Version classiqueVersion mobile

« La dame de cœur »

 | 
Murielle Gaude-Ferragu
, 
Cécile Vincent-Cassy

Première partie. La chapelle réginale : espace curial et écrin du trésor

La chapelle d’Éléonore de Sicile, reine d’Aragon de 1349 à 1375

Alexandra Beauchamp

Texte intégral

  • 1 Español Bertran F., Els escenaris del rei. Art i monarquia a la Corona d’Aragó, Manresa, Angle, 20 (...)
  • 2 Ibid., p. 9-24 ; Español F., « Calendario litúrgico y usos áulicos en la Corona de Aragón bajomedie (...)

1En souverains itinérants, les rois d’Aragon de la fin du Moyen Âge visitaient de nombreuses cités, villes et bourgades des différents territoires de leur Couronne. Dans les localités les plus modestes ils s’installaient souvent dans des demeures aristocratiques, des monastères ou même sous la tente, mais dans leurs capitales et dans certaines villes secondaires, ils logeaient dans leurs propres palais1. En leur sein existaient parfois deux chapelles palatines, l’une pour le roi, l’autre pour la reine, souvent contiguës ou superposées, situées à proximité de leurs appartements respectifs2.

  • 3 Miquel Juan M., « La capilla palatina de la Cartuja de Valldecrist (Valencia) (1395-1400) », Jimén (...)
  • 4 Fleckenstein J., Die Hofkapelle der Deutschen Könige, Stuttgart, A. Hiersemann, 1959, vol. 1, p. 1 (...)
  • 5 Costa Gomes R., « The royal chapel in Iberia: Models, Contacts and Influences », The Medieval Hist (...)

2L’étude de ces espaces consacrés offre une bonne connaissance des cultes et de la dévotion des souverains aragonais3. Mais on peut aussi s’attacher à leur chapelle en tant que groupe de desservants et objets dont ces derniers usent et ont la garde4. Dans un contexte princier, la chapelle « humaine » relève de l’Hôtel ; ses membres bénéficient à ce titre de divers avantages et privilèges. Échappant à la hiérarchie territoriale de l’Église, ils permettent aux souverains de vivre leur foi où qu’ils se trouvent5. Ils disposent pour ce faire d’un riche mobilier, liturgique notamment, de pièces et ornements précieux qui participent du luxe princier, des dépenses extraordinaires et du goût des princes pour le beau.

  • 6 Gubern R., Epistolari de Pere III, Barcelone, Ed. Barcino, 1955, vol. 1, p. 47. La bibliographie s (...)
  • 7 Earenfight T., « Absent Kings: Queens as Political Partners in the Medieval Crown of Aragon », Ear (...)

3Cet article étudie la façon dont la reine d’Aragon Éléonore de Sicile dote sa propre chapelle, de son mariage le 27 août 1349 à son décès le 20 avril 1375. Éléonore fut un élément de consolidation de la royauté aragonaise et un appui de poids pour Pierre le Cérémonieux son époux6. Comme les reines qui lui succèdent en Aragon, elle n’est pas écartée du pouvoir réel du vivant de ce dernier7. Dans ce contexte, si sa chapelle et sa politique religieuse peuvent constituer l’un de ses modes d’expression, ils n’en sont sûrement pas les plus puissants. L’étude de la chapelle réginale peut néanmoins permettre de replacer cette reine et, à travers elle, la petite royauté aragonaise sur la scène européenne. Car si les moyens des souverains aragonais sont modestes, en regard des princes français, anglais et bourguignons, l’exemple de leur chapelle montre qu’ils n’en ont pas moins une haute image d’eux-mêmes, et vivent au rythme de l’Europe princière, tant en matière de pratiques religieuses que de consommation.

  • 8 Archivo de la Corona de Aragón [désormais ACA], Real Patrimonio [RP], Maestre Racional [MR] 458 à (...)
  • 9 Respectivement ACA, Cancillería [C], reg. 1564 (années 1349 à 1368) et ACA, RP, MR 901 (mois de dé (...)
  • 10 Rubió y Lluch A., Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, Barcelone, Institut d’ (...)
  • 11 Données en cours de publication au sein du projet The Last Song of the Troubadours [http://icalia. (...)
  • 12 Ordinacions de la Casa i Cort de Pere el Ceremoniós [ci-après : Ord.], Gimeno F., Gozalbo D., Trenc (...)
  • 13 Vers 1356 puis au début de 1357 Pierre IV commande une copie du manuscrit des Ordinacions au chant (...)

4Pour le montrer, j’ai sondé les comptes semestriels du trésorier de la reine8. Ils enregistrent l’essentiel des paiements des gages et livrées des membres de sa chapelle, ainsi que des achats pour l’équiper. J’ai aussi examiné le llibre de carta de ració, sorte de matricule (partiel) des serviteurs de la souveraine, ainsi qu’un livre de paiement des gages ordinaires des serviteurs réginaux9. De même, j’ai exploité les notices éparses publiées à partir des archives de la chancellerie réginale10. Enfin, pour la reconstitution de la chapelle musicale de la reine, j’ai complété mes dépouillements grâce aux données compilées sous la direction d’Anna Alberni Jordà (chaire de l’Institució Catalana de Recerca i Estudis Avançats, université de Barcelone) pour l’établissement d’une base de données sur les musiciens de l’entourage des souverains d’Aragon11. L’information collectée prend tout son sens à l’analyse des ordonnances de l’Hôtel promulguées par Pierre IV en 1344, qui accordent une large place à l’organisation de la chapelle et à la pompe qui doit y régner12. Les chapelains du roi comme ceux de la reine en détiennent une copie et les appliquent vraisemblablement13.

5Grâce à ces documents on peut, en premier lieu, cerner le groupe des desservants de la chapelle d’Éléonore de Sicile.

Les hommes de la chapelle réginale

  • 14 Quarante-deux clercs dont le confesseur, qui ne fait pas strictement partie de la chapelle mais pe (...)
  • 15 Au 4e trimestre des années suivantes les effectifs recensés sont de : 6 en 1349, 11 en 1354, 11 en (...)

6Entre 1349 et 1375, 42 clercs perçoivent des gages réguliers d’Éléonore de Sicile au titre du service de sa piété ou de leur appartenance à sa chapelle14. C’est donc une chapelle fort restreinte qui sert la reine d’Aragon, puisqu’elle ne semble rassembler que six individus au début de son règne et une petite douzaine à la fin15.

  • 16 Ord., p. 138-140.

7Ils sont placés sous l’autorité des quatre capellans majors qui ont servi successivement Éléonore (Jaume Rocha, Tomàs Benet, Barthomeu d’Alfambre, Romeu Guerau). Selon les ordonnances royales, le grand chapelain doit diriger les messes des fêtes chrétiennes solennelles, bénir les repas royaux, recevoir les prélats en visite à la Cour et diriger le corps des clercs de la chapelle. Il organise aussi les services religieux quotidiens dans les différents lieux où la reine se trouve. Il doit donc veiller non seulement à l’application des prescriptions concernant les ornements et le mobilier liturgique, en fonction du calendrier, mais aussi au déplacement avec Éléonore, du trésor de sa chapelle16. Selon les comptes du trésorier, il a aussi la responsabilité financière des achats et travaux effectués pour la chapelle. Contrairement à son époux, la reine ne semble pas recruter ses capellans majors chez les Cisterciens mais parmi les clercs séculiers.

  • 17 Ord., p. 140-141. On ne conserve pas d’inventaire des biens de la chapelle d’Éléonore, contrairemen (...)
  • 18 Le roi obtient en 1345 du pape le privilège de nommer jusqu’à douze chapelains, mais il n’en a que (...)
  • 19 Lettres communes d’Urbain V, Ut per litteras apostolicas Online, Brepolis, 2014, no 025030.

8D’après les ordonnances royales, le grand chapelain est secondé par des chapelains chargés de la célébration effective des services religieux, messes quotidiennes et offices de la chapelle, de la garde et de l’entretien de ses biens ainsi que de la rédaction régulière de leur inventaire17. Ces lourdes tâches reposent sur un seul chapelain au début du règne d’Éléonore mais ils sont quatre dans les années 137018. Ils se déplacent en théorie avec elle au gré de son itinérance et ne sont donc pas spécifiquement assignés à l’une ou l’autre de ses chapelles palatines. Ceux de Pierre IV portaient le titre de « moine et chapelain », conformément aux ordonnances, et étaient pour une grande part originaires de l’abbaye cistercienne catalane de Santes Creus ; ceux d’Éléonore sont des séculiers, dotés dans les diocèses de la Couronne d’Aragon. L’un d’entre eux, Guillem Nicholau « in jure canonico scolari », a longtemps servi la reine comme secrétaire19.

