Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éduquer dans et hors l’école

 | 
Bruno Garnier
, 
Pierre Kahn

Quatrième partie. Influences du monde socio-économique

Travaux manuels éducatifs et occupations d’amateurs dans et hors l’école (1890-1975). Le modèle artisanal de la Vie active

Joël Lebeaume

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ces TME sont introduits dans les classes nouvelles ; leur conception est fixée en 1953 et généralis (...)
  • 2 J. Houssaye, « Le travail manuel : analyseur du curriculum scolaire », Revue Française de Pédagogie(...)
  • 3 B. Cacérès, Histoire de l’éducation populaire, Paris, Le Seuil, 1964.

1Ce chapitre vise à préciser les fondements des travaux manuels éducatifs institutionnalisés1 à la Libération et leur enracinement historique. Dans la lignée du travail manuel scolarisé par les grandes lois de la fin du XIXe siècle, cet enseignement fondamentalement marqué par ses contenus référés à des pratiques techniques permet de révéler les conditions de scolarisation de ces pratiques sociales dans la fabrique de l’enseignable. Il permet ainsi d’étudier et de discuter la porosité des frontières du scolaire et du hors l’école, c’est-à-dire de la famille, du travail et de l’école. L’enquête sur la période des trois premiers quarts du XXe siècle indique que, au-delà de ses enjeux de formation de la main-d’œuvre, son existence implique sa légitimité à la fois sociale et pédagogique qui en détermine ses contenus. L’éducation nouvelle, fondée sur le projet d’une école ouverte et sur les rapports entre l’école et la vie, contribue à sa pédagogisation originale. Ces travaux manuels sont en effet distincts du travail manuel productif et de l’éducation polytechnique du projet de l’école socialiste, ce qu’indique l’analyse politique défendue par Jean Houssaye2 qui investigue la place du travail manuel à l’école grâce à l’identification des différences de son statut selon les choix de société. Ainsi, le modèle artisanal de la vie active s’enracine-t-il profondément dans les principes de l’école française marqués par les enjeux de construction d’une unité nationale et de démocratisation. Le travail manuel et les travaux à l’aiguille sont ainsi progressivement définis au cours du premier tiers du XXe siècle, avec une fonction principalement éducative justifant leur extraction de la rubrique « éducation physique » du plan d’études de 1887. À partir des années 1930, les travaux manuels à l’école et hors de l’école qui contribuent à la formation de la jeunesse et à l’éducation populaire3 donnent ainsi à voir les valeurs dominantes qui fondent l’école du XXe siècle au travers des thèmes récurrents défendant les pratiques domestiques et artisanales et le modèle de la vie active.

Le travail manuel à l’école et dans la famille : hymne à la main

  • 4 C. Le Thomas, « En suivant les manuels de travaux d’amateurs. Techniques et pratiques ordinaires de (...)
  • 5 R. Manuel, Les petites industries d’amateur. Trucs, procédés et tours de mains pour entretenir, con (...)

2La publication de manuels de travaux artistiques d’amateurs et d’encyclopédies ménagères indique l’essor des occupations manuelles dès la seconde moitié du XIXe siècle4. Ces livres mêlant industries, occupations et travaux d’amateurs, enseignent des arts de faire artisanaux et artistiques et exposent des procédés et méthodes pour créer et confectionner des objets ordinaires utiles ou décoratifs (abat-jour, encadrements, outils, boites, vaisselle décorative…), grâce à « ces deux outils merveilleux, composés de dix doigts, que leur a donnés la nature5 ».

  • 6 Art. cit.
  • 7 H. de Graffigny (Raoul Marquis), Les industries d’amateurs. Le papier et la toile ; la terre, la ci (...)

3Claire Le Thomas6 considère qu’à la valorisation de ces travaux, correspond une résistance à l’industrialisation. Ainsi, dans Les industries d’amateurs, Henry de Graffigny7 souligne leurs avantages pour personnaliser son espace privé et en améliorer le confort, à moindre coût.

  • 8 Ibid., p. 1-2.

« D’abord, elle provoque un salutaire exercice, qui fortifie le corps, développe chez l’enfant l’habileté et l’adresse, si nécessaire dans les occupations ordinaires de la vie, soustrait le jeune homme aux influences mauvaises du dehors et conduit insensiblement le père de famille à aimer la vie intérieure, dont le désœuvré ne connaît pas tous les charmes.
En outre, les travaux manuels inspirent l’ordre, la méthode, l’économie. Quiconque y acquiert quelque habileté ne tarde pas à en tirer d’heureux résultats ; car, avec le même budget, il se procure plus de confort et de bienêtre. Que d’utiles compléments il peut ajouter à l’appartement, au jardin ou à la serre ! sans compter les jolis bibelots qu’il prodigue autour de lui et qui acquièrent aux yeux complaisants des amis l’immense valeur d’être l’œuvre de nos mains. […]
Mais l’amateur ne doit pas se cantonner dans une spécialité, qui limite ses travaux et le condamne à la monotonie d’une production sans utilité et sans goût8. »

  • 9 O.-E. Ris-Paquot, Les petites occupations manuelles et artistiques d’amateur, Paris, Henri Laurens (...)
  • 10 Op. cit., p. 143.

