Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis et la République

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Quatrième partie. Mutations sociales et institutionnelles

Les manifestations paysannes de la IVe à la Ve République : un répertoire protestataire à l'épreuve (1953-1965)

Édouard Lynch

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Cette communication s'inscrit dans une réflexion plus large sur les formes, les évolutions et les enjeux du système protestataire dans l'élaboration des identités politiques de la paysannerie au xxe siècle. Durant cette longue période, les manifestations du début des années soixante constituent un des moments forts, qui s'inscrit dans une temporalité assez longue, entre 1953 et 1965, mais dont l'année 1961 constitue le paroxysme, par l'ampleur et la forme des différentes protestations.

  • 1 On y trouve en particulier un article d'Henri Mendras et d'Yves Tavernier, « Les manifestations de (...)
  • 2 Nathalie Duclos, La fin des violences paysannes, Paris, Economica, 1992.

2L'objectif n'est pas de revenir sur les détails de la mobilisation paysanne, qui a retenu de manière précoce l'attention des analyses et des scientifiques, à l'image du dossier que lui consacre la Revue française de science politique1 dès 1962, mais bien d'étudier les interactions entre ces manifestations et le contexte institutionnel et politique. Si les premières prennent place dans une période de profonde déstabilisation de l'agriculture, confrontée aux défis de la modernisation2, il semble en revanche que les enjeux spécifiques liés au changement de régime et son impact sur les rythmes et les formes de la mobilisation n'aient pas été interrogés de manière autonome.

  • 3 Bien que replacé dans une perspective thématique et chronologique bien plus ample, Danielle Tartak (...)
  • 4 Sur ce point, voir l'étude de David Bensoussan dans ce même volume, p. 239-250.

3Les manifestations agricoles qui accompagnent la mise en place de la Ve République, entre 1958 et 1962, s'inscrivent dans une durée plus longue et voient cohabiter des rationalités et des pratiques parfois contradictoires3. Leur contribution à la conversion de la FNSEA aux thèses de la modernisation ainsi que la promotion des cadres du CNJA dont certains dirigeants locaux, notamment en Bretagne, ont mené les luttes les plus exemplaires, ont fait ressortir le côté modernisateur, tant au niveau des objectifs — mettre fin à l'archaïsme des campagnes — que des méthodes — par la radicalisation des luttes. Cela contribue à faire oublier qu'une large partie de la contestation obéissait à des motifs beaucoup plus conjoncturels, ceux de la défense des prix agricoles, surtout si l'on tient compte des disparités régionales. Il convient d'avoir à l'esprit l'attitude de la FNSEA confrontée aux options du nouveau régime4, ainsi qu'à des contestations internes et externes, du côté des jeunes agriculteurs et de l'émergence d'une « gauche paysanne » en gestation.

4Ainsi, l'ampleur du mouvement agricole s'explique-t-il à la fois par l'accumulation des facteurs de longs termes, telle la crise d'identité de la profession, mais aussi de fortes tensions conjoncturelles, que le contexte institutionnel a contribué à accroître. Les manifestations paysannes sont et demeurent des actions corporatives, liées à la défense d'intérêts professionnels, mais elles possèdent également une dimension politique, engageant des acteurs soucieux d'affirmer ou de défendre leur position. D'où l'intérêt de les confronter à une crise politique majeure : l'avènement d'un nouveau régime, en se gardant toutefois de céder trop facilement à un déterminisme imposé.

Les manifestations avant 1958 : à la recherche d'un mouvement collectif

Le rôle déclencheur des crises localisées

  • 5 Suzanne Quiers-Valette, « Les causes économiques du mécontentement des agriculteurs français en 19 (...)

5Le début des années cinquante est marqué par la résurgence du problème des prix, qui avait été largement anesthésié par les années de guerre et de pénurie. Deux secteurs sont touchés : le vin et les produits de l'élevage (viande et lait). Pour le premier, il s'agit d'une difficulté récurrente depuis la reconstitution du vignoble au lendemain de la crise du phylloxéra, avec la succession de périodes de rémissions et de tensions très fortes. Le secteur de l'élevage, en revanche, avait été jusque-là relativement préservé, y compris pendant la crise des années trente. Dans l'écoulement des produits de la filière bovine, les questions des circuits de distribution et de la commercialisation, conséquence de l'intégration croissante au marché, deviennent centrales. Comme pour le blé puis les céréales, dont le statut a été mis en place dès l'avant-guerre, les producteurs sont à la recherche d'une protection minimum face aux variations des cours et aux tensions inflationnistes. En outre, le faible développement technique des petites exploitations familiales se heurte aux contraintes du marché, de la distribution, mais aussi au coût toujours croissant de la modernisation, en particulier par le recours à l'emprunt5.

