Version classiqueVersion mobile

La corvée des grands chemins au xviiie siècle

 | 
Anne Conchon

Chapitre III. Les corvéables au travail

Texte intégral

  • 1 Saint-Lambert J.-F. de, Saisons, Amsterdam, 1769.

« J’ai vu le magistrat qui régit ma province,
L’esclave de la cour et l’ennemie du prince,
Commander la corvée à de tristes cantons,
Où Cérès et la faim commandaient les moissons.
On avait consumé les grains de l’autre année ;
Et je crois voir encor la veuve infortunée,
Le débile orphelin, le vieillard épuisé,
Se traîner, en pleurant, au travail imposé.
Si quelque malheureux, languissant, hors d’haleine,
Cherchait un gazon frais, le bord de la fontaine,
Le piqueur inhumain qui préside au travail,
Leur vendait à prix d’or un moment de repos
Au milieu de l’atelier, jeune épouse penchée
sur son nourrisson malade
Elle entend du piqueur la voix triste et cruelle
Et retourne au travail où ce tyran l’appelle1. »

  • 2 A.D. Indre-et-Loire C 161. Ordonnances (18 octobre 1754 et 11 novembre 1754).
  • 3 A.N. H2 2116. Minute de la lettre circulaire (27 juin 1761).

1Après la distribution des tâches par l’ingénieur, l’intendant pouvait ordonner la réquisition des corvéables. Un mandement signé par lui était envoyé au syndic de chaque communauté pour lui signifier la quantité d’ouvrage à faire, la durée des travaux, le jour et l’endroit où les corvéables étaient convoqués. Sur cet ordre imprimé qui peut présenter quelques variantes locales, étaient portés à la main la direction de la route, le nom de la paroisse, la quantité de travail, le nombre de jours et la date de convocation de la première équipe2. Les contraintes liées à l’organisation saisonnière de la corvée impliquaient de respecter scrupuleusement un calendrier administratif. Tout retard risquait de compromettre la saison de corvées. L’intendant de Tours F.P. du Cluzel prescrivit ainsi aux subdélégués de publier les mandements dès le mois de janvier, de façon à prévenir les communautés suffisamment en avance de la nature des tâches qu’elles auraient à effectuer et de l’époque de la réception de l’ouvrage. Une semaine après la signification du mandement de l’intendant, le syndic devait à la date indiquée se rendre à l’atelier accompagné d’une équipe de corvéables3. C’est une fois arrivés sur place qu’ils prenaient connaissance des travaux à effectuer. Le sous-ingénieur ou son subalterne procédaient à la distribution des tâches et délivraient les consignes techniques. Le travail pouvait alors commencer.

2L’évaluation du travail à faire et les différentes prescriptions techniques qui préfigurent son organisation avant sa réalisation ne saurait rendre compte des tâches réellement effectuées et encore moins de l’appréciation subjective de la charge par les corvéables eux-mêmes. Il importe dès lors de prendre la mesure du travail au sens de l’activité des corvéables en se plaçant sur le site de la route ou de l’« atelier » qui désigne le tronçon de route auquel est affecté un ensemble de paroisses. Se situer à l’échelle du chantier et au cœur de l’exécution des ouvrages permet ainsi de se départir des mesures théoriques proposées par les ingénieurs et des discours idéologiques sur la corvée. Cette étude, au plus proche des situations concrètes et des processus de travail, vise à dépasser les visions prescriptives des instructions administratives, pour observer in situ le travail en train de se faire. Qu’est-ce que travailler à la corvée ? Les correspondances administratives, si elles éclairent les conditions et les relations de travail, ne disent rien en revanche d’éventuelles sociabilités qui peuvent se former sur les ateliers, ou encore de la coordination entre les ouvriers salariés et la main-d’œuvre corvéable. Ces sources contribuent par ailleurs à révéler des situations toujours singulières. Ériger l’atelier comme objet d’étude et lieu d’enquête c’est aussi se donner les moyens de penser les transformations du travail qui vont s’opérer avec la commutation.

  • 4 Cette réflexion s’inscrit dans un ensemble convergent de travaux qui posent la question de la mesu (...)

3Il convient aussi d’interroger le travail tel qu’il est perçu et vécu par les corvéables eux-mêmes, à travers les requêtes que les communautés peuvent être amenées en nom collectif à adresser à l’administration monarchique. L’activité des corvéables, en termes d’intensité de l’effort et de qualité du travail, se trouve également appréciée du point de vue de l’administration dans le cadre du suivi et du contrôle des chantiers4. C’est dans la mise en miroir de ces discours qu’il devient possible de prendre la mesure du travail requis. Appréhender la corvée à partir des pratiques de travail et pour la charge qu’elle représente implique d’abord de dégager les profils sociaux des travailleurs, qui ne correspondent pas toujours exactement aux catégories fiscales qui président à l’exigibilité de la corvée, ou qui ne fournissent pas nécessairement un travail gratuit. L’organisation du travail a également des conséquences sur les conditions de travail et le jugement que les corvéables sont susceptibles de porter sur l’incidence de la corvée. Comme toute organisation, la corvée repose enfin sur un système d’autorité capable de contrôler la main-d’œuvre et de canaliser les résistances. Les pointages produits dans ce cadre constituent en retour des indicateurs susceptibles de mesurer l’indiscipline ordinaire à la corvée.

Les travailleurs de la route

  • 5 Lecreulx F.-M., Mémoire sur la construction des chemins publics…, op. cit., p. 132.

4Combien sont-ils à devoir travailler sur les routes du royaume au titre de la corvée dans la première moitié du XVIIIe siècle ? F.M. Lecreulx estime que pour l’ensemble des généralités qui ressortent de la tutelle de l’administration des Ponts et Chaussées, ce sont environ 2,6 millions corvéables qui sont concernés5. Ce nombre est toutefois à prendre avec précaution car il est susceptible de fluctuer selon les exigences de travail et évolue dans le temps à mesure que le réseau routier se densifie. Même les auteurs qui ont écrit sur la corvée à l’époque ne se sont guère hasardés à ce genre de spéculations. Il faudra par ailleurs attendre les dernières décennies du siècle pour qu’apparaissent des décomptes synthétiques à l’échelle d’une généralité. Plus que le nombre total de corvéables mobilisables, ce sont des catégories de travailleurs qu’il importe d’identifier. C’est en étudiant qui travaillait effectivement à la corvée qu’il devient possible de comprendre le rapport des corvéables au travail. Les rôles de corvée ont vocation à dénombrer les contribuables réquisitionnés et à dresser un état des forces de chaque communauté ; ils ont aussi une visée instrumentale à l’échelle du chantier car ils servent pour les piqueurs à s’assurer que les corvéables mobilisés sont effectivement à pied d’œuvre sur l’atelier. Ces listes qui s’attachent à inventorier des unités fiscales ne reflètent toutefois pas exactement la réalité des catégories laborieuses. Ce sont d’autres sources, telles que les prescriptions réglementaires ou les comptes rendus d’accidents, qui permettent de mesurer cet écart entre les contours sociaux que dessinent les rôles de réquisition et les profils de ceux qui viennent effectivement travailler à la corvée.

La force physique

5La corvée est censée pourvoir en main-d’œuvre des chantiers routiers qui exigent un travail physique. Dans l’emploi des travailleurs s’opèrent ainsi des sélections complexes en fonction de l’âge, du sexe et du degré d’infirmité.

  • 6 On retrouve les mêmes prescriptions dans les formulaires de réquisitions militaires (Cf. Destable (...)
  • 7 A.D. Indre-et-Loire C 164. Mémoire d’observations sur l’administration des corvées rédigé en consé (...)
  • 8 Mémoire sur la conduite du travail par corvées (1737), art. 2.
  • 9 La juxtaposition des enfants et des domestiques dans une même rubrique s’explique par des considér (...)
  • 10 A.D. Indre-et-Loire C 161.
  • 11 B.N.F. Joly de Fleury 1464 (fol. 168-169). Lettre des garçons de Chevillon près Joinville (s. d.).

6Pour travailler à la corvée, l’âge des travailleurs est un premier critère décisif. Le Mémoire sur la conduite du travail par corvée (1737) prévoyait de n’employer que des hommes dans la force de l’âge entre seize et soixante ans6. La force physique et la pénibilité du travail constituent a priori des éléments discriminants dans l’emploi de la main-d’œuvre corvéable. On estime que « les enfants de 15 ans, et même jusque 18, et les personnes qui ont plus de 60 ans, ne sont pas ordinairement en force de faire des travaux aussi fatigants que ceux de la corvée7 ». Même si le mémoire de 1737 réservait à l’État la possibilité de « commander les enfants de tout sexe au-dessus de douze ans, pour porter les cailloux et le sable aux ouvriers depuis la décharge jusqu’à l’atelier8 », les garçons étaient en principe dispensés de corvée jusqu’à l’âge de seize ans. Cette limite d’âge tient au fait qu’en dessous de ce seuil les individus étaient considérés comme trop jeunes pour être physiquement capables de se livrer à des travaux de force. Dans la généralité de Tours, où plusieurs rôles de corvée recensent dans une colonne distincte les « enfans et domestiques9 », les « garçons » susceptibles d’être réquisitionnés sont pour la plupart âgés de plus de seize ans ; seuls quelques-uns d’entre eux pour les paroisses de Saint-Gilles de L’Île-Bouchard et de Noizay ont 14-15 ans10. Pour les corvéables les plus jeunes, la tâche de corvée était généralement minorée par rapport à celle des adultes en pleine possession de leur force physique. En Poitou par exemple, les jeunes hommes âgés de 16 à 18 ans ne devaient qu’une demi-tâche. Les plaintes concernant ces modulations réglementaires se révèlent tout à fait exceptionnelles, à l’exemple de ces corvéables juvéniles : « Les tâches que chaque garçon devoit faire étoient environ moitié aussy fortes que celles des habitants manouvriers ; peu après ils les ont augmentées au point qu’il y a des temps où chacun de nous a autant d’ouvrages qu’un desdits habitants11. » Si le travail des jeunes garçons est avéré, il semble qu’ils aient souvent été dépêchés sur les ateliers en remplacement d’un père ou d’un maître adulte occupé à d’autres travaux.

  • 12 J. Letaconnoux (op. cit., p. 28) cite les exemples de Pierre Bonnefoy déchargé de corvée à l’âge d (...)
  • 13 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6606.
  • 14 A.D. Côte d’Or C 3859. Délibération concernant le travail des chemins par les corvéables (15 janvi (...)

7La question de l’aptitude physique se pose de la même façon pour les corvéables âgés. Même si la limite d’âge est généralement fixée à 60 ans voire 70 ans (c’est le cas en Roussillon, en Touraine, en Lyonnais et en Ile-de-France), il n’est pas rare de trouver des corvéables plus âgés12. En Poitou la tâche des hommes de plus de soixante ans était toutefois réduite de moitié. Cet âge vénérable, au même titre que la pauvreté, représente, en tout cas un critère effectif invitant à la clémence vis-à-vis des défaillants13. Ce seuil, s’il explicite une définition de la vieillesse fondée sur la capacité physique à travailler sur les chantiers routiers, est sans doute rarement atteint dans un système de production où l’usure des corps au travail était précoce. Par ailleurs, cette retraite du travail actif de la corvée ne signifiait nullement la dispense des obligations pour les autres membres rattachés au feu fiscal et au titre de la corvée de harnais : « Les hommes âgés de 65 ans, et les femmes âgées de 55, seront exemts de la corvée personnelle, mais ne pourront prétendre aucune exemption pour les enfants ou leurs valets au-dessus de l’âge de 16 ans, non plus que pour raison des chevaux et autres animaux de trait qu’ils pourront avoir14. »

  • 15 Ordonnance de l’intendant de Moulins portant règlement pour la réparation des chemins et le servic (...)
  • 16 A.D. Indre-et-Loire C 164. Même si en 1785, date à laquelle se rapporte cette affaire, la générali (...)
  • 17 A.D. Calvados C 3391 État des exemptions accordées soit personnellement soit pour un certain nombr (...)

