Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Première partie. La chapelle réginale : espace curial et écrin du trésor

La chapelle d’Isabelle de Bavière (1370-1435), reine de France

Étienne Anheim

Texte intégral

  • 1 Je remercie beaucoup Murielle Gaude-Ferragu pour ses conseils et son aide, en particulier pour les (...)
  • 2 Pour une mise au point récente sur le traité de Troyes, cf. Moeglin J.-M., « Récrire l’histoire de (...)
  • 3 Sur ce point, cf. Gibbons R. C., « Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 53, qui défend également l’ (...)

1Isabeau de Bavière, ou plutôt Isabelle, ainsi que la désigne la documentation médiévale et qu’on la désignera ici, l’épouse du roi de France Charles VI (1380-1422), est l’une des reines les plus décriées par l’historiographie ancienne, qui a été largement transmise à l’époque moderne et souvent reprise jusqu’à aujourd’hui1. Née vers 1370, elle épouse le jeune roi en 1385 et son couronnement est célébré à la Sainte-Chapelle de Paris en 1389. Elle doit à partir de 1392 faire face aux crises de folie de Charles VI, puis à la rivalité grandissante entre son beau-frère Louis d’Orléans et les ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi puis son fils Jean sans Peur. L’assassinat de Louis en 1407 plonge le royaume dans la guerre civile, puis conduit à la reprise de la guerre avec l’Angleterre à partir de 1413. Le rôle d’Isabelle durant ces temps troublés, qui a culminé avec la signature du traité de Troyes en 1420 reconnaissant la légitimité du futur Henri VI d’Angleterre comme roi de France, a été sévèrement critiqué par ses adversaires dès cette époque2. La réputation de reine malfaisante, vendant le royaume aux étrangers, s’est doublée d’une polémique aux traits classiquement misogynes sur son goût du luxe et de la dépense. En quelques années, à partir de témoignages partisans, une image négative de la reine s’est donc figée pour plusieurs siècles, ce dont témoigne même sa désignation, puisque, comme on le disait, la reine est appelée « Isabelle » dans les sources, et qu’« Isabeau », le nom sous lequel nous la désignons habituellement, est un surnom familier et dépréciatif employé ponctuellement par un chroniqueur en 14063. À ce titre, la survie même de cette manière de la désigner, au mépris des documents d’archives du début du XVe siècle, marque la perpétuation de cette vision négative, c’est pourquoi il serait raisonnable que les historiens l’abandonnent.

  • 4 Adams T., The Life and Afterlife, op. cit., p. 59.
  • 5 Sur le travail du bureau du tri et la conservation des registres d’Isabelle, cf. Causse C., Les co (...)
  • 6 Cf. Le livre d’Heidrun Kimm, op. cit.

2La perception traditionnelle de la reine est d’autant plus négative que la Révolution française a redoublé l’effet de clôture de sa légende noire en superposant à son image celle de Marie-Antoinette : entre l’Allemande et l’Autrichienne, même goût pour le luxe et la frivolité, même trahison au profit du parti de l’étranger, comme le montre le livre publié en 1791 par Louise de Kéralio, Les crimes des reines de France4, qui fait explicitement le rapprochement. Tout laisse penser que c’est d’ailleurs ce rapprochement qui a guidé le choix fait par le bureau du tri des archives nationales en 1794 de conserver les comptes d’Isabelle comme preuve de ses dépenses inconsidérées5 – ce qui permet paradoxalement d’en bénéficier aujourd’hui pour en faire l’histoire, puisqu’il s’agit de la très belle série de registres KK 41 à 49 des Archives nationales (argenterie, chambre aux deniers, trésorerie et menus plaisirs). La germanophobie du XIXe siècle n’a rien arrangé6, et ce n’est que depuis la fin du XXe siècle qu’une révision du rôle d’Isabelle de Bavière fut entreprise par des historiennes comme Rachel Gibbons et Tracy Adams, dans une perspective nourrie d’une conception militante de l’histoire des femmes, mais aussi d’une excellente connaissance de la documentation et de l’historiographie.

  • 7 L’introduction du livre de Tracy Adams montre clairement un objectif de réhabilitation, de même qu (...)
  • 8 Adams T., « Isabeau de Bavière dans l’œuvre de Christine de Pizan », loc. cit., p. 145, sur la que (...)
  • 9 Elias N., La société de cour, Flammarion, Paris, 1985 et Id., Mozart : sociologie d’un génie, Pari (...)
  • 10 Pour une illustration de cette question du genre dans une perspective relationnelle de sociologie (...)

3Je voudrais étudier ici la chapelle d’Isabelle de Bavière en m’appuyant sur ces travaux récents, tout en en modifiant un peu la perspective. Il s’agit d’abord de dépasser la problématique de la réhabilitation7, mais aussi de me démarquer d’une approche de la reine en termes encore parfois trop psychologiques, même si des notions comme le « mannequin social » ou la « reine médiatrice » ont ouvert une nouvelle voie8. Les choix et les actions de la reine, comme ceux guidant le développement de sa chapelle, relèvent moins d’une forme de dévotion ou d’un goût du luxe individuel, que de pratiques sociales et de contraintes au sein d’un espace de la Cour qu’il faut considérer comme une configuration sociale et politique9. C’est en ce sens qu’il est utile de prendre en compte la question du genre, c’est-à-dire une perspective relationnelle et sociologique, qui s’interroge sur la manière dont la tension entre masculinité et féminité contribue à façonner les positions sociales, y compris au sommet du royaume10. Le problème est donc moins celui de l’action de la reine, prise individuellement, que celui de son rapport avec l’action du roi, en particulier ce roi-là, c’est-à-dire un roi fou, dont la folie bouscule, et rend plus apparent en même temps, le rapport de genre.

  • 11 Outre les mentions de la chapelle dans le livre de Murielle Gaude-Ferragu, La reine de France, op. (...)

4Cette question se pose d’autant plus nettement dans le cas d’un objet comme la chapelle de la reine de France, qui n’a reçu pour le moment qu’une attention limitée dans l’historiographie. Souvent oubliée, son importance est minorée par les rares études qui la prennent en compte, dans la mesure où elle n’est considérée que comme un élément parmi d’autres dans l’analyse de son mécénat, de son goût pour le luxe ou de sa dévotion religieuse11. Or il se trouve que la chapelle d’Isabelle offre, grâce aux registres des archives nationales, une opportunité unique d’étudier le fonctionnement matériel et quotidien de la chapelle de la reine de France à la fin du Moyen Âge, mais aussi de saisir, à travers ses évolutions, la place et la fonction qu’occupait cette chapelle au sein de l’univers curial, en faisant l’hypothèse que l’attention d’Isabelle pour sa chapelle est révélatrice des équilibres de la Cour et de la position singulière de cette reine en temps de crise.