6La viticulture et l'élevage sont donc les principaux protagonistes de la relance de l'agitation, en particulier dans le centre et le Sud-Est de la France. Économiquement fragilisées, certaines de ces régions qui ont joué un rôle important dans la fondation et les premières années de la CGA, sont également marginalisées par le retour aux affaires des « anciens » de la corporation, qu'incarne la figure de René Blondelle. Ces fédérations se retrouvent au sein du comité de Guéret, au début de l'automne 1953, qui radicalisent les premières grandes vagues de manifestations organisées par la FNSEA au printemps de 1953. Celle-ci avait rassemblé à Paris, de manière pacifique, le 17 juin 1953, 20 000 agriculteurs au Vélodrome d'Hiver.

  • 6 S'appuyant, là encore, sur une forte tradition contestataire, en particulier en 1935, en Normandie (...)

7L'agitation est relayée, dans d'autres régions, par des crises plus ponctuelles, en particulier celle des bouilleurs de cru. Comme pour le vin, il s'agit d'une question récurrente, mais qui prend une tournure assez radicale, face aux velléités réformatrices des autorités6. À cette occasion, les oppositions directes et souvent musclées face à l'État réapparaissent, rejouant la carte de l'hostilité traditionnelle à la fiscalité et aux « contrôleurs », un argument présent tout au long du xxe siècle, qu'il s'agisse de la mise en place de l'impôt sur le revenu, des assurances sociales ou de l'office du blé.

Récupérations idéologiques et partisanes

8À l'image de la genèse du comité de Guéret, les enjeux politiques et idéologiques sont très présents. À l'activisme des fédérations de gauche, face à la « passivité » des modérés alors au gouvernement, succède la relance de la contestation, par la direction de la FNSEA, après le retour au pouvoir de Mendès France et surtout des socialistes : les années 1954, 1955 et 1956 sont le théâtre d'imposantes manifestations orchestrées par la FNSEA contre le nouveau gouvernement. Face à ces logiques issues du « centre », les fédérations doivent également tenir compte des rapports de force locaux, tant du point de vue politique et syndical qu'économique. C'est pourquoi la géographie et l'intensité des mobilisations diffèrent d'une année sur l'autre.

  • 7 R. O. Paxton, Le temps des chemises vertes, Paris, Seuil, 1996, 312 p.
  • 8 « Parrainé par MM. Poujade, Antier et Dorgères. Le rassemblement paysan envisage une action direct (...)

9La situation est d'autant plus complexe que l'agitation des agriculteurs croise l'activisme poujadiste. Si celui-ci est d'abord un mouvement de classes moyennes urbaines en voie de déclassement, des passerelles existent avec le mouvement paysan. D'un point de vue pratique, dans le cadre de la lutte contre le fisc, mais aussi du point de vue « historique » : la tentative de retour au premier plan de Dorgères l'incarne bien, le leader paysan s'étant déjà appuyé, dans les années trente, sur le mouvement des contribuables. La tentative, éphémère, de ressusciter le « Front paysan7 », associant une fraction du parti paysan de Paul Antier, les relais agricoles du mouvement Poujade et les comités de défense paysanne de Dorgères, à l'automne 1957, se déroule dans un contexte de forte agitation8.

  • 9 En Saône-et-Loire, la manifestation d'octobre 1953 se déroule sur fond de concurrence idéologique (...)

10L'enjeu politique que représente la paysannerie, et notamment la petite exploitation paysanne intéresse aussi les communistes, dont l'implantation rurale a progressé depuis la fin de guerre, en particulier dans les zones de maintien des petites exploitations. Aussi s'efforcent-ils d'appuyer les initiatives protestataires, en demeurant dans un premier temps dans le cadre de l'unité agricole, stratégie maintenue jusqu'à la création du MODEF (Mouvement de défense des exploitations familiales). Comme dans le cas du poujadisme, la concurrence réelle ou supposée des communistes pousse certaines fédérations à se mobiliser, tandis que d'autres s'y refusent, craignant de voir le mouvement leur échapper9.

11Le changement institutionnel s'opère ainsi dans un contexte de fortes mobilisations, dues à la fois à des crises sectorielles, mais aussi à des stratégies plus idéologiques menées par la FNSEA. Le volontarisme du nouveau pouvoir gaulliste en matière financière et ses conséquences pour l'agriculture relancent l'agitation, alors même que les forces syndicales et politiques représentant la paysannerie doivent s'adapter au nouveau contexte institutionnel.

Le changement de régime : un détonateur pour la crise paysanne

De la bataille professionnelle...