4Le catalogue de ces industries est très étendu : cartonnage, encadrements, masques, reliure, fleurs artificielles, modelage, menuiserie, pyrogravure, vannerie, serrurerie, gravure, horlogerie… Les petites occupations d’amateur de Oscar-Edmond Ris-Paquot9 ont un empan encore plus large mais, contrairement à H. de Graffigny, s’adressent à un public mixte. Par exemple, la pyrogravure « sera accueillie par les jeunes filles et les amateurs de petits travaux récréatifs avec un véritable enthousiasme qui n’aura d’égal que la fureur avec laquelle ils s’y livreront10 ».

  • 11 C. Merlet, « Préface », in E. Bertrand, Toussaint et J. Gombert (dir.), Le travail manuel à l’école (...)
  • 12 A. Baubérot, L’invention d’un scoutisme chrétien. Les éclaireurs unionistes de 1911 à 1921, Paris, (...)

5L’habileté, l’invention, « l’esprit jusqu’au bout des doigts11 » tout comme rendre « mille petits services » aux autres sont ainsi des qualités valorisées. Ce discours croise celui du récent mouvement des Éclaireurs qui au début du XXe siècle, vante cette dextérité et cette débrouillardise pour se tirer d’embarras lors de l’installation des camps12.

  • 13 H. Bonnamaux, Manuel pratique de l’éclaireur unioniste, Paris, La Flamme, 6e éd., 1928, p. 69.

« Être Éclaireur, c’est être à la maison, à l’école, au bureau, à l’atelier comme un rayon de soleil, toujours gai et souriant, débrouillard et serviable. C’est se rendre sans cesse utile au foyer par son ingéniosité, en graissant les serrures, en réparant la table qui boite, en arrangeant les pendules, en montant le bois, le charbon ou l’eau à la maman, en rendant mille petits services, tour à tour menuisier, serrurier, tapissier, forgeron, mécanicien, dans tous les menus travaux de la maison13. »

  • 14 Le travail chez soi. L’art d’en tirer parti : revue mensuelle des travaux manuels et d’agrément (am (...)
  • 15 Revue illustrée de la famille vulgarisant tous les travaux manuels en les mettant à la portée de to (...)

6Après la Grande Guerre, à l’image de l’ingéniosité manifeste dans l’artisanat des tranchées ou « l’art du Poilu » tels les briquets réalisés grâce au détournement des pièces des valves de chambres à air, la débrouillardise est également promue par de nouvelles revues, par exemple dès 1918 Le travail chez soi14 ou à partir de 1924 Système D, le Parfait débrouillard et dès 1922 Les travaux de l’amateur15 qui prône la « réhabilitation du bricoleur ».

7Les enjeux d’aimer à travailler de ses mains et de se préparer à la vie s’agrègent aux vertus éducatives du travail manuel de l’école primaire conçu comme une éducation générale. Julien Fontègne, directeur du service d’orientation professionnelle d’Alsace et de Lorraine, défend le « manualisme » fondé sur les méthodes de l’Éducation nouvelle tout en se faisant l’écho de la revendication pour un enseignement pratique et une éducation intégrale qui permettent « l’éclosion de la conscience ouvrière ».

  • 16 J. Fontègne, Manualisme et éducation, Paris, Eyrolles, 1923, p. 220-221.

« Le manualisme est pour nous la méthode éducative par excellence :
– il fait appel à l’activité spontanée, libre, réfléchie de l’enfant, et, en particulier, à l’activité manuelle ;
– il attache une très grande importance au savoir acquis plutôt qu’au savoir transmis ; au travail productif plutôt qu’au travail mécanique ; […]
– il fait du travail, non une fausse religion prônant la matière, la technique et la force, la jouissance, la richesse et la puissance, mais une éducation de l’âme dans toute sa beauté, sa bonté et son ampleur.
Le manualisme s’oppose donc à l’intellectualisme étroit, qui fait passer le mot avant l’action ; qui loue à outrance la valeur du savoir livresque ; qui développe, il est vrai, l’amour du beau et le sentiment du vrai, mais néglige trop le sens du réel et le goût des réalisations16. »

  • 17 Id., p. 5.
  • 18 H. Le Chatelier, La réforme de l’enseignement secondaire. Culture classique et travail manuel, Pari (...)

8Le manualisme défend ainsi fortement un projet éducatif dans lequel le travail manuel développe « l’instinct de constructivité17 », le sens esthétique et artistique, les rapports entre idée et réel sans entraver la spontanéité enfantine. Sans surprise, les réserves sont plus grandes pour l’enseignement secondaire. Il y est toutefois admis pour l’approche concrète des concepts comme l’indique Henry Le Chatelier : « À aucun prix, le travail manuel ne doit être dans l’enseignement secondaire sa fin à lui-même, c’est seulement un outil au service de la culture intellectuelle18. »

  • 19 C. Kula, Éducation manuelle générale destinée à toute la jeunesse des écoles sous la direction même (...)
  • 20 « Travail Manuel », Plan d’études et programmes des écoles primaires élémentaires, Paris, Vuibert, (...)