Constitution et fonctionnement de la chapelle réginale

  • 12 Pour une perspective plus générale et une comparaison, cf. Anheim E., « La grande chapelle de Clém (...)
  • 13 Pour un aperçu synthétique sur l’histoire de la chapelle de France, cf. de la Selle X., Le service (...)
  • 14 Ibid., p. 39.
  • 15 Ibid., p. 41.
  • 16 Ibid., p. 73. Les ordonnances de l’hôtel réginal sont étudiées par Caroline zum Kolk dans le présen (...)
  • 17 Anheim E., « La chapelle du roi de France », loc. cit.
  • 18 Gaude-Ferragu M., « Les dernières volontés de la reine de France. Étude des deux testaments de Jea (...)

5Comprendre l’importance de la chapelle d’Isabelle de Bavière nécessite tout d’abord de retracer brièvement l’histoire de cette institution dans son contexte capétien. Le terme de chapelle et sa polysémie – désignant à la fois un lieu, des hommes et des objets – sont un héritage carolingien, repris par la papauté comme par l’empire au XIe siècle12. On le voit apparaître dans notre documentation au cours du XIIe siècle à la cour de France, dans un sens un peu différent, puisque la chapelle a à cette époque perdu sa dimension administrative, pour désigner seulement le service religieux personnel assuré auprès du souverain par des chapelains13. Au siècle suivant, on saisit fugacement l’existence de deux chapelles différenciées, comme en 1234, lorsqu’une bulle de Grégoire IX rend impossible le fait de jeter l’interdit contre les chapelles du roi et de la reine de France14. En 1255, on apprend que le chapelain de la reine pouvait faire office de confesseur au sein de l’Hôtel, ce qui pourrait suggérer les dimensions limitées de cette chapelle réginale, qui ne comptait peut-être qu’un seul membre au XIIIe siècle15. Au début du XIVe siècle, la chapelle de la reine figure dans les ordonnances et on sait qu’au moins à partir de 1316, elle compte deux chapelains, dont l’un est aussi aumônier16. Elle apparaît ensuite ponctuellement dans les journaux du trésor, mais dans le cours du XIVe siècle, au moment où se développe la chapelle du roi17, c’est surtout par les testaments qu’on peut la connaître. Ainsi, en 1329, la chapelle de Jeanne de Bourgogne compte déjà dix membres, un aumônier, quatre chapelains, un confesseur, son auxiliaire et deux ou trois clercs de chapelle18. Mais à la fin des années 1380, avec Isabelle de Bavière, une nouvelle lumière est jetée sur la chapelle de la reine de France, en lien avec la documentation conservée, on y reviendra.

  • 19 Archives nationales (désormais AN), KK 19, fol. 129 vo, qui mentionne les six chapelains, Jehan Go (...)
  • 20 Sur la réorganisation de 1393 et plus largement sur la structure des institutions financières à la (...)
  • 21 Cf. Pour un exemple antérieur l’étude proposée dans ce même volume par Alexandra Beauchamp sur Élé (...)

6La première attestation de la chapelle de la reine Isabelle se trouve dans les comptes de l’argenterie du roi et montre qu’en 1388, elle compte en théorie – elle n’est pas toujours au complet – huit membres qui reçoivent des draps pour leurs vêtements, soit six chapelains, dont l’un est aussi aumônier, et deux sommeliers ou clercs de la chapelle19. Il s’agit donc d’une institution importante et bien structurée, mais son activité reste cependant difficile à saisir jusqu’au tournant des années 1392-1394, ce qui montre la nécessité d’articuler étroitement histoire de la chapelle, des archives et du pouvoir royal. En effet, l’année 1392 marque le début de la folie du roi, qui n’est pas sans répercussions à la fois sur la position de la reine et sur le fonctionnement quotidien de la Cour. Le 25 mai 1393, des lettres patentes du roi, dans un moment de rémission, créent l’argenterie de la reine et font d’Hémon Raguier le premier détenteur de l’office d’argentier20. Le 31 juillet, la reine est autorisée à « prendre le gouvernement d’elle-même et de ses enfants », et enfin, en 1394, elle reçoit un douaire de 25 000 livres. La folie du roi a donc pour conséquence de favoriser l’autonomie financière de la reine, mais aussi la constitution des archives qui lui sont liées et qui ont été conservées dans les conditions rappelées plus haut au moment de la Révolution française : c’est sans doute à cette faveur paradoxale, puisque liée d’abord à la folie du roi, puis à la volonté de discréditer une reine considérée comme la Marie-Antoinette du XVe siècle, que nous devons de mieux connaître, dans les années 1390, la chapelle réginale. Un double déplacement s’opère : déplacement de la documentation, qui met en lumière ce qui était auparavant dissimulé dans l’ombre de la comptabilité de l’Hôtel du roi, et déplacement de la capacité financière de la reine, désormais affranchie de la tutelle royale. Il est par conséquent difficile de dire si la croissance de la chapelle qui semble se dessiner dans les années 1390 est un effet de la croissance des sources ou de l’investissement de la reine dans sa chapelle. Reste que nous pouvons à partir de 1393 décrire pour la première fois en France, et sans doute pour l’une des premières fois en Occident21, le fonctionnement concret d’une chapelle souveraine féminine.

  • 22 AN, KK 41, fol. 20.
  • 23 Outre les mentions des coffres déjà citées, on note en particulier l’attention portée aux déplacem (...)
  • 24 Par exemple, AN, KK 41, second compte, fol. 64 vo-65 : « Pour demie aulne de toille vermeille dont (...)
  • 25 Ibid., fol. 87 : un chasublier est payé pour « avoir fait un drap pour le siege de la royne a sa me (...)
  • 26 Ibid. : « Item, pour avoir rebordé 18 paremens d’aubbes et les amiz, remiz a point le cendal où il (...)
  • 27 AN, KK 49, fol. 45 vo, cf. Gibbons R. C., « The Piety of Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 210.
  • 28 On trouve d’autres emplois et d’autres couleurs, par exemple KK 41, fol. 64 vo-65, qui présente tr (...)

