Version classiqueVersion mobile

Éduquer dans et hors l’école

 | 
Bruno Garnier
, 
Pierre Kahn

Première partie. Églises, mouvements de pensée et éducations

Théosophie et éducation en Espagne (1891-1939) : espaces de sociabilité et réseaux éducatifs

Joan Soler

Texte intégral

Introduction

  • 1 J. Soler Mata, « Entre Europa i Amèrica Llatina : Adolphe Ferrière i l’Escola Nova a Barcelona », T (...)
  • 2 Voir B. Ensor, La Théosophie et l’éducation, Paris, Comité de Propagande de la Société Théosophique (...)

1L’occasion de lancer des recherches sur les liens entre le mouvement théosophique et l’éducation en Espagne et l’intérêt que celles-ci pouvaient présenter surgirent à partir de la lecture du Petit Journal d’Adolphe Ferrière dans les Archives de l’institut J.-J. Rousseau de l’université de Genève1. En 1930, de passage à Barcelone sur le chemin de son long voyage vers l’Amérique latine, le pédagogue suisse fut reçu par Maria Solà de Sellarés, Attilio Bruschetti et José Forteza. Cependant ces personnages n’apparaissent pas dans les pages de l’historiographie de l’éducation nouvelle et de la rénovation pédagogique en Catalogne au cours du premier tiers du XXe siècle. Après les recherches qui s’imposaient, nous sûmes qu’ils militèrent dans l’hétérodoxe mouvement théosophique et que, suivant les pas de Béatrice Ensor, ils se rapprochèrent de sa pédagogie par le biais de la Fraternité internationale de l’Éducation2. La vocation éducative du mouvement théosophique se manifesta dans l’organisation de cours et de conférences, l’édition de livres et de dépliants à caractère doctrinal et didactique, la création d’espaces de sociabilité et, entre autres initiatives, par la fondation d’un certain nombre d’écoles et de centres éducatifs qui tentèrent de rejoindre les mouvements rénovateurs européens, tout en restant fidèles au spiritualisme oriental. Plus tard et malgré les distances que leur imposèrent dissidences et fractures, un autre courant allait apparaître à l’horizon de l’évolution de ce mouvement : l’anthroposophie de Steiner et la pédagogie Waldorf.

2Cet article se propose d’analyser, dans les contextes européen et international, la fonction sociale, éducative et socialisatrice de la théosophie et des réseaux socioéducatifs théosophiques, hors et dans l’école, en Espagne au cours du premier tiers du XXe siècle. Cette recherche part de l’analyse de sources orales (membres de familles de théosophes et personnes ayant des liens avec le mouvement théosophique) et de sources écrites (directes et indirectes) consultées et étudiées dans diverses archives : Biblioteca de Cataluña (Barcelone), bibliothèque privée de la Branche Arjuna de Barcelone, Centro nacional de la Memoria histórica de Salamanque (Espagne), archives privées de la famille Jover Dalmau (ancien élève de l’école Damon) et Archives historiques municipales de Sabadell (Catalogne).

L’évolution du mouvement théosophique en Espagne (1891-1939) : la vocation éducative

  • 3 J. Pomés, « Diálogo Oriente – Occidente en la España de finales del siglo XIX. El primer teosofismo (...)
  • 4 J. Louzao, « Los idealistas de la Fraternidad Universal. Una aproximación a la historia del movimie (...)
  • 5 E. de Mateo Avilés, Espiritistas y teósofos en Andalucía, Malaga, Editorial Sarriá, 2011.
  • 6 V. Penalva, El orientalismo en la cultura española en el primer tercio del siglo XX. La Sociedad Te (...)

3L’introduction de la théosophie en Espagne a été étudiée par Jordi Pomés3, Joseba Louzao4, Elías de Mateo5 et Vicente Penalva6 ; tous, dans des perspectives différentes, nous ont donné les clés des principes et de la signification du mouvement ainsi que de l’importance de sa présence sociale.

  • 7 Bien que nous utilisions indistinctement les deux termes, le concept de théosophie remonte au XVIe (...)
  • 8 Voir Estatutos y Reglamento de la Sociedad Teosófica, Madrid, Imprenta J. Palacios, 1910, p. 27.

4La théosophie ou le théosophisme7 constitue, d’après Pomés, « un mouvement religieux hétérodoxe bien intégré aux mouvements sociaux de son époque ». Selon Louzao, il s’agit d’« une hétérodoxie spirituelle qui s’est développée dans les sociétés industrielles occidentales au cours des XIXe et XXe siècles ». Le mouvement s’organise à travers la Société théosophique internationale fondée en 1875 par Helena P. Blavatsky et Henry S. Olcott dans le but de constituer une Fraternité universelle de l’Humanité qui se répandrait dans tout l’Occident sous l’impulsion et l’orientation d’une « doctrine secrète » qui aspirait à devenir « le corps de vérités qui constitue la base de toutes les religions et dont on ne peut pas dire que l’une d’elles ait l’exclusivité8 ».

  • 9 J. Louzao, « La recomposición religiosa en la Modernidad : un marco conceptual para comprender el e (...)

5Ce mouvement partagea des espaces sociaux avec le spiritisme, l’ésotérisme moderne, le végétarisme et même avec le féminisme, le naturisme, l’hygiénisme mais surtout avec la franc-maçonnerie. À côté de la confluence avec d’autres mouvements et d’autres groupes, il faut souligner l’aspect différentiel et l’effort de recherche d’une autre « sagesse divine » face à la religion officielle, mais aussi « la recherche de la salvation par d’autres voies », d’une rénovation spirituelle, regard tourné vers l’Orient, face au rationalisme technique et au matérialisme d’une société de masses9. Sur ce chemin, la théosophie trouva des alliés dans l’internationalisme et le pacifisme. En Espagne, par le biais de sa perméabilité avec la franc-maçonnerie, elle s’allia avec le républicanisme et le progressisme pour contribuer à la réforme sociale et politique.

6Dans la société espagnole, de forte tradition catholique, être théosophe devint synonyme de recherche d’une rénovation spirituelle, de rupture avec la tradition religieuse familiale, de découverte de la pensée orientale et de croyance en des valeurs issues de l’univers surnaturel. La vocation internationaliste était aussi présente dans les signes identitaires des théosophes. La nécessité de concilier étude et recherche individuelle avec les rencontres, les pratiques ou les actes de divulgation et l’échange d’expériences favorisa la création d’espaces de sociabilité, à travers lesquels les croyances théosophiques circulèrent et se diffusèrent. Ces espaces furent des lieux de brassage professionnel où confluèrent médecins, avocats, artistes, intellectuels, analphabètes, aussi bien que des enseignants qui, à certains moments, soutinrent l’idée d’un projet pédagogique à base théosophique. Ils affichèrent aussi la volonté de surmonter la coupure entre classes sociales car là, s’y côtoyèrent ouvriers, commerçants, industriels, bourgeois et même banquiers.