  • 20 Ord., p. 141-143.

9À leur tour, les chapelains dirigent des sacristains, qui portent le titre d’escolans de la capella, sans être liés au groupe des chantres. Selon les ordonnances royales, ils doivent mettre en œuvre le décorum liturgique, préparer l’autel, le luminaire, les livres nécessaires aux services religieux et participer, aux côtés des chapelains, à la célébration des messes et des offices. Lorsque la souveraine se déplace, il leur revient de veiller à ce qu’elle dispose bien des livres et supports nécessaires à sa récitation des heures20. Pour toutes ces tâches, la chapelle réginale stipendie toujours au moins deux et souvent trois escolans.

  • 21 ACA, RP, MR 458, fol. 37 ro.
  • 22 ACA, RP, MR 816, fol. 53 ro, 62 vo, 102 ro, 120 ro, 129 vo et 459 fol. 41 ro.

10Lorsqu’il « ordonne » l’Hôtel d’Éléonore de Sicile, le 1er septembre 1349, Pierre IV y nomme un certain nombre de serviteurs de sa propre chapelle ou de ses épouses précédentes21. C’est par exemple le cas de Tomàs Benet, qui a d’abord été chapelain de la première épouse du roi, Marie de Navarre, jusqu’à la mort de cette dernière en avril 1347. Il devient ensuite chapelain du roi puis de sa seconde épouse, Éléonore du Portugal, le 22 novembre 1347 ; après le décès de celle-ci en octobre 1348, il sert à nouveau la chapelle du roi jusqu’au 31 décembre 1349, date à laquelle il devient capellà major d’Éléonore de Sicile jusqu’au début des années 136022.

  • 23 ACA, C, reg. 1564, fol. 29 ro; RP, MR 489, fol. 90 ro.
  • 24 ACA, C, reg. 1564, fol. 29 ro.

11Chapelains et sacristains demeurent parfois à son service plus d’une décennie, tel Francesch Dager, scolà de la capella, nommé le 20 novembre 1354, qui demeure actif au moins jusqu’en mai 136723. Il ne semble par ailleurs pas y avoir de réel cursus honorum et rares sont les promotions internes pour les serviteurs de la chapelle réginale ; certains poursuivent néanmoins leur carrière dans l’Hôtel royal, tel un certain Berenguer Just, scolà de la capella, depuis le 10 novembre 1361 qui, en mai 1368, devient porteur de masse du roi24.

  • 25 Les ordonnances royales prévoient et anticipent les absences des serviteurs de l’Hôtel, Beauchamp (...)
  • 26 Leur existence est à mettre en relation avec les chapelains d’honneur des papes, Guillemain B., «  (...)

12Malgré quelques absences ponctuelles, ces chapelains résident habituellement à la Cour25. La reine prend soin de les distinguer des chapelains d’honneur (capellans de casa causa honoris), Jaume López, Bernat de Pineda et Berenguer Cathala, qui sont respectivement intégrés dans l’Hôtel royal à ce titre honorifique, mais sans rémunération ni fonction spécifique, en novembre 1354, septembre 1364 et décembre 1366 ; distingués par la reine, ils bénéficient dès lors de la juridiction curiale et partagent peut-être la commensalité de l’Hôtel réginal lorsqu’ils séjournent à la Cour26.

  • 27 Gómez Muntané M. C., La música en la Casa Real Catalano-Aragonesa durante los años 1336-1442 : his (...)
  • 28 Gómez M. C., op. cit., p. 83-86 et La música medieval en España, Cassel, Reichenberger, 2001, p. 2 (...)
  • 29 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 86-88.

13Si les chapelains des rois d’Aragon font vivre la liturgie et font sûrement résonner vocalement et musicalement le chœur de leurs chapelles, l’exécution du répertoire polyphonique relève depuis la fin du XIIIe siècle d’un petit groupe de chantres. Leur fonction n’est pas définie dans les ordonnances royales mais leur présence est répertoriée depuis les travaux de Maricarmen Gómez Muntané qui a montré combien le roi Cérémonieux et sa troisième épouse appréciaient la musique, profane et religieuse, comme tout élément susceptible de mettre en valeur le cérémonial et la grandeur de leur Cour27. La chapelle musicale de Pierre IV compte deux titulaires au début de son règne, puis s’étoffe progressivement, pour atteindre quatre membres en 1347, puis six à partir de 135328. Ma Carmen Gómez ne distingue en revanche de chapelains-chantres dans la chapelle d’Éléonore de Sicile qu’à partir de décembre 135329.

  • 30 López de Osaba P. (dir.), Historia de la música española. 1. Desde los orígenes hasta el « ars nov (...)
  • 31 Johan de Castellnou, qui avait auparavant servi le roi, est gagé comme cabiscol de la reine de jui (...)
  • 32 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 88.
  • 33 Chapelain nommé le 30 avril 1362 (ACA, C, reg. 1564, fol. 28 vo), Bernat Cabestany est chantre de (...)

14Pourtant depuis l’été 1350 au moins, la reine rémunère un cabiscol. Dans le contexte des chapelles royales aragonaises, ce titre désigne le chef de chœur de la chapelle30. Johan de Castellnou, originaire du diocèse de Carpentras, puis Jean Cossart, Boniface de Chartres et Assensi Bataller, se succèdent dans cette fonction au service de la reine31. À partir de 1353 et jusqu’en 1366, il y a en outre toujours au moins deux chantres actifs dans la chapelle d’Éléonore de Sicile, et même momentanément quatre, en 135632. De 1366 à 1374, on ne peut plus vraiment parler de chapelle musicale puisqu’on n’y observe plus que le cabiscol et un seul chantre33. Plus qu’une perte d’intérêt de la reine pour l’Ars nova, il faut supposer des raisons financières.

  • 34 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 85 et 87. Aucun des chantres de la reine n’es (...)
  • 35 ACA, RP, MR 468, fol. 92 ro ; 469, fol. 42 vo.
  • 36 Chantre à partir du 5 novembre 1355 (ACA, C, reg. 1564, fol. 27 vo). Lettres communes d’Urbain V, (...)
  • 37 Anheim É., « Diffusion et usages de la musique polyphonique », loc. cit., p. 300. Voir par exemple (...)
  • 38 Comme cela semble être le cas pour les chantres des ducs de Bourgogne au XVe siècle, Fiala D., « L (...)

15En général, les chantres qui quittent la chapelle réginale sont immédiatement remplacés. Nombre d’entre eux sont auparavant passés par le service du roi, certains sont recrutés en Avignon, comme par exemple Jean Avenel et Jean Cossart en 135334, d’autres en France, comme Jean d’Abbeville, Pierre Dolfet et Pierre de Cambarel en 135535. Leurs origines nordiques, comme Guillaume Burlez, originaire du diocèse de Coutances36, ou leur onomastique (Jean d’Abbeville, Johan Flamench…) laissent supposer une formation dans les chœurs des cathédrales, entre Loire et Rhin. Mais, comme l’a noté Étienne Anheim, les méridionaux, bien que minoritaires, ne sont pas absents de la chapelle d’Éléonore de Sicile37. Aucun élément ne me permet enfin de dire s’ils chantent aussi pour la souveraine en dehors des services religieux et participent plus largement à la vie de la Cour38.

  • 39 Contrairement à l’affirmation de Gómez M. C., La música medieval, op. cit., p. 232. En 1372, ledit (...)
  • 40 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 86.
  • 41 Ibid., p. 86 et p. 196, doc. 219. Gilet le Gay, joglar d’orgues allemand est membre de l’Hôtel du r (...)
  • 42 ACA, C, reg. 1347, fol. 76 vo.
  • 43 Cette mention de leur localisation laisse supposer que le roi en possédait d’autres (ACA, C, reg. (...)
  • 44 Gómez M. C., La música medieval, op. cit., p. 237.