7On retrouve alors dans la documentation la polysémie fondamentale du mot chapelle : si le terme désigne un ensemble de personnes, les chapelains, sommeliers et clercs entrevus dès les années 1380, il est aussi utilisé pour qualifier un ensemble d’objets, qui sont individualisés et mobiles, puisque la première mention de la chapelle dans le premier registre de l’argenterie, en 1393, le registre KK 41, signale la commande de quatre coffres, destinés à transporter les vêtements et les ornements de la chapelle22. Cette mobilité est un élément essentiel de la fonction de représentation de la chapelle, qui est attachée à la personne même de la reine et se déplace avec elle, entre les résidences parisiennes et les résidences royales du nord de la France23. La distinction entre les ornements et les vêtements se retrouve dans la comptabilité de l’argenterie, qui finance les uns et les autres. C’est ainsi qu’on note de nombreuses commandes de tissu, qui servent à confectionner les vêtements de culte des chapelains24, soit des chapes, des chasubles, des tuniques, des dalmatiques, des étoles, des aubes et des amicts, mais aussi à réaliser les draps, les nappes, les tentures, les parements du trône de la reine25, qui décorent le lieu physique où est installée la chapelle de la reine. Il est question, en 1395, d’un paiement pour « avoir appareillé l’oratoire de la reine26 », sans autre précision, ce qu’il faut mettre en relation avec la confection d’un oratoire portatif en bois, qui permet à la chapelle de prendre place n’importe où27. Les ornements textiles constituaient plusieurs jeux de couleurs liés à l’année liturgique. Il arrive même qu’un ensemble d’ornements donné soit appelé « chapelle » dans les archives, ce qui montre les grandes variations dans l’emploi du terme, qui peut se réduire ou s’étendre à volonté. Ainsi, en 1395, on voit un paiement pour « avoir appareillé et mis à point la chapelle de caresme, qui est de cendal blanc28 ». Le calendrier des fêtes chrétiennes est pleinement intégré dans le matériel d’une chapelle qui ne vise pas seulement à accompagner les dévotions personnelles et quotidiennes de la reine, mais aussi à fournir le cadre de la célébration de l’ensemble de l’année liturgique, de manière autonome, et en tout lieu.

  • 29 Cf. Par exemple, pour divers paiements d’achat ou de réparation, AN, KK 41, fol. 21 vo, pour des c (...)
  • 30 Pour le vert, le blanc et le violet, cf. les notes 23 et 27 ; on trouve également du velours noir, (...)
  • 31 Cf. Par exemple AN, KK 41, fol. 75, « une nues d’or esmaillees d’azur » ; fol. 145 vo, « une toile (...)
  • 32 AN, KK 41, fol. 73 : « deux tappiz vers armoiez aux armes de la royne », pour un autre achat de ta (...)

8Cette autonomie passe aussi par l’acquisition ou l’entretien des objets nécessaires au culte. Apparaissent à plusieurs reprises les chandeliers de la chapelle, ce qui rappelle le rôle du luminaire, mais aussi une crosse pontificale, des coupes, des gobelets, des hanaps, des portepaix, des encensoirs, des aiguières, des burettes, des calices, le plus souvent en argent, parfois dorés, parfois même émaillés, d’un prix souvent élevé29. La chapelle est donc constituée d’un ensemble d’hommes, de tissus et d’objets qui sont destinés à s’animer dans une mise en scène dont il faut restituer toutes les dimensions. L’année liturgique, nous l’avons vu, détermine le choix des couleurs, qui est décisif dans l’aspect que prend la chapelle. On retrouve les couleurs liturgiques de base, le blanc, le rouge et le noir ou le violet, ainsi que l’importance du vert qui, comme l’a souligné Michel Pastoureau et comme j’ai pu le constater pour la chapelle des papes d’Avignon30, sert de couleur liturgique neutre. On voit aussi poindre des rehaussements de couleur destinés à des vêtements ou des objets particuliers, comme l’azur et l’or, couleurs des armes de France31. Cette personnalisation des couleurs se traduit d’ailleurs très concrètement par la présence des armes de la reine sur les étoffes et les tapis, ce qui signe, au sein de la chapelle, le lien personnel avec la souveraine, et singularise l’espace liturgique ainsi créé32.

  • 33 AN, KK 41, fol. 21 vo.
  • 34 Ibid., fol. 34.
  • 35 Cf. Par exemple ibid., fol. 116, paiement à un chasublier, « pour avoir appareillié et mis a point (...)
  • 36 AN, KK 41, fol. 165 vo. Cf. ensuite les mentions sur l’utilisation de cet oratoire, comme ibid, fo (...)
  • 37 Grandeau Y., loc. cit., p. 152. Adams T., The Life and Afterlife, op. cit., p. 236. Du Bruck E. E. (...)

9Il est renforcé par la présence « d’images », qui méritent également une attention particulière. Dès 1393, on trouve dans les comptes « deux tableaux à ymaiges de Notre-Dame, c’est assavoir l’un pour la royne, l’autre pour monseigneur le Dauphin33 », et on repère deux autres tableaux de même destination en 139434, tandis que les nappes de Carême sont ornées des figures des douze apôtres ou de la Passion du Christ35. On parvient ainsi, touche par touche, à reconstituer une véritable histoire sensible de la chapelle, c’est-à-dire à restituer le décor, les couleurs, mais aussi les odeurs – car il ne pas oublier l’encens – de cette chapelle qui est un prolongement de la personne de la reine et qu’on se gardera bien de situer du côté de l’espace privé, comme le montre l’apparition, à partir de 1397, de « l’oratoire de la royne nouvellement faicte en l’eglise de saint Pol », non loin de l’Hôtel personnel de la reine, rue Barbette, mais ouvertement exposé au regard des Parisiens36. C’est que la chapelle de la reine, comme celle du roi, est un spectacle monarchique qui, s’il est d’abord destiné aux membres de la Cour, n’en est pas moins important dans la mise en scène publique de la dévotion privée. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre l’essor de la chapelle d’Isabelle : le luxe des étoffes et de l’orfèvrerie est une expression publique de magnificence et de piété. En ce sens, on est frappé par la conformité de cette chapelle à un modèle qui n’a rien de spécifiquement féminin : la chapelle de la reine ressemble pour l’essentiel aux grandes chapelles des rois ou des papes du XIVe siècle, sauf dans sa dimension musicale, qui semble au départ plus limitée. À cet égard et contrairement à une approche historiographique courante, il paraît difficile de trouver dans cette chapelle la manifestation d’une piété individuelle, et plus encore d’une piété féminine. Les images de la Vierge et de la Passion du Christ, qui sont présentes dans les années 1390 mais qu’on retrouve dans les années suivantes, correspondent à ce qu’on connaît des manuscrits d’Isabelle, à commencer par la traduction française des Meditationes vitae Christi du manuscrit de Besançon, réalisé en 139837. Mais si on peut bien parler d’une dévotion particulière à ces deux figures, il est difficile d’y voir, dans le contexte de la devotio moderna, davantage que l’expression d’une piété très conforme aux attentes de son temps.

  • 38 Gibbons R. C., « The Queen as “social mannequin” », loc. cit., p. 371-372.
  • 39 Pour les tableaux, cf. plus haut, notes 32-33. Pour les armes, cf. par exemple, AN, KK 41, fol. 17 (...)