7Leur activité fut marquée par le désir de construire un nouvel humanisme basé sur le dialogue avec la culture orientale et le désir d’établir une synthèse entre religion, philosophie, science, psychologie et éthique. Ce sont là des objectifs qui coïncident avec les principes de la Société théosophique : faciliter l’étude des religions, de la philosophie et des sciences, rechercher les lois de la nature et des pouvoirs de l’homme et tisser les liens d’une fraternité universelle de l’humanité, en ignorant les différences.

8La pénétration de la théosophie en Espagne se situa en 1891 et elle se cristallisa deux ans plus tard, avec la fondation de la Sociedad Teosófica Española (STE) et des centres ou des Branches théosophiques de Madrid et de Barcelone. Ces débuts sont dus à l’activité de l’avocat et ingénieur catalan Francisco Montoliu Togores (1861-1892) et à José Xifré Hamel (1855-1920). Après leur entrée dans la Société théosophique internationale (1889), ils fondèrent le premier Grupo Teosófico Español, marqué d’une indiscutable vocation éducatrice qui sera maintenue et se développera plus largement au siècle suivant et plus particulièrement dans les années 1920 et 1930. La traduction de textes classiques orientaux et des travaux doctrinaux des fondateurs et d’Annie Bessant – présidente de la Société théosophique internationale à partir de 1907 – et de C. W. Leadbeater entre autres, l’édition puis la divulgation de ces publications, l’organisation de conférences et de cours, l’édition de plusieurs revues (Estudios teosóficos, Sophia, El Loto Blanco et Teosofía) et le mécénat dans des entreprises à caractère philanthropique sont les lignes directrices qui caractérisent la vocation réformatrice et éducatrice du mouvement théosophique en Espagne.

9Certaines dates nous permettent de mieux évaluer le développement du mouvement théosophique espagnol au cours du premier tiers du XXe siècle :

Année

Développement de la STE

1917

5 branches locales (Arjuna et Barcelone ville, Terrassa, Madrid et Séville)

1925

17 branches locales dans les régions de Catalogne, Madrid, Andalousie et Levant

1928

25 branches locales et 340 membres actifs

Source : J. Soler.

  • 10 M. Treviño, Valor de la Teosofía en la autoeducación, Madrid, Gráficas Reunidas, 1920, p. 15.
  • 11 Manuel Treviño Villa, né en 1865, était le seul dirigeant théosophe qui avait survécu à la première (...)

10Des principes théosophiques découlent l’importance donnée à l’éducation : elle devait « éveiller en nous les facultés de l’Esprit, nous rendre capables de ressentir les grands idéaux, de les vivre dans nos esprits, de les réaliser dans nos actes10 ». En fait, selon Manuel Treviño Villa, l’une des têtes visibles de la franc-maçonnerie et du théosophisme, fusillé à Madrid fin 1939, la théosophie est en elle-même « éminemment éducatrice » et elle est la base même de l’auto-éducation11.

  • 12 J. Tusquets, El teosofisme. Barcelona, Llibreria Catalònia [Biblioteca Horitzons], 1927.

11Cette vocation éducative provoqua la dure critique que Juan Tusquets12, un théologien ancré dans les positions doctrinales du catholicisme, adressa au théosophisme :

  • 13 Ibid., p. 213.

« Il existe un terrain commun sur lequel se rencontrent souvent le protestantisme et le théosophisme. Celui des sectes moralisatrices et altruistes : naturisme, végétarisme, Rotary-club, etc. Toutes prêchent la tolérance la plus absolue. Toutes coïncident avec la vague moralité propre aux protestants modernes et aux théosophes13. »

12La dureté de l’attaque de l’Église catholique était ici provoquée par le succès que la théosophie rencontrait dans les jeunes générations. Loin d’être un mouvement marginal, elle recrutait généralement ses membres parmi les classes aisées qui exerçaient des professions libérales et qui, peu à peu, pénétraient dans des classes populaires dépourvues de croyances fiables.

13La critique n’empêchait cependant pas la constatation, que confirme Tusquets lui-même, d’une augmentation notable de leur activité. Pour citer un exemple, la ville de Barcelone comptait trois centres ou branches, l’école Damón, la revue El Loto Blanco, et la maison d’édition théosophique Biblioteca Orientalista.

  • 14 Voir Federación Europea de Sociedades Teosóficas, Congreso Teosófico Internacional en Barcelona, Ma (...)

14Un exemple de la solidité de la théosophie en Catalogne en est la tenue du Congrès théosophique international qui eut lieu à Barcelone en 1934 et qui réunit 288 participants dont 209 étaient de nationalité espagnole14. Le congrès, qui fut inauguré sous les auspices de Ventura Gassol, ministre de la Culture du gouvernement catalan, fut aussi présidé par un personnage de portée internationale, C. Jinarajadasa. Parmi les interventions, il faut citer celle que prononça Federico Climent Terrer, notable théosophe et franc-maçon catalan, sur les problèmes sociaux. Il défendit le caractère syncrétique mais non éclectique de la théosophie et, par-là, son approche de certaines des idées défendues par les avant-gardes ouvrières. Il insista sur l’« élévation de la culture, base de toute réforme », en en soulignant le caractère moral, intellectuel et physique, c’est-à-dire intégral :

  • 15 F. Climent Terrer, « El problema social desde el punto de vista teosófico », Theosophia, vol. III, (...)

« Il ne suffit pas de donner une instruction ; celle-ci doit aller de pair avec la véritable éducation. À mon sens, les institutions d’orientation professionnelle actuelles ne produisent pas le résultat nécessaire. La véritable orientation professionnelle ne peut être donnée qu’à l’école où le maître, qui pendant des années peut observer l’élève, peut savoir quelles sont les aptitudes de chaque enfant15. »

15Cette implantation et ce développement croissants de la théosophie, bien que d’ordre minoritaire, furent brisés en 1939, fin de la guerre civile et début de la dictature franquiste.

  • 16 Il s’agit généralement d’opuscules de 20 à 30 pages, écrits dans un but de divulgation. Citons à ti (...)