9La pédagogisation du travail manuel scolaire s’élabore dans ce contexte socioculturel marqué à la fois par les épreuves de la guerre, l’exigence de la fraternité, les revendications pour une nouvelle élite démocratique, la crainte d’une décadence morale, la méfiance vis-à-vis du « guet-apens de la grande industrie19 » et les conceptions de l’éducation nouvelle privilégiant l’enfant, ses intérêts, ses actions et son développement. Pour les jeunes élèves, il se veut ainsi éducatif et distinct de tout préapprentissage jugé prématuré même s’il demeure institutionnellement défini avec la fonction de développer des prédispositions. Les instructions de 1923 pour les écoles de garçons et de filles sont imprégnées des mots du temps : petits travaux, caractère pratique, préparation à la vie courante, se tirer d’embarras, confection d’objets et de jouets variés, délier les doigts et assouplir les esprits, habileté pratique, exercices de débrouillage, persévérance, respect de l’outil, respect du travail, ordre, économie, orgueil de l’ouvrage bien fait20

  • 21 J. Lebeaume, École, technique et travail manuel, Nice, Z’Éditions, 1996.
  • 22 A. Plicque, Le travail manuel attrayant à l’école primaire, éducation de l’œil et de la main, Paris (...)
  • 23 B. Profit, Le travail manuel appliqué sans outillage coûteux en classe et en famille à la confectio (...)
  • 24 E. Bertrand, Toussaint et J. Gombert, Le travail manuel à l’école et dans la famille, Paris, Lecène (...)

10Cette orientation active, réalisatrice et créatrice, est nettement affirmée par « la méthode des objets attrayants21 » identifiable à partir des années 1920. Elle supplante les configurations antérieures fondées sur l’approche syllabique des gestes professionnels, en vigueur dans les premiers travaux menés hors temps scolaire et sur l’apprentissage des figures et des formes géométriques. Elle compose avec « le travail manuel sans atelier » qui consiste à initier les jeunes élèves aux pratiques artisanales grâce à des exercices de pliage de papier et de confection, par exemple de boîtes en bois ou d’ustensiles en fil de fer. Ce « travail manuel attrayant », d’abord expérimenté par A. Plicque22 hors l’école le jeudi, consiste à fabriquer des jeux en contreplaqué découpé et assemblé ou des vêtements de poupée. Très vite, ces travaux manuels s’insèrent dans les publications pédagogiques et se diversifient avec des propositions de découpages de carton, de travaux de raphia, de vannerie, pyrogravure, reliure… Les coopératives scolaires s’emparent de ces propositions pour « renouer les liens entre l’école et les occupations familiales » selon la formule de Barthélémy Profit23 défendant l’enjeu moral de la coopération. Ce travail manuel résout le dilemme initial de son institutionnalisation au cours des grandes lois scolaires, écartelé entre école et atelier. Il assure la progressivité de l’enseignement à partir des premiers « jeux et occupations » des sections enfantines, inspirés de Frœbel. Les suggestions d’occupations manuelles des ouvrages non scolaires tel que Le travail manuel à l’école et dans la famille24 se différencient alors peu des propositions pédagogiques pour les premières classes :

  • 25 E. Liétout (Mme), Cours pratique de travail manuel à l’usage des écoles maternelles, des écoles enf (...)

« C’est en offrant aux facultés imitatives de nos élèves des travaux faciles à exécuter et pouvant être utilisés à la confection d’objets connus, qu’on leur donnera le désir d’en faire de semblables. […]. Les enfants seront heureux de travailler à un objet que leur imagination leur montrera terminé, et prêt à être offert à leur mère, à leur frère, à leur sœur, ou simplement utilisé par eux-mêmes25. »

11La clarification de ces travaux recouvrant exercices gestuels, travaux manuels éducatifs, instructifs ou récréatifs, ouvrages manuels et travaux décoratifs a lieu au milieu des années 1930.

La vie active : hommage à Albert Boekholt

  • 26 N. Palluau, La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances 1919-1939, Rennes, PUR, 2 (...)
  • 27 D. Denis, « L’école de la vie sauvage : un bain de jouvence pour le parti colonial », in C. Pociell (...)

12Le courant de réforme scolaire du Front populaire est parallèle aux mesures sociales dont les congés payés et la semaine de 40 heures qui ouvrent l’espace nouveau des loisirs, valorisé par la création d’un sous-secrétariat d’État. Nicolas Palluau26 indique la place décisive des Éclaireurs dans ce projet scolaire. À cette date, même si l’endurcissement, le mérite individuel et le renouvellement de l’élite responsable demeurent des thèmes fondateurs, il ne s’agit plus de promouvoir « l’école de la vie sauvage27 ». Dans cet esprit, les activités dirigées (ou loisirs dirigés) se présentent comme des moments privilégiés pour que l’enfant « devienne l’artisan de sa propre éducation en même temps que son sens social se développe » selon les instructions de 1938. Le travail manuel scolaire est alors valorisé dans une conception au pluriel : travaux manuels, activités manuelles.

  • 28 A. Boekholt publie sous le nom Wébé, des articles dans la revue Travaux manuels, la publication bi- (...)
  • 29 A. Boekholt, Mains habiles. Travaux manuels de camp et de plein air, Paris, La Flamme, 1930.
  • 30 Cf. É. Levet-Labry, Les Écoles Normales Supérieures d’Éducation Physique et Sportive et l’Institut (...)

13Ce renouvellement des activités est fortement influencé par Albert Boekholt, Éclaireur unioniste dès 1912 et membre de l’équipe dirigeante en 1920. Afin de diffuser diverses techniques dans les stages de formation indispensables pour assurer l’encadrement des colonies et centres de vacances, il édite des articles signés Wébé28 ou des ouvrages dont les siens, notamment le célèbre Mains Habiles29. Il fonde en 1939 la revue La vie active dont la diffusion est interrompue par l’interdiction du scoutisme en 1940. Il accepte alors un poste au ministère de l’Instruction publique pour la formation des cadres de la jeunesse au Collège national de moniteurs et d’athlètes, ouvert en janvier 1941 à Antibes puis transféré en 1942 à Paris30. Il développe sa doctrine pédagogique qui définit « le travail manuel éducatif », non spécialisé, dans la perspective d’une éducation générale construite sur le modèle artisanal. Sont ainsi actualisés les thèmes antérieurs qui prônent l’embellissement du foyer et l’intérêt du travail à la main, sans machine, contre l’industrie, pour la redécouverte de « l’esprit artisanal anéanti par la fabrication industrielle, en série et à la chaîne ».

