat et la reine : Jeanne d’Évreux (1308 ?-1371), la liturgie et le puzzle d’un bréviaire

Elizabeth A. R. Brown

Texte intégral

  • 1 Berné D., Architecture et liturgie. Étude d’une interaction spatiale et mémorielle à Saint-Denis à (...)
  • 2 Boehm B. D., Quandt A. et Wixom W. D., The Hours of Jeanne d’Évreux. Acc. No 54. I. 2. The Metropo (...)
  • 3 Holladay J. A., « Fourteenth-Century French Queens as Collectors and Readers of Books: Jeanne d’Év (...)
  • 4 Lemonnier-Surget M.-L., Les « ennemis du roi » : parenté et politique chez les Évreux-Navarre (129 (...)
  • 5 Lord C., « Jeanne d’Évreux as a Founder of Chapels. Patronage and Public Piety », Lawrence C. (dir (...)
  • 6 Brown E. A. R, « The Testamentary Strategies of Jeanne d’Évreux: The Endowment of Saint-Denis in 1 (...)
  • 7 Ci-dessous Bibliothèque nationale de France, Manuscrit latin 13 233 (BnF, Lat. 13 233). Le manuscr (...)

1Jeanne d’Évreux fut un mécène extraordinaire. Elle est célèbre (comme elle l’était déjà au XIVe siècle) pour ses fondations, ses dotations et ses commandes, ainsi que pour les testaments qu’elle rédigea et qu’elle fit exécuter de son vivant. Son mécénat artistique et religieux fut étudié par plusieurs historiens, entre autres Damien Berné1, Barbara Boehm2, Joan A. Holladay3, Marie-Laure Lemonnier-Surget4 et Carla Lord5. J’ai moi-même exploré ses stratégies testamentaires et ses donations par anticipation, ainsi que sa dotation généreuse à l’abbaye de Saint-Denis entre 1339 et 13436. Dans cet article, je voudrais m’arrêter sur l’intérêt de cette grande dame pour la liturgie, la connaissance qu’elle en avait et le rôle considérable que celle-ci a joué dans son mécénat, avant de proposer l’hypothèse que Jeanne fut à l’origine du remaniement d’un livre liturgique qui intrigue depuis des décennies les historiens qui l’ont étudié : le manuscrit latin 13233, conservé à la Bibliothèque nationale de France7.

  • 8 Kerrebrouck P. Van, Nouvelle histoire généalogique de l’auguste Maison de France : Les Capétiens, (...)
  • 9 Brown E. A. R., « Testamentary Strategies », loc. cit., p. 217-218. Id., « Jeanne d’Évreux », loc. (...)

2Princesse de haute naissance, Jeanne était la fille de Louis d’Évreux (1276-1319), le demi-frère de Philippe IV le Bel, et de Marguerite d’Artois (1285-1311). Par sa mère, elle était donc la petite-nièce de Mahaut d’Artois (1268-1329), belle-mère de deux des fils de Philippe le Bel, et la nièce de Catherine d’Artois (vers 1300-1368), épouse de Jean de Ponthieu II, comte d’Aumale8. Née entre 1308 et 1310, Jeanne devint la troisième épouse de son cousin Charles IV le Bel (1294-1328) le 5 juillet 1324. Elle n’avait que quinze ans. Elle tomba néanmoins enceinte et accoucha d’une fille un an plus tard. Celle-ci mourut rapidement (avant le 15 janvier 1327), mais une autre fille (Marie, † 1341) naquit à la fin d’octobre 1326. Alors qu’elle était de nouveau enceinte, Jeanne perdit son mari Charles le 1er février 1328. La naissance d’une autre fille, Blanche († 1393), le 1er avril 1328, ouvrit la voie du trône à son neveu, Philippe VI de Valois. Jeanne vécut ainsi quarante-trois ans de veuvage, jusqu’à sa propre mort, le 4 mars 1371, alors qu’elle avait un peu plus de soixante ans. Pendant toutes ces années, elle se consacra à ses deux filles, aux affaires politiques, à ses propriétés, à son trésor (en particulier ses joyaux et ses livres), ainsi qu’aux œuvres de piété susceptibles d’assurer le salut de son âme et de celle de son défunt époux9.

Jeanne d’Évreux, son mécénat et ses œuvres de piété

  • 10 Pour ce qui suit, voir Brown E. A. R., « Testamentary Strategies », loc. cit., en particulier les (...)

3La préoccupation de Jeanne d’Évreux pour l’au-delà grandit au fur et à mesure qu’elle prenait de l’âge. Elle devint manifeste à la fin des années 1330, lorsqu’elle entama des pourparlers avec l’abbé de Saint-Denis, Guy de Châtres (abbé de 1326 à 1343, † 1350), pour assurer à son époux une commémoration digne de sa dignité et propre à assurer son salut10. Ce fut en 1343, après la démission de Guy de Châtres de l’abbatiat de Saint-Denis et l’élection de Gilles Rigaud, homme du monde ambitieux et pragmatique, que l’accord entre Jeanne et l’abbaye fut conclu. En échange des dons spectaculaires de la reine douairière à Saint-Denis, l’abbaye lui octroyait pléthore de grâces et de privilèges. Les célébrations liturgiques étaient spécifiées dans le moindre détail. L’anniversaire de Charles serait célébré « chascun an perpetuelment et sollempnelment… le second iour ou tiers avant la Chandeleur » [le 2 février], le lendemain de la mort du roi. De plus, « tous iours mais perpetuelment », les moines feraient « especial memoire et oroison » de Charles quand ils célébreraient « le service du Roy Dangoubert [Dagobert] et des autres Roys fondateurs… tant es vespres et vegiles comme a la messe ». Par ailleurs, chaque frère-prêtre de l’abbaye devait chanter deux messes chaque année : tant que Jeanne vivrait, une messe du Saint-Esprit pour elle et une autre de Requiem pour Charles. Après sa mort, les deux messes seraient « de mors », pour les âmes de Jeanne et de Charles « conjoinctement, et de ceuls que elle entent », ce qui serait enregistré dans les livres des morts (martyrologes) et les registres de chaque maison où les messes seraient dites. Pour Jeanne elle-même, tant qu’elle vivrait, une messe du Saint-Esprit serait chantée aux environs de la saint Marc (le 25 avril – on peut se demander si, comme Saint Louis, elle était née ce jour-là). Après sa mort, l’office des morts serait chanté le jour de l’anniversaire de sa mort « ou au jour plus prochain apres qu’il se pourra faire ». Ce dispositif était complété par d’autres prescriptions. Dans la chapelle dédiée à la Vierge et à saint Jean l’Évangéliste que Jeanne avait fait restaurer, deux messes « à note » seraient chantées chaque jour pour Charles, pour elle-même, pour leurs enfants et pour leurs amis. La première serait chantée juste après la messe dite « messe aus pelerins », et la seconde suivrait immédiatement. Jeanne spécifia même les officiers de l’abbaye qui devaient les dire, et une rente supplémentaire de 100 livres leur fut accordée pour qu’ils « soient plus voulentis de chanter les dites messes ».

  • 11 Dutilleux A. et Depoin J., L’abbaye de Maubuisson (Notre-Dame-la-Royale). Histoire et cartulaire p (...)

4La minutie liturgique de l’accord est impressionnant, mais s’accorde aux dispositifs habituels pris par la reine. Ses autres fondations révèlent la même admiration pour la régularité liturgique, ainsi que son goût pour une certaine variété, bien réglementée, et surtout son désir de « contrôler l’avenir » en prescrivant très précisément des fondations à réaliser à perpétuité. En octobre 1340, Jeanne fonda ainsi deux chapellenies perpétuelles à l’abbaye royale de Notre-Dame de Maubuisson (où ses entrailles devaient être enterrées près de celles de Charles) à un autel qui serait dédié à saint Paul et à sainte Catherine11. Les chapelains auraient à chanter quatre ou cinq messes par semaine, et leur conduite serait soigneusement réglementée. Pour faire mémoire de la fondation, un tableau gravé fut installé près du grand autel : il rappelait que « chascun desditz chappelains [doit] chanter audit autel chascun semaine au moins IV. messes ou V. se il est aisiés et y faire continuel residence par eux meismes. Si veuillez prier pour laditte dame la royne et ses amis ».

  • 12 Michel E., « La reine Jeanne d’Évreux à Brie-Comte-Robert (1326-1370) », Bulletin et Compte-Rendu (...)

5D’autres établissements bénéficièrent de ses largesses : en juillet 1341, l’église Saint-Étienne de Brie-Comte-Robert, site de son château préféré, reçut une dotation. La charte de donation contient des prescriptions minutieuses concernant les services liturgiques, les sonneries, le luminaire et le comportement du clergé12. Pendant six mois, six messes à note devaient être chantées solennellement, du Saint-Esprit, de Notre-Dame et de saint Étienne (en alternance), comprenant chacune une prière pour son défunt époux, le roi Charles IV. Pendant les six autres mois, serait célébré un service solennel des morts en l’honneur de Charles, accompagné d’une prière pour Jeanne, tandis qu’après sa mort, « tous les dictz douze services devoient etre des morts ».

  • 13 Dalarun J., Field S. L., Lebigue J.-B., Leurquin-Labie A.-F. et al., Isabelle de France, sœur de s (...)
  • 14 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 69-70 (surtout 69, n. 46) et 80-81. Le cœur de (...)
  • 15 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 70, p. 82-83.

6Quelques mois plus tard, le 31 mai 1342, Jeanne fonda une messe annuelle à Longchamp, le couvent franciscain établi par saint Louis à la requête de sa sœur Isabelle, où cette dernière devint religieuse et fut inhumée13. Le couvent accueillait de nombreuses femmes nobles et de rang royal, notamment de proches parentes de Jeanne, telles Blanche, la fille puînée de Philippe V et de sa femme Jeanne d’Artois, et Jeanne, la première fille de Jeanne de France et de Philippe d’Évreux, le frère de Jeanne d’Évreux14. Selon les dispositions prises par Jeanne, la messe à note serait chantée « en i iour du mois de iuing […] moins chargé d’autre service, pour elle et ses amis ». « Une annee [la messe serait] du Saint Esperit et l’autre annee de Nostre Dame », avec une prière des morts pour le roi Charles. Après le décès de Jeanne, un service des morts serait célébré « conjoinctement » pour elle et pour Charles le jour de l’anniversaire de sa mort « se il est jour que l’en doie et puisse faire le service de mors, ou au jour plus prochein avant ou apres que faire se pourra ». Elle précisa avec minutie les termes du service : « Vigiles de mors a note, et londemain [sic] la messe a note en couvent solennement. » Quand, en février 1343, Jeanne fonda une messe similaire dans l’église Saint-Paul à Saint-Denis, elle donna des instructions encore plus précises : la messe célébrée pendant sa vie serait « une messe a note de Nostre Dame » qui serait chantée « sollempnelment au grant autel », tandis que, après sa mort, on dirait « comandacions », et une messe serait chantée « a dyacre et a souz dyacre15 ».

  • 16 Holladay J. A., « Fourteenth-Century French Queens », loc. cit., p. 71-74, 77-81, 83, 84, 88, 90-9 (...)
  • 17 Dutilleux A. et Depoin J., Cartulaire, op. cit., t. I, p. 79-80.
  • 18 Ibid., p. 74-76, no LXXVIII-IX. Fille de Louis de Brienne, vicomte de Beaumont, et d’Agnès de Beaum (...)

7Ainsi, Jeanne d’Évreux connaissait bien la liturgie et savait précisément les services qu’elle voulait établir. Elle possédait un nombre impressionnant de livres de dévotion, de livres liturgiques et de textes religieux16. De plus, elle semble s’être beaucoup intéressé aux termes des fondations établies par d’autres. Lorsqu’elle fonda ses deux chapellenies à Maubuisson, elle stipula que les chapelains devraient aider à célébrer les autres messes à note chantées dans l’église « en la maniere que fait et est tenuz a faire le chapellain qui desert la chapellenie que nostres tres chere cousine la princesse d’Antioche que diex absoille y a fondé17 ». Jeanne avait manifestement eu entre ses mains l’acte de 1325 de Marguerite de Beaumont, princesse d’Antioche, enterrée à Maubuisson, qui y établit une chapellenie, charte que Charles IV avait confirmée18.