16Un autre nom fameux et jouissant d’une plus grande projection internationale est celui d’Attilio Bruschetti, personnage à multiples facettes, philanthrope, musicien et écrivain d’origine italienne, né à Bologne et établi à Játiva dans la Communauté valencienne. Il résida aussi à Barcelone, où il mourut en 1932. C’était un libre-penseur actif, promoteur des principes théosophiques de la Fraternité universelle, aux idées et aux convictions avancées pour son époque, auteur et traducteur de plusieurs œuvres à caractère moral et éducatif. Loin de la variété et de l’ampleur des sujets traités par son ami Climent Terrer, l’œuvre écrite de Bruschetti, à caractère nettement vulgarisateur, est particulièrement orientée sur l’éducation16.

  • 17 Voir F. Valera, « Recuerdos e impresiones », El Loto Blanco, septembre 1923, p. 329.
  • 18 Voir K. J. Brehony, « A New Education for a New Era: The Contribution of the Conferences of the New (...)
  • 19 A. Bruschetti, Salvemos a los niños : sugestiones a padres y maestros. Barcelone, Fraternidad Inter (...)

17En 1923, Bruschetti conduisit une délégation qui assista au Congrès de la Fédération européenne de la Société théosophique, qui eut lieu à Vienne. Faisaient aussi partie du groupe Esther Nicolau, Pepita Maynadé et María Solà de Sellarés17. Ces relations permirent de resserrer les liens entre les théosophes catalans et la Fraternité internationale de l’éducation, fondée et dirigée par Béatrice Ensor, membre de la Société théosophique et promotrice de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle18. C’est par cette voie que les idées de l’École nouvelle et la pédagogie active dont Bruschetti s’imprégna et qu’il se chargea de divulguer, pénétrèrent dans les jeunes générations de théosophes : « On nous enseigne beaucoup de choses mais non pas à vivre. L’école de la vie est une école d’expériences, dont le fruit est la connaissance et que l’on ne peut cueillir qu’en vivant19. »

18L’analyse des œuvres de Bruschetti permet d’établir la filiation de ses idées en trois directions : en premier lieu, la nouvelle éducation de Montessori, Decroly et Ferrière, claire marque de la volonté de la théosophie de connecter avec les principes éducatifs qui exprimaient le mieux la modernité de ses idées ; en second lieu, les philosophies et les religions orientales, en tant qu’expression de l’orientalisme du mouvement théosophique ; et en dernier lieu, les principes et idéaux du théosophisme international, qui aspiraient à un futur de paix et de fraternité humaine. Tout comme la théosophie se définit à travers le syncrétisme entre des idées de provenance diverse, l’éducation théosophique a aussi ce caractère de synthèse et de fusion entre des principes dont l’orientation et la typologie sont différents : Éducation nouvelle, orientalisme, etc.

  • 20 A. Bruschetti, Idealismo práctico : a los idealistas prácticos de Barcelona, Barcelone, Antonio Roc (...)

19La vocation de Bruschetti est d’éduquer la jeunesse à travers la « science pratique de la vie », une synthèse entre hygiénisme, éducation physique et vie en plein air et les valeurs de l’idéalisme et de l’orientalisme au service de la fraternité universelle. La formation du caractère à travers le pouvoir de la volonté et la concentration de l’esprit est la clé de l’éducation de l’« idéaliste pratique », modèle des jeunes générations. Ce modèle se traduit concrètement par la maîtrise de soi, l’amélioration personnelle, la capacité de discerner l’authentique de l’apparent, l’entre-aide et la cooperation pour construire un état social sustenté par ces ideaux20.

Espaces de sociabilité dans le mouvement théosophique : les réseaux socioéducatifs hors de l’école

20L’action éducative de la théosophie s’appuya sur la création de réseaux socioéducatifs qui agirent surtout dans le domaine non officiel. Sans doute la branche locale était-elle l’élément central du mouvement théosophique. Cette institution, intégrée dans la Société théosophique, dotait ses membres d’une identité et du sentiment d’appartenance. Il s’agissait d’un espace de sociabilité qui se construisit à partir de réunions et d’assemblées, de conférences, de fêtes et de cérémonies, de soirées littéraires et musicales, de promenades à la campagne et d’excursions en montagne, etc.

21Autour de cette structure, le théosophisme organisa d’autres groupes et d’autres mouvements qui, de l’enfance à l’âge adulte, guidaient l’individu vers la formation du théosophe à travers un véritable voyage initiatique :

    • 21 Voir La Cadena de Oro (La Chaîne d’or, revue trimestrielle publiée à Madrid à partir de 1921) (sour (...)

    La Chaîne d’Or21 : groupes de 7 enfants, garçons et filles, à partir de sept ans. En Espagne, elle fut fondée à partir de 1920. Au cours de leurs réunions hebdomadaires, ils lisaient des œuvres de Krishnamurti ainsi que d’autres textes littéraires. Ils faisaient aussi des excursions et des fêtes en de grandes occasions.

    • 22 Voir The Round Table Annual : the organ of an international league for young people (publication pé (...)

    L’Ordre de la Table Ronde22 : groupes d’adolescents et de jeunes à partir de quatorze ans. Suivant le modèle du chevalier médiéval, ils suivaient un itinéraire initiatique (page, écuyer et chevalier) et organisaient des activités de solidarité et d’entraide.

  • L’Ordre de l’Étoile d’Orient : groupes d’adultes qui s’inspiraient de la doctrine de Krishamurti. Fondé en 1911, il constituait le réseau social extérieur de la théosophie : un lieu de rencontre entre théosophes, amis et sympathisants, même si ces derniers n’étaient pas membres de la branche locale. Il faut signaler qu’en 1921, en Espagne, cet Ordre réunissait 1370 membres.

22Au-delà de ces groupes à caractère initiatique, certaines branches et certains groupes théosophiques organisèrent et fondèrent des institutions socioéducatives et culturelles qui contribuèrent à cette projection sociale du mouvement :

  • La Asociación de Idealistas Prácticos (Association des idéalistes pratiques), fondée en 1927 à Barcelone, réunissait des jeunes gens des deux sexes d’une vingtaine d’années. Selon ce qui ressort de la lecture de l’organe de l’association, la revue Prometheus, elle comptait sur soixante à quatre-vingts membres et avait des sections à Barcelone, Badalona, Caldes de Montbui et Manresa. Ses activités étaient orientées vers les loisirs et la formation : excursions et camps sous tente, visites, conférences et réunions hebdomadaires de débat dans le local de l’association, organisation d’une bibliothèque et édition de la revue. Parmi ses préoccupations et ses sujets d’étude et de débat et à côté des problèmes spécifiques à cette étape de la jeunesse figuraient l’eugénisme, le nudisme, le pacifisme, le naturisme, l’internationalisme, la religion, la philosophie et la morale.