12Les dirigeants de la FNSEA sont parvenus à obtenir l'adoption des décrets Laborde en septembre 1957, qui instaurent l'indexation automatique des principaux produits agricoles sur le coût de la vie, succès d'autant plus important qu'il intervient alors que les dépenses liées à la guerre d'Algérie renforcent la tension inflationniste. Dès lors, les choix économiques et financiers du général de Gaulle apparaissent comme totalement inacceptables, alors même que les modérés et les conservateurs, qui forment le gros des troupes dirigeantes de la FNSEA, d'abord favorables au changement de régime, s'inquiètent de leur marginalisation croissante dans les processus de décision. La FNSEA mobilise ses troupes, en organisant de grands rassemblements régionaux, à la fin du mois d'août et au début du mois de septembre, anticipant la nouvelle politique financière du gouvernement et l'ordonnance du 28 décembre 1958.

13La campagne en faveur du retour à l'indexation et les enjeux de la fixation des prix agricoles est d'autant plus virulente qu'elle se trouve relayée par de nouvelles crises sectorielles, qui frappent les producteurs de lait, mais aussi de fruits et légumes. Ces difficultés alimentent la mobilisation mais aussi la radicalisation du mouvement, en particulier dans l'Ouest, où la crise de la pomme de terre, au printemps 1961, joue un rôle de détonateur.

14Les tensions professionnelles sont enfin alimentées par l'émergence des questions de structures, dans lesquelles le gouvernement Debré s'est engagé, à la fois par conviction idéologique mais aussi par opportunisme politique – afin d'offrir des alternatives à son refus de céder sur la question financière et le relèvement des prix. À cette occasion, le gouvernement joue sur les divisions internes au monde syndical, comme dans le cas de l'extension de la couverture sociale des agriculteurs. Toutefois, cette stratégie oblige les autorités à effectivement mettre en pratique ces réformes, en particulier les mécanismes d'intervention sur les marchés que réclament les producteurs, sous peine de provoquer de nouvelles vagues de mobilisation. Il faut néanmoins attendre plus d'un an entre le vote de la loi d'orientation agricole en août 1960 et les principaux décrets d'applications, adoptés à la fin du mois de juillet 1961, avec entre temps une explosion spectaculaire des manifestations.

..à la bataille politique

15La conjoncture économique n'est pas la seule explication à la radicalisation de la crise entre 1958 et 1962. La résistance du gouvernement aux réclamations des « représentants » de la paysannerie traduit aussi l'impasse des politiques traditionnelles des dirigeants syndicaux, imprégnés du modèle républicain : l'action des parlementaires, au besoin appuyée sur la mobilisation des producteurs, orientant l'action du gouvernement. Or, la rupture provoquée par le régime en ce domaine est radicale : le refus du président de la République d'entendre les doléances des élus agricoles, et plus encore de convoquer l'Assemblée nationale en session extraordinaire en juin 1960 est emblématique de l'impasse dans laquelle se trouvent les responsables professionnels, promoteurs, quelques années auparavant, de la stratégie de « l'action civique ». La loi d'orientation agricole n'est votée qu'avec difficulté par le Parlement, l'Assemblée nationale devant passer outre l'opposition du Sénat, bastion « traditionnel » des représentants ruraux. Au paroxysme de la crise de 1961, les élus ne se privent pas de dénoncer les conséquences de l'absence d'écoute du gouvernement. Tel est le sentiment du sénateur André Monteil en 1961, faisant référence à la visite mouvementée du ministre de l'Industrie à Pau :

  • 10 Journal Officiel, Sénat, débats, séance du 4 juillet 1961, p. 621. Il s'agit en l'occurrence du mi (...)

« Je veux, au début de mon intervention, faire trois remarques d'ordre politique. La première : alors que, du haut de sa hauteur et de sa superbe, le pouvoir — comme on dit — veut éliminer les intermédiaires entre lui et la foule, se passer de la hiérarchie des corps élus, des représentants élus que nous sommes, faut-il s'étonner que les revendications s'expriment dans la rue ? [...] Il est certain, monsieur le ministre, que tel de vos collègues, l'autre jour, dans un département du Sud-Ouest, eût sans doute préféré la procédure de la question orale avec débat, même suivie d'un vote et d'interpellations, à la sortie d'un casino de Pau10. »

16Le pouvoir parvient néanmoins à résister, non sans accroître sa politique réformatrice, mais aussi en injectant des sommes importantes pour secourir les marchés les plus exposés. Par ailleurs, le mouvement des manifestations est loin d'être entièrement contrôlé par la FNSEA et les risques de surenchère sont toujours possibles, d'où le choix d'un ralliement, même à contrecœur au régime, après l'ultime épreuve de la réforme de 1962. D'autant que la crise du changement de régime a permis la montée en puissance des jeunes générations issues du CNJA, avec la bénédiction du nouveau gouvernement et notamment d'Edgard Pisani. Chacun fait des concessions : le gouvernement accepte de négocier avec les organisations syndicales alors qu'il avait posé comme préalable l'arrêt de toutes les manifestations, ce qui n'est pas le cas. De son côté la FNSEA, toujours à la recherche d'une solution « parlementaire » se satisfait d'un débat sans conséquence législative.