  • 19 Parmi les exécuteurs testamentaires nommés dans son testament de mars 1367 se trouvaient les abbés (...)
  • 20 De La Selle X., Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIII(...)
  • 21 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 68, p. 72-73. Rouen, Ms 3403, fol. 122 vo-123 : (...)

8Jeanne connaissait non seulement les livres et les chartes, mais aussi des clercs situés à tous niveaux de la hiérarchie ecclésiastique19. Son conseiller Hugues Boileau († 1392), ancien élève de Nicole Oresme, boursier du collège de Navarre, était théologien et canoniste, et après la mort de Jeanne, il devint trésorier de la Sainte-Chapelle et sous-aumônier de Charles V20. Par les discussions complexes et souvent prolongées qui précédaient chacune de ses donations, Jeanne cotoyait les prélats, abbés, abbesses et prêtres, spécialistes de liturgie, avec qui elle concluait ces accords. Elle négocia ainsi pendant des années avec Guy de Châtres, grand liturgiste et réformateur, qui démissionna de l’abbatiat de Saint-Denis en 1343 pour se consacrer à la réforme de la liturgie de l’abbaye et à l’achèvement d’un grand recueil de legenda des saints vénérés à Saint-Denis. La reine douairière continua de consulter Guy même après sa démission, et le 28 février 1343, il assista à la première audition des comptes, très formelle, de l’exécution anticipée de son testament21. Jeanne connaissait aussi probablement les confesseurs des rois, en particulier ceux de Philippe VI et de Charles V, à qui elle demanda de confirmer ses dons et de lui accorder la permission de tester (et d’exécuter ses volontés) comme elle le souhaitait.

Le manuscrit BnF Latin 13 233 et sa genèse

  • 22 Delisle L., Recherches sur la librairie de Charles V. Inventaire des livres ayant appartenu aux ro (...)
  • 23 Leroquais V., Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, Mâcon, Protat Frère (...)
  • 24 Avril F. et Lafaurie J., La librairie de Charles V (catalogue d’exposition, octobre-novembre 1968) (...)

9L’intérêt de Jeanne d’Évreux pour les différents offices liturgiques et les modes d’intercession prescrits par l’Église est évident. Il semble également probable qu’elle se préoccupait du contenu des offices, de leur structure et de leur composition, qu’elle était spécialement attachée à des saints, à des fêtes spécifiques et à des offices particuliers – et qu’elle avait un rôle actif dans la création des livres liturgiques qu’elle possédait. Je voudrais maintenant me tourner vers un bréviaire qui présente bien des aspects curieux et qui est au centre du puzzle liturgique auquel le titre de cet article fait référence : le manuscrit BnF, lat. 13 233. Les érudits qui l’ont analysé (entre autres, Léopold Delisle22, Victor Leroquais23 et François Avril24) ont démontré qu’il appartenait au roi Charles V et qu’une partie du livre avait été confectionnée pour une dame royale, reine ou princesse. Je voudrais proposer l’hypothèse que cette dame était Jeanne d’Évreux.

  • 25 Pour cette description, souvent citée, voir Leroquais V., op. cit., t. III, p. 238.
  • 26 Le terminus post quem résulte de la présence de la date 1386 (avec les dates 1329 et 1356) dans l’(...)

10Ce bréviaire, petit (85 x 135 mm) mais très épais, est élégant. Il contient aujourd’hui 691 folios de parchemin fin, avec 54 illustrations de grande qualité (toutes sauf une sont des initiales historiées). Les écritures des scribes sont pour la plupart soignées. La reliure actuelle, en cuir brun, est très simple, contrairement à celle du livre décrit dans l’inventaire de la bibliothèque de Charles V, qui possédait « deux fermoirs d’or, a deux boutons de perles, avec une pippe d’une grosse perle ou mylieu, ung saphir et ung ballay ou milieu », et fut « couvers d’un camocas de plusieurs sortes25 ». À l’origine, le livre était certainement moins épais, car cinq des dix parties actuelles furent ajoutées ultérieurement26.

  • 27 Voir annexe I, les sections 2, 4 et 5. Les mêmes artistes et les mêmes scribes travaillaient sur l (...)
  • 28 Voir, par exemple, les neuf leçons pour les fêtes de Marie l’Égyptienne (le 2 avril), BnF, lat. 13 (...)
  • 29 Branner R., « The Sainte-Chapelle and the Capella Regis in the Thirteenth Century », Gesta, no 101 (...)
  • 30 BnF, lat. 13 233, fol. 66 vo, 364 vo (De. S. pere le martir. iij. lecons du commun dun martir) ; L (...)
  • 31 BnF, lat. 13 233, fol. 66-68, où se trouvent saint François († 1226, canonisé en 1228) et saint Do (...)

11Le noyau de ce manuscrit très complexe fut fabriqué à la fin du XIIIe siècle, vers 1295 me semble-t-il27. Il était à l’origine composé d’un psautier férial, d’un temporal et d’un sanctoral avec un commun des saints, et peut-être d’un calendrier, bien que le calendrier actuel ait été ajouté après 1386. La qualité du parchemin, de l’écriture et des enluminures suggère que le livre fut fait pour une personne noble et peut-être royale, tandis que l’attention portée aux saintes pourrait indiquer qu’il fut commandé par ou pour une femme28. La présence dans le sanctoral des offices pour la réception et la translation de plusieurs reliques de Notre-Dame de Paris renforce la possibilité d’un lien entre le livre et une chapelle royale29. Le saint le plus récemment canonisé qui y figure (dans la litanie ainsi que dans le sanctoral) est le dominicain Pierre Martyr de Vérone (commémoré le 29 avril, il était mort en 1252 et fut canonisé un an plus tard)30. L’absence de saint Louis de la longue litanie à la fin du psautier démontre de manière presque certaine que ces parties furent copiées avant la canonisation du roi le 11 août 129731.

  • 32 BnF, lat. 13 233, fol. 637-660, composé de deux sexternions (fol. 637-648, 649-660) ; le fol. 660- (...)
  • 33 La fête de saint François fut célébrée le 3 octobre à Paris (fol. 637-642 vo) ; celles de saint Do (...)
  • 34 Ces deux fêtes (fol. 645-650, 650-653 vo) furent célébrées, respectivement, le 30 septembre et le (...)
  • 35 Leroquais V., op. cit., t. I, p. CXIII. Vezin J., loc. cit., p. 475. En décembre 1325, Charles IV (...)
  • 36 Gonzaga F., op. cit., p. 120. Brown E. A. R., « The Prince Is Father of the King : The Character a (...)
  • 37 Rouen, Ms. 3403, fol. 90-90 vo et 116 vo. Pour Jeanne de Ponthieu, comtesse de Vendôme, voir no 19 (...)
  • 38 Voir ci-dessus no 14, et ci-dessous no 46.

12Peu de temps après la confection de ces parties du manuscrit, et probablement avant qu’elles ne soient reliées, un supplément de 24 folios fut ajouté32. Copié, décoré et numéroté par ceux qui furent responsables de la partie originale du manuscrit, il contient six offices, quatre de saints – François, Dominique, Élisabeth de Hongrie (mentionnés dans la litanie) et Eutrope, compagnon de saint Denis (absent de la litanie)33 – et, entre les offices de saint Dominique et de sainte Élisabeth, deux autres offices pour les fêtes des reliques de la Sainte-Chapelle et de la translation de la Couronne d’épines34. Ces additions suggèrent l’intervention d’un familier de la Sainte-Chapelle, et probablement quelqu’un de sang royal, tandis que la longueur, remarquable, de l’office de saint François indique un attachement particulier au pauvre d’Assise. En ce qui concerne Eutrope, le roi Philippe le Bel († 1314) et son épouse, Jeanne de Navarre-Champagne († 1305) le considéraient comme un patron spécial, si bien qu’en 1296 ils offrirent 20 livres parisis à Notre-Dame de Paris pour la célébration de sa fête en semiduplex35. Quant à saint François, la dévotion de la reine Jeanne aux Franciscains l’amena à choisir d’être inhumée dans l’église des Cordeliers de Paris plutôt qu’à Saint-Denis36. Il est intéressant de noter que Jeanne d’Évreux possédait aussi un reliquaire de saint Eutrope, qu’elle légua à sa nièce Jeanne, comtesse de Vendôme37 et qu’elle était proche des Franciscains, auprès de qui, à Paris, son cœur fut enterré38. Comme indiqué précédemment, l’absence d’un office de saint Louis renforce la probabilité que ces folios furent préparés avant sa canonisation, ou avant la confection de ses premiers offices juste après cette date.

  • 39 Cette foliation commence au psautier et se termine à la fin de la partie ajoutée très tôt après la (...)
  • 40 La foliation en rouge est absente de la partie du manuscrit qui contient l’office de de la Fête-Di (...)

13Ces trois parties du bréviaire, y compris le supplément aux folios 637-660, se distinguent par une foliotation en rouge brillant, en chiffres arabes, au coin supérieur droit de chaque recto39. Des renvois aux textes complets des éléments seulement désignés par un incipit furent insérés dans les mêmes chiffres arabes et la même encre rouge40. Une numérotation en chiffres romains rouges et bleus en haut, au centre des rectos des premiers vingt-neuf folios, est également remarquable.

  • 41 Delisle (Recherches, op. cit., t. I, p. 191) déclare simplement que « beaucoup de rubriques […] so (...)

14Une particularité est encore plus frappante : les principales rubriques originales en latin furent remplacées par des rubriques en français41. Les lettres simples qui désignent les antiennes, les répons, les versets, les chapitres, les hymnes et les leçons (le plus souvent de courtes abréviations) ne sont presque jamais altérées. En effet, les mots français commencent par les mêmes lettres que les mots latins. Les rubriques plus développées ont en revanche été changées. Ainsi, au folio 90, on lit caplm’ (pour capitulum ou chapitre) et ps’ (pour psalmus, et aussi psaume), mais la rubrique initiale a été modifiée du latin original au français : « le premier samedi de l’avent aus vespres ».

  • 42 Voir les fol. 361-363, où les rubriques sont toutes en français ; le numéro de lignes fut réduit d (...)
  • 43 Rouse M. A. et Rouse R. H., « Context and Reception: A Crusading Collection for Charles IV of Fran (...)

15Pour comprendre la nature et l’étendue des grattages rendus nécessaires par cette campagne de remaniement, il suffit de regarder les folios 198-199, 345 vo, 375-375 vo et 388 vo. Il fallut ajouter des lignes au-dessus et/ou en dessous de la colonne où se trouvent les modifications, car le français est plus prolixe que le latin. De plus, des pages qui comprenaient principalement des rubriques durent être entièrement refaites42. Compte tenu de la remarquable finesse du parchemin, ce travail dut coûter cher en temps et en argent. Il indique que le livre fut acquis auprès du premier commanditaire par une personne qui admirait et voulait utiliser le volume et qui préférait visiblement le français au latin. Une telle préférence ne suffit pas à démontrer l’intervention d’une femme, mais dans ce cas précis, comme on le verra, il semble clair que c’est une dame qui ordonna la transformation en français des rubriques en latin43.

  • 44 L’office fut copié dans un quaternion (fol. 661-668) et dans les cinq premières pages du duernion (...)
  • 45 Lambot C., « L’office de la Fête-Dieu. Aperçus nouveaux sur ses origines », Revue bénédictine, no (...)

16Les folios 661-685 vo sont la partie la plus révélatrice du bréviaire. Trois éléments liturgiques y sont regroupés. Premièrement, aux folios 661-672, qui constituent une unité indépendante44, se trouve l’office de la Fête-Dieu (ou du Corpus Christi), inauguré par Urbain IV en août 1264 mais rarement observé avant la publication par le pape Jean XXII de la bulle d’Urbain, Transiturus de hoc mundo, qui établit la fête (en 1317 dans les Clémentines)45.

17L’office est peu développé : ne s’y trouvent que six leçons propres, les trois dernières inspirées de l’expositio de l’Évangile, tandis que les leçons pour l’octave sont très brèves. La précision de la rubrique initiale suggère que la commanditaire de l’office n’était pas certaine de la date précise de la célébration :

  • 46 Comparez la rubrique initiale de l’office de la Fête-Dieu dans le bréviaire franciscain de Jeanne, (...)