    • 23 Voir R. Maynadé (ed.), Catálogo general de la Biblioteca Orientalista 1929-1930, Barcelone, 1929 (F (...)

    La Biblioteca Orientalista (Bibliothèque orientaliste) de Ramon Maynadé et Carmen Mateos, fondée en 1901, était un outil au service de la vocation éducatrice de la théosophie, basé sur la lecture, l’interprétation, le commentaire et l’explication de textes. Cette maison d’édition put exister grâce aux apports économiques de théosophes de la bourgeoisie catalane et espagnole. Le fonds éditorial offrait de nombreuses œuvres de théosophie – des traductions pour la plupart, mais aussi de mysticisme, de ritualisme, d’orientalisme, de psychologie transcendantale, de philosophie, de métaphysique et d’éthique, de mythologie, de mentalisme, d’occultisme, etc.23.

  • Le Refuge Serra d’en Camaró à Sabadell, fut fondé en 1934 par Magdalena Calonge. Il s’agissait d’une résidence de théosophes âgés ou malades auxquels ce refuge offrait une vie au grand air et de type végétarien.

  • La Comunidad de Alcait (communauté d’Alcait), à Alicante, basée sur un projet datant de 1925, n’arriva pas à se développer pleinement. Elle voulait constituer une communauté théosophique de vie collective à la campagne.

  • Les Ateneos Teósoficos de Madrid (1930) et Barcelone (1932) : espaces culturels publics et ouverts au débat, qui accueillaient des sympathisants des idées théosophiques, des membres de mouvements ou de groupes proches, et qui constituaient aussi une possibilité d’échange entre membres de branches distinctes.

    • 24 Voir « Instituto de educación integral y armonica », Orientaciones pedagógicas, Barcelone, Imprenta (...)

    L’Instituto de Educación Integral y Armónica (lycée d’éducation intégrale et harmonique), centre théosophique barcelonais, fondé en 1912. Le projet pédagogique de ce lycée se basait sur l’éthique et plaçait la formation du caractère au centre de l’éducation. Cette idéologie éducative constituait un net antécédent au projet et au programme de l’école nouvelle Damón dont nous parlerons plus loin. Il faut en retenir surtout son pari pour une neutralité active face à la liberté et à l’éducation religieuse, lorsqu’on la compare à la neutralité passive ou au silence de la pédagogie rationaliste. Il défendait aussi l’éducation mixte et la pratique du mutualisme scolaire pour accentuer l’importance de la dimension sociale de l’éducation24.

23Lorsque nous énumérions les éléments qui définissent la théosophie, nous avions signalé sa vocation internationaliste. Au-delà des réseaux sociaux de niveau local et national, le mouvement théosophique espagnol eut sa place dans le contexte international :

  • La Société théosophique internationale permit la participation aux congrès européens et internationaux et à d’autres événements importants qui avaient lieu chaque année. La manifestation la plus impressionnante fut peut-être le camp annuel d’Ommem en Hollande où, venue pour écouter directement les enseignements de Krishnamurti, la présence espagnole fut peu nombreuse mais notable.

  • La Fraternité internationale de l’éducation, fondée par Béatrice Ensor et qui, en 1921, joua le rôle de tremplin dans la création de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle. Attilio Bruschetti et María Solá participèrent assidument aux réunions de cette association internationale.

    • 25 La production éditoriale de Federico Climent Terrer, considéré comme étant le traducteur le plus pr (...)
    • 26 Voir M. Treviño Villa, Francmasonería, Madrid, Biblioteca Catón – Torrent y Cª, s. d.

    La Franc-maçonnerie. Sa présence et sa capacité de pénétration internationale furent un autre des facteurs qui influa sur la visibilité internationale de la théosophie. Ce fait porta sur le devant de la scène de distingués théosophes espagnols comme ceux que nous avons déjà cités : Federico Climent Terrer25, membre fondateur et actif de la loge Inmortalidad (Immortalité) de Barcelone, et Manuel Treviño, membre de l’Association maçonnique mixte internationale El Derecho Humano (Le Droit Humain)26.

L’éducation théosophique à l’école : Damón, une école nouvelle à Barcelone

24L’école Damón fut fondée en 1926 à l’initiative du groupe barcelonais de la Fraternité internationale de l’éducation et elle s’installa dans le quartier Vallcarca de Barcelone, dans une villa entourée d’un grand jardin. C’était une école nouvelle, de tendance théosophique, affiliée au Bureau international des Écoles nouvelles que dirigeait Ferrière qui, de plus, accepta d’en être le président d’honneur.

  • 27 Voir « Un proyecto de Escuela Nueva en España », Revista de Pedagogía, 51 (1926), p. 133-137. La vi (...)
  • 28 Voir Escuela Nueva Damón (source : Fonds historique, Biblioteca Rosa Sensat de Barcelona).

25Le projet éducatif de l’école prônait les principes de l’hygiénisme, l’enseignement en plein air, la coéducation, l’auto-éducation et l’autonomie, l’enseignement scientifique et, par-dessus tout, le profond respect de la personnalité de l’enfant. L’éducation rythmique, l’éducation physique et l’éducation musicale et artistique occupaient une place de choix dans le curriculum. La brochure de l’école transmettait l’orientation didactique fondée sur les postulats du plan Dalton d’Helen Parkhurst et de la méthode Montessori, avec une forte influence à Barcelone. Du point de vue éthique et religieux, l’école ne se déclarait pas laïque mais, dans le droit fil de l’influence théosophique, elle prétendait favoriser l’épanouissement du sentiment religieux de l’enfant sans limite aucune et « dans la plus grande tolérance envers la pensée religieuse de chacun27 ». Le dépliant publicitaire avertissait clairement que l’école avait « pour objectif essentiel l’éveil de l’enfant à la conscience de sa réalité morale et l’épanouissement de son âme dans la direction de son esprit28 ». C’est pourquoi l’instruction générale et les activités scolaires n’étaient pas envisagées dans un but éducatif mais comme un moyen ou un outil destiné au « développement harmonique de la conscience de l’enfant » dans le cadre d’une ambiance familiale qui favorisait une vie sociale et un climat scolaire adéquats à l’obtention de tels objectifs.

  • 29 Source : A. Ferrière, Petit Journal, 8 avril 1930. Document manuscrit (Fonds Ferrière – Archives In (...)

26Ferrière visita l’école Damón de Barcelone au cours de son voyage vers l’Amérique latine, en avril 1930. Il décrivit la visite dans son Petit Journal et confessa que l’école lui avait paru modeste avec 40 élèves seulement ; il partagea avec eux une assemblée (l’organe de self-government de l’école), une lecture à voix haute et un spectacle musical qui permirent de créer un climat de recueillement et de réflexion, prélude au début des tâches scolaires29. Malgré les grands objectifs ambitieux du centre, la révision des cahiers scolaires d’un élève nous permet de confirmer ce jugement, très prudent, que Ferrière porte sur le centre.