8Reconnus inaptes au travail, malades et infirmes étaient aussi en principe dispensés de travail requis. Dans la généralité de Tours, ces décharges pour infirmité n’étaient toutefois accordées que sur certificat dûment établi par un médecin ou un chirurgien15. Même quand le handicap était notoirement reconnu, il ne permettait pas toujours d’échapper à la corvée : M. Coigneau, sabotier de son état, fut débouté de la dispense qu’il avait sollicitée, à cause de sa jambe de bois car « ce déffaut de nature ne l’a jamais privé de l’avantage de travailler à son état, puisqu’on le voit notoirement et journellement s’occuper, tantôt à abattre des bois, et ordinairement à faire lui-même les travaux de son état de sabotier16 ». L’infirmité ne devenait un motif d’exemption que pour les corvéables les plus pauvres. En Normandie, les invalides étaient « exempts personnellement et leurs biens jusqu’à concurrence de trois acres (1,5 ha) de terre, le surplus sujet aux corvées pour leurs enfants domestiques et chevaux17 ». Les estropiés ou les malades incurables qui disposaient d’une certaine fortune, devaient à partir d’un certain seuil de revenus, se faire remplacer par leurs enfants ou leurs domestiques.

9De façon générale, le travail des femmes constitue l’un des impensés de l’historiographie sur la corvée. Les prescriptions relatives à l’exigibilité de la corvée sur les seules femmes sont suffisamment exceptionnelles pour être citées :

  • 18 A.N. H2 2105. Instruction sur les exemptions des corvées (12 février 1772).

« Les femmes sous puissance de mary et les filles sous puissance et dans la maison paternelle, ne doivent pas de corvée, le père de famille et les garçons lorsqu’il y en a, acquittent cette charge pour tous.
Les femmes veuves, et les filles ayant ménage seulles, sont corvéables.
Les veuves enceintes, ou nourrissans des enfants, ou chargées d’enfants en bas âge qui exigent des soins continus, sont exemptes de corvée personnelle, mais pas leurs chevaux si elles en ont.
Les veuves et filles sont exemptes à l’âge de 60 ans18. »

  • 19 A.D. Indre et Loire C 1777. Lettre de Gourdain (18 avril 1747).
  • 20 A.D. Indre-et-Loire C 167. Mémoire sur l’instruction adressée par M. du Cluzel intendant de Tourai (...)

10Les femmes mariées et comme telles rattachées au foyer fiscal de leur époux, n’étaient pas comprises dans les rôles de corvée. Seules y figurent les jeunes filles célibataires imposables et les veuves en lieu et place de leur défunt époux. Si elles en avaient les moyens, elles avaient la possibilité de payer un ouvrier pour les remplacer sur le chantier : Veuves et filles « qui ont 100 L ou 200 L de rentes et même plus : elles avoient jusqu’à présent payer un homme pour satisfaire à la corvée et je pense qu’elles peuvent plus aisément la supporter qu’un homme qui n’a que son travail pour vivre19 ». Comme pour les hommes, elles ne pouvaient prétendre à une exemption que pour des considérations de revenu et d’âge20.

  • 21 A.D. Indre-et-Loire C 161. Rolle des journaliers et journalières qui ont travaillés au chemin du C (...)
  • 22 Boye P., op. cit., p. 59.
  • 23 Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P. J. 20, p. 14. A.D. Gironde C 3610. Instruction au sujet des ou (...)
  • 24 Boye P., op. cit., p. 59.
  • 25 A.D. Rhône 1 C 103. Correspondance entre J.-B. de la Michodière et M. de Bligny (novembre et décem (...)

11Les femmes apparaissent pourtant comme de précieux auxiliaires sur les chantiers de corvée. Comme l’attestent les rôles de travail, filles, épouses et veuves ont été employées entre mai et juillet 1739 sur les routes du Château-du-Loir au Mans et de Tours à Amboise ; classées dans une rubrique distincte intitulée « Femmes et enfants », elles représentent, la troisième semaine du mois de mai 1739, près de 27 % de la main-d’œuvre21. La présence des femmes sur les chantiers est confirmée également par les constats d’accidents. En 1756, deux femmes furent étouffées et écrasées dans la carrière du val du ban de Flavigny22. Le travail des femmes sur les routes, bien qu’il reste limité et peu visible, ne doit pas étonner ; elles ont toujours exercé des activités pénibles requérant force et résistance. Dans son instruction de 1746, Trudaine tolérait d’ailleurs le travail des femmes et des enfants qui venaient accélérer la tâche du chef de famille : « Quoique les rôles ne contiennent que les manouvriers d’un certain âge, ils pourront y faire travailler leurs femmes, filles, enfants de tous âges23. » Le poète J. Fr. de Saint-Lambert s’indigna que la lourdeur des tâches imposées et la pression des délais à respecter exigent de recourir à de la main-d’œuvre féminine : « Je savais sans doute que la loi n’ordonnait pas aux femmes d’aller à la corvée, mais je savais aussi qu’on oblige quelquefois les paysans de construire dans quinze jours un chemin qu’ils ne peuvent construire que dans un mois, et alors les femmes travaillent avec eux24. » Ce travail des femmes au titre de la corvée participe en fait du fonctionnement économique de la cellule familiale. Dans les montagnes du Forez, elles remplaçaient ordinairement leurs maris partis scier du bois25. Les épouses et les filles pouvaient à l’occasion suppléer un mari ou un père retenu par un travail urgent ou rémunéré. Le travail des femmes sur les routes n’est d’ailleurs pas en soi une nouveauté : dans les ateliers de charité, elles y étaient admises au même titre que les enfants âgés de plus de sept ans, même si ces deux catégories laborieuses étaient prioritairement employées dans des ateliers de filature. Sur les chantiers routiers, les travaux étaient rigoureusement définis et calibrés en fonction de l’âge et du sexe : aux hommes, il revenait de bêcher la terre, de la charger dans des brouettes, de la transporter, de la répandre et de l’aplanir ; les femmes et les filles devaient porter sur la tête des corbeilles contenant une quantité de terre équivalente à la moitié environ d’une charge de brouette.

Un marché du remplacement

  • 26 « Lettre de Julien Sabot, aux auteurs de la Gazette », La Gazette d’Agriculture, 27 octobre 1767, (...)

12Au regard de la législation, le corvéable devait, sauf cas de force majeure, effectuer lui-même la tâche qui lui incombait. Et de fait dans leur immense majorité les corvéables paient la corvée de leur personne en exécutant eux-mêmes la tâche qui leur est imposée. On a vu que la prestation en travail pouvait faire l’objet de transactions au sein de la famille, et être assumée à titre gracieux par un individu de la maisonnée (un domestique, une épouse ou un enfant). La possibilité de se libérer de sa tâche en payant un remplaçant était également tolérée dans certains cas de figure. On a vu que certaines catégories sociales – notamment les veuves et les citadins – étaient exemptées de corvée personnelle à condition de fournir à leurs frais un suppléant. Des journaliers désœuvrés trouvaient là un moyen de mettre à disposition leur force de travail pour le compte de corvéables qui, ne voulant ou ne pouvant pas se rendre aux ateliers, préféraient rétribuer un remplaçant. C’est le cas de Julien Sabot, réellement paysan de son état ou personnage fictif créé pour donner l’illusion d’une parole populaire, comme il s’en explique dans la lettre adressée à la Gazette d’Agriculture en octobre 1767 : « En deux jours ma tâche est faite, et je me loue à ceux qui n’ont pas le temps de faire la leur26. » Si elle est vécue pour la majorité des corvéables comme une charge de travail imposée, la corvée peut aussi être une ressource utile pour des manouvriers en quête de revenus complémentaires.

  • 27 Fillon A., op. cit., p. 339-340.
  • 28 « Observations d’un habitant corvoyable de l’élection d’Avranches, sur la manière dont se font les (...)

13De tels arrangements, qui greffent une forme contractuelle de travail sur une contrainte statutaire, sont toutefois quasiment insaisissables à travers les archives. Parce qu’il s’agissait usuellement de conventions orales, elles n’ont laissé aucune trace. Elles peuvent être intriquées dans des relations de crédit, comme dans le cas de René Alençon qui, en échange d’un prêt de 30 Lt s’était engagé à effectuer, moyennant moyennant 6 Lt, la tâche de corvée de Michel Turpin, bordager à Cérans27. Ce sont surtout les règles adoptées pour les encadrer qui nous renseignent sur ces pratiques. Sur ce marché du travail salarié qui prospère à l’ombre du système de la corvée, le prix du remplacement était librement négocié entre le corvéable et le journalier marchand de son travail. Ces « allous » passés entre particuliers pouvaient coûter cher aux corvéables désireux de se faire remplacer : « Ils ont peine à trouver des ouvriers qui veuillent se déplacer ; ils n’obtiennent la dispense de travailler, qu’en déboursant des sommes considérables28. »

  • 29 Bibl. ENPC Ms 2036. Copie de la lettre de Mathieu Bayeux à D.-C. Trudaine (22 octobre 1754).
  • 30 A.D. Indre-et-Loire C 165. Lettre de M. de la Marsaulaye (28 janvier 1786).
  • 31 A.D. Indre-et-Loire C 164. Ordonnance de M. du Cluzel intendant de Tours (15 février 1772), art. 3 (...)

14Ce marché secondaire du remplacement pouvait éventuellement peser sur les possibilités d’embauche des entrepreneurs de travaux publics : si l’on en croit l’inspecteur général des Ponts et Chaussées Bayeux, un remplaçant pour la corvée de harnais pouvait espérer toucher jusqu’à 13-14 Lt alors que le salaire d’un ouvrier employé pour la même tâche n’excédait pas 5-6 Lt si elle était adjugée à un entrepreneur29. Ceux que les textes qualifient de « marchandeurs des tâches » inspiraient la défiance de l’administration qui les accusait d’accepter un nombre de tâches excédant leurs forces30. Afin de remédier à de telles pratiques qui risquaient de compromettre la réalisation effective des travaux, l’intendant de Tours dut recommander une stricte vigilance : « Nul ne sera reçu à faire plus de deux tâches pour autrui, s’il est habitant d’une des paroisses commandées, ou plus de trois s’il n’est d’aucune desdites paroisses31. »

Le prix de l’effort

  • 32 A.D. Gironde C 1870. Lettre de Silhouette (2 avril 1759) : « on a proposé plusieurs fois de fourni (...)

15La monarchie s’est toujours refusé à rémunérer les corvéables en argent ou à procéder à des distributions de pain. Elle reconnaissait avoir tenté l’expérience avant d’y renoncer finalement32. Trudaine n’était guère favorable à une rétribution des corvéables, comme il s’en explique dans la lettre qu’il adressa à l’intendant de Rouen :

  • 33 Lettre de D.-C. Trudaine à J.-B.-F. de la Michodière, intendant de la généralité de Rouen (26 avri (...)

« Je ne pense pas qu’il faille accorder 5 sols par jour aux corvéables. 1) Ce que l’on ferait pour la généralité de Rouen, il serait indispensable de le faire dans les autres généralités voisines, et bientôt dans tout le royaume. 2) On a tenté quelquefois ce moyen et toujours sans succès. Le corvéable ne fait pas d’ouvrage pour la modique rétribution que l’on lui accorde […]. 3) Un pareil arrangement ne pourrait se faire dans tout le royaume sans accorder des fonds nouveaux, et on ne peut subvenir à ces fonds sans une imposition nouvelle33. »

16L’argument financier qu’oppose Trudaine est déterminant. L’intérêt de la corvée réside fondamentalement dans la force de travail gratuite qu’elle fournit et se justifie par un refus de financer tous les travaux routiers par l’impôt.

  • 34 Kisliakoff N., op. cit., p. 180.
  • 35 A.D. Gironde C 1877. Lettre de M. Caume, subdélégué ( ?) à l’intendant (31 mars 1764).
  • 36 A.D. Indre-et-Loire, C 176. Note.
  • 37 A.D. Orne C 122.

