Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis et la République

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Quatrième partie. Mutations sociales et institutionnelles

Conclusion

Jacqueline Sainclivier

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En définissant pour ce colloque une chronologie large afin d'étudier les causes et les retombées de la crise de 1958, nous voulions sortir du cadre chronologique étroit afin de réfléchir à une interprétation de la crise de 1958 qui ne soit pas uniquement centrée sur « la part du contingent1 » mais prenne en compte des processus multiples. Il s'agissait de replacer la crise dans une histoire politique plus globale afin de comprendre l'impact durable ou non de cette crise et des changements institutionnels qu'elle a entraînés sur les forces politiques et sociales.

La crise de mai-juin 1958 (G. Richard) resterait incompréhensible si on l'isolait de son contexte. L'étude du système partisan2, objet de notre colloque, doit aider à mieux montrer les ressorts et les enjeux de l'événement : une victoire générale des droites ; une victoire d'autant plus durable que les gaullistes surent faire de l'UNR, créée dans l'improvisation en octobre 1958, un grand parti structuré et fédérateur ; une vi...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540