  • 30 L. Monferrer Catalán, Odisea en Albión : los republicanos españoles exiliados en Gran Bretaña, 1936 (...)

27La direction pédagogique en fut confiée à Maria Solà de Sellarés et à un jeune maître, Ricardo Crespo. Ce dernier, grâce à une bourse dotée par des particuliers, avait étudié en Angleterre (et en particulier à la St Cristopher School de Letchworth, d’orientation théosophique) pour connaître les expériences et les méthodes de la nouvelle éducation. Ses connaissances de la langue anglaise lui permirent, pendant les années 1930, d’ajouter à son dévouement à l’enseignement la traduction et l’adaptation à l’espagnol d’œuvres didactiques de la collection El tesoro del maestro de la maison d’édition Labor. Pendant l’exil qui suivit la guerre civile, il enseigna à Bristol et continua ses traductions, certaines sur commande de Maria Solà qui, de son exil au Mexique, encourageait fortement l’édition de textes orientalistes30.

28Maria Solà Ferrer naquit à Barcelone en 1899. Orpheline de père dès sa tendre enfance, sa vie familiale se déroula entre sa mère et une sœur, qui avait quatre ans de plus qu’elle. Jusqu’à ses treize ans, elle fréquenta une école publique de la ville. Après ses études primaires, au début du cours 1913-1914, n’ayant pas quatorze ans accomplis, elle ne put pas entrer à l’École normale. À partir de ce moment, la formation de la jeune Maria Solá allait emprunter les chemins de l’autodidactisme, de la lecture, des conférences et, sans aucun doute, de la relation avec le mouvement théosophique barcelonais à travers sa mère. Ce lien lui ouvrit la possibilité d’entrer en contact avec la Fraternité internationale de l’éducation et de connaître la gestation de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle qui fut définitivement fondée à Calais en 1921. En fait, Maria Solà devint la première représentante espagnole au comité de la Ligue, quelques années avant que ne s’organise une délégation plus institutionnelle avec le groupe dirigé par Lorenzo Luzuriaga à Madrid.

  • 31 Voir A. Galí, « Acció de la Generalitat de Catalunya : Residència Internacional de Senyoretes », Hi (...)

29Maria Solà accrut sa notorieté à partir de 1931 lorsqu’elle fut chargée de diriger la Residencia Internacional de Señoritas Estudiantes (Résidence internationale de jeunes étudiantes) qui fut fondée et installée à Barcelone, au palais de Pedralbes31. Au cours des années de la guerre civile, la résidence étant fermée, elle présida l’organisme Asistencia infantil qui, face à la guerre, se consacrait à la protection de l’enfance.

30En 1939, la famille Sellarès Solà prit le chemin de l’exil, en France tout d’abord et, quelques mois plus tard, en Amérique latine. Au cours de cette étape, l’activité pédagogique de Maria Solá augmenta progressivement. Les principaux événements qui la marquèrent furent ceux de la direction de l’École normale de jeunes filles « España » au Salvador (1940-1945), la direction de l’École normale de jeunes filles « Belén » à Ciudad de Guatemala (1945-1948), son enseignement à l’université de San Carlos et la direction du lycée hispano-guatémaltèque (1948-1954) puis, après le coup d’état de 1954 au Guatemala, l’exil au Mexique, où elle poursuivit sa tâche éducative.

31La maturité personnelle et intellectuelle de Maria Solà de Sellarés fut la base et le tremplin qui soutinrent une activité qu’elle déploya sur plusieurs fronts au Mexique : l’enseignement à l’UNAM et à l’université de las Américas, l’édition de textes classiques de la théosophie et des philosophies et religions orientales en dirigeant la collection Tradición sagrada de la humanidad (Tradition sacrée de l’humanité) de la maison d’édition Diana (période 1966-1972), la divulgation des idées théosophiques et des principes de la pédagogie Waldorf, les voyages en Inde, en Angleterre et à Barcelone, la réflexion philosophique et pédagogique que traduisent plusieurs articles parus dans les revues Cuadernos Americanos et Diálogos, et la publication de ses œuvres sur l’éducation, qui se présentent comme une synthèse de sa propre auto-formation, de sa réflexion et de son expérience pédagogique.

  • 32 M. Solà De Sellarés, Irradiación de una biografía : María Solà de Sellarés, México, Costa-Amic edit (...)
  • 33 P. Quiroga, « Maria Solà i Ferrer : de la teosofia a la pedagogia Waldorf », in J. Soler Mata (ed.) (...)

32Maria Solà de Sellarès mourut à México en 1998, après une vie longue et intense, riche en action, profonde en réflexion spirituelle et, surtout, marquée par son intérêt pour l’éducation32. Ce fut à Mexico qu’elle entra en contact avec Juan Berlín, élève et employé de l’école Waldorf de Stuttgart. À partir du moment où elle eut connaissance de la pédagogie Waldorf, elle introduisit l’anthroposophie de Rudolf Steiner en Catalogne au cours des années 197033.

  • 34 C’est le concept de l’« homme en herbe » : l’homme au départ, en formation, lorsqu’il a fleuri mais (...)

33L’œuvre Hacia la nueva educación : la integridad del niño (Vers la nouvelle éducation : l’intégrité de l’enfant, 1987) constitue la synthèse de la pensée éducative de Maria Solà : à partir des apports de divers auteurs, convenablement sélectionnés, ordonnés et systématisés, elle reprenait des idées qu’elle avait elle-même formulées quelques années plus tôt et publiées dans les Cuadernos Americanos, la revue que dirigeait Jesús Silva Herzog, et dans Diálogos, la publication du Colegio de México dirigée par Ramón Xirau. L’auteure partait de la prémisse de l’intégrité de l’enfant34 et elle envisageait l’éducation dans une triple perspective : mystique, philosophique et scientifique.

  • 35 M. Solà de Sellarés, « Divagaciones en torno a un viaje a la India », Diálogos [El Colegio de Méxic (...)