16On ne trouve guère de trace d’instrumentistes affiliés spécifiquement à la chapelle d’Éléonore de Sicile. Les comptes de son trésorier enregistrent la rémunération, en 1358, 1360 et 1372, de Vincent de Flandres, tocador ou sonador d’orgues, mais aucune mention ne le lie spécifiquement à la chapelle39. Maricarmen Gómez suggère que les chantres supervisent la musique qui y est jouée et s’y adonnent chacun leur tour40. Les ménestrels, instrumentistes et interprètes habituels du répertoire profane pour la chambre et la cour royale, y sont peut-être parfois employés. Dès 1346, Pierre IV fait acheter des orgues portatives pour sa propre chapelle, par l’intermédiaire du chantre Johan de Castellnou déjà évoqué41. En 1368, il fait en outre construire une « tribune des orgues » dans la chapelle (« sa » chapelle ?) de son château de Perpignan42, tandis qu’en 1385, il prête les orgues placées au sol de celle du palais de Barcelone à la cathédrale qui n’en avait pas43. La première ordonnance concernant l’usage de l’orgue dans la chapelle royale ne semble cependant dater que du règne du cadet des fils de Pierre IV et d’Éléonore de Sicile, Martin Ier (1396-1410), qui comme Jean Ier, son frère et prédécesseur sur le trône (1387-1396), développa grandement sa chapelle musicale44.

  • 45 Ord., p. 143-146.
  • 46 Ibid., p. 234-236.
  • 47 Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 191-192. Aladjidi P., Le Roi, père des pauvres (...)
  • 48 Les ordonnances royales prévoyaient la nomination de deux aumôniers mais Altisent A., L’almoina re (...)
  • 49 Respectivement ACA, RP, MR 816, fol. 76 vo, 96 ro, 110 ro, 114 ro ; 458 fol. 32 ro et 817, fol. 15 (...)
  • 50 Aparici Carbo, ajudant de la almoyna de novembre 1350 à décembre 1351 (ACA, RP, MR 459, fol. 50 vo(...)

17Ce tableau du personnel de la chapelle réginale ne saurait être complet sans mention de l’aumônier de la reine et de ses assistants. Leur fonction principale – distribuer et administrer les aumônes – n’est pas de faire vivre la liturgie ni d’animer la chapelle, mais ils doivent pouvoir remplacer et assister les chapelains dans la célébration des messes et la récitation des heures45. Conformément aux ordonnances royales, les comptes du trésorier d’Éléonore de Sicile attestent le versement d’aumônes monétaires et vestimentaires aux pauvres, à de nombreuses institutions religieuses, ainsi qu’aux 13 pauvres femmes envers lesquelles la reine se soumet au rituel du mandamentum ou mandé le Jeudi Saint46. Comme son époux et ses homologues français, anglais ou encore castillans, Éléonore reproduit donc ce geste liturgique fort qui témoigne de l’influence de la spiritualité franciscaine sur la Maison d’Aragon47. Deux titulaires se succèdent à l’office d’aumônier durant ses 26 ans de règne, après avoir auparavant été chapelains de Pierre IV48 : frère Lop de Vaylo, nommé dès le 31 août 1349, puis à partir de la fin de l’année 1354, frère Nicholau Aragonès, originaire de Santes Creus49. Ils bénéficient de l’assistance d’un ajudant de la almoyna, puis à partir de 1367 de deux escolans de la capellà per servir l’almoyna50.

  • 51 Le capellà major de la reine, Romeu Guerau séjourne par exemple pendant deux mois en Avignon per a (...)
  • 52 Bien qu’on ne puisse les comparer exactement pour les mêmes années (ACA, RP, MR 901, fol. 162 ro-1 (...)

18Les membres de la chapelle d’Éléonore sont assez assidus à son service et certains se voient confier des missions diplomatiques pour son compte51. Je ne peux cependant évaluer la part des effectifs de cette petite chapelle qui se déplace réellement avec la reine itinérante. On peut en revanche souligner que leur rémunération ordinaire, sous forme de gages et de somme forfaitaire annuelle versée pour leur livrée (drets de vestir), est à peu près équivalente à celle perçue par les hommes de la chapelle du roi52.

19Dans l’état actuel des recherches, il est plus délicat de comparer la composition des trésors de leur chapelle respective.

Le trésor de la chapelle d’Éléonore de Sicile

  • 53 Sur les chapelles auliques de Pierre IV et leur mobilier, voir Español F., « Calendario litúrgico  (...)

20Les archives donnent de nombreuses preuves d’acquisition par la reine de livres, de linge, de vêtements, d’objets, d’ornements liturgiques et de reliques qui composent le trésor de sa chapelle53.

  • 54 Avec parfois mention du nombre de capitales enluminées ou fleuries, de scènes historiées, du nombr (...)

21Par l’intermédiaire de son grand chapelain, elle se procure des livres liturgiques et de dévotion, très majoritairement composés sur parchemin et enluminés54. Éléonore fait surtout travailler des artisans barcelonais et l’un des hommes de son Hôtel, un certain Vidal Prader, scrivà de letra redona qui porte aussi le titre d’Illuminador de casa de la reyna.

  • 55 Selon l’inventaire évoqué. Trenchs Òdena J., Mandigorra Llavata M. L., « La capilla de Pedro el Ce (...)
  • 56 Rubió A., op. cit, t. 1, p. 148, doc. 146.
  • 57 ACA, RP, MR, 459 fol. 58 ro. Un quatrième est relié en septembre 1360, Rubió A., op. cit., t. 2, n(...)
  • 58 Trenchs J., op. cit., p. 277, doc. 966.
  • 59 Rubió A., op. cit, t. 2, p. 124-125, doc. 125 et no 3, p. 124. Trenchs J., op. cit., p. 299, doc. (...)
  • 60 Trenchs J., op. cit., p. 417, doc. 1622 et ACA, RP, MR 504, fol. 110 ro.
  • 61 Rubió A., op. cit, t. 2, no 2, p. 124, p. 156, doc. 156, p. 159, doc. 161. Trenchs J., op. cit., p (...)
  • 62 Payée en septembre 1351 (Rubió A., op. cit, t. 2, p. 93, doc. 97).
  • 63 Elle le fait relier en août 1374. Il relève de son « archiu de les joyes », sous la garde du chamb (...)
  • 64 Il le commande en 1367 mais sa livraison traine jusqu’en 1372 (Rubió A., op. cit, t. 1, p. 215-216 (...)

22Les 25 ouvrages « religieux » que j’ai recensés n’offrent sûrement qu’une image partielle de la « bibliothèque » de la chapelle réginale. 12 d’entre eux sont reçus ou commandés entre 1349 et 1353. La reine équipe alors vraisemblablement sa chapelle en ouvrages nécessaires à la célébration des messes et de l’office divin, avant de se fournir en livres de dévotion. Sa douzaine d’ouvrages liturgiques, à l’usage des chapelains, semble avant tout compiler le répertoire de plain-chant traditionnel. Ils sont aussi nombreux que ceux de la chapelle du roi en 135655. En janvier 1350, Éléonore fait par exemple acheter en Avignon un missel « ab cant de consueta romana », ainsi qu’un Livre d’office (Officier) et un premier Sanctoral56. En 1352 ce sont deux autres Livres d’office qui rejoignent son trésor, dont l’un pour l’office de la fête du Corpus57. En 1353, son grand chapelain achète un second Sanctoral, un Responser (livre de chœur compilant les chants alternativement chantés par le chœur et un soliste) et un Dominical58. À partir d’avril 1356, elle fait enluminer un Hymnaire59. En 1374, deux bréviaires de la reine sont enfin documentés60. Parmi les ouvrages dédiés à la dévotion personnelle d’Éléonore, on compte trois psautiers et pas moins de cinq livres d’heures, tous enluminés, dont quatre dits « de sainte Marie » sont achetés entre 1352 et 135661. Sa bibliothèque religieuse serait enfin très réduite et dépourvue de littérature hagiographique ou morale, si l’on s’en tient aux trois ouvrages recensés : une Vie des Pères62, un livre de commentaires bibliques (Exposicions dels evangelis)63 et un manuel de conversation pour clercs et prédicateurs, la Summa colleccionum, plus connu sous le titre de Summa collationum ou Comuniloquium du théologien franciscain gallois Jean de Galles. Le roi Pierre IV le fait traduire pour son épouse en demandant à ce que les caractères y soient plus gros que dans son propre exemplaire64.

  • 65 Un mémoire des travaux commandés par le roi l’évoque : « Item vol lo dit senyor [rey] quel dit Per (...)