« Ci commence l’office du corps nostre seigneur. La quele est celebree par chascun an en la quinte fere d’aprez les huitieues de la penthecouste (Ici commence l’office du corps de Notre Seigneur qui est célébré chaque année le cinquième jour après l’octave de la Pentecôte)46. »

  • 47 Marie-Thérèse Gousset a identifié l’artiste comme celui d’un exemplaire petit mais exquis de l’Yma (...)

18La miniature figurant au début de cet office (et de cette partie du manuscrit) le lie à une noble dame, à genoux, vénérant la sainte Hostie, vêtue simplement, mais avec élégance (illustration 1). Exécutée par un artiste de renom, l’illustration démontre que l’office fut commandé par une femme47. L’effacement partiel de l’image de la dame – de ce qui fut probablement sa couronne, de ses cheveux et d’une partie de sa robe – pose des problèmes, sur lesquels il faudra revenir.

  • 48 S’il n’était pas tombé malade en voyageant en Italie pour voir le pape, il aurait pu assister aux (...)
  • 49 Pour saint Louis de France, voir Gaposchkin M. C., The Making of Saint Louis: Kingship, Sanctity, (...)

19Soit avant, soit après l’achèvement de la transcription de cet office, la commanditaire décida de faire préparer pour ce volume les textes de deux autres offices – des offices qui, dans le contexte du livre, étaient insolites. En effet, ces derniers étaient des Heures, destinées à la dévotion privée, et non des offices séculiers comme ceux qui se trouvent dans le reste du manuscrit. Il s’agissait des Heures des deux saints Louis de France : le roi Louis IX, canonisé le 11 août 1297, vingt-sept années après sa mort, et son neveu, le franciscain Louis d’Anjou, évêque de Toulouse, fils de Charles II d’Anjou et de Marie de Hongrie, mort à l’âge de 23 ans le 19 août 1297, huit jours après la canonisation de Louis IX48, et lui-même canonisé le 7 avril 131749.

  • 50 La décoration des bouts de ligne dans l’office de la Fête-Dieu est particulièrement remarquable. P (...)
  • 51 Les Heures de Louis IX furent transcrites sur deux bifolia (fol. 673-674, 675-67) et les trois pre (...)

20Copiées en une fois, par un seul scribe, différent du scribe de l’office de la Fête-Dieu, elles furent décorées par un artiste unique, sans doute différent de l’artiste chargé d’illustrer l’office de la Fête-Dieu – dont la décoration est bien plus élaborée50. Les portraits des deux saints Louis furent eux peints par deux artistes distincts, l’un (celui du portrait de saint Louis d’Anjou, fol. 679, illustration 2) étant nettement plus doué que le second (celui du portrait de saint Louis de France, fol. 673, illustration 3). Copiées les unes à la suite des autres51 sur un bifeuillet (fol. 673-674), un ternion (fol. 677-682), un bifeuillet (fol. 683-684) et une seule page (fol. 685), les deux Heures forment une unité propre, indépendante de l’office de la Fête-Dieu. Il est donc possible que cet ensemble ait été créé avant (ou concomitamment à) la confection de l’office de la Fête-Dieu, qui le précède dans l’état actuel du manuscrit.

  • 52 Je remercie vivement Roger S. Wieck pour ses conseils sur les particularités de ce manuscrit.

21La structure hybride des deux Heures est remarquable. Tout en conservant la composition et les formules traditionnelles des Heures, le contenu des deux offices ressemble à ceux des offices séculiers des deux saints Louis. Faisant référence spécifiquement aux trois nocturnes, les matines de chaque office contiennent neuf leçons plutôt que les trois leçons habituelles d’Heures moins sophistiquées. Les matines des deux Heures commencent ainsi, comme les Heures traditionnelles, par Domine labia mea aperies et procèdent de l’invitatoire à l’hymne, puis aux trois nocturnes avec neuf leçons accompagnées par des répons et versets52.

  • 53 Pour l’office séculier, voir Analecta hymnica medii aevi, Blume C. et Dreves G. M. éd., Leipzig, 1 (...)
  • 54 Beatus uir dum cathedram regalem aspernatur. diuine legis exedram feruenter amplexatur (« Le bienhe (...)
  • 55 L’office rythmique composé par Robert d’Anjou (qui commence par Tecum) fut ajouté au bréviaire fra (...)

22L’office séculier de Louis d’Anjou, qui sert de base aux Heures de ce manuscrit, semble avoir été préparé en toute hâte, rapidement après la canonisation53. Les éléments requis furent ajoutés à cet office pour créer ces Heures, qui peuvent être appelées Beatus vir dum cathedram regalem54 d’après les premiers mots de la première antienne des matines. Les neuf leçons furent extraites directement, et assez grossièrement, de la première moitié de la bulle de canonisation de Jean XXII, en s’arrêtant avant la description, éloquente et émouvante, de son observance fidèle de la liturgie, de ses opérations de conversion des Juifs et des païens, de sa mort exemplaire et de ses miracles. En lisant ces Heures (et cet office), on comprend bien pourquoi Robert d’Anjou (1277-1343), roi de Naples dès la mort de son père Charles II en 1309, créa pour son frère aîné une commémoration liturgique bien plus digne et soignée55.

  • 56 Dans Making of Saint Louis, p. 198-199, M. Cecilia Gaposchkin compare le lat. 13 233 à BnF, lat. 1 (...)
  • 57 Beatus qui solium iter et consilium malorum uitauit ; sanctus ab infancia ludouicus hec tria semper (...)
  • 58 Gaposchkin M. C., op. cit., p. 206-230, et pour Beatus Ludovicus, Ead. et Katz P. B., Blessed Loui (...)

23Les Heures de saint Louis de France, qui précèdent les Heures de son neveu, sont aussi extraordinaires. Conservées uniquement dans ce manuscrit, elles sont à part dans le corpus des huit offices liturgiques composés pour le roi56. On pourrait les appeler Beatus qui solium iter, d’après les premiers mots de la première antienne des matines57. Elles furent de toute évidence confectionnées spécifiquement pour ce manuscrit. Elles s’inspirent de l’office séculier Ludovicus decus regnantium, qui avait été créé sous l’égide de Philippe le Bel pendant l’été 1298 pour la première célébration royale de la canonisation de saint Louis, prévue le 25 août. Dès sa création, l’office, œuvre de Pierre de la Croix (Petrus de Cruce) d’Amiens, le plus grand musicien de l’époque, et de collègues experts soigneusement choisis, rencontra un grand succès. La vie Beatus Ludovicus quondam rex Francorum servit de source aux neuf leçons de ces Heures. Dès sa rédaction, vers 1303, cette vie surpassa en popularité les autres légendes du saint. Les antiennes des petites Heures (les Heures médianes : prime, tierce, sexte, none et complies) furent tirées de Ludovicus decus (celles de prime, tierce, sexte et none servant aussi pour laudes, celle de complies pour le deuxième nocturne). Les autres éléments des petites Heures (les hymnes, les chapitres, avec versets et répons, et l’oraison) furent extraits des Heures traditionnelles de saint Louis, Sanctus voluntatem. Ce dernier office, créé rapidement après la canonisation du roi en 1297, fut ensuite utilisé de manière standard pour les Heures de saint Louis. Il en existe aujourd’hui six manuscrits témoins, dont tous, sauf un, furent fabriqués pour des dames nobles, liées plus ou moins étroitement au saint roi – bien que de nombreux hommes aient aussi possédé des Heures de saint Louis58.

24Pourquoi les créateurs de ces Heures, Beatus qui solium iter, ont-ils laissé de côté, et le plus souvent rejeté, les Heures Sanctus voluntatem ? La réponse à cette question nous offre une clé de lecture précieuse pour identifier la personne responsable du remaniement du manuscrit.

25Comme les Heures de saint Louis d’Anjou, Sanctus voluntatem porte les marques d’une confection hâtive. Plusieurs éléments s’inspirent de la bulle de canonisation de Boniface VIII et des deux sermons que le pape prononça à cette occasion. Les trois brèves leçons des Heures mettent l’accent sur les croisades de saint Louis, ses actions en France après son retour de sa première croisade et sa mort lors de la seconde expédition, sans évoquer les autres aspects remarquables d’une vie consacrée en bonne partie aux œuvres de piété et au gouvernement exemplaire de son royaume. Malgré leur manque de finesse, de nombreux éléments de ces Heures furent intégrés aux offices créés par la suite : tout d’abord l’office Nunc laudare, œuvre du dominicain Arnaud du Prat à Toulouse, puis, en 1298, Ludovicus decus. Huit années plus tard, en 1306, Sanctus voluntatem fut la principale source d’Exultemus omnes, l’office pour la translation du chef de saint Louis de Saint-Denis à la Sainte-Chapelle.

  • 59 Comptes royaux (1285-1314), Fawtier R. et Maillard F. (éd.), Recueil des historiens de la France, D (...)
  • 60 Wybert devint le confesseur de Charles après la mort de Louis X : AN, J 404A, no 22, 22bis (testam (...)

26La première référence connue aux Heures de saint Louis se trouve dans un compte du trésor de Philippe le Bel59 qui mentionne le paiement de 50 sous, le 19 mars 1313, au prince Charles de la Marche, pour « certaines Heures de saint Louis achetées pour lui » par Wybert, le confesseur dominicain de son frère aîné Louis60. Il ne fait néanmoins aucun doute que les Heures furent créées bien avant cette date, et qu’il existait autrefois une quantité impressionnante de copies de Sanctus voluntatem.

  • 61 Sur ce livre voir la description détaillée publiée par Lucy Freeman Sandler, « Hours, Psalter, and (...)
  • 62 New York, Ms. Spencer 56, fol. 415 vo.

27La plus ancienne copie actuellement conservée est celle qui se trouve dans un livre de dévotion confectionné, selon toute probabilité, par Mahaut d’Artois, la grande dame deux fois belle-mère royale, pour sa pauvre fille Blanche, la première femme du prince Charles, lequel épousa en 1324 Jeanne d’Évreux, petite-nièce de Mahaut et cousine de Blanche61. Le livre semble avoir été réalisé pour Blanche lors des années tragiques de son enfermement à Château-Gaillard pour adultère entre 1314 et 1322. Augmenté et modifié plusieurs fois depuis sa création vers 1318 et l’addition, survenue peu de temps après, de trois cahiers, les deux premiers des sexternions et le dernier un quinternion (fol. 390-423), le livre contenait à l’origine le psautier avec des prières en latin, des litanies, les récits de la Passion par les Évangélistes, les Heures de la Passion, les Heures de saint Louis et diverses prières et exercices spirituels contenant plusieurs références à une dame appelée Blanche. Les cahiers ajoutés peu après contiennent des Heures de la Passion du Christ, accompagnées de nouvelles prières, y compris une oraison mentionnant « moi, Blanche62 ». Le livre était ainsi adapté aux dévotions d’une pénitente royale qui avait beaucoup à regretter.

  • 63 Boehm B. D., Quandt A. et Wixom W. D., op. cit. Le livre se termine par deux courtes prières deman (...)
  • 64 De Hamel C., The Rothschilds and their Collections of Illuminated Manuscripts, London, British Lib (...)
  • 65 Voir les notes 59-60 ci-dessus.

28Ironiquement, ce sont les Heures dites de Jean Pucelle, offertes à Jeanne d’Évreux elle-même par son mari, le roi Charles, qui contient la deuxième plus ancienne copie de Sanctus voluntatem. Ce livre, élégant, splendidement décoré et illustré, est très simple en ce qui concerne les textes qu’il contient : un calendrier, les Heures de la Vierge (fol. 15 vo-101 vo), les Heures de saint Louis de France (fol. 102 vo-180), les psaumes pénitentiels (fol. 182 vo-203 vo) et une litanie (fol. 203 vo-208 vo) où se trouvent saint Denis, saint Louis de France et onze autres saints masculins (mais pas Louis d’Anjou), ainsi que la Vierge et vingt autres saintes, y compris sainte Chasteté (Castitas)63. Par un hasard curieux, ces deux livres sont maintenant à New York City, très proches l’un de l’autre, celui de Blanche dans la Spencer Collection à la New York Public Library, celui de Jeanne (que possédait autrefois la famille Rothschild64) aux Cloîtres, la succursale à Washington Heights de The Metropolitan Museum of Art. Bien évidemment, Charles IV n’avait pas un droit exclusif sur Sanctus voluntatem, mais il est frappant que les deux plus anciennes copies de l’office, ainsi que la première référence connue à l’existence de ces Heures, soient liées à Charles65.