34Le processus éducatif est un voyage initiatique comme le sont aussi, de façon générique, l’initiation au mystère, à la mystique, à la vérité et à la théosophie ou, plus concrètement, à la découverte de la spiritualité orientale à travers un voyage en Inde35. En cohérence avec l’idéologie théosophique (synthèse de philosophie, de science, de religion, de psychologie et d’éthique), sa pédagogie est aussi une anthologie et une synthèse des apports des auteurs qui ont parcouru et imprégné son itinéraire de formation : Cousinet et la synthèse de la nouvelle éducation ; Marcault et Brosse et la biologie de l’esprit ; Steiner et l’éducation en tant qu’œuvre d’art ; Krishnamurti et l’harmonie entre l’esprit, le corps et le cœur ; Scheler et la place de l’homme dans le cosmos ; Ortega et l’idée de génération en tant qu’intégration de l’individualité ; Joaquim Xirau et le lien entre philosophie et éducation. L’idéalisme et la spiritualité des Orientaux (héritage théosophique) imprègnent cette synthèse marquée par un syncrétisme pédagogique orienté vers la nouvelle éducation. L’éducation intégrale que María Solá propose

  • 36 M. Solà de Sellarés, Vers la nova educació : la integritat de l’infant, Mèxic, Costa-Amic editors, (...)

« ne consiste pas à transmettre à l’enfant les techniques accumulées au cours des siècles mais à fournir à l’activité intégrante du moi les conditions extérieures grâce auxquelles son autonomie consciente peut effectuer son développement normal dans une plus grande sécurité, c’est-à-dire peut atteindre la maîtrise la plus efficace possible de ses mécanismes psychophysiologiques et des niveaux correspondants36 ».

35L’auteure propose un processus éducatif marqué par plusieurs phases (sensorielle, active, affective et intellectuelle) liées aux étapes scolaires (jardin d’enfants et école maternelle, école primaire, secondaire, études supérieures) dans l’organisation du développement de l’enfant pour arriver à « être ». À la fin de cet itinéraire, l’université représente l’humanisation du savoir et l’intégration de l’individu dans l’Humanité : comprendre, répondre et aider.

Conclusion

36Nous présentons ici les principales conclusions qui découlent de l’étude et de l’analyse du développement du mouvement théosophique en Espagne et, plus spécifiquement, des réseaux sociaux éducatifs tissés à l’intérieur et à l’extérieur du mouvement théosophique.

La vocation éducative de la théosophie : une pédagogie de synthèse et d’appropriation

37La principale activité de la Société Théosophique se déroule autour de véritables réseaux d’institutions diverses qui ont pour but la formation de l’individu conçue comme une véritable initiation. Dans ce contexte, l’éducation est envisagée comme une possibilité de dépasser le caractère clos de la branche en recherchant une présence sociale plus intense de la théosophie.

38Les influences personnelles (Ensor, Krishnamurti et Steiner) sont la base des principes de la théosophie dans la perspective pédagogique. Le résultat en est un net syncrétisme entre :

  • la modernité de la Nouvelle Éducation : Ferrière, Montessori et Decroly,

  • l’Orientalisme : religions et philosophies orientales (notamment hindouisme et bouddhisme),

  • l’Idéal de paix et de fraternité universelle.

39Nous pouvons affirmer que ce modèle théorico-pédagogique se base sur la conception de l’éducation de l’idéaliste pratique à travers la « science pratique de la vie » selon la formule d’Attilio Bruschetti dans ses ouvrages déjà cités. Si l’osier dont était tressé ce « berceau pédagogique » provenait de la conception occidentale de la nouvelle éducation, à base scientifique et psychologique, son armature et son garnissage furent, eux, tirés de la mystique et de la spiritualité qui, en plein essor de la technique et du matérialisme, ne pouvaient se trouver qu’en Orient. En parallèle au modèle d’application scolaire suivi à l’école Damón de Barcelone, nous trouverons, en Angleterre, le Christopher School à Letchworth.

La présence de la Théosophie dans le mouvement de l’Éducation nouvelle en Espagne

40L’analyse des éléments detectés et cités nous conduit à ratifier les liens existant entre la théosophie et quelques groupes minoritaires de Barcelone du mouvement de l’Éducation nouvelle. Ces liens se détectent et s’établissent à partir de relations personnelles et mettent en lumière l’avantage qu’il y a à établir des relations dans le contexte international ainsi que la coïncidence de certains principes d’ordre spirituel qui existent entre Théosophie et Nouvelle Éducation. Ces liens s’expliquent aussi à partir de la vocation internationaliste de la théosophie et, en même temps, de la circulation et de l’internationalisation des idées éducatives. Outre l’influence marquante des principes de l’Éducation nouvelle, la présence du scoutisme de Baden-Powell est facilement décelable dans l’orientation des mouvements de jeunesse étudiés (Chaîne d’Or et Ordre de la Table Ronde).

L’importance des liens (internes et externes) et la structuration du mouvement théosophique

41Le mouvement théosophique avait un caractère minoritaire et son influence fut très limitée et symbolique. Cependant, sa perméabilité lui permit d’obtenir un plus grand degré de présence et d’acceptation sociale. On ne peut pas parler de génération de nouvelles idées éducatives, mais il est possible, en revanche, de confirmer la voie du dialogue philosophico-religieux et du dialogue éducatif avec d’autres contextes spatio-temporels.

42À côté de cette voie de rapprochement théorique, à travers l’axe Orient-Occident, il est évident que la pratique et l’activité du mouvement s’articulait, vers l’extérieur, à travers la connexion avec d’autres groupes et d’autres mouvements minoritaires et, vers l’intérieur, avec l’établissement de divers cercles concentriques de relations.

Bibliographie

SOURCES DOCUMENTAIRES

Ensor B., La Théosophie et l’éducation, Paris, Comité de propagande de la société théosophique, s. d.

Guenon R., Le théosophisme : histoire d’une pseudo-religion, Paris, Librairie Valois, 1921.

Institut dAcció Social Universitària i Escolar, Les Residències d’Estudiants de Catalunya, Barcelone, 1935.

Solà de Sellarés M., ¿ Qué es educar ? Hacia la integridad del niño, México, Costa Amic editores, 1980.

Solà de Sellarés M., Hacia la nueva generación : su integridad. Ritmo evolutivo histórico, México, Editorial Porrúa, 1990.

Soler Mata J., « Pedagogía contemporánea y teosofía en Cataluña durante el siglo XX : de los principios a las prácticas educativas », in P. Celada (ed.), Arte y oficio de enseñar. Dos siglos de perspectiva histórica, Actas del XVI Coloquio nacional de Historia de la Educación, 2011, vol. I. El Burgo de Osma, SEDHE/Universidad de Valladolid/CEINCE, p. 647-656.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Brehony K. J., « A New Education for a New Era: The Contribution of the Conferences of the New Education Fellowship to the Disciplinary Field of Education 1921-1938 », Paedagogica Historica, 2004, no 40 (5-6), p. 733-755.

Bruschetti A., Salvemos a los niños : sugestiones a padres y maestros, Barcelone, Fraternidad Internacional de Educación, circa 1920.