17Les mutations institutionnelles se manifestent également dans les cibles de la colère paysanne. Les nombreux mannequins de M. Debré portés dans les cortèges et souvent brûlés illustrent le glissement du paradigme institutionnel : ce ne sont plus les députés comme aux grandes heures du dorgérisme, que l'on menace des fourches paysannes, ni même le ministre de l'agriculture, Henri Rochereau, dont tous les protagonistes s'accordent à constater l'absence de tout pouvoir réel, mais bien le chef du gouvernement et parfois les jeunes technocrates qui l'entourent.

  • 11 Marc Pinol, « Dix ans de manifestations paysannes sous la Ve République », Revue géographique de L (...)
  • 12 Sur les recompositions entre le gouvernement et les responsables syndicaux, Bernard Bruneteau, Les (...)

18La crise s'achève de manière plus précoce que le cycle institutionnel, la nomination d'Edgard Pisani marquant une véritable rupture, par la mise en œuvre des réformes de fond. Les dirigeants de la FNSEA, en grande partie renouvelés, se sentent davantage écoutés, tout en souhaitant reprendre en main un mouvement syndical fortement ébranlé par plusieurs années d'agitation. Les manifestations ne disparaissent pas, loin de là, mais leur fréquence comme leur radicalité paraît marquer le pas, jusqu'à l'année 196711. On assiste davantage à une forme de banalisation de la manifestation paysanne qui se doit d'occuper l'espace médiatique, à l'image de « l'opération » organisée contre Jean Gabin, ou des différentes actions « d'informations » en direction des consommateurs. Il convient, bien entendu, de ne pas généraliser : les logiques locales, économiques ou idéologiques demeurent souvent déterminantes et l'hostilité d'une partie des dirigeants perdure, comme en témoigne la position de défiance énoncée dans un communiqué de la FNSEA à la veille de l'élection présidentielle12.

19Il reste enfin à interroger les pratiques contestataires elles-mêmes et leur éventuelle modification. Plus que de rupture, il semble préférable de parler d'un moment de surexposition et d'exacerbation de pratiques contestataires toujours mouvantes et enracinées.

Permanence et renouvellement des pratiques contestataires

Action directe, violence et stratégie de rupture : un répertoire bien établi

20Les premières années de la Ve République correspondent bien à une intensification des mobilisations paysannes, sans qu'il soit pour autant possible de parler de « rupture ». Notre hypothèse est que les manifestations des années soixante, loin d'innover, mobilisent un répertoire déjà bien établi, autour de la notion d'action directe, un mot d'ordre fréquemment employé par les responsables agricoles et qui recouvre en fait un spectre extrêmement varié, à l'horizon duquel se retrouve la manifestation « violente », comme forme de rupture avec la « légalité ». Lorsque les agriculteurs ou leurs représentants ne se sentent pas entendus, ils énoncent les différents moyens susceptibles de faire pression sur l'État.

  • a) La première étape est le meeting de protestation, qui peut être d'ordre strictement privé, ou aboutir à une manifestation, dont le terme est fréquemment un espace identitaire fort, comme le monument aux morts, ou bien un bâtiment administratif, en particulier les préfectures, afin d'apporter un ordre du jour au préfet. Si ces démonstrations ne suffisent pas, d'autres mesures sont mises en œuvre.
  • b) Parmi elles, la grève administrative, la démission collective des municipalités, supposées entraver le fonctionnement de l'État. Plus efficaces à leurs yeux, les responsables politiques et syndicaux leur préfèrent les sanctions d'ordre financier : d'abord la menace de retrait de fonds des caisses d'épargne, afin de nuire au crédit de l'État, mais surtout la « grève de l'impôt », toujours populaire au sein d'une paysannerie réceptive aux pratiques antifiscales, et supposée porter immédiatement atteinte aux intérêts de l'État.
  • c) Une étape supplémentaire est constituée par les formes d'opposition aux marchés, qu'il s'agisse de la grève des achats ou des livraisons, des différentes actions de blocages des lieux de circulation, et la destruction ou la dégradation des récoltes. La violence peut enfin s'exercer contre des « cibles » plus spécifiques, comme les poteaux télégraphiques ou des bâtiments symboliques, mais il s'agit dans ce dernier cas de pratiques plus exceptionnelles et rarement revendiquées. Cette dernière catégorie, qui provoque presque immédiatement des troubles, peut être tenue secrète, afin de maintenir l'effet de surprise, ou au contraire être brandie comme une menace en cas de fin de non recevoir de la part des autorités.