23Ce nombre d’ouvrages, modeste mais non exhaustif, permet aux hommes de la chapelle royale de célébrer messes et liturgie des heures, et à la reine, si elle le souhaite, de se livrer à des oraisons dans l’intimité de sa chambre. Un lieu semble propice à cette démarche et doit bénéficier d’une partie du mobilier précieux acheté : il s’agit de son oratoire, une sorte d’alcôve voûtée ou une petite pièce dont on ne connaît ni la physionomie ni le décor, qui est aménagé en 1367 dans l’un des murs des appartements réginaux du Palau Reial Menor, alors construit à Barcelone pour Éléonore de Sicile65. Cet oratoire est à distinguer de l’espace spécifique occupé par la reine au sein des chapelles, que j’évoquerai par la suite.

  • 66 Rubió A., op. cit, t. 1, p. 262, doc. 911.
  • 67 Trenchs J., op. cit., p. 394, doc. 1514 et 1515.
  • 68 ACA, RP, MR 503, fol. 100 ro. Éléonore lègue à sa fille deux tabulae comportant cinq images en arg (...)
  • 69 Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 186.
  • 70 Deux retables de bois peint sont documentés en 1356 (Trenchs J., op. cit., p. 287, doc. 1012, 1014 (...)
  • 71 ACA, C, reg. 1567, fol. 113 vo. À sa mort, Éléonore lègue à son fils Martin le retable auquel Pere (...)
  • 72 Rubió A., op. cit, t. 2, p. 126, doc. 127.
  • 73 Ibid., p. 134, doc. 134. Sur l’identification des retables royaux conservés avec les trois retables (...)

24Pour ses oraisons, outre ses livres d’heures, la reine conserve sûrement dans ses appartements et voyage avec des images de dévotion et des objets dits eux aussi « oratoires ». C’est certainement le cas du « petit oratoire de bois », diptyque ou triptyque couvert à la feuille d’or et peint d’images de la Vierge et de figures d’anges pour l’achat duquel elle rembourse son grand chapelain en septembre 135166. Ce dernier veille aussi à faire entretenir et parfois à enrichir divers panneaux imagés (taules) de la chapelle réginale67. En 1374, il fait orner de huit émaux aux armes de la reine et de quatre fermoirs la bordure de deux panneaux d’argent comportant, d’une part, des images de Notre-Dame et de saint Jean, et d’autre part, de la Vierge Marie tenant le Christ dans ses bras68. Il est cependant difficile de savoir si ces objets étaient destinés à l’une de ses chapelles en particulier ou à ce que Francesca EspanÞol Bertran qualifie de capilla central, trésor non affecté à une chapelle précise, qui circule avec les souverains69. Cette incertitude concerne aussi la plupart des retables dont j’ai trouvé mention, œuvres de taille et de facture variées, parfois en bois peint ou en argent, rehaussées de pierres précieuses et d’émaux70. Éléonore met un tel objet en gage en juillet 1359 auprès d’un changeur de Barcelone : il était composé de cinq panneaux figurant, d’une part, l’Annonciation, la trahison de Judas et la Nativité du Christ avec dans le registre inférieur l’offrande des rois mages, et d’autre part, la Crucifixion avec dans le registre inférieur une image du Christ et de sainte Catherine ainsi que de la reine et de son fils aîné71. Deux retables de la reine sont en revanche précisément destinés à sa chapelle de l’Aljafería de Saragosse : en octobre 1358 elle prévoit d’y faire déplacer celui des Sept allégresses de la Vierge Marie72, tandis qu’en janvier 1361 le roi fait faire pour cette même chapelle réginale un retable dit de saint Georges73.

  • 74 Trois calices sont documentés de son vivant (ACA, RP, MR 459 fol. 42 ro et Trenchs J., op. cit., p (...)
  • 75 Elle paie la rénovation de deux d’entre eux en février 1372 (Trenchs J., op. cit., p. 394, doc. 15 (...)
  • 76 ACA, C, reg. 1566, fol. 56 vo-57 ro, citée par Deibel U., op. cit., p. 386, no 7. Elle s’en fait f (...)
  • 77 Ord., p. 203-234.

25Parmi les pièces d’orfèvrerie aux fonctions liturgiques, les archives d’Éléonore évoquent la fabrication, la rénovation ou le legs à ses enfants de plusieurs calices d’or ou d’argent, parfois avec patène74, de différents candélabres de cristal75 et de plusieurs croix orfévrées ou sculptées, dont une croix épiscopale en argent qu’elle se fait livrer d’Avignon en mai 135676. Mais ces objets devaient être bien plus nombreux et variés dans le trésor de sa chapelle (tels les ciboires, ostensoirs, burettes, navettes et autres encensoirs), pour satisfaire aux nécessités du culte et au décor savamment défini par les ordonnances royales77.

  • 78 Contrairement à son époux, Baydal V., « Santa Tecla, San Jorge y Santa Bárbara : Los monarcas de l (...)
  • 79 ACA, RP, MR 459 fol. 87 ro; 499, fol. 65 ro. Sur le cadeau du pontife, Rius Serra J., Miscelánea M (...)
  • 80 Gaude-Ferragu M., « Le prince et les restes saints : le culte des reliques à la Cour (1369-1416) » (...)
  • 81 ACA, C, reg. 1566, fol. 58 vo-59 ro. En mai 1356 elle attendait aussi de lui « altres reliquies de (...)

26On peut d’ailleurs s’étonner du nombre faible et imprécis de reliques et de reliquaires mentionnés dans les sources antérieurement à son testament du 12 juin 1374, et des rares démarches de la reine pour s’en procurer78. J’ai trouvé mention de deux custodies de cristal, de « deux candélabres et autres reliquaires » qu’elle fait orner ou réparer respectivement en juin 1351 et février 1372, ainsi que d’un tabernacle de la Vierge en vermeil et émaux, comportant un crucifix dans sa partie supérieure, dans lequel étaient déposées des reliques offertes par le pape lors du voyage royal en Avignon, en décembre 135579. Il est probable que ces reliquaires ne contenaient que des reliques mineures, car le nom des saints n’est pas précisé80. La reine d’Aragon possédait aussi depuis les années 1350 un fragment de la Vraie Croix conservé dans une croix d’or ornée de perles et de pierres précieuses ainsi qu’un fragment de la Couronne d’épine du Christ enchâssé dans une broche ou un médaillon reliquaire, tous deux offerts par le roi de France81. Son testament montre cependant que si Éléonore ne semblait pas chercher à tout prix leur accumulation, elle ne méprisait pas les reliques et vénérait plus particulièrement celles de la Passion.

  • 82 À cette condition, elle lègue à son époux sa croix d’or abritant un morceau de la Vraie Croix, off (...)
  • 83 Sur « l’aura supplémentaire », la sacralisation que confèrent ces reliques aux princes du sang, vo (...)
  • 84 ACA, C, reg. 1537, fol. 146 ro.
  • 85 ACA, C, reg. 1537, fol. 151 ro.
  • 86 La reine Marie de Castille les exposait alors « publiquement » dans ses chapelles, Serra A., op. c (...)
  • 87 Torra A., op. cit., p. 508, no 73.
  • 88 Fodale S., « Le reliquie del re Martino », Aspetti e momenti di storia della Sicilia (secc. IX-XIX (...)

27Les reliques offertes par le roi de France sont ainsi les seules nommément désignées qu’elle lègue à son époux et à ses fils et pour lesquelles elle veille à ce qu’elles demeurent perpétuellement dans la Maison d’Aragon82. Cela indique non seulement la dévotion christique de la reine, mais aussi sa volonté de profiter, comme les grands princes de son temps, du prestige de ces reliques, princières par excellence83. Selon ce même testament, son fils cadet et héritier universel, l’infant Martin – qui hérite aussi d’une statue d’ange portant un reliquaire de cristal contenant une relique de la Croix84 –, sa fille, l’infante Éléonore et les clarisses de Teruel devront se partager le reste des reliques de la chapelle mais ni leur nombre ni les saints concernés ne sont cités85. On ne sait d’ailleurs si le trésor de reliques d’Éléonore était affecté à l’une de ses chapelles en particulier pour y être exhibé lors de certaines fêtes solennelles86. Contrairement à ce qu’avait fait Marie de Navarre en 1347, elle ne prévoit pas de répartir après sa mort sa collection de reliques dans les différentes chapelles palatines87. Il est donc difficile de mesurer l’intérêt réel d’Éléonore de Sicile pour les reliques et l’importance de sa collection par rapport à la cinquantaine de pièces accumulées par son fils Martin dont le règne constituerait le moment culminant de la recherche des reliques88.