10C’est justement cette conformité – ce que Rachel Gibbons évoque à travers l’expression de « social mannequin » – à une piété magnificente, dont il est impossible d’ignorer la fonction politique, qui est l’élément le plus significatif38. C’est peut-être précisément parce qu’elle n’est, pour ainsi dire, « que » reine, et que pourtant sa chapelle égale par le faste celle d’un roi, que cette chapelle a pu participer d’une image négative d’Isabelle, se rapprochant trop des modèles masculins dont elle aurait dû rester à une distance raisonnable. Mais cette imitation a aussi sa logique, qui est celle de répondre à une situation particulière, la folie du roi. L’association avec le dauphin, pour lequel des tableaux sont commandés et dont les armes figurent également au sein de la chapelle réginale, n’est pas seulement la manifestation d’un amour maternel ou de la charge des dépenses des enfants de France39. Dans la mesure où la commande delphinale est destinée à être utilisée dans la chapelle de la reine, elle est aussi le signe que c’est la dévotion de la famille royale tout entière qui est engagée dans cet espace. Dès lors que le roi est en partie empêché, la chapelle de la reine devient un autre lieu possible d’illustration de la piété royale française, et l’un des moyens de soutenir l’image de la Cour. C’est donc dans la relation entre le roi et la reine que se construit la signification de la chapelle réginale, de même que de l’ensemble de son Hôtel et de ses archives comptables : impossible de comprendre l’un sans l’autre.

La chapelle et la place de la reine dans l’univers curial

  • 40 AN, KK 41, fol. 171 : « La mictre pontifical de la chapelle de la royne dont aucunes pierres estoi (...)
  • 41 Ibid., fol. 165 vo : « A lui pour avoir fait et brodé pour ladicte dame IIII escuçons chascun de II (...)
  • 42 Cf. Par exemple le registre AN, KK 42, pour l’année 1400, fol. 48 vo, qui enregistre des paiements (...)
  • 43 AN, KK 42, pour l’année 1400-1401, fol. 41, achat de huit étuis de cuir pour mettre le plat de la (...)
  • 44 Sur cette pratique très intéressante, cf. AN, KK 42, pour l’année 1401-1402, fol. 66, paie ment de (...)
  • 45 AN, KK 45, en novembre 1398, fol. 20, qui montre l’achat d’une « toille pour faire une paillasse p (...)
  • 46 Cf. Note 35.
  • 47 AN, KK 45, enregistrement des dons et pensions pour le second semestre 1402, fol. 153 : « Messire (...)

11Ce mouvement de valorisation de la chapelle, débuté dans les années 1390, s’accentue dans un second temps, au tournant du siècle. La chapelle de la reine devient alors le symbole d’un nouveau déplacement : on a l’impression qu’il n’est plus question seulement d’affirmer à travers elle l’éclat du couple royal dont l’un des membres est lésé, mais aussi d’aller plus loin et de manifester de manière latente la progressive substitution du roi par la reine. En effet, les années 1397-1403, qu’on peut encore suivre grâce à la comptabilité conservée, alors qu’il ne subsiste que des épaves pour la suite du règne, montrent la poursuite du développement de la chapelle dans la direction que nous venons de mettre en évidence. On retrouve le même type de commandes de tissus et d’orfèvrerie, qui sortent parfois de l’ombre des objets jusque-là ignorés, comme la mitre pontificale, dont les pierres sont resserties40, ou des écussons aux armes de la reine qui sont cousus sur les draps destinés à son siège41, des armes qui semblent devenir omniprésentes. On retrouve aussi l’importance de la mobilité de la chapelle qui, même si elle est souvent localisée à Saint-Paul, doit pouvoir être déplacée, en particulier à Montargis qui est plusieurs fois cité dans les comptes42. En plus des coffres sont achetés des étuis de cuir pour ranger les pièces d’orfèvrerie43, et on mentionne qu’un coffre est également destiné à servir d’autel le cas échéant44, ce qui montre qu’il ne s’agit pas seulement de s’installer dans un oratoire palatial ou dans une église, mais que la chapelle doit toujours pouvoir exister physiquement là où est la reine, même en voyage. Son caractère précieux est attesté par l’achat de paillasses destinées à faire coucher les sommeliers là où elle est installée45, de manière à veiller sur elle, ce qui montre encore une fois la destination potentiellement publique, en particulier à Saint-Paul, de la mise en scène46. On note également que le personnel de la chapelle est attesté dans les pensions, ce qui montre leur proximité avec la reine et permet d’identifier certains des acteurs de cette histoire47.

  • 48 AN, KK 41, fol. 173.
  • 49 Ibid., fol. 238 : paiement à Jehan Tarenne, changeur et bourgeois de Paris, « pour un reliquaire d’ (...)
  • 50 Ibid., fol. 181 : « Pour une paire de gans de soye qui ont esté brodez a perles que les sommelliers (...)

12De plus, on peut noter des inflexions dans le fonctionnement de cette chapelle. Certaines commandes de grand prix renforcent encore le luxe des objets. En octobre 1398 est réalisé « tout de neuf pour la chapelle de la royne une grande croix d’or », sur laquelle sont fixées des « images » (étant donné la polysémie du terme dans ce contexte documentaire, on ne sait pas ici si cela correspond à des tableaux, des statues ou d’autres représentations) de la Vierge, de saint Jean, des quatre évangélistes et des quatre pro phètes, avec des saphirs, des perles et des rubis, pour un total de 214 livres et 16 sous parisis48. Puis en janvier 1399 est commandé un reliquaire d’or dans lequel se trouve encore une « image » de la Vierge, également décoré de perles, de rubis et de saphirs, pour un coût de 240 livres49. Dans les mêmes mois, on note la commande de gants de soie de cérémonie (chirothèques), brodés avec des perles, qui sont destinés aux prélats « qui font le service devant ladite dame aux fêtes solennelles50 ». Il est difficile de savoir si ce sont les documents qui nous en disent davantage, ou s’il y a bien une évolution, mais il semble qu’à partir de l’installation de l’oratoire de la reine dans l’église Saint-Paul à la fin des années 1390, la chapelle franchit un palier supplémentaire dans le domaine de l’éclat et du prestige.

  • 51 Ibid., fol. 188.
  • 52 AN, KK 42, pour l’année 1400, fol. 6, mention du drap donné par la reine à Anthoine Dellen, joueur (...)
  • 53 AN, KK 42, fol. 45 vo : « Pour deux chandeliers a pointes de fin laton delivrez au clerc des somme (...)
  • 54 Cf. AN, KK 49, compte du clerc des offices de l’Hôtel de la reine, fol. 38 : « A Toussains de la R (...)
  • 55 AN, KK 49, compte du clerc des offices de l’Hôtel de la reine pour 1415-1417, fol. 19 vo : « A Jeh (...)
  • 56 Sur la diffusion de la musique polyphonique, cf. Anheim E., « Diffusion et usage de la musique pol (...)
  • 57 AN, KK 48, compte pour l’année 1409-1410, fol. 107, qui mentionne l’achat d’une « chapelle entière (...)

