Version classiqueVersion mobile

Les partis et la République

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Quatrième partie. Mutations sociales et institutionnelles

Les catholiques et l'impératif politique. Cléricalisme et déconfessionnalisme chez militants et intellectuels catholiques français (1955-1972)

Claire Toupin-Guyot

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1926, le pape Pie XI condamne l'Action française, le mouvement de Charles Maurras, et invite les catholiques à se détourner de la politique pour donner la « Primauté au spirituel ». Ce n'était pas la première fois que la papauté cherchait à éloigner ses fidèles de l'arène politique, à deux autres reprises elle y avait invité : en 1885, quand Léon XIII avait dissuadé Albert de Mun de fonder son parti politique et en 1910, quand Pie X avait brisé le mouvement démocratique du Sillon de Marc Sangnier1. Dans les trois cas, le militantisme confessionnel était invité à se reporter sur le social, privé qu'il était de possibilité politique, allant même jusqu'à « naturellement entraîner une dépréciation du politique2 » pendant des décennies. Les années quarante marquent un profond changement : l'absence de discernement de la hiérarchie catholique pendant la période vichyste, l'expérience de la résistance ou de la captivité conduisent nombre de prêtres et de laïcs à vouloir réintégrer total...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search