  • 31 Esquisse d’une méthode pour l’organisation du travail manuel dans l’enseignement, AN 19860440/1 F44 (...)

« Il nous faut donc concevoir, comme Travail Manuel Éducatif, un mode d’activités pour tous les jeunes et qu’ils puissent utiliser, leur vie durant, à domicile, dans leur foyer. Par là nous nous rapprochons des activités artisanales d’autrefois, avec leurs moyens simples, rustiques, véritablement “manuels”, avec la diversité des opérations formant un tout (le chef-d’œuvre), avec la variété parfois grande des matériaux mis en œuvre, avec enfin, le cachet original et personnel de chaque œuvre réalisée31. »

  • 32 M. Attali, J. Saint-martin, L’éducation physique de 1945 à nos jours, les étapes de la démocratisat (...)
  • 33 É. Bocquillon, De l’école à l’atelier. L’éducation manuelle générale, le préapprentissage, l’orient (...)
  • 34 M. Héluwaert, Pour l’éducation populaire, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 117.
  • 35 J. Lebeaume, L’enseignement ménager en France 1880-1980. Sciences et techniques au féminin, Rennes, (...)
  • 36 P. Bernège, M.-L. Cordillot, Guide d’enseignement ménager, Paris, Librairie Agricole, Horticole, Fo (...)

14Cette doctrine fait référence explicitement au discours du 1er mai 1942 du maréchal Pétain vantant l’artisanat comme élément essentiel de la politique économique et de l’union nationale. Elle croise aussi certaines orientations des mouvements de jeunesse et de l’idéologie coloniale de la fin du XIXe siècle32. L’éducation générale manuelle qui s’inscrit dans l’Éducation générale et sportive de Vichy organisée par Jean Borotra, fait l’apologie de l’artisanat que soutiennent plus radicalement les défenseurs du préapprentissage comme Charles Kula, initiateur des cours introduits dès 1911 dans des écoles publiques parisiennes et Émile Bocquillon33, co-fondateur de l’Union des instituteurs laïques patriotes en 1902. Pour Michel Héluwaert, ce projet cherche à faire naître un vrai honneur ouvrier : « Le travail manuel vu sous l’angle de l’éducation générale et sportive, applique le dicton des Compagnons du Tour de France : “L’homme pense parce qu’il a une main.” L’EGS [éducation générale et sportive] qui devient une priorité dans l’enseignement considère le travail manuel comme un moyen d’éveiller chez l’enfant des aptitudes qui pourront l’orienter vers l’enseignement technique34. » Dans la même idéologie, la sacralisation de la famille et de la maternité par Vichy justifie simultanément l’obligation de 1942 de l’enseignement ménager familial pour toutes les jeunes filles de 14 à 17 ans, en particulier pour celles accueillies dans des Maisons familiales rurales35. Les activités manuelles des classes précédentes, intimement pensées selon les méthodes actives36, préparent à ces « futurs devoirs de ménagères et de mères de famille ».

  • 37 Cf. lettre de A. Boekholt aux Francs et Franches camarades, datée du 9 janvier 1946, AN 19860440/1 (...)
  • 38 AN 19860440/1 F44 bis 8540 : Instructeurs nationaux.

15À la Libération, par alliance avec les Éclaireurs Pierre François et René Basdevant, mais en raison de son opposition à la conception éducative du travail manuel en tant que pré-apprentissage37, A. Boekholt est nommé à la direction des Mouvements de jeunesse et de l’Éducation populaire (ministère de l’Éducation nationale). Les rapports d’activité de 1946 à 195138 rendent compte de ses actions. Il est alors le seul instructeur spécialisé pour l’enseignement des travaux manuels éducatifs au sein des Centres d’entraînement des méthodes actives (CEMEA) et des Francs et Franches camarades (Francas). Le rapport de 1946 mentionne qu’un centre de formation de moniteurs de travaux manuels éducatifs serait nécessaire mais que la direction ministérielle ne peut en assurer la charge financière. Il fait état également qu’avec cette direction et la participation des CEMEA, des Francas mais aussi des Éclaireurs de France et de la Fédération des maisons de jeunes, A. Boekholt crée une association pour le développement du travail manuel. Les statuts de l’association La vie active, déposés le 31 décembre 1946, proposent de « répandre, dans l’ensemble de la jeunesse, une doctrine éducative du Travail manuel, en se basant sur les principes » qui reprennent la plupart des thèmes soutenus au début du siècle :