17Cependant le travail requis au titre de la corvée n’est pas toujours une prestation gratuite. Il peut donner lieu à rémunération quand il excède la charge de travail normalement admise. Les corvéables employés à des travaux difficiles pouvaient à titre exceptionnel bénéficier de gratifications. Il n’était pas rare non plus que les ouvriers réquisitionnés au-delà d’une certaine distance perçoivent une indemnité. En Dauphiné, l’intendant Jomaron ordonna en 1735 de n’exiger la corvée en travail que des seules communautés situées sur le chemin à réparer, et d’indemniser les manouvres provenant des paroisses aux alentours grâce à une contribution levée sur les propriétaires fonciers de la généralité34. En raison de leur éloignement, il fut décidé de payer les bouviers réquisitionnés sur les routes de Bergerac, de Cahors et d’Agen35. Travailler les jours d’intempéries pouvait également justifier un dédommagement pécuniaire. En août 1752, à cause des pluies, il fut par exemple décidé sur la route de Craon à Laval de limiter à une voiture l’obligation des métayers et de les payer à raison de 7 sols par pied cube36. La disette de fourrages pouvait motiver, comme dans la généralité d’Alençon en 1742, le versement d’une indemnité pour permettre aux laboureurs occupés au transport des pierres de fournir la nourriture de leurs chevaux37. La rémunération des ouvriers était aussi un moyen de trouver des effectifs complémentaires pour des ouvrages urgents ou considérables. Sur la route à construite entre Le Mans et Alençon, faute de main-d’œuvre corvéable suffisante, l’ingénieur propose de payer une partie des ouvriers. Ces indemnités prennent souvent la forme de dégrèvement d’impôt.

L’organisation du travail

18La corvée est à resituer dans l’organisation qui façonne son exécution, pour comprendre à la fois les conditions de son exécution, les relations qu’elle engage et la charge de travail qu’elle induit. Pour traiter de cette question, les textes réglementaires qui fixent les cadres de la pratique et départagent les tâches comme les responsabilités, n’ont de sens que dans leur rapport à la mise en œuvre de la corvée sur le terrain, et aux représentations des corvéables eux-mêmes. Les situations de travail renvoient d’abord à la division technique des ateliers de corvée, qui repose sur une différenciation fonctionnelle des tâches (ouvrages d’art et ouvrages de corvée, construction et entretien, corvée de harnais et corvée de bras). L’organisation du travail met également en jeu le rôle de l’encadrement intermédiaire des chantiers, les contraintes temporelles inhérentes au régime intermittent de la corvée, et la pénibilité du travail.

L’encadrement de la main-d’œuvre

19La contrainte de la réquisition tient non seulement au fait que les corvéables étaient obligés de s’exécuter, mais aussi aux moyens mis en œuvre pour exiger et obtenir la réalisation de leurs tâches. L’avancement des chantiers routiers dépendait de fait étroitement de l’organisation et de la surveillance du travail. Plusieurs acteurs étaient impliqués à des échelons divers dans la mise au travail des corvéables, qui pouvait éventuellement nécessiter l’usage de la force. Il revenait aux syndics de veiller à ce que les équipes de corvéables respectent les horaires de travail, et que chaque corvéable fournisse le nombre de jours requis, quitte à se pourvoir contre les défaillants ou les réfractaires, et à faire adjuger à leurs frais les tâches non exécutées. Les conducteurs et les piqueurs étaient non seulement préposés à l’organisation du travail sur les ateliers mais aussi à la surveillance des corvéables. Des cavaliers de la maréchaussée pouvaient être sollicités pour imposer par leur seule présence sur les chantiers une forme de contrainte. C’est à l’intendant qu’il appartenait d’engager des poursuites éventuelles. L’exercice concret de la discipline sur le chantier révèle des relations de collaboration le plus souvent et de défiance parfois, que peuvent entretenir ces différents intervenants.

  • 38 A.D. Ille-et-Vilaine C 2264. Mémoire sur les grands chemins de Bretagne (juillet 1737). A.D. Calva (...)
  • 39 A.D. Indre et Loire C 164. Lettre de M. Salmon (9 juillet 1774).

20C’est sous la houlette des personnels des Ponts et Chaussées préposés à la répartition des tâches et à l’encadrement des chantiers que travaillaient les corvéables. Alors que pour l’essentiel la fonction de l’ingénieur en chef concernait la prescription du travail et la correspondance avec les instances centrales, les sous-ingénieurs et les inspecteurs étaient quant à eux davantage présents sur les chantiers de corvée, qu’ils étaient tenus de visiter pour constater l’avancement des opérations et leur conformité aux prescriptions techniques38. À la fin de chaque saison, ils devaient en principe recevoir les tâches des différents ateliers. Il semble toutefois qu’ils aient souvent délégué cette responsabilité aux conducteurs de travaux : « La réception partiaire [sic] des corvées ce qui donne beau jeu à l’arbitraire des conducteurs de travaux, je dis des conducteurs parce qu’il semble que [ce] sont sur eux que MM. les ingénieurs se déchargent du soin de l’administration39. » De la réception des travaux de corvée, qui était censée avoir lieu en présence du syndic de la communauté, les archives ne conservent toutefois pas de trace.

21À l’interface entre les corvéables et le corps des ingénieurs, ce sont en effet les conducteurs et les piqueurs qui à l’échelle du chantier, jouent un rôle crucial dans l’organisation du travail et la mise en œuvre de la corvée. Les autres dénominations qui servaient à les désigner – « directeurs des chemins » en Bresse et en Bourgogne et « commis à l’entretien des chemins » en Franche-Comté, rendent compte de la diversité des situations locales. Nommés par le subdélégué sur proposition de l’ingénieur des Ponts et Chaussées, les piqueurs et les conducteurs recevaient une commission en bonne et due forme, avant d’être affectés sur une section de route. Ils pouvaient aussi être démis s’ils ne donnaient pas satisfaction. Considérés comme des agents des Ponts et Chaussées, ils étaient rémunérés à la journée (et non à la tâche, sans doute pour prévenir d’éventuels abus d’autorité sur les corvéables) et appointés sur l’État au vrai pour les pays d’élections ou sur les fonds alloués aux Ponts et Chaussées dans les pays d’états (comme les fonds ordinaires des grands chemins en Bretagne). Groupés dans un même poste de dépenses dans la comptabilité des Ponts et Chaussées, les conducteurs et les piqueurs constituent toutefois deux catégories clairement distinctes dans la plupart des instructions relatives à la corvée.

22Les attributions des piqueurs sont formellement définies dans le Mémoire sur la conduite du travail par corvée (1737). Leur principale responsabilité était de « piquer », c’est-à-dire de pointer à partir des rôles de corvée, les forces présentes ou défaillantes. Au cours de la journée de travail, ils étaient préposés à l’encadrement et à la surveillance des corvéables composant l’atelier dont ils étaient responsables, et supervisaient le toisage des matériaux pour prévenir des vols éventuels. En dehors des campagnes de corvées, les piqueurs étaient employés au nivellement et à la levée des plans, au tracé et à l’alignement des chemins, au sondage des ruisseaux, à la recherche de matériaux…

  • 40 A.D. Aube C 1089. État des voyers piqueurs qui ont fait le service et ont été chargés de la condui (...)
  • 41 Bourgelat C. op. cit., p. 23-24.

23Recrutés dans le monde paysan ou déclarant une activité sans rapport avec le travail de la terre, ils présentent des profils socio-professionnels très divers40. Le mémoire de 1737 recommandait tout au plus de choisir des hommes reconnus pour leur probité et leur intelligence. Aux dires des détracteurs de la corvée en travail, les piqueurs auraient largement œuvré à son discrédit. C. Bourgelat leur reprochait de faire traîner en longueur les travaux pour toucher des émoluments plus importants et de vendre du vin sur les chantiers41. Les plaintes de corvéables dessinent en creux le portrait d’agents volontiers enclins à abuser de leur autorité hiérarchique, quand ils ne les accusent pas de monnayer leur sollicitude ou de s’entendre avec des « marchandeurs de tâches » pour soutirer de l’argent aux corvéables désireux de trouver un remplaçant.

24En relation directe avec l’ingénieur ou le sous-ingénieur, le conducteur pouvait quant à lui se prévaloir d’un ascendant hiérarchique sur les piqueurs. Si la fonction de piqueur n’exigeait pas de compétence particulière, celle de conducteur requérait un savoir technique et des connaissances en arithmétique comme en arpentage :

  • 42 Mémoire instructif sur la réparation des chemins (1738), p. 9.

« Les conducteurs doivent être munis chacun d’une toise et d’un écritoire de poche, d’un crayon garni de mine rouge et noire, et d’un cahier de papier ; ils doivent parcourir au moins une fois par jour d’un bout à l’autre (ce qui fait deux fois le chemin) tous les ateliers de leur division, et faire des notes sur ce qui méritera qu’ils demandent des éclaircissemens à l’inspecteur42. »

25Les savoirs nécessaires à l’encadrement des chantiers ne se réduisent pas, loin s’en faut, à la seule acquisition de connaissances formelles et théoriques. L’expérience du terrain constitue un critère essentiel de leur sélection. Le mémoire de 1738 recommandait pour cet emploi notamment des compagnons d’entrepreneurs ou des chefs de bandes de paveurs. Nombre de conducteurs se recrutaient aussi parmi des parents d’ingénieurs ou des élèves de l’école des Ponts et Chaussées. Responsable de l’organisation et de l’exécution des travaux sur plusieurs ateliers, le conducteur composait les équipes, distribuait les tâches conformément aux directives fournies par l’ingénieur, et devait visiter chaque jour les chantiers. À l’issue de la semaine, il lui fallait dresser un état des ouvrages exécutés qu’il envoyait généralement au sous-ingénieur.

  • 43 Illaire M., op. cit., p. 106.

26Les effectifs des conducteurs et des piqueurs, qui font l’objet d’états détaillés pour chaque exercice comptable, apparaissent relativement modestes au regard de la longueur du tronçon routier dont ils étaient responsables et du nombre de corvéables à encadrer. Ce sous-encadrement des ateliers apparaît d’autant plus flagrant quand il est possible d’établir un ratio entre le nombre de ces agents préposés à la surveillance des ateliers et le nombre de communautés : dans la généralité de Châlons en 1764, ce sont 47 conducteurs et 63 piqueurs qui ont en charge la mise au travail de 2 126 communautés43. À partir des années 1770, il est possible de disposer d’éléments d’appréciation en fonction du nombre de corvéables.

  • 44 A.D. Haute-Vienne C 692. Généralité de Tours. État et appréciation des ouvrages faits par corvée d (...)

Tableau 4. – Taux d’encadrement des chantiers dans la généralité de Tours (1779-1786)44.

Tableau 4. – Taux d’encadrement des chantiers dans la généralité de Tours (1779-1786)44.
  • 45 A.D. Indre-et-Loire C 167. Corvées. Généralité de Tours (s. d.).

27La faiblesse relative des effectifs d’encadrement peut expliquer certains dysfonctionnements dans la gestion de la main-d’œuvre : « Il n’y a des conducteurs que de deux lieues en deux lieues, de sorte que ceux qui arrivent à une extrémité pendant que le piqueur est à l’autre, perdent quelquefois un jour entier à attendre de l’ouvrage, ou à attendre leur décharge lorsqu’ils ont travaillé45. » Quant aux travailleurs dispersés sur un vaste atelier, ils disposaient d’une certaine latitude pour échapper à la vigilance des piqueurs.

28Cette disproportion numérique entre les effectifs des conducteurs et des piqueurs et la masse des corvéables à encadrer conditionne en tout cas l’ordre de convocation des communautés corvéables :

  • 46 Ordonnance de l’intendant de Franche-Comté concernant l’entretien des grandes routes de cette prov (...)

« Comme l’étendue du chemin qui sera confiée à un même commis ne lui permettrait pas de la parcourir dans un seul jour, et qu’il sera même souvent nécessaire qu’il s’arrête plus longtemps dans un endroit que dans un autre, pour instruire et exciter par sa présence les habitants au travail, chaque subdélégué aura attention d’indiquer des jours différents aux communautés pour se rendre sur leur portion de route46. »

  • 47 A.D. Indre-et-Loire C 164. Observations sur la manutention de la corvée (s. d.).
  • 48 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les Directeurs des chemins, 1761 (art. XVII).
  • 49 B.N.F. Joly de Fleury 452. Lettre de trois manouvriers, demeurant à Fère-en-Tardenois (30 juin 176 (...)