Jeanne d’Évreux et le manuscrit BnF Latin 13 233

29Pourquoi faire confectionner des Heures de saint Louis si différentes de celles généralement en usage ? Cette décision est facile à comprendre, pour peu que la commanditaire soit Jeanne d’Évreux. Il est possible que Jeanne ait su que Mahaut d’Artois avait fait réaliser pour sa fille Blanche, la première femme de Charles, l’époux défunt de Jeanne, un livre de dévotion contenant Sanctus voluntatem, les Heures semblables à celles qui se trouvaient dans les Heures de Pucelle dont Charles avait fait présent à Jeanne. Cela aurait pu, selon moi, susciter en Jeanne le désir d’avoir d’autres Heures, des Heures spéciales, différentes de celles de Blanche. Même dans le cas où Jeanne aurait ignoré l’existence du livre de Blanche, son bon goût liturgique et peut-être aussi une dévotion particulière aux deux saints Louis (surtout à saint Louis de France) auraient pu la convaincre des avantages qu’offrait la création de nouvelles Heures.

  • 66 Voir BnF, lat. 13 233, fol. 3 (le calendrier, les 17-18 mai), 589-591. Pour les célébrations des f (...)

30Comme je l’ai fait remarquer, Jeanne possédait déjà une copie de Sanctus voluntatem, cet office qui manquait de l’élégance et de la finesse de Ludovicus decus regnantium, l’office de Pierre de la Croix. Elle connaissait sûrement l’office Exultemus omnes, composé pour la translation du chef de saint Louis en 1306 sur la base de Sanctus voluntatem, qui partageait les défauts et les gaucheries de ce dernier. C’est peut-être à cause de ces problèmes que l’office Exultemus omnes ne fut ajouté au livre que beaucoup plus tard, après 138666, et que de nouvelles Heures furent créées pour le manuscrit, inspirées de l’impressionnant office Ludovicus decus regnantium, que Jeanne devait avoir souvent écouté.

  • 67 Rouen, Ms. 3403, fol. 80 vo. BnF, fr. 7855, p. 356. Collection des meilleures dissertations, notic (...)

31On ne saura jamais avec certitude quelle dame royale a fait modifier et augmenter le psautier, le temporal et le sanctoral du manuscrit aux environs de 1328, mais la solution la plus probable est d’attribuer ces remaniements à Jeanne d’Évreux. Il est vrai qu’on ne peut relier directement le livre à la reine. Il ne contient pas ses armoiries, dont elle aimait pourtant faire étalage67.

  • 68 Boehm B. D., Quandt A. et Wixom W. D., op. cit., p. 90-91.
  • 69 Paris P., « Livres de la reine Clémence, femme de Louis le Hutin, morte en 1328 », Bulletin du bib (...)

32Mais on ne les trouve pas non plus à l’intérieur des Heures de Pucelle, bien qu’elles aient figuré sur la reliure du livre lorsqu’il était en la possession de Charles V68. De plus, elle aurait probablement hésité à faire ajouter une marque d’appartenance alors qu’elle faisait remanier, au tout début de son veuvage, un livre de dévotion ayant appartenu à l’un de ses parents défunts, peut-être sa belle-mère. Quant au remplacement des rubriques en latin par des rubriques en français, on peut remarquer que Jeanne avait une prédilection pour le français, comme en témoigne son achat de quatorze des vingt-deux livres en français de Clémence de Hongrie, veuve de Louis X, qui furent vendus après sa mort le 13 octobre 132869.

  • 70 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 74. Delisle L., « Notice », loc. cit., p. 18-19

33Le livre entra finalement dans la bibliothèque de Charles V, à qui Jeanne donna nombre de ses livres de dévotion, y compris les Heures de Pucelle et le précieux bréviaire franciscain, dont le second tome se trouve actuellement à Chantilly. Elle lui confia d’autres objets liés au saint roi Louis, y compris son psautier, qu’elle lui remit en 1369 ou au début de 1370, peu avant sa propre mort le 4 mars 137170. Elle aurait donc pu lui offrir ce livre avec les autres manuscrits et objets.

  • 71 Rouen, Ms. 3403, fol. 80.
  • 72 Ibid., fol. 89, omis par Leber J.-M.-C., op. cit., t. XIX, p. 150-151.
  • 73 Rouen, Ms. 3403, fol. 105, Prost B., « Quelques documents sur l’histoire des arts en France d’aprè (...)
  • 74 Brown E. A. R., « Testamentary Strategies », loc. cit., p. 230.
  • 75 Sur ce manuscrit, voir la note 46 ci-dessus. Les rubriques sont en latin.
  • 76 Les deux Louis paraissent dans la litanie, au fol. 96-96 vo, l’un entre les « saints pontiffs et c (...)

34Quant au contenu liturgique des additions au livre, la dévotion de Jeanne aux deux saints Louis et son respect pour la Fête-Dieu sont bien connus. Elle possédait de nombreux reliquaires liés à la mémoire de saint Louis de France (comme le grand reliquaire dit de la Sainte-Chapelle qu’elle promit de donner à Saint-Denis le 1er août 1343). Elle chérissait le « hanap d’argent doré et a couvercle esmaillé » où étaient figurées des scènes de la vie du saint roi71. Jeanne était aussi attachée à saint Louis d’Anjou. Elle légua aux sœurs mineures de Nogent-l’Artaud, le couvent fondé par sa mère, un reliquaire « tenant une châsse de cristal ou est la jointe de saint Louis de Marseille72 ». Après sa mort, ses exécuteurs payèrent un artiste parisien pour peindre sur le dessus de son tombeau aux Cordeliers de Paris des images de Jeanne, de son saint patron Jean l’Évangéliste et de saint Louis d’Anjou73. La reine était également attachée à la fête de la Fête-Dieu, une des quinze fêtes qu’elle choisit pour des célébrations extravagantes dans sa grande dotation à Saint-Denis en 134374. Plus important encore, son magnifique bréviaire franciscain en deux volumes75 contient des offices des fêtes des deux saints Louis et de la Fête-Dieu, qui rappellent fort celles du manuscrit BnF, lat. 13 23376.

  • 77 Les mêmes leçons se trouvent dans le bréviaire de Belleville, BnF, lat. 10484, fol. 88-89 vo, où, (...)
  • 78 Pour l’office de saint Louis d’Anjou (le 19 août), voir Chantilly, Ms. 51, fol. 330-335, et pour c (...)

35L’office de la Fête-Dieu (fol. 155-162 vo) dans le bréviaire de Chantilly est plus raffiné et plus élaboré que celui du manuscrit BnF, lat. 13 233. Il contient neuf leçons complètes, les trois dernières tirées d’une homélie de saint Augustin, Cum enim in cibo et potu (fol. 158 vo-159 vo)77. Des leçons importantes sont également fournies pour l’octave de la fête (fol. 160-162 vo), bien qu’y manquent des instructions pour une procession. L’office est introduit par une miniature extraordinaire, montrant le Christ administrant l’Eucharistie à saint Denis et à ses compagnons la veille de leur mort. Les offices des deux saints Louis dans le bréviaire sont identiques aux offices séculiers qui servaient de base aux Heures hybrides du manuscrit BnF, lat. 13 23378. Sans doute pourrait-on trouver d’autres livres liturgiques contenant ces trois offices, mais leur présence dans un livre impressionnant possédé par Jeanne d’Évreux est symptomatique.

  • 79 En 1852 la reine Victoria effaçait son propre visage d’une photographie d’elle avec cinq de ses en (...)

36Avant de conclure, il faut revenir à l’aspect curieux de ce manuscrit que j’ai déjà évoqué : l’effacement partiel de l’image de la dame agenouillée au début des offices de la Fête-Dieu et des deux saints Louis. Je me suis d’abord demandé si l’illustration avait été grattée pour préparer la modification de l’image, en particulier pour changer ou ôter la couronne. Mais après réflexion, cela me semble improbable : le grattage est trop grossier pour avoir été le produit d’une entreprise réfléchie. Enfantin, presque fébrile, il semble être le travail d’une jeune personne qui s’ennuyait, ou de quelqu’un qui n’aimait pas trop la miniature – ou peut-être les symboles de richesse et de pouvoir qui s’y trouvent – ou même la manière de les représenter79. Quoi qu’il en soit, le problème demeure irrésolu, un mystère de plus parmi tous ceux qui ont voilé ce livre depuis des siècles.

37On ne peut pas prouver que Jeanne d’Évreux ait possédé le manuscrit BnF, lat. 13 233, et qu’elle ait commandé les modifications qui y furent faites (vers 1328). Il est néanmoins acquis que si la commanditaire n’était pas Jeanne, il s’agissait d’une dame royale de qualité, sans doute une parente de Jeanne, qui s’intéressait aux livres et les aimait beaucoup, et qui connaissait bien la liturgie. En tout cela, elle était un miroir de Jeanne d’Évreux, femme de caractère, d’imagination, d’assurance et de courage, dévouée à ses filles, à ses parents et à ses amis, ainsi qu’à la mémoire de son mari, et voulant à tout prix assurer leur salut. Connaissant bien la liturgie et ses subtilités, entourée par des théologiens qui en étaient experts et la conseillaient, Jeanne d’Évreux utilisait – et exploitait – la liturgie pour manifester sa piété, affirmer sa renommée et tenter de gagner un siège au paradis après sa mort.

Annexes

ANNEXE I

Bibliothèque nationale de France, lat. 13 233 Structure du manuscrit

Folios

Contenu

Date

(1) 1-6 vo

Calendrier.

post-1386.

(2) 7-70 vo
(8 miniatures)

Psautier férial.

fin XIIIe siècle ; rubriques en français remplaçant la plu part des rubriques en latin ; foliotation en chiffres romains, fol. 7-35 (I-XXX) ; foliotation en chiffres arabes à l’encre rouge, fol. 7-70.

(3) 71-88 vo

Instructions pour la récitation des Heures selon l’usage de Paris ; bénédictions.

post-1386 ; rubriques en latin.

(4) 89-300 vo
(7 miniatures)

Temporale.

fin XIIIe siècle ; rubriques en français remplaçant la plupart des rubriques en latin ; foliotation en chiffres arabes à l’encre rouge.

(5) 301-572 vo
(32 miniatures, dont 5 au commun)

Sanctorale (fol. 301-554 vo) et commun des saints (fol. 555-572 vo).

fin XIIIe siècle ; rubriques en français remplaçant la plu part des rubriques en latin ; foliotation à l’encre rouge.
Deux ajouts : a) fol. 361-363, copiés ca. 1328, rubriques en français.
b) fol. 329-330, 350, copiés après 1386, rubriques en latin.
Les deux ajouts ne sont pas foliotés en chiffres arabes à l’encre rouge.

(6) 573-636 vo

21 vies des saints, prescriptions pour Pâques (fol. 583-588).

post-1386 ; rubriques en latin.

(7) 637-660 vo
(4 miniatures)

Office des saints François et Dominique, de la réception des reliques de la Sainte-Chapelle offices et de la translation de la Couronne d’épines et des saints Élisabeth de Hongrie et Eutrope.

fin XIIIe siècle ; rubriques en français remplaçant la plupart des rubriques en latin ; foliotation en chiffres arabes à l’encre rouge.

(8) 661-685 vo
(3 miniatures)

Corpus Christi, Heures de Louis IX et de Louis de Tou louse/Marseille.

ca. 1328 ; rubriques en français.

(9) 685 vo-691

Heures de la Croix et du Saint-Esprit ; Memorie. bénédictions.

post-1386 ; rubriques des Heures en français ; autres rubriques en latin.

(10) 691

Prière à la Vierge.

fin XV e siècle.

ANNEXE II

Les fêtes ajoutées (+) ou modifiées après 1383 dans BnF, lat. 13 233, fol. 573-635 vo

+ 1. La conception de la Vierge (le 8 décembre) (fol. 573-575 vo), 6 leçons propres et 3 du Liber generationis ; au calendrier (or, dupplum).