« 1. Les activités manuelles sont un lien nécessaire entre la pensée et le réel. Elles obligent l’homme à régler ses idées sur une vue exacte des choses, en permettant de confronter les notions abstraites avec des cas concrets.
2. Les activités manuelles sont un élément formateur du caractère, par le développement des qualités de décision, de sang-froid, de patience, de ténacité ; elles donnent l’habitude de s’engager, de se compromettre, de traduire une idée en actes sur laquelle on sera jugé.
3. Les activités manuelles sont, en éducation, un moyen essentiel de développer l’imagination créatrice. […]
4. Les activités manuelles permettent d’orienter l’homme vers une vie active, en opposant la joie d’agir à la contemplation passive ou à la critique négative. Le développement du sens artistique, du goût, de la dextérité et de l’habileté technique, concourent à faire de l’homme le plus apte, l’homme le plus libre.
5. Les activités manuelles sont l’occasion de développer le sens du devoir, l’honneur de l’ouvrage fait et soigné. […] Elles doivent enseigner à se dépenser dans un but de service plutôt qu’en vue d’un profit.
6. Les activités manuelles sont un enrichissement et un ennoblissement de l’homme, quel que soit le milieu auquel il appartient. Elles doivent contribuer au rapprochement et à la compréhension réciproque de toutes les classes de la société, aider à définir une élite par ses capacités et le don de soi. Elles doivent apporter au foyer familial plus de confort et d’originalité, et y attacher davantage ceux qui y vivent.
Elles peuvent aider les ruraux à suppléer par leurs propres moyens, dans de nombreux cas, à l’absence d’artisans au village. »

16René Dieleman, employé dans un camp éducatif MacJannet et proche des CEMEA, collabore avec A. Boekholt dans l’installation au domaine et château du Claireau (Chevreuse) loué sur fonds privé, du Centre national des ateliers éducatifs qui comporte d’abord un atelier de fabrication du matériel puis, à partir de 1948, accueille des stages organisés à la façon de ceux de formation des chefs éclaireurs. Avec près de 600 membres pour lesquels la revue Vie active est relancée en 1949, le développement des travaux manuels est florissant et en 1950, les Presses de l’Île-de-France assurent l’édition et la diffusion de la collection éponyme d’une vingtaine de titres dont Premiers tissages, Ouvrages en cuir, Le bois sculpté, Le papier découpé, Le carton articulé, Raphia, Jouets à vent, Jeux à construire, Découpages en feutrine…

  • 39 A. Boekholt, Des mains vers la tête, Réflexions sur le travail et son sens spirituel, à l’usage des (...)

17Mais, en 1951, son poste est supprimé. À la suite d’un différend avec Dieleman, il crée un centre à Paris (sans doute au 20, rue Guersant, à Paris XVIIe arrondissement), après un premier projet à Chatenay-Malabry. Il y accueille des instituteurs, institutrices, jardinières d’enfants, monitrices de sanatorium, instructeurs scouts, cheftaines de louveteaux, éducatrices d’enfants infirmes, cadres de centres d’observation ou de rééducation de délinquants… et partage ses principes fondateurs des travaux manuels, rassemblés dans son ouvrage Des mains à la tête39.

  • 40 R. Gal, « Douze ans de recherches sur les problèmes posés par la réforme démocratique de l’enseigne (...)
  • 41 J. Lebeaume, « Une discipline nouvelle : les travaux manuels éducatifs et l’enseignement ménager »,(...)
  • 42 AN 19870441/33 – F44 bis 4139.
  • 43 Directeur A. Boekholt de 1939 à 1974, puis Chantal Renaud et Jean-François Brossin (source IFé – EN (...)

18Parmi les multiples activités militantes de A. Boekholt pour associer les différents mouvements de jeunesse et former les cadres des services d’entreprises (SNCF, Peugeot…), il faut noter ses rencontres dès 1948 avec Antoinette Guerrini, directrice de l’école normale d’institutrices de Besançon au sujet de l’organisation matérielle d’une salle de travaux manuels et la mise en place de cet enseignement dans la formation. Il y assure régulièrement – puis à Limoges – des stages dans ces lieux équipés avec le matériel conçu et produit par l’association (par exemple métiers à tisser). Ces activités se déroulent ainsi à la période de l’expérimentation des classes nouvelles du second degré, portée par Roger Gal particulièrement sensible aux travaux manuels, créatifs et diversifiés pour tous les élèves, garçons et filles, et par André Campa responsable de l’enseignement technique et ancien compagnon de R. Gal au sein de la commission Langevin-Wallon. Afin de permettre d’observer les aptitudes des élèves, leur habilité manuelle et leur intelligence d’organisation, « ni bricolage qui ne peut être formateur à ce niveau, ni dressage purement professionnel40 », les travaux manuels éducatifs retenus dans la circulaire de 1953 sont ceux largement diffusés par la Vie active41. C’est à la même date que les travaux manuels éducatifs et l’enseignement ménager deviennent une discipline scolaire avec la nomination de la première inspectrice générale Marguerite Bataillon. Simultanément, le centre du Claireau est agréé par l’Éducation nationale (4 mars 1952)42. Ses activités sont soutenues par les inspectrices générales M. Bataillon, Edmée Hatinguais, Henriette Sourgen (et donc par les directrices des écoles normales dont A. Guerrini) et Georges Machard, inspecteur général de dessin. Tous les futurs professeurs de travaux manuels éducatifs ou de dessin effectuent alors un stage au Claireau, à la fin de leurs études et juste avant leur première affectation. En 1959, A. Guerrini prend la direction du Centre de formation de l’enseignement ménager postscolaire de Montlignon, dont les nouvelles missions sont la formation des maîtres des classes pratiques et des classes de transition. Le travail manuel éducatif de Boekholt ainsi que son expérience auprès des publics déclassés répondent alors aux orientations de l’enseignement pré-professionnel de ces classes. En 1962, l’association La vie active qui poursuivra sa revue jusqu’en 198143 est reconnue par le ministère de l’Éducation nationale et en 1967 par celui de la Jeunesse et des Sports.

  • 44 R. Gal, « Projet pour une « école d’orientation et d’adaptation pédagogique », op. cit., p. 246.