  • 89 L’infant Martin hérite de « illa vestimenta de velluto alba capelle nostre » ; l’infante Éléonore (...)
  • 90 ACA, RP, MR 459 fol. 81 ro, 86 ro ; 504, fol. 86 ro.
  • 91 ACA, RP, MR 459 fol. 78 ro ; 460, fol. 63 ro ; 499, fol. 65 ro.
  • 92 Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 198.
  • 93 Quatre de ces draps sont en lin, le parement d’autel est en velours rouge (ACA, RP, MR 459, fol. 4 (...)
  • 94 ACA, RP, MR 459 fol. 54 vo ; 489, fol. 86 ro ; « I drap en lo qual és la figura de papa Urbà qui e (...)
  • 95 Costa R., op. cit., p. 94-104. « al officis dells [uxers d’armes] encara pertany que quant los div (...)

28Le trésor de la chapelle d’Éléonore se compose aussi d’une riche collection de vêtements liturgiques, de linges d’autel et d’ornements qu’elle partage d’ailleurs soigneusement entre ses héritiers89. Les comptes mentionnent de nombreux vêtements sacerdotaux (chasubles, étoles, manipules90) et cléricaux (dalmatiques, surplis, chapes ou tuniques91), dont la matière et la couleur sont à mettre en relation avec les prescriptions des ordonnances royales qui déterminent les vêtements et ornements à exhiber en fonction du calendrier liturgique92. De nombreux achats concernent le linge d’autel et d’ornement pour la chapelle réginale. Rien qu’en 1351, la reine se procure cinq nappes (draps d’altar) et un parement d’autel (drap de frontal)93. Pour la parure de sa chapelle elle fait ensuite acheter quatre draps dits de paret, c’est-à-dire des tentures précieuses, dont l’une, évoquée en 1373, destinée à la chapelle de son palais barcelonais, représente la figure du pape Urbain94. Sont aussi documentés quatre rideaux de la chapelle réginale, dont je suppose, suivant les analyses de Rita Costa Gomes et le témoignage des ordonnances, qu’ils avaient pour fonction d’isoler Éléonore en son sein lorsqu’elle écoutait la messe, d’y ménager un espace clôt, un petit oratoire séparé du reste des laïcs et des clercs95.

  • 96 Depuis l’indulgence conférée par Urbain V en 1364, Lettres communes d’Urbain V, op. cit., no 01170 (...)
  • 97 Costa R., op. cit., p. 95, « The palatine chapels, as ceremonial spaces of the court, were not exc (...)
  • 98 Silleras N., op. cit., p. 115-117. Sur certains de ces aspects, voir Roebert S., « Leonor de Sicil (...)
  • 99 Costa R., op. cit., p. 79.

29Grâce à ce petit groupe de clercs et à ses dépenses pour la liturgie et la foi, Éléonore de Sicile pouvait donc assister quotidiennement à la messe, dans la chapelle de ses différents palais et lieux de résidence, et y bénéficier des sacrements en compagnie de ses familiers et domestiques96. Bien qu’on ne connaisse pas l’intensité de sa dévotion, il est probable qu’elle y suivait parfois les offices, dont ceux de vêpres et de matines, les jours de fêtes solennelles, quand elle ne priait et ne méditait pas dans ses propres appartements. La documentation consultée, majoritairement comptable, n’accorde pas non plus de place aux membres laïcs de l’entourage réginal au sein de la chapelle, ni n’offre d’éléments sur les célébrations et cérémonies royales qui devaient s’y dérouler97. Elle ne permet guère d’aller beaucoup plus loin dans l’analyse du rôle de la chapelle dans la piété de la reine et « la manifestation institutionnelle de ses goûts religieux particuliers », d’autant qu’ils s’expriment aussi par la fréquentation d’autres églises desservies par leur clergé ordinaire, par des pèlerinages, par la commande de prières et de messes, la fondation de chapellenies et d’établissements religieux ainsi que par de nombreuses aumônes et dons98. On peine donc encore à voir dans cette chapelle le deuxième cœur religieux de la Cour, à « illuminer » à travers elle, selon l’expression de Rita Costa Gomes, « certains des mécanismes à travers lesquels la royauté médiévale était construite99 ». On peut néanmoins raisonnablement supposer que la souveraine veillait tout particulièrement à l’image de son pouvoir qui s’y exprimait et faisait pour cela respecter la pompe prescrite dans les ordonnances de son époux.

Notes

1 Español Bertran F., Els escenaris del rei. Art i monarquia a la Corona d’Aragó, Manresa, Angle, 2001.

2 Ibid., p. 9-24 ; Español F., « Calendario litúrgico y usos áulicos en la Corona de Aragón bajomedieval : arquitectura y ornamenta », Studium Medievale, no 2, 2009, p. 187. Muñoz Párraga M. del C., « Las capillas palatinas », Bango Torviso I. (dir.), Maravillas de la España medieval : Tesoro sagrado y monarquía, Valladolid, Junta de Castilla y León – Caja EspanÞa, 2001, t. 1, p. 55-62. Sur les cas perpignanais et majorcain : Kersher G., Architektur als Repräsentation. Spätmittelalterliche Palastbaukunst zwischen Pracht und zeremoniellen Voraussetzungen : Avignon, Mallorca, Kirchenstaat, Tübingen-Berlin, Wasmuth, 2000, p. 245-246, 280-281 ; Catafau A., Passarius O., Un palais dans la ville, vol. 1 : Le palais des rois de Majorque à Perpignan, Perpignan, Trabucaire, 2014, passim. Sur le cas valencien : Serra Desfílis A., « Cort e Palau del Rei. The Real Palace of Valencia in the medieval epoch », Imago temporis : medium Aevum, no 1, 2007, p. 125-126.

3 Miquel Juan M., « La capilla palatina de la Cartuja de Valldecrist (Valencia) (1395-1400) », Jiménez Alcázar J. F., Ortuño Molina J., Soler Milla J. L. (dir.), Actas II simposio de jóvenes medievalistas (Lorca 2004), Murcie, Universidad de Murcia, 2006, p. 179-191.

4 Fleckenstein J., Die Hofkapelle der Deutschen Könige, Stuttgart, A. Hiersemann, 1959, vol. 1, p. 14-43. D. Nogales Rincón propose une riche analyse des différentes réalités de la chapelle royale castillane au Bas-Moyen Âge dans La representación religiosa de la monarquía castellanoleonesa : la capilla real (1252-1504), thèse de doctorat inédite soutenue en 2009 à l’université Complutense de Madrid sous la direction de J. M. Nieto Soria.

5 Costa Gomes R., « The royal chapel in Iberia: Models, Contacts and Influences », The Medieval History Journal, no 12/1, 2009, p. 83.

6 Gubern R., Epistolari de Pere III, Barcelone, Ed. Barcino, 1955, vol. 1, p. 47. La bibliographie sur cette reine est ancienne, Deibel U., « La Reyna Elionor de Sicilia », Sobiranes de Catalunya. Recull de monografíes històriques, Barcelone, Fundació Concepció Rabell y Cibils, 1928, p. 350-453. Son rôle politique fait l’objet d’une thèse en cours de Sebastian Roebert, de l’université de Leipzig.

7 Earenfight T., « Absent Kings: Queens as Political Partners in the Medieval Crown of Aragon », Earenfight T. (dir.), Queenship and political power in medieval and early modern Spain, Aldershot, Ashgate, 2005, p. 32-52. Silleras Fernández N., Power, Piety and Patronage in Late Medieval Queenship: Maria de Luna, New York, Palgrave Macmillan, 2008, p. 1.

8 Archivo de la Corona de Aragón [désormais ACA], Real Patrimonio [RP], Maestre Racional [MR] 458 à 505. J’y ai effectué des sondages à intervalle régulier entre 1349 et 1375. Anglada Cantarell M., Fernández Tortadés M. À., Petit Cibiriain C., Els quatre llibres de la reina Elionor de Sicilia a l’Arxiu de la Catedral de Barcelona, Barcelone, Fund. Noguera, 1992. On ne connaît pas de comptes des chapelains aragonais, contrairement au cas français étudié par Anheim É., « La chapelle du roi de France du milieu du XIIIe à la fin du XIVe siècle », Gaude-Ferragu M., Laurioux B., Paviot J. (dir.), La Cour du Prince. Cour de France, cours d’Europe, XIIe-XVe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 403-404.