2. Nicaise, archevêque de Reims (le 10 décembre) (fol. 575 vo-577), 9 leçons propres ; commémoration d’Eulalie ; au calendrier (bleu, semidupplum ; commémoration d’Eulalie, rouge) ; dans la litanie (fol. 67), absent du sanctoral.

+ 3. Rigobert, archevêque de Reims (le 8 janvier) (fol. 577-578), 9 leçons propres ; commémoration de Lucien, Marien et Julien ; au calendrier (bleu [Rigoberti remensis archiepiscopi], semidupplum ; commémoration de Lucien, Marien et Julien, rouge).

4. Valentine (le 14 février) (fol. 578-578 vo), prière et 3 leçons propres ; au calendrier (rouge) ; dans la litanie (fol. 67) ; au sanctoral (fol. 346 vo), avec la même prière et 3 leçons du commun.

+ 5. Thomas d’Aquin (le 7 mars) (fol. 578 vo-580 vo), office de 9 leçons propres ; commémoration de martyribus et de tempore ; au calendrier (bleu, dupplum ; commémoration de Perpetua et Felicitas, rouge).

6. Ambroise (le 4 avril) (fol. 580 vo-583), office de 9 leçons propres ; au calendrier (bleu, dupplum) ; dans la litanie (fol. 67) ; mentionné au sanctoral original (fol. 358). Suivi (fol. 583-588) par des prescriptions détaillées concernant la commémoration à Paris des saints pendant la saison de Pâques.

7. Pierre Martyr de Vérone (le 29 avril) (fol. 588-589), prière et 3 leçons propres ; au calendrier (rouge, quasi ix lectiones) ; dans la litanie (fol. 66 vo) ; au sanctoral (fol. 346 vo), avec 3 leçons du commun.

+ 8. Translation de la tête de saint Louis de France de Saint-Denis à la Sainte-Chapelle (le 17 mai) (fol. 589-591), office de 9 leçons propres ; au calendrier (bleu et rouge, duplex).

+ 9. Yves (le 19 mai) (fol. 591-596 vo), office de 9 leçons propres ; au calendrier (bleu, dupplum ; commémoration de Potentiane (Pudentiana), rouge).

+ 10. Pierre de Morrone (Célestin V ; Petrus de Nigro Monte heremita, Papa Celestinus quintus) (le 20 mai) (fol. 596 vo-599 vo), office de 3 leçons propres ; au calendrier (rouge, quasi ix lectiones).

11. Landry, évêque de Paris (le 10 juin) (fol. 599 vo-601 vo), office de 9 leçons propres, avec une prière et des instructions détaillés ; au calendrier (rouge, duplex) ; dans la litanie (fol. 67 vo) ; au sanctoral (fol. 375-375 vo), office du commun d’un évêque confesseur, avec 9 leçons de Mt 25.14-21 (Homo quidam peregre).

+ 12. Ferréol et Ferjeux (le 16 juin) (fol. 601 vo-603 vo), office de 9 leçons propres ; commémoration de Cyr et Julitta et d’Avit, abbé de Micy ; au calendrier (bleu, dupplum ; commémoration de Cyr et Julitta, rouge) (où se trouve, le 17 juin, Avitus abbas, en rouge, avec 3 leçons).

13. Martial de Limoges (le 2 juillet) (fol. 603 vo-607), office de 9 leçons propres ; commémoration de Procès et Martinien ; au calendrier (bleu, dupplum ; commémoration de Procès et Martinien, rouge) ; au sanctoral (fol. 393 vo), commémoration, éclipsée par la célébration des fêtes des saints Pierre et Paul, le 29 juin, et de l’octave de saint Jean Baptiste, le 1er juillet.

14. Translation de saint Thomas de Canterbury (le 7 juillet) (fol. 608-609 vo), office de 9 courtes leçons propres, avec hymne et prière ; commémoration de Claude, Nichostratus, Simphorien, Castor et Victoricus, et de Nom (Nummius) ; au calendrier (bleu et rouge, semidupplum) ; dans la litanie (fol. 67) ; au sanctoral (fol. 399 vo), même hymne, mais la plupart de l’office pris du commun.

+ 15. Translation de Thibault de Provins (le 9 juillet) (fol. 609 vo-612 vo), office de 9 longues leçons propres, avec éléments pris du commun et commémoration de Zénon et des Sept Frères ; au calendrier (bleu, semidupplum ; commémoration de Zénon et de Nom [Nummius, Nomius], rouge).

16. Marguerite (le 20 juillet) (fol. 612 vo-617), prière et 3 longues leçons propres ; au calendrier (rouge, trois leçons) ; au sanctoral (fol. 404 vo), 3 leçons et 3 répons pris du commun d’une vierge martyre.

17. Anne (le 28 juillet) (fol. 617-623), office de 9 longues leçons propres avec éléments du commun d’une sainte non vierge ; commémoration de Pantaleon et de Sanson ; au calendrier (bleu, matris marie dupplum ; commémoration de Pantaleon et de Sanson) ; dans la litanie (fol. 67 vo) ; au sanctoral (fol. 414-415), court office sans leçons mais avec la prière et deux des hymnes du nouvel office et des éléments pris de la fête de l’Assomption et du commun d’une sainte non vierge, la neuvième leçon prise de l’exposition, Simile est regnum celorum.

18. Marthe (le 29 juillet) (fol. 623-625 vo), office de 3 prières, 7 leçons propres et 2 leçons du commun d’une vierge ; commémoration des compagnons de Félix, Simplice, Faustin et Béatrix, de Loup (Lupus), évêque de Troyes, et d’Abdon et Sennen (dont les offices se trouvent au sanctoral [fol. 415-416]) ; au calendrier (bleu, semidupplum ; commémoration de Félix, Simplice, Faustin, Béatrix).

+ 19. Fiacre (le 30 août) (fol. 625 vo-630 vo), office de 9 longues leçons propres ; commémoration de Félix et Audacte ; au calendrier (bleu, dupplum ; commémoration de Félix et Audacte, rouge).

20. Firmin, évêque d’Amiens (le 25 septembre) (fol. 630 vo-632 vo), office de 9 leçons propres, les autres éléments pris du commun ; commémoration de Senier (Senator) ; au calendrier (bleu, dupplum ; au 26 septembre, en rouge, Senatoris [Senier] episcopi et confessoris memoria) ; dans la litanie (fol. 66 vo) ; au sanctoral (fol. 477), avec la prière Infirmitatem du commun, 3 leçons pris de l’exposition Si quis uenit, et la commémoration de Senier.

+ 21. Géraud d’Aurillac (le 13 octobre) (fol. 632 vo-635 vo), office de 9 leçons propres et une prière ; commémoration de Calixte ; au calendrier (bleu, dupplum ; au 14 octobre, en rouge, Calixti pape et martyris. memoria).

Cette partie termine (fol. 635 vo, tout, sauf la prière, soulignée en rouge) : « Cetera omnia totum fit de communi ut supra. preter orationem propriam quam inuenies supra in vesperis. Postquam in matutinis sequitur memoria. octabarum Sancti dyonisi. per antiphonam. Hij sancti matryres et cetera. In ultimis vesperis post orationem fit memoriam. calixti pape & martyris. de quo sequitor oratio. oratio. Deus qui nos conspicit ex nostra infirmitate deficere: ad amorem tuum misericorditer per sanctorum tuorum exempla restaura. Per. Sequitur memoria octabarum. per antiphonam. Et facta est. et cetera. »

Notes

1 Berné D., Architecture et liturgie. Étude d’une interaction spatiale et mémorielle à Saint-Denis à l’époque gothique, Paris, École nationale des chartes, Thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, 2008 [http://theses.enc.sorbonne.fr/document1128.html,8]. Id., « L’action mémorielle des princesses capétiennes à Saint-Denis au XIVe siècle », Histoire de l’art, no 63, octobre 2008, p. 1-10. En préparant cet article, j’ai beaucoup profité des conseils de Damien Berné, à qui je voudrais exprimer ma profonde reconnaissance. Je voudrais également exprimer ma gratitude sincère pour l’aide généreuse que Richard C. Famiglietti m’a donnée.

2 Boehm B. D., Quandt A. et Wixom W. D., The Hours of Jeanne d’Évreux. Acc. No 54. I. 2. The Metropolitan Museum of Art, The Cloisters Collection, New York, le volume publié comme annexe au fac-similé, Lucerne et New York: Faksimile Verlag Luzern, The Metropolitan Museum of Art, 2000, p. 35-117, et 203-345. Boehm B. D., « Le mécénat de Jeanne d’Évreux », Gaborit-Chopin D. et Avril F., avec Bardos M.-C. (dir.), 1300 L’art au temps de Philippe le Bel. Actes du Colloque international, Galeries nationales du Grand Palais, 24 et 25 juin 1998, XVIe Rencontres de l’École du Louvre, septembre 2001, Paris, École du Louvre, 2001, p. 15-31.

3 Holladay J. A., « Fourteenth-Century French Queens as Collectors and Readers of Books: Jeanne d’Évreux and her Contemporaries », Journal of Medieval History, no 32, 2006, p. 69-100.

4 Lemonnier-Surget M.-L., Les « ennemis du roi » : parenté et politique chez les Évreux-Navarre (1298-1425), Lille : Atelier national de reproduction des thèses, 2004, p. 297-307.

5 Lord C., « Jeanne d’Évreux as a Founder of Chapels. Patronage and Public Piety », Lawrence C. (dir.), Women and Art in Early Modern Europe: Patrons, Collectors, and Connoisseurs, University Park, PA, Pennsylvania State University Press, 1997, p. 21-36.

6 Brown E. A. R, « The Testamentary Strategies of Jeanne d’Évreux: The Endowment of Saint-Denis in 1343 », Armstrong D., Astell A. W. et Chickering H. (dir.), Magistra Doctissima: Essays in Honor of Bonnie Wheeler, Kalamazoo MI, Medieval Institute Publications, 2013, p. 217-247. Ead., « Jeanne d’Évreux : ses testaments et leur exécution », Le Moyen Âge, no 119, 2013, p. 57-83.

7 Ci-dessous Bibliothèque nationale de France, Manuscrit latin 13 233 (BnF, Lat. 13 233). Le manuscrit est disponible, en couleur, sur Gallica [http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/btv1b8447289s/f1.image.r =13233.langFR].

8 Kerrebrouck P. Van, Nouvelle histoire généalogique de l’auguste Maison de France : Les Capétiens, 987-1328, Villeneuve d’Ascq, Nouvelle Imprimerie Laballery, 2000, p. 171-174, 179-180, 227-230. L’auteur date le mariage de Jeanne et de Charles le 5 juillet 1325 (ibid., p. 172), mais voir Thierry Stasser, « The Third Marriage of King Charles IV of France and his Offspring », Medieval Prosopography, no 14, 1993, p. 1-26 (13-17).

9 Brown E. A. R., « Testamentary Strategies », loc. cit., p. 217-218. Id., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 58-60.

10 Pour ce qui suit, voir Brown E. A. R., « Testamentary Strategies », loc. cit., en particulier les actes édités aux pages 227-232.

11 Dutilleux A. et Depoin J., L’abbaye de Maubuisson (Notre-Dame-la-Royale). Histoire et cartulaire publiés d’après des documents entièrement inédits, Documents édités par la Société historique du Vexin, Pontoise, Amédée Paris, 1882-1885, t. I, p. 24-25, 125-129, t. II, p. 118-120, 142 et t. IV, p. 236-237. Dutilleux A., « Inventaires de Notre-Dame la Royale de Maubuisson lez Pontoise (1463-1738) », Recueil d’anciens inventaires imprimés sous les auspices du Comité des travaux historiques et scientifiques. Section d’archéologie, Paris, Ernest, 1896, p. 1-76 (p. 19, no 8, p. 20, no 14, p. 22, no 31). Dutilleux A. et Depoin J., Cartulaire de l’abbaye de Maubuisson (Notre-Dame-la-Royale), Documents édités par la Société historique du Vexin, Pontoise, Lucien Paris, Société historique du Vexin, 1890-1913, t. I, p. 78-81, no LXXX-LXXXIII (octobre 1340, 2 février 1340/41, 27 février 1344/45). Comme à Saint-Denis, Jeanne installa dans l’église des statues « en pierre blanche » représentant ses deux filles avec celles de saint Paul et de sainte Catherine.