19Ainsi l’œuvre de Boekholt s’inscrit fondamentalement dans l’éducation populaire et le travail manuel éducatif est conçu en opposition à tout préapprentissage et à toute activité ludique de loisirs (dont A. Boekholt dénonce les égarements commerciaux et « les techniques qui dépassent l’esprit »). C’est une « éducation sociale44 » et une formation de l’Homme selon la devise Fort, Beau, Habile portée par tous les ouvrages, enracinées dans les principes défendus par son mouvement unioniste et plus avant par le modèle artisanal prôné dès la fin du XIXe siècle.

Conclusion : entre la famille, l’école et le travail

  • 45 Marie-Louise Cordillot, professeur d’enseignement ménager de la ville de Paris, Henriette Sourgen, (...)

20Cette enquête historique qui révèle un fondateur et militant largement oublié, malgré l’importante diffusion nationale et internationale de ses ouvrages et de ses articles, indique à la fois i) la porosité de la frontière entre pratiques techniques scolaires et non scolaires dévolues aux jeunes enfants, ii) le réseau humain de militants et militantes45 qui favorise l’osmose et iii) le temps long de son partage. Ce mixage progressif est fondé sur un consensus éducatif mais aussi politique pour répondre aux enjeux de démocratisation de l’école. Les rapports ténus entre travaux manuels à l’école et dans les loisirs périscolaires, fondés sur le modèle artisanal porté par une génération, occultent simultanément les rapports des contenus scolaires avec les pratiques techniques industrielles et commerciales en pleine mutation au début des années 1960 qui font revendiquer un renouvellement de la culture technique. Ces éléments d’une longue histoire indiquent clairement les enjeux des discours de légitimation de ces activités référées aux pratiques sociales mais dont l’existence à l’école est controversée en raison de ses visées culturelles alors ambigües. La démarche de Boekholt comme ses prédécesseurs vantant les occupations d’amateurs, tend ainsi à maintenir l’origine roturière de ces pratiques populaires non conformes au nouveau modèle scolaire et culturel de la modernité. Le travail manuel et les travaux manuels éducatifs demeurent alors à la fin des années 1970 à l’extérieur de l’école excepté pour les enseignements d’urgence des classes de relégation sous la forme d’un enseignement préprofessionnel, c’est-à-dire toujours à la frontière des pratiques techniques spécialisées, entre le travail et l’école.

Bibliographie

SOURCES DOCUMENTAIRES

Bernège P., Cordillot M.-L., Guide d’enseignement ménager, Paris, Librairie Agricole, Horticole, Forestière et Ménagère, 1947 (préface de Roger Cousinet).

Bertrand E., Toussaint et Gombert J., Le travail manuel à l’école et dans la famille, Paris, Lecène, Oudin & Cie, 1891.

Bocquillon É., De l’école à l’atelier. L’éducation manuelle générale, le préapprentissage, l’orientation professionnelle, la renaissance de l’artisanat, Paris, Baudinière, 1942.

Boekholt, A., Mains habiles. Travaux manuels de camp et de plein air, Paris, La Flamme, 1930.

Boekholt A., Des mains vers la tête, Réflexions sur le travail et son sens spirituel, à l’usage des éducateurs, Paris, Les Presses d’Île-de-France, 1954.

Bonnamaux H., Manuel pratique de l’éclaireur unioniste, Paris, La Flamme, 1928, 6e éd.

Esquisse d’une méthode pour l’organisation du travail manuel dans l’enseignement, AN 19860440/1 F44 bis 8540.

Fontègne J., Manualisme et éducation, Paris, Eyrolles, 1923.

Gal R., « Douze ans de recherches sur les problèmes posés par la réforme démocratique de l’enseignement », Collectif, Hommage à la mémoire de Roger Gal, Paris, IPN, 1968, p. 256-282.

Gal R., « Projet pour une école d’orientation et d’adaptation pédagogique », Collectif, Hommage à la mémoire de Roger Gal, Paris, IPN, 1968, p. 230-255.

De Graffigny H., Les industries d’amateurs. Le papier et la toile ; la terre, la cire, le verre et la porcelaine ; le bois, le cuir, les métaux, Paris, Librairie J.-B. Baillère et Fils, 1907.

Kula C., Éducation manuelle générale destinée à toute la jeunesse des écoles sous la direction même des instituteurs et des institutrices, Paris, Kula, 1930.

Le Chatelier H., La réforme de l’enseignement secondaire. Culture classique et travail manuel, Paris, PUF, 1923.

Liétout E., Cours pratique de travail manuel à l’usage des écoles maternelles, des écoles enfantines et des écoles élémentaires de jeunes filles, Paris, Gédalge Jeune, 1889.

Manuel R., Les petites industries d’amateur. Trucs, procédés et tours de mains pour entretenir, construire et raccommoder soi-même les objets du ménage, Paris, Librairie illustrée, s. d.

Merlet C., « Préface », in E. Bertrand, Toussaint et J. Gombert, Le travail manuel à l’école et dans la famille, Paris, Lecène, Oudin & Cie, 1891.

Plicque A., Le travail manuel attrayant à l’école primaire, éducation de l’œil et de la main, Paris, Nathan, 1922.

Profit B., Le travail manuel appliqué sans outillage coûteux en classe et en famille à la confection de cent objets utiles, Paris, Nathan, 1929.

Ris-Paquot O.-E., Les petites occupations manuelles et artistiques d’amateur, Paris, Henri Laurens Éditeur, 1893.