21La graduation des formes de la protestation ne correspond pas à la graduation des formes de la violence. Ainsi, certains meetings dégénèrent en un affrontement violent avec les forces de l'ordre et d'autres se déroulent tout à fait pacifiquement, même s'ils se tiennent à quelques jours d'intervalle et décidés par la même organisation. À l'inverse, des barrages routiers, souvent assimilés aux « barricades », se transforment en une manifestation bon enfant, en direction des usagers. Il en est de même pour la destruction des produits surabondants, qui débouche sur leur distribution gratuite pour dénoncer le poids des intermédiaires.

22Ainsi, à travers le vocable d'action directe, les dirigeants paysans brandissent la menace d'un ensemble de pratiques contestataires susceptibles de dégénérer et de se radicaliser. Une menace qui ne fonctionne que par rapport au passé, à la fois des agriculteurs, qui puisent dans ce répertoire, mais aussi des autorités locales et nationales qui se souviennent des épisodes précédents et de leur impact sur l'opinion. La conjonction des deux, dans des périodes particulièrement tendues, comme c'est le cas au début des années soixante, permet aux représentants des producteurs d'exercer une forte pression sur les responsables politiques. Tel est le sens du discours prononcé par un responsable syndical de Saône-et-Loire, en décembre 1961 :

  • 13 Arch. dép. Saône-et-Loire, 1714 W 102 : Manifestations et mouvements de paysans (1955-1962).

« Pour ma part, je tiens à préciser du haut de cette tribune au début de ce meeting, que ma décision est prise et qu'elle est bien prise. Je veux bien une fois encore essayer de discuter, de "faire le poireau", dans les ministères pour faire comprendre aux responsables ce que nous voulons, mais je dois avertir solennellement le Gouvernement, Premier ministre en tête, qu'il faut que ce soit la dernière. [.] Je voudrais que nous fassions tous ensemble le serment que c'est la dernière fois que nous nous réunissons sans casser de vitres et que si, dans les semaines ou dans les mois qui viennent, nous devions à nouveau sortir de nos fermes, ce serait non plus pour avertir, non plus pour menacer, non plus pour dire c'est la dernière fois, ce serait dans la nette intention de sortir ouvertement de la légalité, ce serait pour briser des vitres, ce serait peut-être pour faire couler du sang13. »

23Il s'agit pourtant d'un département plutôt « calme », où les débordements et les violences sont absents durant cette période.

24Tout au long du siècle, les événements locaux et nationaux ont enrichi la mémoire collective des acteurs. Les protestations vigneronnes invoquent régulièrement les événements de 1907, tandis que les agriculteurs bretons font ressurgir l'héritage dorgériste. Au plan national, les pratiques ont tendance à s'uniformiser et à se répondre : tout comme « l'assaut » de la préfecture de Chartres en 1933 avait initié une longue phase de mobilisation autour des préfectures, l'occupation de la sous-préfecture de Morlaix en 1960 est aussitôt imitée dans d'autres régions. Et il en est de même pour des pratiques plus novatrices comme les barrages de routes, les défilés de tracteurs, les dépôts sauvages de produits agricoles. Ainsi, les manifestations paysannes, tout en conservant un long trend de pratiques « héritées », voient régulièrement apparaître des modalités nouvelles, en particulier lorsque les manifestations s'intensifient, comme c'est le cas en 1960 et en 1961.

Le glissement des pratiques ?

  • 14 La réunion précédemment évoquée au Vélodrome d'hiver se place un peu en amont de la crise, mais el (...)
  • 15 Si cette manifestation d'Amiens peut incarner une certaine radicalisation, il convient de rappeler (...)

25Le recours à la manifestation dans l'espace public est désormais bien établi depuis les grands mouvements des années trente, l'occupation de la rue s'organisant autour de la prise de parole des responsables locaux. Il faut noter toutefois que la FNSEA privilégie les grands rassemblements départementaux ou régionaux, mais n'engage pas d'épreuve de force au niveau de la capitale, se plaçant là encore dans une certaine continuité, les derniers grands défilés parisiens datant de la crise des années trente, sous l'égide du parti agraire14. C'est bien davantage autour des préfectures que s'organise la contestation : durant l'hiver 1959-1960, des meetings sont ainsi organisés à Nevers, Le Mans, Tulle, rassemblant à chaque fois plusieurs dizaines de milliers d'agriculteurs. Parfois, cela se passe bien, comme à Nevers, parfois des heurts se produisent. Tel est le cas dans le Nord, à Amiens, où le rassemblement dégénère en de violents affrontements avec la police. Comme souvent, l'enjeu est la préfecture, que les manifestants souhaitent atteindre15.