13Dans le même temps, on observe une place plus grande accordée à la musique. Apparaissent pour la première fois des orgues en décembre 1398, commandés à Anthoine de Len, « joueur d’orgues demourant à Paris, pour uns orgues tous neufz et fermans a clef, ferrez, ordonnez et enchassilliez bien et suffisamment pour le fait de la chapelle de la royne51 ». Ce même Antoine Dellen réapparaît en 1400-1401 comme organiste, portant la livrée des clercs de la chapelle52. Il est plus difficile de savoir ce qu’il en était du chant, sur lequel on n’a guère d’informations pour cette période. On remarque qu’en 1400, ce sont parfois les cordeliers qui viennent chanter l’office, ce qui correspond à une pratique solennelle des jours de fête attestée par exemple à la Sainte-Chapelle, mais qui peut aussi laisser penser que la chapelle de la reine n’était pas une institution musicale importante de la Cour53. On ne sait pas quand cet état de fait est modifié, mais lorsque de rares documents permettent d’éclairer la période postérieure, ils nous apprennent que la chapelle compte désormais des chantres de haut niveau maîtrisant la polyphonie, dont le plus célèbre est Toussaint de La Ruelle, formé à la Sainte-Chapelle, puis passé au service de la reine où il est attesté en 1416. Toussaint conserve des liens avec son institution d’origine auprès de laquelle il sert d’intermédiaire pour les dons de la reine, et fait ensuite carrière dans plusieurs chapelles prestigieuses, en particulier celle du pape54. Dans les mêmes années, on trouve à nouveau la trace de la pratique des orgues et de leur déplacement auprès de la reine durant ses séjours dans les diverses résidences royales55. Ce développement de la pratique de la musique polyphonique complexe du début du XVe siècle est un élément fondamental de prestige et de faste, qui vient compléter le tableau d’une chapelle désormais sans doute parmi les plus brillantes d’Occident, à mettre en regard de la fameuse chapelle de Bourgogne – ce qui n’est sans doute pas un hasard dans le contexte de la guerre civile56. Un dernier élément souligne cette nouvelle situation, l’acquisition en 1410 d’une nouvelle « chapelle », entendue au sens de l’ensemble des tissus ornementaux qui décorent l’oratoire, en complément des chapelles dites « verte » et « blanche » ou « de carême ». Cette chapelle est bleu azur, qui n’est pas une couleur liturgique, mais la couleur royale par excellence57.

  • 58 Adams T., The Life and Afterlife, op. cit., p. XXII et 149.
  • 59 Ibid., p. 17. Gibbons R. C., « Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 54 et Id., « The Piety of Isabea (...)

14Ainsi, on serait tenté de repérer un tournant entre 1398 et 1402 : la chapelle de la reine n’est plus seulement une chapelle qui se calque sur le modèle de la chapelle du roi ; elle devient une véritable chapelle de substitution, en accentuant encore l’éclat de ses ornements et en captant des signes extérieurs de prestige, comme la musique polyphonique, mais aussi le lien avec la Sainte-Chapelle, où avait été couronnée la reine, et la mise en avant de la couleur azur. Ce déplacement correspond aussi au développement de la « Cour amoureuse » en 1401, au sein de laquelle Isabelle semble avoir joué un rôle central, là aussi en partie substitutif de celui du roi58. Il correspond également au renforcement de la position de la reine à la Cour, culminant avec les ordonnances de 1402 et 1403, qui finissent par la porter à la tête du conseil de régence59. La reine n’est plus seulement le soutien symbolique d’un pouvoir royal fragile, elle aspire désormais, quand le roi est « absent », à incarner ce pouvoir – du moins le manifeste-t-elle à travers des choix comme celui du développement de sa chapelle.

  • 60 Cf. Dans ce même volume l’étude de Caroline zum Kolk sur la chapelle de la reine de France au XVIe(...)

15On voit ainsi s’esquisser, à travers l’étude de la chapelle d’Isabelle, le sens global de son action en tant que reine de France, parfaitement cohérente jusqu’à la signature du traité de Troyes, en 1420, qui lui fut tant reprochée. L’essor de sa chapelle est certes un moment clé dans la construction des chapelles féminines en France à la fin du Moyen Âge, et son exemple sera imité, par exemple, par Marie d’Anjou au XVe siècle, puis par Anne de Bretagne au XVIe siècle60. Mais, davantage que l’expression d’une dévotion personnelle ou d’un penchant pour le luxe, il faut voir dans l’importance nouvelle de cette chapelle un choix politique et curial lié à la situation d’une reine dont le roi est atteint de folie. En effet, si la chapelle, par son caractère personnel, ne relève apparemment pas de la religion royale, elle est en réalité une mise en scène de la religion individuelle, de la dévotion du corps physique du souverain, ce qui ne remplit pas une fonction moins politique aux yeux de la Cour et du royaume.

16Ce moment d’affirmation est cependant le fruit de circonstances singulières, celles de la maladie du roi, circonstances dans lesquelles la stratégie de représentation d’Isabelle trouve pourtant ses limites. Son rôle dans le gouvernement a toujours été discuté, et ses manifestations de grandeur, à travers son train de vie ou sa chapelle, deviennent des armes aux yeux de ses ennemis pour la dénigrer. La substitution royale du masculin par le féminin est impossible à réaliser dans la France du début du XVe siècle, marquée par l’exhérédation de 1316 et la redécouverte de la loi salique, à la différence d’autres espaces politiques de l’Occident médiéval. Les efforts d’Isabelle, dont témoigne sa chapelle, n’ont pu qu’alimenter sa légende noire, révélatrice d’une frontière de genre qui permet de réfléchir à la nature du pouvoir royal français et à la capacité de la reine à y prendre part.

Notes

1 Je remercie beaucoup Murielle Gaude-Ferragu pour ses conseils et son aide, en particulier pour les mentions de la chapelle relevées dans les registres des Archives nationales qu’elle m’a amicalement communiquées, ainsi que David Fiala et Valérie Theis. Ce travail s’inscrit dans une recherche collective menée dans le cadre d’un « chantier-école » autour des comptes d’Isabelle de Bavière à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, coordonné par Pierre Chastang et moi-même, en collaboration avec la section ancienne des Archives nationales sous la responsabilité de Ghislain Brunel, avec la participation de Camille Causse, Laura Rasgon et Aurélie Besnard, dont les mémoires de master ont été consacrés à divers aspects de la comptabilité de la reine.
Pour une présentation générale, outre les analyses de la situation d’Isabelle de Bavière dans le livre de Murielle Gaude-Ferragu, La reine de France. Le pouvoir au féminin (XIVe-XVe siècle), Paris, Tallandier, 2014, qui renouvellent l’interprétation d’ensemble de la royauté féminine en France, cf. les travaux de Tracy Adams, en particulier son livre, The Life and Afterlife of Isabeau of Bavaria, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2010, et ses nombreux articles, « Christine de Pizan, Isabeau of Bavaria ad female regency », French Historical Studies, no 32, 2009, p. 1-32 et « Isabeau de Bavière, le don et la politique de mécénat », Le Moyen Âge, no 117, 2012, p. 475-486. Cf. aussi les recherches de Gibbons R. C., « Isabeau of Bavaria Queen of France (1385-1422): The Creation of an Historical Villainess », Transactions of the Royal Historical Society, ser. 6, vol. 6, 1996, p. 51-74. Id., « The Piety of Isabeau of Bavaria, Queen of France, 1385-1422 », Courts, Countries and the Capital in the Later Middle Ages, 1996, p. 205-224 et « The Queen as “social mannequin”. Consumerism and expenditure at the Court of Isabeau of Bavaria », Journal of Medieval History, no 26, 2000, p. 371-396, ainsi que Kimm H., Isabeau de Bavière, reine de France (1370-1435). Beitrag zur Geschichte einer bayerischen Herzogtochter und des französischen Königshauses, Munich, 1969 et Märtl C., « Herzog Ludwig VII. Von Bayern-Ingolstadt (1368-1447) und seine Schwester Isabeau am französischen Königshof », Schmid A. et Weigand K. (dir.), Bayern – Mitten in Europa. Vom Frühmittelalter bis ins 20. Jahrhundert, Munich, C. H. Beck, 2005, p. 107-120.