Le travail chez soi. L’art d’en tirer parti : revue mensuelle des travaux manuels et d’agrément (amateurs et professionnels) donnant le moyen d’en tirer plaisir, bienêtre et profit par les méthodes modernes de rendement maximum, directeur : Pierre Campier ; rédacteur en chef : Gaston Lèbvre.

Revue illustrée de la famille vulgarisant tous les travaux manuels en les mettant à la portée de tous les bricoleurs, Paris, Éd. E. H. Lemonon, 1922-1951.

Plan d’études et programmes des écoles primaires élémentaires, Paris, Vuibert, 1938, p. 129-136.

Revue Travaux manuels, la publication bi-mensuelle des Éclaireurs de France, 1932.

La Vie active, Paris, Association pour le développement du travail manuel dans l’éducation, 1949-1981.

Collection des ouvrages Vie Active, Paris, Presses de l’Île-de-France, Le Centurion.

AN 19870441/33 – F44 bis 4139 : Jeunesse et Sports ; direction de la Jeunesse et des Activités socio-éducatives ; dossiers des équipements socio-éducatifs/Centre national des ateliers éducatifs ; Centre national des métiers des arts et de la culture.

AN 19860440/1 F44 bis 8540 : Jeunesse et Sports ; direction du Temps libre et de l’Éducation populaire ; sous direction de la Vie associative/Instructeurs nationaux.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Attali M., Saint-Martin J., L’éducation physique de 1945 à nos jours, les étapes de la démocratisation, Paris, A. Colin, 2009.

Baubérot A., L’invention d’un scoutisme chrétien. Les éclaireurs unionistes de 1911 à 1921, Paris, Les Bergers et les Mages, 1997.

Cacérès B., Histoire de l’éducation populaire, Paris, Le Seuil, 1964.

Denis D., « L’école de la vie sauvage : un bain de jouvence pour le parti colonial », in C. Pociello, et D. Denis (dir.), À l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde 1890-1940, Voiron, Presses universitaires du Sport, 2000.

Héluwaert M., Pour l’éducation populaire, Paris, L’Harmattan, 2004.

Houssaye J., « Le travail manuel : analyseur du curriculum scolaire », Revue Française de Pédagogie, no 132, juillet-août-septembre, 2000, p. 67-78.

Lebeaume J., École, technique et travail manuel, Nice, Z’Éditions, 1996.

Lebeaume J., « Une discipline nouvelle : les travaux manuels éducatifs et l’enseignement ménager », R. d’Enfert et P. Kahn (éd.), En attendant la réforme. Politiques éducatives et disciplines scolaires sous la Quatrième République, Grenoble, PUG, 2010, p. 79-90.

Lebeaume J., L’enseignement ménager en France 1880-1980. Sciences et techniques au féminin, Rennes, PUR, 2014.

Levet-Labry É., Les Écoles Normales Supérieures d’Éducation Physique et Sportive et l’Institut National des Sports : étude comparée des établissements, du régime de Vichy à la création de l’INSEP (1977), thèse d’histoire de l’université Marne-la-Vallée, 2007.

Le Thomas C., « En suivant les manuels de travaux d’amateurs. Techniques et pratiques ordinaires de création », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 45, 2012, p. 83-98.

Palluau N., La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances 1919-1939, Rennes, PUR, 2013.

Notes

1 Ces TME sont introduits dans les classes nouvelles ; leur conception est fixée en 1953 et généralisée pour les premières classes de collège en 1960.

2 J. Houssaye, « Le travail manuel : analyseur du curriculum scolaire », Revue Française de Pédagogie, no 132, juillet-août-septembre 2000, p. 67-78.

3 B. Cacérès, Histoire de l’éducation populaire, Paris, Le Seuil, 1964.

4 C. Le Thomas, « En suivant les manuels de travaux d’amateurs. Techniques et pratiques ordinaires de création », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 45, 2012, p. 83-98.

5 R. Manuel, Les petites industries d’amateur. Trucs, procédés et tours de mains pour entretenir, construire et raccommoder soi-même les objets du ménage, Paris, Librairie illustrée, s. d., p. 57.

6 Art. cit.

7 H. de Graffigny (Raoul Marquis), Les industries d’amateurs. Le papier et la toile ; la terre, la cire, le verre et la porcelaine ; le bois, le cuir, les métaux, Paris, Librairie J.-B. Baillère et Fils, 1907 (2e éd. entièrement refondue).

8 Ibid., p. 1-2.

9 O.-E. Ris-Paquot, Les petites occupations manuelles et artistiques d’amateur, Paris, Henri Laurens Éditeur, 1893.

10 Op. cit., p. 143.

11 C. Merlet, « Préface », in E. Bertrand, Toussaint et J. Gombert (dir.), Le travail manuel à l’école et dans la famille, Paris, Lecène, Oudin & Cie, 1891, p. iii.

12 A. Baubérot, L’invention d’un scoutisme chrétien. Les éclaireurs unionistes de 1911 à 1921, Paris, Les Bergers et les Mages, 1997.

13 H. Bonnamaux, Manuel pratique de l’éclaireur unioniste, Paris, La Flamme, 6e éd., 1928, p. 69.

14 Le travail chez soi. L’art d’en tirer parti : revue mensuelle des travaux manuels et d’agrément (amateurs et professionnels) donnant le moyen d’en tirer plaisir, bien-être et profit par les méthodes modernes de rendement maximum, directeur : Pierre Campier ; rédacteur en chef : Gaston Lèbvre.