12 Michel E., « La reine Jeanne d’Évreux à Brie-Comte-Robert (1326-1370) », Bulletin et Compte-Rendu de la Société d’histoire et d’archéologie de Brie-Comte-Robert, Mormant, Tournan et la vallée de l’Yères, no 1, 1898-1901, p. 9-15, 22-25 (surtout 12-14). Cf. aussi Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 69 (surtout n. 45). Je remercie vivement Jérôme Aymard, vice-président des Amis du Vieux Château de Brie-Comte-Robert, de m’avoir expédié la copie d’une notice à propos du don de Jeanne qui se trouve aux Archives communales de Brie-Comte-Robert, dans le cartulaire de Saint-Étienne dressé en 1507 par Étienne Delaistre, tabellion royal à Brie, 2 GG 21, fol. 10, ainsi que sa transcription d’une copie du 21 novembre 1744 d’un acte d’août 1341 qui en énumère les termes, Paris, Archives nationales (AN), K 192, no 133.

13 Dalarun J., Field S. L., Lebigue J.-B., Leurquin-Labie A.-F. et al., Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, Sources franciscaines, Paris, Éditions franciscaines, 2014. Field S. L., Isabelle of France. Capetian Sanctity and Franciscan Identity in the Thirteenth Century, Notre Dame In, University of Notre Dame Press, 2006. Brown E. A. R., « The Ceremonial of Royal Succession in Capetian France: The Funeral of Philip V », Speculum, no 55, 1980, p. 266293 (270-272), réimpr. dans Ead., The Monarchy of Capetian France and Royal Ceremonial, Variorum Collected Studies Series, 345, Aldershot, Variorum, 1991, no VIII.

14 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 69-70 (surtout 69, n. 46) et 80-81. Le cœur de Jeanne fut enterré aux cordeliers de Paris près de celui de Blanche de France (morte le 26 avril 1358), sous duo tumuli marmorei cum duarum Reginarum formis ex alabastro, Francesco Gonzaga, De Origine Seraphicæ Religionis Franciscanæ eiusque progressibus, de Regularis Obseruanciæ institutione, forma administrationis ac legibus, admirabilique eius propagatione, Rome, Cum licentia Superiorum, 1587, p. 120.

15 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 70, p. 82-83.

16 Holladay J. A., « Fourteenth-Century French Queens », loc. cit., p. 71-74, 77-81, 83, 84, 88, 90-91, 98-100. Holladay ne mentionne pas L’histoire des trois Maries écrite par le carmélite Jean de Venette, un protégé de Jeanne. Le manuscrit élégant de la Chronique de Jean de Venette, London, British Library, Arundel 28, fut confectionné pour Jeanne, Staring A., Medieval Carmelite Heritage. Early Reflections on the Nature of the Order. Critical Edition with Introduction and Notes, Textus et studia historica carmelitana, 16, Rome, Institutum Carmelitanum, 1989, p. 147-171. Beaune C. éd., Chronique dite de Jean de Venette. Édition, traduction et présentation, Paris, Lettres gothiques, 2011, p. 10-13, 43-44.

17 Dutilleux A. et Depoin J., Cartulaire, op. cit., t. I, p. 79-80.

18 Ibid., p. 74-76, no LXXVIII-IX. Fille de Louis de Brienne, vicomte de Beaumont, et d’Agnès de Beaumont, épouse de Bohémond VII d’Antioche, comte de Tripoli (1261-87), Marguerite est morte le 9 avril 1328, Le Père Anselme de la Vierge Marie [Pierre de Guibours ], Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…, 3e éd., Paris, La Compagnie des librairies, 1726-1733, t. II, p. 594. Richardson D., Everingham K. G. et Faris D., Plantagenet Ancestry: A Study in Colonial and Medieval Families, 2e éd., Salt Lake City UT, Douglas Richardson, 2011, p. 214.

19 Parmi les exécuteurs testamentaires nommés dans son testament de mars 1367 se trouvaient les abbés de Saint-Denis et du Jard, le prieur de Saint-Martin-des-Champs, et le doyen de Paris Jacques Le Riche – ainsi qu’Hugues Boileau, Bibliothèque municipale de Rouen, Ms. 3403 (Menant VI) (ensuite Rouen, Ms 3403), fol. 122-131 (130 vo). Dans son codicille d’octobre 1370, elle ajouta son confesseur, son aumônier et deux de ses clercs (dont l’un de sa Chambre aux deniers), ibid., fol. 138 vo, Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 75.

20 De La Selle X., Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Mémoires et documents de l’École des chartes, no 43, Paris, École des chartes, 1995, p. 307. Autrand F., « La prière de Charles V », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1995, p. 37-68 (48-51). Allirot A.-H., « L’entourage et l’Hôtel de Jeanne d’Évreux, reine de France (1324-1371) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, no 116, 2009, p. 169-80. Thiberville P., Femmes, parenté et pouvoir dynastique à la cour des premiers Valois, Mémoire de Master 2 d’histoire médiévale, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2011, p. 243-235, et p. 240, où elle démontre que, comme Jeanne d’Évreux et Mahaut d’Artois, Catherine d’Artois († 1368), la tante de Jeanne, commença l’exécution de son testament avant sa mort. L’abbreviatio du testament de Jeanne de Ponthieu († 1375), fille de Catherine d’Artois et comtesse de Vendôme, révèle une connaissance des offices et des livres liturgiques similaire à celle de sa cousine Jeanne d’Évreux, Paris, AN, L 621, no 39. Pour sa mort entre le 3 et le 12 mai 1375, voir AN, L 621, no 41, où se trouvent un mandement de Charles V daté du 3 mai concernant le testament de Jeanne de Ponthieu et un mandement ordonnant la saisie de ses biens daté du 12 mai.

21 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 68, p. 72-73. Rouen, Ms 3403, fol. 122 vo-123 : « desquels payemens & assiettes de rentes certains comptes ont esté rendus par Messire Nicolle Duilly lors clerc de nostre Chambre aux deniers et par autres clers de nostredite Chambre, dont le premier fu rendu par ledit Messire Nichole [sic] le darrenier jour de fevrier l’an 1342. En presence de nous, de nostre tres cher et tres amé frere le Roy de Nauarre que Dieux absoille et de nostre tres chere fille Blanche de France a present duchesse d’Orliens et contesse de Valois, de l’abbé Guy de Saint Denis lors desmis qui audit compte ont pendu leurs seaux avec le nostre et en la presence de plusieurs de nos gens & conseillers ».

22 Delisle L., Recherches sur la librairie de Charles V. Inventaire des livres ayant appartenu aux rois Charles V et Charles VI et à Jean, duc de Berry, Paris, H. Champion, 1907, t. I, p. 190-192, no XXIV, ainsi que la description dans le t. II, p. 25, no 197. Id., Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale. Étude sur la formation de ce dépôt, comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure, et du commerce des livres à Paris avant l’invention de l’imprimerie, Histoire générale de Paris, Collection de documents fondée avec l’approbation de l’empereur par M. le baron Haussmann, no 10, Paris, Imprimerie impériale et nationale, 1868-1881, t. III, p. 335.

23 Leroquais V., Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, Mâcon, Protat Frères, 1934, t. I, p. CXIII-CXIV et t. III, p. 235-239, no 614.

24 Avril F. et Lafaurie J., La librairie de Charles V (catalogue d’exposition, octobre-novembre 1968), Paris, Bibliothèque nationale, 1968, p. 66, no 130 (datant le noyau original d’environ 1300 et les fol. 661-685 vo d’environ 1330-1340). Avril F., « Une curieuse illustration de la Fête-Dieu : l’iconographie du Christ prêtre élevant l’hostie, et sa diffusion », De Clerck P. et Palazzo E. (dir.), Rituels. Mélanges offerts à Pierre-Marie Gy, O. P., Paris, Éditions du Cerf, 1990, p. 39-54 (suggérant les dates d’environ 1290-1300 pour les parties originales et d’environ 1330 pour les fol. 661-685 vo). La miniature au folio 661 ne représente pas l’élévation de l’hostie par le Christ, car le prêtre n’a pas de nimbe et aucun ange n’y est présent, cf. la miniature pour la Fête-Dieu, à peu près contemporaine, dans le bréviaire dominicain de Belleville, BnF, lat. 10 484 (consultable sur Gallica), fol. 86 (où l’acolyte est un ange avec ailes et nimbe, et le prêtre est nimbé). Dans la miniature du manuscrit lat. 13 233, fol. 661, l’acolyte élève la chasuble du prêtre avec sa main droite, et tire sur la corde d’une cloche avec sa main gauche. Je remercie vivement James Farge pour ses conseils à propos de l’iconographie. François Avril discute de ce bréviaire, dans « Une curieuse illustration », loc. cit., p. 52. Cf. aussi Leroquais V., op. cit., t. III, p. 198-210, no 599. Voir aussi Sandler L. F., « Jean Pucelle and the Lost Miniatures of the Belleville Hours », Art Bulletin, no 661, 1984, p. 73-96. Kara Desire Scott mentionne le manuscrit dans Manuscripts and Memory: Charles V (1364-1380) at Vincennes, M. A. thesis, University of Texas at Austin, 2011 (disponible sur internet), surtout p. 38-39 et 43-44.

25 Pour cette description, souvent citée, voir Leroquais V., op. cit., t. III, p. 238.

26 Le terminus post quem résulte de la présence de la date 1386 (avec les dates 1329 et 1356) dans l’ordinatio de festivitatibus que evenerint in tempore paschali, aux folios 583-588 (585 vo-586, 587). Voir annexe I, les sections en caractères gras, no 1, 3, 6 et 9, ainsi que la dernière section, no 10, en italique (fol. 1-6, 71-88, 573-636, 685 vo-691). À propos du contenu des fol. 71-88, Avril F. et Lafaurie J., op. cit., p. 66 suit Delisle L., op. cit., t. I, p. 191, en l’appelant « le bref ». Delisle remarque que « le bref copié au fol. 71 est en latin, mais beaucoup de rubriques, qui sont l’équivalent d’un bref, sont en français ». Cette partie commence, « Sequitur breue de i [nitio] annorum. pro tempore aduentus domini. ubi primo sciendum est. et secundum dicte ecclesie parisiensis [sic] quod a prima dominica aduentus usque ad natiuitatem domini nullus debet dicere horas suas ad dictum usum nisi quod scriptum inuenerit qualibet die in ordinario sequenti vocato. In anno in quo natiuitas domini die dominica venerit… », voir Leroquais V., op. cit., t. III, p. 235. La référence à dicta ecclesia parisiensis pourrait suggérer que cette partie fut précédée par d’autres éléments concernant l’église de Paris, mais il me semble probable que la phrase fut simplement copiée de la source du passage.

27 Voir annexe I, les sections 2, 4 et 5. Les mêmes artistes et les mêmes scribes travaillaient sur la section 7, ajoutée au noyau très tôt après son achèvement, et il me semble probable que si la section 7 avait été terminée après la canonisation de Louis IX le 11 août 1297, elle aurait contenu un office pour (ou une commémoration de) saint Louis. De plus, et même plus probant, l’image de Louis IX agenouillé et tenant la sainte Couronne d’épines au fol. 651 n’est pas nimbée.

28 Voir, par exemple, les neuf leçons pour les fêtes de Marie l’Égyptienne (le 2 avril), BnF, lat. 13 233, fol. 355-357 vo, Marie Madeleine (le 22 juillet), fol. 406-408 vo, Catherine (le 25 novembre), fol. 547-551 vo et Geneviève des ardents (le 26 novembre), fol. 551 vo-554. Remarquons aussi le développement de l’office de saint Denis et ses compagnons (le 9 octobre), fol. 489 vo-497 vo.

