Versión clásicaVersión móvil

Les partis et la République

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Quatrième partie. Mutations sociales et institutionnelles

Les catholiques et l'impératif politique. Cléricalisme et déconfessionnalisme chez militants et intellectuels catholiques français (1955-1972)

Claire Toupin-Guyot

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

En 1926, le pape Pie XI condamne l'Action française, le mouvement de Charles Maurras, et invite les catholiques à se détourner de la politique pour donner la « Primauté au spirituel ». Ce n'était pas la première fois que la papauté cherchait à éloigner ses fidèles de l'arène politique, à deux autres reprises elle y avait invité : en 1885, quand Léon XIII avait dissuadé Albert de Mun de fonder son parti politique et en 1910, quand Pie X avait brisé le mouvement démocratique du Sillon de Marc Sangnier1. Dans les trois cas, le militantisme confessionnel était invité à se reporter sur le social, privé qu'il était de possibilité politique, allant même jusqu'à « naturellement entraîner une dépréciation du politique2 » pendant des décennies. Les années quarante marquent un profond changement : l'absence de discernement de la hiérarchie catholique pendant la période vichyste, l'expérience de la résistance ou de la captivité conduisent nombre de prêtres et de laïcs à vouloir réintégrer total...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search