29Ainsi toutes les communautés réquisitionnées pour travailler à une même route n’étaient pas convoquées en même temps et devaient se conformer à la date indiquée sur le mandement. Par ailleurs, tous les corvéables d’une même communauté ne se rendaient pas en même temps à l’atelier auquel ils étaient affectés. Une autre raison militait pour un tel échelonnement des contingents corvéables sur le site du chantier : étant donné le nombre limité de jours de travail, il fallait éviter de perdre trop de temps à distribuer les tâches : « On a souvent vu des paroisses rester des jours entiers à ne rien faire, en attendant l’arrivée du conducteur parce qu’on avait commandé un trop grande nombre de communautés à la fois47. » C’est la raison pour laquelle le nombre de corvéables au travail dans chaque atelier en Bourgogne avait été plafonné à 200-250. Les effectifs réquisitionnés pouvaient toutefois être modulés en fonction de l’organisation temporelle des travaux : « Lorsqu’on fera travailler dans des terrains neufs, les directeurs emploieront dans les commencemens fort peu de monde, pour faire les expériences nécessaires sur la qualité du terrain48. » Les archives de l’administration de la corvée permettent difficilement de vérifier dans quelle mesure cette subtile rotation de la main-d’œuvre a été effectivement appliquée. Les délibérations des communautés rurales ne livrent pas davantage de détails sur la répartition interne des équipes de travail. De menus indices semblent toutefois confirmer de telles pratiques. Dans la plainte qu’ils adressent à l’administration royale, trois manouvriers de Fère-en-Tardenois expliquent ainsi : « Notre syndic nous a mis au nombre 50 compris les manouvriers et les jardiniers et si nous étions obligés di aller tous nous serions bien 40049. »

Une relative flexibilité

30On a vu que la corvée se caractérise par un usage spécifique du temps de travail. L’urgence à réaliser les travaux routiers dans le temps limité de la corvée commandait une stricte organisation du travail et une gestion de la main-d’œuvre dont dépendait l’avancement des chantiers. Symétriquement la nécessité d’ajuster le calendrier de la corvée avec les autres temporalités du travail productif pouvait entraîner des modulations et des négociations.

31Le mémoire de 1737 prévoyait que pour les communautés les plus éloignées :

  • 50 Mémoire sur la conduite du travail par corvées (1737), art. 2. En Roussillon, « on travaillera un, (...)

« Chaque corvée ne durera tout au plus qu’une semaine et ne comprendra que la moitié des chariots et manouvriers, afin qu’ils aient une semaine de repos en deux semaines de travail, c’est-à-dire, qu’après la première semaine, cette moitié d’ouvriers sera renvoyée et relevée par la seconde moitié, et ainsi tour à tour50. »

  • 51 Clément F.-P., op. cit., p. 74.
  • 52 A.D. Indre-et-Loire C 164. Instruction pour les sous-inspecteurs chargés de la conduite d’une rout (...)

32Ces dispositions furent ensuite reprises par les ordonnances des intendants qui, localement, régissaient l’application de la corvée. En Poitou, le contingent de corvéables était divisé en deux groupes : le premier travaillait pendant les trois premiers jours de la semaine, tandis que le second prenait la relève pour les trois derniers51. Une subtile rotation des effectifs, généralement par tiers, devait permettre aux autres habitants de vaquer à leurs occupations productives. Pour la même raison, les corvéables n’effectuaient pas forcément en continu le nombre de jours exigibles à chaque saison. Ainsi dans les généralités de Lyon, de Moulins et de Bordeaux, ils n’étaient requis pour trois jours consécutifs, et en Touraine, ils devaient pouvoir bénéficier d’un, voire deux jours de repos entre deux tâches de corvée52. Les états des défaillants, qui mentionnent scrupuleusement les dates auxquelles tel corvéable aurait dû être présent sur le chantier, confirment cette discontinuité dans la fourniture des jours de corvée. Un tel aménagement de la corvée devait permettre aux corvéables de se consacrer au travail de leur exploitation ou de pouvoir trouver à s’embaucher pour une activité salariée. Quelle que soit la répartition du travail choisie au cours de la semaine, la règle du repos dominical s’appliquait immanquablement. Les états de travail débutent en effet toujours le lundi.

  • 53 A.D. Ille-et-Vilaine C 2261. Ordonnance du 6 décembre 1734.
  • 54 A.D. Aube C 1089. Lettre de M. Vinot à M. Honnet, secrétaire de l’intendance de Champagne (8 juin (...)

33Encadré par des dispositions réglementaires assez précises, le temps de corvée offre prise à la négociation, à des arrangements et à des modulations. En Bretagne, l’ordonnance de 1734 prévoyait de n’interrompre les chantiers que pendant deux mois, entre le 1er août et le 30 septembre, en laissant la possibilité d’ajuster cette période selon les circonstances locales53. Les réclamations des communautés corvéables portaient d’ailleurs très rarement sur le nombre de jours de corvée, pour invoquer surtout les impératifs du calendrier agricole pour réclamer que les travaux soient différés de quelques jours. La concurrence possible avec les activités proto-industrielles n’est en revanche jamais évoquée. Les intendants concèdaient assez volontiers des aménagements susceptibles de concilier la relative flexibilité de la corvée avec l’urgence absolue des travaux agricoles. Les communautés éprouvées par une conjoncture difficile font également l’objet de la sollicitude de l’administration : « M. l’intendant n’a pas jugé à propos de faire travailler à l’entretien cette première saison à cause de la misère, effectivement l’hyver a consommé tous les fourrages et les laboureurs en manquent54. » À titre individuel un délai pouvait être consenti aux corvéables qui, parce qu’ils étaient malades ou parce qu’ils devaient se rendre à la foire ou au marché, étaient dans l’impossibilité de se conformer aux jours indiqués dans la convocation. Ainsi, loin d’être appliquée de façon unilatérale, l’organisation temporelle comme la durée du temps de travail sont sujets à des transactions. L’administration locale de la corvée invite donc à concevoir les écarts à la norme réglementaire comme relevant pleinement de l’application de celle-ci.

La pénibilité du travail

34De rares représentations iconographiques des chantiers routiers permettent d’éclairer des expériences concrètes de travail, des capacités corporelles, des gestes, et plus largement l’activité déployée sur les chantiers routiers. Sur le célèbre tableau de Claude-Joseph Vernet, La construction d’un grand chemin, une dizaine de paveurs s’affairent à tailler et à poser des pavés sur une chaussée, tandis qu’au second plan, une dizaine de corvéables équipés de pioches fouillent les accotement rocheux, et que quelques autres chargent ou évacuent des brouettes de déblais. Les postures comme saisies sur le vif traduisent l’effort physique du travail fourni. Quand les travailleurs ne tiennent pas à bout de bras leurs outils, ils sont courbés sur leur ouvrage. Le mouvement du conducteur et du cheval attelé au tombereau suggère pareillement la lourdeur de la charge à transporter.

  • 55 Mirabeau cite l’exemple d’un corvéable mort sous sa brouette (L’Ami des hommes (1760), op. cit., p (...)
  • 56 Ogilvie, Sheilagh C., « The economic world of the Bohemian serf: economic concepts, preferences an (...)
  • 57 B.N.F. Joly de Fleury 355, fol. 181-182. Lettre des habitants d’Yevre-le-Chatel, généralité d’Orlé (...)

35Ce sont principalement les détracteurs de la corvée qui ont invoqué sa pénibilité pour souligner le poids de l’effort, la fatigue au travail et les risques d’accidents qui guettaient les paysans55. Symptôme de l’inhumanité de la corvée, l’usure au travail constitue en l’espèce un argument pour plaider en faveur de sa commutation. Dans les discours des corvéables eux-mêmes s’expriment diversement les registres de la pénibilité du travail. Si dans le cas de la Bohême, S. Ogilvie a montré que les ruraux pouvaient avoir une connaissance du coût d’opportunité que représentaient les corvées seigneuriales, et de la valeur du travail perdu pour l’exploitation agricole, les récriminations paysannes s’énoncent différemment à l’encontre de la corvée royale en France56. La charge de travail qu’elle représente est durement ressentie quand elle vient s’ajouter à des difficultés conjoncturelles et à la misère locale. La distance à parcourir pour se rendre l’atelier routier est d’autant plus éprouvante qu’elle oblige à braver les aspérités du relief. Dans d’autres cas, le poids de l’effort se mesure au volume de matériaux à transporter ou à la fréquence des réquisitions. Les corvéables d’Yevre-le-Chatel se plaignaient ainsi que « depuis trois ans voilà neuf à dix fois qu’on les tourmente et que l’on exige d’eux qu’ils sacrifient leurs temps et leur peine57 ». Les corvéables pointent aussi l’intensification du travail par l’augmentation du nombre de jours de corvée d’une année sur l’autre. Si l’indication de temps ne dit rien de la quantité de travail fourni, la durée de référence apparaît comme un élément essentiel d’appréciation. La charge de travail, qu’elle soit appréciée en temps ou en quantité, n’est toutefois pas le seul motif de plainte qu’expriment les corvéables : ils peuvent contester le sens de leur travail sur une route qui ne présente pas d’utilité immédiate pour leur communauté, l’inégalité de la charge en raison du nombre des exemptions ou la brutalité de la répression.

36Alors que les corps sont mis à rude épreuve sur les chantiers routiers où domine l’emploi de la force humaine, l’attention aux conditions physiques du travail reste somme toute assez marginale dans les doléances des corvéables. Même pour des paysans habitués à travailler à l’extérieur et à fournir un effort physique, la corvée impose pourtant, après une marche plus ou moins longue pour se rendre à l’atelier, des tâches éreintantes pour fouiller le sol, concasser des cailloux, déblayer et remblayer de la terre, charger et décharger des tombereaux de matériaux… Moins harassantes que pour des ouvrages à construire, les tâches d’entretien consistait pour l’essentiel à purger les boues dans les ornières avant de les combler, de curer des fossés, de nettoyer les accotements, de remplacer les arbres… La corvée est donc en soi un travail éprouvant pour les travailleurs de la route, quelles que soient la division des tâches et la nature des emplois occupés sur le chantier.

  • 58 Ordonnance de l’intendant C.-A. de Lacoré (mars 1766) citée par Hyenne S.-E., op. cit., p. 157.
  • 59 A.D. Gironde C1869. Lettre à D.-C. Trudaine (23 janvier 1758).

37Quand la tâche risquait d’être démesurée par rapport aux aptitudes et à l’outillage de simples paysans, l’administration décidait de salarier des travailleurs. Il semble que des corvéables aient pu, en Franche-Comté comme en Bretagne, être préposés à l’escarpement des rochers, en principe confié à des ouvriers mineurs58. En Guyenne, Trudaine préféra toutefois avoir recours à des carriers car la pierre était trop dure pour la faire extraire par les corvéables59.

  • 60 A.D. Aube C 1099. Noms des communautés auxquelles il est nécessaire de faire fournir des masses de (...)

38L’insuffisance ou l’inadaptation des outils utilisés, qu’ils soient amenés par les corvéables eux-mêmes ou fournis par l’administration, contribuaient à accroître la pénibilité du travail. Les manœuvres préposés à l’extraction des pierres et aux opérations de terrassement disposaient de pics, pioches, de pinces, de masses de tailles diverses, de coins… Des brouettes, des tombereaux, des civières et des camions à bras servaient au transport des matériaux. Il n’est en tout cas jamais fait mention d’engins de levage pour les ouvrages de corvée. De rares indications permettent de mesurer le degré d’équipement des ateliers de corvée au regard du nombre d’ouvriers réquisitionnés ou de la longueur des chantiers. Le faible nombre d’outils – 268 masses pour 41 communautés employées sur la route entre Troyes et Colombé-[la Fosse] – laisse à penser qu’il s’agit d’un renouvellement de matériel ou d’une fourniture d’appoint60.

  • 61 A.D. Rhône 1 C 143. Addition d’instruction pour MM. les subdélégués sur le travail de la corvée da (...)
  • 62 A.D. Ain C 1066. État général des communautés qui travaillent ou doivent travailler par corvée sur (...)
  • 63 Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P. J. 20, p. 14.
  • 64 A.D. Indre-et-Loire C 167. Mandement concernant le service des corvées dans la généralité d’Orléan (...)
  • 65 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les Directeurs des chemins, 1761, art. 20.
  • 66 A.D. Indre et Loire C 164. Instruction pour le sous-inspecteur chargé de la conduite d’une route p (...)
  • 67 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les directeurs des chemins (1761), art. XXXIII.