29 Branner R., « The Sainte-Chapelle and the Capella Regis in the Thirteenth Century », Gesta, no 101, 1971, p. 19-22, remarquant que la présence d’un office pour une fête des reliques de Notre-Dame est la preuve la plus sûre de l’appartenance d’un livre à la capella regis plutôt qu’à la Sainte-Chapelle. Branner mentionne surtout la fête des reliques (de saint Denis et de ses compagnons) du 4 décembre, mais les offices des fêtes des autres reliques spécifiques à Notre-Dame sont aussi parlants. Notons dans le sanctoral original de BnF, lat. 13 233, les célébrations de la translation de saint Nicolas (le 9 mai), fol. 369 vo-370 ; la translation de saint Éloi (le 25 juin), fol. 386 ; la translation de saint Thomas (le 7 juillet), fol. 399 vo ; la translation de Marcel (le 26 juillet), fol. 411-413 vo ; la susception de la Vraie Croix, fol. 421 vo-423 (sur celle-ci, cf. Geneviève Bautier, « L’envoi de la relique de la vraie Croix à Notre-Dame de Paris en 1120 », Bibliothèque de l’École des chartes, no 129, 1971, p. 387-397) ; et la susceptio reliquiarum de saint Denis et de ses compagnons (le 4 décembre), avec 9 leçons, fol. 303 vo-305 vo. Notons cependant l’absence du sanctoral original des offices pour la réception des reliques de Rigobert (le 8 janvier), la translation de Thibault de Provins (le 9 juillet), Géraud d’Aurillac (le 13 octobre) et la conception de la Vierge (le 8 décembre). De plus, la fête de saint Martial le 2 juillet n’est que commémorée, fol. 393 vo. Pour la célébration de ces fêtes à Notre-Dame, voir Leroquais V., op. cit., t. I, p. CXII-CXIII, et Vezin J., « L’évolution du culte des saints à Paris aux XIIIe et XIVe siècles », Rituels, loc. cit., p. 473-79. Pour la Sainte-Chapelle, voir aussi no 34 ci-dessous.

30 BnF, lat. 13 233, fol. 66 vo, 364 vo (De. S. pere le martir. iij. lecons du commun dun martir) ; Leroquais V., op. cit., t. III, p. 237-238. Dans le calendrier ajouté après 1386, on trouve à l’encre rouge au fol. 2 vo, Petri martyris quasi IX lectiones. Dans le sanctoral, trois folios remplacent les pages originales ; ces nouvelles pages (fol. 329-330 vo, 350) furent copiées par le scribe et décorées par l’artiste responsable pour les fol. 685 vo-690 vo (qui contiennent des Heures de la Croix et du Saint-Esprit ainsi que des bénédictions) ; les rubriques de ces folios ajoutées sont en latin. Aux fol. 329-330 vo se trouvent la fin de l’office de saint Agnès (le 21 janvier) et le début de celui de saint Vincent (le 22 janvier). Le fol. 350 est curieux. La fin de l’office de saint Grégoire (le 12 mars) ainsi qu’une prière et trois leçons pour saint Benoît (le 21 mars) sont copiées deux fois, avec la notice va cat au début et à la fin de la première copie. On se demande donc si les pages originales continrent d’autres éléments, tels qu’un office pour sainte Gertrude (le 17 mars), mentionnée dans la litanie (fol. 68), et peut-être une miniature représentant saint Benoît.

31 BnF, lat. 13 233, fol. 66-68, où se trouvent saint François († 1226, canonisé en 1228) et saint Dominique († 1221, canonisé en 1234), bien que le sanctoral ne contienne d’office ni pour l’un ni pour l’autre.

32 BnF, lat. 13 233, fol. 637-660, composé de deux sexternions (fol. 637-648, 649-660) ; le fol. 660-660 vo est vierge.

33 La fête de saint François fut célébrée le 3 octobre à Paris (fol. 637-642 vo) ; celles de saint Dominique le 5 août (fol. 642 vo-645), d’Élisabeth de Hongrie († 1231, canonisé en 1235) le 19 novembre (fol. 653 vo-655), et de saint Eutrope, compagnon de saint Denis et évêque de Saintes, le 30 avril (fol. 655-659). Aux fol. 637, 642 vo et 655 figurent des images de François, Dominique et Eutrope.

34 Ces deux fêtes (fol. 645-650, 650-653 vo) furent célébrées, respectivement, le 30 septembre et le 11 août ; au fol. 651 Louis IX est montré à genoux, tenant la Couronne d’épines, devant un autel. Les six fêtes ajoutées se trouvent toutes au calendrier, sauf celles de saint Dominique et de la réception des reliques de la Sainte-Chapelle. Pour les fêtes liées à la Sainte-Chapelle, voir BnF, lat. 13238 (bréviaire de Paris, usage de la Sainte-Chapelle, post-1459), fol. 259-269 vo (translation de la sainte Couronne), et 351 vo-360 vo (reliques de la Sainte-Chapelle, dont les 2e à la 9e leçon diffèrent de celles du lat. 13 233, et où se trouvent des offices pour les octaves, qui manquent au lat. 13 233) ; et Haggh B., « An Ordinal of Ockeghem’s Time from the Sainte-Chapelle of Paris : Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, MS 114 », Tijdschrift van de Koninklijke Vereniging voor Nederlandse Muziekgeschiedenis, 1997, p. 33-71 (surtout 68 no 6) ; voir aussi la no 30 ci-dessus.

35 Leroquais V., op. cit., t. I, p. CXIII. Vezin J., loc. cit., p. 475. En décembre 1325, Charles IV établit une chapellenie dédiée à saint Eutrope dans la chapelle du même saint qu’il avait fait construite au manoir de la Fontaine-de-Houx au pays de Lyons-la-Forêt, AN, JJ 64, fol. 12, no 19. Je remercie chaleureusement Bruno Nardeaux pour cette référence.

36 Gonzaga F., op. cit., p. 120. Brown E. A. R., « The Prince Is Father of the King : The Character and Childhood of Philip IV of France », Mediaeval Studies, no 49, 1987, p. 282-334 (304-306), réimpr. dans Ead., Monarchy, op. cit., no II. Ead., « La mort, les testaments et les fondations de Jeanne de Navarre, reine de France (1273-1305) », Allirot A.-H., Gaude-Ferragu M., Lecuppre G., Lequain E., Scordia L. et Véronèse J. (dir.), Une histoire pour un royaume (XIIe-XVe siècle). Actes du colloque Corpus Regni organisé en hommage à Colette Beaune, Paris, Perrin, 2010, p. 124-141, et p. 508-510.

37 Rouen, Ms. 3403, fol. 90-90 vo et 116 vo. Pour Jeanne de Ponthieu, comtesse de Vendôme, voir no 19 ci-dessus.

38 Voir ci-dessus no 14, et ci-dessous no 46.

39 Cette foliation commence au psautier et se termine à la fin de la partie ajoutée très tôt après la confection du noyau (fol. 7-70, 89-572, 637-660, sauf aux folios ajoutées, fol. 329-330, 350, 361-363). La numérotation en chiffres arabes est particulièrement perceptible aux fol. 521 ( = 491), 538 ( = 514), 544 ( = 520) et 553 ( = 529) ; voir aussi fol. 648 ( = 560).

40 La foliation en rouge est absente de la partie du manuscrit qui contient l’office de de la Fête-Dieu et les Heures des deux saints Louis, fol. 661-685 vo, mais des renvois en rouge se trouvent à l’office de la Fête-Dieu, fol. 661-672 (aux fol. 661 vo, 665 vo, 666 vo).

41 Delisle (Recherches, op. cit., t. I, p. 191) déclare simplement que « beaucoup de rubriques […] sont en français ». Cependant, ayant remarqué les différences d’encre et d’écriture, Leroquais (Bréviaires, op. cit., t. III, p. 235-236) note la probabilité que les rubriques en français remplacent celles en latin ; mais cf. ibid., t. I, p. CXIII (« ses rubriques en français paraissent indiquer qu’il a probablement été composé pour une femme »). Voir par exemple fol. 189-189 vo, 252, 273 vo, 313, 339, 342, 348, 390. Le scribe qui remplaçait les rubriques corrigeait ou recopiait aussi le latin (voir fol. 51 vo, 52-53, 60-60 vo ; cf. fol. 42 vo-43, corrections ajoutées dans les marges).

42 Voir les fol. 361-363, où les rubriques sont toutes en français ; le numéro de lignes fut réduit de 32 à 29 aux fol. 361-362 vo, et de 32 à 30 au fol. 363-363 vo, apparemment parce que le scribe qui écrit le français était moins capable que le copiste du latin de tracer les lettres minuscules de la rubrication.

43 Rouse M. A. et Rouse R. H., « Context and Reception: A Crusading Collection for Charles IV of France », Busby K. et Kleinhenz C. (dir.), Courtly Arts and the Art of Courtliness. Selected Papers from the Eleventh Triennial Congress of the International Courtly Literature Society, University of Wisconsin-Madison, 29 July-4 August 2004, Cambridge UK et Rochester NY, D. S. Brewer, 2006, p. 105-178 (129), réimpr. dans Id., Bound Fast with Letters: Medieval Writers, Readers, and Texts, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2013, p. 215-279 (231); cf. la citation de Leroquais ci-dessus, no 41.

44 L’office fut copié dans un quaternion (fol. 661-668) et dans les cinq premières pages du duernion ajouté qui suit (fol. 669-672). L’office se termine à la première colonne du fol. 671, et le reste du cahier (fol. 671 vo-672 vo) est blanc et vierge, sans lignes.

45 Lambot C., « L’office de la Fête-Dieu. Aperçus nouveaux sur ses origines », Revue bénédictine, no 54, 1942, p. 61-123 (61-62). Dans l’office de BnF, lat. 13 233 se trouvent les trois premières et les trois dernières leçons de ce que Lambot appelle « le système de saint Thomas [d’Aquin] », en omettant les trois leçons tirées de la recension du De mysteriis de saint Ambroise qui se trouve dans le Decretum de Gratien, De consecr., dist. II, can. 69, ce qui se passait souvent (ibid., p. 77-83). Pour l’octave, l’office utilise les leçons 5-6 et 10-12 de l’office le plus ancien, conservé dans un légendaire romain, BnF, lat. 755 (Lambot C., loc. cit., p. 83-87, 97-118, et surtout 106-107). Sur l’introduction de la fête, voir Langmuir G., « The Tortures of the Body of Christ », Waugh S. L. et Diehl P. D. (dir.), Christendom and Its Discontents: Exclusion, Persecution, and Rebellion, 1000-1500, Cambridge UK et New York, Cambridge University Press, 1996, p. 287-309 (292). Walters B. R., « Introduction to the Liturgical Manuscripts », Walters B. R., Corrigan V. J. et Ricketts P. T. (dir.), The Feast of Corpus Christi, University Park PA, Pennsylvania State University Press, 2007, p. 57-76 (63-65). Huglo M., « Comparaison du « Prototype » du couvent Saint-Jacques de Paris avec l’exemplaire personnel du maître de l’ordre des Prêcheurs (Londres, British Library, Add. Ms. 23935) », Boyle L. E. et Gy P.-M. (dir.), Aux origines de la liturgie dominicaine. Le manuscrit Santa Sabina XIV L 1, Collection

46 Comparez la rubrique initiale de l’office de la Fête-Dieu dans le bréviaire franciscain de Jeanne, Chantilly, Bibliothèque et Archives du Château, Ms. 51, 1887 (ci-dessous Chantilly, Ms. 51), fol. 155, « Incipit officium noue sollempnitatis de sacramento altaris ». Sur ce manuscrit, voir Delisle L., Recherches sur la librairie de Charles V, op. cit., I, p. 185-187, ainsi qu’id., « Notice sur deux livres ayant appartenu à Charles V », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, no 311, 1884, p. 1-31 (16-24). Leroquais V., Bréviaires, op. cit., t. I, p. 271-274, no 156. Chantilly. Le Cabinet des livres. Manuscrits, Paris, Plon-Nourrit, 1909-1911, t. I, p. 48-51. Meurgey de Tupigny J., Les principaux manuscrits à peintures du Musée Condé à Chantilly, Paris, Société française de reproductions de manuscrits à peintures, 1930, p. 40-42. Cf. aussi le bréviaire de Belleville, BnF, lat. 10 484, fol. 85, daté d’environ 1323-1326, « Feria quinta infra octabas trinitatis. Officium de corpore christi ».