26Face aux résistances gouvernementales, les dirigeants renforcent la mobilisation, en décidant de généraliser la protestation, en avril 1960, dans 18 départements. À la suite des désordres du début de l'été, le gouvernement lâche du lest et parvient à reprendre en main la situation. Le syndicalisme agricole « officiel » se tourne, après 1962, vers des opérations plus « pédagogiques », ce qui n'empêche pas, localement, des actions radicales plus sporadiques. En revanche, on assiste au déclin des résistances « administratives », telles les démissions collectives de conseils municipaux, le retrait des fonds des caisses d'épargne ou les menaces de grèves de l'impôt. Toutes n'ont que des effets différés et en définitive peu perceptibles. La grève de l'impôt surtout apparaît de plus en plus inadaptée, car l'État dispose de nombreux moyens de rétorsions.

  • 16 La pratique du blocage date de toute évidence des manifestations d'ouvriers agricoles pour empêche (...)

27À ces manifestations « officielles » se greffent des actions parfois plus spontanées mais aussi plus radicales, dans des régions touchées par des crises ponctuelles. C'est le cas notamment des viticulteurs, qui mettent en place des barrages qui débouchent rapidement sur un affrontement avec les forces de l'ordre. Ainsi, les régions viticoles entretiennent une « tradition » de blocages des routes ou d'utilisation d'explosifs, car les vignerons possèdent différents engins explosifs, de type paragrêles. Leur usage est avéré lors du soulèvement des vignerons de la Marne en 1911, ainsi que par les viticulteurs de l'Aude et de l'Hérault, en 1953. Les explosifs servent à mobiliser les populations, à côté des sonneries de cloches ou de clairons, mais aussi à obstruer les axes de circulation, notamment par l'abattage des arbres16.

  • 17 Archives nationales, BB18 4136 — Manifestations (1953), rapport du procureur général auprès de la (...)

28Les viticulteurs ont été également pionniers dans la destruction des produits agricoles : lors des grèves d'avant 1914, la destruction des plants était une arme prisée par les grévistes pour faire pression sur les employeurs. Elle resurgit périodiquement lors des conflits viticoles. Les troupes de Dorgères l'utilisent, mais de manière plus isolée, lors d'un « pétrolage » de petits pois en 1937. Puis, dans les années cinquante, ce sont les fruits et les légumes qui vont être de plus en plus détruits lors d'opérations nécessairement « musclées ». Mais l'équation « viticulture = violence » n'est pas non plus totalement satisfaisante, comme en témoigne cette anecdote relative aux premiers barrages d'août 1953 : « Des touristes américains arrêtés à Capendu auraient été invités à la Cave coopérative pour de copieuses libations17. »

  • 18 Un cas « extrême » est le « plasticage » de la maison familiale du ministre de l'Agriculture, Roch (...)

29Lors de la crise de 1961, la prise de la sous-préfecture de Morlaix marque une étape dans la radicalisation du conflit. La cible n'est pas nouvelle, comme en témoigne le cas de la préfecture de Chartres, envahi en février 1933 par les manifestants du parti agraire et des résurgences sporadiques, comme en septembre 1953, à Villefranche-sur-Saône, sous-préfecture du Rhône, lors d'une manifestation de producteurs de lait. La méthode utilisée à Morlaix, sous la forme d'une opération commando minutieusement organisée, le tout relayé par l'effervescence médiatique, contribue néanmoins à inscrire l'épisode dans une dimension quasi légendaire. Il est vrai que le contexte politique, dans les semaines qui suivent le putsch d'Alger, amplifie encore l'événement. Les destructions de poteaux électriques ou de voies ferrées prennent ici une signification toute particulière, alors même que les opérations similaires organisées par l'OAS se multiplient. Toutefois, de telles pratiques disparaissent assez rapidement18. Autre innovation, le sabotage du processus électoral, avec le vol d'urnes dans le Finistère, dont la mise en œuvre, inédite et sans lendemain, s'explique peut-être par le contexte de forte mobilisation électorale.

L'enjeu des représentations

  • 19 Fanch Elégoët, Révoltes paysannes en Bretagne à l'origine de l'organisation des marchés, Plabennec (...)