9 Respectivement ACA, Cancillería [C], reg. 1564 (années 1349 à 1368) et ACA, RP, MR 901 (mois de décembre 1366 à février 1371). Les 900 et 902 ne sont pas consultables. Sur ces archives, voir Beauchamp A., Sáiz Serrano J., « En ració de Cort. Fuentes e imágenes de la corte del rey de Aragón desde la actividad del Escrivà de ració (siglos XIV-XV) », Mélanges de la Casa de Velázquez, no 45/2, 2015, p. 51-68.

10 Rubió y Lluch A., Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 1908-1921, 2 vol. et Trenchs Òdena J., Documents de cancelleria i de mestre racional sobre la cultura catalana medieval, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 2011. Tous deux recensent aussi et publient, bien que partiellement, de nombreux documents extraits des archives comptables. Vingt-huit registres originaux de la chancellerie d’Éléonore sont encore conservés.

11 Données en cours de publication au sein du projet The Last Song of the Troubadours [http://icalia.es/troubadours/ca/diplomatori]. Je remercie chaleureusement Stefano Maria Cingolani.

12 Ordinacions de la Casa i Cort de Pere el Ceremoniós [ci-après : Ord.], Gimeno F., Gozalbo D., Trenchs J. (éd.), Valence, Universitat de València-Academia Valenciana de la Llengua, 2009, p. 137-146 et 203-236. Beauchamp A., « Les Ordinacions de la Casa i Cort de Pierre IV d’Aragon et le nombre des serviteurs royaux », Beauchamp A. (dir.), Les serviteurs du prince à la fin du Moyen Âge. Une approche quantitative, Madrid, Casa de Velázquez, 2013, p. 43-56.

13 Vers 1356 puis au début de 1357 Pierre IV commande une copie du manuscrit des Ordinacions au chantre de sa chapelle Eiximèn de Montreal afin qu’il la livre à la reine (Rubió A., op. cit, t. 1, p. 182-183, doc. 179-180. Trenchs J., op. cit., p. 297, doc. 1056-1057). Sur l’application des Ordinacions à la chapelle de María de Luna, voir Silleras N., op. cit., p. 117.

14 Quarante-deux clercs dont le confesseur, qui ne fait pas strictement partie de la chapelle mais peut remplacer les chapelains absents lors des offices divins (Ord., p. 137). Deux frères prêcheurs, Arnau Batlle et Nicholau de Termes, sont successivement confesseurs.

15 Au 4e trimestre des années suivantes les effectifs recensés sont de : 6 en 1349, 11 en 1354, 11 en 1357, 7 seulement en 1361, 11 en 1366, 12 en 1370 et 12 en 1374.

16 Ord., p. 138-140.

17 Ord., p. 140-141. On ne conserve pas d’inventaire des biens de la chapelle d’Éléonore, contrairement à celui de Pierre IV, dressé en 1356 par le chapelain Guillem Vaya (Rubió A., op. cit., t. 2, p. 112-117, doc. 118 ; sa cote actuelle est ACA, RP, MR 943, fol. 173 ro-188 vo).

18 Le roi obtient en 1345 du pape le privilège de nommer jusqu’à douze chapelains, mais il n’en a que six, assistés de deux acolytes (Mutgé Vives J., « Pere el Cerimoniós (1336-1387) i la capella de Barcelona », La ciutat i el seu territori, dos mil anys d’història. Actes del III Congrès d’Història de Barcelona, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 1993, vol. 1, p. 209).

19 Lettres communes d’Urbain V, Ut per litteras apostolicas Online, Brepolis, 2014, no 025030.

20 Ord., p. 141-143.

21 ACA, RP, MR 458, fol. 37 ro.

22 ACA, RP, MR 816, fol. 53 ro, 62 vo, 102 ro, 120 ro, 129 vo et 459 fol. 41 ro.

23 ACA, C, reg. 1564, fol. 29 ro; RP, MR 489, fol. 90 ro.

24 ACA, C, reg. 1564, fol. 29 ro.

25 Les ordonnances royales prévoient et anticipent les absences des serviteurs de l’Hôtel, Beauchamp A., loc. cit., p. 49-52.

26 Leur existence est à mettre en relation avec les chapelains d’honneur des papes, Guillemain B., « Les chapelains d’honneur des papes d’Avignon », Mélanges d’archéologie et d’histoire, no 64, 1952, p. 217-238.

27 Gómez Muntané M. C., La música en la Casa Real Catalano-Aragonesa durante los años 1336-1442 : historia y documentos, Barcelone, Bosch, 1979, t. 1, p. 12-13. Voir aussi Descalzo A., « La música en la corte de Pedro IV “el Ceremonioso” », Acta Historica et Archeologica Mediaevalia, no 11-12, 1990-1991, p. 401-419. Les recherches sur ce sujet sont répertoriées par Anheim É., « Diffusion et usages de la musique polyphonique mesurée (ars nova) (France du midi, nord de l’Espagne et de l’Italie, 1340-1430) », Cahiers de Fanjeaux, no 35, 2000, p. 287-332.

28 Gómez M. C., op. cit., p. 83-86 et La música medieval en España, Cassel, Reichenberger, 2001, p. 231-233.

29 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 86-88.

30 López de Osaba P. (dir.), Historia de la música española. 1. Desde los orígenes hasta el « ars nova », Madrid, Alianza, 1983, p. 334.

31 Johan de Castellnou, qui avait auparavant servi le roi, est gagé comme cabiscol de la reine de juin 1350 à octobre 1354 (ACA, RP, MR 459, fol. 85 ro, 93 ro ; 460, fol. 58 ro ; 464, fol. 58 vo, 88 ro ; 466, fol. 27 vo, 32 ro, 37 ro, 47 ro ; 816, fol. 125 ro ; 900, fol. 127 vo, 136 vo). Gómez M. C., La música medieval, op. cit., p. 232 évoque la proposition de certains chercheurs de l’assimiler au troubadour homonyme († 1355) membre du consistoire du Gay Savoir de Toulouse vers 1341, auteur de traités en prose et de poésies qui le lient à la cour aragonaise et d'un traité de grammaire occitane. Jean Cossart, déjà chantre de la chapelle, le remplace ensuite de juin 1357 à décembre 1363 (ACA, RP, MR 471, fol. 51 vo, 86 ro ; 472, fol. 57 vo, 80 vo ; 473, fol. 51 ro, 69 ro, 82 ro ; 474, fol. 56 vo, 82 vo ; 475, fol. 69 vo ; 476, fol. 57 ro, 89 vo ; 478, fol. 59 ro, 95 vo ; 480, fol. 62 ro, 89 vo ; 481, fol. 60vo ; 483, fol. 110 ro) ; entre 1359 et 1362, Boniface de Chartres, chapelain et chantre, puis cabiscol du roi, apparaît aussi comme cabiscol de la reine (ACA, RP, MR 475, fol. 49 ro, 65 vo ; 481, fol. 80 vo ; 818, fol. 141 vo, 169 ro). Le chapelain Assensi Bataller, actif depuis le 19 janvier 1366, devient à son tour cabiscol le 1er novembre 1368 jusqu’au décès de la souveraine en avril 1375 (ACA, RP, MR 488, fol. 88 ro ; 493, fol. 70 ro, 99 ro ; 901, fol. 91 vo, 103 vo ; ACA, C, reg. 1564, fol. 28 ro).

32 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 88.

33 Chapelain nommé le 30 avril 1362 (ACA, C, reg. 1564, fol. 28 vo), Bernat Cabestany est chantre de la reine de juin 1363 à février 1374, mais semble souvent absent (ACA, RP, MR 483, fol. 70 vo ; 503, fol. 69 vo). Renaud de Oden, auparavant chapelain et chantre du roi, est actif à partir de juillet 1372 (ACA, C, reg. 1564, fol. 29 vo ; ACA, RP, MR 820, fol. 1 ro-vo).

34 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 85 et 87. Aucun des chantres de la reine n’est recensé parmi ceux des cardinaux et pontifes avignonnais étudiés par Guillemain B., La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, De Boccard, 1962, p. 261-263 et 360-372.

35 ACA, RP, MR 468, fol. 92 ro ; 469, fol. 42 vo.

36 Chantre à partir du 5 novembre 1355 (ACA, C, reg. 1564, fol. 27 vo). Lettres communes d’Urbain V, op. cit., no 003192.

37 Anheim É., « Diffusion et usages de la musique polyphonique », loc. cit., p. 300. Voir par exemple, outre le cas Johan de Castellnou déjà évoqué, celui de Bernat de Cabestany, prêtre bénéficié à Majorque (Lettres communes d’Urbain V, op. cit., no 001182, 001836, 003877, 003878, 007065).