Bruschetti A, Idealismo práctico : a los idealistas prácticos de Barcelona, Barcelone, Antonio Roch, circa 1920.

Galí A., « Acció de la Generalitat de Catalunya : Residència Internacional de Senyoretes », Història de les Institucions i del moviment cultural a Catalunya, 1900 a 1936, Llibre VIII, Institucions d’ensenyament per a la dona, Barcelone, Fondation A.G., 1983, p. 266-269.

Lawson M. D., « The New Education Fellowship: The formative years », Journal of Educational Administration and History, University of New England, N.S.W., 1981, no13 (2), p. 24-28.

Louzao J., « Los idealistas de la Fraternidad Universal. Una aproximación a la historia del movimiento teosófico español (c. 1890-1939) », Historia Contemporánea, 2008, no37, p. 501-529.

Mateo Avilés E. (de), Espiritistas y teósofos en Andalucía, Malaga, Editorial Sarriá, 2011.

Monferrer Catalán L., Odisea en Albión : los republicanos españoles exiliados en Gran Bretaña, 1936-1977, Madrid, Ediciones de la Torre, 2007.

Pomés J., « Diálogo Oriente – Occidente en la España de finales del siglo XIX. El primer teosofismo español (1888-1906) : un movimiento religioso heterodoxo bien integrado en los movimientos sociales de su época », Revista HMiC, 2006, IV, p. 55-74, en ligne : [http://seneca.uab.es/hmic].

Penalva V., El orientalismo en la cultura española en el primer tercio del siglo XX. La Sociedad Teosófica Española (1888-1940), thèse de doctorat, Universitat Autònoma de Barcelona, 2013.

Quiroga P., « Maria Solà i Ferrer : de la teosofia a la pedagogia Waldorf », in J. Soler Mata (ed.), Vint Mestres i pedagogues del segle XX. Un segle de renovació pedagógica a Catalunya, Barcelone, Publicacions Rosa Sensat, 2015.

Solà de Sellarés M., « El Oriente y el Occidente ante la idea del hombre », Cuadernos Americanos, México, 1972, no 182 (3), p. 120-130.

Solà de Sellarés M., « Divagaciones en torno a un viaje a la India », Diálogos [El Colegio de México], 1976, no 12 (71), p. 26-30.

Solà de Sellarés M., Irradiación de una biografía : María Solà de Sellarés, México, Costa-Amic editores, 1987.

Solà de Sellarés M., Vers la nova educació : la integritat de l’infant, Mèxic, Costa-Amic editors, 1987.

Soler Mata J., « Entre Europa i Amèrica Llatina : Adolphe Ferrière i l’Escola Nova a Barcelona », Temps d’Educació, Universitat de Barcelona, 2008, no 35, p. 229-248.

Soler Mata J., « Maria Solà de Sellarés : teosofia, educació i Escola Nova a Catalunya », Dones i educació. XIX Jornades d’Història de l’Educació. Annals del Patronat d’Estudis Històrics d’Olot i Comarca, 21, 2010, p. 167-181.

Treviño M., Valor de la Teosofía en la autoeducación, Madrid, Gráficas Reunidas, 1920.

Tusquets J., El teosofisme. Barcelona, Llibreria Catalònia [Biblioteca Horitzons], 1927.

Notes

1 J. Soler Mata, « Entre Europa i Amèrica Llatina : Adolphe Ferrière i l’Escola Nova a Barcelona », Temps d’Educació, Universitat de Barcelona, 2008, no 35, p. 229-248.

2 Voir B. Ensor, La Théosophie et l’éducation, Paris, Comité de Propagande de la Société Théosophique, s. d. Sur ce sujet consulter sur le site ISCHE – Genève 2012 les contributions de Kevin J. Brehony, Joan Soler et Antoine Savoye dans le symposium « Théosophie et antroposophie : réseaux internationaux et promotion d’une réforme globale de l’éducation. Leur impact sur l’expansion du mouvement d’Éducation Nouvelle (1880-1939) ».

3 J. Pomés, « Diálogo Oriente – Occidente en la España de finales del siglo XIX. El primer teosofismo español (1888-1906) : un movimiento religioso heterodoxo bien integrado en los movimientos sociales de su época », Revista HMiC, 2006, IV, p. 55-74, en ligne : [http://seneca.uab.es/hmic].

4 J. Louzao, « Los idealistas de la Fraternidad Universal. Una aproximación a la historia del movimiento teosófico español (c. 1890-1939) », Historia Contemporánea, 2008, no 37, p. 501-529.

5 E. de Mateo Avilés, Espiritistas y teósofos en Andalucía, Malaga, Editorial Sarriá, 2011.

6 V. Penalva, El orientalismo en la cultura española en el primer tercio del siglo XX. La Sociedad Teosófica Española (1888-1940), thèse de doctorat, Universitat Autònoma de Barcelona, 2013.

7 Bien que nous utilisions indistinctement les deux termes, le concept de théosophie remonte au XVIe siècle, à partir du mysticisme allemand et le terme « théosophisme » fut utilisé à partir de l’interprétation de René Guenon sur la Société théosophique. Voir R. Guenon, Le théosophisme : histoire d’une pseudo-religion, Paris, Librairie Valois, 1921.

8 Voir Estatutos y Reglamento de la Sociedad Teosófica, Madrid, Imprenta J. Palacios, 1910, p. 27.

9 J. Louzao, « La recomposición religiosa en la Modernidad : un marco conceptual para comprender el enfrentamiento entre laicidad y confesionalidad en la España contemporánea », Hispania Sacra, LX, 121, janvier-juin 2008, p. 331-354.

10 M. Treviño, Valor de la Teosofía en la autoeducación, Madrid, Gráficas Reunidas, 1920, p. 15.

11 Manuel Treviño Villa, né en 1865, était le seul dirigeant théosophe qui avait survécu à la première étape de la Sociedad Teosófica en Espagne. Éminent égyptologue, il fonda la Branche Madrid en 1893 et fut directeur de la revue Sophia.

12 J. Tusquets, El teosofisme. Barcelona, Llibreria Catalònia [Biblioteca Horitzons], 1927.

13 Ibid., p. 213.

14 Voir Federación Europea de Sociedades Teosóficas, Congreso Teosófico Internacional en Barcelona, Madrid, Sociedad Teosófica Española, 1934.

15 F. Climent Terrer, « El problema social desde el punto de vista teosófico », Theosophia, vol. III, no 4, avril 1934, p. 79-81. Il s’agit d’un résumé de la conférence prononcée par l’auteur lors de la séance plénière du Congrès théosophique de Barcelone le 31 mars 1934. Ce même numéro de la revue donne une chronique du congrès et un résumé des conférences de C. Jinarajadasa.