2 Pour une mise au point récente sur le traité de Troyes, cf. Moeglin J.-M., « Récrire l’histoire de la Guerre de Cent Ans. Une relecture historique et historiographique du traité de Troyes », Revue historique, no 314, 2012, p. 887-919. Adams T., The Life and Afterlife, op. cit., p. XXII, et le chapitre à partir de la p. 193, qui montre bien que les sources polémiques contre Isabelle sont très rares (l’auteur en mentionne deux) avant 1420, et se développent surtout après le traité de Troyes, dans le contexte d’une reformulation des enjeux politiques de la lutte contre la monarchie anglaise. Sur la polémique, cf. aussi Heinz T., « Von höfischem Gerede zum Rufmord. Die Kampagnen gegen Königin Isabeau von Frankreich », Haubrichs W., Jäschke K.-U. et Oberweis M. (dir.), Grenzen erkennen – Begrenzungen überwinden. Festschrift für Reinhard Schneider, Sigmaringen, Thorbecke, 1999, p. 333-352.

3 Sur ce point, cf. Gibbons R. C., « Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 53, qui défend également l’idée d’utiliser « Isabelle » plutôt qu’Isabeau.

4 Adams T., The Life and Afterlife, op. cit., p. 59.

5 Sur le travail du bureau du tri et la conservation des registres d’Isabelle, cf. Causse C., Les comptes de l’argenterie d’Isabeau de Bavière. Étude archivistique et historique, Anheim E. et Chastang P. (dir.), mémoire de Master 1, université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, p. 17-18.

6 Cf. Le livre d’Heidrun Kimm, op. cit.

7 L’introduction du livre de Tracy Adams montre clairement un objectif de réhabilitation, de même que certaines de ses interventions, comme « Isabeau de Bavière dans l’œuvre de Christine de Pizan : une réévaluation du personnage », Dor J. et Henneau M.-E. (dir.), Christine de Pizan. Une femme de science, une femme de lettres, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 133-146, avec bibliographie sur la question de la réhabilitation en note, p. 133, ou que le travail de R. Gibbons, cf. par exemple « Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 55.

8 Adams T., « Isabeau de Bavière dans l’œuvre de Christine de Pizan », loc. cit., p. 145, sur la question de la médiation, reprise dans son livre, p. XIX-XX. Gibbons R. C., « The Queen as “social mannequin” », loc. cit., qui tend parfois à psychologiser le rapport au luxe.

9 Elias N., La société de cour, Flammarion, Paris, 1985 et Id., Mozart : sociologie d’un génie, Paris, Seuil, 1991.

10 Pour une illustration de cette question du genre dans une perspective relationnelle de sociologie historique, cf. par exemple le dossier « Régimes de genre » dirigé par Didier Lett dans la revue Annales. Histoire, Sciences sociales, no 67, 2012/3.

11 Outre les mentions de la chapelle dans le livre de Murielle Gaude-Ferragu, La reine de France, op. cit., qui est l’une des rares à lui donner une place significative, on trouve des éléments dans Taburet-Delahaye E., « Parures et joyaux de la reine Isabeau de Bavière », Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 2008, p. 242-269. Gibbons R. C., « The Queen as “social mannequin” », loc. cit., p. 376 et suivantes, la chapelle étant analysée au sein des dépenses d’ornementation. Id., « The Piety of Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 209-211 sur la chapelle en lien avec la dévotion de la reine. Adams T., « Isabeau de Bavière, le don et la politique de mécénat », loc. cit. ; Grandeau Y., « L’exercice de la piété à la cour de France : les dévotions d’Isabeau de Bavière », Actes du 104e Congrès national des Sociétés savantes, Orléans, 1979 : section philologie et histoire, Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement, Paris, 1982, p. 150-152. Enfin, on trouvera des éléments sur la chapelle dans Diagne A.-N., L’hôtel de la reine de France à la fin du Moyen Âge (1261-1422), thèse dactylographiée, université de Paris IV, Heers J. (dir.), 1984.

12 Pour une perspective plus générale et une comparaison, cf. Anheim E., « La grande chapelle de Clément VI. Les hommes, les lieux, les pratiques », Vingtain D. (dir.), Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des Papes (XIVe-XXe s.), Avignon, 2002, p. 123-129, et Id., « La chapelle du roi de France du milieu du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle », Gaude-Ferragu M., Laurioux B. et Paviot J. (dir.), La cour du prince. Cour de France, cours d’Europe (XIIIe-XVe s.), Paris, Honoré Champion, 2011, p. 399-415.

13 Pour un aperçu synthétique sur l’histoire de la chapelle de France, cf. de la Selle X., Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Paris, 1995, p. 31-38.

14 Ibid., p. 39.

15 Ibid., p. 41.

16 Ibid., p. 73. Les ordonnances de l’hôtel réginal sont étudiées par Caroline zum Kolk dans le présent colloque, « L’évolution d’un service curial : la chapelle de la reine de France (XIIIe-XVIe siècles) ». Cf. aussi Allirot A.-H., « L’entourage et l’Hôtel de Jeanne d’Évreux, reine de France (1324-1371) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 116, no 1, 2009, p. 169-181.

17 Anheim E., « La chapelle du roi de France », loc. cit.

18 Gaude-Ferragu M., « Les dernières volontés de la reine de France. Étude des deux testaments de Jeanne de Bourgogne, femme de Philippe VI de Valois (1329, 1336) », Annuaire bulletin de la société d’histoire de France, no 120, 2007, p. 23-66.

19 Archives nationales (désormais AN), KK 19, fol. 129 vo, qui mentionne les six chapelains, Jehan Gourdet, Jehan Mayresse, Pierre de la Vielleville, messire Guillebaut, messire Yitier et messire Pierre Lauyné, accompagné des deux clercs ou sommeliers de la chapelle. Cf. aussi fol. 135.