38 Comme cela semble être le cas pour les chantres des ducs de Bourgogne au XVe siècle, Fiala D., « La cour de Bourgogne et l’histoire de la musique », Paravicini W. (dir.), La cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, Ostfildern, Thorbecke, 2013, p. 393.

39 Contrairement à l’affirmation de Gómez M. C., La música medieval, op. cit., p. 232. En 1372, ledit Vincent de Flandres est désigné comme ménestrel de l’archevêque de Saragosse (ACA, RP, MR 473, fol. 71 vo, 82 ro ; 474, fol. 91 ro ; 475, fol. 89 ro ; 499, fol. 56 ro).

40 Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 86.

41 Ibid., p. 86 et p. 196, doc. 219. Gilet le Gay, joglar d’orgues allemand est membre de l’Hôtel du roi au moins de 1347 à 1358, sans mention d’éventuelles prestations pour la chapelle. À l’automne 1372, le roi rémunère Bernat de Portugal, maestre de fer e de tocar òrguens de casa del senyor rey (ACA, RP, MR 820, fol. 32 ro-32 vo).

42 ACA, C, reg. 1347, fol. 76 vo.

43 Cette mention de leur localisation laisse supposer que le roi en possédait d’autres (ACA, C, reg. 1291, fol. 3 ro. Gómez M. C., La música en la Casa Real, op. cit., p. 198, doc. 222).

44 Gómez M. C., La música medieval, op. cit., p. 237.

45 Ord., p. 143-146.

46 Ibid., p. 234-236.

47 Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 191-192. Aladjidi P., Le Roi, père des pauvres. France, XIIIe-XVesiècle, Paris, PUR, 2008, p. 319-354.

48 Les ordonnances royales prévoyaient la nomination de deux aumôniers mais Altisent A., L’almoina reial a la cort de Pere el Ceremoniós : estudi i edició dels manuscrits de l’almoiner Fra Guillem Deudé Monjo de Poblet (1378-1385), Abadia de Poblet, 1969, montre l’écart fréquent entre les normes et la pratique royale.

49 Respectivement ACA, RP, MR 816, fol. 76 vo, 96 ro, 110 ro, 114 ro ; 458 fol. 32 ro et 817, fol. 156 ro.

50 Aparici Carbo, ajudant de la almoyna de novembre 1350 à décembre 1351 (ACA, RP, MR 459, fol. 50 vo, 86 ro, 96 vo, 59 vo, 79 ro). Nicolau Miracapilli, ajudant de mars 1356 à novembre 1357 (ACA, RP, MR 471, fol. 82 vo ; 472, fol. 59 ro, 80 ro). Un homonyme est nommé escolà de la capellà per servir l’almoyna avec Barthomeu Castellar le 28 décembre 1367 (ACA, C, reg. 1564, fol. 29 ro).

51 Le capellà major de la reine, Romeu Guerau séjourne par exemple pendant deux mois en Avignon per affers de la Cort, à la fin de l’année 1366 et au début de 1367 (ACA, RP, MR 901, fol. 9 vo).

52 Bien qu’on ne puisse les comparer exactement pour les mêmes années (ACA, RP, MR 901, fol. 162 ro-169 ro : rémunération des serviteurs de la reine de décembre 1370 à février 1371 ; ACA, RP, MR 820, fol. 1 ro-6 ro pour ceux du roi de mai à août 1372). Le capellà major comme l’aumônier de la reine perçoivent ordinairement une quitació de 3 sous de Barcelone par jour, comme l’aumônier du roi ; les chapelains de la reine ont 2 sous par jour, ceux du roi 2 ou 3 sous ; les chantres de la reine ont 2 sous, ceux du roi 3 sous. Pour la livrée annuelle, en 1351, l’aumônier du roi perçoit 340 sous (pas d’élément pour celui de la reine), le capellà major, les capellans et le cabiscol de la reine perçoivent 300 sous, comme les capellans et le cabiscol du roi ; ses chantres touchent 150 sous (on n’en connaît pas pour la reine à cette date) ; les escolans du roi comme de la reine ont 150 sous ; l’ajudant de la almoyna de la reine 80 sous (ACA, RP, MR 459, fol. 92 ro-98 ro et 817, fol. 185 vo-189 ro).

53 Sur les chapelles auliques de Pierre IV et leur mobilier, voir Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 193-201, ainsi que l’inventaire de 1356, déjà évoqué. Español F., « El tesoro Sagrado de los reyes en la Corona de Aragón », Bango Torviso I. (dir.), op. cit., t. 1, p. 271, souligne la « versatilité du trésor dans sa composition », puisqu’il est mis en gage, fondu et nombre des pièces sont vendues, à l’exception des reliques. Idoate F., « Inventario de los bienes de la reina dona María esposa de Pedro IV, rey de Aragón », Principe de Viana, no 8, 1947, p. 433-435 et inventaire de ses reliques, Rubió A., op. cit., t. 2, p. 89-90, doc. 92.

54 Avec parfois mention du nombre de capitales enluminées ou fleuries, de scènes historiées, du nombre de caractères. En novembre 1367, Arnau de la Pena, « illuminador de llibres de Barcelona », est rémunéré pour les « XI dotzenes de pergamins de cabrit rases […] IX lletres apellades capitals, et IVM lletres poques et V lletres apellades comuns » d’un psautier pour la reine (ACA, RP, MR 490, fol. 91 vo. Trenchs J., op. cit., p. 365, doc. 1377).

55 Selon l’inventaire évoqué. Trenchs Òdena J., Mandigorra Llavata M. L., « La capilla de Pedro el Ceremonioso (1356) : sus libros », Boletín de la Sociedad Castellonenses de Cultura, no 63, 1987/4, p. 581-607.

56 Rubió A., op. cit, t. 1, p. 148, doc. 146.

57 ACA, RP, MR, 459 fol. 58 ro. Un quatrième est relié en septembre 1360, Rubió A., op. cit., t. 2, no 2, p. 124. Trenchs J., op. cit., p. 321, doc. 1173.

58 Trenchs J., op. cit., p. 277, doc. 966.

59 Rubió A., op. cit, t. 2, p. 124-125, doc. 125 et no 3, p. 124. Trenchs J., op. cit., p. 299, doc. 1066 et p. 301-302, doc. 1083.

60 Trenchs J., op. cit., p. 417, doc. 1622 et ACA, RP, MR 504, fol. 110 ro.

61 Rubió A., op. cit, t. 2, no 2, p. 124, p. 156, doc. 156, p. 159, doc. 161. Trenchs J., op. cit., p. 307, doc. 1108, p. 308, doc. 1112, p. 365, doc. 1377. Elle lègue l’un de ses psautiers à l’infant Martin (ACA, C, reg. 1537, fol. 145 vo. Deibel U., op. cit., p. 423).

62 Payée en septembre 1351 (Rubió A., op. cit, t. 2, p. 93, doc. 97).

63 Elle le fait relier en août 1374. Il relève de son « archiu de les joyes », sous la garde du chambellan (Rubió A., op. cit, t. 2, p. 174, doc. 185).

64 Il le commande en 1367 mais sa livraison traine jusqu’en 1372 (Rubió A., op. cit, t. 1, p. 215-216, doc. 221 et p. 243, doc. 253).

65 Un mémoire des travaux commandés par le roi l’évoque : « Item vol lo dit senyor [rey] quel dit Pere Martí liure […] tota aquella teula e fusta que sia necessaria a cobrir lo mur qui es dela dita torre tro al oratori quel dit senyor vol que sia fet a obs de la dita senyorya, en lo dit mur devant la torre redona negra […]. E que li [--] I arch estaça e Ia estalada de pedra que seran a la entrada del dit oratori » (ACA, C, reg. 1217, fol. 72 vo-73 ro) – c’est moi qui souligne. Adroer i Tasis A. M., « El palau de la reina Elionor : un monument desaparegut », Lambard. Estudis d’art medieval, no 6, 1991-1993, p. 247-264.

66 Rubió A., op. cit, t. 1, p. 262, doc. 911.

67 Trenchs J., op. cit., p. 394, doc. 1514 et 1515.

68 ACA, RP, MR 503, fol. 100 ro. Éléonore lègue à sa fille deux tabulae comportant cinq images en argent (ACA, C, reg. 1537, fol. 146 ro).

69 Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 186.