47 Marie-Thérèse Gousset a identifié l’artiste comme celui d’un exemplaire petit mais exquis de l’Ymage du monde de Gossuin de Metz (BnF, fr. 25 344, surtout fol. 27-29 [disponible sur Gallica]).

48 S’il n’était pas tombé malade en voyageant en Italie pour voir le pape, il aurait pu assister aux cérémonies de canonisation tenues à Orvieto, Toynbee M. R., S. Louis of Toulouse and the Process of Canonisation in the Fourteenth Century, Manchester, Manchester University Press, 1929, p. 126-127.

49 Pour saint Louis de France, voir Gaposchkin M. C., The Making of Saint Louis: Kingship, Sanctity, and Crusade in the Late Middle Age, Ithaca, Cornell, 2008. Pour saint Louis d’Anjou, Toynbee M. R., de l’École française de Rome, 327 ; Documents, Études et Répertoires, 67 ; Paris, CNRS Éditions/Rome : École française de Rome, 2004, p. 197-214 (211). S. Louis, op. cit.. Je voudrais exprimer ma reconnaissance sincère envers Cecilia Gaposchkin pour ses suggestions et ses corrections.

50 La décoration des bouts de ligne dans l’office de la Fête-Dieu est particulièrement remarquable. Pour des exemples similaires et à peu près contemporains, voir BnF, fr. 25 344, l’exemplaire de l’Ymage du monde qui, selon Marie-Thérèse Gousset, fut illustré par l’artiste qui peignit la grande miniature de BnF, lat. 13 233, fol. 661. Voir aussi BnF, lat. 7470, ainsi que la Vita et actus sancti Dyonisij, présentée par l’abbé de Saint-Denis à Philippe V en 1317 ou 1318, surtout BnF, lat. 13836, fol. 109, 111.

51 Les Heures de Louis IX furent transcrites sur deux bifolia (fol. 673-674, 675-67) et les trois premières pages d’un ternion (fol. 677-682). Les Heures de Louis d’Anjou occupent le reste de ce cahier, ainsi qu’un bifeuillet et une seule page, qui furent ajoutés séquentiellement, selon les besoins du copiste. Elles se terminent au fol. 685 vo, à la 18e ligne.

52 Je remercie vivement Roger S. Wieck pour ses conseils sur les particularités de ce manuscrit.

53 Pour l’office séculier, voir Analecta hymnica medii aevi, Blume C. et Dreves G. M. éd., Leipzig, 1886-1922, XXVI, p. 267-270, no 93. Pour la bulle de canonisation, voir Vielle C., Saint Louis d’Anjou, évêque de Toulouse. Sa vie – son temps – son culte. D’après une biographie contemporaine, le procès de canonisation et de nombreux documents inédits ou peu connus…, Vanves, Imprimerie franciscaine missionnaire, 1930, p. 482-486.

54 Beatus uir dum cathedram regalem aspernatur. diuine legis exedram feruenter amplexatur (« Le bienheureux qui rejette le trône royal et embrasse avec ardeur la chambre de la loi divine »).

55 L’office rythmique composé par Robert d’Anjou (qui commence par Tecum) fut ajouté au bréviaire franciscain en 1343. Voir Acta sanctorum, août, III, p. 805.

56 Dans Making of Saint Louis, p. 198-199, M. Cecilia Gaposchkin compare le lat. 13 233 à BnF, lat. 1052, en appelant les deux livres des « breviaries made for members of the royal court » pendant la seconde moitié du XIVe siècle. Dans la bibliographie elle les identifie comme bréviaires de Charles V, « use of the Capella regis, before 1380 », et les inclut sous les rubriques Ludovicus decus regnantium (l’office commandité par Philippe le Bel en 1298) et Exultemus omnes (l’office de la translation du chef de saint Louis en 1306), en ajoutant que dans le lat. 13 233 Ludovicus decus regnantium fut « altered by incorporation of items from Sanctus voluntatem ».

57 Beatus qui solium iter et consilium malorum uitauit ; sanctus ab infancia ludouicus hec tria semper declinauit (« Bienheureux celui qui évitait la demeure, la compagnie et le conseil des méchants ; depuis son enfance saint Louis déclinait toujours ces trois choses »).

58 Gaposchkin M. C., op. cit., p. 206-230, et pour Beatus Ludovicus, Ead. et Katz P. B., Blessed Louis, The Most Glorious of Kings: Texts Relating to the Cult of Saint Louis of France, Notre DameTexts in Medieval Culture, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2012. Dans Making of Saint Louis, Gaposchkin situe la confection de Sanctus voluntatem après celle d’Exultemus omnes, ce que j’ai aussi longtemps pensé. Je suis maintenant convaincue que Sanctus voluntatem fut créé très tôt après la canonisation de saint Louis, ce que j’expliquerai plus au long dans une autre publication.

59 Comptes royaux (1285-1314), Fawtier R. et Maillard F. (éd.), Recueil des historiens de la France, Documents financiers, 3, Paris, Imprimerie nationale et Librairie Klincksieck, 1954, t. II, p. 773, no 27 677 (la transcription par Menant des comptes de l’Hôtel pour le terme saint Jean Baptiste, 1313) (« Dominus K., filius Regis, pro quibusdam horis de Sancto Ludovico, emptis pro eo per fratrem Wybertum, confessorem Regis Navarre, lune ante Mediam Quadragesimam : 50 s. »). Selon Gaposchkin (op. cit., p. 206), Ymbert acquit « a series of “Hours of Saint Louis” » pour Louis de Navarre. Elle conclut aussi que « The Louis-Hours must have been originally produced at the royal court of the future Charles IV » et que Charles fut « at the center, in the 1310s and 1320s, of the production of this text ».

60 Wybert devint le confesseur de Charles après la mort de Louis X : AN, J 404A, no 22, 22bis (testament de Louis X, juin 1316) ; ibid., no 29, 29bis (testament de Charles IV [octobre 1324] et codicille [janvier 1328]). Voir de la Selle X., op. cit., p. 100, 266-67 (pour les différentes formes de son nom : « Imbert Louvel », « Wibert » et « Vybert » « Bonnel »).

61 Sur ce livre voir la description détaillée publiée par Lucy Freeman Sandler, « Hours, Psalter, and Prayerbook of Blanche of Burgundy », Alexander J. J. G., Marrow J. H. et Freeman Sandler L. et al. (dir.), The Splendor of the Word: Medieval and Renaissance Illuminated Manuscripts at the New York Public Library, catalogue d’exposition, New York, The New York Public Library, Harvey Miller, 2005, p. 223-226, no 46, où se trouve une liste de miniatures avec une description du contenu. L’analyse codicologique diffère de celle qu’Adelaïde Bennet et moi avons établie. Cf. aussi Brown E. A. R., « Laver de ses pechies une pecheresse royale: Psalm Collects in an Early Fourteenth-Century Devotional Book », Doss-Quinby E. et Krueger R. (dir.), Cultural Performances in Medieval France: Essays in Honor of Nancy Freeman Regalado, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2007, p. 163-177. L’étude de Léopold Delisle reste utile, bien qu’il propose la date d’environ 1350 pour le manuscrit, « Les Heures de Blanche de France, duchesse d’Orléans », Bibliothèque de l’École des Chartes, no 66, 1905, p. 489-539. Pour les Heures de saint Louis, voir New York, New York Public Library, Ms. Spencer 56 (ci-dessous New York, Ms. Spencer 56), fol. 245-257 vo. La fin des Heures fut copiée par le scribe des fol. 7-30 sur une page ajoutée au quaternion, fol. 250-257 (fol. 258, qui se termine à la 19e ligne de la seconde colonne ; le reste du folio est blanc).

62 New York, Ms. Spencer 56, fol. 415 vo.

63 Boehm B. D., Quandt A. et Wixom W. D., op. cit. Le livre se termine par deux courtes prières demandant la rémission des péchés (fol. 209-209 vo : « Fidelium deus omnium conditor » ; « Deus qui proprium est misereri »).

64 De Hamel C., The Rothschilds and their Collections of Illuminated Manuscripts, London, British Library, 2005, p. 45.

65 Voir les notes 59-60 ci-dessus.

66 Voir BnF, lat. 13 233, fol. 3 (le calendrier, les 17-18 mai), 589-591. Pour les célébrations des fêtes ajoutées au livre ou modifiées, voir l’annexe II.

67 Rouen, Ms. 3403, fol. 80 vo. BnF, fr. 7855, p. 356. Collection des meilleures dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France …, Leber J.-M.-C. éd., Paris, G.-A. Dentu, 1838, XIX, p. 135 (« Vn Emouchoir de Drap dor a fleur de lis Escartelé des armes de france Et de Nauarre a vn baston dyuoire Et de gest prisé […] v fr. dor »). Des armes « à profusion » se trouvent dans le second tome du bréviaire franciscain conservé maintenant à Chantilly, Leroquais V., op. cit., t. I, p. 271-274 (272), qui estime que le manuscrit contient 1330 initiales armoriées ; Chantilly. Manuscrits, t. I, p. 49. Delisle L., « Notice sur deux livres », loc. cit., p. 16-24.

68 Boehm B. D., Quandt A. et Wixom W. D., op. cit., p. 90-91.

69 Paris P., « Livres de la reine Clémence, femme de Louis le Hutin, morte en 1328 », Bulletin du bibliophile, 2e sér., no 16, 1837, p. 561-564. Delisle L., Cabinet des manuscrits, op. cit., t. I, p. 12-14, t. III, p. 335, 388 ; id., « Notice », loc. cit., p. 18-19.

70 Brown E. A. R., « Jeanne d’Évreux », loc. cit., p. 74. Delisle L., « Notice », loc. cit., p. 18-19.

71 Rouen, Ms. 3403, fol. 80.

72 Ibid., fol. 89, omis par Leber J.-M.-C., op. cit., t. XIX, p. 150-151.

73 Rouen, Ms. 3403, fol. 105, Prost B., « Quelques documents sur l’histoire des arts en France d’après un recueil manuscrit de la Bibliothèque de Rouen (premier article) », Gazette des Beaux-Arts, no 35, 1887, 29e année, 2e période, p. 322-330 (326-327).

74 Brown E. A. R., « Testamentary Strategies », loc. cit., p. 230.

75 Sur ce manuscrit, voir la note 46 ci-dessus. Les rubriques sont en latin.

76 Les deux Louis paraissent dans la litanie, au fol. 96-96 vo, l’un entre les « saints pontiffs et confesseurs », l’autre entre les « saints moines et ermites ». Tandis que 21 saintes femmes (y compris la Vierge) se trouvent dans la litanie des Heures de Pucelle, seulement 9 sont nommées dans la litanie du bréviaire franciscain. Contre 13 saints hommes aux Heures de Pucelle, 20 se trouvent dans le bréviaire de Chantilly.

77 Les mêmes leçons se trouvent dans le bréviaire de Belleville, BnF, lat. 10484, fol. 88-89 vo, où, à la septième leçon, un vers de l’Évangile de Jean 6.56 précède le début du sermon d’Augustin. Le bréviaire de Belleville contient aussi de longues leçons pour l’octave, fol. 90-97 vo.

78 Pour l’office de saint Louis d’Anjou (le 19 août), voir Chantilly, Ms. 51, fol. 330-335, et pour celui de saint Louis de France (le 25 août) ibid., fol. 335 vo-342 vo, avec trois leçons pour la fête de saint Barthélemy (le 23 août) au fol. 335-335 vo.

79 En 1852 la reine Victoria effaçait son propre visage d’une photographie d’elle avec cinq de ses enfants, en déclarant la journée (et peut-être l’image aussi) « unfortunately horrid », Philip Gefter, « Love Those Royal Family Photos ? It All Started With Victoria », New York Times, 19 April 2014, C1, C5 (The Arts), et nytimes. com/arts pour ce jour.

Auteur

Professeur émérite d’histoire de The City University of New York, a également enseigné à Harvard University, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, à New York University et à Yale University. Spécialiste de l’histoire politique du royaume de France (XIIIe-XVe siècle), ses principales publications sont : The Monarchy of Capetian France and Royal Ceremonial (1991), Politics and Institutions in Capetian France (1991), Customary Aids and Royal Finances in Capetian France : The Marriage Aid of Philip the Fair (1992), et Saint-Denis, la basilique (2001).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540