20 Sur la réorganisation de 1393 et plus largement sur la structure des institutions financières à la cour, en lien avec les registres conservés pour le règne d’Isabelle de Bavière, cf. déjà les remarques de M. Vallet de Viriville, Isabeau de Bavière, reine de France, Paris, Techener, 1859 (extrait de La Revue française, 1858), qui souligne le tournant de 1393-1394 ; Kimm H., op. cit., p. 85-116 et p. 184-197 sur la trésorerie, et la très belle étude de Camille Causse, op. cit., qui donne en particulier une analyse codicologique très approfondie des registres de l’argenterie, en lien avec les techniques d’enregistrement des comptes.

21 Cf. Pour un exemple antérieur l’étude proposée dans ce même volume par Alexandra Beauchamp sur Éléonore de Sicile, reine d’Aragon (1349-1375).

22 AN, KK 41, fol. 20.

23 Outre les mentions des coffres déjà citées, on note en particulier l’attention portée aux déplacements de la chapelle à Montargis, AN, KK 42, fol. 45 vo et 48 vo.

24 Par exemple, AN, KK 41, second compte, fol. 64 vo-65 : « Pour demie aulne de toille vermeille dont il a appareillié les paremens d’autel de la chapelle vert dyappree a oyseaux avec I dossier de la chapelle blanche pour ce et pour les rubans dont ils sont garniz et la façon 16 s. p. Pour deux laz de soye qui ont esté mis ou sousraire de la chapelle de (fol. 65) veluyau violet brodee et pour avoir appareillié la chasuble de mesme ; pour un quart de cendal vert pour doubler I fanon de la chapelle de veluyau brodee, pour la façon dudit fanon et de III fanons de diappré vert et III fanons de diappré blanc qui ont esté doublez de la doubleure d’une viez chasuble blanche ; cendal vermeil dont on a doublé II chasubles, l’une de racamaz asur et l’autre de baudequin asur broché d’or, une estolle et fanon et bordé les paremens des deux aubes et des deux amiz et les paremens d’autel de mesmes bordez tout autour ; en tout 14 l. 17 s. p. » Cf. aussi, dans le même registre KK 41, fol. 87 vo : À un chasublier demeurant à Paris, Guillaume de Baugis, « pour la façon de deux chappes, deux chasubles, tunique, dalmatique, estolles, fanons, paremens des nappes aulbes et amiz qui appartiennent et pour la toille ciree qui est soubz les orfroiz et paremens dont l’une des dictes chappes fut faicte d’un drap a chappeaux d’or sur champ noir que la royne bailla de ses coffres et le demourant fut fait de cinq draps de diappré blanc qui furent achetés ».

25 Ibid., fol. 87 : un chasublier est payé pour « avoir fait un drap pour le siege de la royne a sa messe ».

26 Ibid. : « Item, pour avoir rebordé 18 paremens d’aubbes et les amiz, remiz a point le cendal où il estoit besoing et aussi pour avoir appareillié l’oratoire de la royne et mis des rubens et des anneaux. »

27 AN, KK 49, fol. 45 vo, cf. Gibbons R. C., « The Piety of Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 210.

28 On trouve d’autres emplois et d’autres couleurs, par exemple KK 41, fol. 64 vo-65, qui présente trois jeux, « la chapelle vert dyappree a oyseaux », « la chapelle blanche » et « la chapelle de veluyau violet brodee ».

29 Cf. Par exemple, pour divers paiements d’achat ou de réparation, AN, KK 41, fol. 21 vo, pour des chandeliers, fol. 22 vo., pour une coupe, des gobelets dorés, des hanaps, une aiguière, fol. 55 vo, pour des burettes et une portepaix, fol. 56, des encensoirs, fol. 59, un calice d’argent doré, fol. 135 vo, une crosse pontificale, fol. 165 vo, une clochette d’argent, fol. 173, un bassin d’argent, une boîte et une navette, fol. 232, un bénitier, fol. 237, une patenôtre.

30 Pour le vert, le blanc et le violet, cf. les notes 23 et 27 ; on trouve également du velours noir, AN, KK 41, fol. 249 vo, ou de couleur « vermeil cramoisi », ibid., fol. 48 vo. Concernant la chapelle d’Avignon, cf. Anheim E., « La grande chapelle de Clément VI », loc. cit.

31 Cf. Par exemple AN, KK 41, fol. 75, « une nues d’or esmaillees d’azur » ; fol. 145 vo, « une toile azuree de quoi on a doublé un parement d’autel » et un « drap d’or azur », ou également fol. 248 vo.

32 AN, KK 41, fol. 73 : « deux tappiz vers armoiez aux armes de la royne », pour un autre achat de tapis, cf. KK 43, fol. 103 ; KK 41, fol. 165 vo : « pour avoir fait et brodé pour ladicte dame IIII escuçons chascun de IIII carres armoyez de ses armes sur velluau asuré pour le drap de siege de son oratoire ».

33 AN, KK 41, fol. 21 vo.

34 Ibid., fol. 34.

35 Cf. Par exemple ibid., fol. 116, paiement à un chasublier, « pour avoir appareillié et mis a point la chappelle de caresme qui est de cendal blanc et pourtraicte de neuf c’est assavoir pour avoir fait tout de neuf le parement de la nappe pourtraict des XII appostres et avoir livré le cendal » ; fol. 145 : « Pour le parement d’une nappe de caresme en laquelle est pourtraicte toute la Passion Notre Seigneur et pour boucassin et toile. »

36 AN, KK 41, fol. 165 vo. Cf. ensuite les mentions sur l’utilisation de cet oratoire, comme ibid, fol. 181 vo, ou KK 45, fol. 20 et KK 49, fol. 25.

37 Grandeau Y., loc. cit., p. 152. Adams T., The Life and Afterlife, op. cit., p. 236. Du Bruck E. E., « The narrative Passion of Our Lord Jesus Christ written in 1398 for Isabeau de Bavière, Queen of France: an important link in the development of French religious drama », Michigan Academician, no 18, 1986, p. 95-108.

38 Gibbons R. C., « The Queen as “social mannequin” », loc. cit., p. 371-372.

39 Pour les tableaux, cf. plus haut, notes 32-33. Pour les armes, cf. par exemple, AN, KK 41, fol. 173, sur un encensoir, « certains escucons armoiez aux armes de monseigneur le daulphin », et fol. 248 vo : « pour avoir paré deux nappes d’autel l’une pour un parement des armes de monseigneur le dauphin… »

40 AN, KK 41, fol. 171 : « La mictre pontifical de la chapelle de la royne dont aucunes pierres estoient cheutes. »

41 Ibid., fol. 165 vo : « A lui pour avoir fait et brodé pour ladicte dame IIII escuçons chascun de IIII carres armoyez de ses armes sur velluau asuré pour le drap de siege de son oratoire qui fut fait pieca pour chascun escucon. »

42 Cf. Par exemple le registre AN, KK 42, pour l’année 1400, fol. 48 vo, qui enregistre des paiements concernant toute une série d’objets qui sont portés « a Montargis pour servir en la chappelle du chastel de la dicte dame », avec une seconde mention sur le même folio pour d’autres commandes de la reine également destinées à Montargis.