30Dans quelles mesures la radicalisation de l'affrontement politique, en particulier avec la guerre d'Algérie, a-t-elle influé sur les pratiques paysannes ? Comme nous nous sommes efforcés de le préciser, il n'y a pas à proprement parler de rupture ou d'innovation, les manifestants puisant dans un répertoire déjà bien en place pour faire aboutir leurs revendications. Si les barricades paysannes semblent renvoyer aux événements d'Alger et à une radicalisation, le terme a connu son baptême du feu, pratique et médiatique, en 1953. Que les acteurs aient inscrit leurs actions dans une dynamique de rupture, comme l'illustre le témoignage souvent cité d'Alexis Gourvennec19, est parfaitement compréhensible, mais le lien avec l'évolution institutionnelle paraît beaucoup plus ténu.

  • 20 D'autant que derrière la question des prix se dissimulent à peine les « défauts paysans », telle l (...)
  • 21 Le traitement par les actualités cinématographiques, en 1953 et en 1960, de ces manifestations off (...)

31Au-delà des pratiques de protestation proprement dites, pour lesquelles il est difficile de déceler un véritable bouleversement, il convient de s'interroger sur leur usage et en particulier sur les représentations de la paysannerie qu'elles véhiculent. L'un des succès du mouvement paysan est d'avoir progressivement réussi à faire de la manifestation paysanne, traditionnellement rejetée du côté de l'archaïsme et de la « jacquerie » par les observateurs20, un manifeste en faveur de la modernisation. La jeunesse des protagonistes, la mise en avant des tracteurs sont autant de signes d'une vision plus positive, calquée sur des modèles urbains et techniciens21. Il en est de même pour les mots d'ordre, qui, de la défense des prix et des revenus — la parité — se pare d'une dimension plus « novatrice », autour de l'accès à la terre des plus jeunes et des plus dynamiques.

32Pour autant, cette période de tensions correspond également à l'inscription de la violence dans les caractéristiques de la manifestation paysanne. Consciemment ou non, ses protagonistes les plus actifs ont repris à leur compte l'image « positive » de la violence, supposée témoigner de la légitimité des revendications, mais plus encore marqueur identitaire d'un monde paysan conservateur des vertus originelles de force et de radicalisation. À la différence de la manifestation ouvrière, voire de la manifestation en général, dont l'orientation est celle d'un apaisement, la manifestation paysanne maintient un rapport particulier à la violence et à son usage, et ce jusqu'à très récemment. Jusque-là portée ou revendiquée par des groupes marginaux (viticulteurs, dorgéristes), la manifestation musclée s'enracine désormais au cœur même du modèle syndical dominant, celui de la FNSEA, conquise, à partir des années soixante par la nouvelle génération des « modernisateurs ».

Conclusion

33Le passage de la IVe à la Ve République et l'installation du gaullisme, sans être le moteur de la transformation des pratiques de mobilisations agricoles, y ont indirectement contribué. Il convient toutefois de se garder d'exagérer les ruptures, d'autant que les manifestations agricoles sont l'objet de multiples discours, et, la pesanteur des représentations. Aussi les récits de l'événement en disent parfois moins sur l'événement lui-même que son usage dans les représentations, et c'est particulièrement vrai pour des paysans dont on sait qu'ils sont longtemps demeurés une « classe objet » : les nombreux discours sur les jacqueries et la brutalité « naturelle » des foules paysannes vont bien en ce sens. Et il ne s'agit pas de stigmatiser les médias, alors en plein essor : les acteurs eux-mêmes jouent de ces représentations et les utilisent au service de leur projet politique et syndical.

34Le jeu des échelles d'observation permet de saisir la complexité des comportements individuels, comme dans l'exemple de ce barrage édifié à Pertuis (Haute-Loire) :

  • 22 Archives nationales, BB18 4136 — Manifestations (1953), rapport du Procureur Général auprès de la (...)

« Un seul incident m'a été signalé : dans la nuit du 12 au 13 octobre 1953, au Pertuis, deux cultivateurs de cette commune, les nommés C [...] Alphonse, 51 ans et N [...] Pierre, 47 ans, ont abattu deux arbres, d'une hauteur de 3m20 environ, plantés en bordure de la nationale n° 88. Ils les ont mis en travers de la chaussée, obligeant ainsi plusieurs véhicules à faire demi-tour et risque de provoquer de graves accidents. N [...] avait participé le 12 octobre à l'édification de divers barrages, mais C [.] était resté chez lui. Celui-ci a d'ailleurs avoué qu'il n'avait pas été fâché de se débarrasser de ces deux arbres qui plantés près de sa maison, occasionnaient, paraît-il, des dégâts à sa toiture22 » [condamné à 15 jours d'emprisonnement avec sursis et 10 000 F d'amendes].

Notes

1 On y trouve en particulier un article d'Henri Mendras et d'Yves Tavernier, « Les manifestations de juin 1961 », Revue française de science politique, septembre 1962, p. 647-671.