39La pénibilité du travail dut être diversement ressentie par les corvéables selon qu’ils exécutaient leur tâche individuellement ou collectivement. Sur les chantiers pourtant, les corvéables pouvaient se voir assigner une tâche individuelle : « Il sera distribué des tâches aux communautés dans toutes les parties de chemin qui en seront susceptibles, et des sous-tâches à chaque particulier, commandement par commandement, c’est-à-dire par trois jours61. » Cette répartition qui en principe ne tient pas compte de la force physique relative des manœuvres, se révèle singulièrement inégale selon la route d’affectation : la longueur de chemin par corvéable varie de 5 toises (soit 9,7 m) sur la route de Nantua à Bourg-en-Bresse) à 16 toises (31 m) sur la route de Belley à Besançon62. Pour certains types d’ouvrages tels que le charrois et le terrassement, les corvéables étaient répartis dans des collectifs de travail, appelés « bandes », « divisions » ou « brigades ». Trudaine lui-même évoquait dans son instruction de 1746 des brigades composées de piocheurs, de chargeurs, de brouetteurs et de régaleurs63. Composés d’une dizaine ou d’une douzaine de corvéables, elles pouvaient atteindre selon les usages locaux une trentaine de travailleurs, tous affectés à un même atelier. Dans la généralité d’Orléans par exemple, « les corvéables seront distribués par brigades de vingt à trente hommes pour les manœuvres, et de dix à douze harnois pour les voituriers64 ». Cette organisation en équipes conçue en fonction de la division des tâches était explicitement destinée à éliminer autant que possible des gestes inutiles. Pour le transport des terres, « il y auroit trop de tems à perdre si les brouetteurs étoient obligés de se charger eux-mêmes, et de piocher les terres65 ». La constitution de brigades sur les ateliers de corvée est aussi conçue comme un moyen d’aiguiser l’émulation au travail, chacun des membres étant censé exercer un contrôle sur les autres et activer ceux qui par leur comportement risquaient de ralentir la marche des travaux. Il revenait aux agents des Ponts et Chaussées de moduler la composition des équipes en fonction de la nature des ouvrages, de la pénibilité des tâches, de la consistance du terrain (le nombre de piocheurs par brigade était majoré pour travailler des sols lourds ou durs) ou de la distance entre le lieu d’extraction des matériaux et le chantier routier (à mesure qu’elle s’allongeait la proportion des brouetteurs devenait relativement plus importante). Il leur était ainsi recommandé de grouper dans une même brigade des travailleurs de force à peu près égale « à moins que le même ouvrage n’embrasse différentes opérations, les unes plus, les autres moins fatigantes ; auquel cas il composera chaque bande d’un nombre d’hommes plus ou moins forts66 ». La composition de ces collectifs de travail reposait d’ailleurs largement sur les liens familiaux et les solidarités communautaires : « Les brigades seront composées des gens du même village, autant qu’il sera possible ; on joindra ensemble les voisins, pour qu’ils s’avertissent les uns les autres lorsqu’ils seront commandés67. » Ce mode de gestion de la main-d’œuvre, largement utilisé sur les chantiers de fortification dans la seconde moitié du XVIIe siècle, devait non seulement rendre les corvéables solidaires dans l’exécution de leurs tâches, mais aussi leur permettre de constituer des équipes de travail aux fonctions complémentaires.

  • 68 A.D. Gironde 3722. Secours donné à un corvéable blessé sur atelier d’une route. A.D. Ille-et-Vilai (...)
  • 69 ENPC Ms 182. Mémoire pour servir à prouver l’insuffisance des forces qu’il est possible d’employer (...)
  • 70 A.D. Meurthe-et-Moselle C 107. État des gratifications proposées pour différentes personnes qui on (...)
  • 71 Boye P., op. cit., p. 62.

40Dans ce « corps à corps » avec la route, pour paraphraser André Guillerme, le risque de se blesser est bien réel comme en témoignent les quelques traces d’accidents engageant des hommes et des bêtes68. De tels préjudices peuvent exceptionnellement être pris en compte en amont du chantier pour justifier l’insuffisance des forces mobilisables. L’ingénieur des Ponts et Chaussées Cormont estimait ainsi que dans l’élection de Clermont (généralité de Soissons), sur 687 voitures « il y 1/5 à déduire pour le chapitre des accidents » et que sur 2 338 manouvriers « il y a 1/5 à déduire pour le chapitre des accidents69 ». Ce sont surtout les demandes de secours et les procédures d’indemnisation qui permettent d’entrevoir ces accidents. Rien ne dit toutefois qu’ils aient tous fait l’objet d’un signalement administratif. Comment expliquer dès lors cette faible reconnaissance du risque, qui ne dépareille d’ailleurs pas de ce que l’on constate sur d’autres chantiers, pour des ouvrages de fortification ou pour la construction du château de Versailles ? Reflète-t-elle objectivement un nombre limité d’accidents sur les routes de corvée ? Participe-t-elle de la part des corvéables d’un certain fatalisme à l’égard de l’ordre des choses qui ne justifie pas une réclamation auprès de l’administration locale ? Ce sous-enregistrement ne tient-il pas aussi de la volonté des autorités de limiter le coût des indemnisations ? Si certaines victimes peuvent perdre la vie sur un atelier de corvée, la plupart souffrent de blessures occasionnées par des chutes, des éboulements de matériaux ou le maniement d’outils tranchants. Sur la dizaine de cas signalés en 1777 sur les routes lorraines, la moitié concerne des manœuvres qui se sont cassé la jambe70. Dans le duché, l’augmentation du fonds d’aide de 22 % entre 1760 et 1777 tendrait à montrer que soit le nombre d’accidents augmente, soit la prise en charge des blessés s’améliore71.

41L’organisation du travail telle qu’elle se révèle dans la confrontation entre les instructions administratives et les plaintes des corvéables, fait donc apparaître une évidente pénibilité des tâches, même si le régime de contrainte est susceptible de s’appliquer avec moins de brutalité en fonction de la capacité des corvéables à aménager leur labeur ou à s’y soustraire.

La discipline au travail

42Des aléas climatiques, des épizooties ou encore l’insuffisance des outils mis à la disposition des corvéables sont susceptibles à tout moment de ralentir ou paralyser la marche des ateliers. L’avancement des travaux dépend aussi de l’investissement en travail des corvéables et des comportements qu’ils adoptent pour éviter, contester ou refuser les tâches imposées. L’efficacité de la discipline au travail tient dès lors non seulement aux pratiques de contrôle mais aussi aux marges de manœuvre dont disposent les corvéables pour le déjouer. Les procédures intentées pour réprimer leur défection ou leur indiscipline permettent en retour de mesurer leur activité.

L’échelle des sanctions

43Dans son acception la plus évidente, la menace d’une sanction fonde la définition de la contrainte au travail. Les ordonnances des intendants qui réglaient les modalités de la corvée, détaillent ainsi un arsenal répressif destiné à garantir l’exécution du travail et la discipline des corvéables. La fermeté affichée dans les règlements de corvée tranche toutefois avec les pratiques administratives qui invitaient à ménager les corvéables et à négocier des arrangements. De fait, plusieurs intendants et subdélégués s’efforcèrent souvent, par une administration à la fois ferme et bienveillante, d’adoucir les rigueurs du régime de la corvée et de faire un usage parcimonieux de l’autorité. Conscients qu’une application trop restrictive ne produirait pas les résultats escomptés, et soucieux d’obtenir un tant soit peu de travail de la part des corvéables, plusieurs d’entre eux s’attachèrent à composer avec les communautés et à proscrire une répression trop brutale. Ceux qui n’avaient pas effectué leur tâche se voyaient généralement accorder un délai supplémentaire pour s’acquitter de leurs obligations. Ce pragmatisme administratif contribua à donner une certaine flexibilité au système en atténuant les modalités trop contraignantes d’une stricte application des règlements.

  • 72 A.D. Indre-et-Loire C 164. Instruction pour les conducteurs des ouvrages de corvée (s. d.).

44Une gradation dans les sanctions permet de réprimer de façon différenciée la simple indiscipline et la rébellion caractérisée. Les manquements des corvéables qui arrivaient en retard sur l’atelier ou qui le quittaient avant la fin de la journée de travail ne faisaient généralement l’objet que d’un signalement verbal. Les instructions données aux piqueurs et aux conducteurs renseignent sur le seuil de tolérance à partir duquel l’administration devait sévir : « si sur cent personnes commandées le premier jour il en venoit sur l’attelier 80 ou 90 […] cette paroisse seroit censée bien obéir en général » ; en revanche « si dans une paroisse d’environ cent ou deux cent personnes corvéables il ne se présentoit sur l’atelier que huit ou dix corvoyeurs », celle-ci s’exposait alors à des poursuites disciplinaires72. En cas de refus manifeste des corvéables de se plier aux exigences de travail, le système de garnison permettait de « décerner des contraintes » en dépêchant des cavaliers de la maréchaussée chez les corvéables récalcitrants ou les syndics réfractaires : ils y logeaient jusqu’à ce que les coupables se décident à verser l’amende dont ils étaient redevables, ou qu’ils rapportent un billet de décharge signé du conducteur, justifiant qu’ils s’étaient bien acquittés de leurs tâches. Le fait qu’un tel système ait aussi été pratiqué pour le recouvrement de la taille tend à confirmer l’analogie institutionnelle entre les deux impositions. N.-A. Boulanger considérait que ce procédé constituait la seule solution pour contraindre efficacement les corvéables à remplir leurs obligations :

  • 73 Boulanger N. Art. cit., p. 284.

« La voie de la prison, qui seroit la meilleure, ne peut être admise, parce qu’il y a trop de réfractaires, et que chaque particulier ne répondant que pour sa tâche, il faudroit autant de cavaliers de maréchaussée qu’il y a de réfractaires. La voie des garnisons est toujours insuffisante, quoiqu’elle ait été employée une infinité de fois ; elle se termine par douze ou quinze francs de frais, que l’on répartit avec la plus grande précision sur toute la communauté rebelle, en sorte que chaque particulier en est ordinairement quitte pour trois, six, neuf, douze, ou quinze sous : or quel est celui qui n’aime mieux payer une amende si modique pour six semaines ou deux mois de désobéissance, que de donner cinq à six jours de son tems pour finir entièrement sa tâche ? Aussi sont-ils devenus généralement insensibles à cette punition, si c’en est une, et aux ordonnances réglées des saisons. On n’a jamais vu plus d’ouvriers sur les travaux après les garnisons, jamais plus de monde sur les routes dans la huitaine ou quinzaine après l’indication du jour de la corvée qu’auparavant73. »

  • 74 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6526.
  • 75 A.D. Indre-et-Loire C 164. Forme dans laquelle les garnisons doivent être établies dans les parois (...)
  • 76 A.D. Indre-et-Loire C 165. Mandement (1er janvier 1786).
  • 77 AD Indre-et-Loire C 166. Procédure à l’encontre de deux cavaliers de maréchaussée convaincus d’avo (...)
  • 78 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6507. A.D. Indre-et-Loire C 158. État des brigades de maréchaussée qui ont ét (...)

45Cette contrainte militaire, qui ne pouvait se faire que sur décision du subdélégué, était en principe strictement encadrée. En Auvergne : « Le garnisaire ne peut rester établi en garnison que pendant trois jours sur les défaillants d’une même paroisse, au bout desquels trois jours, il se retire et dresse un procès-verbal dans lequel il dénonce ceux qui n’ont pas voulu payer leur quote-part de la garnison, ni aller travailler74. » En Touraine, il était prévu que les cavaliers de la maréchaussée ne quittent la paroisse que « lorsqu’il ne restera plus que quatre contribuables en retard75 » ; les garnisons furent ensuite plafonnées en durée : elles ne pouvaient excéder quinze jours76. Malgré les règles qui encadraient cette pratique, elle donna lieu parfois à des violences et des exactions77. Les garnisons semblent toutefois avoir été diversement appliquées dans le royaume pour la corvée, comme l’indiquent les décomptes de journées employées par la maréchaussée à contraindre les réfractaires et les états de frais envoyés chaque année par les subdélégués78.