43 AN, KK 42, pour l’année 1400-1401, fol. 41, achat de huit étuis de cuir pour mettre le plat de la chapelle, le calice, la croix, les burettes, les chandeliers, la portepaix et la sonnette.

44 Sur cette pratique très intéressante, cf. AN, KK 42, pour l’année 1401-1402, fol. 66, paie ment de 12 livres à un coffrier « deux coffres couvers de cuir noir lesquelx furent d’autel a chanter la messe basse de la chappelle de la royne », ou AN, KK 43, pour l’année 1404-1405, fol. 106 vo, où sont commandés trois coffres, l’un pour mettre les surplis de la chapelle, l’autre pour les parements « du siege de la royne pour la chappelle », et le dernier « qui sert a faire autel ».

45 AN, KK 45, en novembre 1398, fol. 20, qui montre l’achat d’une « toille pour faire une paillasse pour gesir les sommelliers de la chappelle de la royne en l’oratoire pour garder les choses de ladicte chappelle » en l’église Saint-Paul.

46 Cf. Note 35.

47 AN, KK 45, enregistrement des dons et pensions pour le second semestre 1402, fol. 153 : « Messire Jehan Marresse aumosnier et premier chappellain et les autres chappellains clerc et sommelliers de chappelle pour leurs gaiges ordinaires des mois d’octobre, novembre, et decembre derrenierement passez eulx estant continuelment ou service pour ce a eulx comme acoustumé est IIIIxx XII l. p. », et « ledit Marresse premier chappellain pour aumosne faicte pour ladicte dame par mandement pour desdits III mois octobre novembre decembre pour chacun mois 32 l. p. ». Fol. 176, pour le premier semestre 1403, « Messire Jehan Mairesse aumosnier et premier chappellain et les autres chappellains, clerc et sommeliers de chappelle pour faire par an la somme de 460 francs, par portion de 6 mois de janvier à juin », et « audit Mairesse aumosnier pour l’aumosne de ladicte dame ordonnee par le roy par mandement comme dessus pour et sur la somme de 480 francs qui lui sont ordonnez a prandre par an pour ladicte aumosne pour ce par porcion pour les VI mois, 192 l. p. ». Cf. encore AN, KK 46, fol. 18 vo ou, sur Jean Mairesse, AN, KK 48, fol. 27.

48 AN, KK 41, fol. 173.

49 Ibid., fol. 238 : paiement à Jehan Tarenne, changeur et bourgeois de Paris, « pour un reliquaire d’or ou dedens a un ymage de Notre-Dame enlevé garni de perles, balaiz et saphirs lequel la dicte dame a fait prendre et acheter de lui, et icellui mis et retenu pardevers elle pour en fait à son plaisir et voulenté pour ce le premier jour de janvier 1399, 240 l. p. ».

50 Ibid., fol. 181 : « Pour une paire de gans de soye qui ont esté brodez a perles que les sommelliers de la dicte chapelle ont pour les prelatz qui font le service devant ladicte dame aus festes solemnelles ».

51 Ibid., fol. 188.

52 AN, KK 42, pour l’année 1400, fol. 6, mention du drap donné par la reine à Anthoine Dellen, joueur d’orgues, « qui fait le service devant la dicte dame aux festes solempnelles », et pour l’année 1401, fol. 66, mention du drap délivré à « Anthoine Dellen joueur d’orgues pour avoir robe a la feste de Pasques de mesmes la livree des clercs de chappelle de la royne, au pris de 40 s. l’aune pour 6 aunes, valent 12 l. p. ».

53 AN, KK 42, fol. 45 vo : « Pour deux chandeliers a pointes de fin laton delivrez au clerc des sommeliers de la chappelle de la dicte dame pour servir a l’autel de la chappelle de l’oratoire de la basse messe quand les cordeliers chantent devant la dicte dame. »

54 Cf. AN, KK 49, compte du clerc des offices de l’Hôtel de la reine, fol. 38 : « A Toussains de la Ruelle, somellier de la chapelle de la Royne, qu’il a paié et baillé du sien aux enfans d’aube de la saincte chapelle du Palaiz, que la dicte dame leur avoit, et a de coustume donné chacun an, pour fere leur feste le jour des Innocens, par commendement de Bietrix du Ry, etc 4 l. 10 s. » Pour une présentation synthétique sur Toussaint de la Ruelle, cf. D. Fiala, « In memoriam : Vincent Brejon et Toussaint de la Ruelle », Cavicchi C., Colin M.-A. et Vendrix Ph. (dir.), La musique en Picardie du XIVe au XVIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2012, p. 21-23.

55 AN, KK 49, compte du clerc des offices de l’Hôtel de la reine pour 1415-1417, fol. 19 vo : « A Jehan Poincin chappellain de la royne pour ses despens d’avoir esté dudit Saint Germain au bois de Vincennes querre et faire venir les orgues de la chappelle d’icelle dame » ; fol. 48 vo : « A Jehan Ponim chapelain de la reine pour le portage et reportage de plusieurs orgues tant de ceux de la reine que d’autres. »

56 Sur la diffusion de la musique polyphonique, cf. Anheim E., « Diffusion et usage de la musique polyphonique mesurée (ars nova) dans la France du Midi, le nord de l’Espagne et de l’Italie, 1340-1430 », Cahiers de Fanjeaux, no 35, 2000, p. 287-323. Sur la chapelle de Bourgogne et son rôle au XVe siècle, cf. Fiala D., « La cour de Bourgogne et l’histoire de la musique », Paravacini W. (dir.), La cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, Jan Thorbecke, no 73, 2013, p. 375-399. Un autre témoignage des liens entre Isabelle, la musique et la chapelle de Bourgogne est donné par le cas de Jean Jouffroy, membre de la chapelle du duc Jean sans Peur, nommé en 1416 par Isabelle custos du chapitre de la collégiale royale de Saint-Quentin, ce qui déclenche un conflit au sein du chapitre, cf. Fiala F., « La collégiale royale de Saint-Quentin et la musique », La musique en Picardie, op. cit., p. 209.

57 AN, KK 48, compte pour l’année 1409-1410, fol. 107, qui mentionne l’achat d’une « chapelle entière de velours azur brodée à histoires de la vie et Passion de Notre Seigneur a nues et estoilles et plusieurs autres devises ».

58 Adams T., The Life and Afterlife, op. cit., p. XXII et 149.

59 Ibid., p. 17. Gibbons R. C., « Isabeau of Bavaria », loc. cit., p. 54 et Id., « The Piety of Isabeau of Bavaria », p. 208.

60 Cf. Dans ce même volume l’étude de Caroline zum Kolk sur la chapelle de la reine de France au XVIe siècle.

Auteur

Enseigne à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent principalement sur l’histoire sociale et culturelle de l’Europe à la fin du Moyen Âge et sur l’historiographie et l’épistémologie de l’histoire. Il a publié en 2014 Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle (Publications de la Sorbonne). Il est également directeur de la rédaction des Annales. Histoire, Sciences Sociales et vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540