Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les corsaires nantais pendant la Révolution française

 | 
David Plouviez
, 
Hervé Pichevin

Première partie. La réalité de la course nantaise

Chapitre I. Anatomie d’une flotte corsaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le poids des armements

Les difficultés du dénombrement

Dénombrer précisément les corsaires nantais de la période révolutionnaire se révèle plus complexe que l’on pourrait le supposer de prime abord, et nécessite quelques choix méthodologiques qu’il est nécessaire d’expliciter d’emblée. Pour l’objet qui retient notre attention, la période révolutionnaire ne débute que le 31 janvier 1793, date de la première autorisation de course par la Convention. En outre, plutôt que de prendre pour limite finale, comme il est d’usage, la fin du Directoire, il semble préférable de prolonger jusqu’au 19 germinal de l’an VIII, date de la capture du dernier corsaire construit au cours de la Révolution, le Coureur ; cette date correspond à une vraie césure, puisqu’il n’y a alors plus un seul corsaire nantais en mer, et il n’y en aura plus avant plusieurs mois.

Notre objectif premier est de dénombrer les corsaires ayant réellement fait croisière, et non de compter les autorisations administratives délivrée...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540