46Une autre solution consistait à faire réaliser par un entrepreneur les arriérés de tâches aux frais des corvéables défaillants ou récalcitrants. L’instruction de 1738 autorisait les intendants à faire exécuter à prix d’argent les tâches qui ne seraient pas achevées ou pas effectuées. Après une ou plusieurs mises en demeure assorties d’un délai de quelques jours pour permettre aux corvéables de se mettre en règle, les subdélégués étaient habilités à passer des marchés avec des voituriers ou des manœuvres du lieu ou d’autres communautés pour faire achever les travaux et imputer leur financement aux corvéables débiteurs. Face à l’efficacité toute relative des autres mesures coercitives, le Contrôle général avait affirmé sa préférence pour cette façon de procéder :

  • 79 A.D. Ain C 1066. Copie de la lettre de M. Silhouette à M. Joly de Fleury (2 avril 1759).

« Les emprisonnements, établissemens de garnison et condamnations d’amende sont en effet des moyens qu’il faut employer le moins qu’il est possible contre les corvéables en retard. Il me paroit beaucoup plus convenable de faire faire à prix d’argent les tâches qui ne sont pas exécutées dans les délais prescrits et de les faire payer à ceux qui sont en retard. Ce moyen s’exécute avec succès dans plusieurs généralités79. »

  • 80 A.D. 1 C 6606.
  • 81 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6523. Lettre de M. de Lagardette, subdélégué à Billom, au sujet des reproches (...)

47L’arriéré des journées des corvéables débiteurs était converti en pénalité financière pour la communauté en appliquant un barème variable selon la nature de la corvée : 15 sols la journée de manœuvre et 3 Lt une journée de bœufs par exemple dans la généralité de Riom80. Sur le terrain, les subdélégués n’y étaient pas toujours favorables, notamment à cause de la surcharge de travail administratif qu’impliquait l’organisation de telles procédures : « Je vous supplie de considérer que cette opération frappera plus ou moins chacune des trente paroisses de cette subdélégation et me jettera dans la nécessité d’un pareil nombre de voyages et de procès-verbaux, de lettres d’avis et de placards à envoyer à l’avance81. » La menace semble d’ailleurs avoir été rarement mise en exécution à cause de la difficulté à obtenir le recouvrement du montant des sommes dues par les communautés ou les corvéables condamnés.

  • 82 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6587. États des particuliers qui ont été conduits en prison pour avoir manqué (...)
  • 83 A.D. Gironde C 1869-1870. Procédure (1758-1760).

48La corvée, pas plus que la levée de la taille, ne pouvait en principe donner lieu à des contraintes par corps. Seules les insultes ou les violences caractérisées étaient passibles d’une peine d’emprisonnement. Cette sanction fut toutefois utilisée à l’encontre de ceux qui, au mépris de plusieurs injonctions, refusaient obstinément d’effectuer les journées de travail dont ils étaient redevables. Des ordonnances d’emprisonnement délivrées par les subdélégués sont par exemple attestées à partir de 1768 en Auvergne82. Les procédures judiciaires engagées à l’encontre de corvéables restent cependant tout à fait exceptionnelles et ont davantage valeur d’exemple à l’encontre de meneurs, dont les responsabilités se trouvent ainsi individualisées. Ce fut le cas de M. Doumere à Langon, qui parce qu’il refusait instamment d’envoyer à la corvée les bouviers employés dans ses vignes, fut menacé d’un procès pour sédition et encouragement à la désobéissance83.

49Même si les sanctions prévues en cas de manquement font l’objet d’une grande disparité dans leur application, les dispositifs systématisés pour contraindre les corvéables défaillants ou récalcitrants offrent la possibilité de mesurer l’indiscipline du travail à condition toutefois de comprendre comment celle-ci est appréciée.

Une mesure des désordres

  • 84 A.D. Indre et Loire C 164. Lettre de M. Salmon (9 juillet 1774).

50L’historiographie a surtout retenu de la corvée la détestation qu’elle a cristallisée à travers les plaintes qu’elle a suscitées, et les archives que la répression a produites, quitte à occulter le nombre de corvées qui se sont déroulées sans incidents notables. Dans la correspondance qu’ils entretiennent avec l’administration des Ponts et Chaussées ou avec le Contrôle général, les intendants n’hésitent pas à rendre compte de l’exécution des travaux : « La plupart se rendent au jour fixé pour remplir leurs corvées ; d’autres diffèrent ; les présens font la corvée qui leur est indiquée ; ils laissent entre eux par intervalle celles assignées aux absens84. » Il peut certes s’agir de la posture d’un administrateur soucieux de souligner le zèle avec lequel il remplit sa fonction. Il n’en reste pas moins que travailler à la corvée n’est pas nécessairement subi comme une contrainte par les communautés. Elles peuvent aussi y trouver un intérêt, notamment pour la construction et l’entretien de routes qui sont leur directement utiles. Certaines communautés ne vont-elles pas dans certains cas jusqu’à proposer spontanément de servir à la corvée pour infléchir le choix d’un tracé qui leur serait favorable ?

  • 85 Nicolas J., La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris (...)
  • 86 A.D. Indre-et-Loire C 163.

51Parce qu’ils rompent brutalement avec l’ordinaire du travail, les résistances et les conflits ont fait l’objet de signalements dans la correspondance administrative. Il est possible parfois d’en mesurer ponctuellement l’intensité, qu’il s’agisse de l’ampleur de la mobilisation ou de la durée de la suspension des travaux. Les révoltes, impliquant une mobilisation collective et violente de la communauté, semblent somme toute assez rares. Il est à noter à cet égard que J. Nicolas ne signale aucun soulèvement lié à la corvée royale85. Ce sont rarement des paroisses entières qui refusent de se rendre sur l’atelier où elles sont convoquées. Les circonstances qui déclenchent ces rébellions et déchaînent la colère populaire sont diverses : en 1746 la quarantaine de corvéables de Courcemont, qui s’en sont pris au sous-ingénieur Vallée, avaient été sommés de refaire des travaux jugés mal réalisés entre Bonnestable et Rouperoux sur la route du Mans à Paris86. Les violences exercées par un piqueur peuvent aussi être à l’origine d’une rébellion.

52Si l’exode rural a été parfois présenté comme une réponse au poids insoutenable de la corvée, celle-ci ne saurait en toute vraisemblance être la seule motivation du déracinement. L’impopularité de la corvée s’est surtout manifestée par une insoumission à la discipline du travail que l’administration monarchique prétendait imposer : le refus de se plier aux contraintes des horaires de travail ou d’exécuter la totalité de la tâche prescrite pour le nombre de jours de réquisition est la manière la plus courante de la part des corvéables, pour se dérober à la contrainte ou en réduire les effets.

53Il s’avère extrêmement difficile de prendre la mesure de l’indiscipline des corvéables et de la contestation de la corvée avant les deux dernières décennies du XVIIIe siècle, et a fortiori d’en dessiner une cartographie globale, tant la diversité des régimes de travail à l’échelle du royaume brouille la comparaison. Il apparaît tout aussi difficile de calculer le pourcentage de corvéables qui à l’échelle d’une communauté accomplissent réellement le travail pour lequel ils sont requis. Les états de défaillants dressés par les piqueurs ainsi que les relevés récapitulatifs établis en fin de semaine ou à l’issue d’une saison dans le cadre de poursuites à engager, se contentent le plus souvent d’énumérer les corvéables redevables. Quand ils ne se résument pas à une liste sommaire de noms, ces documents permettent de saisir les critères retenus pour qualifier l’indiscipline. Était considéré comme défaillant un corvéable qui ne s’était pas rendu à l’atelier. La distinction n’est toutefois pas toujours très claire avec les désignations de « délinquant » ou de « réfractaire » qui sont généralement réservées à des travailleurs reconnus coupables d’insultes ou de violences. Cette qualification pouvait aussi s’appliquer au corvéable qui n’avait pas effectué la totalité de sa tâche.

  • 87 A.D. Aube C 1094. Éclaircissemens concernant les réfractaires aux corvées de la route de Troyes à (...)

54Ces états de défaillants ne permettent cependant pas, sauf à de rares exceptions, de dégager les profils sociaux des réfractaires à la corvée, dont la profession n’est quasiment jamais mentionnée. Tout au plus peut-on observer une distinction entre « laboureurs » et « manouvriers » qui renvoient aux deux emplois de la corvée, à savoir la corvée de bras et la corvée de harnais. Ce sont majoritairement les laboureurs qui sont poursuivis, sans doute en raison de l’importance que représente le transport des matériaux en termes de coûts ; quand les manouvriers sont mentionnés, c’est qu’ils ont fini leur tâche ou qu’ils prétendent à une exemption87.

  • 88 A.D. Rhône 1 C 143. Instruction pour M. les subdélégués, sur le travail des corvées dans la généra (...)
  • 89 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6600-6602. États des corvéables, par collectes (1777).
  • 90 A.D. Rhône 1 C 143. Procès-verbal (1758).
  • 91 A.N. H2 2105.
  • 92 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6589. À partir de la fin des années 1770, les états de défaillants sont dans (...)

55Les préposés à l’encadrement des chantiers rendent compte du travail des corvéables principalement selon un critère temporel. Une des principales fonctions des piqueurs consistait en effet à constater que la main-d’œuvre réquisitionnée était effectivement présente sur les ateliers et à noter les noms de ceux qui manquaient à l’appel. Le décompte des journées devait servir à objectiver les manquements à la corvée : les piqueurs « marqueront chacun desdits corvoyeurs présens d’une barre en marge desdits dénombrements, qui sera laissée assez large, pour pouvoir successivement marquer lesdits corvéables pendant l’année entière88 ». Certains rôles portent effectivement la trace de ces barres griffonnées en marge pour indiquer en vis-à-vis de chaque nom que la corvée avait été effectuée. Dans la généralité de Riom, des listes nominatives présentant un système de bâtonnets verticaux pour indiquer le nombre de jours effectué attestent de la réalité de ces pratiques de contrôle89 ; sur certains rôles (comme pour la collecte de Billiom) figure aussi en regard du nom du corvéable la mention « venu ». En fin de journée, le piqueur ou le conducteur délivraient les billets de décharge attestant que les corvéables s’étaient bien acquittés de leurs tâches90. Il conservait un état « pour former une espèce de contrôle des mêmes acquits que les corvéables peuvent perdre, déchirer ou égarer, ou falsifier, comme cela est arrivé très souvent91 ». Sur la base de ces décomptes le sous-ingénieur dressait un état des délinquants à l’issue de chaque saison. En Auvergne la comptabilité des jours de corvée obéit à des procédures de plus en plus formalisées au cours du siècle : les états des défaillants mentionnent par communauté le nombre de journées « à fournir », « fournies » et « dues » ; quant aux états périodiques des travaux de corvée, ils indiquent pour chaque paroisse la quantité de jours prescrits et la date des jours de travail effectué92. Autour de la mesure du temps se jouent ainsi la capacité et le zèle de l’administration royale à imposer la discipline de la corvée de façon à réduire l’écart entre le nombre de journées prescrites et celui des journées réellement travaillées.

  • 93 A.N. H2 2116. Lettre circulaire (27 juin 1761).

56Il revenait aux piqueurs de veiller à ce que les corvéables, non seulement fournissent le nombre de jours requis, mais respectent aussi des horaires de travail. Les piqueurs devaient compter parmi les défaillants ceux qui étaient arrivés en retard et ceux qui avaient quitté l’atelier trop tôt. L’amplitude de la journée au cours de laquelle les corvéables avaient l’obligation de rester sur le chantier, et la stricte mesure des temps alloués au travail, étaient en effet précisément définies par les instructions. Dans la généralité de Paris, il était prévu que « la journée n’excède pas 8 à 9 heures, compris le travail93 ». Les horaires variaient toutefois selon les saisons pour tenir compte de la durée relative de la journée. Elle est communément de 12 à 13 heures au printemps et de 10 à 11 heures à l’automne. Au printemps, la journée commençait à 5 h du matin pour se terminer à 17 h ; en automne, le travail débutait à 8 heures et cessait une heure plus tôt le soir. De ce temps de présence il faut déduire la durée de la pause – entre une et deux heures selon les saisons – que les corvéables prennent pour déjeuner. En Bretagne, l’ordonnance de 1734 stipule que sur une journée de douze heures (6 h du matin à 6 h du soir), une interruption de 1 h 30 est prévue pour les repas. Les temps de trajet pour se rendre à l’atelier et pour en revenir sont diversement appréciés au regard du travail décompté :

  • 94 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les Directeurs des chemins, 1761, art. XV.