70 Deux retables de bois peint sont documentés en 1356 (Trenchs J., op. cit., p. 287, doc. 1012, 1014). Entre novembre 1355 et juin 1356 – et depuis janvier 1354 ? – Tibalt Pitança, argenter de Xalta en Campanie, travaille à Perpignan à la fabrication d’un coûteux retable en argent pour la reine (ACA, C, reg. 1565, fol. 141 vo ; 1566, fol. 1 ro, 38 vo, 54 vo, 58 ro-58 vo, 60 ro, 65 ro. Rubió A., op. cit, t. 2, p. 108-109, doc. 115 ; ACA, RP, MR 469, fol. 41 ro, 41 vo, 60 ro, 75 ro, 77 vo, 79 ro, 87 ro).

71 ACA, C, reg. 1567, fol. 113 vo. À sa mort, Éléonore lègue à son fils Martin le retable auquel Pere Bernes, orfèvre de son Hôtel, travaillait. Il comprenait deux panneaux comportant chacun cinq images, des saints d’une part et de la Vierge d’autre part (ACA, C, reg. 1537, fol. 146 ro).

72 Rubió A., op. cit, t. 2, p. 126, doc. 127.

73 Ibid., p. 134, doc. 134. Sur l’identification des retables royaux conservés avec les trois retables d’argent qui doivent trouver place sur l’autel des chapelles palatines selon les ordonnances de 1344, voir Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 194-201.

74 Trois calices sont documentés de son vivant (ACA, RP, MR 459 fol. 42 ro et Trenchs J., op. cit., p. 417, doc. 1622). Trois calices sont évoqués dans son testament (ACA, C, reg. 1537, fol. 145 vo, 150 vo).

75 Elle paie la rénovation de deux d’entre eux en février 1372 (Trenchs J., op. cit., p. 394, doc. 1514, 1515) et en lègue plusieurs par testament à sa fille (ACA, C, reg. 1537, fol. 150 vo).

76 ACA, C, reg. 1566, fol. 56 vo-57 ro, citée par Deibel U., op. cit., p. 386, no 7. Elle s’en fait fabriquer une à pied d’argent vers avril 1374 (Trenchs J., op. cit., p. 417, doc. 1622) et lègue à sa fille la croix d’ivoire de sa chapelle (ACA, C, reg. 1537, fol. 150 vo). Sur les commandes françaises des rois d’Aragon, voir Español F., « Artistas y obras entre la Corona de Aragón y el reino de Francia », Cosmen Alonso M. C., Herráez Ortega M. V., Pellón Gómez-Calcerrada M. (dir.), El intercambio artístico entre los reinos hispanos y las cortes europeas en la Baja Edad Media, León, Universidad de León, 2009, p. 253-294.

77 Ord., p. 203-234.

78 Contrairement à son époux, Baydal V., « Santa Tecla, San Jorge y Santa Bárbara : Los monarcas de la Corona de Aragón a la búsqueda de reliquias en Oriente (siglos XIV-XV) », Anaquel de Estudios Árabes, no 21, 2010, p. 157-161. Torra A., « Reyes, santos y reliquias. Aspectos de la sacralidad de la monarquía catalano-aragonesa », xv Congreso de Historia de la Corona de Aragón (Jaca 1993), Saragosse, Gobierno de Aragón, 1996, t. 1, vol. 3, p. 493-517. Dans l’inventaire des biens de la chapelle de Pierre IV de 1356, déjà cité, le trésor d’orfèvrerie ne compte que quatre reliquaires.

79 ACA, RP, MR 459 fol. 87 ro; 499, fol. 65 ro. Sur le cadeau du pontife, Rius Serra J., Miscelánea Mons. José Rius Serra, San Cugat, Abadía de San Cugat del Vallés, 1964, p. 183, doc. 2, cité par Español F., « Artistas y obras », no 28, p. 257. En juin 1365, le chambellan de la reine achète un reliquaire d’or pour sa Chambre (Anglada A. et al., op. cit., p. 125).

80 Gaude-Ferragu M., « Le prince et les restes saints : le culte des reliques à la Cour (1369-1416) », Gaude-Ferragu M. et al. (dir.), op. cit., p. 385-386.

81 ACA, C, reg. 1566, fol. 58 vo-59 ro. En mai 1356 elle attendait aussi de lui « altres reliquies de alscuns sanctes ».

82 À cette condition, elle lègue à son époux sa croix d’or abritant un morceau de la Vraie Croix, offerte par le roi de France (ACA, C, 1537, fol. 143 ro-vo). Il en hérite bien puisqu’en 1379, elle figure dans son dernier testament (Udina i Abelló A., Els testaments dels comtes de Barcelona i dels reis de la Corona d’Aragó, Barcelone, Fund. Noguera, 2001, p. 347, doc. 48).

83 Sur « l’aura supplémentaire », la sacralisation que confèrent ces reliques aux princes du sang, voir Gaude-Ferragu M., « Le prince et les restes saints », loc. cit., p. 396-398.

84 ACA, C, reg. 1537, fol. 146 ro.

85 ACA, C, reg. 1537, fol. 151 ro.

86 La reine Marie de Castille les exposait alors « publiquement » dans ses chapelles, Serra A., op. cit., p. 137.

87 Torra A., op. cit., p. 508, no 73.

88 Fodale S., « Le reliquie del re Martino », Aspetti e momenti di storia della Sicilia (secc. IX-XIX). Studi in memoria di Alberto Boscolo, Palerme, Accademia nazionale di scienze, lettere e arti, 1989, p. 121-135.

89 L’infant Martin hérite de « illa vestimenta de velluto alba capelle nostre » ; l’infante Éléonore reçoit « omnia vestimenta de velluto cum toto eorum apparatum […] diachoni e subdiaconi et altaris qui sunt in dicta capella nostra » (ACA, C, reg. 1537, fol. 145 vo, 149 ro).

90 ACA, RP, MR 459 fol. 81 ro, 86 ro ; 504, fol. 86 ro.

91 ACA, RP, MR 459 fol. 78 ro ; 460, fol. 63 ro ; 499, fol. 65 ro.

92 Español F., « Calendario litúrgico », loc. cit., p. 198.

93 Quatre de ces draps sont en lin, le parement d’autel est en velours rouge (ACA, RP, MR 459, fol. 41 ro, 54 vo, 81 ro ; 460, fol. 44 ro).

94 ACA, RP, MR 459 fol. 54 vo ; 489, fol. 86 ro ; « I drap en lo qual és la figura de papa Urbà qui està en la capella del palau de la dita senyora » (Rubió A., op. cit., t. 2, p. 171, doc. 179. Trenchs J., op. cit., p. 410, doc. 1589).

95 Costa R., op. cit., p. 94-104. « al officis dells [uxers d’armes] encara pertany que quant los divinals officis davant nos se dien […] prop la cortina del nostre oratori un dells defora estie » ; « volem ell [escolà de la almoyna] custòdia haver diligent de les curtines e altres apparellaments, los quals per lo seer e recoudar en nostre oratori ohén lo divinal offici sera ordenats » (Ord., p. 111, 142). C’est moi qui souligne.

96 Depuis l’indulgence conférée par Urbain V en 1364, Lettres communes d’Urbain V, op. cit., no 011707. Avant 1375, Éléonore aurait reçu, par bulle pontificale, le privilège de pouvoir entendre la messe, toutes portes ouvertes, en temps d’interdit (ACA, C, reg. 1742, fol. 93 ro. Roca J. M., « Johan I d’Aragó », Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, no 1, 1929, p. 194).

97 Costa R., op. cit., p. 95, « The palatine chapels, as ceremonial spaces of the court, were not exclusively used for religious rituals. Neither were the ceremonial events which involved the royal chapel, as a human configuration, only of a liturgical nature. » Un dépouillement systématique des archives de la chancellerie réginale renseignerait sûrement ces aspects.

98 Silleras N., op. cit., p. 115-117. Sur certains de ces aspects, voir Roebert S., « Leonor de Sicilia y santa Clara de Ternel : la fundación reginae de un convento de Clarisas y su primer desarrollo », Anvario de Estudios Medievales, no 44, 2014, p. 141-178.

99 Costa R., op. cit., p. 79.

Auteur

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Limoges, membre de l’EA 4270 CRIHAM. Spécialiste de l’histoire politique de la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, elle a récemment codirigé les dossiers monographiques Administrateurs et gestion des affaires curiales dans la Péninsule ibérique, e-Spania [En ligne], 20 (2015) et La sociedad cortesana en la P. Ibérica (s. xiv-xv), Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, 45 (2), 2015.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search