2 Nathalie Duclos, La fin des violences paysannes, Paris, Economica, 1992.

3 Bien que replacé dans une perspective thématique et chronologique bien plus ample, Danielle Tartakowsky en donne une bonne vue d'ensemble, Les manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Presses de la Sorbonne, 1997, 865 p.

4 Sur ce point, voir l'étude de David Bensoussan dans ce même volume, p. 239-250.

5 Suzanne Quiers-Valette, « Les causes économiques du mécontentement des agriculteurs français en 1961 », Revue française de science politique, op. cit., p. 555-596.

6 S'appuyant, là encore, sur une forte tradition contestataire, en particulier en 1935, en Normandie, Jean Quellien, Le Calvados au temps du Front populaire, Caen, Éditions du Lys, 1996, p. 92-95.

7 R. O. Paxton, Le temps des chemises vertes, Paris, Seuil, 1996, 312 p.

8 « Parrainé par MM. Poujade, Antier et Dorgères. Le rassemblement paysan envisage une action directe pour la défense des petites exploitations », Le Monde, 1er octobre 1957, Claude Ezratty.

9 En Saône-et-Loire, la manifestation d'octobre 1953 se déroule sur fond de concurrence idéologique - réelle ou supposée —, ainsi qu'en témoigne cette note du 6 octobre 1953 : « À ce sujet, les dirigeants départementaux, politiquement orientés à droite, ont un souci majeur. Ils sont au courant des consignes données par le député WR aux cadres communistes paysans qui sont de s'allier intimement au mouvement décrété par la CGA et de "chauffer" (selon l'expression du leader communiste) les esprits pour entraîner les paysans à l'action. Ils ne veulent à aucun prix être débordés dans leur mouvement par le parti communiste, qui visera à s'en attribuer par la suite les mérites. Ils ont entrepris un vaste travail de documentation sur les attaches politiques de leurs délégués locaux et cantonaux et sont décidés à n'appuyer leur action que dans les localités où ils sont sûrs de garder la situation bien en mains », Arch. dép. de Saône-et-Loire, 747 W 192, Affaires réservées.

10 Journal Officiel, Sénat, débats, séance du 4 juillet 1961, p. 621. Il s'agit en l'occurrence du ministre de l'Industrie, Jean Marcel Jeanneney.

11 Marc Pinol, « Dix ans de manifestations paysannes sous la Ve République », Revue géographique de Lyon, 50(2), 1975, p. 114.

12 Sur les recompositions entre le gouvernement et les responsables syndicaux, Bernard Bruneteau, Les paysans dans l'État, Paris, L'Harmattan, Paris, 1994, p. 149.

13 Arch. dép. Saône-et-Loire, 1714 W 102 : Manifestations et mouvements de paysans (1955-1962).

14 La réunion précédemment évoquée au Vélodrome d'hiver se place un peu en amont de la crise, mais elle ne s'accompagne pas d'un défilé.

15 Si cette manifestation d'Amiens peut incarner une certaine radicalisation, il convient de rappeler que quelques années plus tôt, le 1er févier 1955, à Lille, un meeting s'est achevé par des affrontements violents.

16 La pratique du blocage date de toute évidence des manifestations d'ouvriers agricoles pour empêcher l'accès aux vignes de travailleurs ou de propriétaires non grévistes. Elle permet aussi d'isoler la commune d'une éventuelle intervention de la police ou de l'armée, même s'il s'agit le plus souvent d'une opposition symbolique.

17 Archives nationales, BB18 4136 — Manifestations (1953), rapport du procureur général auprès de la cour d'Appel de Montpellier, 6 août 1953.

18 Un cas « extrême » est le « plasticage » de la maison familiale du ministre de l'Agriculture, Rochereau, La Croix, 30 juin 1961.

19 Fanch Elégoët, Révoltes paysannes en Bretagne à l'origine de l'organisation des marchés, Plabennec, éditions du Léon, 1984, p. 246.

20 D'autant que derrière la question des prix se dissimulent à peine les « défauts paysans », telle l'avarice et l'âpreté au gain », nourri du souvenir des « lessiveuses » et du marché noir.

21 Le traitement par les actualités cinématographiques, en 1953 et en 1960, de ces manifestations offre quelques pistes de réflexions : les images de 1953 montrent bien davantage des acteurs âgés, manipulant des charrettes, des troncs d'arbres, et des tombereaux de fumiers. En 1960-1961, le tracteur est bien plus présent, ainsi que les jeunes et les masses paysannes battent le pavé d'une manière similaire au « modèle » urbain. Il est vrai que les corpus ne sont pas exactement comparables.

22 Archives nationales, BB18 4136 — Manifestations (1953), rapport du Procureur Général auprès de la cour d'Appel de Riom, 17 octobre 1953.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site