« On a compté le temps moyen du travail, à dix heures par jour, y compris celui pour venir du domicile sur l’attelier, et celui pour s’en retourner de l’attelier au domicile ; ce temps peut-être évalué environ à une heure par lieue pour les gens à pied, cinq quarts d’heure pour les voitures à chevaux, et une heure et demie pour celles à bœufs94. »

  • 95 Instruction de l’intendant de la généralité de Bordeaux pour les corvées des chemins (24 décembre (...)
  • 96 Le Mémoire de 1737 recommandait d’employer huit jours d’affilée les corvéables « dont l’éloignemen (...)

57La réquisition de la main-d’œuvre corvéable procède d’une métrique spatialisée qui articule étroitement le gradient de la distance à l’économie du temps. Les temps de trajet, quand ils étaient susceptibles d’avoir une incidence sur la durée effective de travail, pouvaient être inclus dans la journée de corvée. La durée de travail était dégressive à mesure que le temps de trajet s’allongeait, du moins jusqu’à une certaine distance. Les corvéables éloignés de plus d’une lieue et demie (5,8 km) étaient autorisés à arriver sur le chantier une heure après le début des travaux et à quitter l’atelier plus tôt pour leur permettre de regagner leur habitation95 ; au-delà d’une certaine distance, les corvéables avaient l’obligation de résider sur place96. Sont ainsi pris en considération des temps improductifs annexes au travail tels que les temps de trajet pour l’aller comme pour le retour, et les pauses pour le repas.

  • 97 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6589.

58Ces décomptes des journées dont les corvéables sont redevables donnent la mesure de l’indiscipline des corvéables à l’échelle d’une route et d’une saison de corvée. Si les états de défaillants se retrouvent sous des formes diverses dans toutes les circonscriptions qui ont employé la corvée, c’est dans la généralité de Riom que le système trouve précocement sa forme la plus achevée. Ainsi sur la route de Riom à Combroude, 6 492 journées de corvée ont été effectuées au cours des mois de novembre et décembre 1769, tandis que 1 068 n’ont pas été travaillées97. Sont non seulement consignés les jours de travail, mais également la « quantité de manœuvres manquants » et la « quantité de voitures manquantes ». L’une et l’autre représentent respectivement 14 % et 15 % des effectifs requis à la corvée.

  • 98 A.D. Aube C 1094. Éclaircissemens concernant les réfractaires aux corvées de la route de Troyes à (...)

Tableau 5. – Les réfractaires à la corvée sur la route de Troyes à Vendeuvre (1769)98.

Tableau 5. – Les réfractaires à la corvée sur la route de Troyes à Vendeuvre (1769)98.

59Ces décomptes de temps, qui correspondent au nombre de journées qui n’ont pas été travaillées, ne disent rien de la tâche elle-même, de la quantité de travail réalisé et de la qualité de la prestation. Il est rare que, pour rendre compte des manquements, l’ingénieur, à l’instar de Montrocher dans le département de Troyes (généralité de Châlons) combine deux critères d’appréciation : le nombre de jours non travaillés pour l’une et l’autre saison et la quantité de travail fourni (voir tableau 4). Cette évaluation du travail dont sont redevables les corvéables se réfère à des tâches précisément calibrées. Ainsi Gilbert Bonnière, domicilié à Pinay, s’est rendu sur le chantier le 17 novembre 1769 pour en repartir le lendemain. Avec ses dix chevaux, il était programmé pour le transport de 540 pieds cube de pierre ; il en a convoyé tout au plus 18. En ce qui concerne la qualité du travail des corvéables, elle n’est pas appréciée pour elle-même mais dans les ouvrages réalisés.

  • 99 Dans la généralité de Riom par exemple, les journées dues sont à partir de 1777 affectées d’une va (...)

60La résistance passive au travail de la corvée est-elle plus importante que la fraude fiscale ? En l’état actuel des connaissances, il est impossible de répondre à cette question. Tout au plus les sources permettent-elles de mesurer localement la défection des corvéables et de comprendre les logiques qui sous-tendent les pratiques de répression. Avec la commutation de la corvée ces critères vont eux-mêmes évoluer99.

61Les ateliers de corvée constituent donc un prisme opportun pour saisir le fonctionnement du travail requis, et la charge qu’elle pouvait représenter à travers les formes concrètes de son déroulement. La chronique des chantiers invite à mettre à distance les discours stigmatisant la paresse et l’inaction des corvéables. Elle donne à voir, autant que les sources le permettent, des rapports de travail autant que des rapports au travail. Ce sont des individus aux identités sociales diverses qui s’y côtoient. Des relations à la fois hiérarchiques et fonctionnelles impriment fortement l’activité des ateliers. La réalisation des tâches engage des formes de division du travail, la composition d’équipes et la structuration technique des interventions. Pour les corvéables à pied d’œuvre sur le chantier, la charge de travail se définit non seulement par une quantité de travail mais aussi par le nombre de jours dicté par l’administration pour le réaliser. Si elle découle des prescriptions techniques définies en amont par les ingénieurs, la charge de travail dépend des conditions de leur mise en œuvre, des modalités d’organisation et de la coordination des travailleurs. Dans un système qui engage la responsabilité collective de la communauté, elle dépend encore du nombre de défaillants. Il reste néanmoins difficile de mesurer la charge de travail que représente la corvée à partir de plaintes circonstancielles qui n’expriment pas forcément la même échelle de jugement et qui ne renvoient pas à des situations de travail comparables. Au-delà de l’argument généralement invoqué des difficultés conjoncturelles, ces plaintes montrent la capacité des corvéables à mesurer leur travail (le nombre de jours effectués, leur variation selon les années, la périodicité des convocations, la longueur de la tâche…) ou apprécier la contrainte (le délai pour réaliser la tâche, l’amplitude des distances à parcourir, le degré d’utilité de la route, les violences exercées par les piqueurs ou les cavaliers de la maréchaussée…). L’invocation de la lourdeur de la tâche sert ordinairement à négocier un aménagement ou une réduction de la corvée. Celle-ci engage en effet de multiples transactions où ceux qui subissent la contrainte et ceux qui l’exercent, mettent en œuvre leur pouvoir respectif pour en infléchir l’application. Le rachat optionnel des tâches, expérimenté dans quelques généralités à partir des années 1760, aura pour ambition de la rendre moins onéreuse.

Notes

1 Saint-Lambert J.-F. de, Saisons, Amsterdam, 1769.

2 A.D. Indre-et-Loire C 161. Ordonnances (18 octobre 1754 et 11 novembre 1754).

3 A.N. H2 2116. Minute de la lettre circulaire (27 juin 1761).

4 Cette réflexion s’inscrit dans un ensemble convergent de travaux qui posent la question de la mesure du travail. Cf. « Mesurer le travail », Histoire et mesure, 2005, XXX, 3-4. Bidet A. et Vatin F., « Acteur et mesure au travail », P. Steiner et F. Vatin (dir.), Traité de sociologie économique, Paris, PUF, 2009, p. 689-726.

5 Lecreulx F.-M., Mémoire sur la construction des chemins publics…, op. cit., p. 132.

6 On retrouve les mêmes prescriptions dans les formulaires de réquisitions militaires (Cf. Destable P., Les Chantiers du roi : la fortification du « pré carré » sous le règne de Louis XIV, thèse de doctorat, G. Gayot (dir.), université Lille III, 2006, p. 239).

7 A.D. Indre-et-Loire C 164. Mémoire d’observations sur l’administration des corvées rédigé en conséquence de la lettre de M. l’intendant (27 juin 1774).

8 Mémoire sur la conduite du travail par corvées (1737), art. 2.

9 La juxtaposition des enfants et des domestiques dans une même rubrique s’explique par des considérations fiscales (ils relèvent du même feu imposé à la taille). De la même façon en Angleterre, le Statute duty n’était exigible que des housholders, labourers et cottagers, et la relation de dépendance – comme apprenti ou servant – est explicitement un critère de non-imposition.

10 A.D. Indre-et-Loire C 161.

11 B.N.F. Joly de Fleury 1464 (fol. 168-169). Lettre des garçons de Chevillon près Joinville (s. d.).

12 J. Letaconnoux (op. cit., p. 28) cite les exemples de Pierre Bonnefoy déchargé de corvée à l’âge de 84 ans.

13 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6606.

14 A.D. Côte d’Or C 3859. Délibération concernant le travail des chemins par les corvéables (15 janvier 1759), art. 2.

15 Ordonnance de l’intendant de Moulins portant règlement pour la réparation des chemins et le service des corvées (25 février 1746), Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P.J. 17, p. 10, art. 5.

16 A.D. Indre-et-Loire C 164. Même si en 1785, date à laquelle se rapporte cette affaire, la généralité de Tours est passée au régime du rachat optionnel, cet exemple est intéressant car c’est la capacité de travail et non la richesse imposable qui est avancée pour débouter le plaignant.

17 A.D. Calvados C 3391 État des exemptions accordées soit personnellement soit pour un certain nombre de chevaux.

18 A.N. H2 2105. Instruction sur les exemptions des corvées (12 février 1772).

19 A.D. Indre et Loire C 1777. Lettre de Gourdain (18 avril 1747).

20 A.D. Indre-et-Loire C 167. Mémoire sur l’instruction adressée par M. du Cluzel intendant de Touraine pour la réparation ou construction des routes : « les veuves, les filles n’ayant aucune exploitation vivant uniquement du travail de leurs mains, et dont le taux principal de la taille n’est pas de 5 L sont déclarées exempts ».

21 A.D. Indre-et-Loire C 161. Rolle des journaliers et journalières qui ont travaillés au chemin du Chât[eau]-du-Loir au Mans (6-9 juillet 1739).

22 Boye P., op. cit., p. 59.

23 Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P. J. 20, p. 14. A.D. Gironde C 3610. Instruction au sujet des ouvrages à faire sur les grands chemins par corvées (s. d.).

24 Boye P., op. cit., p. 59.

25 A.D. Rhône 1 C 103. Correspondance entre J.-B. de la Michodière et M. de Bligny (novembre et décembre 1758) ; 1 C 143. Brouillon de lettre (s. d.).

26 « Lettre de Julien Sabot, aux auteurs de la Gazette », La Gazette d’Agriculture, 27 octobre 1767, p. 851.

27 Fillon A., op. cit., p. 339-340.

28 « Observations d’un habitant corvoyable de l’élection d’Avranches, sur la manière dont se font les corvées pour les grands chemins dans la généralité de Caen », Journal d’agriculture (décembre 1767), p. 42.

29 Bibl. ENPC Ms 2036. Copie de la lettre de Mathieu Bayeux à D.-C. Trudaine (22 octobre 1754).

30 A.D. Indre-et-Loire C 165. Lettre de M. de la Marsaulaye (28 janvier 1786).

31 A.D. Indre-et-Loire C 164. Ordonnance de M. du Cluzel intendant de Tours (15 février 1772), art. 32. Instruction pour les conducteurs des ouvrages de corvée (s. d.) art. 8 : « Il est essentiel de les empêcher de se charger de plus d’une tâche à la fois ; si dans des cas particuliers on permet à quelqu’un de se charger de plusieurs tâches, il les faudra faire travailler à part. »

32 A.D. Gironde C 1870. Lettre de Silhouette (2 avril 1759) : « on a proposé plusieurs fois de fournir le pain à ceux qui travaillent en corvées et d’en imposer la dépense ; de fortes raisons ont empêché de prendre ce parti ; mais j’aprouverai beaucoup que vous ménagiez sur les excédans de capitation de quoi récompenser les paroisses qui auront bien rempli leurs tâches dans les tems que vous leur aurez prescrits ».

33 Lettre de D.-C. Trudaine à J.-B.-F. de la Michodière, intendant de la généralité de Rouen (26 avril 1768), Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P.J. 88, p. 79.