15 Revue illustrée de la famille vulgarisant tous les travaux manuels en les mettant à la portée de tous les bricoleurs, Éd. E. H. Lemonon (Paris), date d’édition : 1922-1951. Variantes de sous-titres :… à la portée de tous les bricoleurs aimant leur foyer ; Les Travaux de l’amateur à la ville et à la campagne : revue illustrée de la famille permettant à chacun la réalisation des travaux manuels au foyer (source : BNF).

16 J. Fontègne, Manualisme et éducation, Paris, Eyrolles, 1923, p. 220-221.

17 Id., p. 5.

18 H. Le Chatelier, La réforme de l’enseignement secondaire. Culture classique et travail manuel, Paris, PUF, 1923, p. 63.

19 C. Kula, Éducation manuelle générale destinée à toute la jeunesse des écoles sous la direction même des instituteurs et des institutrices, Paris, Kula, 1930, p. 111.

20 « Travail Manuel », Plan d’études et programmes des écoles primaires élémentaires, Paris, Vuibert, 1938, p. 129-136.

21 J. Lebeaume, École, technique et travail manuel, Nice, Z’Éditions, 1996.

22 A. Plicque, Le travail manuel attrayant à l’école primaire, éducation de l’œil et de la main, Paris, Nathan, 1922.

23 B. Profit, Le travail manuel appliqué sans outillage coûteux en classe et en famille à la confection de cent objets utiles, Paris, Nathan, 1929.

24 E. Bertrand, Toussaint et J. Gombert, Le travail manuel à l’école et dans la famille, Paris, Lecène, Oudin & Cie, 1891.

25 E. Liétout (Mme), Cours pratique de travail manuel à l’usage des écoles maternelles, des écoles enfantines et des écoles élémentaires de jeunes filles, Paris, Gédalge Jeune, 1889, p. 1.

26 N. Palluau, La fabrique des pédagogues. Encadrer les colonies de vacances 1919-1939, Rennes, PUR, 2013.

27 D. Denis, « L’école de la vie sauvage : un bain de jouvence pour le parti colonial », in C. Pociello et D. Denis (dir.), À l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde 1890-1940, Voiron, Presses universitaires du Sport, 2000, p. 21-35.

28 A. Boekholt publie sous le nom Wébé, des articles dans la revue Travaux manuels, la publication bi-mensuelle des Éclaireurs de France, par exemple « Meublez-vous », 1932, no 20, p. 28-30.

29 A. Boekholt, Mains habiles. Travaux manuels de camp et de plein air, Paris, La Flamme, 1930.

30 Cf. É. Levet-Labry, Les Écoles Normales Supérieures d’Éducation Physique et Sportive et l’Institut National des Sports : étude comparée des établissements, du régime de Vichy à la création de l’INSEP (1977), thèse d’histoire de l’université Marne-la-Vallée, 2007.

31 Esquisse d’une méthode pour l’organisation du travail manuel dans l’enseignement, AN 19860440/1 F44 bis 8540.

32 M. Attali, J. Saint-martin, L’éducation physique de 1945 à nos jours, les étapes de la démocratisation, Paris, A. Colin, 2009, p. 12-20.

33 É. Bocquillon, De l’école à l’atelier. L’éducation manuelle générale, le préapprentissage, l’orientation professionnelle, la renaissance de l’artisanat, Paris, Baudinière, 1942.

34 M. Héluwaert, Pour l’éducation populaire, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 117.

35 J. Lebeaume, L’enseignement ménager en France 1880-1980. Sciences et techniques au féminin, Rennes, PUR, 2014.

36 P. Bernège, M.-L. Cordillot, Guide d’enseignement ménager, Paris, Librairie Agricole, Horticole, Forestière et Ménagère, 1947 (préface de Roger Cousinet).

37 Cf. lettre de A. Boekholt aux Francs et Franches camarades, datée du 9 janvier 1946, AN 19860440/1 F44 bis 8540.

38 AN 19860440/1 F44 bis 8540 : Instructeurs nationaux.

39 A. Boekholt, Des mains vers la tête, Réflexions sur le travail et son sens spirituel, à l’usage des éducateurs, Paris, Les Presses d’Île-de-France, 1954.

40 R. Gal, « Douze ans de recherches sur les problèmes posés par la réforme démocratique de l’enseignement », Collectif, Hommage à la mémoire de Roger Gal, Paris, IPN, 1968, p. 271.

41 J. Lebeaume, « Une discipline nouvelle : les travaux manuels éducatifs et l’enseignement ménager », in R. d’Enfert et P. Kahn (dir.), En attendant la réforme. Politiques éducatives et disciplines scolaires sous la Quatrième République, Grenoble, PUG, 2010, p. 79-90.

42 AN 19870441/33 – F44 bis 4139.

43 Directeur A. Boekholt de 1939 à 1974, puis Chantal Renaud et Jean-François Brossin (source IFé – ENS Lyon).

44 R. Gal, « Projet pour une « école d’orientation et d’adaptation pédagogique », op. cit., p. 246.

45 Marie-Louise Cordillot, professeur d’enseignement ménager de la ville de Paris, Henriette Sourgen, directrice d’école normale puis inspectrice générale des écoles maternelles, cadre des Francas.

Auteur

Professeur en sciences de l’éducation à l’université Paris Descartes et doyen de la faculté sciences humaines et sociales – Sorbonne. Membre de EDA (EA 4071), il est didactitien de la technologie. Les perspectives curriculaires de ses enquêtes historiques étudient la construction des enseignements scientifiques et technologiques pour la scolarité obligatoire.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540