16 Il s’agit généralement d’opuscules de 20 à 30 pages, écrits dans un but de divulgation. Citons à titre d’exemples : A. Bruschetti, Ciencia práctica de la vida, Barcelone, Librería Parera, 1914 ; Cuando seas madre : consejos a una joven esposa, Barcelone, Antonio Roch, circa 1920 ; Salvemos a los niños : sugestiones a padres y maestros, Barcelone, Fraternidad Internacional de Educación, circa 1920 ; Idealismo práctico : a los idealistas prácticos de Barcelona, Barcelone, Antonio Roch, circa 1920 ; Regeneración : consejos a padres y maestros, Barcelone, Fraternidad Internacional de Educación, s. d. Les traductions sont aussi intéressantes : B. Ensor, Teosofía y educación, Barcelone, Biblioteca Orientalista, s. d. ; A. Ferrière, La educación en la familia, Barcelone, Imprenta Clarasó, 1927 (Fraternidad Internacional de Educación, 1928).

17 Voir F. Valera, « Recuerdos e impresiones », El Loto Blanco, septembre 1923, p. 329.

18 Voir K. J. Brehony, « A New Education for a New Era: The Contribution of the Conferences of the New Education Fellowship to the Disciplinary Field of Education 1921-1938 », Paedagogica Historica, 2004, no 40 (5-6), p. 733-755 et M. D. Lawson, « The New Education Fellowship: The formative years », Journal of Educational Administration and History, University of New England, N.S.W., 1981, no 13 (2), p. 24-28.

19 A. Bruschetti, Salvemos a los niños : sugestiones a padres y maestros. Barcelone, Fraternidad Internacional de Educación, circa 1920, p. 21-22.

20 A. Bruschetti, Idealismo práctico : a los idealistas prácticos de Barcelona, Barcelone, Antonio Roch, circa 1920, p. 25.

21 Voir La Cadena de Oro (La Chaîne d’or, revue trimestrielle publiée à Madrid à partir de 1921) (source : Centro Documental de la Memoria Histórica, Catálogo colectivo de la Red de Bibliotecas de los Archivos estatales. Accessible sur : [http://www.mcu.es/ccbae/es/inicio/inicio.cmd]).

22 Voir The Round Table Annual : the organ of an international league for young people (publication périodique éditée à Londres, Turin et Bruxelles à partir de 1924) (source : Centro Documental de la Memoria Histórica, Catálogo colectivo de la Red de Bibliotecas de los Archivos estatales. Accessible sur : [http://www.mcu.es/ccbae/es/inicio/inicio.cmd]).

23 Voir R. Maynadé (ed.), Catálogo general de la Biblioteca Orientalista 1929-1930, Barcelone, 1929 (Fonds Bergnes de las Casas – Biblioteca de Catalunya).

24 Voir « Instituto de educación integral y armonica », Orientaciones pedagógicas, Barcelone, Imprenta de Domingo Clarasó, 1912.

25 La production éditoriale de Federico Climent Terrer, considéré comme étant le traducteur le plus prolifique d’œuvres sur le thème théosophique, est très ample ; elle est conforme à son profil multifacette (il écrivit sur l’autocorrection, les succès personnel et professionnel, la formation du caractère, etc.). Dans le domaine éducatif on peut citer plus particulièrement : El valor pedagógico y eficacia educativa de las obras de Marden, Cursillo de auto-educación (Barcelone, Imprenta Galva, 1915) ; Educación de los niños (Barcelone, José Gallach, 19– ?) ; Educación cívica : principios fundamentales de los derechos y deberes de la ciudadanía en la vida social (Madrid, Espasa-Calpe, 1920).

26 Voir M. Treviño Villa, Francmasonería, Madrid, Biblioteca Catón – Torrent y Cª, s. d.

27 Voir « Un proyecto de Escuela Nueva en España », Revista de Pedagogía, 51 (1926), p. 133-137. La vie quotidienne et l’activité scolaire font l’objet d’un document inédit d’Andreu Castells, ancien élève du centre : Damón, una alternativa a l’ensenyament dels anys vint i trenta (source : Archivo Histórico de Sabadell).

28 Voir Escuela Nueva Damón (source : Fonds historique, Biblioteca Rosa Sensat de Barcelona).

29 Source : A. Ferrière, Petit Journal, 8 avril 1930. Document manuscrit (Fonds Ferrière – Archives Institut J.-J. Rousseau de Genève).

30 L. Monferrer Catalán, Odisea en Albión : los republicanos españoles exiliados en Gran Bretaña, 1936-1977, Madrid, Ediciones de la Torre, 2007.

31 Voir A. Galí, « Acció de la Generalitat de Catalunya : Residència Internacional de Senyoretes », Història de les Institucions i del moviment cultural a Catalunya, 1900 a 1936, Llibre VIII, Institucions d’ensenyament per a la dona, Barcelone, Fondation A. G., 1983, p. 266-269 et J. Soler Mata, « Maria Solà de Sellarés : teosofia, educació i Escola Nova a Catalunya », Dones i educació. XIX Jornades d’Història de l’Educació. Annals del Patronat d’Estudis Històrics d’Olot i Comarca, 21, 2010, p. 167-181.

32 M. Solà De Sellarés, Irradiación de una biografía : María Solà de Sellarés, México, Costa-Amic editores, 1987.

33 P. Quiroga, « Maria Solà i Ferrer : de la teosofia a la pedagogia Waldorf », in J. Soler Mata (ed.), Vint Mestres i pedagogues del segle XX. Un segle de renovació pedagógica a Catalunya, Barcelone, Publicacions Rosa Sensat, 2015.

34 C’est le concept de l’« homme en herbe » : l’homme au départ, en formation, lorsqu’il a fleuri mais n’a pas encore donné de fruits (Solà, 1972).

35 M. Solà de Sellarés, « Divagaciones en torno a un viaje a la India », Diálogos [El Colegio de México], 1976, no 12 (71), p. 26-30.

36 M. Solà de Sellarés, Vers la nova educació : la integritat de l’infant, Mèxic, Costa-Amic editors, 1987, p. 71.

Auteur

Professeur de pédagogie et d’histoire de l’éducation à la faculté d’éducation, traduction et sciences humaines de l’université de Vic (Catalogne, Espagne). Co-directeur de la revue Educació i Història, ses recherches portent notamment sur les caractéristiques de l’histoire de l’éducation en Catalogne, Il a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques telles que Temps d’Educació et Ausa, Educació i Història.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search