34 Kisliakoff N., op. cit., p. 180.

35 A.D. Gironde C 1877. Lettre de M. Caume, subdélégué ( ?) à l’intendant (31 mars 1764).

36 A.D. Indre-et-Loire, C 176. Note.

37 A.D. Orne C 122.

38 A.D. Ille-et-Vilaine C 2264. Mémoire sur les grands chemins de Bretagne (juillet 1737). A.D. Calvados C 3372. Mémoire concernant la manutention des corvées dans la généralité de Caen (1762 ?) art. 9. Dans la généralité de Paris, il fut envisagé de régler les tournées des inspecteurs sur le travail des corvées. La première devait intervenir avant le mois de mars pour mesurer l’avancement des travaux ordonnés au mois de novembre précédent. À l’occasion de la seconde à programmer avant le 1er mai, il s’agissait de recevoir les travaux effectués par corvée et de constater les manquements. Après une troisième visite consacrée à la levée des plans pour les routes en projet, la suivante permettait de procéder avant le mois de septembre à la distribution des tâches. La dernière tournée devait au début du mois de novembre « mettre en activité le travail relatif aux corvée » de la saison d’automne (A.N. H2 2105).

39 A.D. Indre et Loire C 164. Lettre de M. Salmon (9 juillet 1774).

40 A.D. Aube C 1089. État des voyers piqueurs qui ont fait le service et ont été chargés de la conduite des habitans pendant les travaux de corvée en place des voyers qui ont été supprimés sur les routes et atteliers ci-après dénommés pendant l’année 1773. Sont mentionnés un bonnetier, un maréchal-ferrant, un maître d’école, un cordonnier, un menuisier…. A.D. Ain. C 1064. Généralité de Dijon. Bresse, Bugey et Gex. Ponts et Chaussées. État général des places de directeurs demandées par différentes personnes avec des observations sur les sujets proposés. Parmi les profils socio-professionnels indiqués, figurent un ancien piqueur d’entrepreneur, des aubergistes, un maître de poste, un ouvrier en laine, un maçon, un chirurgien, un commissaire à terrier…

41 Bourgelat C. op. cit., p. 23-24.

42 Mémoire instructif sur la réparation des chemins (1738), p. 9.

43 Illaire M., op. cit., p. 106.

44 A.D. Haute-Vienne C 692. Généralité de Tours. État et appréciation des ouvrages faits par corvée dans la généralité pendant l’année 1779. A.D. Indre-et-Loire C 164. Ponts et Chaussées. Généralité de Tours. État et appréciation des ouvrages faits par corvée dans ladite généralité pendant l’année 1785. Avec un état sommaire de la situation de toutes les routes ouvertes et à ouvrir au 1er janvier 1786 en conséquence de l’inventaire desd. routes du 1er janvier 1769.

45 A.D. Indre-et-Loire C 167. Corvées. Généralité de Tours (s. d.).

46 Ordonnance de l’intendant de Franche-Comté concernant l’entretien des grandes routes de cette province (25 décembre 1752), art. 8.

47 A.D. Indre-et-Loire C 164. Observations sur la manutention de la corvée (s. d.).

48 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les Directeurs des chemins, 1761 (art. XVII).

49 B.N.F. Joly de Fleury 452. Lettre de trois manouvriers, demeurant à Fère-en-Tardenois (30 juin 1765).

50 Mémoire sur la conduite du travail par corvées (1737), art. 2. En Roussillon, « on travaillera un, deux ou trois jours de suite, suivant la distance des communautés et les instructions données, et l’on se reposera cinq fois autant de jours qu’on aura travaillé » (Mémoire servant de règlement pour la conduite des travaux par corvée, par le sieur Bertin, intendant de Roussillon, Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, p. 16). On retrouve d’ailleurs de semblables prescriptions pour les corvées seigneuriales qui devaient être distribuées « de façon qu’il n’y en ait que trois par mois et à diverses semaines » (Ferrière C., op. cit., p. 554).

51 Clément F.-P., op. cit., p. 74.

52 A.D. Indre-et-Loire C 164. Instruction pour les sous-inspecteurs chargés de la conduite d’une route par corvée (s. d.), art. 2.

53 A.D. Ille-et-Vilaine C 2261. Ordonnance du 6 décembre 1734.

54 A.D. Aube C 1089. Lettre de M. Vinot à M. Honnet, secrétaire de l’intendance de Champagne (8 juin 1740).

55 Mirabeau cite l’exemple d’un corvéable mort sous sa brouette (L’Ami des hommes (1760), op. cit., p. 92). Incidemment au détour d’un argumentaire économique à charge contre la corvée en travail, Du Pont évoque le risque d’accidents (Du Pont P.-S., De l’Administration des chemins op. cit., p. 23). Dans le préambule de l’édit de février 1776, Turgot ira jusqu’à mentionner une « foule d’accidents » et « la perte […] des hommes, des chefs de famille blessés, estropiés, emportés par des maladies qu’occasionne l’intempérie des saisons » (Préambule de l’édit du 6 février 1776, Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P.J. 122, p. 131).

56 Ogilvie, Sheilagh C., « The economic world of the Bohemian serf: economic concepts, preferences and constraints on the estate of Friedland 1583-1692 », Economic History review, 2001, 54, p. 430-453.

57 B.N.F. Joly de Fleury 355, fol. 181-182. Lettre des habitants d’Yevre-le-Chatel, généralité d’Orléans (s. d.).

58 Ordonnance de l’intendant C.-A. de Lacoré (mars 1766) citée par Hyenne S.-E., op. cit., p. 157.

59 A.D. Gironde C1869. Lettre à D.-C. Trudaine (23 janvier 1758).

60 A.D. Aube C 1099. Noms des communautés auxquelles il est nécessaire de faire fournir des masses de fer acérés pour casser la pierre sur la route de Troyes à Vendoeuvre, Bar-sur-Aube et Collombé (1774).

61 A.D. Rhône 1 C 143. Addition d’instruction pour MM. les subdélégués sur le travail de la corvée dans la généralité de Lyon (1757) art. 3.

62 A.D. Ain C 1066. État général des communautés qui travaillent ou doivent travailler par corvée sur les routes ouvertes et à ouvrir dans les provinces de Bugey et Valromey suivant les ordres de monsieur l’intendant. Et situation des ouvrages faits par corvée jusqu’au 31 décembre 1762.

63 Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P. J. 20, p. 14.

64 A.D. Indre-et-Loire C 167. Mandement concernant le service des corvées dans la généralité d’Orléans (1777).

65 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les Directeurs des chemins, 1761, art. 20.

66 A.D. Indre et Loire C 164. Instruction pour le sous-inspecteur chargé de la conduite d’une route par corvée.

67 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les directeurs des chemins (1761), art. XXXIII.

68 A.D. Gironde 3722. Secours donné à un corvéable blessé sur atelier d’une route. A.D. Ille-et-Vilaine C 2422. A.D. Ain C 1044. Secours et indemnités accordés à des ouvriers blessés en travaillant à la route

69 ENPC Ms 182. Mémoire pour servir à prouver l’insuffisance des forces qu’il est possible d’employer à la corvée sur les routes de Clermont (1783).

70 A.D. Meurthe-et-Moselle C 107. État des gratifications proposées pour différentes personnes qui ont été blessées sur les travaux de corvée (1777).

71 Boye P., op. cit., p. 62.

72 A.D. Indre-et-Loire C 164. Instruction pour les conducteurs des ouvrages de corvée (s. d.).

73 Boulanger N. Art. cit., p. 284.

74 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6526.

75 A.D. Indre-et-Loire C 164. Forme dans laquelle les garnisons doivent être établies dans les paroisses commandées pour les ouvrages des Ponts et Chaussées (s. d.).

76 A.D. Indre-et-Loire C 165. Mandement (1er janvier 1786).

77 AD Indre-et-Loire C 166. Procédure à l’encontre de deux cavaliers de maréchaussée convaincus d’avoir perçu des amendes indues et de s’être livrés à des actes de violences (1763-1764). En Champagne, pour compenser le manque de zèle des cavaliers de la maréchaussée qui, pris par d’autres fonctions, se contentaient d’aller prévenir les réfractaires et de toucher les amendes, il fut même question d’affecter aux garnisons des grenadiers de bataillon de milice (A.D. Aube C 1094. Lettre de M. Paillot subdélégué à Bar-sur-Aube, du 5 décembre 1769).

78 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6507. A.D. Indre-et-Loire C 158. État des brigades de maréchaussée qui ont été employées aux travaux faits par corvée dans la généralité de Tours pendant l’année 1770. A.D. Orne C 122. État de l’indemnité due aux brigades qui ont servi sur les routes de Laigle et de Lizieux pour contenir les corvoyeurs (1753).

79 A.D. Ain C 1066. Copie de la lettre de M. Silhouette à M. Joly de Fleury (2 avril 1759).

80 A.D. 1 C 6606.

81 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6523. Lettre de M. de Lagardette, subdélégué à Billom, au sujet des reproches que lui adresse l’intendant sur l’inaction de la corvée (12 mai 1781).

82 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6587. États des particuliers qui ont été conduits en prison pour avoir manqué de travailler aux chemins en 1768.

83 A.D. Gironde C 1869-1870. Procédure (1758-1760).

84 A.D. Indre et Loire C 164. Lettre de M. Salmon (9 juillet 1774).

85 Nicolas J., La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Éditions du Seuil, 2002.

86 A.D. Indre-et-Loire C 163.

87 A.D. Aube C 1094. Éclaircissemens concernant les réfractaires aux corvées de la route de Troyes à Vendeuvre qui ont été ou ont dû être contrains suivant l’ordre de M. Paillot en date du 11 novembre 1769.

88 A.D. Rhône 1 C 143. Instruction pour M. les subdélégués, sur le travail des corvées dans la généralité de Lyon (1753) art 8.

89 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6600-6602. États des corvéables, par collectes (1777).

90 A.D. Rhône 1 C 143. Procès-verbal (1758).

91 A.N. H2 2105.

92 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6589. À partir de la fin des années 1770, les états de défaillants sont dans la généralité de Riom des imprimés à remplir.

93 A.N. H2 2116. Lettre circulaire (27 juin 1761).

94 A.N. F14 149. Mémoire instructif pour les Directeurs des chemins, 1761, art. XV.

95 Instruction de l’intendant de la généralité de Bordeaux pour les corvées des chemins (24 décembre 1743), Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P.J. 14, p. 8.

96 Le Mémoire de 1737 recommandait d’employer huit jours d’affilée les corvéables « dont l’éloignement demande une bonne partie du jour pour les rendre sur l’ouvrage ; car c’est assez d’employer deux jours de suite celles qui sont à portée de leur travail ». A.D. Gironde C 1993. Instruction pour les corvées des chemins (24 décembre 1740). Ordonnance de l’intendant de la généralité de Bordeaux (Boucher d’Hebecourt) sur la corvée pour réparation des chemins, 1er octobre 1742 (Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P.J. 12, p. 7) qui défend aux corvoyeurs dont le domicile est éloigné de plus d’une lieue de retourner chez eux. Projet d’ordonnance de P.-E.-M. de Blossac, intendant de Poitiers (1758), art. 34 : si les corvéables sont domiciliés à plus d’une lieue du chantier, il leur est interdit de rentrer chez eux pendant trois jours. Instruction de l’intendant de Bordeaux pour les corvées des chemins (24 décembre 1743), Vignon E.-J.-M., op. cit., t. 3, P.J. 14, p. 8.

97 A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6589.

98 A.D. Aube C 1094. Éclaircissemens concernant les réfractaires aux corvées de la route de Troyes à Vendeuvre qui ont été ou ont dû être contrains suivant l’ordre de M. Paillot en date du 11 novembre 1769.

99 Dans la généralité de Riom par exemple, les journées dues sont à partir de 1777 affectées d’une valeur monétaire différente selon qu’il s’agit d’un travail de manœuvre ou d’une corvée de harnais. Les infractions constatées se trouvent ventilées dans quatre colonnes et tarifées à 15 s une journée de manœuvre, 3 Lt pour celle d’un bœuf ou d’un cheval, et 2 Lt pour celle d’une vache (A.D. Puy-de-Dôme 1 C 6607. Récapitulation et estimation des journées qui restent dues par les défaillants).

Table des illustrations

Titre Tableau 4. – Taux d’encadrement des chantiers dans la généralité de Tours (1779-1786)44.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 5. – Les réfractaires à la corvée sur la route de Troyes à Vendeuvre (1769)98.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search